• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Disjecta

Disjecta

Ancien champion communal de natation (voir photo), puis vainqueur d'un cross départemental, abandonne une prometteuse carrière dans l'athlétisme. Suit une période d'introspection alimentée par le Mythe de Sysiphe de Camus (sans avoir jamais su où placer le "y") et les Cahiers de Cioran qui lui font abandonner le catéchisme. Fait longtemps croire à son entourage qu'il finira prof en suivant des études de Lettres. Bâcle une thèse, refait quelques apparitions dans des compétitions régionales de natation, peaufine son entraînement intellectuel afin de tenter son grand oeuvre : une suite et fin au Château de Kafka, dont il reconnaît surtout espérer le pugilat universitaire qui s'en suivra.

Tableau de bord

  • Premier article le 18/02/2010
  • Modérateur depuis le 15/04/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 40 106 1930
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 8 6 2
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Disjecta Disjecta 10 décembre 2018 12:08

    Il y a certaines raisons de penser que Meyer Habib, puissant député de notre république, était en train de s’étouffer avec un flan dans l’intervention suivante...



  • Disjecta Disjecta 5 décembre 2018 12:45

    @phan
    Bien vu !
    Je donne les liens :
    Caracas
    Téhéran



  • Disjecta Disjecta 5 décembre 2018 12:39

    @Trelawney
    Tous les logements (tous !) sont déjà construits par les travailleurs, jamais par un banquier, un actionnaire, un fonds de pension ou autres. Il est donc normal que le travailleur est le droit à la propriété d’usage de ce qu’il a lui même construit (ou l’un des membres de sa classe) et non que ces logements permettent à des personnes qui n’ont jamais rien fait de leurs mains mais avaient un solide compte en banque pour l’acheter (avec des dizaines d’autres) d’en tirer une rente.

    Pour l’offre de la loi et de la demande (qui, par parenthèses, a tout du dogme religieux), Paris c’est 35 millions de touristes par an. Inutile de dire que ça crée de l’emploi, facilement accessible. Cela ne justifie en aucun cas de travailler pour le propriétaire de son studio la moitié de l’année. En aucun cas. Mais si vous trouvez ça normal, c’est votre droit (et, je l’espère pour vous, votre intérêt, sinon ça confine à l’aliénation et à la défense de ses propres bourreaux).



  • Disjecta Disjecta 5 décembre 2018 10:00

    @Trelawney

    La bourgeoisie ce sont les multimillionnaires qui tirent leurs revenus extravagants de la propriété lucrative. On parle de 1% de la population par commodité mais c’est encore moins que ça. La propriété lucrative c’est cette infamie qui permet par exemple à un propriétaire de studio à Paris, au loyer de 650 euros, de toucher la moitié du revenu annuel d’un travailleur payé 1300 euros : autrement dit, pour vivre sous un toit (et on parle, à Paris et à ce prix-là, d’un studio de 15m2 avec les chiottes au milieu de la pièce), le travailleur en question travaille jusqu’en juillet pour son propriétaire : impossible de dire que ce n’est pas une infamie. Donc, si l’ouvrier de votre exemple n’est évidemment en rien un bourgeois, le ver est dans le fruit lorsqu’il commence à vouloir retirer un revenu de la propriété lucrative : pour défendre les 300 ou les 500 euros qu’il retirera par mois de son ou de ses apparts, il en viendra vite à défendre la classe de parasites absolus qu’est la bourgeoisie (moins de 1% de la population encore une fois). Encore votre ouvrier a-t-il produit un travail en rénovant l’appart mais lorsque celui-ci sera transmis à ses enfants ou vendu à un fonds d’investissement, on passera à la propriété lucrative pure. Il faut abolir la propriété lucrative et étendre la propriété d’usage à tous, comme le prône Bernard Friot.
    Par ailleurs, il ne faut pas confondre bourgeoisie et petite bourgeoisie. La petite bourgeoisie c’est la classe qui sert à la reproduction des forces productives, au profit évidemment, dans un cadre capitaliste, de la bourgeoisie. La petite bourgeoisie, c’est la classe qui forme et soigne les travailleurs pour qu’ils aillent se faire exploiter. Cela comprend les professeurs, les universitaires, les médecins, les ingénieurs, l’ensemble des professions intellectuelles. La petite bourgeoisie est donc intrinsèquement liée à la bourgeoisie, de par le rôle qu’elle occupe dans la société capitaliste. Heureusement, bien évidemment, il y a des renégats dans cette petite bourgeoisie, qui utilise le capital culturel qu’on leur a donné (en principe afin de servir la bourgeoisie) pour dénoncer l’infamie de la propriété lucrative et de la bourgeoisie.



  • Disjecta Disjecta 4 décembre 2018 21:44

    @Drougeok
    Hum... Je ne partirais pas sur cette hypothèse. Elle est valable dans des pays où les armes circulent facilement. Pendant le coup d’état patronal contre Chavez en 2002, ils avaient utilisé ça. Mais les armes au Venezuela, c’était open bar à l’époque. En Ukraine, en Syrie, c’est un scénario qu’ils ont utilisé. En France, ça me paraît pas jouable. Mais plutôt effectivement, comme l’évoque plus haut devphil30, un grand magasin parisien ou, ce qui aurait plus d’écho puisque les Gilets Jaunes viennent beaucoup de la province, un marché de Noël en province. On touche l’intimité de chacun, les gosses au regard qui brillent, etc. Le marché de Strasbourg sera en principe blindé au niveau sécurité, mais ça pourrait concerner une autre ville, moins « évidente », plus « province », Orléans ou Tours par exemple.
    Un indice en tout cas, et là il faudrait qu’on puisse monter une veille citoyenne avec les ambulanciers : l’organisation d’un exercice d’attentat terroriste, comme ils ont le machiavélisme d’en organiser avant la plupart de leurs saloperies : 11 septembre, Londres, tout récemment les attentats du Bataclan avec un exercice dans les hôpitaux parisiens le matin même, prenant pour scénario des attaques terroristes. Méfiance absolue dans ce cas-là, surtout si la ville où se passe l’exercice a organisé un marché de Noël.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès