• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

fifilafiloche

fifilafiloche

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 638 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • fifilafiloche fifilafiloche 24 janvier 2012 01:42

    Sur la forme, le sketch a été relativement bien interprété, il a fallu certainement au « bonhomme » puiser dans ses réserves pour déclamer son texte avec une énergie qui lui est inhabituelle.


    Sur le fond, le changement dans la continuité, toujours la même litanie d’affirmations démagogiques, d’enfoncement de portes ouvertes qui ne présentent aucune solution aux syndrôme des égoismes corporatistes français. La facilité n’a jamais construit un homme, encore moins une société...Il n’a pas affirmé des convictions, il a prononcé des paroles que son auditoire voulait entendre, et il semble qu’au moins cet objectif a été atteint : son public en a eu pour son argent...


  • fifilafiloche fifilafiloche 24 janvier 2012 01:34

    Je suis assez d’accord avec l ensemble des réactions.


    Si la rondeur de Hollande évite les montées d’urticaire liées à l’activisme de Sarkozy, quelles compétences y a t il dans son entourage pour résoudre les blocages culturels et corporatistes qui empêchent depuis 40 ans d’apporter une solution durable aux déficits structurels budgétaires, nous rendant de façon croissante dépendants des financements extérieurs ?

    La faiblesse serait elle une vertue en temps de crise ? Voulons nous une nouvelle 4e république nous condamnant à plus d’immobilisme

    Je suis plus que dubitatif...


  • fifilafiloche fifilafiloche 25 novembre 2011 22:47

    Je crois que Fergus n’a pas décrypté la stratégie de l’énarquie démagogue. L’objectif n’est pas de gagner mais de s’assurer de perdre. Le prochain quinquénat sera terrible pour l’équipe en place, comme il l’a été pour tous les gouvernements qui ont été obligés d’appliquer la rigueur imposée par 40 de laxisme budgétaire. Pour les courageux qui vont devoir faire payer l’addition, il s’agit d’un suicide politique.


    Dans ces conditions, le choix d’un homme faible s’imposait. C’est déjà une chose de réglée dans la cacophonie uniquement apparente. Il est bien évident que démagogie et courage n’ont jamais fait bon ménage. D’ailleurs combien chez les bien pensants rentiers de la manne politique ont jamais eu de responsabilités de terrain, au contact de la réalité ? Les quelques exceptions ont laissé l’idéologie poussiéreuse au placard, se rendant compte que le temps n’était plus aux postures de façade, méprisante pour l’intelligence des électeurs, mais à l’action, au delà des blablas savants écrits par leurs responsables de communication


  • fifilafiloche fifilafiloche 25 novembre 2011 04:04

    Il n’y a encore des naïfs pour croire à un clivage entre énarques de droite et énarques de gauche ? Je croyais que les gouvernements Fillon dont les membres dépassent les hypocrisies marketing, avait mis fin aux illusions des militants de base les plus endoctrinés oO


    De toute façon, la fédéralisation de l’Europe allant en s’accélérant, et faisant partie du wagon de queue méridional surendetté, quelle autonomie de décision aura le prochain gouvernement ? La capitale de la France dans ces conditions ne devient elle pas Bruxelles ou Berlin ?

    J’admire cette capacité d’auto suggestion dans les bureaux de campagne. On aurait présenté une chèvre comme meilleur candidat possible, ils se seraient persuadés que le bêlement est le plus ingénieux raffinement de la réthorique politique afin de mieux en convaincre leur entourage. Consternant mais pourtant, il semble que je ne sois pas en train de rêver...


  • fifilafiloche fifilafiloche 22 octobre 2011 12:27

    Vous omettez de préciser qu’une bonne partie des intérêts de la dette payée par l’impôt va dans les assurances vie des papy boomers, ceux la même qui ont creusé cette dette en vivant pendant 40 ans au dessus de leurs moyens.


    Vous vous trompez de ligne de front. Il ne s’agit pas d’un combat droite gauche, mais d’un pillage générationnel, la logique existentialiste poussée à l’extrême. Après, que cette génération se disculpe en pointant du doigt les bailleurs de fond, il n’y a rien là d’étonnant. En matière de démagogie, ils ont toute une vie d’entraînement.
Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité