• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Alain Alain

Alain Alain

Je suis un citoyen ordinaire. Je m'inquiète pour l'avenir de l'humanité en particulier de mes enfants et petits-enfants. Je ne supporte pas l'injustice sociale. Mon but en intervenant sur Agoravox, donner modestement du grain à moudre dans leur réflexion à ceux qui me lisent.

Tableau de bord

  • Premier article le 07/04/2018
  • Modérateur depuis le 28/05/2019
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 22 78 1564
1 mois 6 10 646
5 jours 2 0 154
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 42 31 11
1 mois 1 1 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Alain Alain Alain Alain 3 novembre 2019 12:16

    L’auteur.

    Je viens de retrouver une partie de mes notes et je peux rectifier deux erreurs. Ce n’est pas dans l’émission C’Lhebdo qu’Ali Badou a malmené monsieur Dupont-Aignan

    mais dans l’émission Questions politiques du 28 avril à midi sur FranceTvinfo. Et l’interview complaisante de Madame Ndiaye sur France Inter date du mercredi 26 avril et non pas d’un lundi matin comme indiqué.



  • Alain Alain Alain Alain 2 novembre 2019 11:49

    L’auteur.

    J’ai oublié un passage dans l’article juste avant la conclusion.

    « S’il restait un doute, Bernard Guetta l’a levé pour nous. Bernard Guetta, spécialiste de politique à l’international qui venait tous les matins de la semaine vers 8 heures 15 sur France Inter nous réciter une chronique de 4 minutes à la fin de laquelle on se demandait surtout si il avait fini sa journée, ouahaaa, la chance ! En toute objectivité et neutralité déontologique il nous a rien dit de son soutien à Emmanuel Macron dont il est devenu un député européen après avoir attendu la dernière minute pour partir de France Inter. Au revoir et merci monsieur Bernard Guetta. Snif. »



  • Alain Alain Alain Alain 21 octobre 2019 00:32

    @Spartacus
    J’ai répondu à votre commentaire mais il apparait un peu plus bas comme réaction commune pour qu’elle soit lisible par tous directement. Ça ne m’intéressait pas d’engager un débat avec vous parce que vous n’avez pas d’argument personnel.



  • Alain Alain Alain Alain 21 octobre 2019 00:26

    Puisque vous êtes lecteur de Capital, vous avez sans doute lu ceci : « D’après les chiffres de la caisse nationale d’assurance vieillesse, le montant de base moyen du droit direct servi pour une carrière complète au régime général privé est de 1.053 euros par mois en 2017, des chiffres plus bas que dans le public. En effet, d’après le rapport sur la retraite des fonctionnaires, en 2017, la pension mensuelle moyenne s’établissait à 1.258 euros pour les fonctionnaires territoriaux et hospitaliers, à 1.908 euros pour les fonctionnaires civils de l’État, à 1.440 euros pour les militaires et à 1.516 euros pour les ouvriers d’État. »

    On est bien d’accord, le montant de base du droit direct au régime général privé c’est sans les complémentaires. Je ne connais pas le montant moyen versé par les complémentaires ; mon épouse, avec une carrière complète et même un peu plus dans le privé reçoit 300 euros à ce titre, montant considéré comme bas. On ne va pas en tirer des conclusions générales mais bon cela laisse à penser que la retraite totale moyenne reçue dans le privé est au moins de 1 350 euros. C’est un peu plus, un peu moins équivalent pour les fonctionnaires sauf pour les fonctionnaires civils de l’état où les cadres sont très largement majoritaires. Pour eux c’est probablement inférieur au privé. Je vous rappelle que pour beaucoup de fonctionnaires le salaire perçu est composé d’une part importante de primes qui sont perdues à la retraite sans compter dans le calcul de la pension. En 2003 sous Fillon la décision de calculer la pension des fonctionnaires sur les 5 dernières années avait été arrêtée. Après examen des taux de remplacement, elle a été annulée. Aujourd’hui le gouvernement reconnait que ce problème persiste.

    Parler de privilège pour des gens qui ont été recrutés sur concours, ni piston ni héritage, qui peuvent avoir à changer de région, à vivre loin de leur famille pendant un certain temps, à être moins bien rémunérés, à subir une lente évolution de carrière, à devoir repasser des concours pour monter en grade et à rester disponibles en cas de besoin c’est une preuve d’ignorance ou de mauvaise foi.

    Vous n’ êtes qualifié pour parler des fonctionnaires, vous ne pouvez que médire.



  • Alain Alain Alain Alain 20 octobre 2019 19:59

    @Spartacus
    Hallucinant !
    Juste une vraie information : « calcul sur les 6 derniers mois pour les uns et sur les 25 meilleures années pour les autres. C’est un leurre ! Il faut observer les taux de remplacement (ce que représente le montant de la retraite par rapport aux derniers salaires nets perçus en pourcentage). Dans le privé comme dans le public, pour des carrières complètes, il est à un peu moins de 75% et légèrement plus bas dans le public. » Sachant que les salaires dans le public sont majoritairement inférieurs à leurs équivalents dans le privé, il y a double peine.
    Donc pour être équitable il faut augmenter les salaires du public et légèrement les pensions des actuels retraités de la fonction publique pour la grande majorité d’entre eux.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès