• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Poutine… Roi de pique ou Roi de cœur ?

Poutine… Roi de pique ou Roi de cœur ?

Que n’a-t-on pas écrit sur lui. Nos médias dominants n'en parlent presque toujours que péjorativement et souvent de façon injurieuse. Il est impossible de lire le moindre article, même globalement positif sur la Russie contemporaine ou sur son président sans qu'il ne se contienne quelque part une allusion dévalorisante. Il fait l'objet d'attaques virulentes de responsables politiques occidentaux qui se concluent même parfois par des comparaisons douteuses avec Hitler. Cela a forcément une influence sur les opinions publiques occidentales (surtout américaines et britanniques) qui sont très majoritairement hostiles au président russe.

Ce même Vladimir Poutine a un soutien exceptionnel dans son pays malgré sa longue carrière politique. Il est à la tête de la Russie, de la Fédération de Russie pour être précis, depuis bientôt 19 ans avec une courte interruption comme Premier ministre du 8 mai 2008 au 7 mai 2012, période pendant laquelle il eut moins d’influence. Il fait partie des personnalités politiques les plus populaires dans le reste du monde.

 

Quels sont donc la ou les raisons de cette haine ou de cette admiration pour Vladimir Vladimirovitch Poutine.

 

 

A-t-il trouvé la meilleure ou la seule façon de gouverner la Russie ?

 

La Fédération de Russie est un pays continental et eurasiatique dont 78 % de la population vit en Europe mais dont 75 % du territoire est en Asie. Elle occupe 40 % de la superficie du continent européen et 1/3 du continent asiatique.

128 groupes ethniques peuplent cet immense territoire. Plus de 100 langues sont protégées et la plupart même constitutionnellement reconnues.

A titre de comparaison, les États-Unis ont presque complètement effacé les peuples natifs qui ne sont plus cantonnés que dans des réserves plus folkloriques que respectueuses de leurs cultures d'origine. Ces peuples finissent d'ailleurs par être assimilés par l'American way of live.

La religion orthodoxe est de loin la plus représentée mais le pays ne compte pas moins de 20 millions de musulmans plus une dizaine d'autres cultes qui totalisent moins d'adeptes.

78% des habitants sont des Russes ethniques. Parmi les autres groupes, les plus nombreux sont les Tatars, les Bachkirs, les Tchouvaches et les Tchétchènes. Les Ukrainiens sont un groupe ethnique bien intégrés dans le pays et tellement proche des Russes qu'ils sont souvent confondus avec eux. Comme les Arméniens, les Ukrainiens n'ont pas de république propre. Quoique très nombreux, ils ne bénéficient donc pas de la même autonomie que les autres groupes.

La carte politique de la Fédération de Russie est une mosaïque de territoires de statuts différents.

La Russie est constituée de 85 sujets (ou entités) égaux en droit. [i]

 

La Fédération de Russie : 22 républiques (vert), 9 kraïs (beige clair), 46 oblasts, (beige foncé), 3 villes fédérales (rouge), 1 oblast autonome (bleu), 4 districts autonomes (orange).

 

Cette description de données géographiques, culturelles et démographiques donnent une idée de l'immensité territoriale et de la complexité administrative de ce pays.

La Russie se relève seulement du chaos des années quatre-vingt-dix et cherche encore son équilibre mais il y a une certitude, on ne peut raisonnablement pas gouverner la Russie suivant les mêmes préceptes qu'une petite démocratie monoethnique.

Le désordre qui a suivi la fin de l'Union soviétique vit la Fédération de Russie presque éclater en quatre ou cinq parties avec la bénédiction des vautours du capitalisme international qui virent là l'opportunité d'éliminer un concurrent économique et de faire main basse par la même occasion sur les richesses naturelles du pays.

Vladimir Poutine a mis le holà à cette tentative en mettant au pas les oligarques complices de cette manœuvre et en poussant les récalcitrants à l'exil.

La reprise du contrôle de l'est du Pays et de la région caucasienne se fit brutalement avec le limogeage des gouverneurs de régions frauduleusement élus, leur remplacement par des autres nommés par le Kremlin et par une intervention armée dans le Caucase. Après une période de stabilisation, on en est revenu à l'élection directe des gouverneurs.

Vladimir Poutine fait fi des règles que les démocraties occidentales autoproclamées « la Communauté internationale » ont édictées et qu’elles ne respectent par ailleurs pas elle-même comme par exemple en Serbie, en Libye, en Irak et dans des dizaines d’autres théâtres d'opération moins médiatisées.

Il est intervenu militairement avec succès dans son étranger proche, en Ossétie du Sud, en Abkhazie, en Crimée et au Donbass, en utilisant les mêmes arguments que ses « partenaires » occidentaux.

Les sanctions occidentales lui sont indifférentes et il a décidé de se tourner vers l'Asie qui est en plein décollage économique.

Il sait qu'il ne peut avoir le contrôle total du pays comme à l'époque soviétique sinon au prix d'une dangereuse et incertaine épuration politique et sans doute d'une nouvelle guerre civile. Il laisse la direction de territoires peu sécurisés comme par exemple la Tchétchénie à des hommes de confiance pas nécessairement très respectueux du droit et il favorise l'arrivée dans l'est du pays de la nouvelle garde d'hommes politiques, des fidèles formés dans les écoles russes.

Toutes les parties fédérées de la Russie bénéficient d'une large autonomie qui n'a rien à voir avec les délires autoritaires et centralisateurs de l'Union soviétique. Les principaux points dont le pouvoir fédéral demande le respect, c'est la fidélité à la constitution et l'interdiction de toute velléité de sécession.

Jusqu'à présent, c'est un parcours sans faute. Il ne peut être interrompu que par des interventions extérieures comme par exemple dans le Caucase dans les années quatre-vingt-dix quand des djihadistes internationaux cherchèrent à créer un califat dans cette région.

A plus long terme, un différend avec la Chine n'est pas impossible. La frontière actuelle a été reconnue par les deux pays mais l'immigration légale et illégale chinoise dans le Primorié (Mandchourie extérieure) est très importante et qui sait si la Chine ne cherchera pas un jour à s'en servir pour se rattacher cette région en plein développement ?

Pour le moment, cela n'est évidement qu'une supputation.

 

 

Une comparaison inversée.

Comment les médias mainstream français peuvent-ils reprocher aux journalistes russes de soutenir leur président alors que ces mêmes médias ont soutenu le candidat Macron de manière éhontée ?

Les journalistes français avaient cru déceler en Emmanuel Macron l'homme providentiel dont la France avait besoin pour retrouver une prospérité économique et restaurer la dignité présidentielle

Ils se sont lourdement trompés, c'est le moins qu'on puisse dire.

 Les journalistes russes agissent pareils pour exactement les mêmes raisons. Ils soutiennent les politiques intérieure et extérieure menées par Vladimir Poutine parce qu 'ils pensent que ce sont les meilleures pour les Russes et pour le pays.

Eux, ils ont plutôt visé juste. Vladimir Poutine ne ridiculise pas la fonction présidentielle.

Peut-on leur reprocher de veiller à ce que le pays ne retombe plus dans des mains prédatrices ou dans l'utopie marxiste ?

On peut remarquer qu'en Occident comme en Russie, l'opposition au pouvoir se manifeste principalement sur les réseaux sociaux et via les commentaires sous les articles des médias mainstream.

 

La Russie et l'Allemagne.

L'Allemagne a eu dans l'histoire de la Russie une influence que la plupart de gens ignorent.

L'impératrice Catherine II de Russie [ii], une prussienne de petite noblesse de naissance et donc pas imprégnée de l'âme slave pour un sou, arriva au pouvoir en 1762 en écartant son époux du trône. Plus tard, elle fit venir des Allemands en masse pour coloniser les steppes du sud de la Russie ainsi que les territoire conquis sur les Ottomans et les Tatars que les Russes de souche tardaient à occuper. Après 1990, des centaines de milliers de descendants de ces Allemands de la mer Noire et de la Volga réintégrèrent l'Allemagne.

Entre 1772 et 1795, elle s'entendit avec la Prusse et l'Autriche pour se partager la république des Deux Nations (Pologne – Lituanie).

Beaucoup d'empereurs [iii] russes épousèrent des aristocrates allemandes.

Nicolas II épousa une princesse allemande qui sous l'emprise de Raspoutine eut une grande influence sur la politique de son mari.

En 1917, les autorités allemandes firent traverser le pays à Lénine et à son entourage dans un « train plombé ». [iv] Cela permit aux révolutionnaires d'octobre 1917 de rentrer au pays, d'y prendre le pouvoir et de négocier une paix séparée avec l'Allemagne

Peut-être en reconnaissance, Lénine donna aux Allemands de Russie un territoire [v] qui devint la République socialiste soviétique autonome des Allemands de la Volga en 1924.

Rappelons aussi que l'allemand était la deuxième langue enseignée en Russie dans l'entre-deux-guerres et qu'il y avait des relations militaires et économiques très intenses entre les deux pays, surtout avant 1933.

Il faut encore ajouter que si la Russie (ou l'Union soviétique) entra deux fois en guerre contre l'Allemagne au siècle passé, elle partagea aussi à deux époques différentes la Pologne avec elle, la deuxième fois en 1939.

Vladimir Poutine s'exprime parfaitement dans la langue de Goethe grâce entre autres à toutes les années passées en Allemagne de l'Est comme agent du KGB. Il entretient des relations chaleureuses avec l'ancien chancelier Schroeder et tempère ses critiques vis-à-vis de l'Allemagne.

Ses conversations avec la chancelière Merkel se déroulent sans interprète, chacun maîtrisant la langue de l'autre.

Avec 76 milliards d'échanges commerciaux par an, l'Allemagne est le premier partenaire commercial européen de la Russie et le deuxième de la Russie après la Chine. La construction de Nord Strean 2 va encore augmenter ce volume d'échanges.

L'admiration des Russes pour l'Allemagne n'est pas réciproque. Les médias allemands sont très critiques vis-à-vis de la Russie et Vladimir Poutine n'y jouit pas d'une plus grande popularité qu'en France.

Pour Vladimir Poutine, l'Allemagne est cependant le partenaire privilégié en Europe et elle est peut-être le seul pays qui a une certaine influence sur la politique russe actuelle. La complémentarité entre les deux pays n'est plus à démontrer.

En revanche, il ignore ostensiblement l'Union européenne qu'il considère trop sous influence des États-Unis et par solidarité, des ennemis historiques de la Russie : la Pologne, les Pays baltes et la Suède.

Cela provoque une hostilité de l'institution européenne à son égard.

 

Poutine, roi de pique.

 

 Pour Vladimir Poutine, l'intérêt de la patrie passe avant le droit individuel.

Du moins en ce qui concerne les oligarques, les délinquants et les fonctionnaires corrompus, il rejoint l'opinion majoritaire des Russes qui ont été moulés par la propagande et le patriotisme soviétique et qui gardent la nostalgie de la grandeur passée de leur pays.

Les puissances occidentales sont en totale opposition avec cette conception.

Selon leur doxa libérale, la démocratie parlementaire, le libre marché et la liberté individuelle sont l'alpha et l’oméga de toute organisation de la société. Ce n'est qu'en réduisant le rôle de l’État aux fonctions régaliennes minimales et en laissant une totale liberté individuelle à chacun que les intérêts de l'individu et de la société peuvent se rejoindre.

Cela signifie que pour les élites occidentales, l'approche patriotique de Vladimir Poutine est un repoussoir et qu'on peut légitimement attaquer sa personne.

Il est difficile de faire un inventaire complet des attaques dont le président russe fait l'objet.

Citons-en simplement quelques unes au hasard : il veut restaurer l'Union soviétique, il a promulgué des lois homophobes, il menace militairement ses voisins, il intervient dans les processus électoraux des « démocraties » occidentales, il est lui-même un homosexuel refoulé, il est l'un des hommes les plus riches du monde avec tout l'argent volé à son peuple, il a ordonné l'assassinat de journalistes et d'opposants en Russie et dans le monde, il soutient l'église orthodoxe pour renforcer son pouvoir personnel, il envoie ses opposants au goulag, il veut devenir président à vie, il est coresponsable de centaines de milliers de morts en Syrie etc

Pour les sobriquets, citons dictateur, tyran, tsar, despote, macho, satrape (plus rarement) ,autocrate (indirectement puisque la Russie serait une autocratie)...

Voilà le menu. Il est difficile de tout engloutir sous peine d'indigestion mais libre à chacun d'avaler ce qu'il veut.

 

 

Poutine, roi de cœur.

 

 On ne peut pas comprendre Vladimir Poutine si on ne connaît pas les deux traumatismes qui ont marqué sa vie.

Ce natif de Saint-Pétersbourg a grandi dans les années cinquante dans une ville détruite par l'Allemagne nazie. Les souffrances des habitants de Leningrad étaient encore vives pendant que la ville se reconstruisait péniblement. Cela a dû indubitablement le marquer.

Le deuxième traumatisme fut l'effondrement de l'Union soviétique et la crise des années quatre-vingt-dix qui s'ensuivit. En Occident, on n'imagine pas la misère dans laquelle les Russes vivaient et comment les joyaux industriels du pays avaient été pillés par des oligarques et des criminels de tous bords.

Vladimir Poutine en a gardé une aversion pour les guerres inutiles et pour la déliquescence de l'Etat.

Il est gratifié du redressement spectaculaire du pays en moins de vingt ans. Le niveau de vie des Russes a été quadruplé et la Russie est redevenue une grande puissance politique et militaire avant de redevenir dans les prochaines années une grande puissance économique.

En un mot, les Russes ont retrouvé leur fierté.

Même s'il subit une baisse de popularité pour une raison ponctuelle (l'âge du départ à la pension), il est loin d'atteindre le manque de confiance des dirigeants occidentaux.

De l'époque soviétique, les Russes ont gardé l'habitude de se moquer de leurs dirigeants politiques.

Ils ne font pas d'exception pour Vladimir Poutine mais globalement, les Russes sont fiers de leur président.

La Russie – C'est 1/6 de la terre entourée de tous les côtés de civilisation.

 

 

Conclusion.

 

Y a-t-il du Dr Jekyll et Mr Hide en Vladimir Poutine ?

Ses ennemis le croient mais ils sont en même temps les plus ardents adeptes du capitalisme néolibéral qui est responsable du même comportement pathologique qu'ils dénoncent avec d'un côté, la promesse d'une hypothétique croissance économique synonyme de bonheur selon eux et de l'autre, la destruction de la protection sociale, la délocalisation des entreprises et la paupérisation générale comme par exemple en Grèce.

Il est clair que le capitalisme anglo-saxon veut la ruine économique de la Russie ainsi que sa soumission et que la Russie ne pourra pas résister à cette pression sans changer de méthode voire de modèle économique.

Sanctions économiques, sanctions contre les athlètes, restrictions pour les visas, menaces militaires, tout cela est destiné à provoquer un mécontentement populaire et à inciter le peuple à se révolter et à ouvrir les portes du pouvoir à ce que Vladimir Poutine appelle la « cinquième colonne », c'est-à-dire aux néolibéraux et autres mondialistes russes qui sont pour beaucoup passés par les écoles étasuniennes.

Personnellement, je ne crois pas qu'un coup d’État de ce genre réussirait en Russie du moins dans un avenir proche et tant que Vladimir Poutine sera à la présidence.

Si d'un côté, le gouvernement de Dmitri Medvedev est grandement composé de ces libéraux en question et que les administrations russes sont truffées d'agents néolibéraux, de son côté, Vladimir Poutine garde la confiance des siloviki, la fidélité des Forces armées et de son État-major sans oublier la Garde nationale forte de 400 000 hommes bien entraînés et sous le contrôle de Viktor Zolotov, un fidèle des fidèles.

Disons que la balance penche nettement du côté de Vladimir Poutine pour le moment.

Pour le reste, tout le monde s'accorde à dire que Vladimir Poutine est loin d'être isolé dans le monde. La Chine avec l'achat de SU-35, l'Inde avec les récents contrats militaires, la Turquie avec les S-400, l'Allemagne avec le Nord Stream 2 : ces pays importants bravent les diktats étasuniens et ils risquent d'entraîner de nombreux autres pays dans leur sillage.

Sentant son hégémonie ébranlée, l’État profond étasunien cherche à isoler la Russie et à empêcher l'économie russe de décoller. La guerre des sanction ne fait que commencer et il faut s'attendre à ce qu'elle s'étende petit-à-petit aux partenaires commerciaux de la Russie.

Commençant à bien connaître Vladimir Poutine, je pense qu'il temporisera le plus longtemps possible mais comme l'ours acculé, il n'hésitera pas à réagir avec toute sa force s'il n'a pas d'autre issue. [vi]

 

 

i Chaque sujet envoie 2 délégués à la Chambre haute du Parlement russe (170 délégués). Le pouvoir fédéral encourage les fusions des sujets et aimerait les réduire de moitié.

ii Catherine II qui pratiquait six langues était aussi une lectrice passionnée de la littérature française et des philosophes des Lumières. Elle fit partie des despotes éclairés de son temps mais elle se ravisa après la Révolution française et interdit la diffusion des « pernicieuses » idées françaises en Russie.

iii Empereur, parce que Tsar est une appellation impropre pour désigner les derniers souverains russes. Pierre le Grand avait décidé d'européaniser son titre au XVIIIe siècle et, en 1721, choisit de devenir « Imperator ». Tous les souverains qui suivirent eurent officiellement le titre d'Empereur. Tsar dérive de César qui a aussi donné le titre de Kaiser (Caesar) en Allemagne. Il est donc anachronique de dire que Poutine est un tsar.

iv https://wikirouge.net/Wagon_plombé

v L'oblast avait 28.200 kilomètre carrés, soit un peu moins que la superficie de la Belgique.

vi La guerre de Géorgie gagnée en cinq jours en 2008, la prise de contrôle de la Crimée en un jour en 2014, le transfert d'une force de frappe aérienne en Syrie en un jour en 2015, les chaudrons du Donbass qui ont décapité l'Armée ukrainienne : toutes ces réactions russes ont été rapides et efficaces. Elles ont chaque fois pris par surprise les stratèges américains de l'OTAN.


Moyenne des avis sur cet article :  4.89/5   (57 votes)




Réagissez à l'article

217 réactions à cet article    


  • math math 29 octobre 09:31

    La Russie est très grand pays, mais dommage qu’elle soit dirigée par un dictateur qui muselle l’opposition..dans ce pays la démocratie c’est pas pour demain...


    • francesca2 francesca2 29 octobre 09:40

      @math
      Encore heureux. 


    • Pierre Pierre 29 octobre 09:46

      @math

      Vous parlez de la France ?

    • math math 29 octobre 09:55

      @math....Bizarre de voir autant de soutien pour un dictateur sur agora ?..on se pose des questions..


    • roman_garev 29 octobre 10:09

      @math

      « dommage qu’elle soit dirigée par un dictateur qui muselle l’opposition..dans ce pays la démocratie c’est pas pour demain... »
      1) Oui, effectivement dommage... mais pour qui  ? Surtout pas pour le peuple russe, dont vous ne savez évidemment rien. Dommage, oui, pour la clique anglo-saxonne qui espérait dominer le monde entier, mais qui a évidemment échoué devant la résistanse russe.
      2) Dictateur ? En quoi cela s’exprime ? Qui musellerait l’opposition ? Cela prouve, une fois de plus, que nous ne pigez rien du tout dans la Russie actuelle et ne faites que répéter les fables de vos merdias. Ceux qui connaissent le russe trouveront des flots des médias d’opposition (Écho de Moscou, RBK, Dojd...) qui, du matin au soir, critiquent Poutine, et très haineusement, durant les décennies. Je répète : durant des décennies. Est-ce cela, « museler l’opposition » ? Vous n’avez en France soi-disant démocratique, ainsi que dans le « monde civilisé » en général, même une petite ombre de cette presse oppositionnelle (si ce n’est pas vrai, merci d’en mentionner un seul exemple). 
      3) La démocratie, on en a eu pleine la gueule durant les années 90. Encore un peu de cette démocratie à la Washington, et la Russie cesserait d’exister. Et c’est certainement cela à quoi vous aspirez, en plaignant hypocritement cette « absence de démocratie en Russie ». Merci bien, mettez votre « démocratie » là où vous savez.

    • math math 29 octobre 10:23

      @roman_garev...Par principe, je ne regarde pas le bout de mon nez pour être content de moi..j’ai une vision planétaire au contraire de vous...désolé..mon « fondement » vous retourne le com pliment...


    • roman_garev 29 octobre 10:34

      @math
      L’absence complète d’arguments... c’était prévu. Typiquement pour votre « vision planétaire » (précédemment appelée plus franchement : coloniale). La planète doit appartenir à vous toute entière. Tout insoumis est un dictateur.


    • Pierre Pierre 29 octobre 10:49

      @math
      Je vous renvoie à vos chères études. Le mot « dictateur » a une définition précise que vous semblez ignorer. (lien

      - Le président Poutine ne se maintient pas par la force
      - Il est élu suite à des élections libres dont les résultats sont conformes aux sondages.
      - Il y a des candidats de l’opposition à ces élections.
      - Il y a une séparation des pouvoirs en Russie mais il arrive que ces pouvoirs fassent du zèle pour plaire au président. Ce n’est finalement que comme en France. Est-ce-que la majorité parlementaire française s’oppose parfois au président ?  Est-ce-que la justice française fait parfois du zèle avec ses mises en examen, ses envois de parlementaires chez des psychiatres ou en utilisant des lois d’exception votées pour lutter contre le terrorisme et le grand banditisme pour perquisitionner des locaux de partis politiques et les domiciles de leurs dirigeants.
      - Les partis que les Occidentaux voudraient voir arriver au pouvoir en Russie sont vomis par les Russes et à juste titre. Ils sont insignifiants pour eux et pour longtemps vu qu’ils ont prouvé ce qu’ils valent dans les années quatre-vingt-dix.

      Merci de m’avoir permis de démontrer que la Russie n’est pas une dictature... ou alors la France l’est aussi.


    • math math 29 octobre 10:50

      @roman_garev....Arrêtez votre « cinoche »..soyez adulte et moins stupide mon bon !..évoluez un peu descendez de votre rocher..vous faites un peu pitié avec vos réponses à deux balles... !-))


    • roman_garev 29 octobre 11:12

      @math
      Tandis que vos soi-disant réponses ne contiennent rien du tout sauf des accusations en « dictature » et « absence de démocratie » nullement fondées.

      Cherchez toujours un seul média d’opposition en France ? Bonne chance...
      Votre propagande est pitoyable.

    • math math 29 octobre 11:16

      @Pierre...Vous prenez les gens pour des imbéciles en sortant ce genre d’ânerie vide de sens..Typique de la propagande Russe à travers le monde..Des dizaines d’opposants assassinés sous Poutine pour faire taire l’opposition..et c’est ça que vous soutenez ?

      Affligeant !

    • JC_Lavau JC_Lavau 29 octobre 11:20

      @math. Qui avait intérêt à assassiner ? Mmh ? Cherche à qui le crime profite.

      Déjà en 1915, c’étaient bien les Rothschild qui organisèrent l’assassinat de Raspoutine, après avoir organisé la guerre mondiale pour abattre l’industrie allemande et mettre la main sur le pétrole de Mésopotamie.

    • roman_garev 29 octobre 11:37

      @math
      Des dizaines ? Et vous avez leurs noms ? Et ils étaient tous assassinés strictement pour avoir été opposants ? Pas d’autres motifs possibles ?

      C’est déjà bien que vous parlez des « dizaines », et pas des « milliers », et de « sous Poutine », et pas de « par Poutine ».

    • Pierre Pierre 29 octobre 12:20

      @math
      roman garev vous a bien répondu. Ne soyez pas affligé, il suffit de décider de cesser d’être aveugle.

      Comme j’aime les comparaisons je vous pose une devinette.
      Quel est le pays où il y a eu le plus de journalistes assassinés en 2015 ?
      Réponse : la France. D’après vos subtiles déductions, François Hollande serait responsable de l’assassinat des journalistes de Charlie Hebdo !!!
      Un autre devinette. 
      Combien y a-il eu de journalistes assassinés en Union européenne depuis 2017 ?
      Réponse : trois. (lien) (lien) (lien) L’Union européenne est donc un coupe-gorge pour certains journalistes. 
      PS. Cela ne risque pas d’arriver aux journalopes de nos merdias. Ils sont trop précieux au système.

    • math math 29 octobre 12:34

      @roman_garev.... Quelques opposants emprisonnés ou exilés
      Alexeï Navalny...Garry Kasparov ...Sergueï Ouldatsov ...Mikhaïl Khodorkovski...
      Quelques opposants assassinés
      Boris Nemtsov...Natalia Estemirova...Stanislas Markelov et Anastasia Babourova...Alexandre Litvinenko...Anna Politkovskaïa...Sergueï Iouchenkov...
      Quelques opposants morts dans des conditions suspectes
      Boris Berezovski...Sergueï Magnitski...etc
      Une semaine après l’arrestation de centaines de personnes, de nouveaux rassemblements d’opposants russes ont été réprimés ce dimanche.
      La police russe a arrêté une trentaine de manifestants d’opposition qui tentaient de défiler dimanche à Moscou, invoquant des « troubles à l’ordre public », une semaine après l’interpellation de centaines de personnes lors d’un rassemblement de milliers d’opposants. « 29 personnes ont été arrêtées par la police pour troubles à l’ordre public », a déclaré le service de presse de la police à l’agence russe Interfax. Un journaliste de l’AFP a également vu une trentaine de personnes interpellées....voilà c’est ça la Russie de Poutine !


    • math math 29 octobre 12:36

      @Pierre...Pour info regardez la liste sur roman garev...bonne journée et dormez tranquille...si vous avez un tant soit peu d’honnêteté pour la justice !


    • Pierre Pierre 29 octobre 13:06

      @math
      Vos noms d’opposants emprisonnés, exilés ou assassinés sont pour la plupart une belle brochette de crapules ou des victimes de leurs liens avec la criminalité ou de leurs investigations dans les milieux mafieux. 

      Ils ne représentent ou représentaient rien en Russie et certainement pas un danger pour Vladimir Poutine. Votre Navalny est juste un agitateur totalement incompétent pour diriger un pays aussi complexe que la Russie et en plus, il a été condamné avec sursis pour des malversations aux dépens d’une société française.
      Si Vladimir Poutine veut faire taire l’opposition, pourquoi autorise-t-il les médias que roman-garev cite plus haut ? Votre problème, c’est que vous n’êtes pas russophone sinon vous sauriez que ces médias attaquent le président avec une violence inouïe à côté desquelles la lettre de Michel Onfray serait du cirage de pompes. Pourquoi sont-il encore vivants si Vladimir Poutine veut faire taire ses opposants ? 
      Les services secrets russes ont suffisamment d’expérience pour éliminer discrètement quand c’est nécessaire.
      Chaque pays a ses lois qu’il faut respecter. En Russie, ce ne sont pas les manifestants qui décident ou et quand on peut manifester et certainement pas sans autorisation. Ce ne sont pas des manifestants qui ont été arrêtés mais plutôt des agitateurs qui voulaient troubler l’ordre public.

    • Pierre Pierre 29 octobre 14:13

      @math
      C’est une méthode qu’on étudie en cours de communication, je connais.
      Quand on n’a pas d’argument, on débite n’importe quoi et ensuite on passe aux insultes. Vous n’avez rien inventé.


    • roman_garev 29 octobre 14:14

      @math
      Votre liste reflète toute l’idiotie sans faille de votre propagande.

      Garry Kasparov n’est pas « exilé », mais parti de son plein gré pour pouvoir prolonger son activité antirusse dans toute sécurité.
      Khodorkovsky a été grâcié par « le dictateur » Poutine et parti à l’étranger suite à sa propre demande, vu la maladie de sa mère. Depuis (en 2015) il a été accusé d’organisation du meurtre du maire de Nefteyougansk. Un bel opposant !
      Navalny n’avait jamais été emprisonné, mais interpellé pour l’organisation du désordre public. Voyez-vous la différence ?
      Oudaltsov vient d’être libéré de la prison où il a été mis selon le verdict que lui-même n’a jamais contesté. Voulez-vous priver la justice russe de toute légitimité ?
      Litvinenko ne pouvait être « opposant » que par rapport à son employeur de l’époque Berezovsky. Les circonstances de son empoisonnement à Londres ont été classifiées pour 30 ans par la justice britannique. Aucune enquête, aucun verdict. Toujours Poutine ? Highly likely, comme pour les Skripals qui avaient survécus après avoir pris contact avec un gaz de combat superpuissant qui aurait dû annihiler toute la population de Salisbury...
      Berezovsky, ce voleur en méga-échelle, vivait tranquillement et à l’aise à ce même Londres jusqu’à ce qu’il n’a exprimé à Poutine son désir de revenir en Russie. Tué immédiatement. Évidemment, par les sbires de Poutine, qui font à Londres tout ce qu’ils veulent, comme chez eux. Poutant la justice britannique (payée toujours par Poutine ?) a constaté le suicide.
      Inutile de continuer.


    • math math 29 octobre 15:16

      @roman_garev...Vous n’êtes qu’un esclave de Poutine..c’est votre droit, mais en tant qu’homme vous ne valez rien..juste bon a raconter des conneries sur agora qui est à genoux avec les dictateurs.. !


    • roman_garev 29 octobre 15:34

      @math
      Vous n’êtes capable que d’insulter. Pas une seule étincelle d’une pensée, rien que des titres de votre presse oligarchique.
      Pauvre troll décervelé...


    • HELIOS HELIOS 29 octobre 16:05

      @math

      tout votre raisonnement est basé sur la perception de Poutine comme dictateur.
      ---- Si ce n’etait pas le cas, que pouvez vous reprocher a la Russie ?

      car sur le fond, quand les flics americains tirent directement sur des « associaux » que font ils de si different que ce que vous reprochez a poutine (qui n’en est probablement pas directement responsable)

      la forme.... le fond....  


    • Abou Antoun Abou Antoun 29 octobre 18:34

      @math
      j’ai une vision planétaire
      Par l’écran de votre télé ?


    • Venceslas Venceslas 29 octobre 19:11

      @roman_garev
      C’est vrai qu’en France, des médias de milliardaires d’opposistion, on en cherche. D’accord avec vous.


    • Fanny 29 octobre 19:37

      @Pierre

      math n’a pas tout à fait tort : la Russie est un pays violent. Un cran en dessous des USA cependant avec leurs fusillades quasi quotidiennes. Avec la différence que les victimes en Russie peuvent faire partie de la nomenclature. Aux USA, c’est plutôt le commun (à l’exception des présidents).

      Il s’agit en Russie d’un mélange de violence politique et mafieuse. Il est souvent difficile de faire la part des choses. Anna Politovskaïa et Nemtsov ont été assassinés pour motifs politiques. Berezovsky, s’il a été assassiné en Angleterre (?), ce serait plutôt pour des motifs mafieux.

      Khodorkovski (ancien dirigeant des jeunesses communistes) est un cas particulier, le plus intéressant, qui se rattache à la période Eltsine. Un mélange hautement politique et tout aussi mafieux. Il avait son armée privée, éliminant ses concurrents (mais en payant des pensions aux veuves, ce qui est assez chic), et le pouvoir de vendre aux USA les bijoux de famille russes (fauchés lors de l’effondrement de l’URSS). Tout ça ne pouvait que mal se terminer. Après avoir purgé sa peine, il se porte aujourd’hui très bien et espère toujours devenir un jour le président de la Russie, avec le concours de l’Occident. Un type très intelligent, qui a un vrai projet pour la Russie, et qui me semble être l’opposant le plus sérieux à Poutine (et à son successeur que Poutine aura mis en place), malgré son exil.

      Kasparov est un génie aux échecs et un guignol en politique. Accessoirement un révisionniste extrême en matière d’histoire (il efface des siècles d’histoire, toutes les dates sont fausses, selon lui). Les Russes le considèrent comme citoyen américain, ce qu’il est devenu.

      Tout ça ne dit pas quelle part aurait pris Poutine et ses diverses polices dans ces assassinats. Je n’en sais rien. Tous les chefs d’Etat assassinent (Hollande y compris, incroyable). Poutine doit avoir sa liste, n’en doutons pas. Mais les noms cités par math ne sont pas forcément des victimes directes de Poutine et de ses services (sauf Khodorkovsky), telle est du moins mon impression.


    • samy Levrai samy Levrai 29 octobre 19:50

      @math
      Ne sais tu vraiment pas ce qu’est une democratie ? 
      Poutine elu au premier tour avec 62% et soutenu par 80% de sa population, dans un pays souverain serait un dictateur ?
      Nous avec un president élu au deuxieme tour par une quarantaine de % de la population et detesté par 80% dans un pays qui n’est pas independant, ni souverain serions en democratie ?
      Tu regardes trop la télé et la novlang t’habite…
      As tu remarqué que les « democraties » agressent des tas de pays souverains ( Yougoslavie, Afghanistan, Irak, Libye, Syrie, Somalie, Yemen, Mali,....) et que les pseudo dictatures n’attaquent personne…
      As tu remarqué que tu pouvais voter pour qui tu voulais dans notre « democratie » tu avais toujours a meme politique decidé ailleurs…que le peuple pouvait ben dire NON que les« démocrates » s’en tapaient...
      Ton lavage de cerveau est impressionnant. 


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 30 octobre 03:54

      @math

      Je ne cache mon opinion favorable de Poutine, de la Russie et surtout de son role dans la géopolitique actuelle. Je ne perdrai cependant pas une seconde à tenter de changer la vôtre. Il y a longtemps que tous ceux qui réfléchissent ont choisi leur camp. Je serais curieux, toutefois, qu’un sondage sérieux vienne préciser l’opinion qu’ont AUJOURD’HUI les Francais et autres citoyens de l’UE de la Russie et des USA.

      PJCA  


    • Ruut Ruut 30 octobre 09:50

      @math
      La France est une dictature depuis que la voie du peuple aie été piétinée par ses dirigeants.


    • Eric F Eric F 30 octobre 10:07

      @Pierre
      Vous écrivez « Les services secrets russes ont suffisamment d’expérience pour éliminer discrètement quand c’est nécessaire. », ceci constitue quand même l’aveu que ce genre de pratique existe.
      Mais je peux entendre un argumentaire tel que : la Russie est un pays composite et complexe à gouverner, il est nécessaire qu’il y ait un pouvoir fort et volontariste, quand bien même cela conduit à des atteintes aux libertés individuelles et collectives, pour l’intérêt général. Mieux vaut donc pour ce pays un autocrate compétent que de parfaits démocrates en carton.


    • JC_Lavau JC_Lavau 30 octobre 10:47

      @EricF. Autocrate ?
      Regarde comme il n’a pas eu assez de pouvoir pour faire passer Serdioukov en jugement.

      http://thesaker.is/putins-biggest-failure/

      http://www.unz.com/tsaker/putins-biggest-failure/
      Il n’a pas pu se débarrasser d’une cinquième colonne, notamment à la banque centrale.
      Il a pu licencier Anatoli Serdioukov, notoirement incompétent et corrompu, et le remplacer par Serguieï Choïgou, mais n’a pas pu le faire passer en jugement, ni amoindrir en rien son train de vie. L’épouse Serdioukova continue de s’en mettre plein les poches.

      Les témoignages, notamment américains sont au contraire admiratifs combien cet homme modeste a constamment su observer pour se mettre à la hauteur de la situation.
       
      La fragilité du redressement russe est certes d’être un césarisme, trop dépendant des qualités actuelles d’un seul homme. Et cela fait environ deux ans que Sergueï Viktorovitch Lavrov, actuellement âgé de 68 ans, annonce qu’il aimerait bien raccrocher, eut égard à son âge.

      La principale force d’opposition, le PC, semble divaguer de son lit, comme le fit le PCF avec Robert Hue.


    • Pierre Pierre 30 octobre 11:44

      @Fanny
      Non, math n’est pas un commentateur intéressant. Il n’a pas d’opinion qu’il s’est forgé lui-même. Il ânonne stupidement ce que disent BHL, Fourest et les journalopes qui hantent les salon parisiens.
      Ceci dit, je ne suis pas d’accord avec beaucoup de points de votre commentaire.
      Je maintiens que Khodorkovski, Berezovsky, Litvinenko et Nemtsov sont des crapules pour ce qu’ils ont fait à leur pays. Les deux premiers ont d’ailleurs beaucoup de sang sur leurs mains.
      Magnitski est mort en prison parce qu’il n’a pas pu correctement se soigner exactement comme Milosevic pour qui on n’en a pas fait un fromage dans nos médias.
      Politkovskaya, Markelov, Babourova, Estemirova et Nemtsov pour des révélation sur la mafia tchétchène.
      Le meurtre de Boudanov a été revendiqué par l’émirat tchétchène.
      Youtchenkov sans doute par le FSB parce qu’il relayait des accusations délirantes de Litvinenko sur l’attentat du théâtre de Moscou.
      Pour Karparov (Weinstein de son vrai nom), je suis d’accord avec vous. Aussi pour pouvoir profiter de sa fortune planquée en Amérique. De plus, il est plus Azerbaïdjanais que Russe.
      Navalny est un con qui croit qu’il va prendre le pouvoir par la rue. J’ai écouté son interview par Xenia Sobtchak. Ce type est lamentable et les idiots des médias mainstream le présentent comme l’opposant n°1 à Poutine. C’est encore plus lamentable.
      Ce sont des assassinats et il faut les dénoncer mais de là à prétendre que Vladimir Poutine en est le commanditaire...  
      C’est cependant ce que fait math. 
      Si Vladimir Poutine devait éliminer tout ses ennemis en Russie, il n’aurait aucun problème pour peupler la Sibérie, ça c’est sûr.
      Vous avez peut-être remarqué que j’ai illustré l’article avec des caricatures sur Poutine. Je les ai tous pris sur des sites russes (pour ne pas avoir de problème de droit d’auteur) et je vous assure que j’ai découvert des horreurs impossible à décrire du genre d’Erdogan qui sodomise Poutine ou Hitler qui félicite le petit Poutine en lui tapotant la joue. 
      S’il veut éliminer tout ceux qui veulent lui faire du tort, il a du pain sur la planche. 
      Je vous donne ici ma conviction personnelle sur ces assassinats. 
      Vladimir Poutine n’en est pas le commanditaire. Il est probable que quand des assassinats ont des connotations politiques en rapport avec la Tchétchénie, qu’il fait son possible pour que cela ne remonte pas aux dirigeants de la république parce qu’il ne veut pas rallumer une guerre et qu’il a besoin des militaires tchétchènes (musulmans mais pas barbus) en Syrie pour des missions de stabilisation.
      En comparaison, les Occidentaux savent très bien que Thaçi et son entourage (au Kosovo) sont des criminels qui ont éliminé des dizaines de témoins de leur trafic d’organes (scandale de la maison jaune). Pourtant, on n’en parle pas trop et on protège Thaçi pour ne pas déstabiliser le Kosovo.
      Ce n’est pas deux poids, deux mesures par hasard .


    • roman_garev 30 octobre 12:21

      @Eric F
      « Vous écrivez « Les services secrets russes ont suffisamment d’expérience pour éliminer discrètement quand c’est nécessaire. », ceci constitue quand même l’aveu que ce genre de pratique existe. »
      Un aveu ? Mais de la part de qui ? Des services secrets russes ? Mais non, d’un auteur français d’un article...
      Donc ceci ne constitue qu’une opinion privée que ce genre de pratique puisse exister. Un « highly likely » tant aimé de nos jours de plus...


    • Pierre Pierre 30 octobre 12:52

      @Eric F
      Mon avis n’engage que moi. Si la présidence russe ordonnait des assassinats (cela peut être des islamistes qu’on ne peut pas éliminer autrement par exemple), je ne crois pas que cela se passerait sous les fenêtres du Kremlin comme pour Nemtsov.
      Obama et Hollande on reconnu avoir ordonné des assassinats. Même si c’est Charles Hernu qui a porté le chapeau, tout le monde sait bien que c’est Mitterrand le commanditaire de l’affaire « Rainbow Warrior ».
      Alors, je ne vais pas me faire passer pour un idiot en prétendant que Poutine ne ferait pas cela.
      Encore une fois, les mots ont un sens précis. Un autocrate n’a pas de comptes à rendre et ce n’est pas le cas de Poutine. Les empereurs russes étaient des autocrates. 
      Un exemple : Poutine a dû obtenir l’aval de la Douma pour éventuellement intervenir dans le Donbass. Ce n’était peut-être qu’une formalité mais Poutine ne pouvait pas légalement intervenir autrement. Cette autorisation a d’ailleurs été supprimée un peu plus tard sans avoir été utilisée. 
      Mais comme je ne suis pas idiot (pour la deuxième fois), je me doute bien qu’il y a eu un flux d’armes et d’hommes qui ont traversé la frontière.
      C’est difficile de définir ce qu’est le système russe. Je dirais que c’est une démocratie jeune mais pas encore un Etat de droit. 


    • JC_Lavau JC_Lavau 30 octobre 13:22

      @Pierre. Et l’ordre d’assassiner Pierre Bérégovoï venait aussi de Mitterrand.


    • Pierre Pierre 30 octobre 14:41

      @JC_Lavau
      Ouf ! J’avais peur que vous disiez qu’il venait de Moscou.  smiley
      Je ne avais pas encore entendu cette accusation mais tout est plausible avec Mitterrand. Pour quel motif ?
      On dit aussi que Jean-Edern hallier et Coluche gênaient beaucoup Mitterrand.


    • JC_Lavau JC_Lavau 30 octobre 15:16

      @Pierre. Bérégovoï prétendait lutter contre la corruption, et il en connaissait long. Trop long.
      De plus il était rancunier.


    • Self con troll Self con troll 30 octobre 16:06

      @JC_Lavau
      Si mise en scène il y a, elle était réussie. Avez-vous passé un dimanche après-midi à Nevers ?


    • Fanny 30 octobre 16:08

      @Pierre

      Votre commentaire est intéressant, en ce sens qu’il s’inscrit dans une recherche honnête de la réalité, des faits tels qu’ils se sont produits et de l’enchaînement des responsabilités qui les ont produites.

      La définition même du journalisme. Un métier qui a disparu, ce qui m’inquiète beaucoup à titre personnel car l’étape suivante, c’est la guerre (pour moi, je m’en fous, mais j’ai des petits enfants).

      Khodorkovsky a tué, c’est probable. Et il n’a pas payé le juste prix de ses crimes, c’est évident. Mais les grands de ce monde sont tous des tueurs. Combien d’individus ont été tués suite à la décision d’un de nos anciens présidents de faire la guerre à la Libye ? Napoléon ? Les lois ordinaires ne s’appliquent pas aux grands dirigeants ou à ceux qui s’imaginent potentiellement en être. Khodorkovsky s’imagine, avec de bons arguments, être un dirigeant potentiel de la Russie. Les lois ordinaires ne le concernent pas.

      D’accord pour Milosevic et Magnitski : on enferme un présumé coupable, et on se débrouille pour qu’il casse sa pipe. Gagné. Le traitement médiatique est un jeu d’enfant.

      Le débat politique et les caricatures sont d’une violence incomparable en Russie, en comparaison de ce que nous connaissons en France. Encore d’accord avec vous. Daumier passerait son temps à la XVIIème chambre correctionnelle. La « dictature » n’est pas là où l’on croit.

      Votre parallèle Tchétchénie/Kosovo est pertinent. Deux poids deux mesures, au moins.

      Quant au fond, la guéguerre entre les USA et la Russie (qui commande tout le reste, nos médias etc.) est absurde, aussi absurde que la guerre de 14 et le suicide de l’Europe. Elle a un fond de messianisme religieux, ce qui rend son traitement difficile. Mais la punition sera à la mesure de celle qu’a subie l’Europe : le suicide de l’Occident au profit de l’Asie.


    • Oceane 30 octobre 18:39

      @Fanny

      Khodorkovsky, après avoir vendu les « bijoux de famille russes » aux USA, « espère toujours devenir un jour le président de la Russie, avec le concours de l’Occident ». Parce qu’il est selon toi, « un type très intelligent, qui a un vrai projet pour la Russie. » !

      Le « vrai projet pour la Russie » de Khodorkovski lui est venu avant ou après avoir vendu « les bijoux de famille russes » aux Usa ? Accéder aux manettes de la Russie avec le concours de son plus grand ennemi, c’est avoir un « projet » ? S’il s’agit de recommencer à brader « les bijoux de famille russe » alors, oui, c’est effectivement un « vrai projet ». Pas sûr cependant que les Russes l’acceptent.

      Khodorkovski ferait bien mieux de demander la nationalité américaine, il pourrait bien être président là-bas, qui sait ?


    • Pierre Pierre 30 octobre 18:50

      @Oceane
      Non, il faut être né américain pour devenir président (pas comme Obama pour qui il y a un doute). En revanche, il pourrait remplacer le regretté John McCaine.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès