• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

sirocco

sirocco

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1151 0
1 mois 0 36 0
5 jours 0 8 0

Derniers commentaires



  • sirocco sirocco 19 février 14:45

    @l’auteur

    « Il est URGENT de passer à l’action. Quelle action ? RASSEMBLEMENT. »

     
    Jusque là, tout semble pertinent.

     
    "Je ne parle pas de prendre les armes, je parle de changer les choses, ensemble, tous ensemble ! Avec intelligence, ruse et méthode.... Ce qu’il faut c’est véhiculer les bonnes idées pour qu’elles se développent le plus possible...« 

     
    Malheureusement, vous écartez d’emblée la seule action qui aurait une chance d’aboutir au changement auquel vous aspirez.

     
    Répandre les bonnes idées ? Organiser la résistance grâce à l’information ? C’est effectivement nécessaire mais très insuffisant dans un monde où »le système« contrôle la presque totalité des grands médias. Reste Internet avec ses sites, forums, réseaux... mais on s’aperçoit à l’usage qu’en dehors de quelques appels ponctuels à l’action suivis d’effets, son influence générale en matière politique ou sociétale reste assez limitée, la majorité des gens continuant à subir la normalisation des médias mainstream. Quant au processus électoral, à part quelques modifications sans réelles conséquences, il n’y a pas grand chose à en attendre comme on peut le constater depuis plusieurs décennies : il est verrouillé et voué à servir indéfiniment le »système« , ce qui a été démontré par plusieurs articles sur ce forum.

     »Vous n’aurez pas ma liberté de penser« 
    dit la chanson. Mais le pouvoir s’en fout de cette liberté là, dans la mesure où il peut enchaîner ton corps à tout moment. S’il craignait vraiment la propagation des idées »subversives« , il contrôlerait le Web, il contrôlerait les cours des enseignants dans les collèges, les lycées et des facs et il embaucherait du personnel pour cela. S’il ne le fait pas, c’est qu’il n’a pas grand chose à redouter sur ce plan.

     
    Par contre, tous les gouvernements appartenant au système (oligarchie capitaliste et bancaire) disposent d’une police pléthorique et d’une armée. Dans les pays »occidentaux" ces forces, dont l’utilité première n’est pas d’arrêter les contrevenants mais de protéger les donneurs d’ordres, sont en augmentation constante en proportion au sein de la population. Cela dénote une chose : le système ne craint pas la propagation des idées mais les révoltes violentes

     
    Si on veut vraiment que la situation change un jour, il n’existe qu’un moyen : prendre les armes et descendre dans la rue. Il faut (re)faire la révolution. Pas d’autre choix réaliste ayant la moindre chance de succès. Avec cette différence, par rapport à 1789, que le pouvoir craint la révolution, qu’il s’y est préparé et que ça risque d’être plus chaud qu’au temps de Louis XVI...



  • sirocco sirocco 17 février 22:22

    @ l’auteur

    Votre travail de versification méritait que je vous plusse.



  • sirocco sirocco 17 février 22:06

    @genrehumain

    "La religion et la science sont les deux ailes qui permettent à l’intelligence de l’homme de s’élever vers les hauteurs, et à l’âme humaine de progresser.« 

     
    Votre Abdu’l-Baha, qui substituait allègrement la religion à la conscience, est passé aux oubliettes.

    Est demeuré le célébrissime aphorisme de François Rabelais :  »Science sans conscience n’est que ruine de l’âme". Mais ici la conscience n’a rien à voir avec la religion (quelle qu’elle soit). Elle signifie plutôt esprit critique et valeurs morales.
     
    D’ailleurs Rabelais n’aimait pas les dévots ni les ouailles qu’il voyait comme des troupeaux bêlants. Et quand on considère aujourd’hui le ridicule des rites qui accompagnent les religions (toutes les religions s’expriment par des rites et ne subsistent qu’à travers eux), on se dit qu’il n’avait pas tort.



  • sirocco sirocco 15 février 23:36

    « Suite à ces révélations le directeur de l’organisation pour Haïti puis la directrice générale adjointe de l’ONG ont démissionné. »

     
    Par contre en France, où depuis quelques années on a perdu tout sens moral, tout honneur, toute dignité... quand un responsable est mis en cause (il y en a quelques-uns actuellement au gouvernement) il ne démissionne pas. Pays de cloportes.



  • sirocco sirocco 14 février 12:52

    @totrob

    Ne pleurez pas sur feue votre confiance en nos institutions, elles n’en valent plus la peine.

    Je ne dirais pas que les juges sont corrompus, ils sont assez grassement payés pour ne pas attendre de subsides. Disons qu’ils sont enclins à se conformer aux directives ou aux conseils qu’ils reçoivent de l’exécutif...

    Vous avez raison, le sort de Cahuzac dépend du pouvoir actuel (mais ça m’étonnerait qu’il bénéficie encore de soutiens).

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès