• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

eugene

eugene

.Je vis à la campagne, dans l'argoat, .. Je viens peut être d'un autre temps, bien que je regarde toujours avec plaisir par la fenêtre ce monde qui bouge. L'âge donne un certain confort un détachement, et une ironie, envers le monde des courtisans et des futiles. L'essentiel est ailleurs ! 
 

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 273 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • eugene eugene 14 septembre 2016 15:27

    A mon avis, ce questionnaire fait parti d’une démarche commerciale, un truc vieux comme le monde. Jeune, j’avais répondu à une proposition de « commis de librairie ». Premier mensonge, car des 50 pékins qui s’étaient présentés à l’adresse proposée ce matin là, un « coach » a révélé la teneur du vrai boulot : Vendre des encyclopédies en faisant du porte à porte...J’ai participé à cette formation atroce de deux heures, qui vous incitait à n’avoir aucun scrupule, et de prendre l’exemple du camelot en exemple, qui se faisait une petite fortune en roulant les gens....Je suis parti en embarquant son stylo plume pour dire que j’avais compris son message, en compensation, et par esprit de vengeance pour ceux qui s’étaient fait avoir....il s’agissait donc de vendre des parodies d’encyclopédies dans les quartiers les plus populaires, en se faisant passer pour un enquêteur, et en valorisant les futurs clients : « Je suis là pour sonder vos centres d’intérêts... »....Quelques questions de culture générale avaient pour but d’amener cette question perverse, après analyse des données : « Et vous vous sentez capable avec un si piètre résultat d’élever vos enfants ?.... »......Désarroi.....« Heureusement j’ai le produit qu’il vous faut, lavable, payable en mensualités, etc...... »

    La ruse des coquins faits son régal des prétentions à la culture, à la jeunesse, à la beauté, qui ne sont que des vanités, si on les prend au premier degré.
    Le pokémon soi disant nouveau est arrivé. Relisez donc « Pinocchio » ce merveilleux livre de Collodi , un conte philosophique qu’on aurait bien tort de croire réservé aux enfants. 
    Mais enfin on ne lit guère plus dans ce pays des apparences. Pinocchio se fait avoir dans tous les miroirs aux alouettes qui lui sont tendus : La foire aux nigauds, où il est transformé en âne en étant le dernier épisode de dégradation. Avant de renaître dans le ventre de la baleine, de façon métaphorique, avant que Freud et Lacan ne parle de ces choses. La culture est une ile dont les contours sont devenus imprécis. Certains font mauvaise route, et se plantent sur les récifs. Erreur de cap, ou de navigation ?
    Ne surtout pas faire confiance au GPS, mais à science lente des apprentissages qui vous rapprochent des iles de la fortune et du savoir. 


  • eugene eugene 9 septembre 2016 00:06

    @Christian Labrune
    Les corps vieillissent, à l’instar de tout ce qui est à l’oeuvre dans la nature. On n’a pas le choix, c’est la loi du genre, et c’est une grande consolation, et une obligation d’ailleurs de se reformater pour ceux qui ont un peu trop investi dans l’apparence.

    Des temps obscurs sont dans l’éprouvette, dignes du meilleur des mondes, où une société de classe pourra bénéficier des progrés de la médecine pour s’extraire de ce qu’ils pensent être une damnation : Ce vieillissement intolérable pour eux, la négation de leur richesse. Car à quoi bon accumuler si on ne peut enmener ces lingots avec soi ?...Voilà justement pour d’autres la consolatoin, la voix philosophique qui explique leur vie, basée sur le don, le partage. 
     A vingt ans on a le corps qu’on hérite, et à 50 celui qu’on mérite. En short, ou pas.......Pas tout à fait faux, tant les excès et la personnalité de certains se lisent sur leur corps indépendamment de l’attaque du temps....Ce qui fait que certains vieillard sont très beaux, dans un concept de beauté évidemment éloigné des clichés. Je dirais que quelqu’un qui se moque d’ailleurs de son allure, prend dans cette société du spectacle et des égos survitaminés, une sorte de beauté, par son détachement, par la liberté qu’il manifeste ainsi
    . Et c’est souvent un don de l’âge, pour ceux qui ne sont pas cuits au contraire par la vanité. Le refus de vieillir, comble du pathétisme, nous livre dans les contes et nouvelles les caricatures que les enfants comprennent facilement, comme la marâtre de blanche neige. 


  • eugene eugene 8 septembre 2016 23:46

    Du short, il faut rendre hommage. Il nous livre à l’allégresse de l’été. Il donne de la beauté aux jambes des femmes, et révèle la puissance des mollets des hommes. Il n’y a pas que le paletot de Rimbaud à être idéal, il y a son short aussi, avec même un trou aux fesses......

    Pendant longtemps je me suis couché de bonne heure, et j’ai porté des shorts. Mes jambes portaient les stigmates de mes jeux dans les cours de récré, et quand un jour au mois d’avril j’ai continué à porter les pantalons, il m’a fallu m’avouer que mon enfance était bien finie...Heureusement des temps joyeux, moins formels sont arrivés. On pouvait s’habiller comme on voulait, et les papys ont un jour abandonné leur uniforme de tergal, se sont un jour habillés comme des adolescents, ou comme ils l’entendaient. 
    La libération des corps s’est faite peu à peu, tout au long du vingtième siècle, et a été potentialisé par le front populaire...Lisez ce formidable livre témoignage de Didier Daeninkx ; hommes et femmes découvrant le sport, la lutte, la camaraderie, des codes communs. 
    Un parfum de bonheur - Albums Beaux Livres - GALLIMARD - Si
    Le chemin a été long, soumis aux attaques des bonnes âmes. Une speakerine fut virée de l’ORTF dans les années 60 pour avoir porté une jupe dévoilant ses genoux. Les années 70 furent truculentes, festives. Gros, gras, petits, mous du bide, vous n’aviez pas besoin de ressembler à des canons pour vous déshabiller, laisser votre corps prendre naturellement ses aises au soleil....Oh, les beaux jours...L’amour entre les hommes ne peut se construire sur la notion de péché, de pudibonderie, de honte...Cette régression est si écœurante qu’elle ne peut que provoquer vous allez voir une bonne dose d’allergie aux voiles, et à cette triste mascarade d’esprits obtus. Gare à la colère des gens simples qui ne voudront jamais tourner le dos aux plaisirs simples, et d’abord à l’esprit des lumières. De tout temps, ces masques et déguisement noirs ont été ceux de la mort, du Ku Klux Klan, des pirates, des chemises noires du fachisme, tristes oripeaux de ceux qui, pleins de fiel, ne savent pas vivre, et font leur petit commerce sur la haine, le clivage la bêtise, la mort au bout du compte.. Vive l’amour, vive la vie, vive le short !


  • eugene eugene 8 septembre 2016 23:16

    @sampiero
    Ces connards ramassent tout ce qui traine dans le caniveau pour le jetter à la tête des gens, et faire leur petit caïd, trouvant une justification à leur passage à l’acte. Tout de même, il semble que le principe de morale et de pudeur soit évoqué, par ces partisans de la tournante en cave d’HLM, mais le chemin est long pour arriver à l’agrégation de philo ...Ceux ci ont raté le charter pour la Syrie et tentent de trouver sur place des compensations, et un petit jihad, entre deux joints, deux tours en BM volée....« Entre deux joints tu pourrais faire quelque chose », nous chantait l’ami Robert Charlebois il y a moultes années.... 

    Ca a donc donné cette charge pudibonde avec justification morale « à l’arrache », comme ils disent, que n’aurait même pas évoqué une vieille grenouille de bénitier bénit par monseigneur Lefèvre, ou l’abbé Dupanloup. 
    Les temps sont durs pour la religion et prometteurs pour la psychiatrie,.Quoique ce genre de soins est destiné aux malades, pas aux crétins et aux psychopathes.


  • eugene eugene 8 septembre 2016 23:05

    @hunter
    Si je parle du rire, c’est parce que je pense que c’est un élément de défense plus efficace que la tentation du discours et de la morale, face à des gens qui font semblant de ne pas comprendre. 

    On ne discute pas avec Hitler, on se fout de sa gueule comme faisait Chaplin.
    Humour= arme fatale contre les paranos et les bas du front. Généralement ils ne supportent pas, ça casse leur déguisement, en coupant court à leurs tentatives de manipulation
     Ca n’empêche évidemment pas de se défendre, et de montrer ses limites et ses muscles.
     
Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès