• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Jason

Jason

70 ans, retraité. Du temps pour continuer à découvrir le monde. Vie active passée dans le technique, l’enseignement supérieur et l’industrie. Le tout (près de 40 ans) dans deux pays étrangers. Je redécouvre l’Hexagone.
 Sceptique et éclectique j'apprécie ce qui est écrit clairement et me soucie peu des fautes d'orthographe pourvu que la compréhension n'en souffre pas. J'aime l'humour, le badinage, bref une certaine élégance dans l'expression, mais attention aux précieux et aux pédants. Ecrire pour tous reste un exercice difficile.

Tableau de bord

  • Premier article le 08/11/2006
  • Modérateur depuis le 03/09/2011
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 9 2619 184
1 mois 0 30 0
5 jours 0 9 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 419 229 190
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique












Derniers commentaires



  • Jason Jason 20 novembre 17:48
    Oh, les belles petites « tiradettes », les axiomes bavards, le lyrisme campé sur ses deux jambes, ce cri enfin d’indignation vertueuse d’un monsieur Loyal de la politique.

    Vous vous dites de droite ? Restez-y.

    P.S. N’oubliez pas de tutoyer ceux qui vous contredisent, c’est tellement plus « populo », égalitaire, quoi !


  • Jason Jason 20 novembre 15:50

    @Le421

    Oui, vous avez raison : il s’agir d’une rente négative, ou autrement dit d’une perte causée par l’érosion monétaire, autre mot pour inflation.

    Malgré les temps difficiles, l’Etat n’encourage pas l’épargne, au contraire, il le chasse vers la consommation, donc vers le profit et la rente. Espérant que les millionnaires vont créer des entreprises et se transformer en petits patrons !

    L’Union Européenne interdisant l’interventionnisme économique des états membres, il en résulte une énorme épargne qui est redirigée vers le privé. Dans ce privé, la demande étant atone avec 8.8% de chômage, les investissements restent très frileux : trop d’argent en mal d’investisseurs.

    Tant que l’Union Européenne ne desserrera pas son étau anti-interventionniste, les économies stagneront.


  • Jason Jason 19 novembre 16:37

    @Hervé Hum

    Oui, on peut parler de prélèvement imposé par le fournisseur de biens ou services, ou par l’Etat qui agit sur les deux : TVA payée par le consommateur, et profits payés par ce même consommateur. La plus spectaculaire de ces ponctions est la TVA sur les carburants : 20% sur les prix déjà taxés. Et il en est de même sur bon nombre de services et charges sociales.

    En fait le consommateur ne sait pas ce qu’il paie et à qui, et il ne le saura jamais. En réalité, il ne faut pas qu’il se mêle de la tambouille financière et fiscale, c’est trop explosif... On le voit aujourd’hui pour une part minuscule de la montagne d’abus.


  • Jason Jason 19 novembre 14:04

    @titi

    Bonjour Titi,
    Pour ma part j’essaie de voir plus loin, au delà du bâtiment ou du chauffage.

    Vous n’avez pas de compte en banque, vous ne payez pas d’assurances (y compris les mutuelles), vous ne faites pas partie des 700000 foyers qui se chauffent au propane au lieu de l’électricité plus chère, et l’inventaire serait long de ce qui constitue la rente.

    Notre bonne société bien inégalitaire a encore de beaux jours devant elle, si on en juge par les analyses faites aujourd’hui et la domination des idéologies d’Etat.


  • Jason Jason 19 novembre 11:08
    Victoire idéologique absolue pour le gouvernement porte-parole du capitalisme et de la rente, auquel les médias emboitent le pas sans hésitation.

    Rendez-vous compte, personne ne parle des prix des biens et services (loyers et charges locatives, assurances obligatoires frais professionnels, etc.). Le seul levier utilisable pour améliorer le pouvoir d’achat, c’est la fiscalité, nous dit-on ad nauseam. Et ce, selon le gouvernement et tous les médias, sans exception. Un gouvernement qui « entend », mais dissimule habilement
    .
    J’ai exprimé cette situation dans divers commentaires sur ce site. Le gouvernement reste donc, à travers ses divers porte-paroles, le grand orchestrateur de l’idée dominante : l’impôt, l’impôt et encore l’impôt. La rente, reste discrètement en retrait dans les coulisses.

    Le public est tellement lobotomisé, qu’il a une réaction pavlovienne et que personne n’analyse le double aspect, le double levier pesant sur le pouvoird’achat : à savoir la fiscalité et la rente.

    Certains diront que je me répète, mais tant pis.
Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès