Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Nucléaire, banalisation des catastrophes

Nucléaire, banalisation des catastrophes

Tchernobyl, Fukushima, les années passent, rien n’est résolu, ni l’extinction des feux nucléaire, ni la fin de la pollution radioactive, et pourtant, malgré la faillite annoncée, Areva, EDF et le gouvernement français s’entêtent à promouvoir cette énergie mortifère.

À Tchernobyl, le 1er sarcophage ayant rendu l’âme, un second est en construction depuis des années et devrait être glissé sur des rails dans quelques mois pour limiter les rejets radioactifs, pendant qu’à Pripiat et au delà, les sangliers radioactifs se multiplient : ils ne connaissent pas les frontières, et plus d’un tiers des sangliers allemands sont radioactifs : sur les 750 bêtes tuées, 297 d’entre eux dépassent la norme de radioactivité. lien

En Ukraine, les touristes font maintenant des randonnées nucléaires dans la zone contaminée, afin de découvrir cette faune qui a reconquis l’espace abandonné par les humains.

Sous les conseils d’un guide, ils se baladent dans le secteur, avec comme recommandation : ne pas ramasser les champignons, ne pas manger ni fumer en extérieur... ils viennent y observer les bisons, les loups, les sangliers, les castors, les faucons, et même les aigles qui perchent maintenant au sommet des immeubles abandonnés. lien

Avec 160 dollars en poche, une bonne assurance, et une bonne dose d’inconscience, ils étaient déjà 7500 en 2011 à en faire leur destination touristique, l’occasion de rencontrer les plus de 2 millions d’ukrainiens portant encore les stigmates de la catastrophe. lien

Quant aux liquidateurs, sur les 600 000 à 800 000 sacrifiés pour nettoyer les abords du réacteur en fusion, il en reste peu encore en vie, s’il faut en croire le témoignage de Natalia Manzurova, chargée d’une brigade de 7 permanents, engagés de force, et dont elle est la seule survivante. lien

Au sujet du sarcophage qui doit recouvrir le réacteur 4 de Tchernobyl, il a fallu attendre près de 30 ans pour que son budget soit bouclé : plus de 2 milliards d’euros seront finalement dépensés pour sa construction, et il devrait être mis en place en 2017...lien

Contrairement à une idée reçue, trente ans après, il reste sur notre sol national d’importantes pollutions liées à Tchernobyl.

L’ACRO (Association pour le Contrôle de la Radioactivité dans l’Ouest) a en effet réalisé une étude sur tout le territoire français et les 146 prélèvements ont démontré que la pollution laissée par la catastrophe ukrainienne était bien plus présente que l’on aurait pu l’imaginer.

Il s’agit du césium 137, lequel a une période ou demi-vie de 30 ans, et c’est le massif alpin qui est le plus touché avec un pic de 68 000 Bq/kg sec, au Col du Restefond talonné par les 38 700 Bq au Col de la Pisse.

Avis donc aux promeneurs, et autres varappeurs qui, dès l’été venu, s’en vont escalader les sommets, en leur précisant que c’est dans les fonds de combe que s’est accumulée logiquement le plus de radioactivité.

Avis aussi aux ramasseurs de champignons, puisque sur 64 échantillons, 52 se sont révélé contaminés : un Hébélome brûlant à battu tous les record avec 4690 becquerels par kilo de poids sec. lien

À Fukushima, banalisation aussi... les écoliers portent autour du cou un détecteur de radioactivité en guise de pendentif, accessoire qui vient compléter les masques habituels.

Les sacs de terre contaminée s’accumulent jour après jour sur des zones interdites au public, avec en point d’interrogation leur durée : elle est limitée, et lorsqu’ils commenceront à se désagréger, il faudra recommencer l’opération.

Stockés sur 114 700 sites sous le nom de ISF, ce qui n’a rien à voir avec l’impôt sur la fortune, mais qui signifie seulement « lieu de stockage provisoire » (interim storage facility), il y aurait selon l’IRSN (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire) 55 millions de mètres cubes en souffrance, (soit l’équivalent de 22 « grande Pyramide de Khéops »), et pour longtemps. lien

Au printemps 2015, des graines piégées dans la terre de ces sacs ont naturellement germé, faisant éclater des sacs, et le vent aidant, les poussières radioactives ont repris leur chemin incertain.

En septembre 2015, des sacs de terre contaminée ont été emportés lors de plusieurs inondations...et le 5 mars 2016 un incendie s’est déclaré dans un site de stockage de déchets de terre contaminée : il à brûlé pendant 5 heures, provoquant ainsi une nouvelle dispersion de la radioactivité dans l’atmosphère.

À ce jour, ces activités de stockage ont coûté à la communauté 1,5 milliard d’euros, et ont pour mission évidente le but de rassurer la population afin de dédramatiser la situation, et d’encourager les japonais à retourner dans leurs villes, et leurs villages.

Aujourd’hui, 5 millions de japonais vivent encore dans des zones contaminées, et 100 000 d’entre eux ont dû abandonner pour longtemps leur habitation, malgré les pressions du gouvernement qui fait tout pour minimiser les risques. lien

Pourtant, s’il faut en croire le professeur Imanaka, professeur en physique nucléaire, même si il constate une baisse naturelle du taux de contamination environnemental, celui-ci dépasse encore par endroit 10 à 20 fois le taux d’avant l’accident. lien

Quant aux liquidateurs, ils prennent la même tangente que ceux de Tchernobyl, car non seulement, nombreux sont ceux qui ne sont pas enregistrés, et du coup leur disparition ne pourra être liée au chantier nucléaire, mais les 46 000 ouvriers mobilisés depuis 5 ans on hérité du qualificatif « d’ouvriers jetables », comme l’écrit Arnaud Vaulerin dans son livre « la désolation : les humains jetables de Fukushima » (éditeur Grasset). lien

Banalisation aussi en Europe, puisque ce n’est que maintenant que l’on apprend que nos enfants ont bel et bien été irradiés par les retombées de Tchernobyl.

6 médecins de l’hôpital universitaire de Mont Godinne viennent de publier un rapport prouvant que le nombre de cancers papillières de la thyroïde a augmenté significativement chez les enfants belges qui avaient moins de 15 ans en avril 1986. lien

« Nous pensions que plus le temps passerait, plus le taux de cancer diminuerait chez les plus jeunes (...) mais ce n’est pas le cas. Le temps de latence peut donc être très long pour le cancer de la thyroïde induit par les radiations » explique le Professeur Michel.

On peut légitimement penser que si les enfants belges ont été touchés par les retombées de la catastrophe de Tchernobyl, il en a été de même dans une bonne partie de l’Europe, et en France bien évidemment. lien

Après l’accord « exceptionnel », s’il faut en croire nos ministres, de la COP 21, 175 pays auraient signé à New York, validant ainsi les débats...sauf que, tant que la ratification de ces accords, laquelle peut prendre des mois, voire plus, ces signatures sont surtout symboliques.

Prenons l’exemple de notre pays : il nage en pleine contradiction, s’engageant à réduire la part nucléaire de 75% à 50% mais prenant la responsabilité de prolonger la vie des vieilles centrales nucléaires, engageant des sommes énormes les rafistoler, et qui décide de ne fermer Fessenheim que lorsque l’EPR de Flamanville aura pris le relais.

Les travaux de rénovation des vieux réacteurs, et de ceux qui sont défaillants se monteront à 50 milliards d’euros et ne nous mettrons pas à l’abri d’un accident majeur. lien lien

C’est ce que répète régulièrement le patron de l’ASN  : « le Japon s’est fait surprendre. Gardons à l’esprit que nous pouvons aussi nous faire surprendre ». lien

Dès lors on est en droit de s’interroger sur la possibilité de réduction de la part nucléaire, si le potentiel des centrales nucléaires reste le même.

Plus grave, pour sauver EDF d’une faillite certaine, l’État à mis la main à la poche, (donc dans la nôtre) afin de renflouer les caisses défaillantes de l’entreprise à hauteur provisoire de 3 milliards d’euros, et dans la foulée, il s’engage aussi à participer à une autre augmentation de capital pour renflouer Areva.

Le projet d’EPR à Hinkley-Point est provisoirement repoussé...lien

Ces réacteurs « nouvelle génération » soulèvent beaucoup de questions tant sur leur prix, que sur leur rentabilité.

Le prix de celui de Flamanville est passé de 3 milliards à 10 milliards, et, s’il fonctionne un jour, le prix de l’électricité produite sera plus élevé que celui offert par les énergies propres et renouvelables. lien

Comment expliquer cette difficulté à en finir avec cette énergie, sinon par la puissance des lobbys, dont l’un des premier a été Valéry Giscard...Edmond Giscard d’Estaing, proche de Philippe Pétain, est l’ancêtre fondateur, Valéry a suivi, confortant la situation en épousant une « Schneider »...l’épouse de l’ex président était en effet la petite fille de Marguerite Schneider. En effet Charles Schneider va créer Framatome en 1958... groupe qui sera dirigé dès 1960 par la tante d’Anne-Aymone et Valéry Giscard d'Estaing... ceci expliquant cela.

Le détail sur ce lien.

À découvrir la conférence du 23 avril 2016 sur le thème de : « le nucléaire est dépassé ». lien

Comme dit mon vieil ami africain : « le puits n’est pas trop profond, c’est la corde qui est trop courte  ».

L’image illustrant l’article vient de crypto-investigations

Merci aux internautes pour leur aide précieuse.

Olivier Cabanel

Articles anciens

Fukushima, il y en aura pour tout le monde

ça va bien finir par péter

Vous entrez dans une zone d’exclusion

La vilaine farce nucléaire

Nucléaire, le syndrome du Titanic

Ça chauffe à Tchernobyl

EPR, la cocotte minute nucléaire

Nucléaire, la cible terroriste

La France a peur

Nucléaire, explosion des prix

Penly du feu et des flammes

Les normes sont-elles normales ?

Le mensonge nucléaire de Sarközy

Palmiers contre nucléaire

Promo nucléaire : pour toute centrale achetée, leucémie en prime !

Ce cher nucléaire

Nucléaire, de la fission aux fissures

La fable du thorium

Tchernobyl, Fukushima, à qui le tour ?

Courage, fuyons

Les tricheurs de Fessenheim


Moyenne des avis sur cet article :  4.24/5   (46 votes)




Réagissez à l'article

406 réactions à cet article    


  • GPL10 (---.---.78.236) 26 avril 08:50
    Il reste quatres centrales nucléaires du même type que Tchernobyl en activité en Ukraine. Les budgets d’entretien sont détournés, le combustible nucléaire russe est remplacé progressivement par du combustible américain pour des raisons idéologiques contre l’avis des concepteurs et de l’AIEA. Les tests effectués ont par le passé posé des problèmes techniques. Je dois vous faire un dessin ?

    • olivier cabanel olivier cabanel 26 avril 08:52

      @GPL10
      merci de ces précisions...

      je ne pense pas que le dessin sera nécessaire !
       smiley

    • Jo.Di Jo.Di 26 avril 09:40

       
      Tiens, les guignols bono bobo verts de service pour l’industrie photovoltaïque chinoise ...
      Les adeptes de la traite négrière capitaliste et de sa surnatalité ... Les ressources renouvelables de la Terre sont bouffé en 6Mois chaque année .... Un vrai écolo, pas un guignol au cache sexe convenu bien Placé , qui se branle dans Du Flot de politiquement correct :
       
       
      « Il y a trop d’hommes dans le tiers monde [....] L’arrêt de la croissance démographique est encore plus urgente dans les pays développés comme la France [pays avant la colonie mondialiste Boboland ...] Suppression des encouragements après le 2eme enfant [donc pour les 9 soeurs à Coulibaly ... blasphème !!!! ] » 
       
       
      RENE DUMONT, UN VRAI ECOLOGISTE !

       
      https://www.youtube.com/watch?v=gCT5FA8_cRA


    • Jo.Di Jo.Di 26 avril 09:45

       
      VIVE LE NUCLEAIRE QUI DÉBARRASSE DES BOBOS CONSUMÉRISTES ! 
       

      Tchernobyl a retrouvé une diversité zoologique incroyable, digne de celle d’y a plusieurs centaines d’ années dans le Fatherland, avant le grand massacre par les sous-animaux humains bobo. Contrairement à ce que bavent les pleureuses vertes qui ont peur du cancer, arrivistes de la caste ou juste égoistes bobos, ce parc naturel est devenu une vraie nurserie pour les frères animaux. Les souris de la forêt rouge se sont formidablement adaptées malgré des taux de Césium et Strontium hallucinants (elle vivent juste sous la surface au top de la radioactivité, dans la zone qui fût brulée par les radiations salvatrices). Les chauves ont réapparus aussi bénéficiant des abris de Pripyat. Le cygne a col jaune est revenu, et d’autres espèces que l’on croyait disparues d’ Ukraine. Les loups sont très nombreux signe de la bonne santé de la chaîne alimentaire. Seuls les oiseaux migrateurs ont des problèmes d’adaptation car malheureusement ils migrent vers le monde des sous-animaus et ne peuvent développer leur lutte naturelle contre les radicaux libres. Mais quand tout l’ espace vital sera devenu radio actif, eux aussi seront devenus plus forts, et sans les sous-animaux massacreurs pullulant, cancer de la Sainte Terre, ils seront les rois.
        
      http://www.artevod.com/tchernobyl_une_histoire_naturelle


    • Jo.Di Jo.Di 26 avril 12:57

       
      Bonobobo vert n’est que l’alibi bien-pensant du Capital .... son masque charitable ... sauver la planète a remplacé sauver les âmes ....
       
      Le prêtre vert ne fait que paver de « bonne volonté » le mondialisme libéral capitaliste sans-frontièriste ...

       
      Heureux les multi-ethniqués sans peuple ni nation le paradis HQE et les 9 poubelles de couleurs différentes, remplies de verroteries consumériste sans-frontièriste, leurs seront donnés !
       
      Bobo vert, juste le branleur qui a peur de son cancer atomique
      , l’épicurien bio qui fait venir ses esclaves en barcasses négrières à Soros .... pour bétonner la planète, en saint bio HQE.


    • Surya Surya 26 avril 16:02

      Les animaux ont bien vu la centrale nucléaire de Tchernobyl exploser, ils ont parfaitement compris ce qu’il s’était passé, mais ils ont décidé de s’en moquer, de la radioactivité, qu’ils soient ou non en bonne santé, trop contents qu’ils étaient de récupérer leurs territoires spoliés. 


      Les humains, terrorisés par les centrales nucléaires qu’ils ont pourtant eux-même créées, leur ont pourtant proposé de leur fournir des détecteurs de radioactivité, afin de leur faire prendre conscience du danger qu’ils couraient en revenant vivre dans la région, mais les animaux ont poliment décliné l’offre. Trop cher ! Encore une fois, les humains cherchaient à les arnaquer ! 

      Bref, si les animaux sont revenus vivre dans la zone contaminée, c’est donc qu’on pourrait, nous aussi, le faire... Il suffit, après tout, d’en avoir rien à faire, que ce soit contaminé ou pas, et de ne pas se préoccuper de sa santé ni de celle de ses enfants. C’est une option qu’ont choisie certains habitants de la région, mais je suis pas sûre d’être très convaincue.





    • Auxi 26 avril 23:04

      @Jo.Di
      Parce que les animaux auraient conscience de la radio-activité et auraient passé outre ? Les animaux ont reconquis l’espace déserté par les hommes, c’est tout ! Sans avoir conscience du danger, évidemment ! À vous lire, on dirait que cette catastrophe a été bénéfique pour la nature !


    • julius 1ER 28 avril 09:15

      @Surya

      tu ne verras pas ou par accident les « monstres » dont tous ces animaux vont accoucher !!!
      et ceux qui les verront ne voudront peut-être pas en parler !!!!

    • julius 1ER 28 avril 09:26

      @Jo.Di


      ton problème c’est que tu vends très mal tes interventions !!!!
      un seul exemple tu cites R Dumont ..... un homme pour qui j’ai toujours eu beaucoup d’admiration, 
      mais lorsque tu relis son discours, celui- ci est toujours d’actualité et c’était un visionnaire !!!

      mais aujourdhui si un candidat comme lui part au combat avec son discours de 1974 qui n’a pas pris une ride ... il sera immédiatement « crucifié » et sera traité de « Khmers vert » et autre gentil nom d’oiseau !!!!

    • sarcastelle 26 avril 09:12

      Olivier Cabanel, que préférez-vous en vieux sanglier que vous naîtrez peut-être à votre prochaine réincarnation (je serais étonnée que vous n’y croyiez pas) : être plus radioactif et ne pas servir de gibier, ou l’inverse ? 



      • sarcastelle 26 avril 09:22
        @ Olivier Cabanel 
        .
        Hé, j ’ai oublié de vous féliciter pour votre super-photo. Comme toujours, elle est top ! smiley




        • sarcastelle 26 avril 09:23

          @sarcastelle

          .
          première photo en début d’article, bien sûr. 

        • pissefroid pissefroid 26 avril 09:39

          Dans votre premier alinéa vous associez mortifère à énergie nucléaire.
          Ce que vous dites est très exagéré.

          décomptons :

          chimie dérivée du pétrole
          mortalité routière mondiale 1,3 million.
          http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs358/fr/
          Dont 3000 par an en france.

          chimie dérivée de l’invention de la poudre
          seconde guerre mondiale 70 millions de morts.
          http://www.histoire-fr.com/troisieme_republique_seconde_guerre_mondiale_9.htm

          première guerre mondiale 21,2 millions de morts.
          http://www.histoire-fr.com/troisieme_republique_premiere_guerre_mondiale_7.htm

          mortalité nucléaire

          hiroshima
          D’après le maire d’Hiroshima lors d’un discours en 2005, le total des morts s’élèverait à 237 062 personnes, mais ce nombre reste hypothétique.
          nagasaki
          Sur une population de 250 000, 60 à 80 000 personnes furent tuées.

          Ce décompte est macabre, mais il est objectif.
          Le nucléaire est loin derrière la chimie.


          • olivier cabanel olivier cabanel 26 avril 10:03

            @pissefroid
            votre comparaison ne tient pas la route, désolé...

            en effet, le comptage des morts suite à l’activité nucléaire est impossible, 
            les lobbys s’emploient à camoufler les chiffres, comme je l’ai expliqué dans l’article.
            d’ou la fluctuation des chiffres : une université américaine estime à un million les morts suite à tchernobyl, d’autres ne veulent pas dépasser la centaine.
            et puis, comme vous le savez, ces catastrophes mortifères tuent en continu, depuis tchernobyl on continue de mourir ...
            une autre comparaison que vous faites me gène, c’est celle avec les accidents de la route.
            lorsque nous prenons le volant ,c’est un choix que nous faisons, sachant que nous sommes toujours des victimes potentielles d’un accident.
            pour le nucléaire, il n’y a pas de choix, c’est une énergie qui nous est imposée, sans le moindre débat démocratique...
            alors pourquoi persister alors que nous avons des alternatives énergétiques moins chères, et quasi sans danger ?


          • pissefroid pissefroid 26 avril 11:04

            @olivier cabanel
            Vous faites allusion à l’académie des sciences de new york :

            http://www.nyas.org/Publications/Archive.aspx

            December 2009

            chernobyl : consequences of the catastrophe for people and the environment.
            Written by Alexey V. Yablokov
            (Center for Russian Environmental Policy, Moscow, Russia),
            Vassily B. Nesterenko, and Alexey V. Nesterenko
            (Institute of Radiation Safety, Minsk, Belarus).
            Consulting Editor Janette D. Sherman-Nevinger
            (Environmental Institute, Western Michigan University, Kalamazoo, Michigan).

            This an English translation of a previously published book by Alexey V. Yablokov (Center for Russian Environmental Policy, Moscow, Russia), Vassily B. Nesterenko, and Alexey V. Nesterenko (Institute of Radiation Safety, Minsk, Belarus) on the Chernobyl disaster. This is not a study commissioned by or for the New York Academy of Sciences.
            je lis mal l’anglais,
            mais je comprends, quand même que cette étude n’est pas faite
            par ou pour l’académie des sciences de new york.


          • olivier cabanel olivier cabanel 26 avril 11:23

            @pissefroid
            si vous faites un calcul simple, sur la base du témoignage cité dans l’article, sur les 7 membres de son équipe, elle seule a survécu...

            une simple règle de trois appliquée au 700 000 liquidateurs vous fera comprendre qu’il est possible que 600 000 soient décédés... et je ne parle que des liquidateurs...
            quid des morts par cancer dans le monde entier suite à tchernobyl ?
            combien de français meurent d’un cancer tous les ans ?
            j’ai lu « un sur trois »
            on ne peut bien évidemment pas tous les imputer à tchernobyl, mais tout de même ça commence à faire du monde.
            66 millions d’habitants...22 millions de morts par cancer...
            vous en pensez quoi ?

          • fatallah 26 avril 14:08

            @pissefroid
            > Ce décompte est macabre, mais il est objectif.
            > Le nucléaire est loin derrière la chimie.

            Patience, patience ....
            Et je vous inscris sur la liste des liquidateurs volontaires de Fessenheim.


          • pissefroid pissefroid 26 avril 14:50

            @fatallah
            Les réacteurs de fessenheim sont à eau sous pression avec enceinte de confinement.
            Les réacteurs de chernobyl sont des réacteurs à modérateur graphite sans enceinte de confinement.
            Le type d’accident de chernobyl ne peut donc se produire à fessenheim.
            Il serait plutôt du type de Three Mile Island.
            Il n’y aurait donc pas de liquidateurs.


          • olivier cabanel olivier cabanel 26 avril 17:52

            @pissefroid
            j’admire votre optimisme, mais hélas, il n’est pas fondé.


          • fatallah 27 avril 12:46

            @pissefroid
            Enceinte de confinement.... heureusement que le dépressif de GermanWings n’a pas visé Marcoule, au lieu d’une montagne des Alpes. Il faudrait d’ailleurs encager ces enceintes dans des résilles de béton, extérieures, pour dissiper les énergies des chocs.

            Ces enceintes sont bien fragiles. Avez-vous vu à quelle hauteur le couvercle du réacteur de Fukushima est monté lors de l’explosion de l’hydrogène de la cuve ? Enceinte ou pas.

            Ensuite, quand la cuve de Pandore est ouverte ... ou que le combustible fond et perce les différentes couches .... et bien, il est trop tard. Tout simplement trop tard. Les nucléophiles et nucléocrates les plus niais en sont encore à se demander ce qu’ils pourraient bien faire. Les moins niais cherchent à mentir et dissimuler au mieux leurs incompétences.

            Voir aussi http://www.agoravox.fr/commentaire4559774


          • pissefroid pissefroid 27 avril 13:16

            @fatallah
            Je ne vous ai pas parlé de fukushima.
            Je n’ai parlé que de chernobyl, et de three mile island.


          • Homme de Boutx Homme de Boutx 27 avril 15:03

            @pissefroid

            « 55 millions de mètres cubes en souffrance » 117000 sites d’entreposage...
            et seulement 3 ou 4 réacteurs sur Fukushima...

            En France (58 réacteurs) avec la rétroactivité de la loi qui permet à EDF de vous refacturer vos consommations d’une année sur l’autre, on devrait obliger chaque foyer Français à stocker tous les ans un m3 de déchets supplémentaire, (et 40 rétroactifs) ou changer de fournisseur !
            Ainsi, les nucléopathes pur et dur finiraient par se faire implanter quelques neurones supplémentaires (Cahuzac ne demande que ça, si on paye en liquide) et tout redeviendrait « normal » comme sur le reste de la planète !


          • Homme de Boutx Homme de Boutx 27 avril 15:15

            @olivier cabanel
            « 66 millions d’habitants...22 millions de morts par cancer »

            en 30 ans, 15 millions de morts à 500 000 par an, aujourd’hui, on doit tourner à 600 000/an et d’ici 20 ans, la logique voudrait que l’on passe à 800 000 voire plus : pas facile de savoir qui est le responsable mais on y passera tous (en attendant, on va manquer de croque-morts sous peu)


          • pissefroid pissefroid 27 avril 15:18

            @Homme de Boutx
            Les réacteurs français ressemblent au réacteur de three mile island.
            (réacteur à eau sous pression, et fukushima réacteur à eau bouillante).
            L’évocation de fukushima n’est donc pas pertinente (accident suite à un tsunami).


          • foufouille foufouille 27 avril 16:31

            @Homme de Boutx
            Environ 149.000 personnes, dont 85 000 hommes et 63.000 femmes, meurent du cancer par an en France, soit 411 personnes qui meurent chaque jour. Ce sont les cancers du sein et de la prostate les plus meurtriers. Chaque année, on détecte environ 350.000 nouveaux cas de cancers en France.
            l’âge du décès n’est pas indiqué


          • JMBerniolles 27 avril 20:27
            @pissefroid

            Etant donné les conséquences pour l’environnement, cette remarque remarque est fondamentale.
            Mais elle passe au-dessus de la tête de beaucoup, y compris de Chevet le responsable de l’ASN.

          • Homme de Boutx Homme de Boutx 27 avril 22:54

            @pissefroid
            three mile island., fukushima ou tchernobyl, personne ne fait la différence, sauf vous.
            Coupez le refroidissement et ça pète !
            que ce soit un tsunami, une inondation ou la connerie, un avion ou un jihadiste qui se fait péter dans le circuit de refroidissement, les résultats sont là !

            et en plus, si « Les réacteurs français ressemblent au réacteur de three mile island. » il y a de réelles raisons de s’inquiéter, et à mon avis la marge de sécurité sur un REB est forcement supérieure à celle d’un REP..
            mais je vous avoue que ce n’est pas ce qui me gêne le plus lorsque vous défendez un système qui pour alimenter un radiateur dans votre salon oblige d’implanter trois radiateurs dans le jardin de personnes qui n’ont rien demandé et ne profitent pas de votre confort, gaspillant ainsi 75% de l’énergie


          • JMBerniolles 28 avril 08:31
            @Homme de Boutx

            Une volonté d’ignorance pareille c’est caricatural.
            Qu’est ce qui vous fait dire qu’un BWR serait plus sûr qu’un PWR ou REP ?

            Vous ignorez les rendements du raffinage et de votre moteur quand vous prenez votre voiture....

          • Homme de Boutx Homme de Boutx 28 avril 15:30

            @JMBerniolles

            le bon sens cher mossieur : un appareil dimensionné pour fonctionner à basse pression est soumis à moins de contraintes que s’il est prévu pour fonctionner sous plus haute pression...

            mais qui aurait cru voir un tremblement de terre à La Rochelle... il en a qui doivent se sentir mal chez Areva et on va ressortir les notes de calcul pour voir si on n’a pas sous-estimé certain risques... notamment à Fessenheim

            et quel rapport avec le rendement de raffinage ?

            peut-être avez-vous perdu vos arguments !


          • Homme de Boutx Homme de Boutx 28 avril 15:36

            @foufouille
            et donc 450 000 personnes par an en France meurent d’autres choses, et par extrapolation, dans 20 ans, 200 000 personnes mourront du cancer et 600 000 d’autres choses

            tout est clair, sauf que l’on ne vivra pas plus longtemps comme on essaye de nous le faire croire !


          • Homme de Boutx Homme de Boutx 28 avril 16:21

            @Homme de Boutx

            « et quel rapport avec le rendement de raffinage ? »

            Ok, j’ai osé écrire « gaspillant ainsi 75% de l’énergie » en relation avec le rendement déplorable du nucléaire démesuré imposé par les normes de profitabilité  comparé à celui d’une installation de co-génération qui produit simultanément de l’électricité et du chauffage à partir d’ordures ménagère, d’hydrocarbure, ...

            c’est un peu l’idée d’installer une micro-centrale nucléaire au cœur de la ville comme dans un sous-marin ou un porte-avion mais avec un rendement global flirtant avec le 100%, divisant par 4 les quantités de déchets ’« ingérables »


          • JMBerniolles 28 avril 20:08
            @Homme de Boutx

            Pour écarter l’électricité du chauffage urbain, on fait référence à l’énergie primaire.
            Mais la chaine énergétique complète, puisque vous faites référence à des pertes énergétiques des procédés, comprend le raffinage pour l’essence, l’enrichissement pour l’uranium, l’énergie dépensée pour une unité d’énergie pour l’agro-carburant (ce qui est d’ailleurs un des éléments qui plombe cette filière) ...

            Pour en revenir au nucléaire, un réacteur à gaz peut fonctionner en cycle combiné, où même avec un cycle direct dans une vue futuriste, Super Phénix avait un rendement de 40%, mais aussi il fonctionnait au plutonium ce qui fait qu’il utilisait l’énergie du retraitement.
            L’ultra-centrifugation va diminuer drastiquement l’énergie d’enrichissement....









          • Homme de Boutx Homme de Boutx 29 avril 19:16

            @JMBerniolles
            « écarter l’électricité du chauffage urbain » ?

            «  la chaine énergétique complète » : il ne faut pas oublier les pertes en lignes car plus les centrales sont nucléaires plus elles sont loin de la population et plus les pertes enlignes sont élevées...

            maintenant si super phénix utilisait l’énergie disponible du plutonium, elle ne le faisait qu’une fois, comme toutes les centrales quelle que soit son énergie (l’avantage principal du carbone, c’est qu’une fois transformé en CO2, le carbone est recyclé naturellement ainsi que l’oxygène, ce qui n’est pas le cas du plutonium ou de l’uranium ni même de l’hélium une fois maitrisée la fusion !


          • olivier cabanel olivier cabanel 30 avril 14:16

            @JMBerniolles
            « super » phénix avait un rendement de 40%

            pour un bétisier 2016, c’est parfait.
            parler d’un rendement pour cette utopie nucléaire qu’était super phénix est amusant, quand l’on sait que cette installation a passé son temps à tomber en panne.
             smiley
            pas de doutes, berniolles, vous êtes champion du monde.
             smiley

          • pissefroid pissefroid 30 avril 17:47

            @olivier cabanel
            Le rendement thermodynamique de superphénix était de 41,3 %
            3 000 MW thermiques et 1 240 MW électriques
            https://fr.wikipedia.org/wiki/Superph%C3%A9nix


          • Ni naïf Ni Crédule Ni naïf Ni Crédule 30 avril 18:07

            @olivier cabanel

            Un rendement n’est applicable que quand ça fonctionne. C’est intrinsèque à tout système énergétique. Donc, que cette centrale ait fonctionné en continu ou en discontinu, ça ne change pas le principe d’un rendement.
            Il ne faut pas confondre rendement et disponibilité. Mais je sais que vous êtes fâché avec les sciences...

          • olivier cabanel olivier cabanel 30 avril 18:59

            @pissefroid
            vous me parlez de rendement, qui au demeurant n’est pas brillant...je vous parle d’échec, et je m’appuie pour l’affirmer sur le rapport parlementaire : Christian Pierret assure : « le pari technologique de super(?) phénix a été, permettez moi de le déplorer personnellement, un échec »

            il évoque : « un coût économique prohibitif »,« arrêt exceptionnel pendant une durée cumulée de six ans et demi (...) dont deux ans d’arrêts pour des problèmes techniques, c’est beaucoup ! » il ajoute : « rupture dans la réalisation des acquisitions technologiques, politique de développement incertaine (...) bref une immense gabegie ». ici
            fermez le ban !
            tout est dit, et il est intéressant de faire un parallèle avec le bordel (c’est le mot qui convient) avec l’epr de flamanville, ou d’ailleurs.
            on voit bien qu’ils n’ont pas retenu la leçon.

          • JMBerniolles 1er mai 10:53
            @olivier cabanel

            Si vous citez Christian Pierret il faut aller jusqu’au bout.
            Il préconisait un recours massif aux chaudières à gaz qui devaient fonctionner en semi-base.
            C’est effectivement la seule alternative d’hier et d’aujourd’hui et pour quelques temps encore, au nucléaire pour la production de courant.
            L’état de notre pays après le passage de ces gens là est assez éloquent de leur incapacité à lui assurer un développement minimum. Cela veut dire notamment faire face à la démographie et à l’accroissement inexorable des besoins en énergie.

            Avant d’être arrêter, saboter en fait, par Jospin et ses sbires, ceux qui ont commencé à brader massivement le patrimoine national, notamment Thomson médical pour 1 franc ! Super Phénix a fonctionné une années à pleine puissance. Il était temps de le saboter.

            Houellebecq dans soumission dit cette chose étonnante pour un littéraire à priori non spécialiste de la politique :

            « Le véritable agenda de l’UMP, comme celui du PS, c’est la disparition de la France, son intégration dans un ensemble fédéral européen. Ses électeurs, évidemment n’approuvent pas cet objectif ; mais les dirigeants parviennent, depuis des années, à passer le sujet sous silence. » (p.145) [repris dans le bon ’article Agoravox du Professeur Guilloux

            En fait il faut ajouter que les responsables politiques dits « écologistes » qui réduisent cela à l’anti nucléaire, sont des agents actifs du démembrement de la France au service du néo libéralisme

          • Homme de Boutx Homme de Boutx 1er mai 11:06

            @pissefroid
            41,3 %, c’est pas le rendement atteint à Tchernobyl juste avant...
             smiley


          • Layly Victor Layly Victor 1er mai 11:38

            @olivier cabanel

            Donc, vieux grigou, vous êtes au courant de ce qui se passe à l’EPR de Flamanville ? Pouvez vous nous en faire part ?
            Ce qui est terrible, avec la « démocratie participative », c’est que n’importe quel ignorant peut colporter des ragots à n’en plus finir.
            Le chantier de l’EPR de Flamanville est bloqué depuis des années par l’ASN dont le chef, PF Chevet, est un écolo hystérique et traître à la nation.
            Vous qui connaissez à fond les dossiers, pouvez vous expliquer pourquoi les deux EPR chinois, construits sur les mêmes plans et sous la direction d’ingénieurs d’AREVA, ont été achevés en trois ans et sont sur le point de démarrer ?
            Chevet, conscient du fait que cette réussite allait démasquer sa duplicité aux yeux du monde industriel, a tenté ue dernière manoeuvre désespérée avec l’histoire de la cuve qui ne serait pas conforme aux normes (pas les normes internationales, celles édictées au dernier moment). Les Chinois lui ont fait un beau bras d’honneur.
            Car voyez vous, cher chaman bugarachien, dans le monde industriel, ce ne sont pas les racontars qui comptent mais les faits réels.
            Le fait que la France soit le seul pays au monde qui donne la primauté à la politique politicienne par rapport à ses intérêts économiques vitaux, par exemple en mettant un Chevet à la tête de l’ASN ou l’enfumeuse du Poitou à la tête de l’énergie, est regardé dans le monde industriel avec un grand mépris.
            De même, dans le monde industriel réel, Super Phénix est considéré comme le réacteur de quatrième génération qui avait 30 ans d’avance au moins, et la trahison des jospiniens est fort méprisée.
            Christian Pierret, homme fort respectable par ailleurs, était obligé de condamner Super Phénix car c’était un cadeau de bienvenue à l’horrible Voynet.


            Cette histoire de la cuve de Flamanville nous rappelle quand même un bon souvenir. Nous avions alerté un certain nombre de députés avec à l’appui un dossier technique. Personnellement, en dehors de l’aspect technique, j’avais dénoncé l’attitude de Chevet et sa participation active au sabotage, ce qui nous a donné le plaisir de voir Denis Baupin pleurnicher à l’assemblée parce que « des gens méchants ont osé critiquer Chevet ».


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès