• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Disjecta

Disjecta

Ancien champion communal de natation (voir photo), puis vainqueur d'un cross départemental, abandonne une prometteuse carrière dans l'athlétisme. Suit une période d'introspection alimentée par le Mythe de Sysiphe de Camus (sans avoir jamais su où placer le "y") et les Cahiers de Cioran qui lui font abandonner le catéchisme. Fait longtemps croire à son entourage qu'il finira prof en suivant des études de Lettres. Bâcle une thèse, refait quelques apparitions dans des compétitions régionales de natation, peaufine son entraînement intellectuel afin de tenter son grand oeuvre : une suite et fin au Château de Kafka, dont il reconnaît surtout espérer le pugilat universitaire qui s'en suivra.

Tableau de bord

  • Premier article le 18/02/2010
  • Modérateur depuis le 15/04/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 34 80 1672
1 mois 0 1 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 8 6 2
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Disjecta Disjecta 4 septembre 14:35
    Comme artiste « contemporain » (soit au sens strict : « de notre époque »), je songerais à sauver un type comme Jean-Paul Marcheschi. J’étais tombé à la cathédrale de Nantes sur certaines de ses toiles monumentales (notamment Adam et Eve) et, pour être franc, j’ai songé que cela valait bien plus que les gros angelots dodus renaissants ou pseudo-renaissants. L’association entre ses toiles (de très grandes dimensions) et l’architecture gothique était simplement extraordinaire.
    Le peintre Arcabas a aussi fait des choses remarquables, toujours du côté de l’art religieux (entre autres son Hommage à Bernanos). Pour les curieux (et habitant à proximité de Grenoble), l’église Saint Hugues de Chartreuse lui est consacrée.
    Le travail en land art d’Andy Goldsworthy propose lui aussi des œuvres remarquables, souvent éphémères mais parfois destinées à durer (cf. les documentaires Rivers and tides et Leaning into the wind).
    Bon, je lance la liste de ces artistes de notre temps, sur lesquels on tombe parfois, par hasard, au milieu de nulle part quelques fois et qui semblent avoir exactement compris le lieu dans lequel ils ont créé. Des artistes qui ne se laissent pas impressionner par leurs glorieux aînés (pour aboutir à un art pompier) mais les réinventent, se servent de leurs intuitions et créent de nouveaux modes d’expression artistique où le beau a toute sa place.

    Quant à l’art contemporain au sens dégueulasse et pécuniaire du terme, j’abonde évidemment avec l’auteur. Tout ça finira à la décharge ou dans un contre-musée destiné à faire rire les générations futures (mais ce serait déjà faire à un Koons ou un Hirst beaucoup d’honneur).


  • Disjecta Disjecta 9 août 11:56

    @Cateaufoncel2

    Impossible il est vrai de faire boire l’âne qui n’a pas soif... Je retente ma chance quand même.


  • Disjecta Disjecta 8 août 12:32

    @Cateaufoncel2

    Nouvelle vidéo sur « l’attentat-fantôme ».



  • Disjecta Disjecta 7 mars 20:49

    @Croa
    J’applaudis des deux mains, Croa. Et j’ai l’impression que Foufouille n’a rien compris à ce qu’il a lu. A-t-il compris que, dans la phrase qu’il extrait, l’idée essentielle c’est qu’on incite l’opinion publique occidentale à voir dans les mercenaires islamistes de la Ghouta envoyés par la France et le reste des « rebelles modérés », des « défenseurs de la liberté » ? Idée qu’il qualifie de « bouse islamiste » ce que, en retournant les choses dans tous les sens, je n’arrive pas à comprendre.
    Foufouille, quelle est ta position sur la Syrie ? Tu veux une intervention occidentale, type Libye ? Ou tu dénonces cela ? Histoire de mettre les choses au clair.



  • Disjecta Disjecta 12 février 13:35

    @Tarukaja
    Il est impossible de changer ou de compléter un article sur Agoravox. Le serait-il que je ne ferais évidemment pas la note que vous réclamez. Si je suis si exigeant avec le Média, c’est - vous vous en doutez - que je suis avec intérêt ce qu’ils font. Et je crois avoir souligné suffisamment le péril qui, quoi qu’on en veuille, menace ses journalistes.
    Encore une fois, le Venezuela joue sa vie, affronte tous les médias mainstream et le pays le plus dangereux au monde (les US : plus d’un million de morts en Irak, des centaines de milliers en Libye et en Syrie - avec l’aide de notre pays-caniche -, entre autres récents faits d’arme). Le Média doit donc faire très attention à ce qu’il dit, d’autant plus qu’il est suivi par le dernier cercle de ceux qui, s’il y a lieu, devront défendre jusqu’au bout le droit du Venezuela à disposer d’un gouvernement progressiste. Désinformer ce cercle-là est donc d’autant plus grave.
    Les journalistes du Média ne doivent pas chercher à se gagner une légitimité facile sur le dos du Venezuela ou de Cuba (mais je ne reviens pas là-dessus, c’est assez bien expliqué dans l’article et mes commentaires).
    Je me suis effectivement réjoui de la première de l’émission Les Sujets qui Fâchent. Mais je ne vais pas faire un article pour dire que le Média fait enfin son boulot ??
    Du moins j’espère que ses journalistes auront appris quelque chose de cet épisode. Pour être franc, je suis pessimiste. Gerard Miller, qui présente les Sujets qui Fâchent, a lâché cette phrase à l’émission de Ruquier, le 20 janvier 2018 : « Comment ne pas critiquer Cuba lorsqu’il y a des persécutions contre les homosexuels ? » Je vous renvoie à l’article du Grand Soir sur le sujet.
    On voit en tout cas que le mal est profond. Dès qu’on lui demande de se justifier, le gentil petit-bourgeois de gauche qui veut se faire bien voir du « cercle de raison » bourgeois a toujours la possibilité de balancer un mensonge contre le Venezuela ou Cuba (c’est au choix). Non seulement c’est lâche mais c’est en plus criminel sachant ce que ces deux pays endurent de propagande et de menaces. C’est donc évidemment sur ça que je continuerai à faire des articles car il est intolérable que de telles attitudes perdurent dans notre camp (cf. plus haut mon anecdote d’un militant d’Ensemble dans une manif...). Si tant est évidemment qu’on veuille vraiment être de notre camp...

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès