• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Onecinikiou

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 06/03/2017
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 3567 45
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires



  • Onecinikiou 23 avril 2020 17:03

    @Olivier Deville

    Votre raisonnement est fallacieux : les mesures barrières, et le confinement surtout, jouent sur le R0, qui lui-même détermine l’évolution du nombre de contaminés sur une échelle de temps donnée. 

    Ce que vous n’arrivez visiblement pas à comprendre, c’est que le taux de létalité du Covid-19 n’est pas constant avec l’évolution du R0 (il lui serait même plutôt proportionné), puisque cette maladie a la particularité de produire un nombre important de pneumopathies graves nécessitant un taux d’hospitalisation en réanimation important, susceptible de saturer les services de santé même les plus performants et préparés, plus encore si aucune mesure spécifique n’est prise dans l’intervalle (confinement, test massif, quarantaine, etc). 

    Donc logiquement, même si indirectement, les gestes barrières et les mesures drastiques, inédites même, qui ont été prises dans tous les pays au monde qui ont été frappés, en réduisant de manière importante le R0  passant de 3,3 à 0,5 selon l’institut Pasteur  ont permis de réduire le taux de mortalité qui aurait été de toute évidence beaucoup plus important si elles ne l’avaient été, non pas du fait d’ailleurs de la « mortalité intrinsèque » de la maladie, que de sa propension à dépasser les capacités usuelles hospitalières.

    D’autre part, que je sache, ce qui est important in fine ce n’est pas tant le taux de létalité que la létalité elle-même. Une situation sanitaire est d’évidence plus grave (surtout pour les premiers concernés...) dans le cas où une maladie, du fait de ses caractéristiques propres (contagiosité/formes graves/létalité), entraine un nombre de morts beaucoup plus important qu’une autre mais dont le taux de létalité serait beaucoup moins important. Et ce n’est nullement contradictoire : exemple fameux du virus Ebola, qui a un taux de létalité bien supérieur à celui du Sars-Cov-2 mais qui a occasionné un nombre bien moins important de mort sur la planète. 

    D’autre part il y a quelque chose qui me chiffonne dans cette étude : l’institut Pasteur évalue à la fin du confinement prévu le 11 mai que seuls 5,7% de la population française aura été contaminée, soit 3,7 millions d’habitants. Or le taux de létalité est bien le rapport des contaminés sur les décédés. Aussi quel sera le nombre des décédés du Covid-19 le 11 mai ? Nous sommes à 21340 morts au 22/04, il n’est pas improbable que nous tutoyons malheureusement les 30.000 décès d’ici 19 jours. Or avec ces chiffres, nous sommes à 0,81 de taux de létalité, pas 0,5 comme donné par l’étude, ce qui laisse circonspect. 

    Enfin Raoult a dit aussi quelques belles conneries, affirmant par exemple fin janvier qu’il serait très surpris que la maladie occasionne 10.000 morts en France. ..



  • Onecinikiou 21 avril 2020 02:32

    @Fergus

    Le mot discrimination revêt des acceptions différentes. La première d’entre elles relevée par le Larousse, la majeure, dit ceci : 

    • Action de séparer, de distinguer deux ou plusieurs êtres ou choses à partir de certains critères ou caractères distinctifs ; distinction : Opérer la discrimination entre l’indispensable et le souhaitable.
    Aussi, lorsque vous dites que ce mot comporte une charge négative, ce qui n’est pas ici, vous validez totalement ce que j’en ai dit précédemment : à savoir que toute une série de mots ont été galvaudés de leur sens premier, subversion à laquelle vous participez vous même sans doute sans vous en rendre compte. C’est donc que le mal est profond. 

    L’âge est un critère objectif, exactement au même titre que pour les mineurs non émancipés. Or la mortalité du Covid-19 touche essentiellement les plus de 65 ans. Sa forme grave essentiellement les comorbides, dont les obèses. Ne vous en déplaise, l’indice de masse corporel est un critère parfaitement objectif. 



  • Onecinikiou 20 avril 2020 17:01

    @Fergus

    Toute discrimination n’est pas injuste et donc condamnable. Cette perception fausse de la réalité est le produit de décennies de manipulation sémantique et de subversion des mots et des concepts, par des individus et des groupes de pression qui y avaient intérêt : généralement des représentants autoproclamés de minorités agissantes prétendument opprimées. 

    Mais revenons à l’essentiel : discriminer c’est choisir. C’est opérer des choix.

    Lorsque vous décidez de prendre votre baguette de pain chez un boulanger plutôt que chez un autre, vous opérer un choix sur des critères qui vous sont propres. Peut-être que le pain y est meilleur, peut-être que c’est moins loin, peut-être que la gueule du boulanger de l’autre boulangerie ne vous revient pas, bref, vous choisissez. Ce faisant vous opérez une discrimination, qui n’est d’évidence pas injuste ni non plus condamnable. 

    Il existe pourtant des discriminations qui sont (devenues) condamnables en droit, fondées sur des critères de plus en plus pléthoriques à mesure que poussaient leur pion les groupes de pression susmentionnés. 

    Vous dites, par la voix d’intellectuels ou de juristes, qu’il serait inconstitutionnel d’imposer la poursuite du confinement à certaine population sur le fondement d’une caractéristique particulière (âge, morbidités etc).

    C’est un contre-sens juridique. Il y a foultitude d’interdictions en effet qui visent spécifiquement certaines populations en fonction de critères divers et variés : les mineurs déjà, qui n’ont pas l’âge requis pour une multitude d’activités. Les étrangers ensuite, qui ne disposant pas de la nationalité du pays dans lequel ils vivent, n’ont pas le droit d’incorporer certains corps de l’Etat. Des délinquants et criminels, qui sont privés de leurs droits civiques.

    Sans compter les règlements internes de différentes entreprises (attractions à sensations fortes, sports extrêmes, métiers à risque...) qui peuvent justifier l’interdiction de les incorporer ou de pratiquer telle ou telle activités, interdiction fondée sur des critères d’âges, de pathologies, de poids etc, règlements pourtant discriminatoires mais qui ne sauraient être interdits par la loi et condamnés pour cela. Et oui : ces règlements n’ont-ils pas précisément pour objet de protéger la santé  les intérêts de manière générale  de ceux-la mêmes qu’ils visent et discriminent ?



  • Onecinikiou 20 avril 2020 02:46

    @Olivier Deville

    Le taux de létalité est de 5,9% au 20/04/2020 dans l’UE, pas 2%.

    En Chine, après les dernières révisions des autorités, la létalité est de 5,5%.

    https://www.arcgis.com/apps/opsdashboard/index.html#/bda7594740fd40299423467b48e9ecf6

    Ce taux de létalité est le rapport des infectés sur les décès et donc fonction d’un paramètre encore partiellement inconnu : le nombre des infectés. Nous connaissons les détectés. Le taux des asymptotiques/non détectés oscillent entre 30 et 85% selon les études.

    Même en prenant le taux le plus favorable de 85% la létalité s’établirait alors en Europe à 0,9%. Celui de la grippe saisonnière est au plus de 0,1% les années les plus sévères. La différence entre les dangerosités intrinsèques des deux virus/maladie est évidente, quasi d’un facteur 10.

    Et encore : ce taux de 0,9% prend en compte toutes les mesures prises sur le continent pour contenir et enrayer la pandémie. 

    Aussi faisons l’hypothèse suivante pour bien nous représenter la chose : si nous n’avions pris AUCUNE mesure vis à vis du SARS-CoV-2 autre que celles que nous prenons habituellement pour la grippe saisonnière AH3N2, c’est à dire essentiellement des recommandations sanitaires très générales via des campagnes publiques a priori très peu impactantes, vous pensez sérieusement que, à la fin de cette année, compte tenu des caractéristiques propres à cette maladie dont l’une est de générer un nombre substantiel de formes graves nécessitant des prises en charge médicales lourdes, la mortalité générale des pays européens auraient été la même que la moyenne décennale précédente ?



  • Onecinikiou 20 avril 2020 02:10

    @sls0

    Sur le Diamond Princess nous avons 712 Covid+ (chiffre définitif) pour 13 décès (toujours provisoire), cela donne une létalité de 1,8%.

    En Chine, après les dernières révisions des autorités, la létalité est de 5,5%.

    Dans l’Europe des 27, la létalité est 5,9% aux derniers chiffres à date.

    https://www.arcgis.com/apps/opsdashboard/index.html#/bda7594740fd40299423467b48e9ecf6

Voir tous ses commentaires (20 par page)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Tribune Libre FN Florian Philippot Politique

Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité