• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Philippakos

Philippakos

Photographe dans un centre de recherche archéologique, passionné de culture visuelle et de sociologie de l’image. Ancien élève de l’école Louis Lumière. Tente d’insister sur l’absence d’universel dans la perception des images mais aussi sur l’omniprésence du sens, inévitable, des représentations iconiques. Enfin, essaie de prévenir des dangers de la manipulation graphique dont les règles sont souvent bien connues de celui qui l’utilise mais pas forcément des spectateurs qui en sont victimes.

Tableau de bord

  • Premier article le 03/05/2007
  • Modérateur depuis le 25/05/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 31 274 1308
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 5 5 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Philippakos Philippakos 17 janvier 2008 18:23

    Je voulais dire avec la phrase de Maurice Denis que l’image ne s’occupera plus trop de réalisme et qu’elle deviendra « une surface plane couverte de pixels en un certain ordre assemblés ». Oui, cela implique de nouvelles possibilités par rapport à la peinture, le 3D, jouer sur la persistance rétinienne en sont des exemples en effet.



  • Philippakos Philippakos 17 janvier 2008 18:16

    Vous citez des noms célèbres de la photographie argentique que personne n’oubliera mais on ne pourra pas faire éternellement de la photographie en numérique comme on en faisait en argentique. Je ne suis pas sûr que l’image liée à l’instant, la photographie de reportage à la Bresson, Doisneau, Capa puisse encore subsister quand elle commencera à devenir suspecte, c’est-à-dire quand on se demandera si ce n’est pas un montage (on se le demandait déjà en argentique et certaines images très connues paraissent d’impossibles coïncidences, je pense aux deux paires de jumeaux de Doisneau dont une marche sur les mains et l’autre endimanché la regarde du trottoir d’en face). Je crois que le procédé modifie l’expression de manière irréversible.



  • Philippakos Philippakos 17 janvier 2008 13:39

    Oui mais définir l’art est un exercice bien difficile. Il se trouve qu’on le juge (sûrement à tort) en rapport avec le marché et que sans diffusion il n’y a pas de marché. Maintenant, concernant le bon ou le mauvais art, le beau et le laid et toutes ces notions subjectives je crains que le débat ne soit plus de notre époque. On peut le regretter mais tout critère esthétique est périssable et donc il n’y a pas de règles comme on l’ a cru pendant longtemps (nombre d’or et tutti quanti). Pour l’art contemporain, tout dépend du discours qu’on colle à l’objet, mais je crois que le numérique est en train de faire évoluer les choses.



  • Philippakos Philippakos 17 janvier 2008 12:13

    S’adjoindre Edgar Morin, médiatique et brillant penseur contemporain, et se déclarer pour une amélioration du niveau culturel de la télévision publique (qui en a bien besoin, il n’y a qu’à voir la dérive du JT), tout en supprimant la publicité, il y a de quoi donner matière à penser à ce qui reste de la gauche. Ne pas oublier tout de même que ces prises de position servent aussi à faire passer les scandaleux cadeaux fiscaux consentis depuis mai 2007. Un coup à droite, un coup à gauche en somme. Il restera à juger sur chiffres dans un an ou deux mais pour ce qui est de la stratégie, difficile de ne pas reconnaître l’habileté de N.S.



  • Philippakos Philippakos 17 janvier 2008 11:48

    La presse grecque fonctionne, comme de plus en plus la française, sur un base de scandales, de potins et de people. Cette affaire comporte les trois ingrédients qui permettent de faire prendre la mayonnaise : une personnalité (Zachopoulos, secrétaire général du ministère de la Culture et habilité à délivré les permis de construire sur zones archéologiques), un DVD limite porno et donc une histoire sexo-sentimentale, un chantage, un suicide presque réussi (finalement la victime sera sûrement sauvée), un célèbre patron de presse enrichi brusquement. Bref, tout cela ne fait pas une bonne pub pour la Grèce si j’en crois les commentaires de l’article du Figaro que vous citez. Toutefois, puisqu’on est dans la culture, quand on sait que les responsables du musée Paul Getty ont acheté pour des millions de dollars d’antiquités en sachant fort bien qu’elles provenaient de fouilles clandestines italiennes, traîte-t-on les USA de pays corrompu à la limite du sous-développement pour autant ?

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité