• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Disjecta

Disjecta

Ancien champion communal de natation (voir photo), puis vainqueur d'un cross départemental, abandonne une prometteuse carrière dans l'athlétisme. Suit une période d'introspection alimentée par le Mythe de Sysiphe de Camus (sans avoir jamais su où placer le "y") et les Cahiers de Cioran qui lui font abandonner le catéchisme. Fait longtemps croire à son entourage qu'il finira prof en suivant des études de Lettres. Bâcle une thèse, refait quelques apparitions dans des compétitions régionales de natation, peaufine son entraînement intellectuel afin de tenter son grand oeuvre : une suite et fin au Château de Kafka, dont il reconnaît surtout espérer le pugilat universitaire qui s'en suivra.

Tableau de bord

  • Premier article le 18/02/2010
  • Modérateur depuis le 15/04/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 36 84 1699
1 mois 2 4 27
5 jours 1 4 25
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 8 6 2
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Disjecta Disjecta 17 octobre 22:14

    @marceau

    Pas des « éternelles victimes », marceau... Je parle dans l’article de « conquis » et non de ce que les journalistes à la solde des puissants appellent des « acquis » ou, pire, des « privilèges » (les fous !). Les « gauchards » comme tu dis (dans le lot tu peux garder les communistes, les castristes et les guévaristes, et virer le reste) sont ce mouvement qui depuis Robespierre affronte la rente, l’oisiveté bourgeoise et l’exploitation capitaliste. Ce mouvement d’émeutiers, de barricadistes, de grévistes, de militants et de syndicalistes à qui l’on doit la sécurité sociale, les retraites, les congés payés, la journée de travail de huit heures, l’école gratuite pour tous, la séparation de l’église et de l’état, j’en passe et des meilleurs. Tout cela n’est pas tombé du ciel et la bourgeoisie réactionnaire a, pour chacun de ces « conquis », envoyé ses milices de mercenaires sans conscience politique faire des massacres dans nos rangs. Honneur à tous ceux qui tinrent en leur temps la barricade et qui ont permis qu’aujourd’hui notre société ne soit pas fondé sur le tous contre tous et Dieu reconnaîtra les siens ! Et quand tu seras la retraite, ou si tu l’es déjà, quand tu vas à l’hôpital sans payer, quand tes gamins vont à l’école, la moindre des politesses, marceau, c’est que tu aies une pensée pour tous ces combattants que tu appelles des « éternelles victimes ».

    Quant à dire que Pinault, Arnault, font vivre des milliers de gens, on atteint le gouffre de la pensée politique là, marceau. Ces ordures vivent de la sueur, de l’exploitation de milliers de travailleurs, pas l’inverse ! Ils n’ont rien créé, absolument rien, et au contraire n’ont pas cessé de détruire pour faire cracher en dividendes les entreprises dans lesquelles ils « investissaient », faisant disparaître des milliers d’emplois, des milliers de compétences, brisant des milliers de vies, de couples, de familles, tout ça pour avoir leur petite ligne sur le magazine Forbes.


  • Disjecta Disjecta 17 octobre 20:37

    @bébert

    Et toi, bébert, toute l’humanité d’une petite merde d’extrême-droite, qui prétend être contre les milliardaires et vénèrent en même temps les Pinochet, Franco, Pétain et tout ce que votre courant politique a pu produire de dégueulasserie soi-disant « patriotique » pour aider la bourgeoisie à toujours garder la main sur son pognon de détrousseurs des travailleurs, rentes, loyers, actions et dividendes.
    Les gauchiasses Allende, Chavez, Maduro, Mélenchon et moi-même conchient vos partis de collabos qu’on retrouvera toujours du côté des puissants, de la matraque et, ne t’en déplaise (mais on parle là de révolution quantique pour un esprit comme le tien), des pillards Arnault et Pinault.
    Continuez à ronger l’os de l’immigration que vous tend en se marrant bien la bourgeoisie et laissez-nous l’affronter seuls sur la barricade (mais l’histoire enseigne assez qu’on vous y retrouvera toujours de l’autre côté, avec les armées de l’ordre et de la rente).


  • Disjecta Disjecta 17 octobre 19:10

    @marceau

    Mon pauvre marceau. On sent que vous allez encore vous faire pigeonner à la prochaine élection, vous. A moins que vous payiez l’ISF et que vous ayez de bonnes raisons de défendre le parti de la rente et de l’oseille.
    Tapez sur votre moteur de recherche les noms de Pinault ou Arnault et vous commencerez déjà à comprendre de quoi vous parlez.
    Pour vous faire une idée, la fortune de Arnault a augmenté l’an dernier (en une seule année donc) de 19 milliards d’euros ! 19 (dix-neuf) milliards d’euros, marceau. A côté, vous comprendrez (en fait probablement pas) qu’agiter la maison secondaire de Mélenchon achetée à crédit, ça fasse un peu miroir aux alouettes pour débile d’extrême-droite.
    Au boulot, marceau ! Faut faire chauffer les neurones maintenant ! (Ou retourner couver son petit magot.)


  • Disjecta Disjecta 17 octobre 18:58

    @marceau
    Démagogie : n.f. mot fourre-tout dont son utilisateur sera généralement bien en peine d’en fournir une définition un tant soit peu viable. Exprime généralement une haine non-avouée du peuple et un amour immodéré pour les charmes artificiels de la bourgeoisie oisive. Cf. populisme.



  • Disjecta Disjecta 4 septembre 14:35
    Comme artiste « contemporain » (soit au sens strict : « de notre époque »), je songerais à sauver un type comme Jean-Paul Marcheschi. J’étais tombé à la cathédrale de Nantes sur certaines de ses toiles monumentales (notamment Adam et Eve) et, pour être franc, j’ai songé que cela valait bien plus que les gros angelots dodus renaissants ou pseudo-renaissants. L’association entre ses toiles (de très grandes dimensions) et l’architecture gothique était simplement extraordinaire.
    Le peintre Arcabas a aussi fait des choses remarquables, toujours du côté de l’art religieux (entre autres son Hommage à Bernanos). Pour les curieux (et habitant à proximité de Grenoble), l’église Saint Hugues de Chartreuse lui est consacrée.
    Le travail en land art d’Andy Goldsworthy propose lui aussi des œuvres remarquables, souvent éphémères mais parfois destinées à durer (cf. les documentaires Rivers and tides et Leaning into the wind).
    Bon, je lance la liste de ces artistes de notre temps, sur lesquels on tombe parfois, par hasard, au milieu de nulle part quelques fois et qui semblent avoir exactement compris le lieu dans lequel ils ont créé. Des artistes qui ne se laissent pas impressionner par leurs glorieux aînés (pour aboutir à un art pompier) mais les réinventent, se servent de leurs intuitions et créent de nouveaux modes d’expression artistique où le beau a toute sa place.

    Quant à l’art contemporain au sens dégueulasse et pécuniaire du terme, j’abonde évidemment avec l’auteur. Tout ça finira à la décharge ou dans un contre-musée destiné à faire rire les générations futures (mais ce serait déjà faire à un Koons ou un Hirst beaucoup d’honneur).
Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès