• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Marais

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 135 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Marais 7 mai 2014 13:02

    Bonjour l’auteur,


    Je n’ai pu m’empêcher de réagir en lisant votre texte. Voici l’une des raisons :
    Dans le second paragraphe, vous affirmez, à propos de l’ homosexualité :
    « En effet, il s’agit en fait d’une pratique tout à fait courante dans le monde animal et d’ailleurs présente ».

    Mais dans le quatrième paragraphe vous affirmez :
    « Que font les bêtes quand elles s’accouplent ? Elles se reproduisent. Ce sont les bêtes et non les humains qui s’accouplent pour se reproduire. »

    Logiquement, si les bêtes s’accouplent pour se reproduire elles ne peuvent pas avoir de pratiques homosexuelles, mais elles en ont quand même selon vos propres dires. Votre texte a donc un gros problème de logique dès le départ, pire ce sont des arguments fondamentaux pour délégitimer l’homophobie.


    Un autre argument m’a posé problème :
    « Le droit et la justice sont contre nature étant donné que dans une société naturelle le plus fort doit par exemple être en mesure de dominer le plus faible. »

    D’abord, les dominants dans les sociétés humaines ne sont pas forcément les plus forts, mais également les plus intelligents, les plus sociaux, les plus riches...
    Ensuite, une société est un groupe organisé, où la notion de nature est difficilement décelable, car c’est une construction artificielle.
    Enfin, l’être humain est faible par nature et n’a pu survivre qu’en coopérant avec d’autres humains ; c’est parce que l’être humain est devenu le superprédateur ultime en tant qu’espèce qu’il peut se permettre d’appliquer la théorie du darwinisme social à ses sociétés.

    Vous avez raison de souligner que les sociétés humaines sont essentiellement artificielles : s’il devait vivre naturellement, il n’aurait jamais dû avoir d’animaux de compagnie, de faire de l’agriculture, d’avoir des objets, il n’aurait même jamais dû devenir bipède selon certains ou avoir un passé, il n’aurait donc jamais dû survivre. Donc votre apologie de l’homosexualité n’aurait pas lieu.


    En bref, vos arguments sont fallacieux, et je n’ai même pas abordé la notion de civilisation, la comparaison de la sodomie à l’art, ou la dynamique Nature-Culture.
    Votre parti pris est évident, cela est certain, mais vous pourriez faire l’effort d’être un minimum cohérent.
    Votre argumentaire pourrait marcher sur les ignorants, mais j’en aurais honte à votre place car il s’appuierait sur le mensonge et la tromperie.



  • Marais 18 février 2014 16:54
    Une banque qui s’écroule, ce sont des gens sans avoirs, donc des clients qui ne consomment plus, des chefs d’entreprise qui ne versent plus de salaire, des épargnants qui n’ont plus d’épargne.
    Comme les banques sont liées entre elles, les autres sont alors touchées, peuvent faire faillite et donc provoquer une crise systémique, voire la détruire ce système.

    Voilà pourquoi les banques sont sauvées : car il n’y a pas le choix.


  • Marais 18 février 2014 16:36

    @ spartacus :


    C’est cela qui est pervers : les apprentissages sont antilibéraux mais la gestion de l’école est libérale dans sa manière négative. Ainsi, les vrais libéraux sont fragilisés comme les vrais antilibéraux, car les premiers n’ont pas la solidité idéologique pour résister à leurs ennemis, les seconds sont attaqués par leur propre camp (l’Etat).

    Pourquoi est-ce que les élites feraient cela ? Parce qu’un certain nombre d’entre elles sont mondialistes, apatrides... donc pour diviser elle fait gagner idéologiquement la gauche (égalité) et elle fait gagner économiquement la droite (inégalité). Cela ne profite qu’à une infime minorité, comme les banquiers, les traders, les LGBT...


    Il ne donc pas vous y tromper : l’antilibéralisme affiché des programmes est là pour convertir au libéralisme actuel, car c’est le seul modèle qui est appliqué actuellement.
    Ainsi, le peuple accepte la destruction des acquis sociaux car on lui fait relier ces acquis à l’échec de notre ’modèle’ économique. C’est très pervers, mais on y est habitué.


    J’ai parlé de la dette et pas de la création monétaire. Un Etat n’est pas un acteur privé, son principe n’est donc pas le profit mais la puissance et l’investissement. Il doit se concevoir lui-même et agir pour construire ses propres moyens d’action.
    Aujourd’hui, l’Etat français est un Etat perverti, car il laisse à des puissances étrangères plusieurs clefs de sa puissance. La monnaie de singe doit donc être évitée car l’Etat substitue à la puissance l’hypothèque sur le futur.



  • Marais 18 février 2014 15:35

    Et on dit que les politiques sont antilibérales... smiley smiley smiley

    Ce qui coûte cher à l’Etat et donc à nous, c’est plutôt le sauvetage des banques.


  • Marais 18 février 2014 13:37

    Voilà un indice ’étatiste’ de ce que font nos chères élites :

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité