• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Monolecte

Monolecte

Poil à gratter du web depuis 2003 !

Tableau de bord

  • Premier article le 05/12/2006
  • Modérateur depuis le 04/01/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 191 735 9842
1 mois 1 11 89
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 2 2 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Monolecte Monolecte 29 octobre 2017 19:53

    @Le Gaïagénaire
    Pas mieux smiley



  • Monolecte Monolecte 29 octobre 2017 17:52

    @Luc-Laurent Salvador
    Étant éthologue (avec une grosse composante de psychologie sociale) de formation, il est certain que j’ai eu une grosse réflexion en amont même de l’idée de parentalité. J’ai toujours pris en considération le langage non-verbal et surtout ses limitations. Il est clair d’accès au discours, dans la toute petite enfance, passe beaucoup par le non verbal et connaissant le terreau de lacunes familiales, j’avais anticipé toute la partie fondamentale de la création du lien par le tactile, les vocalisations, les mimiques et les postures… la création du lien est toujours à double sens. Ma fille a parlé tôt, mais il y avait effectivement un contexte.

    Le dialogue a fini par prendre le dessus dans notre communication, mais ma fille m’a confirmé qu’elle avait bien compris le sens que je donne à cette phrase et elle explore maintenant elle-même son rapport au monde et aux autres.



  • Monolecte Monolecte 29 octobre 2017 17:43

    @Le Gaïagénaire
    Non, non, cette partie-là a toujours été explicite aussi smiley

    En fait, nous sommes des gens très explicites → on ne sait jamais vraiment ce que l’autre pense s’il ne l’exprime pas clairement. Donc, on dit ce que l’on a dire, sans compter sur une foutue pensée magique pour faire le job à notre place.

    Je pense vraiment que le non-dit est un foutu poison dans les relations humaines et plus particulièrement les familiales.



  • Monolecte Monolecte 29 octobre 2017 17:38

    @sarcastelle
    J’ai toujours trouvé horriblement tordus les parents qui cherchent à obtenir des choses (grandes ou petites) de leurs enfants en commençant par dire « si tu m’aimes vraiment, tu… ».
    Je trouve cela d’une violence incroyable, utiliser le sentiment d’amour de son enfant pour le forcer à faire quelque chose contre son gré, même si (ou peut-être surtout si) il ne s’agit que de lui faire avaler un aliment qu’il trouve répugnant. Le « fais-le pour papa ou pour maman », ça c’est vraiment tordu, si on y réfléchit un tout petit peu.

    Il est vrai qu’en échange de ce refus du chantage au sentiment, nous lui avons aussi retiré la possibilité de nous renvoyer l’arme à la figure : « puisque c’est comme ça, je t’aime plus ».

    Donc, les sentiments sont des choses libres, par des armes pour contraindre. Aujourd’hui ado, elle a parfaitement intégré cette leçon et cela lui est d’une grande utilité pour résister aux pressions qui existent à son âge et qui peuvent faire des ravages.



  • Monolecte Monolecte 29 octobre 2017 17:30

    @egos

    Aujourd’hui ado, elle me confirme avoir toujours parfaitement bien compris le sens de cette démarche. Il faut dire que tout cela s’est toujours fait dans un dialogue permanent et non pas comme une sentence qui tombe de haut comme un couperet.

    C’est parce qu’il s’agit de sentiments puissants qu’il convient précisément d’en parler, afin de ne pas leur donner trop de pouvoir sur nous-mêmes et sur les autres, afin de désamorcer les bombes psychiques, afin d’être capables ensuite de se prémunir de ceux qui s’en servent sans aucune bienveillance.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès