• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

雛罌粟

雛罌粟

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 94 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • 雛罌粟 雛罌粟 17 juillet 2013 05:57
    ➜ « A plusieurs reprises plus ou moins d’un
    million de citoyens auront donc défilés (sic)
    […]
    Plus de la moitié des français auront été meurtris. »

    Jusqu’à preuve du contraire, ce serait plutôt moins d’un million ; quant à cette « plus de la moitié », on se demande où vous allez la chercher.

    ➜ « La Démocratie aurait été mise en minorité.
    […]
    La Démocratie ne saurait permettre
    durablement la “dictature” idéologique
    d’une minorité »

    On vous aura mal renseigné…
    • En 1re lecture, l’Assemblée nationale a adopté le projet de loi par 329 pour/229 contre ;
    • les sénateurs ont adopté le projet modifié par 171 pour/165 contre ;
    • en 2e lecture l’Assemblée a adopté la loi par 331 pour/225 contre.
    Vous voyez… : la majorité d’une assemblée démocratiquement élue à chaque fois.
    (Mais peut-être considérez-vous – à l’instar d’un Charles Maurras – que ce pays légal ne représente pas le pays réel et que ses représentants sont illégitimes… ?)

    ➜ « A plusieurs reprises plus ou moins d’un
    million de citoyens auront donc défilés pour
    les valeurs les plus essentielles, sans
    véritablement demander quoi que ce soit pour
    eux même, hormis le retrait ou la réécriture
    d’une Loi. »
    Hormis le retrait… Rien que ça !
    Braves petits soldats du pape.
    Vous avez juste oublié de préciser que, contrairement à ce que d’aucuns ont abondamment braillé, ces opposants n’ont jamais sincèrement souhaité le moindre « débat ».
    Tout ce qu’ils voulaient, c’est la suppression d’une loi simplement votée par les parlementaires d’un pays démocratique (où le fait d’être minoritaires les rendait fous de rage).
    En vertu des instructions délivrées sans ambiguïté par le pape lui-même, s’adressant aux parlementaires du PPE en 2006 (par exemple…) :

    « En ce qui concerne l’Église catholique,
    l’objet principal de ses interventions dans
    le débat public porte sur la protection et la
    promotion de la dignité de la personne et
    elle accorde donc volontairement une
    attention particulière à certains principes
    qui ne sont pas négociables.
    Parmi ceux-ci, les principes suivants
    apparaissent aujourd’hui de manière claire :

    - la protection de la vie à toutes ses
    étapes, du premier moment de sa conception
    jusqu’à sa mort naturelle ;

    - la reconnaissance et la promotion de la
    structure naturelle de la famille – comme
    union entre un homme et une femme fondée sur
    le mariage – et sa défense contre des
    tentatives de la rendre juridiquement
    équivalente à des formes d’union radicalement
    différentes qui, en réalité, lui portent
    préjudice et contribuent à sa
    déstabilisation, en obscurcissant son
    caractère spécifique et son rôle social
    irremplaçable ;

    - la protection du droit des parents
    d’éduquer leurs enfants. »


  • 雛罌粟 雛罌粟 17 juillet 2013 05:15
    Zigbnew :
    « Toute posture qui s’oppose à la croyance,
    l’au delà, la spiritualité et la religion est
    une posture qui provient d’une programmation
    de la matrice ultra libérale et
    consumériste. »

    On apprend donc – passablement stupéfaits – que Démocrite, Protagoras, Théodore de Cyrène, Marx, Nietzsche et quelques autres étaient formatés par la programmation bla-bla-bla…

    Zigbnew shoots again :
    « c’est lorsque l’homme veut remplacer Dieu que la dictature s’installe »

    Finement observé…
    « Celui qui se tient sur le plan raciste a
    le devoir sacré, quelle que soit sa propre
    confession, de veiller à ce qu’on ne parle
    pas sans cesse à la légère de la volonté
    divine, mais qu’on agisse conformément à
    cette volonté et qu’on ne laisse pas souiller
    l’œuvre de Dieu.
    Car c’est la volonté de Dieu qui a jadis
    donné aux hommes leur forme, leur nature et
    leurs facultés.
    Détruire son œuvre, c’est déclarer
    la guerre à la création du Seigneur,
    à la volonté divine. »

    (Adolf Hitler, Mein Kampf)


  • 雛罌粟 雛罌粟 17 juillet 2013 04:46
    philouie :
    « le mariage est déjà démoli
    […]
    le mariage homo va le détruire
    […]
    cette destruction du mariage
    […]
    la destruction du mariage
    […]
    logique destructrice
    […]
    délitement de l’institution mariage. »
    Y a juste un truc qui a échappé à votre cervelle surchauffée, Madame Irma : il n’est nullement question, par la loi Taubira, de détruire le mariage.
    Enfin… si je sais encore lire.

    « en donnant la possibilté à deux personnes
    de même sexe de se marier, on fait le choix
    de privilégier la pulsion et le désir, plutôt
    que la sécurité et la protection. »
    • Alors expliquez-nous donc : tenir les couples de même sexe à l’écart de l’institution du mariage, ça sécurise et protège qui, exactement ?
    (Je veux des exemples précis, SVP.)
    • A contrario, cesser de réserver le mariage aux couples de sexes différents, qui cela met-il en danger ?
    (Là encore : du concret !)


  • 雛罌粟 雛罌粟 17 juillet 2013 03:56
    Je lis à l’instant cet article, dont la principale qualité est la brièveté. Mais j’ai le sentiment d’avoir été dupé car, quoique lisant avec attention, je n’ai pas appris ce qui ferait du mariage homosexuel une imposture…
    Peut-être parce que, un peu méfiant, je ne souscris pas aux assertions péremptoires que son auteur pose en axiomes, telles…
    « la République n’a à connaitre en la matière
    et pour sa pérennité, qu’une seule pratique :
    la génitalité. »

    L’auteur nous informe de sa conception – personnelle, donc – de ce que devraient être les préoccupations de la République.
    C’est son droit.
    On est libre d’avoir l’avis opposé aussi ; d’autant plus que les textes légaux (Constitution, code civil, etc.) ne prescrivent aucune finalité particulière au mariage. Le code civil se contente de définir les relations entre les parents et les enfants au sein du mariage dans le cas où les mariés ont procréé, mais il n’est nulle part spécifié que le droit au mariage soit subordonné à la procréation.
    On peut arguer par ailleurs que le mariage a aussi d’autres finalités déclarées que relatives aux enfants : notamment celle d’instituer une cellule au sein de laquelle existe une cohésion protectrice. C’est ce que prévoit l’art. 212 du code civil :
    « Les époux se doivent mutuellement respect, fidélité, secours, assistance. »
    Cette disposition va donc dans le sens du bien commun, et peut s’appliquer à tous les couples, quelle que soit leur composition.
    D’ailleurs, les premières études (car l’extension du mariage aux couples de même sexe semble être un fait historiquement très récent) conduites sur la question semblent indiquer que le mariage a des conséquences bénéfiques sur la santé des couples de même sexe.
    (Voir par exemple “Effect of Same-Sex Marriage Laws on Health Care Use and Expenditures in Sexual Minority Men : A Quasi-Natural Experiment”, Hatzenbuehler & al., American Journal of Public Health, 2012.
    Où les auteurs ont comparé les dossiers médicaux de 1200 homosexuels durant les 12 mois précédant et suivant l’instauration du mariage dans l’état du Massachusetts.)
    L’un des effets bénéfiques du mariage – et dont devrait donc se soucier la République (pour user de termes ronflants…) – c’est probablement l’amélioration de la santé des citoyens. Ce fait est étudié et bien connu depuis le XIXe siècle (William Farr, 1858) pour les couples H/F ; il semble donc que les couples F/F et H/H n’échappent pas à la règle.

    Par ailleurs il y a dans ce court exposé quelques flottements de pensée malencontreux :
    « les homosexuels n’ont jamais été exclus
    du mariage [bla bla] »
    C’est méconnaître (ou feindre de…) que les tribunaux condamnent avec constance l’époux qui n’accomplit pas son devoir conjugal, en interprétant l’art. 215 du code civil comme constitutif d’une obligation des époux à entretenir des relations sexuelles.
    On voit donc mal comment le mariage, tel qu’il existait, permettait à des homosexuels de se marier, ce qui les aurait contraints à entretenir des relations sexuelles avec une personne du sexe opposé. Tel qu’il existait, le mariage était conçu à l’usage des hétérosexuels (et des bisexuels), mais les homosexuels en étaient exclus.

    « l’égalité républicaine concerne l’égalité
    des droits individuels et non pas l’égalité
    des groupes dont notamment les couples »
    Possible…
    En tous cas, ce qui était dénié aux homosexuels, c’était le droit de voir reconnue socialement la famille¹ qu’ils entendaient fonder avec la personne de leur choix.
    C’est donc bien de l’égalité des individus devant la loi qu’il s’agit.

    « la République n‘a pas à connaitre les
    orientations sexuelles des individus : le
    mariage n’a pas été fait pour des couples
    homosexuels. »
    Voilà enfin une assertion irréprochable !
    En effet, la loi Taubira n’a jamais instauré l’obligation d’une vérification (par le maire, le préfet ?) de l’orientation sexuelle des époux.
    C’est simple : vous aurez beau chercher les expressions « homosexuel », « orientation sexuelle », vous ne les y trouverez pas
    (à l’exception de l’art. 19, qui a été rajouté par amendement, et qui est sans rapport avec le mariage).
    On peut même considérer que les droits des hétérosexuels aussi ont été accrus puisque, désormais, deux hommes hétérosexuels peuvent se marier (ensemble) alors qu’avant ils ne le pouvaient pas.

    Quant aux considérations embrouillées sur la Règle & la Loi, l’instinct, Darwin, la Génitalité, je ne suis sûr ni de les avoir bien comprises ni de saisir leur rapport avec la question du mariage, cela expliquant sans doute ceci.

    ¹ : j’écris bien famille car (à l’intention de ceux que ça défrise), la CEDH a considéré (Affaire Schalk & Kopf c. Autriche) dans le § n° 94 de son arrêt que :
    « il est artificiel de continuer à
    considérer que, au contraire d’un couple
    hétérosexuel, un couple homosexuel ne
    saurait connaître une “vie familiale” aux
    fins de l’article 8.
    En conséquence, la relation qu’entretiennent
    les requérants, un couple homosexuel
    cohabitant de fait de manière stable,
    relève de la notion de “vie familiale” au
    même titre que celle d’un couple
    hétérosexuel se trouvant dans la même
    situation. »


  • 雛罌粟 雛罌粟 16 juillet 2013 02:19

    Aldous : « les athées sont des anges, surtout quand ils arrivent à se débarrasser des contrepouvoirs morceaux : Ataturk, Hitler […] ».


    Pas sûr de bien saisir ce que sont les contrepouvoirs morceaux, mais voici une petite citation pour la route (d’un certain A. Hitler, dans un ouvrage intitulé Mein Kampf) :

    Si le Juif, à l’aide de sa profession de foi marxiste, remporte la victoire sur les peuples de ce monde, son diadème sera la couronne mortuaire de l’humanité.
    Alors notre planète recommencera à parcourir l’éther comme elle l’a fait il y a des millions d’années : il n’y aura plus d’hommes à sa surface.
    La nature éternelle se venge impitoyablement quand on transgresse ses commandements.
    C’est pourquoi je crois agir selon l’esprit du Tout-Puissant, notre créateur, car : En me défendant contre le Juif, je combats pour défendre l’œuvre du Seigneur.

    C’est pas pour dire mais j’ai connu des athées plus… virulents, niveau athéisme.

    Le même « athée » (même source) :
    Celui qui se tient sur le plan raciste a le devoir sacré, quelle que soit sa propre confession, de veiller à ce qu’on ne parle pas sans cesse à la légère de la volonté divine, mais qu’on agisse conformément à cette volonté et qu’on ne laisse pas souiller l’œuvre de Dieu.
    Car c’est la volonté de Dieu qui a jadis donné aux hommes leur forme, leur nature et leurs facultés.
    Détruire son œuvre, c’est déclarer la guerre à la création du Seigneur, à la volonté divine.
Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité