• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le pétrole ne serait pas d’origine biologique

Le pétrole ne serait pas d’origine biologique

Il serait synthétisé à partir du minéral dans les entrailles de la terre. Les réserves seraient quasi illimitées, et le pic pétrolier serait un mythe destiné à faire monter les cours.

Je mets un conditionnel, bie que j'en sois personnellement convaincu.

Les Russes ont découvert que le pétrole n’est pas d’origine biologique, mais abiotique.
Il serait élaboré dans les entrailles de la terre, à grande profondeur et à forte pression.
Expérimentalement, il suffit de mettre ne présence de la poudre de marbre, de l’oxyde de fer et de l’eau, sous une pression de 25.000 bars et à plus de 2000°C, pour obtenir tous les constituants du pétrole, de l’éthane au décane.
Ces matériaux et conditions sont réunis à 100 km de profondeur, et le pétrole ainsi produit remonte par les failles.
Par contre, il est strictement impossible de produire autre chose que du méthane, le plus petit des hydrocarbures, CH4, à partir de la décomposition d’animaux ou de végétaux.
De plus, le moindre puits koweitien correspondrait à la décomposition parfaite et totale d’un cube de cadavres de dinosaures de 30 kilomètres de côté (27.000 kilomètres cubes), ce qui est complètement loufoque.
Les occidentaux cherchent le pétrole au hasard dans les zones sédimentaires, et le taux de réussite est d’une exploitation rentable pour 27 forages.
Les Russes cherchent les failles, avec un taux de succès de 60%.
D’ailleurs d’anciens puits abandonnés depuis 15 ans se remplissent à nouveau, parce qu’ils sont au dessus de failles.
Ainsi, la réserve mondiale de pétrole officielle correspond à une couche de 2.5cm de pétrole sur toute la surface de la terre.
Mais en fait, elle correspondrait réellement à une couche de...10 kilomètres d’épaisseur.
Et le pic pétrolier ne serait qu’une escroquerie de plus, destinée à faire monter les cours artificiellement, ainsi qu’à semer la peur du manque pour mieux dominer, alors que nous aurions des reserves pour des milliers d’années.
Je ne sait pas si "Arbeit macht frei", mais la connaissance, peut-être ?
Cherchez vous-mêmes. Mot clé : pétrole abiotique
Pour ceux que ça effraierait de voir cette quantité astronomique de pétrole se transformer en gaz à effet de serre, sachez que ce pauvre CO2 n’est pour rien dans nos malheurs, qu’il est un facteur de vie (végétale) sur terre, et que l’élévation de son taux atmosphérique suit et non précède le réchauffement climatique, étant conséquence et non cause.
Ceci étant une des escroqueries du GIEC, connue par un nombre incroyable et grandissant de scientifiques de haut-niveau.
La totalité de l’énergie que nous consommons annuellement nous est offerte en une seule heure par ce bon vieux soleil, à qui il faut permettre quelques caprices cycliques, tels qu’on les a observés de tout temps. Lui seul est responsable du réchauffement passager actuel, que nous avons déjà connu en l’an 1000, période fastueuse pour la civilisation.
Craignez plutôt un petit âge glaciaire comme au moyen âge, époque de misère et de famine.
C’est beaucoup d’orgueil anthropocentriste de considérer que cette dix-millième partie de l’énergie offerte que nous consommons puisse avoir la moindre incidence sur quoi que ce soit sur cette planète, en dehors des polluants émis, dont le CO2 ne fait pas partie.
Et ne nous laissons plus manipuler par le mensonge et la terreur.
Bien sûr, cette théorie capitale sur le pétrole est contestée, notamment et sans surprise par Wikipédia. mais elle mérite d’être étudiée de très prêt, je vous l’assure.


Moyenne des avis sur cet article :  2.87/5   (90 votes)




Réagissez à l'article

127 réactions à cet article    


  • Bcapai 6 août 2011 11:04

    Je suis d’accord avec la deuxième partie de l’article car je pense que je CO2 obéit aux lois des équilibres thermodynamique des gaz et le taux de CO2 ne devrait pas varier fortement même si nous produisons énormément de ce gaz. Les constantes d’équilibre en chimie ne dépendent que de la température ! Ces constantes d’équilibre gouvernent le cycle minéral du carbone à travers les carbonates et les bicarbonates et la température pilote la solubilité dans l’eau de mer de ce de gaz. Il ne faut pas oublier que les carbonates réagissent avec le CO2 pour former des bicarbonates et que dans l’eau de mer la teneur en carbonate est constante et elle dépend de la solubilité des sédiments calcaires dans l’eau (à une température donnée.)

    Je suis aussi d’accord pour dire que le CO2 est un bienfait dont nous avons besoin.

    L’effet de serre dont on nous parle ne peut pas avoir lieu dans une serre sans toit ! Ce qui est le cas de l’atmosphère

    Par contre, comme scientifique et chimiste, je ne vois pas comment l’oxyde de fer ou l’eau pourrait réduire le marbre (carbonate de calcium) en hydrocarbure. Chimiquement c’est impossible sauf s’il y a un réducteur puissant dans le milieu.

    En lisant les articles proposés je vois que seul l’oxyde ferreux (FeO) pourrait être ce réducteur et se transformer en oxyde ferrique Fe2O3. Mais ce dernier devrait à son tour être réduit en FeO pour recommencer le cycle ! Où cela se passe t-il ? Et dans quelles conditions de réduction ? A la limite le fer étant plus réducteur que l’oxyde ferreux, la réaction devrait mieux marcher avec du fer en poudre.

    Article qui bouscule les bases habituellement admises pour la formation du pétrole


    • Dudule 6 août 2011 13:39

      Si la constante d’équilibre ne dépend effectivement que de la température, la vitesse de réaction n’a aucun lien avec la constante d’équilibre... Je vous trouve très péremptoire d’affirmer ainsi que le rejet sur une durée très courte, et même quasi instantanée en regard des temps géologiques, de milliards de milliards de tonnes de CO2 dans l’atmosphère est sans conséquences.

      Je vous rappelle, et vous ne l’ignorez sans doute pas, que beaucoup de réactions thermodynamiquement possibles et même largement favorisées n’ont pas lieu sans catalyseur ou ignition. La thermodynamique et les équilibres chimiques ne sont qu’une petite partie du problème. Il y a la question du franchissement des barrière de potentiel, des surfaces de contacts, etc... la thermodynamique, c’est bien beau, mais ce n’est qu’un bilan (parfaitement juste) des échanges d’énergie par rupture et création de liaisons chimiques. Il y a bien d’autres paramètres en jeu dans l’étude des réactions chimiques, même si la thermodynamique est fondamentale, je vous l’accorde.

      L’augmentation rapide de l’acidité des océans, observée depuis plusieurs années, montrent que l’équilibre est fortement déplacé. Si effectivement, et je n’en suis pas certain mais vous fait confiance sur ce point, la thermodynamique devrait rétablir l’équilibre, dans combien de temps ?

      Là ou vraiment je doute de votre sérieux :

      « L’effet de serre dont on nous parle ne peut pas avoir lieu dans une serre sans toit ! »

      C’est une plaisanterie, ou il faut vraiment répondre à cet argument ? Une serre a un toit pour éviter que l’air qu’elle contient s’échappe par convection. L’effet de serre à lieu avec ou sans toit, le toit ne fait que bloquer la convection, l’air chaud reste dans la serre au lieu de s’échapper, ce qu’il fait à l’extérieur de la serre. Pour qu’il y ait convection, il faut une atmosphère... Si vous étudiez l’effet de serre global sur l’atmosphère, pas besoin de toit... L’atmosphère ne peut s’échapper par convection !

      Pour l’article : je n’est pas les compétences requises, mais je trouve tout ça assez douteux...

      L’argument qui consiste à dire que le taux atmosphérique de CO2 « suit et non précède le réchauffement climatique, étant conséquence et non cause », c’est un argument spécieux lancer par des gens qui ne savent pas lire un graphique : si vous tracez deux graphes représentant deux grandeurs différentes sur un même repère, suivant l’échelle que vous choisissez pour chaque grandeur, vous aurez une impression d’avance ou de retard d’une ou l’autre courbe. La dérivée donne la bonne information, et les dérivées des deux courbes sont parfaitement corrélées, dans le cas qui est mentionné.

      Quant au Soleil seul responsable des fluctuations climatiques, vous allez m’expliquer pourquoi les moyennes des températures augmentent alors que l’on est sur un minimum d’activité solaire jamais vu depuis qu’on l’observe (400 ans d’observation par l’intermédiaire des tâches solaires, même si on ne savait pas ce qu’on observait au début... c’est peu à l’échelle géologique, mais significatif quand même).


    • René de Sescendres René de Sescendres 7 août 2011 19:19

      Que deviennent les composés du marbre, de l’eau et de l’oxyde de fer ? Tout se transforme, rien ne se perd. Alors, on prend du marbre (Ca, C, Mg, O) de l’oxyde de fer (Fe, O) et de l’eau (H, O), et on obtient du pétrôle (C, H). Mais que deviennent le calcium, le magnésium, le fer et l’oxygène ?


    • Daniel D. Daniel D. 7 août 2011 21:27

      Ils sont au fond sous forme de dépôts résiduels solides ?
      Ça mérite d’être creusé effectivement, où sont les autres éléments ... J’viens de me demander si il y aurais pas une zone de contact entre le pétrole et la roche qui inclue la poche du-dit pétrole ...


    • Redrogers 6 août 2011 12:18

      « De plus, le moindre puits koweitien correspondrait à la décomposition parfaite et totale d’un cube de cadavres de dinosaures de 30 kilomètres de côté (27.000 kilomètres cubes), ce qui est complètement loufoque. »


      Alors là, on touche le fond... A part des gamins en primaire, qui justifie le pétrole d’origine organique par de telles fadaises ? Où est-ce que vous avez vu ça ?
      L’immense majorité de la matière organique décomposée et transformée provient du phytoplancton et autres espèces végétales marines dont la biomasse cumulée au cours des âges géologiques est considérable.
      Même si la synthèse abiotique d’hydrocarbures est théoriquement possible et, pourquoi pas à l’origine d’une (petite) partie des gisements, l’étude des isotopes de C, O et H prouve l’origine (très, très) largement biologique des gisements d’hydrocarbures exploités ! 

      • Plus robert que Redford 6 août 2011 14:53

        Je vous suis sur ce point !
        Quand on parle d’évolution, de géologie, de phénomènes comme la formation des hydrocarbures, on raisonne à l’échelle de millions, voire de milliards d’années, ce qui est totalement hors de portée des valeurs accessibles à l’homme et à son entendement...
        Il n’y a pas si longtemps, les exégètes et maîtres à penser religieux estimaient l’age de l’humanité à -4000 à -6000 ans avant JC ! Alors que les peintures de Lascaux et autres grottes ornées remontent (à la louche) à -35 000 ans !
        C’est dire le chemin mental qui est encore à parcourir...
        Alors, les Km cubes de dinosaures, c’est billevesées et coquecigrues !!!


      • filendrick 6 août 2011 15:14

        le phytoplancton, organique donc... par accumulation... je veut bien en tant que ’source’ probable.

        comment expliquez vous l’evolution des chaines carbonnées que l’on y trouve(CH4, methane UNIQUEMENT pour les matieres organique) vers les chaines n-alcanes (chaine de carbone-hydrogene) que l’on trouve dans le petrole naturel ?

        apparament en laboratoire il est uniquement possible de réalisé cela spontanément a partir de 2000 °C et 25 Kbar. Temperature et pressions que l’on ne trouve que près du manteau et non en surface (quelques km) ou il est collecté.


      • doctorix doctorix 8 août 2011 01:37

        @Redrogers
        Que ce commentaire fasse un top me laisse rêveur...
        Ainsi, il y aurait 20 personnes qui auraient un avis éclairé (et opposé) sur cette question ?
        Ou bien suffit-il d’employer des mots techniques sans référence pour convaincre ?
        Ce n’est probablement pas une petite partie des hydrocarbures, mais son immense majorité, qui serait d’origine abiotique.
        Et si vos isotopes n’étaient qu’une pollution au contact d’un peu de pétrole biotique ?
        Bien sûr, je ne peux prouver cette assertion (bien qu’il y ait des éléments de preuve dans les liens cités).
        Mais vous, pouvez-vous prouver le contraire ?
        Autrement dit, cet argument méprisant ne prouve strictement rien. Sauf que vous ne respectez pas vos contradicteurs. Je ne vous ai pas traité, moi, de vieillard attardé du tertiaire.
        Vous demandez où j’ai vu ça ? C’est donc que vous n’avez pas lu...
        Je n’en retiens qu’une chose, c’est que vous envisagez l’origine abiotique comme possible.
        C’est toujours ça.
        Vous savez, moi, je n’affirme pas : j’envisage. Et je donne des éléments. C’est tout.
        La véritable science est modeste, et n’hésite pas à remettre en cause les vérités impératives.
        Ce n’est pas facile de bousculer les habitudes de pensée, et c’est pourtant capital.
        Je suppose que certains voudront reprendre leur plussage au profit d’une abstinence, c’est malheureusement impossible.

        Mais je ne vais pas répondre à chacun : je préfère faire une synthèse, que vous trouverez un peu après le 100ème commentaire.


      • Login Login 6 août 2011 12:21

        A propos de la corrélation entre Le taux de CO2 et la température : lien  le premier étant la conséquence de la seconde....

        • sissa 6 août 2011 16:26

          Tiens, cela c’est nouveau, cela ne fait pas partie des dizaines d’arguments classiques des climato-sceptiques.
          Enocore une fois, ceci n’est pas le fruit d’un travail de recherches(i.e ayant fait l’objet de publications mais une idée lancée lors d’une conférence. L’argument de base étant douteux : http://scienceblogs.com/deltoid/2011/08/murray_salby_and_conservation.php?utm_source=sbhomepage&utm_medium=link&utm_content=channellink


        • Bcapai 6 août 2011 15:22

          Quelques précisions :

          En ce qui concerne la réaction du gaz carbonique avec le carbonate, c’est une réaction élémentaire acido-basique qui ne nécessite nul catalyseur et qui est presque instantanée (Cf. la différence des pKa).
          La teneur en carbonates des océans est fixée par la solubilité du carbonate de calcium dans l’eau de mer à 20°C. On trouve exactement la valeur de cette solubilité pour cette teneur.
          La cinétique est effectivement lente surtout à cause de la diffusion des ions carbonates qui est lente et dépend des conditions locales et surtout des courants marins.

          On observe bien une augmentation de la teneur atmosphérique en CO2 mais sans aucun lien avec les apports anthropique de CO2 lesquels devrait amener à un taux plus élevé en CO2 que celui observé.

          En ce qui concerne l’effet de serre.
          Il y a bien sur dans une serre des convections. Elles sont naturelles car un gaz qui s’échauffe se dilate (pour se refroidir) et donc s’élève jusqu’à arriver au toit de la serre
          Juste au dessous de ce toit, la température est élevée ainsi que la pression. En ouvrant une lucarne, on libere la chaleur et on fait baisser la pression.

          Dans l’atmosphère augmentation de volume n’est pas bridée et l’augmentation de volume non plus.
          En physique le produit PV (pression x volume) est assimilable à des joules donc à une énergie.
          A pression constante, l’absorption de l’énergie d’un gaz je fait par l’augmentation de son volume
          A volume constant, l’absorption de l’énergie d’un gaz se fait par l’augmentation de sa pression.
          En d’autres termes le volume de la tropopause (la partie supérieure de la troposphère) varie et c’est là que se situe amortissement de l’énergie absorbée par les composés à effet de serre.

          C’est ainsi qu’on observe dans un local vitré, fermé, rempli de CO2 , et éclairé par le soleil une augmentation importante de la température intérieure. Il y a aussi augmentation de la pression.

          Enfin et dernier point : la teneur en H2O (qui est aussi un gaz à effet de serre) est telle qu’il y a 300 fois plus de molécules d’eau que de CO2 dans un volume donné.

          Pourquoi un rayon infrarouge (IR) se ferait-il préférentiellement absorber par une molécule de CO2 plutôt que par une molécule d’eau sachant, en plus, que les modes de vibration (donc les bandes d’absorption des IR) sont plus nombreux dans le cas de l’eau que du CO2 ?


          • sissa 6 août 2011 17:23

            Pour une réponse à la question finale, je conseille les articles référencés sur cette page de cet excellent blog.
            Ceci dit, la réponse à la question est assez simple, les longeurs d’ondes absorbées par l’eau et le CO2 ne sont pas les mêmes.


          • Dudule 6 août 2011 21:19

            Oui, bon, d’accord, PV = nRT pour un gaz parfait (qui n’existe pas, même si le comportement des gaz de l’atmosphère dans des conditions « normales » s’en rapproche).

            Non, l’augmentation de l’énergie d’un gaz se fait aussi par l’augmentation de sa température, même si le système, dans le cas d’une transformation isobare, répond en se dilatant, ce dernier phénomène diminuant la variation d’énergie interne... mais bien sûr, ça ne compense pas... Le rayonnement absorbé par le gaz ne peut qu’augmenter son énergie, sinon, ce n’est plus la peine de faire de la physique...

            D’ailleurs, en ce qui concerne un gaz parfait, l’approximation qui est faite est justement que toute son énergie interne est cinétique. Bien sûr, pour un gaz réel dilué (c’est à dire dans des conditions normales, pression atmosphérique, etc...), il y a l’énergie potentielle d’interaction entre les molécules (les forces de Van Der Waals), mais l’énergie cinétique reste nettement prépondérante (d’où l’intérêt de l’approximation du gaz parfait). L’agitation thermique due à une augmentation de température augmente l’énergie cinétique des molécules, ce qui dilate le gaz, mais sa température a bel et bien augmenté. D’ailleurs, l’énergie interne absolue d’un gaz parfait ne dépend que de sa température : E = 3/2 RT par mole de gaz parfait (monoatomique). Notez que ni la pression, ni le volume n’intervienne.

            Augmenter la température à pression constante augmente le volume, très bien... La variation d’énergie interne, c’est la variation de quantité de chaleur + la variation de travail. -pdV (la variation de travail à pression constante) diminue dans ce cas mais dQ augmente si on chauffe un gaz à pression constante (isobare). L’effet de serre a bien lieu même à pression constante. La loi des gaz parfaits ne suffit pas, il faut le 1er principe : dU = dW + dQ
            La dilatation du gaz à effectivement tendance à diminuer son énergie interne, mais ça ne compense pas, sinon les paysans n’utiliserait pas de serres. En plus, comme écrit plus haut, si un gaz absorbe de l’énergie, et bien son énergie interne augmente, ça ne peut pas être autrement...
            Si vous appuyez sur l’accélérateur de votre voiture, son énergie cinétique augmente en même temps que le travail des forces de frottements, mais ce dernier ne compense pas, sinon vous n’accéléreriez pas... ben là, c’est pareil.

            Dit autrement, si on apporte de l’énergie à un gaz dans des conditions isobare et isochore (pression et volume constant), il s’échauffera plus que dans des conditions isobares uniquement, mais il s’échauffe quand même dans des conditions isobares. C’est très logique en fait...

            Un autre exemple : une serre n’est pas étanche : la transformation est aussi isobare dans une serre. Le chauffage serait effectivement plus efficace dans une serre étanche (exactement ce qui est expliqué plus haut) , mais bon, ça poserait d’autres problèmes...


          • filendrick 6 août 2011 15:24

            SVP, Il existe deja un paquet d’articles concernant le réchauffement climatique sur agora, ce topic n’en est pas le sujet.


            • chems eddine Chitour 6 août 2011 15:43

              Cet article est inexact sur plusieurs points.


              Quand on parle de décompostion de matière à l’état fossiles, c’est à la fois la faune et la flore et pas seulement les dinosaures
              Les tempèratures sont de 1° tous les 30m de profondeur et la pression est généralement hydrostatique. A 3000 mètres ( gisement de Hassi Messaoud) dans une ancienne mer intérieure ( le Sahara) la température est de l’ordre de 100 C , il sort en surface à environ 130 C et à une pression de 300 kg/cm2, nous sommes loin des 2000 C et 25 000 atmosphères

              La deuxième erreur est que l’auteur a oublié de citer la synthèse de Fisher Tropsch qui permet à partir de gaz ( CH4 ou plus) de synthétiser des hydrocarbures (une sorte de polymérisation du groupement CH2)

              En clair, le pétrole n’a pas besoin des températures et pression aussi élevées, par contre la cinétique est catalysée par des bactéries et demande du temps beaucoup de temps des millions d’années..

              Enfin ces théories abiotiques ont été énoncées il y a 150 ans par l’ecole russe avec notamment Mendeleev. De plus elles ont été abandonnées du fait notamment de la présence de coquillages dans les carottages des puits, et surtout de la présence d’eau salée avec le pétrole Ce qui démontre sans conteste l’origine marine du pétrole.

              Pour les élucubrations sur une théorie du complot, nous quittons le rationnel pour aller sur le continent de la fiction... C’est un autre débat

              Prof.C.E. Chitour


              • filendrick 6 août 2011 16:20

                avez vous lu les liens données en sources de l’article ?

                 Vos arguments sont abordés des le début ou presque, et démontrés non suffisants d’apres les auteurs. Quand pensez vous ?

                (je ne vais pas tout copier coller ici)

                Je ne suis pas scientifique, mais étant un matheux dans l’ame, j’ai quelques notions de chimie, vos arguments ne tiennent pas.

                Effectivement la théorie du pétrole d’origine organique ne semble pas nouvelle, mais vous transformer la réalité en incluant Mendeleev, il en était un détracteur et l’a même démentie !

                les articles sont présents, lisez Les liens en 6 parties. (rien que les 2 premieres concernant vos propos).


              • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 6 août 2011 21:16

                Fischer Tropsch : l’avenir à court terme !

                On va transformer le charbon en pétrole et en gaz, d’ailleurs c’est ce qu’ils font déjà en Afrique du Sud ... et comme on l’a fait en Europe avant la deuxième guerre mondiale.

                Quand je pense qu’il y en a qui paniquent avec le peak oil !


              • epapel epapel 7 août 2011 20:37

                Dans le premier document source de l’article on peut lire :

                Wikipedia est de plus assez prolixe sur le sujet de l’origine abiotique du pétrole en déclarant d’entrée de jeu que “la théorie abiotique de l’origine du pétrole a été discréditée”, tiens donc… Donc, nous tapons dans la fenêtre de recherche interne de Wikipedia les termes “biotic origin petroleum” (puisque la terminologie de Wikipedia concernant le pétrole en anglais est “petroleum” et non pas “oil” ce qui est plus spécifique convenons-en), or que découvrons-nous avec stupeur ?

                Qu’il n’y a pas de page sur Wikipedia concernant une origine biologique / biotique du pétrole. Intrigant non lorsqu’il s’agit de fait de la théorie du “consensus scientifique” à cet égard ?

                Voici une page de Wikipedia qui traite de l’origine biologique du pétrole : http://fr.wikipedia.org/wiki/K%C3%A9rog%C3%A8ne

                Bonjour la crédibilité, il est très facile de ne pas trouver : il suffit de ne pas chercher au bon endroit.


              • Laury 6 août 2011 16:51

                Voici un autre lien qui nous explique la même histoire :http://www.karmapolis.be/pipeline/petrole.html


                • filendrick 6 août 2011 17:06

                  Sympa merci pour le lien, je prefere les sources plus fraiche, mais ce texte est un peut plus accessible. (pas encore tout lu, mais d’accord sur le fond)


                • slipenL’air 6 août 2011 17:30

                  @ Laury

                  sur ton lien on peu lire :
                  de nombreuses expériences réalisées en laboratoire ont confirmé qu’il est possible
                  de produire du pétrole à partir des minéraux. Par contre, pas une seule n’est parvenue
                  à en créer à partir des matières végétales et animales. C’est un fait connu des scientifiques

                  ce qui contredit à priori ce qui suit Lien

                  Le procédé biotechnologique
                  Le procédé de synthèse breveté et développé par BFS s’inspire du processus naturel
                   à l’origine de la formation du pétrole d’origine fossile. Il utilise des éléments
                  comme l’énergie solaire (comme source principale d’énergie), la photosynthèse et les
                  champs électromagnétiques associés aux propriétés organiques du phytoplancton
                  (micro-algues marines) pour convertir le CO2 issu des émissions industrielles,
                   en une biomasse puis en un pétrole artificiel similaire au pétrole fossile,
                  sans soufre et sans métaux lourds, en quelque sorte un pétrole propre.
                  La culture intensive des micro-algues et l’absorption massive du CO2 s’opère
                   en milieu fermé et dans des photobioréacteurs verticaux pour une optimisation
                  des surfaces d’implantation, un meilleur contrôle des propriétés physico-chimiques
                   du milieu d’élevage et une rentabilité optimale.

                  http://bfs-france.com/


                  • filendrick 6 août 2011 17:44

                    en quoi cela contredit ?

                    c’est un element de plus, voir meme une bonne nouvelle que cette technique existe.

                    (sinon pour revenir au pétrole conventionnel, la méthodologie vaguement abordée ne me semble pas réalisable dans des entrailles de la terre.(je peut me tromper, mais question temperature/pression, ca colle pas les algues vivante.)

                    du marbre solide de laboratoire (CaCO3), de l’oxyde de fer (FeO), mouillés à l’aide d’une eau triplement distillée, ont été soumis à des pressions allant jusqu’à 50 kbar et des températures de 2000 o C. Sans aucune contribution hydrocarbonée ni de détritus biologiques, le système CaCO3-FeO-H2O génère spontanément et à des pressions prédites théoriquement au préalable, une suite d’hydrocarbones caractéristique du pétrole naturel.


                  • epapel epapel 6 août 2011 21:16

                    Comment se fait-il qu’on puisse faire des carburants à partir des plantes alors ?


                  • filendrick 6 août 2011 23:43

                    mais cela n’a rien a voir avec le sujet excusez moi.

                    Je n’ai jamais remit en cause la possibilité de crée des chaines hydrocarbonées a partir de biomasse, d’organisme (algues ou autres) de catalyseur, d’enzyme ou autre, le tout dans un environnement controlé.

                    Je m’interroge sur la genese. la transformation de la biomasse dans les conditions de son environnement amenant la transformation. point que vous evitez.

                    -----

                    Petit extrait des liens cités ci dessus, en parlant des experience avec de la biomasse :

                    • De telles expériences ont été tentées par diverses personnes (qui étaient ignorantes des contraintes des lois de la thermodynamique) à plusieurs reprises ce dernier siècle. Toutes ces tentatives ont échoué sans aucune exception légitime. Les hydrocarbones peuvent être (et sont) synthétisés sous basse pressions par le processus connu de Fischer-Tropsch ou par les réactions de Kolb. Ce sont des processus induits et non spontanés.

                    et plus loin :
                    • La seconde loi de la thermodynamique prohibe la génèse spontanée d’hydrocarbones plus lourds que le méthane dans des régimes de pressions et de températures trouvés dans la croûte terrestre proche de la surface. Ce fait est connu par les physiciens, chimistes, ingénieurs chimistes, ingénieurs mécaniques et thermodynamiciens compétents depuis le dernier quart du XIXème siècle.

                  • slipenL’air 6 août 2011 17:34

                    La question

                    que foutaient donc tout c’est dinosaures et plantes géanteS
                    à 10 kM sous terre,qui ou quoi les à enterrés. ???????????????? (les ET)
                     smiley smiley smiley


                    • le poulpe entartré 7 août 2011 00:11

                      Réponse : c’était un meeting de l’UMPS.


                    • sissa 6 août 2011 17:51

                      Article relevant purement et simplement du wishful thinking.
                      Je résume : l’influence du CO2 sur le climat est nulle(non pas incertaine ou surévaluée, hein, nulle...) et les réserves de pétroles sont quasi-illimitées.
                      Le premier point est bien connu et depuis déjà pas mal d’années un grand nombre d’arguments ont été avancés(et contestés) pour le défendre n’y revenons pas.
                      Le second, lui est plus marginal, parce que la théorie à laquelle il prétend répondre, celle du pic pétrolier est elle-même plus marginale que celle du réchauffement climatique. Selon le point de vue des « piquistes »(qui défendent la théorie du pic pétrolier), le déclin du pétrole commencerait bien avant son épuisement, en fait à partir du moment où la moitié des ressources serait consommée. Certains affirment que cet instant est tout proche(voire dépassé). La théorie du pétrole abiotique, associée à l’idée qu’il s’en produirait des quantités bien supérieures à ce qu’on croit prétend donc écarter cette possibilité. Il faut quand même signaler que les géologues du pétroles qui la rejettent ne le font pas sans raisons : http://www.fromthewilderness.com/free/ww3/102104_no_free_pt1.shtml , et http://www.fromthewilderness.com/free/ww3/011205_no_free_pt2.shtml .

                      Ces deux théories (pic pétrolier et réchauffement climatique) ont un point commun : si elles se vérifient, elles mettent en cause la durabilité de la civilisation industrielle. C’est la raison pour laquelle certains les rejfusent sans avoir la compétence requise pour le faire.


                      • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 6 août 2011 21:26

                        C’est surtout et avant tout une théorie Russe, le pétrole abiotique.

                        Ceci étant dit, il me semble que le marbre est composé de coraux qui ont été compressés dans le coeur de la terre.

                        En fait, tout se résume au comportement du carbonne : est ce que le carbonne redevient spontanément liquide ( voire solide ) ou subsiste sous forme gazeuse une fois consommé.

                        J’ai l’impression que celui qui aura la réponse définitive à cette question pourrait postuler aux Nobel.

                        Outre le fait que celui qui aura une théorie fonctionnelle pour la précipitation du carbonne gazeux en carbonne solide ou liquide pourra également postuler pour le Nobel et qu’en plus il va faire fortune au delà de tout ce qui est imaginable.

                        S’il y a un amateur ....


                      • doctorix doctorix 8 août 2011 15:00

                        N’y revenons pas.
                        Mais si, revenons-y, au contraire. Ces arguments massue ne peuvent être écartés d’un revers de main. Mais on y reviendra dans un autre sujet.
                        N’utilisez pas des « il est bien connu » ou des « tout le monde sait bien que... », qui ne sont pas des arguments mais des refuges pour dogmatiques.
                        certains les refusent sans avoir la compétence requise pour le faire.
                        Mais que diable savez-vous de leurs compétences ? Il me semble qu’il y en a un certain nombre, cités dans les commentaires, y-compris au sein de l’industrie pétrolière (des traîtres ?) qui ont tout à fait la compétence pour le faire.
                        Vous faites dans le « Alkabach, taisez-vous » ?
                        Vous ne donnez pas d’argument, mais votre opinion. C’est de peu d’intérêt, excusez-moi.
                        Vous oubliez le taux de réussite des forages russes effectués sur ces données. A comparer au minable taux de réussite des occidentaux sur la base de l’origine sédimentaire.


                      • sissa 11 août 2011 18:33

                        @doctorix : LA production de étrole russe a atteint son maximum au cours des années 80, malgré la « théorie russe ».Il est facile de vérifier que les zones de production pétrolière russes sont des bassins sédimentaires, comme en occident.
                         Vous me reprochez de ne pas avoir d’arguments alors que j’indique trois liens qui présentent des arguments solides que vous avez clairement choisi de ne pas lire.


                      • Bcapai 6 août 2011 17:53

                        Pour revenir à cet article :

                        Une question me vient à l’esprit.

                        Nous utilisons le pétrole comme source d’énergie et il est assez logique de penser que cette énergie viens de l’énergie solaire de l’époque préhistorique  conservée dans le pétrole sous forme d’énergie chimique et qu’en brûlant le pétrole on libère cette énergie qui sans cela serait restée enterrée.
                        On peut donc estimer que l’énergie que nous avons est prise au dépend de l’énergie solaire primitive.

                        Si le pétrole est d’origine minéral quel est le système qui perd de l’énergie quand nous l’utilisons ?
                        Je ne vois qu’une explication cette énergie est celle résultante de la chaleur de la terre et ce serait donc une énergie géothermique différée !

                        Dans ce cas nous devons faire attention car ce n’est pas une énergie vraiment inépuisable même si elle nous parait très abondante.


                        • doctorix doctorix 8 août 2011 15:14

                          La terre réémet dans l’espace tout ce que le soleil nous envoie, sauf ce qui est stocké par la photosynthèse ou sous forme de réchauffement. Dans certaines périodes, elle largue plus. Dans d’autres moins.
                          Mais la terre stocke sans doute encore d’une autre manière, inconnue.
                          Dans Science et Vie de Juillet, on parle de 1% dont on ne sait ce qu’il devient, 1% manquant.
                          La Terre absorberait toujours plus d’énergie solaire, et les océans de moins en moins. Une énorme quantité de chaleur se cacherait donc quelque part. Où ? Mystère. L’article ne répond pas à la question. Et prouve nos lacunes. La modestie est de rigueur, car ce 1%, c’est cent fois ce que nous consommons, en gros.


                        • filendrick 6 août 2011 18:10

                          dixit Lavoisier :)
                          « rien ne se perd tout se transforme »
                          +1


                          • karquen karquen 6 août 2011 18:50

                            heu double remarque : si vraiment c’étais d’origine minérale, nous aurions un soucis majeur avec les volcans, et à la profondeur indiquée avec la pression nous aurions dû « bruler » par de grandes failles sismique plusieurs fois... or l’histoire des continents nous montre un scénario bien éloigné de ce principe « ésotérique »... 

                            Maintenant je ne suis pas tout à fait contre cet article qui à le mérite de dire que le stock de pétrole est vraiment très important... et qu’une certaine manipulation sur la quantité existe vraiment, car le pétrole n’est pas une denrée rare bien au contraire, aujourd’hui on rebouche les puits découverts, pour faire flamber... son prix. 

                            Mais on peux y voir également une certaine maitrise du concept de la production de CO2, pour notre atmosphère déjà au seuil du tolérable et la volonté de migrer vers des solutions plus écologiques... 

                            donc en résumé non je pense pas que ce soit minéral et sous une pression qui me semble assez étrange, et oui, c’est un choix mondial pour pousser vers des énergie écologiques, car les ressources me semble encore « illimitée » pour nos besoins actuel (même avec la Chine) sur le pétrole... 


                            • filendrick 6 août 2011 19:06
                              • heu double remarque : si vraiment c’étais d’origine minérale, nous aurions un soucis majeur avec les volcans, et à la profondeur indiquée avec la pression nous aurions dû « bruler » par de grandes failles sismique plusieurs fois... or l’histoire des continents nous montre un scénario bien éloigné de ce principe « ésotérique »...

                              pas compris, un probleme avec les volcans ? au pire ce sera consommé dans la cheminée, je vois pas le soucis.
                              (et si on commence a parler en temps géologique, rien d’instantanné comme « bruler » risque de ce produire. meme lors d’un seisme).
                              • donc en résumé non je pense pas que ce soit minéral et sous une pression qui me semble assez étrange

                              Et pourtant énormément de gens on essayer de produire des chaines hydrocarbonnés a base de materiel biologique (a basse pression) et ont tous echoués. Largement documenté. voir lien donnée en source de l’article bon sang.

                              Dans les liens sourcé de l’article ci dessus

                              La seconde loi de la thermodynamique prohibe la génèse spontanée d’hydrocarbones plus lourds que le méthane dans des régimes de pressions et de températures trouvés dans la croûte terrestre proche de la surface. Ce fait est connu par les physiciens, chimistes, ingénieurs chimistes, ingénieurs mécaniques et thermodynamiciens compétents depuis le dernier quart du XIXème siècle.

                              (décidement personne ne lit, meme l’impression que ce sujet CAPITAL, est a peine commenté, alors que tout le monde vote contre.)


                            • Daniel D. Daniel D. 7 août 2011 23:40

                              #Et pourtant énormément de gens on essayer de produire des chaines hydrocarbonnés a base de materiel biologique (a basse pression) et ont tous echoués. Largement documenté. voir lien donnée en source de l’article bon sang. #

                              FAUX, le Docteur Jean Laigret médecin et biologiste français qui travailla a l’Institut Pasteur l’as fait !

                              Procédé de production d’hydrocarbures gazeux et liquides et produits obtenus par ce procédé.

                              Le procédé Laigret a pour objet un procédé qui permet de produire des hydrocarbures gazeux et des hydrocarbures liquides, en particulier des pétroles bruts, à partir de substances organiques par fermentation. Le pétrole produit étais d’origine biologique, ça as donc été fait ! Arrêtez de dire que personne ne l’as fait !

                              http://www.econologie.com/brevet-du-docteur-laigret-les-revendications-articles-3958.html

                              http://www.pasteur.fr/infosci/archives/lai0.html

                              un autre site avec des informations sur ce Docteur, son cursus et ses recherches :

                              http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Laigret

                              Extrait :

                              La revue L’Ere Nouvelle (BP 171 06407 Cannes cedex) a publié, dans son numéro 182 de janvier-février 2008 un article de Henri Durrenbach (déjà publié en 1991)


                              Après avoir multiplié les expérimentations Jean Laigret, a pu constater que 100 g de savon donnaient 75 cm³ de pétrole grâce à l’action du bacille Clostridium perfringens.Selon les matières, les résultats varient un peu,1 tonne d’huile fermentée donne 800 litres de pétrole brut et 200 m³ de gaz combustible, 1 tonne de déchets de viande donne 450 litres de pétrole et 140 m³ de gaz combustible, les déchets de poisson fournissent 70 % de leur poids en pétrole, les écorces d’orange et de citron 37 %, et les feuilles mortes 25 %.


                            • Rousquille Rousquille 6 août 2011 18:52

                              Très bon article. Il est évident que si le pétrole est d’origine abiotique n’importe quel pays, pourvu qu’il fore à une profondeur suffisante, aurait du pétrole en abondance. Cela n’arrange évidemment pas les grosses compagnies pétrolières.


                              • karquen karquen 6 août 2011 19:05

                                mdr ! 

                                il va falloir en faire des trous ! 

                                Non ce n’est pas raisonnable, et la puce à l’oreille : 25 000 bars.... je pense que même sur Jupiter la pression n’est pas aussi grande... 

                                Nous ne manquons pas de pétrole c’est sur ! mais par endroits ; par endroits seulement, justement par l’histoire de la dérive des continents. sur de vaste zones mais des zones limitées, et en quantitée bien plus importante qu’on nous le dit... je pense personnellement qu’il reste au moins 70 % de la consomation actuelle en pétrole... mais aussi très polluant et mal gèré, le poids de l’économie sur la réalité ecologique sur la planète... 


                              • filendrick 6 août 2011 19:15

                                raté, tiens un table de wikipedia pour les ordres de grandeur de pression : http://fr.wikipedia.org/wiki/Ordre_de_grandeur_%28pression%29

                                le diamand se forme a une pression superieure

                                Sinon nous on parle de 100km de profondeur pour les 25Kbar, sur un rayon terrestre de 6370km dixit wikipedia.


                              • filendrick 6 août 2011 19:19

                                euh, pas de moyenne le rayon, max a l’equateur. dans l’axe Z on a "seulement 1210km.
                                proportion de la terre : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Slice_earth.svg


                              • karquen karquen 6 août 2011 19:34

                                Autant pour moi...

                                Mais en comptant la dilatation des matériaux à la chaleur ? si la densité est possible sur certains matériaux quid du pétrole liquide ? c’est pas un cristal à ce qui me semble et le rapport poids/masse me dérange un peu sur les possibles de ... fermentation.... on peu accélerer le processus avec des algues d’où les recherche en Espagne en ce moment...... 

                                m’enfin je ne suis qu’un ignorant devant l’Eternel... 


                              • epapel epapel 6 août 2011 21:19

                                Aucun souci pour les compagnie pétrolières si le pétrole est d’origine abiotique, car le n’importe quel gars capable de creuser à ces profondeurs, c’est principalement elles.


                              • doctorix doctorix 8 août 2011 15:16

                                @karquen

                                25.000 bars n’est pas une pression si considérable.
                                On la trouverait sous 250 km d’eau si cette profondeur existait sur terre.
                                Mais la masse de 250 km d’eau doit pouvoir être approximativement comparée à 100 km de roches.
                                Pas besoin d’aller sur Jupiter, donc.
                                Quand à la température de 2500°C, à raison de 1° tous les 30 mètres de profondeur, et même si ce n’est qu’une supposition admise aujourd’hui, elle n’est dans ce cadre aux nombreuses incertitudes nullement invraisemblable à 100 km de profondeur. Le calcul donne précisément 3.300°C.
                                Il est évident que personne n’a les moyens de le savoir précisément, mais ces température et pression sont parfaitement cohérentes à cette profondeur selon les données actuelles.


                              • doctorix doctorix 8 août 2011 15:20

                                @karquen

                                25.000 bars n’est pas une pression si considérable.
                                On la trouverait sous 250 km d’eau si cette profondeur existait sur terre.
                                Mais la masse de 250 km d’eau doit pouvoir être approximativement comparée à 100 km de roches.
                                Pas besoin d’aller sur Jupiter, donc.
                                Quand à la température de 2500°C, à raison de 1° tous les 30 mètres de profondeur, et même si ce n’est qu’une supposition admise aujourd’hui, elle n’est dans ce cadre aux nombreuses incertitudes nullement invraisemblable à 100 km de profondeur. Le calcul donne précisément 3.300°C.
                                Il est évident que personne n’a les moyens de le savoir précisément, mais ces température et pression sont parfaitement cohérentes à cette profondeur selon les données actuelles.


                              • Electric Electric Tof 6 août 2011 19:18
                                L’auteur a bien raison de nous parler de cette possible origine abiotique du pétrole, théorisée par les russes, et exploitée judicieusement par leurs soins. Ainsi, les russes ont vu leurs capacité de production très largement augmentées en forant sur des failles, dans des roches très dures, des gisements très profonds, ou à priori, on n’aurait jamais du rien trouver.
                                 
                                Quelques références supplémentaires :
                                 
                                 
                                 
                                 
                                 
                                Réchauffement :
                                 
                                Un climatologue du meilleur niveau a remis le nez dans les travaux du GIEC. Il en ressort, que tout l’édifice repose sur les mesures de CO² au XIX ème siècle pour attester d’une augmentation du taux de ce dernier. Par décision axiomatique (et en écartant les chiffres génants), il a été décidé que ce taux était en moyenne au XIXème siècle de 280 ppm à rapprocher des 350 actuels. Il suffit de corréler mathématiquement l’augmentation du taux avec la température, le tour est joué.
                                 
                                Seulement, Z Jaworowski montre que le taux de 280 ppm est faux, et que le taux moyen de CO² au XIX est en tout point comparable au notre, avec des pointes à 400 ppm :
                                 
                                 
                                Voilà comment on construit un roman scientifique sur la base d’un seul paramètre. Même chose qu’avec le redshift pour décider de l’expansion de l’univers.
                                 
                                Enfin, les équations qui ont été utilisées pour modéliser les projections climatiques sont amplifiantes. En gros, on passe les paramètres au carré au lieu d’une multiplication par 2 par exemple.
                                 
                                Un judicieux choix d’équations mathématiques, un mauvais choix de référentiel, et en avant pour le grand délire.
                                 
                                Il n’empêche que tout le système solaire se réchauffe depuis 40 ans, le phénomène est global, inquiétant, le réchauffement anthropique une probable blague.
                                 
                                Si le taux de CO² est fortement corrélé sur le long terme (400 000 ans) avec les températures, l’augmentation des températures précède toujours l’augmentation du CO², l’auteur a raison sur ce point.
                                 
                                Force est de constater que plus on en sait, et plus les questions sont nombreuses. Il me semble qu’il est un peu rapide de passer par dessus bord des théories divergentes, ce qui est l’exact contraire de l’esprit scientifique.
                                 
                                Soyons un peu plus modestes, et ça ira mieux.

                                • karquen karquen 6 août 2011 19:56

                                  « Il n’empêche que tout le système solaire se réchauffe depuis 40 ans, le phénomène est global, inquiétant ... »... 

                                  mdr ! 

                                  encore encore ! j’en veux plus ! je veux les statistiques martiennes et celle de l’ex-Pluton ou de Sedna ! je veux l’amplitude bi-directionnelle du champs électique et magnétique du soleil et sa longueurs d’onde, je veux toutes les données possibles ! à savoir si on peu se faire cuire un oeuf sur Io ou astéroïde de saturne... la chaleur sert à cuire les aliments pas à les réchauffer forcément mdr ! 

                                  ça serait bien de savoir si sur mars un humain peu respirer de l’air et si les martiens sont gentils comme nous les français... nous on apporte pas d’armes pour faire la guerre mais des philosophes à la con pour comprendre ce petit bout de grain de sable dans le bras d’une galaxie que l’on appelle communément la voie lactée... 


                                • sissa 6 août 2011 21:13

                                  C’est marrant de voir comment on retrouve sans cesse les même arguments.

                                  Par décision axiomatique (et en écartant les chiffres génants), il a été décidé que ce taux était en moyenne au XIXème siècle de 280 ppm à rapprocher des 350 actuels. Il suffit de corréler mathématiquement l’augmentation du taux avec la température, le tour est joué.
                                  Non, ce n’est pas axiome mais par utilisation des carottes glaciaires. Quant aux chiffres « génants » ils n’ont pas été écartés sans raison mais parce que le taux de CO2 peut être variable d’un point à l’autre ou à divers moment de la journée, et qu’en conséquence certaines mesures ne sont simplement pas représentative de l’atmosphère.

                                  Enfin, les équations qui ont été utilisées pour modéliser les projections climatiques sont amplifiantes. En gros, on passe les paramètres au carré au lieu d’une multiplication par 2 par exemple.
                                   
                                  Un judicieux choix d’équations mathématiques, un mauvais choix de référentiel, et en avant pour le grand délire.
                                  C’est tellement évident que vous n’avez aucune idée de la façon dont un modèle est fait.

                                  Il n’empêche que tout le système solaire se réchauffe depuis 40 ans, le phénomène est global, inquiétant, le réchauffement anthropique une probable blague.
                                  Mais bien sûr..

                                  Si le taux de CO² est fortement corrélé sur le long terme (400 000 ans) avec les températures, l’augmentation des températures précède toujours l’augmentation du CO², l’auteur a raison sur ce point.
                                  Un grand classique, fondé sur une entourloupe simple : faire croire que l’effet du CO2 sur le climat est déduit de corrélations, alors que c’est la compréhension d’un processus physique qu’on l’établit. Dans le passé le CO2 est venu amplifier un réchauffement du à des paramètres astronomiques.


                                • Lucknow 6 août 2011 21:19

                                  Intéressants les liens sur la réponse, surtout celui sur le soi-disant réchauffement des planètes du à un Soleil dont l’activité diminue très légèrement en ce moment.


                                • karquen karquen 6 août 2011 21:32

                                  Oui mais ça pour notre planète Terre ! 

                                  pas pour le système solaire ! il ne faux pas tout mélanger.... 

                                  Et pour notre planète le taux de Co2 ne fait parti que de 20 % de l’équation, c’est plutôt la préservation de l’ozone, et sa destruction par cfc, et la dilatation des océans qu’il faux craindre... 

                                  On pourra toujours respirer, même difficilement, , mais sur une terre inondée et avec une géopolitique modifiée et de nouvelles guerres pour les terres fertiles au pôle nord... et avec peu de graines pour fertiliser les sols appauvris eux-mêmes d’éléments nutritifs par manque d’exploitations... bref scenario catastrophe ! 

                                  mais nous sommes là pour eviter ça tous ensemble, et penser à l’avenir... il suffit d’éliminer les « banksers » , et de rendre neutre la virtualité boursière pour engendre la vie naturelle sur notre planète... avec malthusianisme quand même. 


                                • Mor Aucon Mor Aucon 6 août 2011 19:29

                                  Le pic pétrolier pose problème ? Pas de soucis, on arange ça vite fait. Le pétrole n’est plus le pétrole, c’était une conspiration. J’en ai une autre de solution magique. En fait le pétrole est du caca de dinosaure à très haute pression. Reste plus qu’à synthétiser de l’ADN de Brontosaure (plus c’est gros, mieux ça chie) en le copiant sur celui trouvé emprisonné dans un moustique mort empêtré dans de la résine jurassique et faire un élevage de ces gentils pachydermes. Dans les Cévennes par exemple, on pourra en faire un attractif touristique interplanétaire pour les générations de vénusiens à venir.


                                  • doctorix doctorix 8 août 2011 15:29

                                    Le pic ne me dérange ni ne m’arrange.
                                    Mon seul souci : y a-t-il un pic ?
                                    Les retombées de la réponse nous concernent tous, et il serait facile d’exploiter notre ignorance (n’est-ce pas ce qui se fait ?).
                                    Alors, trêve de commentaires oiseux, cherchons la réponse. Sans a-priori, et sans esprit partisan.
                                    Je n’aime pas le pétrole, et suis de ceux qui pensent que les pétroliers nous privent d’une énergie bien plus intéressante, propre, illimitée, gratuite, pour satisfaire leurs intérêts. Je ne suis donc pas leur avocat, mais bien plutôt à la recherche de leurs mensonges.



                                    • filendrick 6 août 2011 20:37

                                      Merci, lecture tres interessante, surtout un truc daté de 2005 (comme quoi l’omerta, ca marche)

                                      ----extrait----

                                      Voilà un intéressant message daté d’avril 2005 posté sur Futura science, de la part de quelqu’un ayant le pseudo « click » qui dit avoir appartenu à la société Schlumberger :

                                      "bonjour,

                                      J’ai travaillé pendant plusieurs années pour la société Schlumberger, leader mondial de la prospection pétroliére (et de trés loin) auquel font appel la plupart des compagnies pétrolières pour leur exploration et leur forages.
                                      Bien qu’electronicien ne travaillant pas a proprement parler dans la division pétrole, j’ai pu à de nombreuses occasions discuter de cela avec des géophysiciens de la compagnie. Et je vous assure qu’en interne la questions du pétrole abiotique est largement admise.
                                      Je vous parle d’un sujet concret, vécu, donc ne généralisez pas tout de suite en théorie du complot. Mais la doctrine de la société est « No-comment » car cela ne correspond pas aux interet économiques a court/moyen terme."

                                      Ca, à la vue de mon message précédent, on imagine bien que cela ne corresponde pas du tout aux intérêts économiques à court/moyen terme de cette boite. Ni a long-terme non plus d’ailleurs. Le long-terme étant du genre « jamais ». On imagine bien que les responsables de Schlumberger ne vont pas venir dire "heu, finalement, la théorie du pétrole abiotique est vraie, il y a du pétrole pour 100.000 ans. Et on le savait depuis quasiment le début. On vous a menti pendant toutes ces années. Et, heu, du coup... le pétrole ne vaut plus rien. Haha, marrant hein ?". Oui, no-comment, ça vaut mieux pour eux, c’est clair.

                                      -------


                                    • Toto Toto 6 août 2011 20:00

                                      C’est amusant cela me rappel roswell, la fusion froide....

                                      ça fait pas de mal de rêver smiley

                                      pas de panique après le pétrole il restera toujours le solaire, l’éolien, l’hydrolique, la biomasse et le bois toujours renouvelable, il chauffe 3 x, quand on le coupe, quand on le rentre et dans la cheminée.

                                      • filendrick 6 août 2011 20:39

                                        la fusion froide ca y est, ils on craqué a cause de fuku peut etre.

                                        On va en avoir des application commercial, l’année prochaine normalement.


                                      • doctorix doctorix 8 août 2011 15:44

                                        La fusion froide nous vient de deux savants maudits, Pons et Fleishman, les Galilée du vingtième.
                                        Calomniés et persécutés comme lui. Mais qui ne se sont jamais rétractés.
                                        Voilà le type d’énergie qui existe et qu’il nous faut. Cadarache est une dangereuse foutaise.
                                        Le photovoltaïque, l’éolien, ne sont qu’une tentative pour remplacer le pétrole non en temps qu’énergie, mais en temps que moyen de nous piquer nos sous.
                                        Les véritables énergies nouvelles sont probablement du genre de la fusion froide, et des travaux de Tesla, le plus grand génie de cette terre, mort dans la misère.
                                        Nous avons le choix d’accepter notre esclavage selon les consignes du N.O.M., ou de nous battre pour nos libertés, qui passent par la récupération de ces énergies volées.
                                        Filendrick, pouvez-vous citer votre source concernant l’application prochaine de la fusion froide, merci.


                                      • sissa 11 août 2011 18:42

                                        @ Doctorix.
                                        L’allusion à Galilée, c’est encore plus fort que le point Godwin : à chaque fois qu’il est question de thèse marginales en science, on peut être certaiin que Galilée va être évoqué.
                                        Des Galilée ? Il y en a des milliers aujourd’hui


                                      • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 6 août 2011 21:52

                                        T’inquiètes, on fait les deux !

                                        L’Union Européenne ( le bidule qui fait ch..r Kriegsmarine où elle est parlementaire mais qu’elle veut voir quand même disparaître ) dépense beaucoup d’argent pour des solutions alternatives au pétrole.

                                        M’est avis que si la théorie russe avait un peu de crédibilité, on ne s’amuserait pas à faire un potchalak d’une telle ampleur !


                                      • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 6 août 2011 21:59

                                        Heeeeeu

                                        je voulais dire, POTLATCH, désolée !

                                         smiley smiley smiley


                                      • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 6 août 2011 22:01

                                        ... au lieu de potchalak of course !

                                        Si jamais quelqun n’avait pas pigé le fond de ma pensée.

                                         smiley smiley smiley


                                      • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 6 août 2011 22:03

                                        Puisse Erzebeth Bathory avoir pitié de l’inconduite notoire de son humble servante !

                                         smiley smiley smiley


                                      • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 6 août 2011 22:07

                                        Puisse Vlad Sepes avoir pitié de moi pour la même raison !

                                         smiley smiley smiley

                                        Et Amon Amarth aussi !

                                         smiley smiley smiley

                                        Et aussi Behemoth  !

                                         smiley smiley smiley

                                        Et aussi Craddle of Filth !

                                         smiley smiley smiley

                                        Hoooouuuu la HONTE !


                                      • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 6 août 2011 22:38

                                        Oooops !

                                        J’oubliai Hunyadi Janos !

                                         smiley smiley smiley

                                        Je suis un peu sotte ce soir !

                                         smiley smiley smiley


                                      • doctorix doctorix 8 août 2011 15:46

                                        Les troll, au vestiaire. C’est la mi-temps.


                                      • Electric Electric Tof 6 août 2011 20:18

                                        http://www.dakotavoice.com/2009/06/nasa-study-shows-sun-responsible-for-planet-warming/

                                        Je n’aurai peut-être pas du parler de réchauffement du système solaire, mais de modifications.

                                        Si nous devions subir les mêmes modifications que sur Uranus, on ne serait déjà plus là. Les calottes polaires de Mars fondent comme neige au soleil, la luminosité de Vénus est augmentée, l’atmosphère de Jupiter est toute tourneboulée, bref, on n’est pas tout seul à voir se modifier nos conditions météo.

                                        Et je ne vois pas en quoi le fait que le système solaire connaisse des changements importants pose problème. C’est un paramètre, c’est tout, rien d’alarmiste ou autre.

                                        Et les mecs qui pensent tout savoir me font bien marrer.

                                        ça sent Montauban, et son terminus des prétentieux.

                                        La science avance en crabe, et à quelques exceptions près, toutes les grandes théories élaborées depuis les lumières n’ont cessé d’être balayées pour laisser place à d’autres.

                                        D’ailleurs, c’est ce qui rend la science si bandante.


                                        • Mmarvinbear Mmarvinbear 6 août 2011 23:54

                                          Ce genre de message circule encore ???


                                          Je l’ai déjà vu il y a deux ans... J’avais cherché son origine et je l’avais trouvé sur un site d’un fondu qui est convaincu que Star Trek est en réalité un documentaire réalisé pour nous préparer à la réalité des visites extraterrestres...

                                          Le gars croit aussi aux ruines sur la Lune et aux pyramides martiennes...

                                          C’est dire.

                                        • doctorix doctorix 8 août 2011 15:50

                                          Oui, ça circule encore : la gouvernance mondiale n’a pas réussi à l’étouffer.
                                          Les trolls non plus.
                                          Et ça n’a pas fini de circuler...
                                          Toujours compter sur la lassitude ou la faculté d’oubli n’est pas nécessairement un bon calcul.


                                        • Terradelie 6 août 2011 20:22

                                          Claude Allègre, sort de ce corps !!!


                                          • aobc 6 août 2011 20:45

                                            Bonjour,
                                            dans ce contexte, voici un lien vers 1.20h d´explications interessantes de N.Begich ( en anglais ) concernant la technique de « HAARP » et sans en faire trop d´idéologie - qui en faite sert notamment a la recherche de petrol + gas etc - et pour explication « comprehensible » des termes ==> ondes et ionosphère
                                            Cordialement, aobc







                                            • gonehilare gonehilare 6 août 2011 21:29

                                              Mes études scientifiques étant limitées, je me garderai donc bien de me prononcer dans un sens ou dans un autre.

                                              Pour autant, la connotation sarcastique de certains commentaires me laisse subodorer ce qu’à pu entendre un certain Galilée, condamné par l’Inquisition pour délit de... « Géocentrisme » - la Terre tourne autour du soleil et non l’inverse !

                                              Se souvenir aussi de la polémique déclenchée par un certain Claude Allègre contestant l’origine anthropique du « réchauffement » climatique ... dont une équipe israélienne vient de mettre scientifiquement en évidence qu’il était directement lié à l’alternance du passage de notre système solaire dans les bras d’enroulement de notre galaxie, la Voie lactée, perturbant ainsi périodiquement l’activité de notre étoile....



                                              • karquen karquen 6 août 2011 21:41

                                                Gonehilare...

                                                autant pour moi... 

                                                mais où sont les données ? où sont les statistiques réelles de groupes indépendants de chercheurs  ? 

                                                Claude Allègre ! mdr ! vous me faites une farce là ! avec les compliments de la maison j’imagine !!! les bras d’enroulement de notre galaxie mdr !!!! 

                                                vraiment très drôle ! vous m’avez pleinement convaincu et vais dans votre sens finalement : je viens de fumer une clope pleine de pétrole et me sent comme un minerai en fusion.. je .. je... arbglll.. je suis mort. 

                                                A part les rayons gammas, imprévisibles, je ne vois pas trop ce qui pourrai nous empêcher d’organiser un barbeuq tous ensemble demain... vous êtes des personnes formidables tous ! je vos adore ! 


                                              • sissa 6 août 2011 22:05

                                                La référence à Galilée, c’est vraiment la tarte à la crème de tous ceux qui défendent des théories en marge voire qui refusent certaines avancées de la science. Outre l’immodestie que cela suppose, il faut quand même noter que pour être dans le vrai il suffisait d’adopter des idées à l’encontre de l’opinion dominantes des chercheurs, cela se saurait depuis longtemps.

                                                Pour ce qui est de la « théorie israélienne », je ne sais pas d’où vous sortez cela, mais cela ne tient pas debout, les échelles de temps du réchauffement climatique et du trajet du soleil à l’intérieur des bras galactiques sont totalement différentes : quelques dizaines d’années pour le premier des millions pour le second.


                                              • gonehilare gonehilare 6 août 2011 22:19

                                                Je vous l’ai dit : j’ai mes limites ! 

                                                Je m’incline donc devant tant d’arguments imparables, impuissant que je suis à vous apporter la moindre contradiction !
                                                Bonne fumette !


                                              • gonehilare gonehilare 6 août 2011 22:32

                                                @ sissa

                                                Le nez collé au « pare-brise », vous faîtes sans doute partie de ces privilégiés à avoir une bonne vision « d’ensemble » des cycles climatiques à l’échelle planétaire ...

                                                Bon vol !


                                              • doctorix doctorix 8 août 2011 15:53

                                                @sissa
                                                Si c’était vrai, ça se saurait...
                                                Vous continuez dans le cliché, je vois...
                                                En 1850 et sans remonter à Galilée, il se trouvait des savants pour estimer qu’il n’y avait plus rien à découvrir...


                                              • epapel epapel 6 août 2011 21:56

                                                "Par contre, il est strictement impossible de produire autre chose que du méthane, le plus petit des hydrocarbures, CH4, à partir de la décomposition d’animaux ou de végétaux."

                                                C’est pourtant le composé qui est le plus facile à obtenir à partir de la fermentation des plantes et des lisiers, procédé d’ailleurs couramment utilisé de nos jours dans les exploitations agricoles.

                                                De plus, le moindre puits koweitien correspondrait à la décomposition parfaite et totale d’un cube de cadavres de dinosaures de 30 kilomètres de côté (27.000 kilomètres cubes), ce qui est complètement loufoque.

                                                C’est votre invention, vous partez d’une idée fausse pour mieux la réfuter. En fait la théorie organique dit simplement que le pétrole est issue de la sédimentation d’organismes marins en mer peu profonde. Pour obtenir de cette façon 3000 milliards de barils (réserves ultimes estimées) en 100 millions d’années, il suffit d’un flux de 30.000 barils/an, c’est loufoque d’après vous ?. Les réserves connues étant réparties sur une surface d’environ 1 millions de km² il suffit alors d’un flux de 5 litres/km²/an, toujours aussi loufoque ?.

                                                Ainsi, la réserve mondiale de pétrole officielle correspond à une couche de 2.5cm de pétrole sur toute la surface de la terre.
                                                Mais en fait, elle correspondrait réellement à une couche de...10 kilomètres d’épaisseur.

                                                Ce ne serait pas plutôt cette affirmation qui est loufoque ? Et comment-se fait il qu’on ne constate jamais de remontée spontanée de pétrole par les failles connues et par l’activité volcanique et sismique s’il existait de telles quantités. ?

                                                Les Russes cherchent les failles, avec un taux de succès de 60%.
                                                D’ailleurs d’anciens puits abandonnés depuis 15 ans se remplissent à nouveau, parce qu’ils sont au dessus de failles.

                                                Comment se fait-il que les Russes n’ont pas toujours pas réussi à dépasser leur pic de production de 1989 s’ils sont capable d’exploiter le pétrole abiotique sous leur sol alors qu’il représenterait selon vous 1000 fois les réserves officielles ?

                                                Et le pic pétrolier ne serait qu’une escroquerie de plus, destinée à faire monter les cours artificiellement, ainsi qu’à semer la peur du manque pour mieux dominer, alors que nous aurions des réserves pour des milliers d’années.

                                                Alors comment se fait-il que le pic pétrolier est nié par la plupart des compagnies pétrolière et des pays exportateurs de pétrole (y compris l’Arabie saoudite) si c’est leur intérêt ?


                                                • filendrick 6 août 2011 22:24

                                                  De quel composé parler vous du méthane ? ou d’une autre chaine carboné ?

                                                  5 litres/km²/an, ok bon non pas loufoque, acceptons cela comme ’source’ potentiel,
                                                  il reste a expliquer comment l’evolution de ces matieres organiques dans les conditions thermodynamiques de l’exterieure de la croute terrestre. (car les articles propose des theories, que vous evitez soigneusement)

                                                  La moitié de vos arguments sont démontés dans les 2 premieres pages liés en source de l’article, les avez vous lues ?


                                                • epapel epapel 7 août 2011 19:58

                                                  De l’éthanol par exemple, produit depuis la nuit des temps par fermentation et aujourd’hui massivement comme carburant.


                                                • epapel epapel 7 août 2011 20:04

                                                  Autant pour moi, l’éthanol n’est pas un hydrocarbure.


                                                • doctorix doctorix 8 août 2011 16:06

                                                  Vous retardez.
                                                  Le pic était nié par les pays producteurs de pétrole.
                                                  Le concept en est maintenant valorisé, afin de faire monter les cours.
                                                  Il est paradoxal de penser que lorsqu’ils croyaient au pic, ils le niaient, et que maintenant qu’ils ont compris que c’était un mythe, ils le proclament comme vrai...
                                                  On estime qu’on trouve actuellement 5 litres de pétrole pour 3 vendus.
                                                  Mais cela, on ne le clame pas.
                                                  Le pétrole remontait spontanément en surface, dans le temps, avant d’être exploité. Parce qu’il est plus léger que l’eau.
                                                  Et les puits abandonnés il y a 15 ans se sont remplis après l’abandon de leur exploitation intensive, par suite de leur mise en repos. La remontée est lente, mais réelle.


                                                • epapel epapel 8 août 2011 22:44

                                                  Procurez-vous les statistiques de l’EIA et vous constaterez que le pic de production du pétrole conventionnel est passé depuis 3 ans déjà.


                                                • joletaxi 6 août 2011 21:59

                                                  @Tof


                                                  bonsoir

                                                  concernant le réchauffement,oups, le bouleversement,le climate disruption, le chaos climatique, le bazar climatique,je crains que toute discussion sensée soit inutile.
                                                  Et cela se comprend, les scientifiques, les organisations, les politiques qui se sont fourvoyés à fond dans cette théorie sont dans une position impossible.
                                                  Pourtant, l’édifice craque de toutes parts.Et de plus en plus de scientifiques sortent du bois.
                                                  Un petit dernier en ce qui concerne notre contribution aux taux observés de CO2


                                                  Pour ma part je n’en discute plus, je considère que l’affaire est « pliée » et je meuble mes moments de loisir à couper du bois pour l’hiver qui est déjà quasi à nos portes(les prévisions d’un nouveau la Nina se précisent)


                                                  • sissa 6 août 2011 22:18

                                                    Ce n’est que la n-ième pseudo-réfutation du réchauffement climatique et fondé une fois de plus sur un raisonnement foireux.


                                                  • Lucknow 6 août 2011 22:24

                                                    Bizarre pour la Nina, ce n’est pas ce que dit le bureau de météorologie australien...


                                                  • Electric Electric Tof 6 août 2011 22:09
                                                    Et si je dis que le soleil n’est pas une machine thermo nucléaire, mais la focale d’une décharge permanente d’électricité venant des bras de la galaxie vous faites quoi ?

                                                    Un AVC ?

                                                     
                                                     
                                                     
                                                     
                                                     
                                                    http://www.ieee.org/index.html : la référence en matière électrique depuis 100 ans.
                                                     
                                                     
                                                    http://www.haltonarp.com/ : le Galilée du XXIème sicèle
                                                     
                                                    http://plasmascience.net/ : site du Los Alamos Laboratory
                                                     
                                                     
                                                     
                                                     
                                                     
                                                     
                                                     
                                                     
                                                     
                                                     
                                                     
                                                     
                                                     
                                                    http://www.thunderbolts.info/tpod/00current.htm : une mine au quotidien, à savourer comme un bon Lagavullin.
                                                     
                                                    http://www.thunderbolts.info/tpod/00subjectx.htm : de quoi passer en revue tout l’univers électrique à travers l’historique des « pics of the days ».
                                                     
                                                    http://www.thunderbolts.info/predictions.htm : chaque nouvelle sonde envoyée réjouit les théoriciens de l’univers électrique.
                                                     
                                                    http://www.youtube.com/user/ThunderboltsProject : quelques vidéos de vulgarisation
                                                     
                                                    Traductions sur le Post, nombreux autres articles en liens en bas de page, de quoi se faire une bonne idée sur la question :
                                                     
                                                     
                                                     
                                                    Sur un forum scientifique :
                                                     
                                                    http://www.techno-science.net/forum/viewtopic.php?t=5706

                                                    Et toujours, le site du Natural Philosophy Alliance, 2300 chercheurs, plus de 5000 publications :

                                                    http://www.worldnpa.org/main/

                                                    Evidemment, que des rigloos !

                                                    Bon, c’est en anglais, comme 100% des publications scientifiques, et je pense que les jesaistout n’en n’ont bien entendu jamais entendu parler. Normal, sur le net, y’a les chercheurs et les trouveurs.

                                                    Deux boulots très diffrérents.

                                                    Y’a un monde fou à Montauban ce soir.


                                                    • sissa 6 août 2011 22:25

                                                      Et si je dis que le soleil n’est pas une machine thermo nucléaire, mais la focale d’une décharge permanente d’électricité venant des bras de la galaxie vous faites quoi ?

                                                      Un AVC ?

                                                      Ne vous en faites pas, j’en ai vu d’autres...

                                                      Pas mal votre truc de mélanger dans vos sources des sites sérieux avec des gros délires.


                                                    • Electric Electric Tof 6 août 2011 22:24

                                                      Tiens, Jo, bien le bonsoir. Couper du bois, la meilleure idée, les british vont se les geler l’hiver prochain comme jamais. Nous ? on verra, l’océan et la Med jouent les régulateurs naturels.

                                                      Mais bien OK, on se tape une sévère Nina.

                                                      Selon les théoriciens de l’univers électrique, quand l’acitivité solaire baisse comme en ce moment, cela laisse passer plus de rayons ionisants venant de l’espace, et cela provoque une augmentation de la couverture nuageuse et donc, y flotte et on caille.

                                                      Bon, je vais me tricoter une petite mitaine pour l’hiver.

                                                      Bien entendu, cela n’obère pas la capacité de notre soleil à se foutre en rogne et à nous envoyer de quoi griller tous nos chers circuits électriques, le véritable pb de notre civilisation.

                                                      Le reste, on s’en fout, on n’y peut rien. En revanche, blinder l’electronique, on peut. (et notamment, les circuits de nos chères centrales nucléaires).


                                                      • epapel epapel 6 août 2011 22:34

                                                        Ainsi, la réserve mondiale de pétrole officielle correspond à une couche de 2.5cm de pétrole sur toute la surface de la terre.

                                                        Reprenez vos calculs, car vous vous êtes trompé d’un facteur 10 :
                                                        Surface de la terre : 500 millions de km2 (6300*6300*4*3.14) ou 5.10^14 m² soit 3100 milliards de barils par mm (160 l/baril et 1 l/mm) ou la totalité des réserves ultimes c’est à dire 1/2.5 fois les quantités existantes.


                                                        • epapel epapel 6 août 2011 22:40

                                                          Sur nos têtes il y a 10,5 tonnes d’air/m² dont 2 d’oxygène, c’est à dire la quantité nécessaire pour brûler 1 t de pétrole soit 1 m sur les 10 km d’épaisseur qui existeraient.

                                                          A quoi bon exhiber 10 km d’épaisseur de pétrole alors qu’il n’y a assez d’oxygène que pour en brûler 10.000 fois moins ?


                                                          • Daniel D. Daniel D. 6 août 2011 22:48

                                                            Le pétrole biologique existe, sa création as même été breveté par un Français le Docteur Jean Laigret (qui travaillais a l’Institut Pasteur) dans les années 60 et fut testé en Tunisie pour traiter les boues d’épuration de Tunis, ou il prouva son efficacité dans ce domaine là.

                                                            Les feuilles, graisses végétales, déchets verts, algues et autres déchets ultimes étaient utilisable en matière première et les rapport de transformation de matières étais impressionnants. Les articles et détails laissent rêveur, quand on pense aux progrès que l’on aurais fait en cherchant dans cette vois plutôt que dans le nucléaire… ainsi que les ennuis évités (farines animales et autres qu’on retrouve dans nos assiettes…)

                                                            La base de son procédé est la fermentation des matière organique par le bacille perfringens en milieu anaérobique et na température ambiante.

                                                            Les couts de production de ce pétrole d’excellente qualité étais équivalent a ceux de la prospection classique en 1970, a un époque ou le pétrole étais 30fois moins cher qu’aujourd’hui.

                                                            Cette méthode a été caché pour empêcher l’autonomie facile des régions agricoles par leur force en étant maitre du carburant EN FRANCE SANS DÉPENDRE DE L ÉTAT.

                                                            Ce camouflage est presque au niveau de ce que l’on fait en Lie-by actuellement en terme d’indécence et de gravité, et tout autant invisible ….

                                                            http://www.econologie.com/forums/du-petrole-renouvelable-par-jean-laigret-vt5802.html

                                                            Corrigez votre article je vous en prie, ne participez pas a noyer cette vérité !

                                                            Cordialement,
                                                            Daniel


                                                            • filendrick 6 août 2011 23:25

                                                              euuh, mais je crois que personne n’a remit en cause la possibilité de transformer les molécules de méthanes par l’utilisation d’organismes et de catalyseurs en environnement controlé.

                                                              C’est le mythe de la génèse qui est questionnée, lisez les sources présentées bon sang.


                                                            • Daniel D. Daniel D. 7 août 2011 00:48

                                                              Les premier morts de l’article :
                                                              "
                                                              Le pétrole ne serait pas d’origine biologique

                                                              Le pétrole est d’origine biologie, qu’il puisse aussi avoir un autre origine n’empeche pas que la composition du pétrole extrait actuellement est au moins pour partie d’origine biologique."

                                                              Des le titre, ce n’est pas de l’information, vous me parlez des sources ? je vous parle du fondement.


                                                              • filendrick 7 août 2011 02:30

                                                                d’accord avec vous sur le fond (si on parle de l’indépendance energetique de ce qui reste des nations)

                                                                mais je vous invite une fois de plus a lire les liens proposés par l’article, ce sont les détracteurs du pétrole abiotique qui accepte (ou concede) que oui finalement peut etre, parce qu’on a plus d’arguments a mettre en face, le pétrole abiotique existe peut etre.

                                                                Les auteurs eux la défende pleinement et remettent en cause, raisonnement scientifique a l’appui ; la genese pur et simple du pétrole, et le mécanisme que l’on nous a ériger en dogme sur la miraculeuse transformation de systeme C-H dans des condition contredisant les loi de la thermodynamique.


                                                              • doctorix doctorix 8 août 2011 16:36

                                                                Un point positif est que vous admettez qu’une partie du pétrole pourrait bien être abiotique, et c’est un bon début.
                                                                La question est : « dans quelle proportion ? »
                                                                Si le pétrole biologique se retrouve au milieu du pétrole total dans la proportion d’une alouette pour un cheval, le titre n’est pas nécessairement inapproprié.
                                                                Et je me suis bien gardé d’oublier le conditionnel.


                                                              • Daniel D. Daniel D. 8 août 2011 18:15

                                                                Vous savez, c’est uniquement le titre qui me pose problème.

                                                                Admettre plusieurs moyens pour arriver a obtenir du pétrole ne me pose pas de problème. Je sais que cela as été fait.

                                                                Cela as été fait par les tres serieux chercheurs dont vous parlez, pour la partie abiotique ; et leur travail apporte un eclairage nouveau et interressant sur une partie des choses qui étaient des « artefacts » plus qu’une règle supplémentaire pour l’ensemble des theologiste du pétrole biotique et qu’ils ne comprenaient pas. Ils sont une avancée importante vers la connaissance globale, et merite le soutiens.

                                                                Pour la création d’un pétrole de même composition que celui trouvé en prospection classique, le Dr Laigret l’as fait, et ceci a une échelle humaine. Le petrole extrait est tres majoritairement d’origine biotique, les puits abiotiques russes ne se situent pas sur les mêmes strates géologiques, ils sont de compositions différentes. Le procédé de Laigret a fait l’objet d’études économiques qui l’ont fait mettre a l’écart.( les couts étais équivalent, mais les conséquences étaient ailleurs, et l’entonnoir énergétique étais maintenu)

                                                                Depuis le prix du pétrole a été multiplié par 30, mais le procédé Laigret reste identique ;), le pétrole est au niveau de l’or en valeur et est la base du dollar... le plomb en or ruinerais l’or ; l’herbe en pétrole ferais ?

                                                                Je suis si triste des conséquences de tout ce que nous avons sur le dos, et si peu de gens s’intéressent a toutes ces choses biaisées qui nous empoisonnent , et si peu voient ces choses sous le bon angle, se pose la bonne question :

                                                                Mais a qui profite le crime ? Qui devrais gérer ca ? et comment ?

                                                                Nous devons changer, comprendre et transmettre, avant de demander compte de nos vies.

                                                                Cordialement,
                                                                Daniel.


                                                              • trazibule 7 août 2011 01:31

                                                                J’ai lu avec attention tous ces commentaires très compétents, mais je reste sur ma faim concernant deux questions :
                                                                 
                                                                Au moment de la création de la terre par accumulation de matériaux issus de l’espace, sous quelle forme se présentait le carbone ? Il semble que Titan satellite de saturne, contienne beaucoup d’hydrocarbure. Ne pourrait-il pas exister encore une part de pétrole (ou de charbon) natif, constituant parmi d’autres accumulés à l’origine de la planète ? Quitte à ce qu’après utilisation par des circuits biologique ce carbone se reconstitue sous une autre part de pétrole ?
                                                                 
                                                                C’est la même question qui se pose pour le calcaire, constitué par les restes de coquillages marins, mais ces coquillages ont du trouver à l’origine une forme de calcaire natif pour se créer, logiquement. N’existe-t-il pas des massifs de calcaires « natifs » en géologie ?
                                                                 
                                                                Pourquoi aurait-on un cycle du méthane bien connu à ce jour et pas un cycle du calcaire ou des hydrocarbures du même ordre mais sur des périodes de temps plus longues ?
                                                                 
                                                                L’autre question dont je n’ai pas trouvé la réponse sur internet à ce jour, est sur le taux de co² : Un taux est mesuré par rapport à une référence, donc l’atmosphère, mais il est relatif aux autres gaz. S’il y a plus de co² il y a moins de quoi ? Sachant l’énormité de nos consommations d’oxygène par les combustions de pétrole, et autres activités industrielles, sachant aussi que l’oxygène n’est pas spontané mais uniquement issu de la vie végétale sur terre plantes algues et plancton, est ce que le vrai phénomène ne serait pas une diminution du taux d’oxygène par plus de consommation et moins de production ?
                                                                 
                                                                Si c’est le cas peut importe l’origine du pétrole, la question essentielle est d’arrêter de le bruler pour conserver notre oxygène !

                                                                Si quelqu’un peut apporter une réponse ...

                                                                Trazibule


                                                                • filendrick 7 août 2011 02:45

                                                                  Lorsqu’une sphère de gaz atteint une certaine densité, une réaction de fusion nucléaire devient possible, fusionnant deux atomes d’hydrogène pour former de l’hélium. Lorsque l’étoile devient plus âgée et que la quantité d’hélium produit augmente, la fusion nucléaire produit des atomes plus lourds : carbone, oxygène, etc

                                                                  dixit wikipedia

                                                                  pour le taux de co², a prioris on parle du ratio par rapport au total.
                                                                  total qui va dependre de ce que l’on recherche.
                                                                   pour des echantillons en provenance de carottage de glace par exemple, on compare avec les taux mesurés selon l’age de la glace. Mais un scientifique doit pouvoir expliciter mieux que moi.


                                                                • sissa 7 août 2011 12:00

                                                                  Filendrick se trompe. Le taux de CO2 est exprimé en proportion de volume vis vis de l’atmosphère en entier. C’est ce qu’on dit lorsqu’on affirme que le taux de CO2 est de 380 ppm (part par million en volume) 

                                                                  Il se trouve que l’augmentation de la concentration en CO2 s’accompagne d’une baisse de la quantité d’oxygène. Seulement, cette baisse est insignifiante par rapport à la quantité globale : il y a 21% d’oxygène dans ’atmosphère alors le CO2 représente environ 0,04%(il représentait0,03% avant l’ère industrielle)


                                                                • doctorix doctorix 8 août 2011 16:54

                                                                  Pour répondre à votre question, concernant le calcaire, vous trouverez grand intérêt à la lecture des écrits d’un savant maudit, Louis Kervran, qui suppose que les animaux sont capables de transmuter n’importe quel élément ou presque.
                                                                  Ainsi, des poules privées de calcium, produisant des œufs à coquille molle, voient du jour au lendemain leurs œufs se recouvrir de calcium si on leur donne des cristaux de mica, donc de la silice.
                                                                  Il me semble me rappeler qu’il affirmait que les invraisemblables quantités de calcaire fossilisé qui forment nos falaises provenaient de la transmutation de magnésium, surabondant dans l’eau de mer, en calcaire, par les petits animaux marins.
                                                                  Ayant dénié la nécessité d’une énergie colossale pour obtenir une transmutation, ce savant merveilleux a été enterré, tout comme ont failli l’être Pons et Fleishman pour avoir défendu la même idée.
                                                                  Pourtant, il est facile de vérifier qu’une poule, qui ne fréquente pas les savants, transmute la silice en calcium à moins de 40°C.
                                                                  « Tout le monde savait que c’était impossible : un imbécile, qui ne le savait pas, l’a fait ! »
                                                                  Il ne fait pas bon se mettre à dos la communauté scientifique et ses croutons bien assis sur leurs certitudes...
                                                                  Pour ceux qui oseraient prendre ce risque insensé, je vous offre cette saine lecture :
                                                                  http://www.claudegagnon.net/Kervran/AlchimieKervrantexte.pdf
                                                                  Mais ceci fera l’objet d’un futur article.


                                                                • Daniel D. Daniel D. 7 août 2011 12:16

                                                                  Bien, je vais être plus précis alors.

                                                                  La nature des pétroles extraits actuellement prouve la nature multiple de ses formes. Il existe des gisements de pétrole abiotique et d’autres d’origine biotique.
                                                                  Toute théorie visant a dire qu’il n’y as qu’une sorte est fausse.

                                                                  Le procédé de création du pétrole du Dr Laigret, est reproductible par la nature.
                                                                  Le bacille perfringens est est celui qui donne la gangrène et il est présent partout, dans la terre, ainsi que l’air. En géologie, les couches sédimentaires diverses, les fossiles et leurs localisations prouvent quant a eux la possibilité d’avoir de grande masse organiques sur de faibles strates, entre des strates quasi sans sédiments.
                                                                   Entre les extinctions de masses les périodes de volcanisme important, les périodes a fort bouleversement géologique on peut imaginer comment des organismes biologiques se sont retrouvé dans un milieu anaérobique(sans air), on finit par se transformer naturellement ...

                                                                  La possibilité de la formation du pétrole de cette manière là a été prouvée, et ce par des scientifiques.

                                                                  Vos auteurs se trompent de guerre, c’est pas l’origine du pétrole la question, mais le fait que l’on pourrais ne pas utiliser celui piégé dans nos sols en le rajoutant a celui que nous utilisons dans notre cycle de vie.

                                                                  Nous modifions les conditions globales de la vie terrestre en restant sur ce rajout permanent de procédé carboné dans le cycle actif, plutôt que tourner sur un cycle fermé d’énergie carbone, ce que le procédé Laigret permet !
                                                                  On n’utilise pour le pétrole Laigret uniquement du carbone déjà présent dans le cycle biologique actif, aucun supplément ! Plutot que chercher a se flageller on pourrais penser durable ... Serais ce si choquant ?

                                                                  http://www.econologie.com/forums/du-petrole-renouvelable-par-jean-laigret-vt5802.html

                                                                  Regardez bien, plusieurs articles, des détails, le brevet, etc ...
                                                                  Ne désinformons pas, ne participons pas a de vaines choses, la Vérité est simple.

                                                                  Cordialement,
                                                                  Daniel


                                                                  • filendrick 7 août 2011 16:48

                                                                    merci, enfin un vrai commentaire qui parle du sujet, et avec un lien super interessant egalement.

                                                                    Je ne suis pas un défenseur du pétrole abiotique, surtout que je découvre le sujet ou presque.Mais les démonstrations présenté dans les liens source de l’articles, me paraissent assez précis, argumenté et démontrable.

                                                                    Je reste dubitatif quand au procedé du Dr Laigret, n’ayant pas peut en trouver le protocole, meme succin (je continue de chercher), il est seulement dit que la bacterie transforme la biomasse en pétrole. Et que c’est surement de cette maniere (encore une fois rien qui le prouve) qu’il s’est accumulé. Bon pourquoi pas, mais n’ayant trouvé aucunes infos sur la technique employée. (je trouve cela un peut leger, surtout qu’apparament le petrole synthétique reste peut utilisé il me semble)

                                                                    Mais bon pourquoi pas, je ne suis pas qualifié pour de toute facon.

                                                                    En revanche comparer a la qualité des informations et de la démonstration des techniques russo-ukrainniennes. Me paraissent beaucoup plus concretes. Pourquoi si cela fait 60 ans que l’on sait synthétiser du pétrole a partir de la biomasse, ne le fait-on pas ? (ratio ?procedé long ? couteux ? dangereux toxique ?)
                                                                    Les villes produisent une quantité industrielle de dechets (egout, produit de consommation jeté par les grandes surfaces)
                                                                    De mémoire c des millions de tonnes par ans de jeter, juste concernant les magasins.

                                                                    Si on pouvais tout mettre dans une cuve (ou plutot des piscines creusée, qu’importe), et attendre que cela se transforme pourquoi cela ne se fait t’il nul part ? (ou pourquoi tant de silence ? je ne suis pas au faite de tout non plus)


                                                                  • Daniel D. Daniel D. 7 août 2011 17:34

                                                                    Bien, j’ai donc cherché la bonne page pour vous :

                                                                    http://www.econologie.com/brevet-du-docteur-laigret-articles-3957.html

                                                                    Procédé de production d’hydrocarbures gazeux et liquides et produits obtenus par ce procédé.

                                                                    Voici le texte intégral de l’unique brevet posé par le Docteur Laigret à propos de ses travaux sur l’obtention de gaz et pétrole de fermentation bactériologique. Vous pouvez télécharger le texte sous sa forme originale en .pdf ici.

                                                                    Vous faut il autre chose ?


                                                                  • Daniel D. Daniel D. 7 août 2011 17:48

                                                                    Pour ce qui est de l’intérêt de ne pas promouvoir ce pétrole, c’est qu’il permet une décentralisation réelle et rapide du contrôle des énergie d’un milieu spécialisé et fermé a l’ensemble des populations.

                                                                    Imaginez les catalans ou les corses, qui seraient indépendant en énergie, le pétrole laigret permet ça, et de manière durable, réellement.

                                                                    Pour être plus caustique, imaginez un pays africain producteur de pétrole qui pourrais envisager son avenir différemment...

                                                                    Les pétrodollars n’existeraient plus, quoique le pétrole si ...et donc ....

                                                                    Ce procédé c’est un changement géopolitique cataclysmique pour nos pays développés dans le nucléaire jusqu’au cou. Imaginez l’Afrique indépendante énergétiquement... choc de l’économie en prévision, et pas bénin a mon avis ;)

                                                                    Pourquoi on lutterais contre ? ben c’est juste que ça nous mettrais a genoux, et que certains ne sont pas pressé d’assumer les erreurs d’orientation et les choix passés. Pourtant on n’auras pas le choix, s’enteter ne fait qu’empirer la situation :/

                                                                    La crise a actuelle n’est qu’une mise en bouche pour la suite, tout se fissure.


                                                                  • filendrick 7 août 2011 19:02

                                                                    Merci pour le lien du brevet, mais je l’avais consulter.

                                                                    j’en retiens que le procedé est long, gourmand, produit essentiellement des gaz (si on l’industrialisait)
                                                                    un point intéréssant est que la biomasse sert de source d’azote principalement.

                                                                    Ca reste effectivement interessant pour les pays emergeants, comme vous dites une approche différente de leur production energetique doit etre un enjeu considérable, et je vous rejoins complétement sur leurs interets a ce genre d’option.

                                                                    Pour ce qui est de mimer le comportement de la génèse du pétrole naturel... la méthodologie (notament l’entretien de la reaction, mais pas que) me parait vraiment tres éloigné de ce qui pourrait ce passer dans les strates pétrolifères du moins a grand echelle .
                                                                    (mais encore une fois c’est au « doigt mouillé », je ne suis pas scientifique) , enfin, bon réjouissont nous qu’il y ait différents type et donc surement source de pétrole probable


                                                                  • Daniel D. Daniel D. 7 août 2011 19:39

                                                                    Vous ne savez manifestement pas lire, j’arrete donc d’argumenter.

                                                                    Bonne continuation dans vos reves et bonne chance pour l’atterrissage !


                                                                  • filendrick 7 août 2011 20:41

                                                                    Simple et efficace

                                                                    je vais pas recopier ici le descriptif du substrat, les conditions de ph a equilibré au cours du temps, les ferments qu’ils faut nourrir, et les resultats, chacuns sont point de vue si vous voulez.

                                                                    Merci donc, et toujours pas d’arguments concernant le mythe de la genese décrié dans l’article.


                                                                  • epapel epapel 7 août 2011 17:22

                                                                    "Expérimentalement, il suffit de mettre ne présence de la poudre de marbre, de l’oxyde de fer et de l’eau, sous une pression de 25.000 bars et à plus de 2000°C, pour obtenir tous les constituants du pétrole, de l’éthane au décane."

                                                                    Le marbre étant un dérivé du calcaire (CaCO3) et l’hydrogène étant apporté par l’eau, votre réaction entraîne nécessairement la libération d’oxygène dans à peu près le double des quantités de pétrole produites : mais où sont donc passés les 10^19 tonnes d’oxygène issus de la réaction dès lors que l’atmosphère terrestre n’en contient que 10^14 tonnes ?


                                                                    • epapel epapel 7 août 2011 17:26

                                                                      Erratum : 10^15 tonnes dans l’atmosphère (ce qui reste 10.000 fois moins).

                                                                      Et à supposer que l’oxygène ait servi à oxyder d’autres corps chimiques : pourquoi plutôt eux que le pétrole ?


                                                                    • epapel epapel 7 août 2011 17:32

                                                                      S’il y a une épaisseur de 10 km de pétrole au dessous de nos pieds alors la France détient dix fois les réserves mondiales couramment admises : alors pourquoi s’embête-t-on avec les gaz de schistes qui sont une manière de nous procurer du carburant à moindre coût (aux USA, l’exploitation des gaz de schistes à fait baisser le prix du gaz naturel pas 2) ?


                                                                      • emmanuel muller emmanuel muller 7 août 2011 18:31

                                                                        Mais personne n’a jamais dis que le pétrole d’origine biologique n’existait pas !
                                                                        Grillé par le titre !

                                                                        Pour les infos simple : Théorie du pétrole abiotique sur wikipédia
                                                                        Le pétrole c’est une longue chaîne d’hydrocarbure, donc si ce truc existe c’est pas du pétrole.

                                                                        Donc l’article concerne exclusivement l’idée qu’on doit se faire du pétrole, et en aucun cas un sujet scientifique de cette hypothétique ressource qui au finale coûterais pas forcément moins chère a produire que du carburant a basse de biomasse, donc qui ne change rien au données du problème que l’article prétend résoudre.

                                                                        Intéressant en tout cas pour apprendre a éviter le foutage de gueule. merci pour l’exercice.


                                                                        • Sat is Fay 7 août 2011 23:28

                                                                          Je me suis toujours demandé si les réserves de pétrole se tarissaient, est-ce que l’on aurait pas à ce moment là comme une libération de méthane comme on a pu le voir lors de la catastrophe du Permien ? Evenement qui a provoqué l’extinction de 95% de la vie sur terre.


                                                                          • doctorix doctorix 8 août 2011 00:22

                                                                            Quelle avalanche de messages, en rentrant de WE ! Vous êtes durs... Mais tant mieux.

                                                                            J’ai compris, avant de transmettre ces informations, que j’allais voir me tomber dessus une grande partie de la communauté scientifique, celle qui depuis toujours fait là où on lui dit de faire.

                                                                            D’autant que dans le même article j’ai également attaqué le GIEC et ses fadaises.

                                                                            Bien que n’étant pas l’auteur de la théorie, et n’affirmant rien quant à sa justesse, au contraire de ceux qui me tombent dessus à bras raccourcis (ce qui est l’inverse de la démarche scientifique), je vais essayer de la défendre pied à pied, en souhaitant que le sujet fasse débat , et que le débat prenne de l’ampleur.

                                                                            Concernant quelques arguments de pression et de température :

                                                                            25.000 bars n’est pas une pression si considérable.
                                                                            On la trouverait sous 250 km d’eau si cette profondeur existait sur terre.
                                                                            Mais la masse de 250 km d’eau doit pouvoir être approximativement comparée à 100 km de roches.
                                                                            Pas besoin d’aller sur Jupiter, donc.
                                                                            Quand à la température de 2500°C, à raison de 1° tous les 30 mètres de profondeur, et même si ce n’est qu’une supposition admise aujourd’hui, elle n’est dans ce cadre aux nombreuses incertitudes nullement invraisemblable à 100 km de profondeur. Le calcul donne précisément 3.300°C.
                                                                            Il est évident que personne n’a les moyens de le savoir précisément, mais ces température et pression sont parfaitement cohérentes à cette profondeur selon les données actuelles.

                                                                            Pour préciser les choses, la réaction qui donne expérimentalement l’intégralité des constituants du pétrole est Carbonate de Calcium+oxyde de Fer+ eau, et cela ne fait pas nécessairement appel aux coraux.


                                                                            @Prof.C.E. Chitour me dit que

                                                                            A 3000 mètres ( gisement de Hassi Messaoud) dans une ancienne mer intérieure ( le Sahara) la température est de l’ordre de 100 C , il sort en surface à environ 130 C et à une pression de 300 kg/cm2, nous sommes loin des 2000 C et 25 000 atmosphères

                                                                            Mais qu’est-ce qui lui prouve que ce gisement ne vient pas d’une source beaucoup plus profonde, et qu’il n’en remonte pas par des failles, comme l’affirment les Russes ? ?

                                                                            Et je veux bien remplacer mon cube de dinosaures de 27 km de côté par le même cube de bactéries, la supposition n’en sera pas moins ubuesque. De toute façon, ce n’était qu’une image.

                                                                            Le procédé Fisher Tropsch ne prétend pas copier la nature, et sa mise en œuvre est tout à fait artificielle. Il ne reproduit pas des conditions naturelles, si j’ai tout compris.

                                                                            Je répète un commentaire déjà cité car import nt :

                                                                            La seconde loi de la thermodynamique prohibe la génèse spontanée d’hydrocarbones plus lourds que le méthane dans des régimes de pressions et de températures trouvés dans la croûte terrestre proche de la surface. Ce fait est connu par les physiciens, chimistes, ingénieurs chimistes, ingénieurs mécaniques et thermodynamiciens compétents depuis le dernier quart du XIXème siècle.

                                                                            Quand à votre dernier commentaire, cet argument facile de la théorie du complot, nous sommes effectivement en présence de nombreux complots, depuis le pseudo- terrorisme du pseudo-AlQaïda jusqu’au réchauffement climatique anthropique, en passant par les attentats du 11/9, couveuses de Bagdad et les armes de destruction massive de Saddam, les causes réèlles de notre intervention en Afghanistan et en Libye, et non seulement je ne me défends pas d’être complotiste, mais je le revendique avec une certaine fierté, avec de nombreuses raisons de le faire. Nous n’avons aujourd’hui le choix qu’entre être d’une épouvantable (et coupable) naïveté, ou partisan de la ou des théories du complot. Et jamais je ne considérerai cette attaque méprisante et peu reluisante comme une insulte.

                                                                            @Dudule :

                                                                            L’argument qui consiste à dire que le taux atmosphérique de CO2 "suit et non précède le réchauffement climatique, étant conséquence et non cause", c’est un argument spécieux lancer par des gens qui ne savent pas lire un graphique .

                                                                            Absolument pas, nous savons lire un graphique, mais le GIEC a déplacé les courbes pour inverser ses conclusions. Vous pourrez le prouver facilement en ne faisant pas confiance au rapport du GIEC mais en étudiant d’autres sources. L’inique taxe carbone (et l’orgueil incommensurable des gens en place) est la clé de cette mystérieuse inversion.

                                                                            Quant au soleil, se concentrer sur des fluctuations ponctuelles pour prétendre comprendre toute la complexité du système est absurde. En science, les vérités d’un jour sont les erreurs de demain.

                                                                            Merci à @Electric Tof pôur ses arguments convaincants. Et, oui, les autres planètes se réchauffent aussi, sans les bagnoles. Et, oui, c’est un refroidissement que nous devons craindre, aux conséquences autrement funestes.

                                                                            @karquen, oui la terre se réchauffe pour l’instant, et nous en sommes d’accord : seulement ni l’homme ni le CO2 n’y sont pour quoique ce soit.

                                                                            @FG et @ Filendrcik, merci pour votre argumentaire, que je ne connaissais pas, mais qui me conforte bien.

                                                                            @Musima : nous ne parlons pas religion mais science : bien sûr qu’il faut se battre pour trouver autre chose que cette saloperie de pétrole : la seule question ici est de savoir son origine, pas s’il faut s’en servir. L’autre question étant de nous demander pourquoi on nous rançonne s’il est surabondant.

                                                                            @Bcapai

                                                                            Science et Vie de Juillet , qui n’est pas ma bible, parle d’un mystérieux 1% de la chaleur solaire qui ne se retrouve pas dans les calculs. C’est peut-être une piste pour votre question.

                                                                            @sissa : croire qu’il n’y a plus ni de Galilée ni de professeur Diafoirus relève de la naïveté.

                                                                            @epapel : mon article est un résumé des liens cités, pour vous donner envie de les lire : visiblement je n’ai pas réussi. Pourtant, ils ne sont pas très longs…

                                                                            @Daniel D. Je m’attelle à la lecture de votre article dès que possible. Et je corrigerai le mien sur ce point si nécessaire. Mais vous me donnez tous beaucoup à lire…Un autre article sera nécessaire je pense, qui essayera de synthétiser toutes vos infos. Des heures de boulot en perspective, mais le sujet le mérite. Au fait, si le pétrole biologique est dans la proportion d’une alouette pour un cheval, il vaudrait mieux qu’on le sache…(pour Muller, aussi)

                                                                            @trazibule

                                                                            C’est la même question qui se pose pour le calcaire, constitué par les restes de coquillages marins, mais ces coquillages ont du trouver à l’origine une forme de calcaire natif pour se créer, logiquement. N’existe-t-il pas des massifs de calcaires « natifs » en géologie ?

                                                                            Le calcaire pourrait avoir pour origine le magnésium, transmuté par les organismes marins. Il faut lire les travaux de Louis Kervran, autre Galilée et savant maudit, sur les transmutations biologiques.

                                                                            @Muller

                                                                            Qui vous parle de le produire, ce pétrole ? On dit qu’il se produit tout seul dans les profondeurs, pas qu’il faut le synthétiser à grand renfort de pression et de température. Ce qui serait évidemment coûteux. Et personne ne cherche à se foutre de la g… de qui que ce soit : on cherche, honnêtement, c’est tout.

                                                                            Bon, c’était juste un survol de vos réactions. Je vais approfondir. Mais ce sujet passionne, vous comme moi, et il ne faut pas le lâcher avant d’avoir le fin mot de cette histoire.


                                                                            • Daniel D. Daniel D. 8 août 2011 18:55

                                                                              J’ai complété au mieux, si vous creusez Laigret et comprenez ce qu’il rend possible, le reste seras limpide.

                                                                              Cordialement,
                                                                              Daniel


                                                                            • emmanuel muller emmanuel muller 11 août 2011 19:55

                                                                              Qui vous parle de le produire, ce pétrole ?

                                                                              ->Puisque c’est pas du pétrole pourquoi s’obstiner a appeler ça du pétrole ?

                                                                              L’idée qu’en générale le pétrole ne serrais pas biologique n’existe plus, du tout. Aujourd’hui même dans les truc polémiques on discute de l’existence de méthane et gaz hydrocarbonés d’origine effectivement abiotique.

                                                                              Mais avant de l’utiliser, si tant est qu’il existe en quantité commercialement utilisable (ce qui reste a prouver) il faudrait encore établir une production (forage, pipeline, etc). Produire c’est le rendre utilisable, à la pompe ou ailleurs.

                                                                              Rien n’explique le mélange entre les mots et les sujet présent et passé si ce n’est la recherche oui, mais celle de rendre confuses les choses.


                                                                            • sissa 12 août 2011 22:28

                                                                              @ doctorix :
                                                                              Ce que je disais c’était seulement « n’est pas Galilée qui veut » ? Des Galilée autoproclamés, il y en a des dizaines sur le net. En voici une liste pour la physique. Notez bien que vu que ces théories du tout sont différentes, il y en a au plus une(!) correcte et le reste fausses.

                                                                              Visiblement, vous faites partie de ces gens qui ont décidé que les chercheurs professionnels étaient soit imbéciles soit malhonnêtes, et que les marginaux qui pondent des théories en dehors de l’opinion majoritaire sont tous des génies incompris de leur temps.
                                                                               
                                                                              Le pire, c’est que vous ne vous embarrassez d’aucune cohérence : vous n’hésitez à affirmer qu’il faut des températures et des pressions énormes pour former les molécules du pétrole(sans bien sûr sourcer en quoi que ce soit cette affirmation) mais en même temps vous croyez possibles des transmutations nucléaires à température ambiante.

                                                                              En fait, tout le problème, c’est que la science, c’est compliqué et qu’il faut des années pour maîtriser un domaine, alors il y a des gens comme vous qui préfèrent la pseudo-science facile à comprendre.


                                                                            • Daniel D. Daniel D. 16 août 2011 13:41

                                                                              Je croit que ce qui me plait le plus avec le pétrole du Dr Laigret c’est ceci :

                                                                              Le brevet est déjà déposé.

                                                                              Une usine test a été construite et as fonctionné efficacement.

                                                                              L’étude industrielle as été faite vers 1970, et la production industrielle fut évalué comme équivalente a celle du pétrole acheté a l’étranger en couts (de nos jours le pétrole coute 30fois plus cher a l’importation, le Laigret n’as pas varié en cout de production)*
                                                                              Le concept as été si bien étouffé, qu’il parais comme « potentiel » ou « théorique »pour certains, alors qu’ici on parle de choses ayant existé, de réalités...

                                                                              Cordialement,
                                                                              Daniel

                                                                              * l’augmentation du cout du pétrole de forage vient des couts de prospections, mise en exploitation, et sécurisation des installations et nettoyage a l’issu de l’exploitation pour la plus grande part


                                                                            • SamAgora95 SAMAGORA95 8 août 2011 12:42

                                                                              Même en admettant que la théorie selon laquelle le pétrole ne serait pas d’origine biologique et qu’il coule à flot dans les entrailles de la terre, ça ne changerait rien au faite qu’il sera toujours de plus en plus difficile d’aller le chercher. Ce qui implique forcément un pic de production, étant donnée la consommation. 


                                                                              Si les russes ont vu juste, alors la vraie question est de savoir la vitesse à laquelle les puits de pétrole se renfloueront, si les réserves de pétrole ne se reconstituent pas suffisamment vite, il sera impossible d’aller le chercher à plusieurs kilomètres à une pression de plusieurs milliers de bars avec la technologie actuelle (sachant que le jeu n’en vaut pas la chandelle à partir du moment où il faut un baril de pétrole pour en extraire un autre )

                                                                              Biologique ou pas,sans la pénurie de pétrole qui se profile à l’horizon (probablement 20 ans). les guerres meurtrières menées par l’occident seraient encore moins justifiés.




                                                                              • doctorix doctorix 8 août 2011 19:38

                                                                                Les USA ne font pas la guerre en Afrique pour prendre le pétrole, mais pour en priver les Chinois d’une part, et maitriser les cours d’autre part, en les maintenant artificiellement très élevés.
                                                                                Avec la complicité des sociétés pétrolières et des Etats, qui peuvent se gaver, les uns de bénéfices fantastiques, les autres de taxes.
                                                                                Ils savent parfaitement que le pétrole surabonde.
                                                                                Mais, à part un cheval bon marché, tout ce qui est rare est cher.
                                                                                Ce leurre durera tant que nous resterons persuadés que le pétrole va manquer.
                                                                                D’où l’importance de comprendre et de vérifier l’hypothèse abiotique.


                                                                              • Carida 8 août 2011 14:23

                                                                                Et pourquoi les deux théories seraient-elles incompatibles ?
                                                                                Ce qui est dit dans cet article est très intéressant, j’en conviens. Sans doute même qu’une partie du pétrole trouve sa source dans de tels mécanismes. Il s’agirait de « lubrifiant » pour favoriser le déplacement des plaques tectoniques, et ça ne me semble pas incohérent.

                                                                                Néanmoins l’origine biologique du pétrole n’est pas à exclure parce qu’une autre a vu le jour... !
                                                                                Dans votre article, vous expliquez en quoi le pétrole peut avoir une origine qui n’est pas biologique. Vous ne montrez pas que l’origine du pétrole n’est pas biologique. Voyez-vous la nuance ?
                                                                                Je pense que l’origine biologique n’est pas à négliger. J’aimerais ne pas me mouiller en disant que l’une des théories prévaut sur l’autre ( en terme de quantité de pétrole généré ), donc je m’arrête là.
                                                                                Mais sachez que ces idées ne sont pas incompatibles et l’une n’est pas négligeable devant l’autre.
                                                                                Je ne comprends pas ce débat stérile « L’idée A existe et pas l’idée B ».


                                                                                • doctorix doctorix 8 août 2011 19:46

                                                                                  Pas de raison, en effet, d’exclure l’une ou l’autre des hypothèses, encore que je sois persuadé que le pétrole abiotique est infiniment majoritaire, l’autre étant plutôt anecdotique.
                                                                                  Ce qui fait la différence géopolitique, c’est que si l’un est en quantité finie, l’autre est tellement abondant que des milliers d’années nous sépareraient d’une pénurie, et que d’ici-là (d’ici peu, je l’espère) d’autres énergies autrement futées auront pris le relai.
                                                                                  Et donc les guerres sont inutiles, les coûts insensés injustifiés, sauf à vouloir nous rendre esclaves.
                                                                                  Le problème est que depuis toujours, l’industrie et les dictatures se nourrissent de guerres, et qu’il faut bien trouver des prétextes pour en faire.


                                                                                • Sat is Fay 8 août 2011 18:59

                                                                                  Pour moi tout ça n’est que du flan, la production américaine à belle et bien déclinée, un peu partout d’ailleurs, ils ont envahis l’Irak pour avoir une mainmise sur le pétrole, en Afghanistan pareil, le tout en ruinant leur économie donc ça ne tient pas vraiment debout cette histoire.
                                                                                  J’ crois plutôt hélas qu’on est au bord du précipice et ça n’ me réjouis pas étant donné la dépendance du monde moderne face au pétrole et son improbable substitution, on s’ dirige un nouvel age sombre vu que la volonté politique d’un changement de paradigme est quasi-nulle.


                                                                                  • doctorix doctorix 8 août 2011 19:51

                                                                                    Je répète que l’Afghanistan, l’Irak, la Libye et bientôt l’Iran, le but suprême, sont des guerres destinées moins à accaparer le pétrole qu’à en priver les Chinois.
                                                                                    Et que le soi-disant pic a été créé artificiellement en fermant des puits pour faire croire à une baisse des réserves.


                                                                                  • Sat is Fay 8 août 2011 20:35

                                                                                    Il est vrai que des puits ont peut être été sciemment fermés pour organiser une pénurie dans le but de faire monter les prix mais je crois que quelque part ça trahi néanmoins une certaine raréfaction pour qu’on cherche à maximiser les profits sur le court terme.
                                                                                    Enfin bref, une affaire à suivre mais je reste septique.


                                                                                  • epapel epapel 8 août 2011 22:51

                                                                                    « Et que le soi-disant pic a été créé artificiellement en fermant des puits pour faire croire à une baisse des réserves. »

                                                                                    Avec ce genre d’argument, on peu à près dire tout et n’importe quoi, par exemple :
                                                                                    - il n’y avait pas en pénurie de céréales en 2009 car elle était provoquée sciemment par les spéculateurs ;
                                                                                    - il n’y a pas de crise financière, c’est un coup des banques pour mettre en place le nouvel ordre mondial ;
                                                                                    C’est du n’importe quoi qui a paru sur Agoravox, je n’invente rien


                                                                                  • doctorix doctorix 9 août 2011 01:10

                                                                                    Non, vous n’inventez rien, et surement pas l’eau tiède.
                                                                                    Vous venez d’énoncer trois vérités, tout en les tournant en dérision, notamment le rôle actif des banques dans les crises actuelles, afin d’obliger les pays à leur vendre leurs richesses, et le doublement du prix des céréales par la scandaleuse spéculation sur ces denrées vitales, aggravée par la production de pétrole vert.
                                                                                    Renseignez-vous ici, à propos des banksters : Johns Perkins est un ancien « assassin économique » :
                                                                                    http://resistance71.wordpress.com/2011/08/08/oligarchie-financiere-la-grece-est-une-autre-victime-des-assassins-economiques-de-fond-mafieux-international/
                                                                                    Et Il y a des prophètes de la fin imminente du pétrole depuis... 1886.
                                                                                    Effectivement, cela est dénoncé par les rédacteurs d’Agoravox : c’est ce qui les différencie de la presse aux ordres, et justifie leur existence.
                                                                                    En revanche, vous aviez raison sur un point, l’épaisseur de la réserve de pétrole estimée officiellement est de 2.5mm sur la surface de la terre, et non, 2.5cm.
                                                                                    Celle estimée à partir du pétrole abiotique restant à 10.000m.
                                                                                    Soit de quoi tenir plusieurs dizaines de millions d’années à ce rythme, ce que personne ne souhaite.
                                                                                    Mais, entre ces deux extrêmes, on aimerait bien savoir à quoi s’en tenir.


                                                                                  • magneticpole magneticpole 17 mars 2014 23:32

                                                                                    En tout cas voici la découverte de la ringwoodite donc on les preuves enfin que de l’eau profonde existe http://www.futura-sciences.com/magazines/terre/infos/actu/d/geologie-terre-cache-t-elle-equivalent-ocean-son-manteau-52799/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+phoenixjp+%28PhoenixJP.News%29#comments


                                                                                    Avec du carbone on a les bases chimiques du pétrole !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès