• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Pierre Régnier

Pierre Régnier

Je suis né en 1938, quelques semaines avant Munich. J’ai milité jadis à la JOC (Jeunesse Ouvrière Chrétienne), plus tard au PSU et à la CFDT. Au sein de cette confédération j’ai été, juste avant le démantèlement de l’ORTF en 1974, l’un des Secrétaires Nationaux du syndicat de la radio-télévision de service public. J’ai publié en 1986, en collaboration avec deux amis, "Le Gâchis audiovisuel" aux Editions Ouvrières (devenues Editions de l’Atelier). A de nombreuses reprises pendant des années j’ai tenté, par la proposition de libres opinions à la presse, de convaincre qu’il faut "désacraliser la violence religieuse". J’ai constaté un triple refus (des responsables religieux, politiques et médiatiques) de prendre en compte cette nécessité selon moi évidente. C’est seulement sur des sites Internet (citoyens, républicains, laïques, religieux individuels) que j’ai réussi à l’exprimer.

Tableau de bord

  • Premier article le 16/11/2007
  • Modérateur depuis le 13/11/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 42 5825 2200
1 mois 1 144 81
5 jours 0 29 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 560 488 72
1 mois 17 15 2
5 jours 4 4 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Pierre Régnier Pierre Régnier 28 novembre 11:31

    « Ou comment l’immédiateté, l’absence de recul et la malveillance dans le monde virtuel mettent en danger la République dans le monde réel »

    Je n’aurai pas le temps de lire maintenant ce long article, mais je constate que sa première phrase résume parfaitement la cause de la gravité de la situation (c’est moi qui souligne le plus important).



  • Pierre Régnier Pierre Régnier 28 novembre 10:34

    @Philippe Huysmans

    Une fois de plus, pour un commentateur bien intentionné, c’est de mes élucubrations dont se foutent les catholiques, pas de la théologie criminogène qui conduit à l’assassinat de pauvres innocents.

    Je répète donc que c’est ma découverte du volet criminogène maintenu, dans le christianisme dont j’avais été un fervent adepte pratiquant, qui fut l’une des principales causes du désespoir dans lequel j’ai été plongé il y a une quarantaine d’années.

    Je répète que, après des dizaines d’années durant lesquels je me suis éloigné du désespoir, j’ai malheureusement dû faire le constat qu’est bien arrivée l’effroyable société qui me semblait devoir arriver si les chrétiens persistaient dans leur décision de se foutre du problème. 

    Je dis ce qui me paraît clair, mais je n’ai aucun mépris pour ceux qui ne voient pas ce que je vois. Je continuerai simplement à tenter de le leur faire voir. A 82 ans je suis certain que je ne m’habituerai jamais à l’assassinat de pauvres innocents par des croyants convaincus que Dieu a bien commandé de tels assassinats pour le bien de l’humanité..



  • Pierre Régnier Pierre Régnier 27 novembre 21:05

    @Mervis Nocteau

    Dans ma bible la plus récente c’est même : égorgez-les devant moi.

    Mais non, dans cette parabole, pour moi incompréhensible, Jésus n’identifie pas clairement son dieu comme proférant ces paroles.

    Si c’était le cas on pourrait dire qu’il y a au moins un endroit du texte sacré des chrétiens où Dieu commande des tueries comme dans le Coran.

    Ça reste cependant très troublant, selon moi complètement contradictoire avec le reste des Évangiles.



  • Pierre Régnier Pierre Régnier 27 novembre 20:46

    @Et hop !

    Ce que je répète inlassablement - mais en fatiguant beaucoup de lecteurs d’Agoravox et j’en suis désolé - c’est que, dans le cas des violences commises au nom de Dieu, les philosophes et les religieux, surtout s’ils sont chrétiens, ont le devoir de rechercher la cause principale et d’exiger qu’elle soit éliminée.

    La trouver est extrêmement simple : les théologiens la réaniment sans arrêt, et même l’église catholique les suit aveuglément sur ce point, ce qui détruit son enseignement pacifiant issu de l’auto-sacrifice de Jésus de Nazareth.

    Je ne nie absolument pas les violences commises par les athées mais je prétends que, dans le cas des massacres commis actuellement en France par des fidèles de l’islam, les athées et les religieux sont également partiellement responsables, même si c’est indirectement, puisque les uns et les autres ne veulent pas s’attaquer au volet criminogène qui reste sacralisé dans les théologies du monothéisme.

    Quand ce sont des chrétiens qui s’obstinent dans ce refus c’est particulièrement stupéfiant.




  • Pierre Régnier Pierre Régnier 27 novembre 10:00

    @samy Levrai

    Ce n’est pas l’islam qui a inventé la haine et le terrorisme. Mais, surtout, ce n’est pas l’islam qui a inventé la haine au sein des religions.

    Cependant c’est bien l’islam qui, depuis 14 siècles, justifie et enseigne directement, comme un fondement dans la croyance en Dieu, la violence et la haine.

    Six siècles plus tôt, le christianisme avait proposé leur disparition. Mais ses adeptes ne l’ont pas vraiment compris et ont inventé cette folie théologique : oui, maintenant, notre Dieu n’appelle plus qu’à l’amour mais c’est avec raison qu’avant l’arrivée du Christ il a appelé à commettre de grands massacres.

    L’église catholique, après presque 2000 ans, a enfin rejeté, au Concile Vatican II, sa judéophobie. Mais elle continue de justifier et d’enseigner l’horrible théologie rapportée ci-dessus, contribuant ainsi, elle aussi, même si c’est très indirectement, à faire durer la haine et la violence religieuses.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité

365 derniers jours

Articles les plus lus de cet auteur

  1. Détruire la principale cause de la violence religieuse

Publicité



Palmarès

Publicité