• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Où va Sapiens ? Visions & rêves planétaires

Où va Sapiens ? Visions & rêves planétaires

« Ne dirait-on pas, à voir ce qui se passe dans le monde, que l'Européen est aux hommes des autres races ce que l'homme lui-même est aux animaux ? Il les fait servir à son usage, et quand il ne peut les plier, il les détruit. » (Alexis de Tocqueville)

C'était il y a plus d'un siècle, et c'est toujours d'actualité. Ce chemin de violence est-il aussi l'avenir de Sapiens ? N'y a-t-il pas de futur mondial prévisible sans domination ?

image = «  La raison du plus fort est toujours la meilleure » (La Fontaine).

Ce concept semble-t-il ''éternel'' de domination-exploitation ferme la route à la pacification-coopération. (photo JPCiron)

 

Cet Article fait suite aux deux précédents  :

Sapiens perd sa cervelle !!

https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/etonnant/article/sapiens-perd-sa-cervelle-231083

L'auto-domestication de Sapiens

https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/etonnant/article/l-auto-domestication-de-sapiens-23131

La démocratie qui promet une plus grande égalité entre tous les humains est-elle la voie vers une pacification harmonieuse ? Ou bien est-elle un artifice conceptuel permettant de préparer la transition vers une fixation des dominances plus aboutie ?

Sur ce sujet, la variété des opinions est telle, qu'elle suggère que, collectivement, nous n'en savons finalement rien.

 

Voici le Plan de l'Article :

> SAPIENS : UN DRÔLE D'ANIMAL !

> DE L'IMPORTANCE DES MYTHES

> OÙ VA SAPIENS ? VISIONS ET RÊVES Planétaires

  • Fixation coercitive des dominances.

  • Fixation des dominances intégrées par la Tradition.

  • L'idée de Valeurs et Principes Universels.

  • Races supérieures & Races inférieures.

  • La fusion de l'infotech et de la biotech.

> QUEL GENRE DE SOCIÉTÉS DU FUTUR ?

 

Sapiens a de très lointaines racines évolutionnistes... (photo JPCiron)

 

>>> SAPIENS : UN DRÔLE D'ANIMAL !

Parfois, « l'humanité cesse aux frontières de la tribu, du groupe linguistique, parfois même du village (…) ; un grand nombre de populations dites primitives se désignent d'un nom qui signifie (…) les ''bons'', les ''excellents'', les ''complets'', impliquant que les autres (…) sont tout au plus composés de ''mauvais'', de ''méchants'', de ''singes de terre'' ou d' ''œufs de pou''.  » (1) C. Lévi-Strauss

Ça, c'est pour les populations dites primitives. «  Sans doute les grands systèmes philosophiques et religieux de l'humanité, qu'il s'agisse du bouddhisme, du christianisme ou de l'islam, (…) se sont-ils constamment élevés contre cette aberration. » (1)

Mais les saints messages véhiculés par ces systèmes ne seraient-ils finalement que des habillages, des masques, des oripeaux ? Car Sapiens sait fort bien vénérer l'un et servir son contraire.

Par exemple, comment conserver des conviction ''archaïques'' (mais qui nous valorisent) tout en faisant mine de reconnaître l'unité de l'humanité dans sa diversité ? On le fait par à travers une logique de ''faux évolutionnisme'' = «  une tentative pour supprimer la diversité des cultures tout en feignant de la reconnaître pleinement. Car, si on traite les différents états où se trouvent les sociétés humaines (…) comme des stades ou des étapes d'un développement unique qui, partant du même point, doit les faire converger vers le même but, on voit bien que la diversité n'est plus qu'apparente. » (1)

En pratique, on parlera donc de LA civilisation, et il suffira donc d'affirmer que ''eux'' sont en retard par rapport à ''nous'', et que, pour leur bien, pour les aider à progresser, notre bonté peut nous amener à les aider, en les bousculant un peu. En Occident, c'est une musique que l'on joue depuis bien longtemps aux peuples 'retardés' ou 'en développement'.

https://www.agoravox.fr/actualites/religions/article/eux-et-nous-217616

En outre, notre approche de la morale et de la justice est centrée sur les croyances culturelles, alors que, « Comme tous nos autres sens, notre sens de la justice a aussi de lointaines racines évolutionnistes. La morale humaine s'est construite au fil des millions d'années d'évolution (…) » (3)

J'observe cependant qu'en pratique Sapiens a tendance à restreindre le domaine d'application de cette justice au 'groupe fondamental' auquel chacun pense appartenir : par exemple le clan, la tribu, la caste, la nation...  et plus rarement : l'humanité, le vivant.

C'est ainsi que, même si nous nous accordons entre Sapiens de tous horizons sur la validité de certaines Valeurs et sur les Principes politiques qui leur correspondent, leur application reste en pratique plutôt réservée à nous-mêmes, tandis que ''les autres'' peuvent être traités sur un mode dégradé. En Politique internationale, cela correspond aux ''double standards'' que 'les autres' ne manquent pas de dénoncer régulièrement... si on prête l'oreille.

L'imaginaire a bien plus de puissance qu' on ne le croit... (photo JPCiron)

 

>>> DE L'IMPORTANCE DES MYTHES

Si les emberlificoteurs sont si puissants, sans doute est-ce parce qu’ils proposent des explications pour l'inconnu, et des solutions à ce qui est perçu comme un problème... et aussi parce que nous sommes un terreau fertile. Voyons cela :

> Les mythes sont des biens fondamentaux. Pour le philosophe allemand Peter Sloterdijk (''La domestication de l'Être''), le mythe est compris comme un moyen de penser le monde et de l’explorer. Cette analyse correspond bien aux descriptions de Lévi-Strauss, qui observe que le mythe véhicule une logique, une structure organisée, une vision du monde et pas seulement un récit sur l’origine comme le dit la philosophie classique. Le mythe permet également de donner une cohésion aux groupes humains : «  La fonction du mythe est de fonder l’unité du groupe humain où il se développe : les membres de ce groupe croient à une vérité exposée par le mythe et ils ont foi en sa vertu. Le mythe appartient tout à la fois à chaque individu et à une importante communauté à laquelle il sert de ciment, de véhicule de communication ». (Note de lecture de Philippe Coutant) (2)

> Les lois qui découlent des mythes sont donc l'oeuvre de Sapiens imaginatifs, qui vont légitimer les normes sociales et les structures politiques en place. « Ces lois sont très utiles pour instaurer et perpétuer l'ordre social durant plusieurs milliers d'années. » (3)

> Le mythe simple étendard de loyauté ? Il n'est pas toujours nécessaire de croire aux fondations du mythe, ni d'ailleurs non plus à ses oripeaux. L'important est de dire adhérer au mythe  : il devient une convention, un étendard pour un groupe de Sapiens. C'est ainsi que je comprend nombre de dits croyants qui adhèrent plus à leur communauté qu'aux mythes et valeurs qu'elle véhicule. Mais ils doivent agir en cohérence avec ces derniers.

Mais cette ''cohérence'' n'est parfois pas même nécessaire. Exemple : A peine libéré, le fameux espion J. Pollard prenait l'avion spécialement affrété pour lui. Il était accueilli à l'arrivée par B. Netanyahu. Interviewé, J. Pollard déclarait en effet « (…) si nous sommes juifs, nous aurons toujours une double loyauté.  » ''''Pollard a suggéré que les Juifs se trompaient eux-mêmes s'ils considéraient l'Amérique comme un foyer et a laissé entendre qu'il conseillerait à un jeune Juif américain travaillant dans l'appareil de sécurité américain d'espionner pour Israël''''. Il ajoutait « Vous devez décider si votre intérêt pour Israël, votre loyauté envers Israël et votre loyauté envers vos compatriotes juifs sont plus importants que votre vie. » (Source : https://www.jta.org/quick-reads march 25 2021 5:14 pm) Certains Sionistes peuvent donc tenir des propos clairement antisémites, qui nuisent aux Juifs de la diaspora, s'ils pensent que cela peut servir Israël.

Note : voir aussi la clarification du concept de Sionisme ici : https://www.agoravox.fr/actualites/medias/article/medias-grand-public-et-politiciens-230211

et « Le Sionisme : Bon pour Israël, Mauvais pour les Juifs ?!  » :

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-sionisme-bon-pour-israel-219643

Les Mystiques quant à eux présentent une approche intéressante qui se place ''au-dessus'' du débat. Dans son livre ''Mystères de la Bible'', le rabbin Marc-Alain Ouaknin dit que « Savoir que Moïse n'a pas écrit la Torah ne me gêne pas. Et l'existence ou la non-existence des patriarches Abraham, Isaac et Jacob me laisse indifférent. Car pour le mystique, même l'existence de Dieu n'a aucune pertinence. Même Dieu est un "peut-être", une hypothèse. Il a inventé le doute, enseigne un maître hassidique, pour que nous puissions douter de lui. »

 

> Une ère de post-vérité ? Oui, « (...) il semble bien que nous vivions bel et bien dans une ère terrifiante de post-vérité, quand (…) des histoires et des nations entières pourraient bien être faux. (…) Quand un millier de gens croient une histoire inventée un mois durant, ce sont des fake news. Quand un milliard de gens y croient un millénaire, c'est une religion (…). » Mensonge un jour, vérité toujours. (Y. N. Harari) (3)

La plupart des visions & rêves de Sapiens sont dominateurs. (photo JPCiron)

 

>>> OÙ VA SAPIENS ? VISIONS ET RÊVES Planétaires

Toute société moderne se doit d'être sous-tendue par une architecture idéologique digne de ce nom. Autrefois, chaque dieu fournissait ses ''lois'' structurantes.

Mais « Les Temps modernes ont vu l'essor d'un certain nombre de religions de la loi naturelle, comme le libéralisme, le communisme, le capitalisme, le nationalisme et le nazisme. » (4)

Toutes ces idéologies -de la loi naturelle ou de la loi divine- se réfèrent à un ordre sur-humain réputé universel.

Il semble que les processus envisagés ne puissent être que du type Dominance. Un processus dont la complexité explose avec l’expansion géographique du système. En effet, « Les ordres sociaux et les hiérarchies étant toujours imaginaires, tous sont fragiles, et le sont d'autant plus que la société est vaste. » (4) Et encore davantage si l'ambition est mondiale...

 

Pour l'instant, Sapiens est parti dans tous les sens :

 

> Fixation coercitive des dominances.

Ce mode de gestion des dominances limite clairement le domaine de validité de notre Morale et de nos Principes à ceux que nous considérons de notre Groupe/ nation. Hors dudit Groupe, pour les autres nations, ces règles ne s'appliquent plus nécessairement.

Ce que pensent ou ne pensent pas les groupes/ nations que l'on soumet n'a pas d'importance. Les exemples les plus connus sont :

Les Indiens d'Amérique et les Aborigènes d'Australie

Bien sûr, il y a bien d'autres situations de ce type dans le monde : en Amazonie, en Indonésie, en Palestine, etc « Au début du XX e siècle, un slogan favori des sionistes parlait du retour d' ''un peuple sans terre (les Juifs) sur une terre sans peuple (la Palestine).'' C'était opportunément faire fi de l'existence d'une population arabe locale. » (3) Yuval N. Harari

 

Plus de détails & références ici pour Australie, Amérique, Palestine :

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/quelle-paix-pour-les-indiens-de-211789

Il semblerait puéril d'attendre une pleine coopération de la part de la population soumise en présence de domination non ''digérée'' : car vient alors le temps de la ''résistance''. 

 « Quand la force occupe le chemin, le faible entre dans la brousse avec son bon droit : la honte porte des fruits, la mort n'en porte pas. » (9) (Proverbe Africain)

Mais on sera toujours étonnés que l'on puisse s'étonner que ce genre de situation génère des violences de part et d'autre.

Selon les endroits dans le monde, les gens dominés sont considérés au pire comme une nuisance, un ennemi, et au mieux comme une main-d’œuvre bon marché ou une attraction touristique..

En tout cas, il faut être attentifs à ne pas pousser le bouchon trop loin, car « Le fascisme est ce qui arrive quand le nationalisme veut se rendre la vie plus facile en niant toutes les autres identités et obligations. » (3) Comme dit le dicton Africain : « Le feu qui te brûlera, c'est celui auquel tu te chauffes » (9)

Mais y a-t-il seulement quelqu'un qui surveille le ''bouchon'' ?

En tout cas, regardant le futur, ce type de dominance ne peut se stabiliser que par une forme d' ''élimination'' des soumis (par expulsion, par fécondité moindre, par absorption génétique, par imposition de la soumission à chaque génération, par marginalisation). En tout cas, c'est un système potentiellement instable et dangereux pour tous, sur de longues périodes.

 

> Fixation des dominances intégrées par la Tradition.

> ''Les Castes'' en Inde est un système connu de dominance millénaire, qui perdure en dépit des lois 'récentes'. Ce système de Castes est très complexe, et largement documenté.

Je le mentionne néanmoins ici pour souligner qu'une dominance installée de longue date, s'appuyant sur un mythe inventé et faux, peut néanmoins permettre de se 'fixer' dans une réalité politique sur une longue période. Mais peut présenter des fragilités.

Le peuplement de l'Inde est un sujet 'sensible' pour les Indiens, car lié aux structures sociales & politiques en place, ainsi que par les mythes qui les sous-tendent.

Ce système des castes (qui privilégie les indiens du nord de l'Inde au teint clair) s'appuie sur le dogme de leur origine ''Aryenne'' (blanche), 'peuple' qui s'est aussi attribué le mérite (usurpé) d'avoir édifié la Civilisation de l'Indus...

Or, outre l'archéologie, l'analyse du DNA des squelettes antiques de l'Indus montre qu'il s'agissait d' Elamo-Dravidiens (Noirs). Ces populations, apparentées aux antiques Sumériens et Elamites, sont aujourd'hui représentées par les populations au teint sombre du sud de l'Inde, de castes ''inférieures''.

 

Je passe donc à un autre exemple moins connu :

> Le cas des Pygmées. Voici ci-dessous résumée l'intéressante étude de Benoît Libali (4) sur le passage en ''sous-caste'' des Pygmées, du fait du hasard de l'histoire coloniale.

Les Pygmées se subdivisent en une douzaine de groupes en Afrique Centrale. Leur mode de vie était traditionnellement nomade de type chasseur-cueilleur complété par la production d'un jardin associé à chaque campement.

La sédentarisation a commencé avec l' Administration coloniale, qui appliqua une ''politique d'apprivoisement''. Ils ont donc été progressivement associés à des villages Bantous : les Pygmées y sont installés a proximité. Globalement, les Pygmées sont une minorité (1,5%).

Les Pygmées se retrouvent donc dans un nouvel environnement où les Bantous disposent de la propriété des champs et ont une avance en termes de technologie agricole. Ils sont donc les maîtres de la production et utilisent les Pygmées comme main-d'oeuvre. La commercialisation des produits agricoles est faite par les Bantous.

En outre, les Bantous se considèrent clairement supérieurs aux Pygmées. Cependant, les Pygmées et les Bantous seraient d'origine commune, et se seraient différenciés voici environ 50 millénaires.

Du fait de la politique coloniale d'alors, les Pygmées entretiennent donc aujourd'hui des rapports inégalitaires avec les Bantous. Ne pouvant lutter contre l'ordre en vigueur, ils doivent subir la dominance.

Comme d'autres, les Pygmées considèrent être ''une nation''.

Regardant le futur, ce système ressemble au premier mentionné, avec un nécessaire ''rappel/ rafraîchissement'' constant des règles de soumission.

 

> L'idée de Valeurs et Principes Universels

Depuis toujours, dans chaque Culture/société, les Valeurs religieuses/ philosophiques se trouvent retranscrites dans les pratiques et les Principes politiques de la société considérée.

Et, en visite dans la société voisine, on se devait de respecter les Principes de cette société voisine.

Avec l'émergence du monothéisme, aux Valeurs religieuses continuent de correspondre des Principes politiques, qui deviennent donc universels. Et bien entendu, chaque monothéisme pense que ses propres principes sont les bons.

Les ennuis arrivent quand ledit monothéisme est fondamentaliste, et encore plus s'il est aussi prosélyte ou radical. Car le Politique, en imposant ses Principes, devient le bras armé des Valeurs qui les sous-tendent... Et cela mènerait a l'idée de domination mondiale du 'binôme' politico-religieux.

Henry Kissinger expliquait que c'est ce qui est reproché au monde Musulman : « Inspiré par la conviction que son expansion unirait toute l'humanité et lui apporterait la paix, l'islam incarnait tout à la fois une religion, un super-État, multiethnique et un nouvel ordre du monde. »

Quand on entend condamner tout monothéisme qui ne fait pas de distinction entre la Loi de Dieu et la Loi de l’État, il est nécessaire d'essayer de faire croire que nous autres, en Occident, n'avons pas ce travers. C'est ce que tente de montrer Henry KISSINGER dans son ouvrage. https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/extraits-d-ouvrages/article/l-ordre-du-monde-de-henry-207974

Il y insiste sur le fait qu' « au fil du temps, le christianisme est devenu une notion philosophique, renonçant à s'affirmer comme un principe opérationnel de stratégie d'ordre mondial  » et explique que « ce processus a été facilité par la distinction qu'avait établi le monde chrétien entre ''ce qui est à César'' et ''ce qui est à Dieu'', permettant une évolution (…) au sein du système international reposant sur l’État. »

Cette analyse permet à Kissinger de bien ''évacuer'' l'aspect religieux du discours ''officiel'' Américain, et d'affirmer sans démontrer que « La politique étrangère de l'Amérique a reflété la certitude que ses principes intérieurs possédaient une valeur universelle (…). » Concept qu'il exprime de manière 'opérationnelle' : « les principes américains étaient valables pour l'ensemble du monde. »

Il s'agissait là, concluait-il, du produit de « deux éléments parfaitement distincts (…) mais qu'on est parvenu, en Amérique, à incorporer en quelque sorte l'un dans l'autre, et à combiner merveilleusement. Je veux parler de l'esprit de religion et de l'esprit de liberté.'' »

C'est un baratin bien tourné, mais chassez le naturel, et il revient au galop ! :

Même de nos jours, un Vice Président des USA Mike Pence croyait utile de clarifier qu'il met le religieux avant le politique en se décrivant comme « un chrétien, un conservateur et un républicain, dans cet ordre. »

Cette affirmation est légitime aux USA chez les puissants courants fondamentalistes. https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/etonnant/article/le-sionisme-une-histoire-d-enfer-22773

Il s'agit clairement d'une infiltration du Religieux dans le Politique.

 https://www.agoravox.fr/actualites/religions/article/le-peuple-de-dieu-223483

Henry Kissinger souligne que de nombreux présidents Américains ont considéré « que la faveur divine avait fait des États-Unis une nation différente des autres » et que c'était « comme si la Providence divine avait tenu en réserve un continent qui attendait qu'un peuple pacifique, chérissant plus que tout la liberté et les droits de l'homme, vint établir une démocratie ignorant l'égoïsme. »

En 2018, à Jérusalem, le VP US Mike Pence en remettait une couche en déclarant « « Les premiers colons dans mon pays se voyaient aussi comme des pèlerins, envoyés par la Providence, pour construire une nouvelle Terre Promise. »

Bien sûr, cette ''démocratie'' chérissant les Droits de l'Homme considérait que les populations indigènes que Dieu avait installé là avant eux ne comptaient pas plus que la faune et la flore !

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/quelle-paix-pour-les-indiens-de-211789

La Chine juge sévèrement la position américaine en affirmant que « Tous leurs discours sur les droits de l'homme, la liberté et la démocratie ne sont destinés qu'à sauvegarder les intérêts des pays forts et riches qui profitent de leur force pour tyranniser les pays faibles, et qui recherchent l'hégémonie et pratiquent une politique de force.  »

Les anthropologues quant à eux considèrent souvent que « chaque culture (…) est par essence impuissante à porter un jugement vrai sur une autre culture, puisqu'une culture ne peut s'évader d'elle-même et que son appréciation reste donc prisonnière d'un relativisme contre lequel il n'y a pas de recours.  » (Claude Lévi-Strauss / L'anthropologie face aux problèmes du monde moderne)

 

> Races supérieures & Races inférieures

Il s'agit d'une approche qui se présente comme scientifique et qui se base sur l'intelligence différentielle des ''races''. Cette analyse correspond à un credo qui intègre à mon sens un biais raciste qui ne me correspond guère.

Mais ce genre de distinction entre ''races'' est significativement présente en Occident, sous différentes formes, explicites ou insidieuses. Aussi, il est important d'en connaître le contenu, car, d'une manière ou d'une autre, cette croyance peut se retrouver dans la réalité Politique, ce qui nous concerne tous.

L'exemple illustratif que je propose ici considère les ''races'' comme des branches de ''l'arbre Homo sapiens'', et se base sur le critère d'intelligence (QI & PGS) pour les ''mesurer''. https://www.intelligence-humaine.com/intelligence-est-genetique/

 

Voici quelques-unes des conclusions des travaux :

  • Grande stabilité des chiffres des QI depuis un siècle.

  • Corrélation entre volume cérébral et QI

En tête les Asiatiques de l'Est, suivis par les Européens. En queue les Africains et les Aborigènes d'Australie.

  • QI moyens des 10 principales ''races''

En tête les Juifs Ashkénazes (110), suivis par les Asiatiques de l'Est (105) et par les Européens (100).

En queue de peloton, les Nord Africains (86), les Africains (80) et les Aborigènes d'Australie (62)

  • Détail des QI moyens des ''Chosen People''

Ashkénazes (110), Séfarades (98), Mezrahims (91), Ethiopiens (68)

  • QI moyen par Religion = Proportion d'individus avec QI>120, pour 19 catégories de religions :

En tête : Juifs (33%), Anglicans (29%), Athées/Agnostiques (25/19%)

Catholiques et Protestants dans le milieu du tableau (15/14%), Musulmans en queue de peloton (4%).

  • Le QI moyen des femmes : inférieur de 3 à 5 points.

Pour ce qui concerne l'avenir du monde, ces travaux annoncent :

  • « La fin des États Unis  ». Le poids croissant des Hispaniques et des Noirs fera chuter le QI moyen de 98,2 (1950) à 97,0 (2000) à 95 extrapolé (2050). La nature de plus en plus multiraciale des USA amènera d'énormes problèmes de cohésion sociale.

  • « Le déclin plus lent mais inexorable de l'Europe Occidentale  »

  • « L'émergence d'une suprématie Chinoise globale »

Il s'agit d'une vision du futur dans laquelle le monde se dirigerait mécaniquement vers une domination Chinoise inéluctable.... (?)

 

> La fusion de l'infotech et de la biotech

Les conséquences prévisibles du développement et de la montée en puissance de ces deux technologies pourrait rebattre bien des cartes.

Ces deux technologies nécessitent des investissements considérables, et des retours sur investissement sont évidemment attendus. Ces technologies sont essentiellement dans les mains d'opérateurs privés.

Il est peu probable que les bénéfices futurs soient offerts, associés à des services/ activités déclarés « biens publics ».

Mais on peut entrevoir deux probables conséquences :

 

> Emploi

Yuval N. Harari explique  : « Les algorithmes n'auront pas à être parfaits pour prendre le relais des conducteurs humains. Il leur suffira d'être meilleurs. » Et « Du jour où les gens ordinaires perdront leur valeur économique, l'inégalité pourrait monter en flèche. » (3)

« La fusion de l'infotech et de la biotech pourrait sous peu chasser des milliards d'êtres humains du marché de l'emploi tout en minant la liberté et l'égalité. (…) les gens souffriraient non de l'exploitation mais de quelque chose de bien pire : d'être devenus inutiles. » (3)

Un moyen -déjà initié- de gérer la problématique est d'instaurer un ''revenu minimum'' qui permet aux désoeuvrés de survivre... tout en les déconnectant complètement des moteurs économiques privés... et en laissant sur l’État (= les citoyens de l'État en dernier recours) le soin de verser ces sommes, tant qu'il pourra le faire...

 

> Structure Sociale

Cette fusion va accélérer le phénomène de concentration du capital. Or, la propriété est une condition préalable de l'inégalité à long terme.

Biotech et Intelligence Artificielle pourraient aussi -à un coût souvent élevé- améliorer les capacités intellectuelles, la qualité de vie et la durée de vie d'une toute petite partie de la population... (seule cette minuscule 'élite' pourrait espérer participer à la colonisation d'autres planètes qui fait rêver le bon peuple...)

Cette population ''privilégiée'' serait quasiment une autre ''race'' (pour employer à dessein un terme inadapté).

Et certains pourraient se demander : « si tous les êtres humains jouissent de droits égaux, les surhommes ont-ils des super-droits  ? » (3) 

En fait, la réponse est connue. Et on sait bien que, si les conditions sont favorables, les super-droits ne se quémandent pas : ils se prennent. J'imagine que c'est pour cette raison que Yuval N. Harari met en garde : « Sous sa forme présente, la démocratie ne saurait survivre à la fusion de l'infotech et de la biotech. »

Nous devrions, dit-il, « craindre un conflit opposant une petite élite de surhommes servis par des algorithmes et un immense sous-prolétariat d' Homo sapiens démunis. » (3)

Sapiens va-t-il vers plus de liberté ou plus d'interdépendance ? (JPCiron)

 

>>> QUEL GENRE DE SOCIÉTÉS DU FUTUR ?

 

Là aussi, les idées de Sapiens semblent partir dans tous les sens !

 

> La République Libérale Démocratique

C'est la promesse pour chacun de la liberté, de l'égalité, de la fraternité, de la dignité... et de la démocratie.

Que vaut vraiment cette idée de la primauté affichée de l'individu en démocratie libérale ? « La démocratie se fonde sur l'idée que l'électeur sait à quoi s'en tenir ; le capitalisme du marché croit que le client a toujours raison ; et l'enseignement libéral que les étudiants pensent par eux-mêmes. » Mais « … quand vous commencez à explorer les multiples façons dont le monde vous manipule, vous finissez par vous rendre compte que votre identité fondamentale est une illusion complexe créée par les réseaux de neurones. » (3)

Aujourd'hui déjà, au niveau de l' État, « Les hommes politiques ont l'illusion du choix, mais les décisions qui importent réellement ont été prises beaucoup plus tôt par les économistes, les banquiers et les hommes d'affaires qui ont élaboré les différentes options au menu. » (3) (Harari)

Peut-être y a-t-il une alternative ? :

 

> La République 'Aristocratique'

J'aime bien ce terme, car il évoque la noblesse intellectuelle. Comme je la comprend, la République ''Aristocratique'' donne la primauté des décisions à une équipe de dirigeants qui auront forgé la ''constitution'' à l'image de l'idéologie du Groupe dominant. Les intérêts dudit groupe priment sur les droits des individus et des minorités.

 La république ''aristocratique'' est celle souhaitée par Theodor Herzl. Voici ce qu'il en disait : « Les masses aussi sont encore plus enclines que les parlements à se soumettre à toute hétérodoxie d’opinion, et à être attirées par tous les ardents protestataires. Il est tout simplement impossible de mener des affaires internes ou étrangères en présence du peuple rassemblé. La politique doit prendre forme dans les couches supérieures et travailler vers le bas. (…) Je penche pour une république aristocratique. (…) » (7)

Un siècle plus tard, nous y sommes presque parvenus : La ministre de la Justice Ayelet Shaked disait (2017) : «  Le sionisme ne devrait pas continuer, et je dis ici, il ne continuera pas de s’incliner devant le système des droits individuels interprétés de manière universelle qui les sépare de l’histoire de la Knesset et de l’histoire des lois que nous connaissons tous. » (8a)

Le journaliste mondialement connu Gideon Levy explicitait la déclaration de A. Shaked : « Nous pouvons admettre que les droits des Juifs à un État contredit le droit des Palestiniens à leur terre (...). » (8b)

Une forme un peu plus avancée de République Aristocratique me semble avoir été réalisée en Chine : sur le papier, l'égalité des droits y est aussi proclamé pour toutes les ethnies. Cependant de dures discriminations y sont aussi dénoncées. Et le mode de fonctionnement ''des couches supérieures vers le bas'' du gouvernement par le Parti Communiste Chinois correspond parfaitement à la description de Theodor Herzl.

Il y a bien d'autres formes d'organisations sociales sur terre, et sans doute encore d'autres à venir/ imaginer...

 

> Quelle tendance à long terme pour Homo sapiens ?

L'Article « L'instinct social » (6) de Clémence Royer n'a pas pris une ride. Tout comme la vision de Theodor Herzl, on l'a vu.

Cl. Royer ne se hasarde pas à prévoir les formes sociales à venir dans un avenir plus lointain, ni à évaluer jusqu'à quel point les collectivités sociales pourront absorber la liberté individuelle et organiser la division-répartition des fonctions.

Mais elle réintègre pleinement l' individu humain dans sa demeure biologique. (6a)  

L'individu se perçoit lui-même comme un élément spécifique/ distinct/ unique de son Groupe humain, tandis qu'il n'est qu'un sous-élément de différentes unités collectives du vivant.

« Tous le êtres vivants ne sont ainsi constitués que d'éléments hiérarchiques, de sociétés de sociétés, d'unités collectives comprises en d'autres collectivités plus vastes, plus ou moins fondues dans une unité supérieure par la division du travail et la localisation des fonctions, et où les unités collectives composantes perdent peu à peu leur individualité dans une individualité supérieure. (...)

De même, peut-être nos sociétés humaines (…) sont appelés à voir s'absorber de plus en plus dans l'unité collective l'indépendance et la liberté de leurs unités constituantes (…) [et] que de plus en plus, les forces collectives se substitueront aux forces individuelles. » (6)

L'essentiel restant que les forces collectives servent l'ensemble de la collectivité, et non une partie et/ou des forces parasites.

Yuval N. Harari semble parvenir, par une autre voie, à une conclusion similaire à celles de Cl. Royer, et précise que : « dans la société humaine l'égalité n'apportera que le chaos. » (3)

 

> Quelles implications pratiques ?

Comment Yuval N. Harari peut-il arriver à cette conclusion ? Pourtant notre devise est écrite partout : Liberté, Égalité, Fraternité ! Et les grands Médias & autres GAFAs agitent sans cesse les concepts de ''démocratie'' et de ''liberté'' pour chaque individu du monde !

Et tout cela, qui est gravé dans nos esprits, serait vide de sens ? Nos votes pour ''notre'' Parlement et pour ''notre'' Présidence ne serviraient-ils qu'à maintenir (à nos propres yeux) l'illusion de notre Liberté et de la Démocratie ?

Car Yuval N. Harari se projette dans le futur, mais toujours à l'intérieur du Système libéral ''mondial'' actuel, tendant vers l'universalité unipolaire.

Et, comme le suggérait Harari, les grandes orientations financières, économiques et juridiques du libéralisme mondial sont/seront activées par des structures supranationales non élues, qui s'imposent -directement ou indirectement- à nos États. De ce fait, les structures nationales élues par le citoyen (parlement, Président) n'influeraient (à la marge) que sur les modalités d'applications des orientations décidées ailleurs.

La République, L’État ne seraient donc là que "pour la forme". Ne resterait que la réalité dévoilée de la fourmilière mondiale, dans laquelle, au final, chaque fourmi sert le ''Système'' supranational anonyme. Lequel est sans contre-pouvoirs, et sans Valeurs morales.

Dans ce ''Système'' unipolaire mondial, je comprends bien que l'égalité et la démocratie ne pourraient être que des vœux pieux, et/ou de la poudre aux yeux.

........................

Terminons sur un trait d'humour de Jacques Attali : « Même si on peut imaginer-rêver d'un Jérusalem devenant capitale de la planète, qui sera un jour unifiée autour d'un gouvernement mondial ; c'est un joli lieu pour un gouvernement mondial. »

https://www.youtube.com/watch?v=YREF_W5Mpxc

Un Trait d'humour ? ou bien est-ce une prophétie  ? Car Jacques Attali avait déjà été 'promu' « vrai président de la France » : https://www.liberation.fr/france/2014/12/09/attali-l-homme-qui-murmure-a-l-oreille-des-presidents_1160437/

Étrangement, le sujet qui apparaît en filigrane du trait d'humour 'inattendu' de Attali rappelle à l'esprit deux considérations plus profondes :

 

>>> I  Ce qui se passe là-bas sur le terrain (et aux alentours...) est plutôt diabolique, depuis des décades. Mais peut nous éclairer. Je l'avais évoqué dans cet Article : « Le Sionisme : la déclassification progressive des archives change le regard des historiens sur les Processus associés à sa mise en oeuvre  » https://www.agoravox.fr/actualites/international/article/le-sionisme-la-declassification-209989

Article dont voici un court extrait (paragraphe 'Frontières') :

Dès février 1982, parait un article dans le journal israélien ’Kivunim’ (Directions), signé par un obscur journaliste (plus probablement un pseudonyme), qui mettait en avant deux idées puissantes :

A > La survie d’Israël exige qu’Israël devienne une puissance régionale incontournable.

B > Pour ce faire, les États Arabes de la région doivent être ’’fragmentés’’ en États plus petits/ plus nombreux. Chacun ayant une certaine homogénéité ethnique ou religieuse.

Suivront bientôt, venant essentiellement des États Unis, un certain nombre de « Plans » pour redessiner les frontières au Moyen-Orient. 

Citons :

>2004 – « Greater Middle East Initiative » de George W. Bush, pour exporter le modèle démocratique vers le monde Arabe et Islamique.

>2006 – « New Middle East » Plan Américain pour revoir les frontières en fonction des ethnies/ cultures.

>2009 – « A Clean Break » expose la stratégie israélienne pour un État Juif fort.

>2013 – « Plan Wright » prévoit des modifications et éclatements en Syrie et Irak, Arabie Saudite, Yemen, ...

>2016 –« Plan « B » John Kerry évoque la fragmentation de la Syrie comme un des éléments d’un plan « B ».

> 2019 – « Plan du Siècle » pour les Palestiniens, préparé par le team USA-Israel, présenté par Trump. Plan qui vise ’’en même temps’’ à déstabiliser la Jordanie.

 

L'Iran et les Territoires Occupés/ sous Blocus étant par ailleurs l'objet d'attentions spécifiques...

Dès lors que les 'opérations' sont mises en oeuvre, il devient très difficile pour les représentants de bien des États Occidentaux, alliés tant des USA que d’Israël, de ne pas émettre des condamnations à l’ONU (par des ’’effets de manches’’ qu’ils savent resteront sans effet, et qu’ils ne veulent pas non plus traduire en sanctions) ou par des prises de position publiques pour rassurer et tranquilliser leur propre population qui ne comprend plus... et les faire ainsi patienter jusqu’à la constatation ’’impuissante’’ de l’état de fait final.

https://thepalestineproject.medium.com/israels-theft-of-palestinian-properties-in-jerusalem-ff4c67736a7

En tout cas, on y constate les effets de « l’enracinement d’une extrême droite juive antidémocratique, raciste et décomplexée. »

https://orientxxi.info/magazine/israel-l-idee-rance-d-un-homme-fort-pour-la-nation-juive,4641

 

>>> II  La position visionnaire de Albert Einstein qui, par une courte lettre de décembre 1948 (rédigée conjointement avec une vingtaine de personnalités) était particulièrement critique  : Albert Einstein y dévoilait aux Sionistes Américains les principaux traits des leaders Israéliens. Les termes employés sont clairs sur les activités de ces leaders : sur les massacres par eux perpétrés et leur terrorisme (8 fois), sur leur penchant fasciste (7 fois), outre aux jugements portés à leur encontre (État Fasciste / supériorité raciale).

La lettre souligne aussi qu' « un État Leader est l’objectif  » (et non pas donc seulement l'objectif officiel d'État-refuge qui avait été annoncé). Ce qui est inquiétant pour les pays de la région, et pas seulement. Le déroulement des 'opérations' jusqu'à nos jours montre la clairvoyance et la vision du grand savant.

https://archive.org/details/AlbertEinsteinLetterToTheNewYorkTimes.December41948

.............................

Au final, que ce soit un trait d'humour, une prophétie ou un plan diabolique, il s'agit toujours et encore du monde unipolaire dominateur dont on parlait plus haut ! Un monde unipolaire dont les biais médiatico-politiques sont aussi résolument monochromatiques :

https://www.agoravox.fr/actualites/medias/article/medias-grand-public-et-politiciens-230211

Un monde multipolaire présente de gros avantages : ceux que l'on nous présente aujourd'hui comme des ennemis pourraient devenir demain des voisins fréquentables. Certains pôles pourraient préférer la recherche d' Harmonie plutôt que la Croissance et le profit...

En tout cas, peut-être faudrait-il se bouger, car nous avons déjà tous l'étiquette ''fourmi'' attachée à la patte ! Alternativement, nous pouvons choisir de troquer le futur de nos enfants contre notre petite tranquillité quotidienne... 

 

JPCiron

 

« On peut duper tout le monde un certain temps, et certaines personnes tout le temps, mais on ne peut pas duper tout le monde tout le temps. » (Abraham Lincoln) ….. (ou bien si ?)

 :: :: :: :: :: :: : NOTES :: :: :: :: :: :: ::

.. (1) – Ouvrage «  Race et Histoire  » par Claude LÉVI-STRAUSS – Médiations/ Gonthier - 1961

.. (2) – Note de lecture sur « Peter Sloterdijk ''la domestication de l'Être'' – Mille et une nuits – 2000 - http://1libertaire.free.fr/sloterdijk.html

.. (3) – Ouvrage « 21 leçons pour le XXI e siècle » par Yuval N. Harari – Albin Michel – 2018

..... (4) – Rapport « La sédentarisation des Pygmées » par Benoît Libali – UERPOD Brazzaville – Congo. https://iussp.org/sites/default/files/Brazil2001/s50/S50_P05_Libali.pdf

.. (5) - « Sapiens. Une brève histoire de l'humanité  » Yuval N. Harari – Albin Michel - 2015

.. (6) Article « L'instinct social » par Clémence Royer - In : Bulletins de la Société d'anthropologie de Paris, III° Série. Tome 5, 1882. pp. 707-737.

DOI : https://doi.org/10.3406/bmsap.1882.6333

www.persee.fr/doc/bmsap_0301-8644_1882_num_5_1_6333

.. (6a) - « Qu'est-ce au fond qu'un organisme vivant, sinon une association de vies élémentaires, d'individualités distinctes plus ou moins complètement, mais successivement absorbées dans l'unité collective dont, par une division de plus en plus parfaite du travail physiologique, elles sont devenues les organes ? S'il est difficile en zoologie, comme en botanique, de définir l'espèce, d'en déterminer les limites ; il semble au moins aussi difficile de limiter, de déterminer, de définir l'individu, l'unité essentielle. »

.. (7) - World Zionist Organization ( Connecting Israel and the Jewish People // Herzl Speaks His Mind on Issues, Events and Men. ) 

109. The masses too are even more prone than Parliaments to submit to every heterodoxy of opinion, and to be attracted to every vigorous ranter. It is simply impossible to conduct internal or foreign affairs in the presence of the assembled people. Politics must take shape in the upper strata and work downwards...

375. I incline to an aristocratic republic. This would satisfy the ambitious spirit among our people. We shall learn from the historic mistakes of others in the same way as we learn from our own ; for we are a modern nation and wish to be the most modern in the world.

344. Given to Jews their rightful position as a people, I am convinced they would develop a distinct Jewish cult national characteristics and national aspirations - which would make for the progress of mankind.

.. (8a) – Article de Revital Hovel du 29 août 2017 / HAARETZ

« Zionism should not continue, and I say here, it will not continue to bow down to the system of individual rights interpreted in a universal way that divorces them from the history of the Knesset and the history of legislation that we all know »

https://www.haaretz.com/israel-news/israel-s-top-court-disregards-zionism-justice-minister-says-1.5446684

.. (8b) - Article de Gideon LEVY du 01 sept. 2017 / rubrique ''Opinion'' du magazine israélien HAARETZ :

"Israel Justice Minister Shaked said the truth loud and clear : Zionism contradicts human rights, and thus is indeed an ultranationalist, colonialist and perhaps racist movement" (...) "Zionism is Israel’s fundamentalist religion, and as in any religion, its denial is prohibited." (...) " we can finally think about Zionism more freely. We can admit that the Jews’ right to a state contradicted the Palestinians’ right to their land "(...).

Gideon Levy conclut : "Now, then, is the time for a new division ( ...) Between supporters of Zionism and supporters of justice."

https://www.haaretz.com/opinion/israel-s-minister-of-truth-1.5447118

https://thepalestineproject.medium.com/israels-theft-of-palestinian-properties-in-jerusalem-ff4c67736a7

.. (9) – Ouvrage « En attendant le vote des bêtes sauvages  » par Ahmadou Kourouma – Seuil - 1998

(photo JPCiron)

 :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :


Moyenne des avis sur cet article :  3.83/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • Gaulois gaulliste Gaulois gaulliste 5 avril 09:40

    Quelques pistes ici, car tout le monde connait déjà 1984 ou le meilleur des mondes, notre futur ne sera pas rose. A moins que les jaunes ne se réveillent, encore une fois avant la déflagration finale...


    • JPCiron JPCiron 5 avril 12:07

      @Gaulois gaulliste

      A moins que les jaunes ne se réveillent ... >

      Voici un demi siècle, Cl. Lévi-Strauss se demandait si le monde occidental n’était pas "près de succomber (...) à une expansion physique incompatible avec les mécanismes internes qui assurent son existence ? 


      Et il doutait que le monde occidental trouve en lui-même les moyens de se réinventer. Il disait que l’espoir pourrait venir de l’Asie de l’Est...



      Mais peut-être ne parlons-nous pas des mêmes ’’jaunes’’ ?

       smiley


    • Bendidon Bendidon 5 avril 10:52

      Ah mais il est bien cet article, fluide, clair, des photos pour agrémenter la lecture ..

      En plus je suis bien chauffé en ce moment sur ces sujets

      Confinement oblige j’ai visionné un débat jim le réveilleur et Pierre Hillard avant hier sur YT et retenu cette phrase de Hillard : "si l’on ne croit pas au diable et à satan il est impossible de comprendre le nouvel ordre mondial et ce qui se passe en ce moment !"

      Il y a 6 mois j’aurais ricané smiley

      Mais bordel quand on voit des brevets déposés par Gates avec les trois SIX 666  ?????

      Que sa femelle Melinda porte un pendentif avec la croix inversée : https://www.nouvelordremondial.cc/2020/05/11/melinda-gates-porte-une-croix-chretienne-inversee-en-guise-de-medaillon-pourquoi/

      et plein d’autres sources, cherchez sur gogol

      Que ce Gates est en train de balancer sur l’Afrique des moustiques OGM ????

      Que dans certaines synagogues on louange le coronavirus en attendant la retour du messie

      Oh congue ya de quoi réfléchir hein les moutons masqués

       smiley


      • JPCiron JPCiron 5 avril 12:20

        @Bendidon

        « si l’on ne croit pas au diable et à satan il est impossible de comprendre le nouvel ordre mondial et ce qui se passe en ce moment ! » > 

        Oui, quand on écoute Mike Pence (et toute une tartinée de pontes US, mais pas seulement), on comprend mieux pourquoi les USA (et leurs Etats vassaux) se lancent dans une conquête ’’universelle’’ car ils pensent souvent avoir été amenés par la Divine Providence sur une méga-terre promise qui doit leur permettre de donner au Monde les Principes des USA.
        Or ces Principes politiques correspondent aux Valeurs et aux mythes de l’Ancien Testament.... 
        Un truc de dingues.

        En fait, on est repartis pour des guerres de religion.
        Potentiellement atomiques.... progrès oblige !

        hein les moutons masqués >
        Je ferais respectueusement remarquer à votre Altesse qu’elle est masquée elle aussi derrière de belles couleurs !

        Sur ma photo, moi aussi, je me suis grimé pour ne pas être reconnu...
        Ou bien est-ce pour ne pas faire peur ?



      • Bendidon Bendidon 5 avril 13:38

        @JPCiron
        suis pas masqué mais grimé en clown avec un nez rouge nuance et ma bouche n’est pas muselée smiley



      • JPCiron JPCiron 5 avril 17:08

        @Francis, agnotologue

        Cette histoire de vaccin imparfait est déjà ancienne ! Les conséquences peuvent être graves, à ce que je lis.
        Je ne sais si ceux qu’on nous administre sont de cette variété imparfaite ou bien qui tiennent la route !


      • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 5 avril 18:36

        @JPCiron
         
         ’’Je ne sais si ceux qu’on nous administre sont de cette variété imparfaite’’
         
         Mais oui, puisque la vaccination ne libère pas des obligations des gestes barrière. Tous ces vaccins à ARN sont des vaccins à fuite, c’est dit par de nombreux scientifiques.



      • JPCiron JPCiron 5 avril 20:44

        @Francis, agnotologue

        Tous ces vaccins à ARN sont des vaccins à fuite, c’est dit par de nombreux scientifiques. >

        A priori, ça ne m’a pas l’air très sain !
        Je n’ai pas trouvé d’information officielle alertant sur ce sujet.
        C’est inquiétant !


      • Une étude a tenté de déterminer quels animaux survivront à une apocalypse : les scorpions, les fourmis, les cafards entre autre. Je ne sais quelle morale en tirer ?


        • Passante Passante 5 avril 11:48

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.
          tu sais y’a des animaux qui hantent les maisons en bordure de forêt..
          ils reviennent chaque année, presque en rangs :
          nouvelles générations, fidèles, strictes impassible défilé
          au bout du compte c’est toi qui habite chez eux
          tu es la Passante...

          et donc :
          le serpent, les geckos, les tarentules, la mante et le scolopendre
          pis que pendre...
          étonnant ! je l’ai toujours pris pour une espèce de mou... inutile
          jusqu’au jour où je l’ai vu à la chasse, terrible  
          le scolo c’est l’ancêtre de tous, et il était réhabilité,
          d’autant plus fascinant que j’ai vu la rapidité et la précision d’un animal...
          complètement aveugle !

          alors notre morale ?
          on habite chez eux est une bonne piste


        • JPCiron JPCiron 5 avril 13:25

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.

          Une étude a tenté de déterminer quels animaux survivront à une apocalypse : les scorpions, les fourmis, les cafards entre autre. Je ne sais quelle morale en tirer ? >
          .

          Effectivement, les arthropodes, arachnides et autres insectes seraient probablement les derniers des ’’gros animaux’’ à disparaître si la température augmente et que les conditions de vie deviennent insupportables sur terre.

          La morale ? Sans doute que tout cela n’a guère d’importance, puisque toute vie disparaîtra nécessairement, à terme, de la Terre !
          Si elle est apparue ici, elle est apparue ailleurs, et elle apparaîtra où les conditions sont favorables : nul besoin d’aller coloniser d’autres mondes extraterrestres (et y importer nos miasmes et nos idéologies)


        • JPCiron JPCiron 5 avril 13:33

          @Passante

          au bout du compte c’est toi qui habite chez eux
          tu es la Passante... >

          Très juste ! C’est nous qui avons envahi leurs biotopes.
          Notre expansion, pour toute autre espèce, serait qualifiée d’ infestation

          Mais en attribuant aux dieux l’idée saugrenue qu’une espèce est au-dessus des autres, nous nous sentons chez nous chez eux. Et, étant mi-divins, nous considérons même les autres êtres vivants (et leur habitat) comme ’’ressources’’. 

          Et les ’’passantes’’ ne passent plus guère....
          elles sont là à demeure...


        • Je ne sais pas pourquoi le fin de ce monde ou extinction (pas de la planète) se passerait en 2030 ? Lire Henry Dunant, créateur de la croix rouge.... smiley)) https://blogs.icrc.org/hdtse/2020/02/18/l-apocalypse-selon-dunant/


          • JPCiron JPCiron 5 avril 13:39

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

            la fin de ce monde ou extinction (pas de la planète) se passerait en 2030 ? >
            .
            Ma foi, les animaux domestiques feront l’objet de soins, et, comme nous les sélectionnons à chaque génération, ils s’adapteront ’’mieux’’ aux changements.

            Avec un peu de chance, les Sapiens s’éteindront bientôt, ce qui serait une chance extraordinaire de redémarrage de la biodiversité.... et peut-être l’apparition d’autres animaux plus intelligents, qui pourront lire nos livres et apprendre eux de l’expérience des autres...


          • Les genevois ont un certains humour. L’expo en 2001 sur Henry Dunant de passait : Musée international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge avenue de la Paix 17


            • JPCiron JPCiron 5 avril 11:45

              @Séraphin Lampion

              Bonjour,

              Le problème a-t-il été résolu ?

              ....


              • binary 5 avril 14:40

                Les tests de QI sont fait par des sociologues. Donc, vous pouvez oublier.


                • JPCiron JPCiron 5 avril 14:53

                  @binary

                  Oui, tout le monde en fait.
                  Les psychologues sont les plus tordus en la matière...


                • Jean Keim Jean Keim 5 avril 17:46

                  Quand on perçoit la nature de la pensée et le rôle qu’elle joue dans une destinée, il appert qu’il n’y a aucune différence fondamentale entre le membre d’une (soit-disante) ethnie quelconque et le restant de l’humanité, la seule différence est culturelle c’est à dire en fait les conditionnements.

                  Bien entendu il y a des différences de modes de vie p.ex. entre un spéculateur new-yorkais et un chasseur-cueilleur amazonien, mais le même processus induit leurs comportements, les deux ont des règles, des croyances, des rites...


                  • JPCiron JPCiron 5 avril 18:23

                    @Jean Keim

                    Bonjour,

                    il n’y a aucune différence fondamentale >

                    Effectivement. C’est aussi mon sentiment.

                    Mais ce n’est guère le courant dominant en Occident. Moins en Asie


                  • Hervé Hum Hervé Hum 6 avril 14:23

                    Je n’ai pas tout lu, je vous l’avoue, parce que je lis que vous reprenez tous les sophismes appris à l’école, alors que pour avoir une vision claire, il faut d’abord commencer par se défaire de tous ces sophismes faits pour piéger le cogito.

                    Un exemple, la loi du plus fort n’est pas forcément la meilleure, mais c’est la seule qui s’impose. Bref, sous entendre qu’il puisse exister une « loi du plus faible » n’a absolument aucun sens et n’existe pas dans la réalité. La seule chose que peut faire le plus faible, c’est user de ruse en convaincant le plus fort de changer d’avis pour suivre le sien, mais en aucun cas de le lui imposer, seul le plus fort peut s’imposer à lui même la loi. Bref, dans aucun pays au monde vous trouverez un cas où c’est la loi du plus faible qui s’impose, à commencer donc par la France.

                    autre exemple, confondre égalité et équité. Confondre l’absolue du relatif, la cause de l’effet, le fond et la forme, sur le peu que j’ai lu, je ne vois pratiquement que cela.

                    Pour finir, je préfère encore Voltaire, disant

                    "

                    Quand nous parlons de la sagesse qui a présidé quatre mille ans à la constitution de la Chine, nous ne prétendons pas parler de la populace ; elle est en tout pays uniquement occupée du travail des mains (y compris des intellectuels et autres scientifiques, qui sont les mains du cogito asservie). L’esprit d’une nation réside toujours dans le petit nombre, qui fait travailler le grand, est nourri par lui, et le gouverne.

                    C’est une suite naturelle de l’inégalité que les mauvaises lois mettent entre les fortunes, et de cette quantité d’hommes que le culte religieux, une jurisprudence compliquée, un système fiscal absurde et tyrannique, l’agiotage, et la manie des grandes armées, obligent le peuple d’entretenir aux dépens de son travail. Il n’y a de populace ni à Genève, ni dans la principauté de Neuchâtel. Il y en a beaucoup moins en Hollande et en Angleterre qu’en France, moins dans les pays protestants que dans les pays catholiques (ou musulmans). Dans tout pays qui aura de bonnes lois, le peuple même aura le temps de s’instruire, et d’acquérir le petit nombre d’idées dont il a besoin pour se conduire par la raison (et non se laisser manipuler par la passion, d’une culture faites pour cimenter la populace à servir les intérêts de ses maîtres).

                    (Voltaire, essai sur les mœurs et l’esprit des nations, chapitre 155) les parenthèses, sont évidemment de moi.


                    Comme je l’écrivais à un autre, je ne sais pas jusqu’où Voltaire voyait le peuple capable de se guider par la raison, mais je sais aujourd’hui que potentiellement, il peut se guider par la raison de telle sorte qu’il n’ait pas besoin d’une élite pour le manipuler, sinon ce petit nombre d’idées tirées de la seule raison, car la raison repose sur ses propres postulats et non sur celui de l’humain. Et d’ajouter que même un Dieu tout puissant ne peut pas se soustraire à la raison ou causalité dans la réalité, c’est IMPOSSIBLE. Quid de l’humain !!!

                    Contrairement à ce que faisait dire St Exupérie au petit prince, la raison n’ignore aucun coeur, mais c’est le coeur qui ignore très souvent la raison. Une inversion de la réalité très à la mode en ce moment.

                    De fait, dès lors où c’est la raison qui guide le peuple, c’est que le peuple est en lui même aristocratique.

                    Sinon, la politique internationale se limite à deux maximes, l’union (avec ses alliés) fait la force et diviser (ses ennemies) pour mieux régner. C’est tout !!!

                    l’avenir immédiat de l’humanité pour continuer, c’est la coopération, si elle le refuse, alors, elle n’aura qu’une seule alternative, la régression violente et cela, ce sont les lois de la physique qui l’imposent, aucun choix humain autre n’est possible dans la réalité, sauf dans son propre imaginaire.

                    Et cela durera tant que l’humain n’acceptera pas que l’être n’a de choix que des finalités, mais pas des moyens, ces derniers étant le propre de la raison ou causalité. Dès lors, comme disait Bossuet « Dieu (ou plutôt la raison) se rit de ceux qui vénèrent les causes dont ils déplorent les conséquences »





                    • Hervé Hum Hervé Hum 6 avril 15:16

                      @Hervé Hum

                      erratum,

                      en me relisant, je m’aperçoit que j’ai commis une faute de lecture qui induit une faute de raisonnement.

                      En effet, St Exupérie parle de la raison du coeur et non de la raison seule. Autrement dit, il parle de l’arbitraire du coeur où ce dernier fait coller la raison à ses propres désirs, faisant qu’il y ait autant de raison que de coeurs, d’êtres. Donc, où l’imaginaire passe avant la réalité.

                      Bref, ce que dit St Exupérie est exact, mais n’invalide pas ce que j’écris, sauf que cela ne porte pas sur la phrase visée !

                      Cela montre surtout que le respect du sens d’un texte, implique une très grande attention sur le sens des mots et comment ils sont mis en relations. Chose que notre époque tend à négliger, parce qu’il est très difficile de faire vite et bien.

                      .


                    • JPCiron JPCiron 6 avril 17:02

                      @Hervé Hum

                      Merci pour votre contribution, qui me semble cependant plus éclairer votre propre lanterne que mon propos.


                      Sur mon texte, vous nous dites : < Je n’ai pas tout lu, je vous l’avoue >. Tandis que sur votre propre développement, vous avouez : < j’ai commis une faute de lecture qui induit une faute de raisonnement >


                      Sur la base de ce que vous me dites, j’ai le sentiment que vous devriez vous méfier du jugement abrupt que vous portez sur mon texte.


                      Vous me reprochez de < sous entendre qu’il puisse exister une « loi du plus faible »> Comment arrivez-vous à pouvoir supposer que quiconque puisse soutenir une telle absurdité ? Il semble qu’il n’y ait que vous pour l’imaginer.


                      Similairement, égalité et équité sont bien sûr deux concepts différents. Qui ont d’ailleurs chacun un contenu différent selon à qui l’on parle. Pour certains, l’esclavage peut être équitable, pour d’autres non.


                    • Hervé Hum Hervé Hum 7 avril 09:00

                      @JPCironpréc

                      votre réponse m’as finalement incité à lire votre article en entier et force m’est de reconnaître devoir jeter à la poubelle mon à priori, que je condamne par ailleurs.

                      Bref, je vous ai donné le bâton pour me battre et je vous remercie d’en avoir usé avec modération.

                      Ceci étant dit, l’idée de sous entendre qu’il existe une forme de « loi du (plus) faible » est très largement relayée par les intellectuels et politiciens patentés, et ils ne manquent pas de le dire chaque fois qu’ils parlent des banlieues ou des rapport de forces entre les pays, donc, en politique internationales. Bref, ce n’est certainement pas moi qui l’imagine, mais plutôt vous qui l’ignorez.

                      Maintenant, je trouve que la citation de Voltaire résume on ne peut mieux le contenu de votre article et je trouve personnellement que son style est bien plus concis et précis. Surtout, il donne les éléments de réponses à votre question, c’est à dire, de se guider par la raison et non plus par la passion (qui renvoi aux mythes, religions et au nationalisme), si facilement aveuglante et manipulable, alors que la raison ne peut pas l’être, sous condition de connaître la bonne (ce qui n’est pas le cas) et de l’accepter.

                      Ainsi, la relation causale domination/exploitation a pour corollaire la propriété, tandis que la relation causale pacification/coopération a pour corollaire la responsabilité. Bref, tant que l’humanité privilégiera la propriété avant la responsabilité, la transition sera impossible, sachant que la responsabilité est ici définie comme la capacité de répondre de ses droits et devoirs envers autrui, (jamais envers soi même !) est incompatible avec la raison d’être de la propriété, c’est à dire, le profit via l’exploitation du temps de vie d’autrui. Si la propriété n’interdit pas la responsabilité, elle laisse cette dernière comme une option libre, sauf que le système actuel avec son impératif de profit tend à l’interdire.

                      La responsabilité implique aussi que ce n’est pas l’intelligence qui prime, mais la conscience de soi dans la communauté. Sachant que l’intelligence n’est pas une fin en soi, mais un moyen. La fin de l’être étant la conscience, ici défini comme le sens de l’action en conséquence de la connaissance et l’intelligence étant alors définie comme la capacité d’action en conséquence de la connaissance. Bref, la différence d’intelligence n’est pas ou plus ce qui caractérise la valeur dominante d’un individu dans la société. Jusqu’à preuve du contraire, l’intelligence supérieure humaine n’a pas fait la preuve de sa capacité à assurer la pérennité de la vie, mais plutôt le contraire. Bref, une personne avec un QI de 100, peut être responsable, tandis qu’une autre avec un QI de 200 être totalement irresponsable et dans une société pacifique, obligatoirement fondée sur la responsabilité, c’est bien le second qui sera alors soumis à la tutelle.

                      Dès que je vois le mot responsabilité, cela attire mon attention et votre article « la bible... » a donc attiré mon attention. j’irai écrire un commentaire, car vous faites une fâcheuse confusion, parce que chez moi, le libre arbitre au niveau individuel n’a pas pour corollaire la responsabilité, mais la souveraineté.

                      J’oubliai, pour un sophiste ou le maître, l’esclavage peut être équitable, pour les autres, certainement pas ! L’équité est une égalité relative qui en terme économique peut se traduire par « nul ne peut prétendre à plus de droits (monétaire) qu’il n’accomplit de devoirs et nul ne peut se voir exiger plus de devoirs qu’il ne réclame de droits »L’équité repose donc entièrement sur le principe du mérite personnel non extensible sur celui d’autrui, qui est alors un vol caractérisé et si ce vol est légal en système capitaliste, il est totalement illégitime sur le plan éthique et interdit dans tout autre système ou idéologie.


                    • JPCiron JPCiron 7 avril 13:33

                      @Hervé Hum

                      Bonjour,

                      Merci d’avoir pris le temps de faire une réponse structurée, à laquelle je pense globalement adhérer.


                      <l’idée de sous entendre qu’ il existe une forme de « loi du (plus) faible » est très largement relayée par les intellectuels et politiciens patentés >

                      Je l’ignorais. Ou je le comprenais peut-être autrement.


                      <  je trouve que la citation de Voltaire résume on ne peut mieux le contenu de votre article et je trouve personnellement que son style est bien plus concis et précis. >

                      Oui, je suis bien d’accord sur le fait que je me trouve dans une autre ’’classe’’ que Voltaire. C’est un auteur que j’apprécie.

                      Je prends votre jugement pour un grand compliment : "être comparé à Voltaire" ! Peu importe que je plafonne au niveau du dessous de ses sandales...

                      .


                    • Hervé Hum Hervé Hum 8 avril 09:04

                      @JPCiron

                      Je l’ignorais. Ou je le comprenais peut-être autrement.

                      effectivement, on peut le comprendre autrement. Notamment parce que la loi en Etat dit démocratique, est censée s’appliquer à tous, aux faibles comme aux forts. Sauf que lorsqu’un intellectuel ou politicien s’insurge sur la loi du plus fort dans les banlieues ou dans les rapports entre pays, il fait mine d’oublier que si la loi s’impose aux forts dans un Etat, c’est que ce dernier dispose de la force supérieure via tous ses services de sécurités, avec en dernier ressort l’armée.

                      Mais, dès lors où les services de sécurités de l’Etat sont absents ou pas assez présents, le plus fort du lieu qui au regard des forces de l’Etat est insignifiant, reprend naturellement le dessus. Et ils font surtout mine d’oublier qu’au niveau international, il n’existe pas de force supérieure aux Etats eux mêmes et où donc, c’est la loi des dirigeants des Etats les plus forts qui s’applique de facto. Le droit international est une coquille vide, car tout droit implique un devoir et tout devoir applique un droit où le devoir, c’est l’obligation de suivre le droit et qui ne peut être, par définition, vrai que par la disposition de la force.

                      Reste, qu’au dessus des nations il n’y a rien sinon lesdites nations où une force collégiale regroupant l’ensemble des nations du monde ne peut pas se fonder sur l’arbitraire humain, mais seulement sur la logique qui gouverne l’Univers, c’est à dire, la causalité. Cette dernière stipulant d’ailleurs qu’il est impossible de passer à une échelle supérieure d’évolution, avant d’avoir trouvé les lois d’équilibres de l’échelle en cours, sans lesquelles, il y a régression et non pas évolution. Or, ces lois d’équilibre reposent sur la relation pacification-coopération et non pas domination-exploitation, tandis que les thuriféraires du système capitaliste essaient de faire croire qu’il est possible d’avoir la relation domination-coopération, qui est impossible dans la réalité, mais tout a fait dans l’imaginaire, ce dernier plaçant la causalité en ordre secondaire !

                      L’être n’a de choix que des finalités, pas des moyens, ceux-ci sont le domaine réservé de la causalité et même un Dieu tout puissant n’y peut rien, sinon s’y soumettre si sa volonté est de sortir de son propre imaginaire. Bien sûr, je parle par image reprise de la mythologie humaine, mais elle est parfaitement en accord avec les lois de la physique, définies par la causalité seule.

                      Je vous ai laissé un commentaire sous votre article parlant du libre arbitre, l’avez vous lu ?


                    • JPCiron JPCiron 8 avril 21:32

                      @Hervé Hum

                      Bonjour,
                      Je suis actuellement assez ’’hors jeu’’ .
                      J’espère récupérer prochainement.

                      < au niveau international, il n’existe pas de force supérieure aux Etats eux mêmes >
                      Reste, qu’au dessus des nations il n’y a rien sinon lesdites nations où une force collégiale >

                      Harari fait noter que « Les hommes politiques ont l’illusion du choix, mais les décisions qui importent réellement ont été prises beaucoup plus tôt par les économistes, les banquiers et les hommes d’affaires qui ont élaboré les différentes options au menu. » Le pouvoir d’utiliser ou non la force (économique, idéologique, militaire,...) appartient aux ’’cercles d’influence’’ (lobbies & infiltrations) relayés par les médias... https://www.agoravox.fr/actualites/medias/article/medias-grand-public-et-politiciens-230211

                      Le Président des USA ne fait pas ce qu’il veut. Il y a des cercles d’influence qui ’’tiennent’’ le Congrès, qui détermine ce que choisira ’’librement’’ l’exécutif. Et les dirigeants de l’Etat français (par exemple) suivra la plupart du temps, car les idéologies et les cercles d’influence ne connaissent pas les frontières.
                      .
                      Je n’ai pas lu le commentaire. Je le ferai bientôt.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité