• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

lisca

lisca

Merci à tous ceux qui me lisent. Ce que je suis n'est pas important, que dire ?
J'ai beau chercher... J'ai un CV quelque part, mais où ? Je l'ai trimballé d'un pays à l'autre et il est resté sur un siège d'avion.

Tableau de bord

  • Premier article le 18/03/2008
  • Modérateur depuis le 14/02/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 41 684 675
1 mois 2 12 63
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 432 341 91
1 mois 28 26 2
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • lisca lisca 30 juin 11:43

    @eddofr

    Un paquet de sophismes, d’inversions du réel et une torsion de la la logique devenue habituelle...
    Vous dites que nous sommes des grands singes, tous pareils, c’est ça ?
    Que l’espèce à laquelle nous appartenons n’est pas humaine mais simiesque ?
    Comme c’est enthousiasmant !
    Nous sommes tous en effet des mammifères, des hominoïdes, lesquels ne sont pas des espèces, encore moins des races.
    L’espèce pose des barrières : pas de croisement, ou (rare) croisement stérile entre espèces (le singe et l’homme ne se croisent pas naturellement), ou mise au monde artificiellement d’un hybride à problèmes, d’une sorte de curiosité de la nature, vouée à disparaître rapidement... ex : lion et tigre d’espèces différentes peuvent se croiser mais... le résultat n’est adapté à aucun des deux milieux différents des deux espèces dont il est issu. L’hybride est attiré par l’eau (comme le tigre) et déteste l’eau (comme le lion). Si bien qu’il ne sait que faire, face à un point d’eau, le pauvre... Il est malheureux et ne peut que traîner sa vie dans un zoo, dépendant de l’Autre.
    Les races peuvent s’entremêler, même si ce n’est pas forcément souhaitable pour le rejeton, du fait des adaptations au milieu très différentes, et de la confusion qui peut en résulter pour lui. Alors pourquoi la Nature (ou Dieu) autorise-t-elle le métissage ? Parce qu’elle sait que l’Homme est fragile et peut disparaître comme les dinosaures, tout soudain.
    Ce qui importe à la Nature c’est son petit bijou : l’Homme. Elle l’a amoureusement paré (toutes couleurs d’yeux, de cheveux, proportions grecques...), et fonctionnalisé pour qu’il survive dans les meilleures conditions, et pour qu’il soit beau. En milieu tropical, elle lui prévoit un système interne de climatisation. En milieu froid, elle lui peaufine un teint clair. Pour que les femmes soient plus attirantes (de toutes races) et donc fertiles, ou simplement belles, elle leur fait des traits adoucis, des formes rondes. La Nature aime l’Homme, qui en retour la torture, et que va se la prendre en pleine tronche.
    Les races donc diffèrent entre elles, comme diffèrent les hommes des femmes. La Nature assigne un habitat confortable à chacune des trois grandes races. Cependant, si le déluge venait à se reproduire, et qu’il n’y ait plus dans l’arche de Noé qu’un homme blanc et une femme noire (par exemple), avec un(e) amant(e) jaune en sus, la Nature prévoit qu’ils puissent donner naissance à un ou plusieurs métis qui serviront de cassette génétique, à partir desquelles les races, ces petits joyaux de l’évolution, patiemment, pourront être recréées au fil du temps cosmique par l’ingénieuse et prévoyante Nature pourvoyeuse de diversité.
    Classifications du vivant : microbes puis division plantes, animaux... puis subdivisions : invertébré, mammifère..., puis espèces, races, individus. Voilà comment on arrive aux êtres humains, dans cet ordre. A partir de l’espèce, l’âme et le corps se rencontrent, pour ne se séparer qu’à la mort.




  • lisca lisca 29 juin 07:42
    Cette icône du féminisme a absolument besoin du mari « esclavagiste » d’épouse (dixit le fiston), pour affronter l’éternité ?
    La France a-t-elle vraiment donné son avis sur la question ?
    Non, c’est une affaire privée.
    Et donc la France (publique) panthéonise le monsieur ?
    Et ensuite, leur heure venue, jamais deux sans trois, quatre, cinq, les enfants du couple ?
    Les cousins de la famille ?
    Madonna, qui a tant donné de sa personne ? US made, en plus.
    Ses amants et maris ?
    On avait déjà la légion d’« honneur » démo-starisée, nous aurons des légions de panthéonisés.
    Des bateaux entiers.
    Mais bon, tout a une fin, comme le constate l’intéressée.
    Monsieur Veil et Napoléon, kif-kif macchabées. C’est-y pas de la réussite sociale.
    Notons qu’aucun des hommes panthéonisés n’a demandé aux Français d’inclure l’épouse dans la faveur, faut pas pousser (les morts) quand même !
    On y arrivera bien tout seuls, disent-ils, ces machos.


  • lisca lisca 11 octobre 2017 11:43

    Aucune des trois femmes, incluant la Moyen-Orientale n’est une beauté. Trois femmes croisées dans le métro que les publicistes veulent amener à se croire belles et dont les expressions reflètent la médiocrité profonde.
    Elles ne sont pas belles, quelle soit leur plastique corporelle, parce qu’elles sont profondément vidées, et donc aptes à être remplies de n’importe quoi.
    Le message apparent : il suffit de changer de chemise pour embellir, peu importe le vide cérébral. Le vrai message : sois (reste) conne et continue de croire tout ce qu’on te serine. Et ça marche.



  • lisca lisca 17 septembre 2017 09:28

    "Toute vérité n’est pas bonne à dire, peut être allez-vous me « sucrer » des articles ou me bannir, alors que grand bien vous fasse."
    Ce serait vraiment dommage. Et un contributeur de qualité en moins.
    Peut-on sauver Agoravox ?
    Les articles en présentoir sont très souvent médiocres en effet, question originalité, ressassant la pensée unique, avec plus ou moins de talent, sur un ton parfois doctoral et maternant (faiblesse surtout féminine). A défaut d’informer, ils pourraient amuser. Eh bien non.
    Agoravox DOIT être original pour subsister. Mais la médiocrité est militante, et acharnée. Elle se démultiplie, ne survit que sur et dans la masse. C’est pourquoi il serait erroné de convoquer les votes de la masse des lecteurs pour approuver un article. Comme disait Céline, les médiocres seront toujours plus nombreux que les talentueux. Ils recrutent très facilement.
    Il y a aussi la maîtrise de la langue française. Parfois des auteurs ont vraiment quelque chose à dire, mais sont incapables de l’exprimer lisiblement. La logique en souffre, accessoirement, car ce qui se conçoit bien... etc.
    Il faudrait donc trois conditions sine qua non pour être admis à publier : originalité du sujet et du style, forme correcte, pertinence et véracité (par sources sinon fiables au moins reconnues, comme la grande presse) de l’information présentée.
    Sinon, Agoravox devient la voix de perroquet d’une populace télévisée. Mille perruches ne font jamais qu’un avis.
    Qui déciderait ?
    Non pas les auteurs prolifiques, mais une élite professionnelle et littéraire ou scientifique. Carlos Rivelli est le boss. Il pourrait s’appuyer sur l’avis de conseillers instruits, diplômés (pas les faux diplômes de sciences humaines ou Sciences Po, mais des doctorats, des agrégations) ou professionnels, non politisés (on sent que CR censure avant d’être lui-même censuré) ni commerçants.
    Cette élite jugerait de la qualité des nouveaux articles et auteurs à introduire. Pour les bons articles mal orthographiés (la faute à l’EN), il y aurait une réécriture.
    La société Agoravox redistribuerait une part de ses profits aux actionnaires-auteurs.
    Agoravox a prospéré sur une contestation de la thèse officielle du 11/9. Il faut revenir aux sources.
    Sous peine de mourir, comme tant d’autres médias.



  • lisca lisca 3 septembre 2017 22:07

    Article très intéressant.
    Et aucun commentaire ?

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès