Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La poche trouée d’AREVA

La poche trouée d’AREVA

L’entreprise nucléaire française n’en finit pas d’accumuler des déboires au point que l’Etat, pourtant en crise grave financière, est obligé de mettre la main à la poche pour tenter de remplir une poche qui continue de se vider…le mythe de Sisyphe en quelque sorte…

Chacun sait que, très récemment, l’Etat a été obligé de céder son fleuron nucléaire Alstom à l’américain General Electric, (lien) et le voilà contraint maintenant de se pencher au chevet d’un autre grand malade nucléaire, l’entreprise Areva qui n’en finit pas d’accumuler les pertes financières.

Déjà, en 2008, Areva était au bord de la faillite, et les militants du réseau « sortir du nucléaire » s’étaient inquiétés du fait que l’Etat ne se mette à renflouer l’entreprise.

A cette époque, le départ de Siemens du chantier de l’EPR finlandais avait couté 2 milliards à l’entreprise nucléaire, et quelques investissements malheureux aux USA avaient achevé de plomber les comptes de l’entreprise.

Puis l’Afrique du Sud avait annulé purement et simplement la construction de 12 réacteurs, et les 38 mois de retard liés à la construction de la centrale nucléaire finlandaise avaient couté 2,4 milliards de pénalités réclamés par les finlandais.

Du coup, la coté d’Areva en bourse a pris un coup de massue, passant de 820 € en juin 2008 à 325 € en février 2009. lien

Logique dès lors que l’entreprise envisage sérieusement maintenant de réduire le montant de ses investissements à hauteur de 100, voire de 150 millions à partir de 2015, ce qui avait été déjà entamé en l’abaissant de 200 millions d’euros cet été. lien

Le premier semestre 2014, avec une baisse de 12% du chiffre d’affaire, et une perte financière atteignant les 700 millions d’euros, est la preuve que rien ne va plus dans l’entreprise nucléaire, malgré la vente récente de ses 2 EPR en Grande Bretagne.

Il faut d’abord savoir que l’objectif de commandes avec nos voisins outre manche était de 10 commandes fermes d’ici à 2016, et on est donc très loin du compte, d’autant que l’entreprise française engrangeait régulièrement 1 milliards d’euros grâce au contrat de maintenance signé avec le Japon concernant les 50 réacteurs nippons, dont on sait aujourd’hui qu’ils sont à l’arrêt pour cause de catastrophe nucléaire à Fukushima.

Ajoutons pour la bonne bouche qu’AREVA a ferraillé durement pour conclure un accord avec le gouvernement nigérian, ce dernier trouvant peu équitable le précédent, qui permettait d’exploiter sans trop débourser, les mines d’uranium au Niger. lien

Il faut savoir que le Niger est l’un des Etats les plus pauvres du monde, et que, paradoxalement, près de 90% de la population n’a pas accès à l’électricité. lien

Ce n’est qu’au bout de 18 mois de négociations difficiles qu’un accord « équilibré » a finalement été trouvé, (la taxation est passée de 5,5% à 12%) car comme le disait le président nigérian Mahamadou Issoufou : « il y a une injustice au niveau de l’uranium comme source d’énergie. Il n’est pas payé en fonction de son pouvoir calorifique  ». lien

Ce qui fait mauvais genre pour notre pays, lequel se flattait sans raison de son indépendance énergétique, d’autant que de nombreux observateurs sont convaincus que la guerre au Mali (et par contrecoup au Niger) a des raisons peut être assez éloignées de la « lutte contre le terrorisme ». lien

En effet, le Niger fournit plus de 30% de l’uranium nécessaire à la France pour faire tourner ses centrales nucléaires.

Et puis, ce serait oublier que le sous sol malien est riche non seulement en or, mais aussi en uranium, d’autant que Rockgate, une compagnie minière canadienne, a déposé un permis d’exploration de l’uranium de Faléa, à 350 km à l’ouest de Bamako.

Le gisement recèlerait environ 12 000 tonnes d’uranium, soit 4 fois la production de la mine d’Areva au Niger en 2012lien

Et puis on se souvient que les 4 otages français détenus au Mali étaient des employés d’Areva, tout comme deux autres, qui étaient des géologues prospectant au Mali. lien

Mais il y a d’autres raisons à cette faillite annoncée d’AREVA : l’E.P.R. finlandais accuse non seulement 9 années de retard sur les prévisions de démarrage de la centrale nucléaire, mais aussi les déboires techniques, lesquels ont entraîné un dépassement financier considérable.

Cette centrale nucléaire, sise à Olkiluoto, estimée d'abord à 3 milliards d’euros va bientôt atteindre les 9 milliards, et la mise en service qui devait être effective en 2009 est repoussée pour l’instant à 2018. lien

Quant à l’EPR de Flamanville, il accuse déjà 4 ans de retard, et son cout a quasiment triplé atteignant les 8,5 milliards d’euros. lien

Si l’on ajoute qu’il faudra au moins engager la même somme pour le démantèlement de ces centrales un jour ou l’autre, on comprend aisément que dans l’avenir, le prix de notre électricité ne va pas cesser d’augmenter, même si la transition énergétique promise se met un jour enfin en place.

En effet, selon l’INSEE, les dépenses d’énergie liées au logement et au transport constituent 8,4% de la consommation des ménages français, c'est-à-dire autant que pour les loisirs, ou les vêtements, ce qui correspond tout de même à 2300 € par ménage et par an. lien

On sait aujourd’hui que le nucléaire coûtera de plus en plus cher en France, et que si les tarifs d’électricité n’avaient augmenté que de 5% en aout 2013, une hausse identique avaient suivi peu après (lien) …hausse qui à continué en 2014, ce qui n’est pas une bonne nouvelle pour le budget des ménages

S’il faut en croire la Cour des Comptes, entre 2010 et 2013, nous sommes passés de 49,6 € par mégawatt-heure à quasiment 60 €, soit une augmentation de 21%, (lien) et pourtant il reste une bonne nouvelle, nous n’avons pas encore eu d’accident de type Fukushima, parce que là, la facture serait bien plus salée, puisque, selon un rapport de l’IRSN, (institut de radioprotection et de sûreté nucléaire) elle pourrait atteindre jusqu’à 5800 milliards d’euros. lien

Et pourtant, tout en affirmant sa volonté de réduire la part du nucléaire dans le pays, ce gouvernement, qui détient 88% du groupe, s’apprête a combler les dettes, même si pour l’instant il a déclaré ne rien faire d’ici 2015, affirmant pour faire bonne figure « rien n’est à l’étude ni à l’ordre du jour  », selon Bercy, ou EDF, sans démentir pour autant avoir exploré cette piste, mais, pour EDF, reconnaissant le problème financier d’Arevalien

Le contraire serait difficile.

Ce qui semble en tout cas s’annoncer, c’est un remplacement à la tête de l’entreprise nucléaire, et les jours de Luc Oursel semblent comptés…voire aussi ceux du patron d’EDF, Henri Proglio, mais cela est-il de nature à changer la politique énergétique du gouvernement ? lien

Aujourd’hui, le projet de transition énergétique fait la part belle à la voiture électrique, laquelle va fatalement relancer la production d’électricité d’origine nucléaire, car comme le dit Stéphane Lhomme, le directeur de l’Observatoire du nucléaire, non seulement « la voiture électrique pollue autant que la voiture thermique, n’est même pas efficace contre le CO2, en France, mais la voiture électrique est une voiture nucléaire, (…) on ne sauve pas le Titanic en lui envoyant le Costa Concordia  ». lien

Ce projet de transition énergétique serait donc en partie une belle couleuvre que les français s’apprêtent à avaler benoitement…mais que ne ferait-on pas pour sauver AREVA ?

En tout cas, une pétition a été lancée sur le thème de « pas de transition énergétique sans sortie du nucléaire », et on peut la signer sur ce lien.

La France, selon un rapport de la cour des comptes de 2012, a déjà investi 227,8 milliards d’euros dans l’électricité nucléaire, et il n’y a pas manifestement pas de raison que cette stratégie contestable s’arrête un jour. lien

D’ailleurs, selon 200 experts de l’énergie interrogés par les chercheurs de Grenoble Ecole de management la baisse du nucléaire ne sera pas effective avant 30 ans. lien

Comme dit mon vieil ami africain : «  la loi est sage, mais les hommes ne le sont pas  ».

L’image illustrant l’article vient de www.insolent.fr

Merci aux internautes pour leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Articles anciens

Nucléaire, explosion des prix

Ce cher nucléaire

Sans transition, la chute !

Des Maliens aux malins

L’énergie en partage

Il y a ceux qui nous pompent l’air…

Comment tourner la page du nucléaire, du pétrole et du charbon

Au pays du soleil, le vent !

De l’eau dans le gasoil

Roulez, roulez, petits plastiques

Faire le plein avec du vide

MHD, l’énergie cachée du futur

Quand les ordures se changent en or

Vive l’énergie positive

Sortir en douceur du nucléaire

Du pétrole sous les sabots

Energies propres en Suède

De la fuite dans les idées

Histoire d’un coup de foudre

L’imagination au pouvoir

Tel un avion sans kérosène

Rouler malin

D’autres énergies pour sortir de la crise

Au chaud sur la terre de glace

L’homo automobilus

Simple comme l’eau chaude

Témoignage sur le photovoltaïque en France

Le plein de cochon à la pompe

Le nucléaire dépassé par des cochons

Qui a tué Stan Meyer

Déchets, de l’or dans nos poubelles

En France on a pas de pétrole, et pas d’idées non plus


Moyenne des avis sur cet article :  4.52/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • César Castique César Castique 7 octobre 2014 09:40

    « ...le mythe de Sisyphe en quelque sorte… »


    Ce serait pas plutôt le Tonneau des Danaïdes ?

    • olivier cabanel olivier cabanel 7 octobre 2014 09:48

      César

      oui, c’est vrai, le rapprochement est encore plus intéressant si l’on prend la légende du Tonneau des Danaïdes...
      parce que dans le fond, le mythe de Sisyphe, c’était plus « refaire toujours le même geste, en vain »...
      ce que fait tout de même l’Etat, en finançant sans arret une filière sans intérêt.
       smiley

    • lautrecote 7 octobre 2014 09:43

      Article intéressant.
      Juste pour chipoter : vous écrivez « ce gouvernement, qui détient 88% du groupe »
      Dieu merci, ce n ’est pas le gouvernement qui détient ces 88%, c’est l’Etat.
      Et Dieu merci (merde quand même), le gouvernement, ce n’est pas l’Etat (même si ce gouvernement nous met l’Etat dans un drôle d’état, merde quand même).


      • olivier cabanel olivier cabanel 7 octobre 2014 09:49

        lautrecote

        exact... c’est l’Etat...pas le gouvernement, lequel dirige l’Etat...enfin, en principe !
         smiley

      • Trelawney Trelawney 7 octobre 2014 10:03

        Il y a aussi un fait que semble oublier Areva et EDF. La production d’énergie est en pleine mutation. Je ne parle pas d’énergie renouvelable, car pour moi les champs d’éolien ou de photovoltaïque sont déjà dépassés

        Beaucoup d’entreprise dans le monde travaillent sur la production d’énergie à minima pour la consommation d’un logement ou un groupe de logements. Elles obtiennent des résultats probant et sont en passe (dans un proche avenir) de commercialiser le ou les différents procédés. Ce sera un four solaire dans certaine régions, du stockage d’énergie par hydrogène, ou de la méthanisation dans d’autres. Ces entreprises ont déjà des projets fiables pour l’installation d’unités autonomes dans des villages, des quartiers ou des immeubles collectifs.

        Comme cela c’est passé pour les télécommunications, le développement commercial de ces procédés remplacera à termes les systèmes de production massifs tels que les barrages, les centrales thermiques ou les réacteurs.

        Areva comme EDF avec la diminution de leur clients (il ne restera que les industriels) seront les victimes de ce progrès technologique


        • olivier cabanel olivier cabanel 7 octobre 2014 10:21

          Trelawney

          oui, c’est probable.
          perso je pense que « small is beautifull », et que produire propre et consommer sur place chaque fois que possible provoque de sérieuses économies...le transport de l’énergie provoque en moyenne 10% de pertes...mais il y a aussi d’énormes pertes à la production : par exemple l’eau chaude d’une centrale thermique (nucléaire ou autre)...
          à terme, on pourrait envisager la disparition de nombreux des 150 000 pylônes tht qui défigurent notre paysage si on produisait et consommait sur place...
          ensuite, comme vous le dites très bien, chaque région a sa particularité, et cibler telle énergie plutôt qu’une autre sera bien plus efficace.
          mais une fois de plus, l’Etat, et le gouvernement, ont toujours un temps de retard...en tout cas dans notre pays.
          merci pour votre commentaire.

        • Alex Alex 7 octobre 2014 15:14

          « small is beautifull »

          Sources ?


        • olivier cabanel olivier cabanel 7 octobre 2014 17:16
          Alex
          ce slogan est en principe du à Ernst Friedrich Schumacher...

        • Alex Alex 7 octobre 2014 18:19

          Olivier

          Merci. Je ne pensais pas que vous l’ayez trouvé dans Elle, Femme Actuelle, ou je ne sais quel autre magazine féminin...


        • olivier cabanel olivier cabanel 7 octobre 2014 19:16

          Alex, 

          ça me parait difficile vu que je consulte rarement ce genre de magazines...
           smiley

        • Alex Alex 7 octobre 2014 10:54

          Olivier

          Je ne comprends pas comment un afficionado du « développement durable » tel que vous soit opposé au nucléaire : y a-t-il quelque chose de plus durable que les déchets radioactifs ?


          • olivier cabanel olivier cabanel 7 octobre 2014 11:31

            Alex

            décidément j’aime bien ce genre d’humour décalé.
             smiley

          • Doume65 8 octobre 2014 10:04

            Excellent !

            Enfin... si on choisit de ne pas en pleurer.


          • 1871-paris 1871-paris 7 octobre 2014 11:38

            Tout le modèle Français et international du nucléaire a tourné vers la ploutocratie sous le vent du libéralisme enjôleur. cette technologie n’aurait jamais dû tomber dans le domaine privé au prise avec les dividendes, OPA et autre délit d’initié, c’est une aberration du système que de mettre cette technologie qui requière le plus haut niveau de sécurité, de la mettre entre des mains de voyoucrates ploutocrates transnational.

            Avec des abrutis pareil au commandes qui sais ce qu’il adviendra.

             

            Un citoyen ni contre le nucléaire de manière dogmatique, ni pour l’ultra productivisme nucléaire sous la seule égide des marchés boursiers. 


            • olivier cabanel olivier cabanel 7 octobre 2014 11:57

              1871

              vous dites que le nucléaire n’aurait jamais du quitter dans le domaine privé !
              mais jusqu’à preuve du contraire, l’état est largement majoritaire dans l’entreprise nucléaire, et on voit bien que ça n’empêche pas toutes les dérives que je décris dans l’article.
              donc la seule solution n’est-elle pas d’arrêter au plus vite cette énergie mortifère.

            • rhea 1481971 7 octobre 2014 12:25

              Le problème pour sortir du nucléaire il faut des sous et nous n’en avons plus beaucoup, et la télévision invite parfois un certain Rabhi qui est retourné à vivre de la terre en pratiquant la biodiversité, tout le monde peut faire comme lui mais qui s’occupera de l’héritage empoisonné de cette technologie. En fait un journaliste a bien résumé la situation : « nous sommes les prisonniers du nucléaires », j’irai plus loin nous en sommes les esclaves.L’homme a voulu dominé la matière, retour de bâton , aujourd’hui c’est la matière qui mène le bal.


              • olivier cabanel olivier cabanel 7 octobre 2014 13:01

                rhea

                pour rester dans le nucléaire, il faudra encore plus de sous...
                vous citez Pierre Rabhi, en écrivant : « tout le monde peut faire comme lui »
                mais même si tout le monde le fait, il faudra quand même arrêter le nucléaire.
                et le plus vite possible.
                a moins que vous ne vouliez continuer de payer toujours plus ?
                vous dites : nous sommes les esclaves ?
                et mon vieil ami africain vous rétorque : « ils ne sont pas plus grands que vous, vous êtes seulement à genoux, et il vous suffirait de vous lever »...
                 smiley

              • lsga lsga 7 octobre 2014 12:34

                Et encore, ce n’est que le début.



                Prenez votre montre, cela va se produire exactement dans moins de 10 ans. Vivement. 

                • olivier cabanel olivier cabanel 7 octobre 2014 13:02

                  Isga

                  merci de ce commentaire, 
                  c’est justement l’article que j’ai commencé...
                  sur google et compagnie.
                  en effet, tout est en train de changer à grande vitesse, et il n’y a que notre gouvernement (et quelques autres) qui ne le comprennent pas.
                   smiley

                • lsga lsga 7 octobre 2014 13:06

                  la nouvelle vidéo qui buzz outre atlantique :

                  (avec sous titres approximatifs)


                  En 1995, on ne se doutait pas que Internet serait partout en 2005
                  En 2014, on ne se doute pas que les Robots et l’énergie solaire seront partout en 2024. 




                • Pan Démo Pan Démo 8 octobre 2014 01:05

                  Sympa la vidéo, les sous titres sont approximatifs certainement le fruit d’un robot.

                  En 1995 on se doutait déjà du potentiel d’internet, cf fureur boursière de l’époque introduction de Netscape. « Bulle internet et le Krach en 2000 ».

                  En 2014 on se doute que les robots seront partout, on s’imaginait déjà l’an 2000 avec des robots partout.

                  Concernant l’énergie solaire, vous évoquez Ivanpah qui vient tout récemment de démarrer sa production d’énergie, avec une puissance maximale de 392 Mégawatt pour un investissement d’au moins 2.2 milliards de dollars, pour en conclure que la naissance de cette technologie sonne le glas de l’énergie nucléaire et donc d’Areva le N°1 mondial du nucléaire dans les 10 ans qui viennent « top chrono ».

                  Permettez moi de douter.

                  Areva à 87% détenu par l’Etat Français a obtenu des contrats en Inde pour la construction de 2 centrales thermiques solaire à concentration de 125 MW chacune.
                  Le CNRS travaille depuis 1976 sur le type énergie solaire à concentration, ce n’est donc pas une nouveauté, la preuve en l’existence de Kramer junction depuis 1985 d’une puissance de 165 MW.

                  En 1985 déjà on aurait pu dire « dans 10 ans le solaire sera partout et le nucléaire fera faillite »...

                  La seule solution est dans la diversité des sources d’énergie, et la régularité du nucléaire en fait hélas un atout indispensable... surtout si l’on veut faire fonctionner « travailler » tous ses robots jours et nuits.

                  Concernant les robots, ils coutent très cher, dans 100 ans peut être « il y en aura partout », l’entreprise Fanuc et ses développements seront intéressants à suivre (fabrication dans le noir).


                • olivier cabanel olivier cabanel 8 octobre 2014 07:27

                  Pan Démo

                  je partage globalement sauf un point, lorsque vous affirmez : « la régularité du nucléaire en fait hélas un atout indispensable »...sous entendant que le nucléaire est la seule énergie capable d’être « régulière », dans le sens ou ce n’est pas une énergie intermittente comme l’éolien, ou le solaire.
                  ce serait oublier toutes les autres énergies propres : la géothermie de grande profondeur, consistant à utiliser l’eau chaude (70°) des nappes pour chauffer habitations, commerces et entreprises...le méthane fabriqué qui peut être produit hiver comme été, le jour ou la nuit... l’hydraulique..et bien sur l’énergie magnétique.
                  pour prendre le tournant de la transition énergétique, il faut donc d’entrée fermer définitivement l’option nucléaire.
                  ajoutons que l’arrêt du gaspillage énergétique devrait fermer très rapidement un grand nombre de réacteurs nucléaires, sans pour autant priver le consommateur de l’energie dont il a besoin.

                • Doume65 8 octobre 2014 10:09

                  @ Isga
                  « Areva fera faillite (ou se reconvertira dans le démantèlement). »

                  Tu as trouvé. Ce sont des centaines de milliards d’euros que coûteront les démantèlements. Il y a un pognon fabuleux, Kolossal, à se faire !


                • Pyrathome Pyrathome 7 octobre 2014 14:04

                  Salut Olivier,
                  .
                  « la voiture électrique pollue autant que la voiture thermique, n’est même pas efficace contre le CO2, en France, mais la voiture électrique est une voiture nucléaire, ...
                  .
                  La phrase est mal tournée, ce n’est la voiture électrique en soi qu’il faut blâmer, car le moteur électrique a un rendement sans concurrence....il faut préciser les batteries !!!
                  Si on utilise des accus fabriqués avec des matières non polluantes et recyclables, rechargés avec une source d’énergie renouvelable et propre ( éolien, solaire, hydraulique, géothermique.....etc )
                   alors elle devient idéale....

                  .
                  Areva et autres lobbys du nuke sont appelés à disparaître, tout comme les multinationales du pétrole.....
                  .
                  Une info inquiétante mais fiable et indéniable :
                  .
                  http://news.sciencemag.org/climate/2014/10/past-measurements-may-have-missed-massive-ocean-warming
                  .
                  Les océans se réchauffent plus vite que prévu....


                  • olivier cabanel olivier cabanel 7 octobre 2014 14:23

                    oui Pyra

                    c’est exactement ça.
                    la voiture électro solaire poserait bien moins de problèmes.
                    il reste la question de l’autonomie...
                    pour une ville c’est l’idéal, pour pour ceux qui veulent faire de longs déplacements, ça ne marche plus, a part d’être patient, et d’attendre de longues minutes qu’une batterie soit rechargée...


                  • Gérard Luçon Gérard Luçon 7 octobre 2014 14:13

                     ... enfin une intervention contre cette merde de voiture électrique .. reste plus qu’à rappeler que les panneaux photovoltaïques se font à partie de silicium, ce qui en reste, la poussière de silice, est inutilisable c’est pourquoi les allemands ont externalisé leur production en Chine, ils ne font que le montage des derniers boulons d’assemblage pour que ce soit norme CEE, et les autres métaux rares qui entrent dans leur composition pour les batteries (car faut bien stocker l’énergie) sont seulement dans quelques pays, notamment USA, Chine, Roumanie, certains pays d’Afrique .. donc énergie sans réel avenir ! Quand on cessera de vouloir à tout prix bouffer l’intérieur de notre planète pour le profit de quelques familles, on se mettra enfin à étudier Tesla et la « free energy »



                    • olivier cabanel olivier cabanel 7 octobre 2014 14:25

                      Gérard

                      c’est certain que l’invention de Tesla mériterait beaucoup plus d’attentions !
                      ceci dit, avec le méthane produit, et transformé en gaz de combustion, nous pourrions acquérir une indépendance énergétique, et polluer pratiquement plus.
                      ce sont nos dirigeants qu’il nous faut changer, voire la totalité de ce monde politique, et tant qu’à faire mettre en place une nouvelle constitution.
                      bref, y a du pain sur la planche... 

                    • Gérard Luçon Gérard Luçon 7 octobre 2014 15:36

                      exact pour le méthane .. sauf que ...si on touche aux poches sous-terraines il se pourrait que cela nous échappe « un peu trop », un peu comme on fait en ce moment avec le gaz de schistes, avant, enfin il y a 60 ans, les forages se faisaient avec des coquilles de noix (sic) des noyaux d’olives (re-sic) puis on a utilisé la bentoline si je me souviens bien, maintenant on utilise des produits créés par l’homme et bien plus nocifs ...


                    • olivier cabanel olivier cabanel 7 octobre 2014 17:13

                      gérard

                      je me suis mal expliqué !
                      il ne s’agit pas de méthane fossile, mais de méthane fabriqué...
                      énergie renouvelable et propre, et surtout hiver comme été, qu’il y ait du vent ou pas, du soleil ou pas...
                       smiley

                    • Gérard Luçon Gérard Luçon 8 octobre 2014 06:01

                      et comme de mon côté j’ai lu un peu vite, tu parlais bien de « méthane produit »

                      Pour la nouvelle constitution elle est indispensable mais ne verra probablement jamais le jour si on se contente de laisser les élus actuels la préparer, ils le feront lentement en faisant en sorte de rester intouchables


                    • Frenchredfrog 7 octobre 2014 17:02

                      Il y a encore beaucoup à dire sur Areva quand on a lu « Radioactif » de Vincent Crouzet, livre qui s’attarde sur « les » affaires Uramin et les dévboires d’Areva face aux mines d’uranium.. Ce qui est dénoncé est juste sidérant, au point que l’auteur a été entendu par les services de police deux mois après la sortie du livre...

                      A lire absolument, un bon complément à l’article d’Olivier Cabanel.

                      PS : je n’ai aucun intérêt dans la diffusion de cet ouvrage.


                      • olivier cabanel olivier cabanel 7 octobre 2014 17:12

                        frenchredfrog

                        merci de l’info, en effet plus que complémentaire avec cet article...voire même le contraire !
                         smiley

                      • gaijin gaijin 7 octobre 2014 19:03

                        olivier
                        tu baisse question titre
                        tu aurai pu faire : areva dans le mur
                        ou
                        tant areva la cruche l’eau qu’a la fin elle se casse
                        ........
                        n’hésite pas a me faire un petit mail si tu a besoin d’aide ......
                        bon on se demande si on doit se réjouir de la situation ou en pleurer ?
                        en tout cas le areva boys band est pas là tu crois qu’on leur a coupé les vivres ?


                        • olivier cabanel olivier cabanel 7 octobre 2014 19:18

                          gaijin

                          oui, tu as raison... areva dans le mur ! super titre... dommage.
                          la prochaine fois je te consulte...avant de publier.
                          mon prochain article est sur google.
                          titre provisoire : google pour changer le monde.
                          sur que tu vas trouver mieux... et tout le monde peut participer.
                           smiley

                        • gaijin gaijin 7 octobre 2014 19:31

                          l’ennui c’est que comme je ne connais pas le fond c’est dur d’être raccord .....
                          au choix pour l’instant :

                          quoi ma googueule ?

                          googueule d’amour

                          ou  : arrêtez de taper sur google

                          si tu est plus négatif tu peut chercher autour de gogue gueule ....


                        • olivier cabanel olivier cabanel 7 octobre 2014 20:21

                          c’est au sujet d’un forum qui s’est déroulé à Paris samedi dernier, et qui a été diffusé lundi sur france culture dans l’émission le grain à moudre... passionnant.


                        • Ruut Ruut 8 octobre 2014 07:28

                          Le vrais coût du nucléaire, un puits sans fond.
                          Le problème c’est que le mal est fait et que la pollution nucléaire, nous, le peuple allons le payer longtemps.

                          Une fois de plus nos responsables qui ont pris de mauvaises décisions n’auront pas de comptes a rendre au contribuable.

                          triste époque.


                          • olivier cabanel olivier cabanel 8 octobre 2014 09:15

                            @ tous

                            un complément d’info qui vient d’être publié dans les échos (lien)

                            « Que reste-t-il lorsque, après le plan A, le plan B a échoué et que le plan C s’enlise ? Le plan A d’Areva, c’était celui d’Anne Lauvergeon, une « abbaye cistercienne » de l’atome qui a brûlé en une décennie 4,9 milliards d’euros de cash sur l’autel d’ambitions prises à revers par Fukushima et creusé 3,9 milliards de pertes dans un trou finlandais. Le plan B de son successeur, Luc Oursel, avait le mérite de la foi du chaudronnier nucléaire, mais l’objectif de commercialiser dix réacteurs EPR d’ici à 2016 paraît bien compromis dans un monde nourri aux gaz de schiste américains. La manne - relative - des contrats signés par le premier client, EDF, ne suffira pas à gonfler un cash-flow qui, au lieu de dépasser comme prévu le milliard d’euros l’an prochain, sera au mieux proche de l’équilibre. Le spécialiste de l’uranium semble condamné à l’appauvrissement perpétuel. Au premier semestre, les activités bénéficiaires d’Areva (mines et enrichissement) épuisent une trésorerie alimentée seulement par les activités qui affaiblissent le résultat opérationnel (réacteurs et traitement) ! Quant à la dette nette de 4,7 milliards qui dépasse de 1 milliard les fonds propres, elle est à l’origine de frais financiers qui carbonisent 45 % de l’excédent brut d’exploitation. Les alertes se succèdent, les voyants s’allument, mais la seule question que se pose l’Etat actionnaire est de savoir comment répartir le pouvoir et qui mettre dans le poste de commande. Tous les grands schismes ne sont-ils pas nés dans le chaos » 

                            • Doume65 8 octobre 2014 10:02

                              Globalement d’accord, mais...

                              Comment pouvez-vous affirmer dans le même paragraphe que « la voiture électrique est une voiture nucléaire  » et qu’elle «  n’est même pas efficace contre le CO2 » ?

                              Une centrale nucléaire émettrait donc autant de CO² qu’une centrale à charbon ?


                              • olivier cabanel olivier cabanel 8 octobre 2014 10:17

                                Doume

                                je n’ai jamais prétendu qu’une centrale nucléaire émettrait autant de co² qu’une centrale à charbon, mais il ne faut pas oublier que pour extraire de l’uranium, il a forcément production de co², et pour le transformer, aussi, pour le transporter aussi...
                                ajoutons que le démantèlement des vieilles centrales, lorsqu’il sera possible, provoquera lui aussi un dégagement de co²...
                                donc c’était aller un peu vite en besogne lorsqu’on déclarait dans les milieux du lobby nucléaire que le nucléaire n’intervenait pas dans le changement climatique.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès