• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

hommelibre

hommelibre

Auteur d'un recueil : "Les contes de Crocodile River" (2013), de deux albums 12 titres : "Doa" et "Contre-Courant", d'un roman : "Le diable en été", d'un essai critique : "Féminista : ras-le-bol !". Site ici.

Tableau de bord

  • Premier article le 04/06/2010
  • Modérateur depuis le 23/02/2011
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 424 2109 17492
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 95 73 22
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • hommelibre hommelibre 14 décembre 2017 14:08

    @joletaxi

    « Certes le nombre d’ours blancs a triplé mais le problème c’est qu’il va maintenant y en avoir plus a mourir de faim »...

    Sérieux, elle a dit cela ? C’est pas possible d’être aussi...




  • hommelibre hommelibre 14 décembre 2017 13:53

    Le Monde aussi prend ses distances : « Rien ne permet donc d’incriminer directement le changement climatique… »

    http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/12/13/l-ours-polaire-famelique-est-il-vraiment-victime-du-rechauffement-climatique_5229296_3244.html

    « … Jeff W. Higdon, un biologiste de la faune, qui travaille dans l’Arctique canadien depuis plus de dix ans. Dans une série de tweets, il déroule une argumentation qui laisse place au doute : « Cet ours meurt de faim, mais à mon avis, ce n’est pas parce que la banquise a soudainement disparu et qu’il ne peut plus chasser le phoque. D’autant que la côte est de Baffin est libre de glace en été. Il est beaucoup plus probable qu’il soit affamé en raison de problèmes de santé, potentiellement un cancerdes os », avance-t-il, regrettant que Sea Legacy n’ait pas demandé une autopsie de la bête pour trancher le débat. »



    « Une prudence que partage Steven Amstrup, le scientifique en chef de Polar Bear International (PBI), une ONG engagée dans la conservation des ours polaires, établie aux Etats-Unis et au Canada. Selon ce spécialiste, la « malnutrition est une cause majeure de mortalité chez les ours polaires », qui ont peu de prédateurs naturels.

    « Les jeunes ours qui n’ont pas bien appris comment attraper les phoques, les vieux ours faibles et les ours blessés peuvent tous succomber à la malnutrition dans certaines circonstances, écrit-il dans un post de blog de PBI. La famine qui a mené à l’événement présenté dans cette vidéo pourrait être liée à la vieillesse, aux blessures, aux maladies ou à d’autres facteurs qui limitent son succès à capturer des proies. » « Cet ours semble être un vieux mâle. Il a quelques cicatrices. Souvent, l’usure de la vie les rattrape », ajoute Andrew Derocher, professeur de biologie à l’université d’Alberta et spécialiste des ours polaires.

    Rien ne permet donc d’incriminer directement le changement climatique dans cet événement bien particulier – ce qu’a reconnu le photographe Paul Nicklen dans une interview au Washington Post. »



  • hommelibre hommelibre 14 décembre 2017 13:53

    La BBC s’est distancée de la vidéo :

    www.bbc.com/news/world-us-canada-42322346 ?SThisFB

    « Ces images ne sont pas l’œuvre d’un scientifique, d’un documentariste impartial ou même d’un spectateur inquiet. Ils font partie d’un exercice de relations publiques très calculé. Cet animal particulier pourrait aussi simplement avoir été malade. Le biologiste Jeff Higdon, écrivant sur Twitter, a spéculé qu’il pourrait avoir une forme de cancer agressif. Il n’est pas affamé parce que la glace a soudainement disparu et qu’il ne pouvait plus chasser les phoques, a-t-il dit. « La côte est de Baffin est libre de glace en été, et il est beaucoup plus probable qu’il soit affamée en raison de problèmes de santé. » (Cependant, il a averti qu’il ne pouvait pas être sûr.) »



  • hommelibre hommelibre 13 décembre 2017 09:28
    Quelques rares papiers ont quand-même questionné cette vidéo et la cause de l’état de l’ours (famine due au réchauffement du climat) est mise en doute.


    « Mais même les scientifiques concernés conviennent qu’un ours émacié n’est pas une preuve du changement climatique. « Il est beaucoup plus probable qu’il soit affamé en raison de problèmes de santé », a tweeté le biologiste de la faune arctique Jeff Higdon. » 


    « Les médias d’information ne peuvent pas résister. Dans ce cas, au moins un organe d’information a embelli l’histoire en nous disant que l’ours « se bat pour trouver de la nourriture à travers un paysage stérile qui devrait être recouvert de glace ». C’est ridicule. L’ours est sur la terre. C’est l’été. C’est à quoi ressemble la toundra en été. »

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès