• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Étirév

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 70 0
1 mois 0 11 0
5 jours 0 4 0

Derniers commentaires



  • Étirév 25 février 04:08
    L’auteur écrit, entre autres idées régnantes : 
    1°) « Issue d’une des dernières migrations indo-européenne, la civilisation celtique a étendu son influence sur toute l’Europe continentale pendant des siècles au sortir de l’âge du Bronze. »
    Réponse : Toutes les races sont autochtones.
    La race blanche habitait l’hémisphère boréal parce que c’est là qu’elle était sortie de la végétation boréale qui avait été son état embryonnaire.
    Mais on ne considère pas les Celtes comme les premières races ayant habité l’hémisphère boréal. Avant eux, on sait qu’une race pré-celtique a existé et peuplé la moitié de la terre, ce sont les Hyperboréens.
    Il existe deux courants dans l’opinion des intellectuels : l’un qui prétend que la civilisation est venue des Latins ; l’autre qui affirme qu’elle est venue des Celtes.
    Les Latins appuient leur opinion sur le droit romain qui a instauré la puissance paternelle, et proclamé la déchéance de la Femme, et sur la littérature latine qui a sanctionné cet état de choses.
    Les Celtiques appuient la leur sur le droit naturel, le règne de la raison représenté dans sa plus haute manifestation par la Femme, la Déesse-Mère, qui régnait dans les Républiques Celtiques.
    Contrairement à ce que croient les Latins, la primitive civilisation prit naissance dans le pays qui fut le berceau des Celtes, et qui est compris entre la Manche et le Rhin. C’est là que s’est constitué le fond de la race celtique ; « Fixés sur leur base séculaire, ils occupent aujourd’hui les mêmes positions où l’histoire les a trouvés, la science ne peut sonder leur origine ni prévoir leur décadence. » (T. Cailleux)
    La race celtique a affirmé la supériorité de sa nature par son empire sur le monde entier où elle a porté la civilisation dont elle possède en elle les éléments, c’est-à-dire la supériorité de l’esprit, la bonté et l’audace. Il existe en elle un principe de vie, une action secrète et puissante qui l’anime en tous ses mouvements et lui donne un empire qui n’appartient qu’à elle.
    Ce sont ces caractères qui lui ont donné une si grande puissance de développement. Elle n’a pas reçu la civilisation comme les Grecs et les Romains, elle l’a créée.
    « Les qualités et les défauts des Celtes n’ont été rapportés que par leurs ennemis », dit Dottin.
    Dans Tite-Live, ils franchissent leurs barrières pour répandre au loin leurs émigrations et leurs idées. « Nul peuple, à aucune époque, n’a élevé plus haut ses recherches et propagé plus loin ses découvertes. La colonisation de l’Inde par les anciens Celtes est connue. »
    La race celtique fut vaincue par les Romains, qui semèrent partout le désordre et l’impuissance. Leur séjour dans la Gaule fut une éclipse dans la vieille civilisation ; il laissa comme trace de son passage les luttes féodales, basées sur l’ambition et le despotisme de l’homme qui ne reconnaît plus aucune loi morale, puis les dissensions autour du principe de la monarchie dynastique, imitation de l’empire romain, qui firent régner pendant quinze siècles la barbarie latine sur le sol où s’étaient développées jadis, dans le calme et la sécurité, les Républiques Celtiques.
    2°) « Peuples sans écritures pour des raisons politiques et religieuses, les Celtes ne vont pas laisser d’ Histoire écrite. Ce sont les Grecs d’ailleurs qui baptisent ces peuples ainsi, « keltoï » signifiant « caché » ( pour évoquer les forêts de l’intérieur des terres ?) ou « grands » selon les étymologies possibles. »
    Réponse : L’histoire glorieuse de la Celtide a été cachée par les historiens grecs et romains parce qu’elle était à la gloire des femmes.
    C’était une gynécocratie fondée sur le droit naturel. Les détracteurs de ce régime nous représentent les habitants du pays celtique, avant l’invasion romaine, comme des sauvages occupant une contrée presque déserte.
    Origine du mot Celtae : on a souvent cherché à pénétrer le sens de ce mot ethnique.
    Gluck le rapproche du latin celsus (keltos élevé). D’Arbois de Jubainville l’explique par celui qui prend du butin, « j’enlève », to-cheli (victoire).
    Cordialement.


  • Étirév 24 février 06:42

    OUI ! Les convulsions sociales prédites par l’Apocalypse vont devenir une réalité. Mais ce n’est pas une révolution, c’est une Évolution pacifique qui va changer le monde.

    Cela ne viendra ni de la politique des vieux gouvernements, ni de la violence des anarchistes, ni de la science des « Darwinistes » ou « Newtoniens » , mais d’une force plus puissante que toutes celles-là : de la parole de Vérité qui secoue et ranime les esprits, de la parole de la Femme qui fait vibrer la conscience des hommes.



  • Étirév 22 février 13:36


    L’auteur dit : « Il serait temps de partir de notre vie réelle pour réfléchir à nos unions et désunions sexuées. »

    Pour cela il faut, une bonne fois, que chaque sexe sache comment l’autre aime et pense.

    Le savez-vous ?

    Cordialement.



  • Étirév 21 février 10:27

    Dans le premier régime social, le travail était organisé, les femmes étaient honorées, respectées, en possession du droit naturel et de tous les biens qu’il donne ; elles disposaient du travail des membres de la famille qu’elles dirigeaient ; c’étaient elles qui faisaient travailler les hommes tant qu’ils restaient dans le régime légal ; chaque sexe avait le rôle qu’implique ses facultés : aux hommes les gros travaux qui demandent la force musculaire, aux femmes les occupations qui exigent moins de force, mais plus de réflexion.

    Et, dans cette première organisation familiale, la femme travaille bien plus que l’homme.

    « Dans les tribus, on faisait tous les travaux de l’agriculture ; on savait cultiver les céréales, fabriquer la bière, le vin, élever les animaux domestiques, les porcs, préparer les salaisons, etc.

    Quantité d’industries datent de cette époque, telle la charrue à deux roues inventée par les Celtes d’Italie (D’autres disent inventée par Cérès). Ce sont les Celtes qui, les premiers, employèrent l’écume de bière (la levure) comme ferment pour lever le pain. Ils inventèrent aussi le crible de crin, les tonneaux de bois cerclés, etc.

    « Les Celtes de Gaule inventèrent l’étamage et le placage, application de l’étain et de l’argent à chaud sur le cuivre ; donc ils connaissaient bien la métallurgie ; les hommes exploitaient les mines. Des villes puissantes comme Aix, Arles, Besançon, Reims, Lyon, Paris, étaient remarquables par leur industrie, Nîmes surtout se distinguait.

    « Dans ces villes se trouvaient des fabriques de drap, de toile, et un commerce actif existait. Il y avait dans différentes villes des établissements de femmes qui confectionnaient les toiles. Quand les Romains vinrent en Gaule, Rome en tira tous les habillements de ses troupes. Un fonctionnaire fut créé pour surveiller spécialement ses fournitures, et c’est ainsi que nous trouvons dans la notice de l’Empire un Procurator gynœcei Tornacensis Belgicœ secundae. ».


    Liens :

    Celtes et latins

    Conséquences de l’invasion romaine

    La Gaule romaine



  • Étirév 17 février 05:55
    L’auteur dit : « Habiter le présent, c’est refuser de se laisser emporter par la vitesse et l’accélération du monde moderne, c’est vivre intensément des instants de bonheur pour en profiter pleinement.  »
    En effet, ce que nous offre la Nature est une source éternelle et universelle de bonheur et de plénitude pour celui qui s’y arrête, l’observe, et, qui plus est, parvient à en saisir quelques Mystères.
    Alors, en profiter pourquoi pas. Mais, bien que mon intention ne soit pas de jouer sur les mots, cela sous entend une action individuelle, voire égoïste.
    Or, il me semble impératif pour celui qui, dans un premier temps, se réalise à ce niveau, d’en partager les fruits. Car n’est-ce pas là la véritable condition bonheur ? Sinon, comment pourrait-on être réellement heureux si les autres ne le sont pas ?
Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès