• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Icks PEY

Icks PEY

Oui, peut-être mais pas seulement.

Tableau de bord

  • Premier article le 21/12/2006
  • Modérateur depuis le 26/04/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 7 599 596
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 89 47 42
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique










Derniers commentaires



  • Icks PEY Icks PEY 15 avril 2008 10:47

    @ Masuyer

    merci pour votre commentaire dont je partage les lignes.

    Icks PEY



  • Icks PEY Icks PEY 15 avril 2008 10:45

    @ chmoll

    Pas encore, mais elle a été dépénalisée en tout cas.

    Icks PEY



  • Icks PEY Icks PEY 15 avril 2008 10:42

    @ Philou 017

    Merci de donner de l’eau à mon moulin.

    Je vois que vous considérez que le fait d’investir en faveur des personnes handicapées (qui sont, rappelons-le, car cela n’est pas toujours évident dans ce fil, avant tout des personnes !) n’est absolument pas une priorité.

    Cela témoigne bien de l’handicapophobie qui règne dans certains commentaires ...

    Au fait, Philou, pendant que j’y pense ! Qu’attend-on pour enthanasier les personnes atteintes du virus du sida ?? C’est vrai ! Le mal est incurable et la maladie est contagieuse (le handicap, lui, ne l’est pas, au moins ...) : le meilleur moyen d’éradiquer la maladie ne serait-elle pas d’éradiquer les malades ??

    Icks PEY



  • Icks PEY Icks PEY 15 avril 2008 10:29

    @ PJC Allard

    Cher ami, vous souhaitez m’entendre dire que tout est chacun est maître de sa vie.

    Derrière ce propos démagogue, je sais que vous essayez de débusquer le religieux que certains seraient ravi de trouver derrière moi. C’est tellement pratique de pouvoir agiter le mot « religieux », cela permet de ne plus argumenter sur les idées ou sur les principes : celui qui est religieux est nécessairement irrationel et donc indéfendable.

    Vous êtes donc convaincu que chacun est maître de sa vie ? Et bien ce propos - de catégorie libertaire - est insensé, mon cher ami. Tout simplement parce que la collectivité est régie par certaines règles. Ces règles concernent tantôt nos relations aux autres (prohibition de l’inceste, du viol, du meurtre d’autrui, etc.) tantôt les relations à nous mêmes.

    Cela vous surprend que la société puisse réglementer les relations à nous mêmes ? Tout simplement car la société a dans l’idée que, parfois, il faut protéger les individus contre eux-mêmes.

    Cela va de la prohibition du surendettement à la camisole de force pour celui qui veut porter atteinte à son intégrité physique. C’est aussi ce qui amène les secours à soigner une personne qui a raté son suicide (pourtant, il a bien exprimé un acte libre en tentant de se suicider, non ?). Nous pourrions aussi parler de la prohibition de la drogue (chacun ne fait-il pas ce qu’il veut avec sa vie ?) ou de la réglementation de la cigarette (finalement, le cancer fait économiser des sommes folles aux régimes des retraites, non ?) ?. Je pense également à la zoophilie. Pourquoi diantre la société irait vous empêcher de sodomiser votre cochon d’inde préféré ? Et s’il me plait à moi de me faire lécher les testicules, préalablement parfumées au Canigou, par mon animal domestique préféré ?? N’est-ce pas un acte de liberté individuelle ?

    Lors d’un fil d’un autre article, j’ai déjà eu l’occasion de citer cette affaire du lancer de nain qui avait posé pour principe que la société peut prohiber des comportements qu’elle juge indignes pour la personne humaine, même si ce comportement-là est souhaité et assumé par la personne concernée.

    La notion de dignité humaine, monsieur Allard, consiste justement à protéger les individus du mal qu’ils pourraient se faire. Tout simplement car la société considère, et elle a bien raison, qu’il est dans l’intérêt supérieur et de l’individu concerné et de la collectivité dans laquelle il vit, d’écarter dans certains cas et sous certaines conditions la liberté individuelle.

    Donc pour répondre à votre question démagogique, je vous dis non, nous ne sommes pas totalement maître de notre vie car nous appartenons à une société qui est régie par des règles qui interfèrent, parfois, dans notre liberté individuelle. Si vous n’en êtes pas satisfait, partez donc faire l’ermite aux fins fonds d’un désert : là-bas, personne ne viendra vous empêcher de vous droguer, de vous mutiler, de vous faire empaler par un dromadaire et autres actes souverains de liberté votre individuelle préservée de toute norme sociale extérieure à vous même.

    Icks PEY



  • Icks PEY Icks PEY 15 avril 2008 01:36

    @ Bernard

    Vous dites "Vu la menace sur les libertés que représente votre mouvance religieuse".

    D’abord, vous mettez de la religion là où je n’en mets pas.

    Ensuite, vous aurez beau maquiller un acte foncièrement mauvais et contraire à l’éthique du mot "liberté", cela ne changera pas la nature foncière mauvaise et contraire à l’éthique de cet acte.

    A quand des combats sur la "liberté de ne pas payer ses impôts", "la liberté de pisser dans la rue" ou "la liberté de stationner au milieu des passage cloutés".

    Plus sérieusement, vous me rappelez également ces pédophiles qui, ayant des relations sexuelles avec des mineurs consentants s’offusquent de ce que la société viennent mettre son nez dans leur lit. Nous sommes dans un cas tout à fait identique où des règles sociales supérieures d’intérêt général viennent supplanter la liberté individuelle.

    Icks PEY

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité