• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Leveque

un gars un peu comme tout le monde mais en mieux.

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 58 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Leveque 20 novembre 2007 16:58

    A lire les commentaires, je suis éffrayé par la diabolisation compléte qui faite du monde des entreprises et du monde du travail.

    Les jeunes d’aujourd’hui se voient comme les enfants de l’état, qui les a nourris et progétés, et refusent d’entrer dans le « vrai » monde, celui des travailleurs des sociétes, du commerce et de l’argent (qu’on a ou pas).

    Je m’avance certainement beaucoup, mais j’ai surtout l’impression que les jeunes d’aujourd’hui sont effrayés et omnubilés par l’idée de vivre sans l’état.

    La France serait-elle le premier totalitarisme démocratique ?



  • Leveque 16 novembre 2007 11:44

    Si tu sa fait un bac + 5 en informatique, tu dois avoir un CDI et être assez bien payé comme je le suis. Dans un monde ou la précarité et le chomage régne, ce n’est pas rien. Tu devrais être reconnaissant à l’université de t’avoir donné l’occasion de faire ses études là, porteuse et génératrice d’emploi.

    Au lieu de cela, tu te lamente sur tes propres erreurs d’orientation, de choix profesionnel en les mettant sur le dos de l’unversité.

    Manque d’ambition, clochardisation de l’université ? Ma vision à moi ne consiste pas à créer des intellectuels par millions qui réfléchiront sur le sens monde pendant qu’ils pointent à l’ANPE, mais des jeunes diplomés capable d’intégrer le monde du travail....

    C’est le genre de détail qui vous échappe complétement ça, que les jeunes fassent des études pour travailler et non pour « s’enrichir intellectuellement ».



  • Leveque 15 novembre 2007 14:37

    Excellent article. Un diagnocstic pointu des problémes de l’université.

    Par ma part j’insisterais sur deux aspect : l’augmentation des frais de scolarité n’a qu’un sens symbolique. Car ils ne suffiront pas à financer convenablement l’université.

    Le vrai défi, c’est de remettre l’Université à sa vrai place civile : entre le lycée et le travail !!

    C’est aussi de mieux connecter le lycée au monde de l’entreprise où les sources de financement seront présente.

    En même temps d’investir l’argent ( y compris du contribuable) dans ce qui a un sens. C’est à dire limiter l’accés au filiéres en fonction des débouchés connus. C’est le drame de la France de voir des générations entiéres s’engouffrer dans des filiéres sans avenir, d’y gacher leur jeunesse, et de les voir ensuite trainer, dans la précarité, de CDD en concours administratif.

    Personnellement j’ai choisi l’informatique et je ne le regrette pas. si j’avais choisit l’Histoire (comme je le voulais) je serais dans une situation professionnelle trés différente.

    En vérité le diagnostic est fait depuis longtemps. il n’est pas mystérieux. Ce qui est beaucoup plus dur c’est de faire admettre aux « gens » et aux jeunes, que l’université n’est pas un mondre à part, dans lequel on s’épanouit culturellement au frais du contribuable, mais plutot un investissement pour son avenir professionnel. Il doit donc être un investissement rentable. pour l’état comme pour les étudiants.



  • Leveque 6 novembre 2007 09:22

    @ l’auteur.

    Les signes culturels, phylosophiques ou réligieux que vous semblez percevoir n’ont pas vraiment de sens : ils peuvent changer en six mois. Si un démocrate est élu en 2008, l’image de l’Amérique changera immédiatement à la télé et dans nos journaux.

    Par contre, je serais bien plus critique sur l’aspect économonique.

    L’amérique ( et l’occident en général) est désormais un consommateur qui achéte des produits et des services aux pays émergents. L’amérique s’endette désormais pendant que la Chine,l’Inde et les pays émergeants s’enrichissent.

    Guerre ou pas, la dette augmentera, car l’occident vit au dessus de ses moyens.

    Parallement, la montée du pétrole et des matiéres premiéres en général, risque de peser dramatiquement sur l’économie d e l’occident et notre capacité à rebondir.

    En fait nous sommes face à un rééquilibrage de l’économie à l’échelle mondiale.

    Nous ne vous y trompez pas, quand l’Amérique tombera, nous serons écrasés par sa chute...



  • Leveque 23 octobre 2007 15:11

    L’habile piége « Guy Moquet ». Le président de la république, a réussit à prendre l’ensemble du personnel enseignant de gauche dans ses propres filets. Proposer la commémoration de l’execution d’un résistant, n’a en soit rien de politique. il s’agit d’un acte de commémoration nationnale.

    Rien de plus consensuel, de plus Francais et Républicain qu’un résistant fusillé.

    Pourtant, dans la mesure où l’initiative venait de Sarko, il s’est trouvé une mobilisation général et un tollet collectif, contre cettre pseudo-récupération.

    Cette réaction, délibérement provoquée, a pour but de mettre en évidence une réalité propre à l’éducation nationnale : Les profs ne veulent pas être commandés.

    Dans les autres métiers, on obéit et on rend des comptes à un patron. Ou alors on est soit même patron.

    Il n’est alors qu’un seul métier ou l’on décider seul de ce qu’on doit faire ou non, vivre en totale autonomie.

    Le but de cette manoeuvre : isoler un peu plus le monde de l’éducation nationnale, discréditer les profs, désormais enclin à de pas défendre la résistance, si l’ordre vient d’en haut.

    Donner la preuvue finalle, que le corps enseignant vit désormais en complete autarcie et que plus personne ne le commande.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès