• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Icks PEY

Icks PEY

Oui, peut-être mais pas seulement.

Tableau de bord

  • Premier article le 21/12/2006
  • Modérateur depuis le 26/04/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 7 593 596
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 89 47 42
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique










Derniers commentaires



  • Icks PEY Icks PEY 14 avril 2008 14:52

    @ Sisyphe

    Je crois que vous n’avez pas compris ni le cas d’espèce ni mon article.

    La victime n’a jamais demandé à être mise à mort.

    Vos propos pourraient se concevoir (sans que je les approuve, d’ailleurs) dans un débat sur l’euthanasie, mais ce n’est pas ici ce qui nous retient.

    Dans cette affaire, une personne a décidé de tuer une autre personne car elle a décidé unilatéralement que l’intérêt de la victime était de ne plus vivre.

    Nous faisons donc face à une affaire où une personne de ce pays a considéré qu’elle disposait d’un droit souvenrain et unilatéral de vie ou de mort sur une autre. Et cette personne a été reconnue innocente. Nous sommes donc bien dans une situation où la peine de mort a été décidée par une personne à l’encontre d’une autre, et appliquée, en toute innocence.

    @ Cambronne

    Ravi de vous revoir, Cambronne, je ne vous croise plus guère en ces lieux de perdition ! Vos commentaires me manquent.

    Icks PEY



  • Icks PEY Icks PEY 14 avril 2008 14:44

    @ Zalka

    Concernant l’euthanasie, vous abordez effectivement un autre sujet.

    Sur votre première phrase, vous dites que je fais des amalgames entre meurtre, homicide, euthanasie et peine de mort.

    D’abord, je ne parle pas d’euthanasie dans mon article.

    Ensuite, merci de m’éclairer sur les différences que vous faites entre peine de mort, homicide et meurtre : dans les trois cas, cela consiste à mettre fin à la vie d’une tierce personne sans son consentement.

    Icks PEY



  • Icks PEY Icks PEY 14 avril 2008 14:38

    @ Gloaf

    Merci pour votre commentaire.

    Vous parlez de la souffrance de la victime. Trois observations sur ce point :

    - le caractère utile d’un acte illicite n’a pas vocation à le rendre licite. Ce dont vous parlez relève des circonstances atténuantes, ce qui est différent. C’est la base de ma réflexion sur la confusion indulgence/innocence.

    - la souffrance de la victime pouvait être prise en charge dans le cadre de la loi léonetti qui traite justement du problème de la gestion de la douleur. Donc, le dispositif légal existe déjà pour remédier à ces situations de douleurs irrémédiables et incurables

    - enfin, personne ne parle de l’avis de la victime : sous prétexte qu’elle ne peut donner son avis, des tiers seraient libres de décider pour elle ??

    Icks PEY



  • Icks PEY Icks PEY 14 avril 2008 14:29

    @u Péripate

    Merci pour votre commentaire. je crois aussi à la confusion des notions innocence et indulgence. D’ailleurs, j’en ai fait mon premier point dans l’article.

    En revanche, je crois aussi que cette confusion n’est pas totalement le fruit d’une erreur mais qu’une tendance à la désacralisation de la vie humaine y contribue grandement.

    Icks PEY



  • Icks PEY Icks PEY 14 avril 2008 10:51

    Des bribes de cohérences au milieu d’un flot de choses incompréhensibles ... j’ai passé l’article à me demander « mais de quoi parle-t-il ?? »

    L’article aurait pu être intéressant s’il avait su se mettre à la portée de tout un chacun.

    Icks PEY

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité