• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Fab81

Passionné de politique, je souhaite, comme l'affichait naguère le PS " mettre le réformisme au service des espérances révolutionnaires". Socialiste, je l'ai été. Je le suis toujours, en somme. Mais constatant que le parti de Jaurès est devenu celui de Pascal Lamy, je place aujourd'hui mes espérances en le Front de Gauche. Honnies des bien-pensants, les espérances passionnantes du socialisme de Chavez de Correa et de Morales sont sources d'inspiration et non d'imitation aveugle.
Mon socialisme est transformation radicale, mais pacifique.
Contre la tentation groupusculaire et le phantasme des minorités agissantes, il entend convaincre une majorité que le règne de l'oligarchie financière, le triomphe de l'égoïsme et l'assèchement de la démocratie ne sont pas une fatalité.
Mon socialisme conçoit le pouvoir comme un moyen et non une fin. Il entend conjuguer vocation parlementaire et action du mouvement social, et se défie de l'activisme brouillon.
Mon socialisme est résolument laïc, contre le venin du repli sur soi et du communautarisme, pour que jamais ne prévale la loi du clan, de la tribu ou du groupe sur celle de la République.
Mon socialisme est espérance et non rancoeur.
Mon socialisme n'est pas apostolat, et je pourrais vous entretenir de tant de mes loisirs...

Tableau de bord

  • Premier article le 22/11/2012
  • Modérateur depuis le 31/05/2013
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 18 312 735
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 229 141 88
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Fab81 18 novembre 2014 18:27

    Je doute que ces deux-là puissent vraiment prospérer en dehors de la sphère du spectacle à laquelle, au fond, ces effroyables clowns appartiennent tous les deux.
    Bien sûr, l’extrême-droite est profondément divisée sur de nombreux sujets (sur la Palestine par exemple, c’est criant !). Mais toutes les tentatives de partis d’extrême-droite hors FN ont lamentablement échoué (Mégret, Carl Lang) ou se réduisent à des formations construites localement autour d’un notable (Bompard). L’anecdote racontée dans l’article est assez significative. Ces deux-là n’ont pas la ressource nécessaire pour faire tourner un parti politique crédible. Et ils n’ont la guère d’espoir de la récupérer tant que le FN occupera tout l’espace, ce qui sera le cas au moins jusqu’au prochain revers électoral majjeur.



  • Fab81 18 novembre 2014 18:08

    Isga se dit révolutionnaire.
    Il décerne le label « révolution » à un vulgaire coup d’état financé par les Etats-Unis et s’appuyant notamment sur des fascistes de la pire espèce.
    Il passe le plus clair de son temps à taper sous des prétextes divers et variés sur tous ceux qui essayent avec plus ou moins de bonheur de contester l’ordre établi, ou prétendent vouloir le faire, sans trop faire le tri entre les fachos, les authentiques réacs et les progressistes ( à ses yeux, seul Isga est progressiste de toute façon !).
    On ne le voit guère en revanche s’intéresser aux méfaits de l’oligarchie.
    Ses ennemis ont une fâcheuse tendance à être les mêmes que ceux de la dite oligarchie.
    Il prétend renvoyer dos à dos diverses formes d’impérialisme. Et pourtant, à bien y regarder la seule puissance à pouvoir sérieusement nourrir aujourd’hui des prétentions impérialistes est curieusement épargnée par notre grand « révolutionnaire ».
    Rapprochez tous ces éléments, méditez-les, et tire-en les conclusions qui s’imposent sur les intérêts que défend réellement notre provocateur...



  • Fab81 6 novembre 2014 19:00

    Si je remarque que nombre de pays alliés des Etats-Unis font dans l’indifférence générale dix fois pire en matière d’homophobie, vous allez me traiter de suppôt de Poutine, M. ZETER ?

    Stigmatiser et montrer du doigt la Russie pour sa législation répressive contre l’homosexualité est bien inutile, voire contre-productif.
     Déjà car je n’ai pas l’impression que ce pays soit très sensible aux pressions venues de l’étranger, c’est un euphémisme. Mettez-vous à la place d’un russe qui a vu les occidentaux donner leur bénédiction aux pillages de Eltsine et sa bande de truands adeptes de « l’école de Chicago »... Dans ces conditions-là, les leçons qui viennent de chez nous, vous pouvez imaginer ce qu’ils en font !

     Ensuite car la loi que vous dénoncez n’est que la (toute petite) partie émergée de l’Iceberg. Ce qui est fondamental, ce sont les mentalités, l’état de la société que vous ne changerez pas par décret. Je ne sais pas jusqu’à quel point la Russie d’aujourd’hui est homophobe, mais l’est-elle forcément plus que la France d’il y a 30 ans ? Chez nous, les mentalités ont évolué, pourquoi ne finirait-il pas par en aller de même en Russie ?



  • Fab81 31 octobre 2014 11:12

    Le problème n’est pas que la France « ne respecte pas ses engagements européens ». Ces règles sont fondamentalement mauvaises et parfaitement scandaleuses.

    Les dogmes européens sont d’abord mauvais, calamiteux, même, sur le plan économique. Point besoin d’une longue démonstration pour s’en convaincre. Les résultats sont éloquents ! L’obsession de la réduction du déficit en période de crise entretient une spirale qui nous conduit tout droit à la récession et au chômage de masse. Moins de croissance, c’est moins de recettes publiques, donc plus de déficit, donc encore plus d’austérité pour prétendre le résorber... Et quand le PIB progresse encore moins que prévu, mécaniquement, le déficit s’accroit. Ubuesque !

    Ces fameuses règles défendues avec un fanatisme religieux par les euro-libéraux sont également une scandaleuse violation de la démocratie et de la souveraineté populaire . Quelle folie, quelle humiliation que de voir le budget de la nation soumis à l’oukaze des technocrates de Bruxelles avant même d’être voté par nos représentants légitimes ! Pour ma part, je n’admettrais jamais qu’une instance extérieure s’autorise à dicter sa loi à mon pays, aussi calamiteux que soient ses dirigeants. Sans doute est-ce l’esprit et la lettre des traités. Et c’est bien pour cela que je les ai combattus, et continuerai à le faire chaque fois que possible. On notera par ailleurs que le carcan européen est décidément très serré. Il impose non-seulement l’objectif, la sacro-sainte baisse du déficit, mais aussi le moyen, la réduction des dépenses publiques et les « réformes structurelles ».

    Pourtant, comme l’a montré le comité pour un audit citoyen de la dette, la plus grande part de cette dernière a été constituée de paiement totalement injustifiés de taux d’intérêts prohibitifs et de cadeaux fiscaux aux plus riches et aux grosses entreprises. Quant aux « réformes structurelles », on ne sait que trop le cortège de régressions sociales qu’annonce cette formule emblématique de la langue de bois euro-libérale.

    Merci donc d’avoir publié et commenté cette lettre, c’est un exercice utile au débat. Mais j’en tire pour ma part une conclusion tout autre : il est grand temps que les citoyens se mobilisent pour briser le carcan bruxellois.



  • Fab81 7 octobre 2014 18:32

    Un article aussi instructif et bien écrit à la fois, c’est assez rare pour être salué !

    J’imagine que les dirigeants des Etats-Unis et leurs alliés n’ignorent pas ce que vous expliquez ici avec brio. Ils n’en ont pas moins développé une politique agressive vis à vis de la Russie et de son président, contribuant à souder la première autour du second, et renforçant le sentiment patriotique, sinon nationaliste. Je me demande comment il faut interpréter cela. Est-ce une tentative du complexe militaro-industriel américain pour encourager une escalade dont il espère tirer bénéfice ? Est-ce simplement un « dommage collatéral » parfaitement assumé de leur stratégie ? Le camp « américano-occidental » sait bien, en dépit de ses rodomontades, qu’il n’a aucune chance de « conquérir » la Russie dans un avenir prévisible comme il a pu déjà vassaliser les pays de l’est. Peut-être se disent-ils que perdue pour perdue, autant agresser et harceler la Russie pour la pousser à la faute dans son environnement immédiat ?

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité