• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Nangala

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 188 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Nangala 18 août 2013 23:26

    C’est bien ce que je dis ! Cantat n’est pas un pervers, et encore moins un pervers narcissique ! Il n’a pas du tout ce profil, pas à ma connaissance. Il ne se sert pas des autres, n’a pas besoin de reconnaissance, n’a certainement pas besoin de manipuler autrui ni être au centre de l’attention (il l’est déjà, il l’a toujours été). Son problème origine plutôt à l’inverse : la façon dont les gens, depuis toujours, le traite, le regarde, le considère. Il a toujours suscité la fascination, bien avant de devenir une rock star. C’est qqu’un hors norme, brillant et intelligent, et comme toutes les personnes qui sortent de la norme, un écorché. Gros problème de gestion de la violence, mauvaise évaluation de l’entourage, mauvais étayage, incompréhension de ses compagnes. Comme Cantat est une personne particulièrement vive et intelligente, personne n’a réalisé qu’il ne contrôlait pas cette violence. Il aurait dû se faire soigner, et son entourage ne l’y a pas obligé parce qu’il avait les moyens intellectuels de le comprendre tout seul. Son histoire est une succession de malchance, de mauvaises évaluations et de dénis. ça ne fait pas de lui un pervers, comme on le lit tout au long de ces posts. La réalité est infiniment plus complexe. 




  • Nangala 18 août 2013 21:30

    Rhôô j’ai posé des boîtiers électriques dans mon salon, fait l’amour avec mon ami et essayé d’empêcher les idiots patentés de dire n’importe quoi. Cantat n’était pas mon ami, juste un copain que je fréquentais parfois. 


    Ici on lit que Cantat est mysogyne, cela est faux. Qu’il est pervers, cela est faux. La perversion c’est je le rappelle la négation d’autrui, sa réification afin de pouvoir assouvir des fantasmes sexuels. Le pervers méprise autrui, ce que Cantat est incapable de faire. Oui, il a un trouble important de la personnalité, mais il n’est pas pervers. Qu’il souffre, cela ne fait aucun doute, qu’il soit violent, c’est une évidence, mais il est surtout marqué au coin du destin, fracassé dans tous les sens, mis sous pression par son statut d’icône, oui, ce qui n’a rien arrangé. Il est fou, a dit Kristina. Elle a dit cela, qu’il était fou. Pas pervers. 

    Je déteste voir ces gens se vautrer dans des explications stupides au sujet d’une personne qu’ils ne connaissent pas. 

    Que l’on m’accorde que j’ai eu dix milles vies avant ce jour. J’ai rencontré des dizaines d’artistes, des chanteurs, des musiciens, des plasticiens, des écrivains, des photographes. J’ai mangé à la table de princes et de trafficants d’armes. Une liste de personnalités incroyables où Cantat reste l’une des plus complexes et des plus charismatiques. Le problème qu’il pose, qu’il nous pose tous, à ceux qui l’ont rencontré, et à ceux qui ne le connaissent pas, est insoluble. Alors de grâce évitons les racourcis merdiques et les jugements à l’emporte-pièce. 



  • Nangala 18 août 2013 17:49

    J’ai connu Cantat dans une vie antérieure. Il n’est en RIEN la personne décrite dans les posts ici : pervers dedans, charmeur dehors, pseudo artiste pseudo engagé. Rien de tout cela, RIEN de tout ce que vous avez écrit n’approche ce qu’est Cantat.


    Cantat est une personne hors-norme. Charismatique au delà de ce qu’il est possible d’imaginer, solaire, généreux. Passionnant. Fascinant. Véritablement engagé oui, pas un BHL rock’n roll en goguette. Un grand voyageur, fou de littérature et de poésie. Passionné de géopolitique. Plutôt timide. Marrant. Pas pervers, même si je n’étais pas dans l’intimité de sa chambre conjugale.

    Mais Bertrand a toujours eu un problème avec la violence. Elevé à grands coups de ceinturon par un père militaire qui défendait, grosso modo, les bonnes vieilles valeurs que tous ses contempteurs défendent ici. Quelqu’un au narcissisme fracturé. Fragile, mal étayé par l’entourage qui aurait dû le forcer à se faire soigner et qui, je le sais, aujourd’hui le regrette bien amèrement.

    L’auteur de l’article a écrit que Bertrand fait du chantage au suicide mais se garde bien lui-même de passer à l’acte. C’est faux : je lui connais au moins deux tentatives. Une a fini en réanimation, si je me souviens bien. Je n’ai AUCUN doute quant au fait qu’il finira par se tirer une balle dans la tête, lorsque la horde de chiens que vous êtes sera repue de s’acharner sur ce nouvel os.

    Des pervers narcissiques, il y en a plein les rues. Tous nos hommes politiques le sont : menteurs, manipulateurs, mythomanes, maniaques, pervers. Sarko et sa clique de pédocriminels cocaïnomanes, ça ne vous a pas trop dérangé pendant 5 ans, je crois bien me souvenir. Mais la horde préfère s’acharner sur Cantat parce qu’il n’a pas les bonnes idées au bon endroit, et parce que la horde aime détruire ce qu’elle a vénéré. C’est nul. A chier complet. 

    Il y a plein de marioles, de branques et de guignols ici qui font les forts-à-bras, bien planqués derrière leurs écrans, mais qui n’iront jamais dire à leur voisin d’arrêter de battre son chien, sa femme ou ses gosses. Qu’ils se regardent dans le miroir et qu’ils se demandent ce qu’ils ont fait aujourd’hui pour améliorer l’état du monde dans lequel ils vivent. Parce que j’ai un gros scoop à leur annoncer : les chansons de Cantat leur survivront.



  • Nangala 10 juillet 2013 23:59

    C’est pour ça que dans le paradis libéral que sont les Etats-Unis pour Spartacus, les gens vont se faire soigner ... à Cuba...



  • Nangala 6 juillet 2013 22:17

    @ Spartacus

    Le trafic d’héroïne en Afghanistan a été multiplié par plus de 1000 depuis la chute des Talibans, c’est-à-dire depuis que les Américains ont envahi le pays. A ce petit jeu de con, Spartacus, vous trouverez toujours des chiffres pour aller contre vos opinions ;

    Le trafic de coke en Bolivie n’a pas commencé sous le gouvernement de Morales, il a été mis en place par de grandes mafias agraires dans les années 60, soutenu et entraîné par des réseaux para-militaires formés à la SOA. L’argent de la drogue sert traditionnellement à l’achat d’armes pour entretenir les milices, vous savez tout cela n’est-ce pas ?

    Quant à savoir qui tue qui en Bolivie, c’est un peu une blague, votre histoire de radios dynamitées, non ? Morales lui-même, quand il était syndicaliste, a été attrapé lors d’un congrès par des milices para-militaires d’extrême-droite, battu à mort à coups de barre de fer et laissé sans vie pendant plusieurs heures avant de recevoir assistance : le sort banal d’un syndicaliste en Amérique du Sud ...

    Morales n’est pas la réponse du berger à la bergère : les gens qu’il a en face de lui sont des loups. 

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès