• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

eugene

eugene

.Je vis à la campagne, dans l'argoat, .. Je viens peut être d'un autre temps, bien que je regarde toujours avec plaisir par la fenêtre ce monde qui bouge. L'âge donne un certain confort un détachement, et une ironie, envers le monde des courtisans et des futiles. L'essentiel est ailleurs ! 
 

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 262 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • eugene eugene 11 août 2016 21:11

    @howahkan Hotah
    Ecrire fait un brin fou.

     C’est comme de faire de la barre fixe autour du soleil. Juste un crayon, et vous levez des empires, vous chevauchez les nuages, vous devenez voyant, vous convoquez le passé et l’avenir sur une ligne de départ où il n’y a ni course, ni médaille....
    Juste un zeste de sérénité après l’accouchement. 
    Que chacun peut expérimenter à sa manière. Comme vous le savez, je pense, c’est l’exigence du regard qui vous fait, qui transcende la réalité, et vous fait voir au delà des apparences
     J’ai écrit ce truc extrait d’ une sorte d’opus d’une quinzaine de pages, que j’ai sorti plus ou moins d’un trait, il y a quelques jours, justement sur ce thème du passage des années 70, décennie assez bénite. 
    On sait ce qui s’ensuivit, comment les monde modifia imperceptiblement ses paradigmes, avant d’arriver là où nous en sommes
    Cette farce du Pokémon était c’est vrai envisagé par les auteurs de SF. 
    Une prothèse pour des cerveaux disponibles aux publicitaires aux politiciens et à toutes sortes de gourous, se frottant les mains devant les opportunités de marché offertes. Le marché, le grand mot....Une folie totalement déconnectée de la réalité du monde qui nous entoure, qui s’épuise, se banalise. Et voilà les nouveaux zombies qui défendent les maîtres qui les ont fait esclaves ; 


  • eugene eugene 11 août 2016 11:14

    @howahkan Hotah
    Merci pour ce message de paix qui m’arrive au fond du jardin, le bout du monde préservé....Voilà déjà longtemps que les artistes et les poètes présentent ce qui nous nous arrive, le tricotage de la pensée, de la planète, et le temps où les imbéciles revendiquent leur connerie.


    Le temps était celui de la fin d’août

    Encore beau, mais en train de tourner

    On refaisait les peintures sur les plinthes écaillées

    L’été indien tirait ses rallonges refaisait son maquillage

    Le monde devenait moins cool

    Il se modernisait comme on dit souvent

    Pour justifier le pire le coup de torchon

    Et les autoroutes et les ponts de béton

    Tombaient comme une hachoir de boucher

    Sur les vallées perdues de l’Ardèche et de la Drôme


    Pour le moment tout allait bien encore

    Même si le cri des bûcherons raisonnait encore

    De loin en loin dans les forêts

    La Chine n’était pas tout à fait éveillée

    Faisait juste ses griffes sur la paillasson

    Les gens ne parlaient plus de la révolution à venir

    Mais courraient derrière les papillons de papier

    Et le temps n’était plus qu’une parenthèse d’accumulation


    C’était comme avant un tsunami étrange

    Sans nom sans précédent

    Une guerre sans soldats sans armes sans explosion

    Et peut être bien sans chair et sans esprit

    Que l’on pressent sans avoir les mots pour l’affirmer

    Le nom de Tchernobyl ne disait encore rien à personne

    Mais les hirondelles et les abeilles se faisaient déjà plus rares

    Et l’urgence d’un abri à trouver se précisait

    Avant que l’orage arrive !



  • eugene eugene 10 août 2016 23:29

    @eresse

    Malheureusement la qualité de vos propos et de votre orthographe, ou même le mot bêtement en prend pour son grade, ne va promotionner l’intelligence de cette pratique, à coté duquel le jeu du bilboquet représente l’omega de la pensée et de l’activité humaine !

    Ce qui demanderait des qualités hors pairs, du même tonneau que de persuader le monde qu’Hither était un bienfaiteur de l’humanité. . 
    Rendez nous les dinosaures !. 
    Je préfère me retrouver sur une île avec un timbré vrai, genre islamiste radical, ou un type avec sa grosse tondeuse à gazon bruyante et son taille haie, qu’avec un chasseur de pokémon
    C’est dire !


  • eugene eugene 10 août 2016 23:17

    @tf1Groupie
    Se dire « moderne » est une forme de totalitarisme.

     C’est se limiter soi même à une restriction d’esprit, initiée par le calendrier.
     Etre à la mode des idées, d’une certaine façon, comme on peut l’être des vêtements
     Le pire des conformismes. 


  • eugene eugene 10 août 2016 23:11

    Il y a en a même qui vont à la chasse au Pokémon en syrie. 

    Daesh fourni le bidule, la kalash, la playstation, Non, l’iphone...
    Du pareil un peu au même résultat. Ce n’est pas pour rien que cette organisation coupe les têtes. Ceux qui pratiquent cette horreur cherchent à rendre le monde conforme et semblable à ce qu’ils sont eux même : Des corps sans têtes. 
    Me revient des scénarios de SFiction que je lisais dans les années 70, et qui étaient très proches de cette réalité innommable qui est la notre actuellement. 
    Les choses ne sont donc pas clivées. 
    La barbarie commence sur les consoles et parcourt les cerveaux déserts, conformes à l’état de la terre. 
    Ce qui me fait peur, ce ne sont pas ces imbéciles, enkystés dans leur connerie, faisant la courte échelle à leur voisin, c’est l’état du monde, hors l’homme. 
    Sommes nous en train de vivre la fin de l’humanité ?
Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès