• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Jason

Jason

70 ans, retraité. Du temps pour continuer à découvrir le monde. Vie active passée dans le technique, l’enseignement supérieur et l’industrie. Le tout (près de 40 ans) dans deux pays étrangers. Je redécouvre l’Hexagone.
 Sceptique et éclectique j'apprécie ce qui est écrit clairement et me soucie peu des fautes d'orthographe pourvu que la compréhension n'en souffre pas. J'aime l'humour, le badinage, bref une certaine élégance dans l'expression, mais attention aux précieux et aux pédants. Ecrire pour tous reste un exercice difficile.

Tableau de bord

  • Premier article le 08/11/2006
  • Modérateur depuis le 03/09/2011
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 10 2925 205
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 419 229 190
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Jason Jason 6 juin 12:47

    @phan

    Pouvez-vous donner des exemples nombreux de mots arabes venus en français ?

    Pour ma part j’ai une liste de 220 mots, tels algèbre, alcali, alambic, abricot,, alchimie, alcôve, algarade, alcool, alidade, alezan, etc. ? Et c’est déjà pas mal.



  • Jason Jason 6 juin 12:29

    @Opposition contrôlée

    Bonjour,
    Je ne peux pas faire la comparaison, n’ayant pas l’ouvrage que vous mentionnez. Cependant, le titre est différent ; dans un cas il s’agit de la formation de la langue, dans l’autre de la formation des mots composés, nuance.


  • Jason Jason 6 juin 10:53
    Bonjour,

    Si vous vous intéressez à la philologie romane vous pouvez lire l’excellent « Traité de la formation de la langue française » dans le premier volume du « Dictionnaire général de la langue française » par Alphonse Hatzfeld, Arsène Darmesteter, et Antoine Thomas, Librairie Delagrave, Paris, 1932. Le dictionnaire par lui-même ne vaut pas grand chose mais le traité de 300 pages est superbe. Si vous lisez l’Anglais, je recommande Alfred Ewert : « The French language », Faber & Faber, London. Il y a aussi la « Storia della grammatica francese » d’Alessio, en Italien (je cite de mémoire).

    Cela vaut aussi pour les autres participants à ce fil.

    Bonnes lectures


  • Jason Jason 11 avril 10:24
    Tout ça est absolument fascinant, mais dans un premier temps seulement. Qu’il y ait un nombre considérable de virus affectant la vie terrestre est une découverte relativement récente en biologie. A cela il faut ajouter le nombre inconnu de virus dans les océans dont on continue de découvrir l’existence et dont on s’efforce de percer les secrets.

    Les virus mutent ? Rien d’anormal, le vivant étant en mutation constante, et ces mutations depuis des milliards d’années ont fait que la biosphère soit ce qu’elle est.

    Le Corona est-il méchant ? Les hommes font ce qu’ils peuvent pour se défendre. C’est leur vocation... Et peut-être que la situation actuelle les aidera à mieux comprendre leur place dans le vivant. Et surtout à en tenir compte !




  • Jason Jason 30 mars 14:49
    Le ver est dans le fruit depuis le traité de Luxembourg en ’86


    « L’Acte unique européen (souvent abrégé en Acte unique ou en AUE) a été signé par 12 États (l’Allemagne, la Belgique, la France, l’Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas, le Danemark, l’Irlande, le Royaume-Uni, la Grèce, l’Espagne et le Portugal) les 17 et 28 février 1986, respectivement à Luxembourg et à La Haye... L’acte unique a modifié le traité de Rome de 1957 qui instituait l’acte unique de Rome de 1957, qui instituait la Communauté économique européenne (CEE), [il] en a approfondi les objectifs et a ouvert la voie à la réalisation du marché unique ».

    Les volets fiscal et impacts sur le travail en sont totalement absents.

    Dans une conversation récente (mercredi dernier) sur France culture, Jean-Pierre Chevènement a indiqué clairement le tournant pris par les gouvernants européens de l’époque (les 12) en faveur du capital au détriment du travail.  Le capital pouvait se déplacer où il le voulait tandis que le travailleur restait sédentaire « comme le paysan attaché à la glèbe », dixit M. Chevènement. Ces gouvernants ont emprunté le pas aux doctrines de Thatcher et Reagan libérant les forces mondiales du Capital, quelques années avant ’86. Ce traité, accepté par le conseil des ministres et signé par l’Elysée sans aucune discussion a ouvert la porte au laisser-faire du Capital. On en sent les effets plus que jamais aujourd’hui.

    Deuxième chose : Les compétences en matière de santé et d’éducation sont laissées aux mains des Etats. Pour corriger cela il faudra réviser les traités, dans l’ambiance de chauvinisme, de maquignonnage et de bisbilles politiques qu’on connaît.
Voir tous ses commentaires (20 par page)



365 derniers jours

Articles les plus lus de cet auteur

  1. Consommez, consommez, les requins vous attendent




Palmarès