• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

baska

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1075 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • baska 18 avril 2012 21:00

    Vous qualifiez d’idéal égalitaire le kibboutz ! Voyons ce qu’en pense le spécialiste de la société israélienne, Israël Shahak :

     "Le kibboutz, salué généralement comme un début concret d’utopie, est et reste une collectivité d’exclusion ; même quand il est constitué d’athées, il refuse par principe d’accepter des arabes parmi ses membres et exige des candidats des autres “nations” qu’ils se convertissent d’abord au judaïsme. Grâce à quoi les gars des kibboutz peuvent être considérés comme le secteur le plus militariste de la société israélienne juive.

    C’est cette idéologie d’exclusion, plus que tous les “impératifs de sécurité” invoqués par la propagande israélienne, qui a conduit à l’accaparement des terres dans les années 50, puis de nouveau au milieu des années 60 en Israël, et, après 1967, dans les Territoires occupés.

    Cette idéologie a inspiré aussi les projets tout à fait officiels de “judaïsation de la Galilée”. Étrange expression, qui signifie simplement inciter financièrement des juifs à s’établir en Galilée. (Je me demande ce que serait la réaction des juifs américains face à un plan de “christianisation de New York” ou ne serait-ce que de Brooklyn.) Mais la “judaïsation” de telle ou telle région n’est qu’un aspect de la Rédemption de la Terre. Dans tout le territoire d’Israël, le FNJ, avec le ferme soutien des organes de l’État (notamment la police secrète), dilapide l’argent public pour racheter le moindre terrain cessible par des non-juifs et pour empêcher, en payant le prix fort, toute vente de terre de juif à non-juif." (source : Israel SHAHAK « Histoire juive/religion juive »)



  • baska 18 avril 2012 20:54

     Israël reste un îlot de paix et de prospérité. Pour tous ses citoyens... J’aimerais bien vous croire mais tous les rapports établis par les organisations citées dans mon post précédent disent le contraire de ce que vous avancez. Et puis, une entité qui a adopté une idéologie reposant sur la discrimination, le racisme, l’expansionnisme n’a rien à voir avec la paix.

    Qu’entendez-vous par colonisation agricole ? Ne me dites pas que vous croyez au mythe du « pays désert » ou à la fable de Zangwill « une terre sans peuple pour un peuple sans terre », si c’est le cas ayez le courage d’afficher ouvertement votre philo-sionisme.
    La Palestine n’a jamais été une « terre sans peuple », encore moins une terre aride comme le montre ce témoignage d’un sioniste de la première heure, un certain Asher Guinsber, qui a visité la Palestine en 1891 : "A l’extérieur, nous sommes habitués à croire que Eretz-Israël est aujourd’hui quasi désertique, un désert sans cultures, et que quiconque désire acquérir des terres peut venir ici s’en procurer autant que son coeur désire. Mais en vérité il n’en est rien. Sur toute l’étendue du pays, il est difficile de trouver des champs non cultivés. Les seuls endroits non cultivés sont des champs de sable et des montagnes de pierres où ne peuvent pousser que des arbres fruitiers, et ce, après un dur labeur et un grand travail de nettoyage et de récupération« .
    Ce sont les sionistes qui, pour effacer jusqu’au souvenir de l’existence de la population agricole palestinienne, ont rasés au bulldozer des centaines de villages avec leurs maisons, leurs oliveraies et même leurs cimetières. Et ce dans le but d’accréditer le mythe du »pays désert".  


  • baska 18 avril 2012 15:38

    « Il reste qu’encore aujourd’hui, les Musulmans israéliens jouissent d’avantages sans équivalents au Proche-Orient », est-ce une plaisanterie ou vous êtes vraiment sérieux ?

    Je me permets de vous rappeler les termes de l’article 27 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, « Dans les Etats où il existe des minorités ethniques, religieuses ou linguistiques, les personnes appartenant à ces minorités ne peuvent être privées du droit d’avoir, en commun avec les autres membres de leur groupe, leur propre vie culturelle, de professer et de pratiquer leur propre religion, ou d’employer leur propre langue ». Les arabes israéliens ou d’une manière générale la population non-juive vivant en Israël bénéficient-ils des mêmes droits que leurs compatriotes de confession juive ? Seule une personne de mauvaise foi ose répondre par l’affirmative.
    Tous les rapports sur ce sujet, qu’ils émanent des organisations supra-nationales/indépendantes (onu, fidh, human right watch, union européenne, organisations de défense des droits de l’homme israéliennes ou palestiniennes, etc) ou même de la commission du gouvernement israélien, soulignent que les arabes israéliens sont non seulement considérés comme des citoyens de seconde zone mais surtout ils sont victimes de discriminations et de persécutions. 
    Dans un récent rapport de l’UE, on pouvait lire que »la situation de la population arabe d’Israël est de façon quantifiable plus mauvaise que celle de sa majorité non arabe en termes de revenus, d’éducation, d’accès au logement et à la propriété«  :
    Une commission du gouvernement d’Israël révéla par exemple en 2003 que l’entité sioniste se comporte à l’égard de ces arabes d’une manière »négligente et discriminatoire« (source »the official summation of the or commission report« publié par le journal Ha’aretz du 2 sept 2003). Ce même journal a fait d’ailleurs un constat plus dramatique :  » Au cours des dernières semaines, les sévices contre les Arabes israéliens sont devenus un sport national (en Israël). Chaque jour, nous recevons des informations concernant des attaques physiques contre des citoyens arabes, des incendies volontaires et des actes de vandalisme contre des biens arabes, ainsi que des insultes lancées contre des personnes arabes. « 
    Dans un rapport qu’elle a intutilé »les étrangers de l’intérieur : le statut de la minorité palestinienne d’Israël« , la FIDH a pu constater que cette population subit un certain nombre de discriminations et a montré qu’elles étaient »liées à la définition même de l’Etat d’Israël, à partir du projet politique sioniste, comme Etat juif.« 
    Il faut savoir qu’il existe dans cette entité tout un arsenal juridique instituant la discrimination envers les non-juifs, pas moins de 30 lois israéliennes sont directement discriminatoires envers cette catégorie. Voici à titre d’exemple dix d’entre elles : http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=9299.
    Ce qui est choquant, c’est qu’une écrasante majorité d’israéliens juifs sont »contre l’égalité totale pour les arabes« et pire ils sont devenus de farouches partisans de l’expulsion et du transfert de la population arabe hors d’Israël. 

    Quant ces arabes israéliens ne sont discriminés, on leur menace de les déporter hors du territoire d’Israël, voilà la triste réalité.

     



  • baska 17 avril 2012 15:52

    Quel est le rapport entre le monstre d’Oslo issu de l’extrême droite et les Palestiniens ? De plus, vous vous permettez de qualifier ces pauvres palestiniens de « terroristes », eux qui sont soit embastillés dans un immense camp de concentration soit parqués dans des bantoustans quand ils ne sont pas torturés dans les sinistres geôles de vos amis sionistes ou lapidés au phosphore blanc. 

    Les vrais terroristes sont vos amis qui occupent illégalement ou usurpent des terres qui ne leur appartiennent pas, génocident à petit feu leurs administrés non-juifs, bafouent en toute impunité depuis plus de 60 ans le droit international. 


  • baska 16 avril 2012 15:22

    Pour Pierre Sidos, le compagnon de lutte de Jean-Marie, le testament a été dicté par le vieux menhir à celui qu’il qualifie de « malade irresponsable », Hubert Lambert. Il fait sûrement allusion aux 8 cures de désintoxication qu’aurait suivi l’heureux « donateur » du clan Le Pen.

    Jean-Maurice Demarquet, l’ami de toujours du père de l’héritière, va plus loin en l’accusant ouvertement dans le journal Le Monde d’avoir favorisé la mort d’Hubert Lambert. Ce monsieur a peut être eu connaissance du rapport de l’autopsie qui faisait mention des traces de Tercian, un neuroleptique sédatif.
    Jean Féraudy, l’ancien secrétaire particulier de Lambert, a quant à lui proféré des graves accusations à l’encontre de Le Pen. Pour lui, nul doute que Jean-Marie ait « extorqué le testament avant d’accélérer la mort du malade en lui fournissant une pharmacopée aberrante »( source le journal « le matin » du 2 avril 1985).
    En définitive, tout le monde s’accorde sur le fait que le dit Lambert ne disposait pas de toutes ses facultés mentales et que par conséquent le testament du vieux menhir ne devrait pas être valable. 
Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité