• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Immersion dans le métro parisien

Immersion dans le métro parisien

Tout le monde connaît le métro. Et chacun, fort de son expérience, est à même de juger ce prestigieux outil sans lequel notre capitale perdrait une partie de son identité. Mais qu’en pensent les provinciaux et les visiteurs étrangers ? Il m’est paru intéressant de glaner ici et là quelques impressions de voyage. C’est ainsi qu’un matin, dédaignant l’appel du soleil, j’ai plongé sous terre à la recherche de mon interlocuteur privilégié : le touriste…

JPEG - 118.5 ko
Touristes sur la ligne 1 (photo Le Parisien)

9 h 30. Station Châtelet. Deux ravissantes blondinettes dont les sacs s’ornent d’une feuille d’érable, cherchent à s’orienter dans la vaste salle des échanges où se croisent les flux de voyageurs. Je mets le cap sur elles. Moyennant un slalom pour éviter les embardées d’un amateur matinal de jaja, puis un groupe de jeunes à capuche tout émoustillés par le Tic-Tac de Black M déversé par une enceinte Bose Bluetooth, je parviens à la hauteur de mes deux Canadiennes. « Le métro ? C’est sale », affirme Jennifer. « Et ça pue ! », ajoute Sharon d’un air pincé. Une opinion hélas partagée par nombre de nos visiteurs, il faut bien en convenir. Ainsi le grisonnant Kjetil, tout droit venu de la lointaine Oslo : « Dommage qu’une si belle ville présente des aspects aussi négligés », regrette-t-il d’un air sincèrement navré. D’autant plus qu’« Il n’est pas très sain d’être plongé dans un tel bouillon de culture  », souligne Hervé, un Palois dont c’est la première visite dans la capitale. Je le rassure aussitôt : s’il survit à une immersion d’une heure, il sera définitivement immunisé.

Les Bavarois Hannelore et Hans-Peter s’offusquent, pour leur part, de la présence de trop nombreux sans-abri. « Cela nuit à l’image du réseau et de la capitale », pensent-ils. Un avis que ne partage pas Alex, un Genevois cynique : « Ils font partie intégrante du décor. Paris sans eux, ce serait de l’emmenthal sans trous ! » affirme-t-il en souriant avant d’en remettre une couche sur un ton goguenard : « Je les soupçonne même d’être subventionnés par la Mairie de Paris. » De l’humour helvète, sans doute !

Albert, un septuagénaire alsacien a, quant à lui, quelques difficultés à s’orienter sur le réseau, mais il garde le sourire : « Ce n’est pas la signalétique qui est en cause, mais malheureusement ma vue qui baisse, et la RATP n’y est pour rien.  » Un propos que tempère Marianne, son épouse : « Il est parfois difficile de trouver la bonne sortie dans les grandes stations, c’est un vrai labyrinthe ! »

Jeux de mains, jeux de vilains

Autre grief, et non des moindres : les agressions sexuelles dont sont trop souvent victimes nos visiteuses, et particulièrement les étrangères que l’isolement linguistique et culturel rend plus vulnérables. À commencer bien entendu par les plus jolies d’entre elles. Ainsi Petra, la jeune Néerlandaise, dont le physique avantageux suscite les appétits des obsédés de tout poil. Des atteintes à sa personne qu’elle dit subir avec philosophie. Si l’on pétrit Petra sans la traumatiser – mais peut-on la croire ? –, d’autres en revanche supportent mal la promiscuité sournoise et agissante des heures de pointe. Donatella, une Milanaise à la quarantaine attrayante, s’est même rebiffée lors d’un précédent séjour, n’obtenant en retour de son agresseur qu’une bordée d’injures proférées dans l’indifférence générale. Vigdis, quant à elle, subit en silence mais au prix d’un violent effort sur elle-même. « Il est vrai qu’il n’y a pas de métro à Reykjavik !  », observe-t-elle avant d’ajouter : « Ce qui n’empêche pas des désagréments du même genre dans les bus lorsqu’ils sont bondés. »

Qui dit agressions dit coups et blessures, et force est de reconnaître que sur ce plan-là, je fais chou blanc : pas le moindre coquard, pas le plus petit horion à me mettre sous la plume. Les loubards absents ou discrets, restent les tire-laine, les coupe-bourses et autres vide-goussets. Bref, les pickpockets. Principalement présents sur la ligne 1, la plus fréquentée par les touristes, ils marquent une nette prédilection pour nos visiteurs asiatiques, et notamment pour les Japonais, pourtant mis en garde par leurs guides mais peu habitués à ce type de délinquance, rarissime il est vrai dans les transports nippons. Et comment soupçonner la petite brunette de 12 ans avec sa veste de laine posée sur l’avant-bras dans une attitude d’absolu détachement ou son petit frère de 10 ans au regard si candide ?

Précisément, quel est le volume des plaintes déposées pour des faits d’agression ou de vols caractérisés ? Un cadre du PC sécurité de la RATP me renseigne à Gare de Lyon : « En moyenne, une dizaine de plaintes par jour sur l’ensemble du réseau, en majorité pour des vols. Rapporté au nombre des usagers, cela fait une plainte par… million de voyages !  » Impressionnant, car même si les faits délictueux restent trop nombreux, on est bien loin du sentiment d’insécurité entretenu par les reportages d’une presse qui met dans le même sac le métro parisien et quelques lignes chaudes du réseau SNCF de banlieue. Il est vrai que les patrouilles du GPSR (Groupe de protection et de sécurisation des réseaux) se révèlent plutôt dissuasives, d’autant plus qu’outre leurs tonfas, les agents de sécurité disposent de pistolets 9 mm depuis la loi Savary de mars 2016.

Autre présence jugée importune par les touristes, celle des solliciteurs de toutes sortes, en quête d’une pièce ou d’un ticket-restaurant. « J’ai horreur que l’on cherche à me culpabiliser, je me sens prise en otage dans la rame », me confie Annie, la mère de famille d’Arras en transit pour Disneyland avec ses deux gamins. Adrien, l’Aveyronnais de Bozouls, se plaint, quant à lui, de l’agressivité de certains quémandeurs, heureusement peu nombreux. Les chanteurs et musiciens embarqués (que la RATP n’est pas parvenue à éradiquer malgré l’interdiction d’accès aux rames) sont considérés comme moins gênants. Mais de qualité souvent médiocre, contrairement aux musiciens accrédités pour jouer dans les couloirs*, ils ne suscitent qu’un intérêt des plus mitigés, à quelques rares exceptions près. Eileen, une brune Américaine, apprécie notamment les doinas des Roumains itinérants.

Un musée de la matraque

Cela dit, les touristes satisfaits existent, je les ai rencontrés. Satisfaits du réseau, tel ce couple de Danois stupéfaits de sa densité. Ou bien encore ce quinquagénaire londonien, ravi de pouvoir accéder sans difficulté et pour un coût dérisoire à tous les quartiers de la capitale. Satisfaits de l’accueil, tels Rinus le Flamand et Karen, la blonde Suédoise, seule Ida, une jolie Nancéenne, se montrant quelque peu critique envers le personnel. Satisfaits enfin de la décoration des stations comme cette vieille dame grenobloise émerveillée par la station Louvre-Rivoli (ligne 1) : « Ce serait formidable si elles étaient toutes aussi belles, chacune symbolisant le quartier qu’elle dessert ! » Et comment ! Métro-musée, métro-vitrine, voilà une idée choc à laquelle la Régie a déjà pensé, chère madame : voyez Arts-et-Métiers (ligne 11), Assemblée Nationale (ligne 12), Bastille (ligne 1), Cluny-La Sorbonne (ligne 10) ou Parmentier (ligne 3), pour ne citer que celles-là. Cela étant, il faut bien avouer qu’un musée de la matraque et du pavé habillerait joliment la station Censier-Daubenton (ligne 5) en souvenir des affrontements de Mai 68. Quant à celle de Pigalle (ligne 2), une ou deux vitrines de sex-shop y offriraient sur les quais un spectacle assez croquignolet et de nature à accroître la clientèle.

17 heures. Station Bastille, ligne 1. J’en ai plein les bottes. Un dernier touriste puis je remonte à l’air libre. À quelques pas de moi, un Japonais, les bras tendus et l’œil rivé sur l’écran LCD de son appareil, photographie les fresques en mosaïque illustrant la Révolution française. Je m’approche de lui et tente d’engager le dialogue. Peine perdue, le natif du Soleil levant ne parle pas français et baragouine avec difficulté quelques mots qui peuvent passer pour de l’anglais. Je préfère abandonner. Sayonara, Sir ! Nous nous quittons sur des courbettes réciproques.

« J’peux répondre à sa place », dit une voix dans mon dos. Je me retourne. Assis sur l’un des rares sièges en plastique, l’homme qui m’interpelle est un SDF. Sympathique, mais je ne m’intéresse qu’aux touristes, de préférence étrangers. Il balaie l’objection : « Justement, je suis un touriste de la vie. Quant à être étranger, je suis breton et fier de l’être. Je m’appelle Fanch, François si tu préfères. Si tu veux, je te chante le Bro Goz va Zadou** ou Me zo ganet e kreiz ar Mor***. » Inutile, je rends les armes : « Que pensez-vous du métro ? » Fanch s’humecte la gargamelle d’une gorgée de Kro avant de répondre : « C’est une invention géniale, question chaleur. Le problème, c’est le raffut des rames : ça empêche de pioncer. Note bien que pour dormir ici, faut en vouloir : avec la multiplication des sièges anti-SDF qu’ils ont mis en place, plus moyen de s’allonger pour piquer un roupillon. Ou alors à même le sol. Si tu vois les gros bonnets, rappelle-leur que dehors, il y en a qui crèvent, faute d’abri. » Je promets. « Alors, tout va bien. Kenavo, mon gars ! »

* À l’occasion des 20 ans des « Musiciens du métro », une sélection de ces derniers est montée sur la scène de l’Olympia le 23 novembre (lien).

** « Vieux pays de mes pères » : il s’agit de l’hymne breton directement inspiré de l’hymne gallois.

*** « Je suis né au milieu de la mer », d’après le poème du Breton Jean-Pierre Calloc’h

Autres textes en rapport avec Paris  :

Paris romantique : les passages couverts (juin 2017)

Paris : les murs peints du quartier Nationale (mars 2017)

« La Mouzaïa », ou la campagne à Paris (octobre 2016)

Paris : les bains-douches du Moyen Âge à nos jours (août 2016)

1957 : le cinéma et moi (juin 2016)

Paris au temps des abattoirs (mai 2016)

De quand date le numérotage des immeubles ? (août 2015)

Le Procope, de l’Encyclopédie au Bonnet phrygien (mars 2015)

Années 50 à Paris : les petits métiers de la rue (février 2014)

Paris insolite : de la Petite Alsace à la Petite Russie (août 2013)

Connaissez-vous la plus vieille maison de Paris ? (février 2012)

Villa Montmorency, le « ghetto du Gotha » (juin 2011)

Montmartre : bienvenue au 12 rue Cortot (juin 2011)

Quel avenir pour le « Bal Nègre » ? (décembre 2010)

Dans la caverne d’Ali Baba (mars 2010)

Lieu de fête, lieu de honte, le « Vel’ d’Hiv’ » aurait 100 ans (février 2010)

L’étonnante histoire de « Fort Chabrol » (janvier 2010)

Dupuytren, ou le musée des horreurs (novembre 2009)

21 rue des Rosiers (juin 2009)

 

JPEG - 166.7 ko
Station Bastille (ligne 1)

Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

90 réactions à cet article    


  • Choucas Choucas 20 décembre 2017 09:09

     
     
    Ah ! Ah ! Ah !
     
    LE VRAI MÉTRO COMME SI VOUS Y ÉTIEZ
     
     


    • Fergus Fergus 20 décembre 2017 09:22

      Bonjour, Choucas

      Une vidéo d’extrême-droite visant à faire croire que le métro parisien est fréquenté par une écrasante majorité de Noirs et d’Arabes. Je ne vous félicite pas de relayer cette propagande manipulatrice et mensongère.


    • Choucas Choucas 20 décembre 2017 09:51

      Les natifs sortent, les immigrés entrent ...
      9,3% d’étrangers en ex-France
      20,5% + enfants 1ère génération
       
      39% DE NAISSANCES COLONS AU BOOBALAND
       
      75% AU PARISTAN
       

      2100 : 22 MILLIONS D’ALLEMANDS BLANCS SUR 75 MILLIONS
       
      http://www.europe1.fr/international/dans-la-ruhr-une-police-de-la-charia-a-lutte-contre-l-alcool-et-les-jeux-d-argent-2225819
       
      FIN DES ITALIENS
       
      Fécondité 1,37 enfant par italienne, plus basse que pendant la deuxième guerre mondial
      http://fr.sputniknews.com/international/201601121020872772-demographie-italie-crise


    • Buzzcocks 20 décembre 2017 09:54

      @Choucas
      Au lieu de publier tes conneries sous 5 ou 6 pseudos, baise et reproduis toi pour sauver notre pays.


    • Cateaufoncel 20 décembre 2017 10:24

      @Fergus

      "Une vidéo d’extrême-droite visant à faire croire que le métro parisien est fréquenté par une écrasante majorité de Noirs et d’Arabes."

      Voulez-vous dire par là que la séquence montre des figurants qui ont été blackfacés pour les besoins d’une propagande-manipulatrice-et-mensongère ?

      Ou que, par rapport à 2012, les allogènes ont pratiquement disparu du paysage parisien ?


    • Cateaufoncel 20 décembre 2017 10:27

      @Choucas

      « Les natifs sortent, les immigrés entrent ... »

      La France dans cent ans, vue par une publication satirique allemande de 1932


    • leypanou 20 décembre 2017 10:42

      @Buzzcocks
      Au lieu de publier tes conneries sous 5 ou 6 pseudos, baise et reproduis toi pour sauver notre pays. : sauver avec des futurs malades mentaux ?


    • Fergus Fergus 20 décembre 2017 10:43

      Bonjour, Cateaufoncel

      « Voulez-vous dire par là que la séquence montre des figurants »

      Certainement pas ! Mais ce qui peut être filmé sur quelques tronçons du réseau - je ne le nie pas - n’est pas représentatif de la fréquentation moyenne des transports parisiens. Ce qui n’a pas empêché celui ou celle qui a mis cette vidéo en ligne d’y adjoindre un commentaire visant à faire croire le contraire ! C’est en cela qu’il y a mensonge et manipulation.


    • Choucas Choucas 20 décembre 2017 11:16

      @Fergus
       
      SE VOILER LA FACE PERMET IL DE NE PAS PASSER POUR UN GLAND REMPLACÉ SOUMIS DANS LA DÉBANDADE DU MONDE BLANC ? (le cas de le dire)
       
      Ou la masturbation consumériste du bobo narcissique à vomir de Guaïno ? smiley
       
      selon une étude américaine du Pew Research Center, « considéré comme une référence pour ses recherches en matière de démographie religieuse », et relayé par le quotidien 20 minutes, « la population musulmane va plus que doubler presque partout en Europe d’ici 2050, même sans immigration. »
       
      https://francais.rt.com/international/46084-population-musulmane-devrait-atteindre-18-2050
      http://www.20minutes.fr/monde/2178767-20171130-entre-12-18-musulmans-france-2050-selon-etude
       


    • Fergus Fergus 20 décembre 2017 11:23

      @ Choucas

      Il ne s’agit pas de « se voiler la face », mais d’être honnête : je ne nie pas qu’il y ait en Ile-de-France des communes où la proportion d’habitants d’origine étrangère est de plus en plus mal supportée par les Français « de souche », et cela peut se comprendre, eu égard aux modes de vie importés.

      Mais présenter cette réalité, via des vidéos ou des témoignages non représentatifs, comme celle qui prévaut dans toute la région n’en est pas moins indigne !


    • microf 20 décembre 2017 11:36

      @Buzzcocks

      Très très bien dit.


    • si nick 20 décembre 2017 18:37

      @Choucas
      C’est un peu facile de filmer en cette circonstance.

      Et ensuite de faire croire que c’est le reflet de la réalité quotidienne.

      D’ailleurs n’auriez vous pas remarqué la proportion anormalement élevé de femmes ?

    • pipiou 20 décembre 2017 21:14

      @Choucas
      Y a pas que dans le metro que ça pue !!


    • mmbbb 20 décembre 2017 21:50

      @Cateaufoncel sauf que les Allemands ne faisant plus de petit fritz , leur situation ne sera guere brillante. Ce sera le cas de l europe me semble t il


    • mmbbb 21 décembre 2017 07:29

      @Buzzcocks toi tu devrais baiser, tu es éminemment intelligent , tu remonteras le niveau


    • Gisyl 20 décembre 2017 09:38

      « Je ne m’intéresse qu’aux touristes, de préférence étrangers »... et également de sexe féminin, jeunes et « ravissantes ». Nihil novi sub sole.


      • Fergus Fergus 20 décembre 2017 10:48

        Bonjour, Gisyl

        « également de sexe féminin, jeunes et « ravissantes ». »

        Ah bon ? 2 jeunes filles et 2 jeunes femmes sur 18 touristes.


      • rugueux 20 décembre 2017 09:47

        Fergus c’est toi le menteur !

        Prend la 13 entre St-Denis et St-Lazare à 7 heures, y’a à minima 75% d’africains, de tamouls, de turcs et j’en passe...Prend le RER entre gare de St-Denis et gare du Nord le matin....c’est pareil on compte les blancs...et devant cette gare il y a des vendeurs à la sauvette de cigarettes de contrebande, de parfums frelatés, de maïs grillé et de brochettes...exactement comme à Dakar ou Conakry....mais en plus dégueulasse

        C’est la triste réalité et ce sont les bobos comme toi qui en niant cette réalité font le lit du FN....St-Denis haut lieu de l’aristocratie ouvrière dans les années 50/75 est devenue un cloaque ou la lie de l’humanité patauge dans ses déjections...


        • Fergus Fergus 20 décembre 2017 10:57

          Bonjour, rugueux

          Je viens de reconnaître plus haut qu’il y a en effet des tronçons du réseau qui sont très largement fréquentés par des personnes d’origine étrangère (encore qu’il faille me dire comment on différencie physiquement un Antillais d’un Africain), et c’est particulièrement vrai pour les parties nord des lignes 4, 5, 12 et 13. Mais prétendre que c’est le cas du réseau dans son ensemble est tout simplement faux !

          En réalité, c’est comme si l’on prétendait que tous les marchés de la capitale ressemblent au marché Dejean (le marché africain près du métro Château-rouge sur la ligne 4).


        • microf 20 décembre 2017 16:25

          @rugueux

          Bonsoir @rugueux,
          Je vous prie de lire attentivement ce que j´écris.
          Il n´ya pas d´insultes, pas de gros mots dans ce que j´écris, juste un constat, et de le méditer avant de me répondre sans insultes ni gros mots, si des fois vous aurez envie, car vous n´êtes pas obligé.

          La faute á qui s´il ya tous ces Africains en France ?.
          Je ne sais pas quelle âge vous avez, mais si vous avez un certain âge, comparez vous même la France des années 70, jusqu´au début des années 80, il y avait moins d´Africains, pourquoi ? parcequ´á cette époque, l´Afrique c´était très bien.

          Je voudrais vous l´expliquer le plus simplement afin que vous le comprenez.

          Je vais vous prendre deux pays. La Côte d´Ivoire et le Gabon, je ne sais si vous avez été.
          En Côte d´Ivoire dans ces annés lá, les Francais se bousculaient pour y aller les salaires étaient plus élévés qu´en France, c étaient de petits paradis, il faudra vous renseigner auprès des Organismes Francais de la Coopération, les informations sont disponibles. En Côte d´Ivoire, le salaire d´un prof. de Lycée c´était de 20.000 Francs Francais, un millions de Francs CFA en Côte d´Ivoire, avec logement, voiture et employés de maison, ceci á la charge du pays, sans oublier les salaires des vacances trois mois payés. Au Gabon, c´était plus.

          Vous allez me retorquer que c´étaient les salaires des « expatriés » comme ils s´aiment s´appeler lorsqu´ils sont en Afrique, mais non, mêmes les Africains gagnaient très bien, avec les mêmes avantages tels, logements et voitures á la charge de l´État.
          Avec leurs salaires les Africains pouvaient envoyer leurs enfants étudier en Europe, aux Usa.
          Il n´y avait pas de corruption comme aujourd´hui.
          Une chambre d´étudiant á Paris revenait au plus á 500 Francs Francais 25.000 Francs CFA, la vie á Paris á l´époque, moins chère, le Franc CFA se changeait non seulement dans les banques Francaises, mais partout dans le monde, aujourd´hui, il ne vaut rien, vous êtes au Gabon, vous allez en Côte d´Ivoire, vous ne pouvez pas utiliser le même CFA dans un banque alors que les deux pays utilisent le même Franc CFA.
          Et l´Africain étudiant dès la fin de ses études, rentrait le lendemain après la remise du Diplome, certain le même jour en prenant l´avion le soir pour arriver chez lui le lendemain matin.
          Le lendemain de son retour, il se présentait lá oú il devait travailler et commencait le travail.
          D´autres, ne terminaient même pas leurs études, ils rentraient avant parceque le pays avait besoin d´eux, ils revenaient seulement de temps en temps en France faire des stages pour terminer sa formation.

          Vous pourrez toujours comparer avec ce que gagnait un Prof de Lycée en France á cette periode, et voir s´il ya macht comme on dit.

          Dans un pays comme le Gabon par exemple, les simples gendarmes mêmes pas gradés, étaient Francais sans que cela dérange personne, c´est la coopération, disait-on. Pour votre information, il ya encore jusqu´á aujourd´hui des gendarmes Francais au Gabon, et les Gabonais l´acceptent, pendant que certains, reprouvent la présence de OBONO en France.

          La vie était très belle, pas de violence, une prospérité pour tous, les matières premières se vendants á bon prix, les pays Africains construisaient leurs pays.
          Les Gabonais y compris de nombreux Africains étaient chez eux, venir en Europe, c´était comme aller en exil, pas l´exil d´aujourd´hui.

          Je me rappelerais toujours le jour oú ma soeur a pris l´avion pour venir étudier en France aux debut des années 70, ce jour lá á l´aéroport, lorsque l´avion a décollé, non seulement nous, mais tous ceux qui étaient venus accompagner les leurs pour l´ étranger, ont tous éclater en sanglots, car aller á l´étranger á l´époque, était considéré comme si on est mort.
          Nous sommes rentrés ce jour lá á la maison comme ceux qui rentrent d´un enterrement, très tristes, personne n´a parlé jusqu´au lendemain, je ne vous dirais pas de manger, personne n´a pu, nous étions comme en deuil.
          Aujourd´hui, les familles fêtent le départ d´un des leurs vers l´Europe comme si c´était un exploit.

          Arrive les ajustements structurels ( je ne sais pas si vous avez ce que c´est ), c´est á dire il faut payer les dettes, ce qui est normal, je n´entrerais pas dans la discution de savoir qui a pris les dettes, quand, pourquoi et de ce qui a été fait avec cet argent.
          Le remboursement des dettes couplés á la baisse des prix de matières premières fixés par l´Occident comme si c´était les matières premières de l´Occident, ajouté á la dévaluation du Franc CFA imposée par la France, ce Franc CFA est imprimé en France á Chamalière en et est géré par le Trésor Francais comme si c´était sa monnaie, ajoutés aux guerres d´aujourd´hui, sonneront le glas de cette prospérité Africaine qui si elle avait continuée comme dans ces années 70, dépasserait aujourd´hui la prospérité en Chine, car avec toutes les matières premières sur place, controlant les prix, n´ayant á importer aucune, n´ayant plus qu´á les transformer et á les distribuer dans le monde entier.

          Mais voilá, il en a été autrement..., il ne reste plus qu´aux Africains qu´á se retourner vers la métropole comme on dit, rassurez vous je n´y suis pas et n´ai aucune envie de venir, et aujourd´hui, c´est tous qui en souffre, et vous @rugueux de voir pleins d´Africains en France « ou la lie de l’humanité patauge dans ses déjections... », et l´Africain, pour ne citer que lui, qui souffre de l´exil, de l´éloignement de son pays et des siens.

          Toute cette situation a une origine, je vous mets quelques liens et vous prie de les visionner.
          Le premier est d´un Président Francais Jacques Chirac, un des acteurs responsables de cette situation.
          https://youtu.be/OzPITL1WLY0

          La deuxième, de Monsieur Riccardo Petrella.
          Riccardo Petrella ; la guerre est une économie rentable pour les pays qui l´a font.
          https://youtu.be/3SEhmON1Yo8


        • alinea alinea 20 décembre 2017 19:11

          @microf
          Cherchez pas microf, l’homme est con, de base, et on fait tout pour qu’il le reste, l’ignorance en étant une donnée essentielle ; j’ajouterais, au risque de me faire laminer, que le blanc l’est plus que tout autre, à cause de son petit complexe de supériorité.
          Ceci dit, il est vrai que la situation est tendue, dans beaucoup de coin très peuplé, en France, et à un certain stade, si l’on arrive pas à comprendre qu’il faut changer la politique, donc les politiques, dans notre pays, on n’est pas près de sortir de l’auberge !


        • mmbbb 20 décembre 2017 21:56

          @alinea nous devrions les mettre dans les campagnes, la campagne est vide construisons des HLM , des HLM des HLM , Bouygues sera content et accueillons tous ces gens la , d ailleurs le flux risque d etre incessant Soyons cohérents. C’est comme les éoliennes, tout le monde est ecolo mais personne veut de ces grands machins, il parait que cela detruit les paysages comme la baie de St Brieuc 


        • Buzzcocks 20 décembre 2017 10:21

          Je suis à Paris depuis 99, et je pense me barrer, et ce sont les trajets en métro qui m’épuisent. J’ai une heure matin et soir (ligne 13-14-7) et je n’en peux plus de la 13 qui marche un jour sur deux, qui est bondée, avec des gens entassés qui s’énervent parce qu’un a bousculé l’autre en voulant entrer coute que coute.
          Le mois dernier, nous étions dans le wagon à bestiaux quand un gros type a fait un malaise, j’ai vu le mec tourner de l’oeil et s’écrouler.
          Et là, j’ai été surpris de certaines réactions... des gens dont moi, sommes descendus pour laisser de l’air au mec étendu par terre mais tout un tas de gens en ont profité pour prendre la place vacante, et le summum, une vieille qui engueule un type d’avoir déclenché la sonnette d’alarme car elle n’allait pas pouvoir rentrer chez elle en temps et en heure. La vioque voulait continuer le trajet en douce avec le mec à terre.


          • Fergus Fergus 20 décembre 2017 10:59

            Bonjour, Buzzcocks

            Ce que vous rapportez est une réalité, hélas ! La ligne 13 est souvent décrite comme la pire du réseau, et à juste titre à mon avis.


          • Le Panda Le Panda 20 décembre 2017 10:30

            Fergus

            Bonjour

            Excellent article

            Tout le monde connaît le métro. Et chacun, fort de son expérience, est à même de juger ce prestigieux outil sans lequel notre capitale perdrait une partie de son identité. Mais qu’en pensent les provinciaux et les visiteurs étrangers ? Il m’est paru intéressant de glaner ici et là quelques impressions de voyage. C’est ainsi qu’un matin, dédaignant l’appel du soleil, j’ai plongé sous terre à la recherche de mon interlocuteur privilégié : le touriste…

            Cela me ramène à pas mal d’année en arrière, à l’époque où je vivais en banlieue parisienne. cela était déjà de pleine actualités. Certains même depuis des années éprouvent des difficultés à se mouvoir. C’est devenu constaté par les photos que j’ai prises une fourmilière, multipliée par 10. Entre les gens qui se bousculent, ceux qui tentent d’agresser directement ou pas certaines personnes. Nous sommes loin d’une certaine forme de réalité. Puis en aucun cas je ne permettrai de te traiter de menteur. Ce que tu ressens tu l’exprimes et chacun le fait à sa façon en le vivant parfois au quotidien. En empruntant les couloirs ou les escalator c’est l’horreur. Puis ils font une telle taille que certaines personnes dont ma femme à l’époque et ce n’est pas bien vieux refusez de prendre le métro et pourtant que de richesses il comportent. Voilà à te lire bien à toi


            • Fergus Fergus 20 décembre 2017 11:05

              Bonjour, Le Panda

              Chacun a un ressenti personnel du métro qui peut d’ailleurs beaucoup varier en fonction des portions empruntées et du moment des voyages effectués.

              Personnellement, j’ai toujours beaucoup apprécié ce moyen de transport - que je retrouve avec plaisir lors de mes fréquents déplacements dans la capitale -, et cela malgré ses défauts.

              Ma femme, nettement moins : elle préfère le bus, ce qui n’est pas mon cas, eu égard aux embouteillages qui rendent aléatoires les temps de déplacement alors qu’ils sont très faciles à prévoir avec le métro, sauf incident toujours possible, mais heureusement assez rare.

              Cdlt


            • Le Panda Le Panda 20 décembre 2017 11:46

              @Fergus
              Bonjour Fergus

              Personnellement, j’ai toujours beaucoup apprécié ce moyen de transport - que je retrouve avec plaisir lors de mes fréquents déplacements dans la capitale -, et cela malgré ses défauts.

              Ma femme, nettement moins : elle préfère le bus, ce qui n’est pas mon cas, eu égard aux embouteillages qui rendent aléatoires les temps de déplacement alors qu’ils sont très faciles à prévoir avec le métro, sauf incident toujours possible, mais heureusement assez rare.

              Comme tu viens de l’expliquer en aucun domaine le risque zéro n’existe, ma femme a exactement les mêmes réactions que la tienne, que nous en notre position de curiosité soyons attiré par certaines choses oui, mais tu viens de mettre le doigt sur un des contextes. Par ailleurs nous avons fait à deux reprises via le RER le trajet pour aller à la gare du Nord, si les gens avaient pu se marcher dessus ou sur nous mêmes ils l’auraient faits. Mais bon toutes positions se respectent la preuve nous en parlons Cdt 


            • Saint Rata de l'himalaya Ratatouille 20 décembre 2017 11:56

              @Fergus
              Article agréable à lire,du journalisme de terrain,du vécu sympathique,un peut de légèreté ne fait pas de mal part les temps qui courent ,tout n’est pas noir.
              a+ dans l’bus ,et bon appétit c’est l’heure . smiley


            • Fergus Fergus 20 décembre 2017 12:44

              Bonjour, Ratatouille

              Merci ! Bon appétit également ! smiley


            • Surya Surya 20 décembre 2017 11:47

              Bonjour Fergus,


              Très bon article, très plaisant à lire, un peu négatif sur le métro parisien mais c’est l’opinion des touristes. Cela dit je les comprends car il faut avouer que le métro parisien EST sale et, OUI, c’est vrai, ça sent pas bon.

              Lorsque nous venons à Paris, nous ne prenons plus le métro qu’en cas d’absolue nécessité, et pourtant, malgré tous ses problèmes, je l’aime bien, le métro parisien. La saleté et la mauvaise aération étant les problèmes les plus embêtants, et là, je n’accepte pas. Ca n’est quand même pas compliqué de débloquer des crédits pour assurer une parfaite propreté de l’environnement quotidien des gens. La propreté, l’hygiène, c’est quand même la base, non ?

              Avant, j’étais littéralement immunisée contre les miasmes de toux, les éternuements qui vous arrivent en pleine figure, les cochonneries qu’on attrape en touchant les barres centrales et les poignées de porte (enfin, on n’attrape quand même pas la gale, faut pas exaggérer non plus, mais c’est crade), maintenant, chaque fois que je viens à Paris, j’attrape un bon petit rhume, j’ai les yeux qui pleurent et le nez qui coule, et je choppe une toux dont j’ai parfois un mal de chien à me débarrasser. 

              Evidemment ça va vous agacer quand je vous dirai que le métro londonien est propre et ne sent pas mauvais, donc je ne vous le dirai pas. De toute façon, vous connaissez le métro à Londres, donc vous ferez par vous même la comparaison. 

              Les deux lignes que je préfère à Paris sont la 1 et la 14, parce qu’elles sont plus modernes et plus propres que les autres. J’adore la 14 en fait. Mais c’est vrai qu’il y a des pickpockets sur la 1. Mais à Londres, c’est pas triste non plus les pickpockets, au point que la municipalité emploie des faux voyageurs pour surveiller et essayer de les pincer. Si ça n’existe pas à Paris, ils devraient le faire aussi. 

              D’ailleurs, si vous avez remarqué, l’annonce sur la ligne 1 pour avertir les gens de la présence de pickpockets est en plusieurs langues. Ca m’a toujours amusée de voir que l’annonce en anglais dure deux secondes, et l’annonce en japonais dure des heures, comme s’il fallait tout d’abord expliquer aux Japonais ce qu’est un pickpocket (j’ai fait une initiation au Japonais il y a longtemps, mais pas assez pour comprendre autre chose que quelques trucs), et se termine bien sûr par la traditionnelle marque de politesse « Koudassaï ». 

              Par contre, j’aime bien le métro parisien, parce que les gens y discutent plus facilement que dans (par exemple...) le métro de Londres. J’aime l’ambiance animée du métro parisien, où on entend des conversations, des rires, des gens grogner et ronchonner aussi, bien sûr, de la musique parfois, alors qu’à Londres c’est un peu le chacun pour soi à ce niveau là et quand les gens discutent, c’est à un volume beaucoup plus bas, c’est peut-être plus discret, en effet, mais c’est moins vivant. 

              La dernière fois qu’on est venus à Paris, on a quand même pris le métro, et bien sûr j’ai éternué et comme je n’arrivais pas à trouver un mouchoir dans mon sac, une femme a sorti son paquet et m’en a spontanément offert un. Le jour où un truc comme ça arrivera dans le métro de Londres, j’ouvre une bouteille de champagne.

              Et puis, chaque fois qu’on se balade avec des trucs lourds et encombrants (valise, caddie plein de courses...) à Paris il y a TOUJOURS quelqu’un qui vous demande si vous voulez de l’aide, alors qu’à Londres les gens vont passer devant vous d’un air totalement indifférent et en avoir strictement rien à faire de vous. 

              Donc c’est vrai que le métro de Paris est dégueu et sent mauvais, mais je préfère l’ambiance, parce que les gens parlent plus facilement. Après évidemment, il y a aussi des exceptions, des gens qui vont se comporter comme des muffles dans le métro parisien. 

              Sinon à part ça, je vois pas ce que vient faire cette discussion haineuse sur le nombre de gens de couleur ou d’origine ceci cela sur le fil de commentaires de cet article. Personnellement je me fiche totalement de la couleur ou l’origine des gens, on est tous des êtres humains, c’est tout.



              • Fergus Fergus 20 décembre 2017 12:04

                Bonjour, Surya

                Globalement d’accord avec votre commentaire et vos éléments de comparaison entre le métro de Paris et le métro de Londres, que j’apprécie bien également.

                Oui, c’est plus propre à Londres, c’est indiscutable, mais le métro y souffre en revanche de deux défauts : des rames trop exiguës - et de ce fait pénalisantes pour les personnes de grande taille - et un coût prohibitif (heureusement qu’il existe l’Oyster Card). Autre (petit) défaut du métro de Londres : le maillage moins dense du réseau avec souvent des longueurs d’inter-stations dignes du RER, sauf sur la DLR particulièrement prisée des gamins.

                Pour ce qui est des problèmes d’aération du métro parisien, il faut savoir que le réseau étant implanté la plupart du temps sous des rues anciennes dans un sous-sol particulièrement encombré, il n’est pas toujours évident de mettre en place les équipements optimaux. Une difficulté qui affecte également l’implantation d’escaliers mécaniques, impossible en de nombreux endroits.


              • mmbbb 20 décembre 2017 22:03

                @Surya " Si ça n’existe pas à Paris, ils devraient le faire aussi. il y a des policiers en civil en France j ai vu a Lyon 4 policiers arretes des ROMS , ce sont des etres humains specialises dans ce genre d ’exercice Vous aurez moins de chance de vous faire racketter par un Auvergnat pourtant nombreux a Paris . Cela donne tout de même une image détestable de ce pays


              • Surya Surya 21 décembre 2017 10:43

                @mmbbb

                Ce n’est évidemment pas agréable de se faire racketter ou pickpocketer par qui que ce soit, Rom ou autre, et puis qu’est-ce que vous croyez ? Faut pas être hypocrites ! Moi aussi, quand je vois à Paris un groupe de nénettes Rom qui s’avancent vers nous avec des cartes de Paris, genre elles sont perdues, on fait gaffe et on leur dit « non », mais si seulement vous saviez comment les Roms sont traités dans leur pays d’origine, vous ne diriez pas ça. Personne ne veut leur filer du boulot, et j’imagine que s’ils mendient là bas, il n’y aura peut-être pas beaucoup de gens pour leur donner une pièce. 

                Je me souviens d’un ado Rom interviewé à la télé française, il disait (en Français, il était bilingue et sans doute plus) : « bien sûr que non, ça ne me plait pas de mendier ou voler, mais on ne peut rien faire d’autre, personne ne veut nous aider. » 

                Alors planquez votre sac si vous avez peur qu’une main plonge dedans, c’est tout à fait normal, mais évitez de les détester et de leur lancer des regards haineux, ils n’ont vraiment pas besoin de ça en plus de tous leurs problèmes. 

              • Fergus Fergus 21 décembre 2017 11:43

                Bonjour, Surya

                « si seulement vous saviez comment les Roms sont traités dans leur pays d’origine »

                Oui, et ces mauvais traitements valent tant pour la Roumanie que pour la Hongrie.

                A Paris, les enfants Rom qui font les poches des touristes sont contraints d’exercer cette activité délictueuse par des malfrats sous peine de sévices, les filles étant en outre destinées trop souvent à la prostitution en prenant de l’âge, d’où une majorité de gamines entre 10 et 14 ans.

                Naguère, ce créneau était occupé par des pickpockets sud-américains.


              • microf 20 décembre 2017 13:32

                La ville de Paris ne répond plus aux normes d´une ville du XXIe, tout est vieux, dégradé.
                Le métro Parisien est une honte pour un pays comme la France, il a urgent un besoin de renovation et de modernisation, les gares ferroviaires aussi.
                Prenez la ligne 9 faites la correspondance á L´Opéra pour Ballard-Créteil ligne 8, les couloirs ?, vous allez vomir.
                Le métro á Pyongyang en Corée du Nord pays oú d´après l´Occident on meurt encore de faim, est très beau, n´en parlons pas de celui de Moscou, ce sont des oeuvres d´arts
                On trouve difficilement les toilettes dans les stations de métros á Paris, exemple, á la gare d´Opéra en plein centre ville, il n´ya qu´une seule toilette, souvent elle ne fonctionne pas.
                L´accès aux personnes handicapées dans le métro est très difficile, n´en parlons pas de femmes avec des poussettes d´enfants.
                Les ascenseurs manquent, ou bien lá oú il y en a, ils sont souvent en panne, y compris les escaliers ou tapis roulants, une fois á Sartrouville ( il ya plus de 6 ans de cela, je ne sais pas s´il a été reparé ), le tapis roulant ou escalier roulant est resté pendant des mois en panne, j´ai voulu me plaindre, le guichetier m´a regardé comme si je sortais de la planète Mars, il me répond est ce que chez vous il en a ?, je lui réponds que non, il n´y en a pas, mais á partir du moment oú je paye mon ticket et qu´il ya ce service, tout le service est inclu y compris celui des escaliers ou tapis roulants qui doivent fonctionner.
                Allez á la gare de Versaille chantiers, de Juvisy, vieilles, ont besoin d´être renovées.

                Allez dans un pays comme l´Autriche, il ya quelques années, la ville était aussi vieille, mais pas sale.
                Un programme de renovation a été entrepris, et aujourd´hui, la ville de Vienne brille comme un sou neuf. Toutes les gares et de métros et de trains, ont été complètements renovées, les toilettes dans chaque gare, dans chaque métro, ceci non seulement á Vienne, mais de Vorarlberg jusqu´au Bourgenland, c´est á dire, d´un point de l´Autriche á l´autre.

                Il faut penser comment rendre Paris en une ville moderne, mais bien avant, renover le métro Parisien, cela pourrait donner du travail á des milliers de personnes et relancer l´emploi dans toute la région Parisienne.


                • Fergus Fergus 20 décembre 2017 13:55

                  Bonsoir, microf

                  Si vous avez raison de souligner certaines des insuffisances du métro parisien, vous sous-estimez les énormes problèmes que pose l’intégration de ce réseau dans une ville dont les sous-sols sont aussi encombrés par de multiples canalisations, trémies de câbles et bien sûr égouts. Pyong Yang ne peut à cet égard en aucune manière être comparé à Paris dont les premières lignes ont été construites au début di 20e siècle.

                  Des difficultés qui ne sont pas étrangères au problème d’accessibilité des handicapés, insoluble dans de trop nombreuses stations car il faudrait pouvoir y implanter des ascenseurs, ce qui est le plus souvent impossible techniquement. Même chose pour les poussettes non pliables qui sont d’ailleurs, pour le même motif, interdites.

                  La question des toilettes est régulièrement soulevée et n’aboutit malheureusement pas, la faute là encore à un manque d’espace compatible dans les petites stations. Même les militants de la FNAUT en conviennent.

                  Versailles Chantier et Juvisy relèvent de la SNCF.


                • microf 20 décembre 2017 14:56

                  @Fergus

                  Bonsoir et merci @Fergus,

                  Il ya un proverbe qui dit que ceci « qui veut, peut ».
                  La France n´a qu´á le vouloir, et elle pourra.
                  Les difficultés sont lá pour être résolues, pour être règlées.
                  Il faut créer l´espace avec ce qu´on a.
                  Si la France peut envoyer des fusées dans les airs, ce n´est pas sur terre qu´elle ne pourra pas améliorer certaines situations.

                  On dit que l´ingéniérie Francaise vient de montrer de quoi elle est capable en dans la partie la plus froide en Russie, en contruisant une station á Gaz qui a été inaugurée il ya quelques jours, dans des conditions de travail extrême avec des températures qui vont entre -50 et 70 dégrés en hiver, tout a été construit y compris des aéroports, et faire des toilettes á Paris encombré « de multiples canalisations, trémies de câbles et bien sûr égouts » le dépassera ?.

                  Polytechnique, Ponts et Chaussés, l´École des Mines, Des Arts et Métiers pour ne citer que celles lá, ces Grandes Écoles sont lá pourquoi ?, elles forment qui ? pour faire quoi ?.

                  Si j´ai ajouté Versailles Chantiers ou Juvisy, c´était justement pour dire que tout tombe en ruine en France. Allez á Beaubourg, il est dans quel état ?, je vous parle des affaires d´il ya 6 ans, peut être qu´entre temps, il ya eu renovation á Paris, vu que je n´y est plus jamais été.
                  D´après une étude, plus de 30% des conduites d´eaux en France sont vétustes et font perdre des milliards d´Euros á la France par l´eau qui se perd en coulant suite á cette vetusté, imaginez qu´on veuille réparer cette canalisation ce que cela créerait comme emplois, sans compter les économies.

                  A la Porte de Clignancourt, venu en voiture en France, au moment de rentrer, nous prenons de l´essence dans une station service, j´ai faillit tomber á la renverse. Dans cette station, il ya des appareils qui fonctionnent encore á la manivelle, je n´en croyais pas mes yeux, je me croyais dans un pays du Tiers-monde, et même lá bas, j´y ais été cela n´existe même presque plus, je viens en France, cela existe...

                  Bref, c´était juste pour dire que si les autorités prennent ces problèmes en mains, ces problèmes seront règlés.
                  Imaginez seulement un peu la renovation de Paris, les milliers d´emplois que cela pourra générer, ceci pour le bien de la France, tout n´est pas perdu, c´est lá oú je voulais en venir.


                • Fergus Fergus 20 décembre 2017 17:45

                  @ microf

                  « « qui veut, peut » »

                  Pas toujours ! J’ai connu une femme qui était en charge à la RATP des relations avec les associations d’usagers, y compris l’APF (Association des Paralysés de France). Et au grand dam de cette cadre de la RATP comme des représentants de l’APF, mais aussi de la FNAUT (Fédération Nationale des Usagers des Transports), il a été constaté qu’un grand nombre de stations ne pouvaient accueillir ni escaliers mécaniques ni ascenseurs. Et cela compte tenu : d’une part, de l’incroyable encombrement du sous-sol par de multiples équipements ; d’autre part, du manque de largeur des trémies d’accès. Depuis que ces constats ont été faits, toutes les nouvelles stations (du métro et du RER) ont été conçues spécialement pour recevoir des équipements appropriés aux personnes infirmes ou à mobilité réduite. C’est notamment le cas de la ligne 14 et des prolongements de ligne qui ont été construits depuis une vingtaine d’années. Ailleurs, cela reste malheureusement impossible, et ce ne sont pas les ingénieurs de la RATP - précisément issus des grandes écoles que vous avez citées - qui diront le contraire.

                  Pour ce qui est de l’état de Paris, il y a effectivement des lieux délabrés et des services qui laissent à désirer, mais c’est loin d’être un cas général. Nombre de quartiers naguère dans un état de grande vétusté ont été rénovés à grands frais tant par la mairie de Paris que par des investisseurs privés, et c’est malheureusement ces coûts très élevés qui ont entraîné une hausse du foncier telle qu’elle s’est trouvée répercutée sur les prix du m² à l’achat comme sur les tarifs des locations, y compris dans le parc social. D’où les départs vers la périphérie d’anciens parisiens et leur remplacement progressif par des bobos, jusque dans des quartiers naguère très populaires comme par exemple la Goutte d’Or. Paris n’est d’ailleurs pas la seule ville où ce phénomène a été observé : c’est vrai également dans les grandes métropoles provinciales (cf. Le Panier à Marseille ou La Croix-Rousse à Lyon), de même que dans toutes les grandes villes européennes, quelle que soit la couleur de la municipalité.


                • mmbbb 21 décembre 2017 07:37

                  @microf question ou passes le pognon ? ne me dites pas que les Francais ne paient pas d impot taxe TVA etec etc Il est etonnant que nous ne cessons pas de payer et qu in fine rien ne sembel s arranger Etonnant  ? non


                • Fergus Fergus 21 décembre 2017 09:17

                  Bonjour, mmbbb

                  Soyons objectifs : les choses bougent, même si l’on a l’impression que ce n’est pas le cas. Il suffit de comparer l’état des villes de 2017 avec celui de ces mêmes villes 30 ou 40 ans plus tôt.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès