• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Pierre Régnier

Pierre Régnier

Je suis né en 1938, quelques semaines avant Munich. J’ai milité jadis à la JOC (Jeunesse Ouvrière Chrétienne), plus tard au PSU et à la CFDT. Au sein de cette confédération j’ai été, juste avant le démantèlement de l’ORTF en 1974, l’un des Secrétaires Nationaux du syndicat de la radio-télévision de service public. J’ai publié en 1986, en collaboration avec deux amis, "Le Gâchis audiovisuel" aux Editions Ouvrières (devenues Editions de l’Atelier). A de nombreuses reprises pendant des années j’ai tenté, par la proposition de libres opinions à la presse, de convaincre qu’il faut "désacraliser la violence religieuse". J’ai constaté un triple refus (des responsables religieux, politiques et médiatiques) de prendre en compte cette nécessité selon moi évidente. C’est seulement sur des sites Internet (citoyens, républicains, laïques, religieux individuels) que j’ai réussi à l’exprimer.

Tableau de bord

  • Premier article le 16/11/2007
  • Modérateur depuis le 13/11/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 42 6321 2055
1 mois 0 46 0
5 jours 0 6 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 722 605 117
1 mois 5 5 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Pierre Régnier Pierre Régnier 25 novembre 19:48

    @roby

    Merci pour ces deux liens très importants.

    Il faut espérer que les deux textes seront très largement lus par les habitués d’Agoravox, et très vivement, par eux, conseillés ailleurs.



  • Pierre Régnier Pierre Régnier 25 novembre 15:30

    @Francis, agnotologue

    Dans les enquêtes d’il y a presque deux ans à Wuhan, les journalistes cherchaient aussi - mais il me semble que cela allait de soi, c’est pourquoi je n’en ai pas parlé - par quel moyen le virus, découvert d’abord sur des pangolins du Marché, avait pu arriver là.

    Contamination des pangolins par une chauve-souris, infectée par les expériences, et échappée du labo à quelques kilomètre de là ? Transport du nouveau virus à l’extérieur par un ou des chercheurs du labo eux-mêmes (à l’époque, et pour cause, la nécessité de « gestes barrières » était peut-être très sous-estimée).

    Je rappelle qu’avant même la découverte du virus, des chercheurs étrangers (français, américains...) avaient décidé de ne plus travailler avec ceux de Wuhan dans le labo chinois, estimant que les mesures chinoises de sécurité étaient insuffisantes.



  • Pierre Régnier Pierre Régnier 25 novembre 15:10

    Je précise que, pour moi, ceux qui veulent voir une création volontaire du virus par les chinois (pour disposer d’une nouvelle « arme bactériologique ») ne font qu’aggraver sottement la situation.

    Les gouvernants chinois ont des défauts, mais ils ne sont pas fous à ce point. Leurs chercheurs valent ceux de « l’Occident » mais peuvent, comme eux, se tromper.

    Il n’y a aucun déshonneur à se tromper. Celui-ci intervient seulement quand il y a persévérance dans l’erreur constatée ou, pire, quand on cherche à la « faire inventer » par des adversaires, vais ou supposés..

    En de domaine comme dans les autres, c’est dans le nouveau négationnisme, de plus en plus largement partagé par les gouvernements et les populations, qu’est le mal.



  • Pierre Régnier Pierre Régnier 25 novembre 14:57

    …/… Entre temps, les « informateurs » avaient convaincu le gouvernement macronien (entre autres) d’abandonner cette piste et, dans les faits, deux « camps » se sont constitués : d’un côté les médecins qui voulaient soigner les malades en cherchant les meilleurs traitements (supposés) existant, de l’autre le bloc labos-grands médias-gouvernants (dont certains avaient inauguré le labo de Wuhan avec les chinois).

    Et ce bloc en trois parties a fait le forcing pour que les soignants traditionnels soient considérés comme incompétents, voire même carrément méprisés par la population.

    En supposant qu’aujourd’hui les gouvernants, leurs conseillers médicaux et la grande presse prennent conscience d’avoir mal ré-agi en privilégiant à tout prix l’infaillibilité des labos (et en jetant le discrédit sur la moitié du corps médical), comment peuvent-ils ne pas "perdre la face". Je suis convaincu que c’est leur principale préoccupation actuelle.



  • Pierre Régnier Pierre Régnier 25 novembre 14:51

    Cet article, comme presque tous ceux qui traitent de ce sujet, oublie de dire pourquoi ce sont les laboratoires de recherche médicale qui imposent leur point de vue sur les remèdes.

    Il y a 2 ans, des journalistes informés de la découverte d’un nouveau et dangereux virus, sur un marché de Wuhan en Chine, étaient envoyés par leur rédaction pour enquêter sur l’origine de ce virus. Un labo de Wuhan qui travaillait (notamment sur des chauves-souris) a la recherche de vaccins ou/et de traitements contre l’ancêtre du Covid19 fut vite soupçonné d’avoir créé celui-ci par accident.

    Plus vite encore les médias dominants ont fait en sorte que tout le monde rejette cette piste. Mais, cet été 2021, de nombreux journalistes ont à nouveau, après avoir cherché dans d’autres directions, publié leur conviction première : le labo de Wuhan est le plus probablement à l’origine du virus. …/…

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité