Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Actualités > International > Fukushima, à 2 doigts du pire ?

Fukushima, à 2 doigts du pire ?

Alors que chacun craignait la chute de la piscine du réacteur N°4, une partie du bâtiment N°3 de la centrale de Fukushima Daïchi qui vient de s’écrouler dans le plus complet silence de la plupart des médias.

Problème, la piscine de ce réacteur contient du Mox.

C’est le 20 septembre 2012 que suite à une mauvaise manipulation, des ouvriers de la centrale tentant d’enlever des débris tombés dans la piscine du réacteur N°3, ont malencontreusement heurté une poutrelle métallique de 7 mètres de long, pesant 470 kg, laquelle était au bord de la piscine, provocant la chute de celle-ci dans la piscine. photo

L’accident a été qualifié d’incident, à se demander comment serait qualifié la chute d’un employé de TEPCO, qui tomberait d’une échelle. lien

Le problème est que cette piscine contient 514 assemblages de combustible usagé, et 52 neufs, à base de MOX, dont la particularité est de contenir du Plutonium 239, fabriqué en France, à Marcoule, (lien) ainsi que du plutonium 241, très instable.

Rappelons qu’un milligramme de ce plutonium inhalé peut suffire à induire un cancer, (lien) et que la durée de « demi-vie » de celui-ci est de 24 000 ans, ce qui signifie que les effets ce cet élément radioactif ne seront bien moins dangereux qu’au-delà de 100 000 ans.

On pourrait s’étonner que le contenu de cette piscine n’ait toujours pas été vidé, mais l’opération est rendue difficile, puisque le chariot qui permettait ce déchargement était lui-même tombé dans la piscine.

La transparence étant rarement de mise dans le milieu nucléaire, ce n’est qu’un an après que nous avons été informés de cet accident. lien

D’ailleurs, dans la même logique, ce n’est que maintenant que nous apprenons que les réacteurs n°5 et 6 de Fukushima ont rejeté du tritium dans la mer aux mois d’avril et mai dernier. lien

Revenons à l’écroulement d'une partie du bâtiment du réacteur n° 3

Que peut-il se passer après ?

Maintenant que cette poutrelle de près d’une demi-tonne est tombée en partie dans la piscine, s’ajoutant aux autres parties du bâtiment qui y sont déjà, l’opération de déchargement du combustible, déjà rendue très difficile, l’est encore plus aujourd’hui.

Une autre question est soulevée : dans ce bâtiment, la piscine était à 30 mètres de haut.

Si une partie du bâtiment s'est écroulé, où se trouve la piscine et les assemblages qui étaient dedans ?

Le mystère le plus complet baigne.

Les autorités nucléaires japonaises avaient estimé à l’époque que renforcer la sécurité de la piscine présenterait un cout élevé, sans pour autant diminuer les risques d’un accident majeur.

Donc rien n’avait été fait. lien

Pourtant le risque de criticité est important. lien

Si l’une des piscines de Fukushima venait à se vider de son eau, ou pire à basculer, les assemblages radioactifs se mettraient à chauffer, sans qu’il soit possible à un certain moment de les refroidir, et dès lors tout est à craindre.

La gaine de zirconium contenant le combustible nucléaire se dégraderait, comme l’ont prouvé récemment des experts américains, et dès lors, cela provoquerait un énorme relâchement de produits de fission, avec les conséquences que l’on imagine. lien

La démonstration de cette possibilité a été décrite en détail par l’expert en la matière, Arnie Gundersen, comme on peut le constater dans cette vidéo, et pour Hiroaki Koide, professeur à l’institut de Recherche nucléaire universitaire de Kyoto, les émissions de matières radioactives correspondraient à 5000 fois la bombe d’Hiroshima. lien

Quant à la piscine du bâtiment n° 4, elle pose toujours le même problème, et Masashi Goto, ex-ingénieur chez Toshiba, concepteur du confinement des réacteurs nucléaires de Fukushima n’est lui-même pas rassuré.

Il a déclaré : « même si les murs existent, il n’y a pas de manière simple d’en connaitre la stabilité. A quel point la stabilité a-t-elle été compromise par la haute température de l’incendie ? ». lien

Le vrai problème restant le délai très long que s’est donné le gouvernement du Japon pour finaliser le démantèlement de la centrale, puisqu’il l’envisage sur une durée d’au moins 40 ans.

D’ici là, que peut-il se produire ?

Les propositions d’aide venant des experts internationaux ayant manifestement été poliment déclinées, on est en droit de se demander pour quelle raison le gouvernement Japonais, maintenant actionnaire prioritaire de la centrale, prend-il une telle position ?

Comme dit souvent mon vieil ami africain : « qui fait l’âne ne doit pas s’étonner si les autres lui montent dessus ».

L’image illustrant l’article provient de « aufaitmaroc.com ».

Merci aux internautes de leur aide efficace.

Olivier Cabanel

Rappel : le 13 octobre, manifestations anti-nucléaires un peu partout en France :

Lyon, la « marche des réfugiés » mais aussi à Laval, Bordeaux, Strasbourg, Paris, Metz, Lille et Narbonne, sur le thème « changeons d’ère, sortons du nucléaire ». lien

Sites à visiter :

Le blog de Fukushima

Fukushima Diary

Next-up organisation

Blog de Jean Pierre Petit

Site de la CRIIRAD

Site de l’ACRO

ENENEWS

Articles anciens

Tchernobyl, drôle d’anniversaire (12 mars 2011)

Fukushima, mon amour

Fukushima, Sarko pète les plombs

Fukushima, et maintenant ?

Fukushima, nuages noirs à l’horizon

Entre fusion et confusion

Fukushima, le monde du silence

Au pays du soleil, le Vent !

Fukushima, le syndrome Japonais

Fukushima, la fuite en avant

Fukushima, plus jamais ça

C’est foutu…shima

L’exode nucléaire

Ça fume à Fukushima

Nucléaire, la cible terroriste

Fukushima, le mensonge organisé

Faire reculer le crabe

Le Japon bientôt inhabitable ?

Le silence des salauds

On a retrouvé le corium de Fukushima

La France a peur

Fukushima, tragédie en sous sol

Fukushima, tournée mondiale

Fukushima, un silence inquiétant

Fukushima, le début de la fin

Nucléaire, explosion des prix

Penly du feu et des flammes

Les normes sont-elles normales ?

Fukushima, quand c’est fini, ça recommence

Fukushima, l’en pire Japonais

Le mensonge nucléaire de sarközy

Palmiers contre nucléaire

Promo nucléaire : pour toute centrale achetée, leucémie en prime !

Fukushima, les limites du cynisme

Ce cher nucléaire

Nucléaire, de la fission aux fissures

La fable du thorium

L’hallali nucléaire


Moyenne des avis sur cet article :  4.49/5   (94 votes)




Réagissez à l'article

158 réactions à cet article    


  • Ni naïf Ni Crédule dede 24 septembre 2012 08:20

    Toujours le même discours racoleur des anti-nuc.

    Rien de constructif, d’explicatif.
    On annonce pour faire peur, en ajoutant sa petite touche perso de yaka fokon.
     smiley 

    • nicolas_d nicolas_d 24 septembre 2012 09:48

      Et le discours des pro-nuc ?
      Il est constructif et explicatif ?
      C’est sûr que c’est un des seul discours officiel qui n’est pas basé sur la peur : peur de la dette, peur de l’islam, peur du chômage,... Peur du nucléaire ? non non non, Yaka fokon continue !


    • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 24 septembre 2012 10:52

      Excusez-moi, mais ce n’est pas en répondant comme ceci que l’on convaincra ce que vous appelez les « pro-nuk », vos arguments sont comparables, et à moins que vous soyez en train de pédaler pour faire marcher votre ordi, aucune leçon n’est à donner. Il ne s’agit pas d’affoler mais de mettre en avant une prise de conscience car il est à mon avis plus important sinon plus de s’acheter des pédales que de faire du prosélytisme incantatoire.
      La décroissance est une solution et des attitudes aussi con que ne pas acheter d’oranges d’afrique du sud sont plus constructives que de traiter des paumés de.... paumés ! (je dis ça parce que je me suis fait traiter de con au supermarché ce samedi : pas d’orange d’espagne, remarque, j’avais qu’à les acheter en saison...).
      Vivre est un acte politique.


    • nicolas_d nicolas_d 24 septembre 2012 11:36

      @Emmanuel

      Je n’ai donné aucun argument comme vous avez pu le constater. Il y en a suffisamment dans le texte de l’auteur.
      Le seul argument des anti-nuc c’est que c’est dangereux. Mortel même. Pour la vie en général. Ca suffit non ? Si le nucléaire était propre et sans danger je ne serais pas anti-nuc.

      Pédaler (argument pro-nuc ça) ? Entre mourir et pédaler vous préférez quoi ? Sachant qu’on n’aura jamais besoin de pédaler pour allumer un ordi ou une lampe. Par contre pour ramener des oranges d’afrique du sud certainement oui.
      Alors oui la décroissance serait une solution. Mais ce n’est pas un argument.

      Les gens comme dede ne sont pas à la recherche d’arguments. Ils ont fait le choix du suicide.
      Se suicider plutôt que de ne pas avoir d’orange en été. On ne peut rien faire pour eux j’en ai peur.


    • appoline appoline 24 septembre 2012 15:15

      Il n’y a pas à être pro ou anti. Il suffirait juste que l’homme maîtrise ce qu’il construit. Même s’il existe des énergies alternatives, elles ne sont pas encore fonctionnelles ou si peu ; puis pourquoi n’a t on pas incité à la recherche depuis plusieurs décennies, là est la question ; qui palpe encore en dessous de tout cela, qui a intérêt à ce que tout ce dégrade. Il est curieux de constater toutes les richesses des financiers, des pays et que personne n’est investi dans le domaine, pourquoi ? Que savent ils que nous ignorons ?


    • Traroth Traroth 24 septembre 2012 18:05

      @appoline :


      « Il suffirait juste que l’homme maîtrise ce qu’il construit » : Oui, il suffirait, comme vous dites. Mais quand un défaut de maitrise a des conséquences aussi catastrophiques qu’à Tchernobyl ou Fukushima, le jeu en vaut-il la chandelle ?

      C’est une tendance de fond. Le nucléaire n’est qu’un début. Ce qui suit derrière est pire. Nanotechnologies, biotechnologies, fusion nucléaire...
      Ce n’est qu’une question de temps avant que la puissance technologique n’atteigne un tel niveau qu’une défaillance anéantisse l’humanité. Comment pourra-t—on dans ce cas accepter l’utilisation de technologies potentiellement aussi destructrices ?

      Même si on cherchait honnêtement à sécuriser au maximum les installations, le risque finirait pas devenir inacceptable, mais chacun est bien conscient que ce n’est pas le cas. Il suffit de regarder la gestion délirante de la catastrophe de Fukushima ! On laisse des populations entières exposées à la radioactivité, TEPCO fait n’importe quoi sur le site lui-même, engloutissant des millions sans parvenir à maîtriser la situation, encore maintenant.

    • nicolas_d nicolas_d 24 septembre 2012 23:21

      @appoline

      « là est la question »
      La réponse c’est probablement à cause les lobby.
      Parce qu’ils « palpent » comme vous dites. Ca parait con de dire ça, mais c’est quand même le seul but du capitalisme.
      Et si jamais le capitalisme n’est plus un but mais un moyen ? Un moyen pour un ordre mondial par exemple ?
      A ce moment là c’est un pouvoir. L’ordre n’aurait pas le pouvoir sur l’énergie si tout le monde se démerdait avec ses éoliennes, ses puits canadiens, son chauffe eau solaire et les autres belles choses qu’on aurait pu inventer.
      L’ordre n’aime pas l’indépendance.

      Quand à la dégradation ? Un « effet secondaire » regrettable ? ou encore un pas dans la dépendance...


    • JMBerniolles 25 septembre 2012 14:20

      Comme toujours dans les manipulations de monsieur Cabanel on se trouve confronté à une noria de références, faciles à classer : ce sont toutes des productions d’anti nucléaires, et on oublie la référence principale.

      C’est la Tepco elle-même qui a donné l’information. Les ingénieurs et techniciens de la Tepco, dont l’action courageuse a évité le pire en mars 2011, livrent une information ouverte assez complète, avec des omissions, il n’est pas question de dépeindre une situation idyllique, et ils sont maintenant sous la surveillance de la nouvelle autorité de sûreté qui doit elle-même rétablir sa crédibilité.

      Qu’a dit la Tepco : vers 11 heures le 22 septembre, dans le cadre des opérations de dégagement des débris du haut du bâtiment réacteur de l’unité 3, qui sont déjà assez avancées bien qu’elles se déroulent dans une zone de niveau de radiations gamma assez élevé, la manutention à distance d’une poutre d’acier de 7 m de long et de 450 kg a échoué et la poutre a glissé dans la piscine de stockage des éléments combustibles. Ce n’est pas le seul élément métallique de structure présent dans cette piscine de toute manière.

      Il n’y a pas eu de blessé et le refroidissement de la piscine n’a pas connu de problèmes.

      La vérification de la situation de la piscine a été complétée par des mesures de sources radioactives sur des échantillons d’eau prélevés dans la piscine. Notamment sur les radionucléides prépondérants c’est-à-dire les Césium 134 et 137 produits de fission.

      Comparées à des mesures précédentes du 21 septembre dernier, les radioactivités de ces éléments n’ont pas bougé et l’activité en Iode 131 n’est plus détectable.

      Cela veut dire qu’il n’y a pas eu de fissions notables (il y a encore des fissions dans les éléments combustibles mais pas de réaction en chaine) dans cette piscine depuis mars 2011 sans doute.

      Néanmoins, les taux de radioactivité en Cs 134  2.2 10 3 Becquerels/cm3 et

      en Cs 137 3.6 10 3 Becquerels/cm3 sont assez élevés.

      Ces produits de fission proviennent soit de retombées d’aérosols radioactifs dans la piscine où l’eau s’était déjà évaporée, vers le 14/15 mars 2011, soit de gaines combustibles rompues, ou de combustibles partiellement fondus, lors d’un problème sur le combustible stocké dans cette piscine qui peut très bien avoir subi une excursion neutronique (ce que l’on peut soupçonner à partir d’autres éléments d’information et qui ferait partie des omissions de la Tepco) vers les mêmes dates.

      Pour compléter l’information sur les problèmes rencontrés au niveau de cette piscine de stockage de l’unité 3, on dira aussi que la tentative de traiter l’eau de refroidissement avec les techniques de purification utilisées sur les eaux pompées dans les bâtiments turbine, - décontamination césium et désalinisation -, a rencontré des problèmes.

      Il est clair qu’en mars 2011, la piscine de stockage combustible de l’unité 3 a rencontré des problèmes internes que n’ont pas connus les autres piscines. Celle de l’unité 4 a été déstabilisée par l’explosion d’hydrogène, mais son combustible est intact. Deux éléments combustibles neufs viennent d’ailleurs d’en être extraits récemment et leur examen n’a pas mis en évidence de ruptures ou de déformations, mais juste un peu de corrosion.

      Une fois les éléments métalliques tombés dans cette piscine dégagés, l’examen par camera prévu va dénouer la question de l’histoire accidentelle de cette piscine de stockage.

      Cela donnera l’occasion à monsieur Cabanel de faire un nouvel article : « nouvelle terrible menace à Fukushima… ».. le fait que ses prédictions plus qu’alarmantes sur la piscine de stockage de l’unité 4 ne se soient pas réalisées ne l’arrêtera pas.

      JMB





    • L'enfoiré L’enfoiré 25 septembre 2012 14:21

      appoline,

       « Il n’y a pas à être pro ou anti. Il suffirait juste que l’homme maîtrise ce qu’il construit. Même s’il existe des énergies alternatives, elles ne sont pas encore fonctionnelles ou si peu »

      Exact. Voilà enfin une bon commentaire. Et c’est vrai pour tout. Car à tout il y a des avantages et des inconvénients. Il y a aussi une rentabilité, un côté économique et l’illustre prophète à répétition de cet article le sait très bien. Il n’est pas près à vous payer ce qu’il vous conseille. 

      « pourquoi n’a t on pas incité à la recherche depuis plusieurs décennies, là est la question »
      Mais que la question, elle est bonne. Croyez-vous vraiment que ceux qui travaillent dans le pétrole ou le nucléaire ne s’intéresse pas à ce qui se fait en dehors de leur activité propre. Ils investissent dans le futur, chère appoline. Pas folles, les guêpes. smiley

       « qui palpe encore en dessous de tout cela, qui a intérêt à ce que tout ce dégrade »
      Encore une bonne question. Un dirais personne, à part les fous.

      « Il est curieux de constater toutes les richesses des financiers, des pays et que personne n’est investi dans le domaine, pourquoi ? Que savent ils que nous ignorons ? »

      Beaucoup. parce qu’eux, au moins engage des jeunes qui sortent des écoles avec des connaissances pointues et actuelles. Loin des vieux chnoques qui croient, qui ont la foi mais qui ne sont plus dans le coup de l’action.


    • olivier cabanel olivier cabanel 25 septembre 2012 14:49

      appoline

      comment prouvez vous écrire ça !
      jusqu’à preuve du contraire, aussi bien pour le solaire, que le vent, l’eau, le méthane, ces énergies propres et renouvelables, nous en avons la parfaite maitrise, nous avons le potentiel suffisant pour répondre aux besoin du pays
      il ne manque que la volonté politique d’un gouvernement pour les valider.
      tous les autres pays d’europe sont cent coudées devant nous, et je suis surpris que vous en soyez encore à penser que « tout ça n’est pas au point » !!!
      étrange.
       smiley

    • olivier cabanel olivier cabanel 25 septembre 2012 14:56

      berniolles

      toujours ces approximations.
      s’il est vrai que l’information a bien été donnée par tepco, elle n’est que partielle.
      pourquoi ce silence sur les morceaux de gaines de zirconium filmées et proposées dans l’article ?
      si les gaines ont cassé, et on peut le comprendre, puisque le pont roulant, bien avant la poutre de 500 kg soit tombé dans la piscine, le combustible nucléaire doit se trouver éparpillé un peu partout, dans la dite piscine.
      or sur ce sujet, c’est silence radio de la part de tepco, et du gouvernement japonais.
      dans quel état de délabrement ce trouve maintenant le batiment 3 ?
      je trouve le tableau que vous dépeignez de la situation assez optimiste.
      sur quelle base d’information vous appuyez vous ?
      vous ne donnez aucun lien, aucune preuve...juste votre parole.
      j’oublie les accusations scandaleuses et manipulatrices que vous faites à mon encontre, mais à mon tour de vous demander de valider ce que vous avez écrit.
      sinon vous allez passer pour un triste manipulateur.
      le ciel vous tienne en joie.

    • olivier cabanel olivier cabanel 25 septembre 2012 14:59

      oups « sont tombés dans la piscine » 


    • L'enfoiré L’enfoiré 25 septembre 2012 15:46

      "  le méthane, ces énergies propres et renouvelables, nous en avons la parfaite maitrise, nous avons le potentiel suffisant pour répondre aux besoin du pays« 


      Absolument faux. Propres, renouvelables. Pour cela il faudra encore un peu attendre.
      Même les panneaux solaires ont encore du chemin à faire pour être rentables et suffisamment productifs. Les nanotechnologies pourraient tout à fait changer la donne. Mais nous sommes aussi à l’orée de la forêt des recherches.
      On relance le charbon (enfin »on", je veux dire certains pays qui n’ont pas peur de la pollution que cela apporte), mais là, il y a beaucoup de réserves, en effet. Renouvelable, là c’est une autre questions. 

    • olivier cabanel olivier cabanel 25 septembre 2012 16:38

      l’enfoiré

      je maintiens.
      lorsque les consommateurs auront a payer le vrai prix de l’électricité nucléaire, ils constateront que les énergies propres et renouvelables sont en réalité bien moins chère.
       smiley

    • JMBerniolles 25 septembre 2012 17:41

      Monsieur Cabanel.

      Vous ne lisez pas bien ce que j’écris.

      Qui d’autres que les techniciens de la Tepco vont voir ce qui se passe au 5 ème niveau du bâtiment réacteur n°3 ?

      Donc ce que je vous dis se trouve dans les documents que la Tepco fournit à la nouvelle autorité de sûreté japonaise et dans ce qu’elle livre à la presse.
      Sur ce problème de poutre échauffadage (truss beam) la Tepco dit la vérité puisqu’il n’y a pas de dégâts importants, ni de conséquences fâcheuses.

      Mais surtout vous n’avez pas compris ce que j’ai écrit sur ce qui s’est vraisemblablement passé vers le 15 mars 2011 dans cette piscine de stockage du réacteur 3.

      Il est très possible qu’il y ait eu une excursion neutronique avec un endommagement assez fort des crayons combustibles, -ruptures de gaines, en zirconium effectivement, voir fusion partielle sans doute, ..-.

      Cette piscine 3 a donc envoyé dans la nature des éléments radioactifs à ce moment là :
       l’arsenal classique Cs 134 et 137, I 131, Tellure .. dont des PF à vie courte qui ont été mesurés et qui sont caractéristiques d’une criticité (excursion neutronique) accidentelle.

      Egalement, une très faible quantité de plutonium dont les retombées sur le sol du site ont été mesurées. La part de ce Pu venant du Mox se distinguant difficilement du Pu d’origine militaire que contient le sol du Japon.

      Elle a aussi généré un court instant des flux de neutrons qui ont été repérés à l’extérieur du site [ils ont été de faible intensité et très fugaces]

      J’assume parfaitement d’être un défenseur du nucléaire. Non pas par attachement à l’atome, dont à travers les millénaires, le progrès de la connaissance a été une grande conquête de la science humaine. Encore aujourd’hui avec les aventures du neutrino. C’est aussi ce qui a conduit aux progrès décisifs en Biologie moléculaire notamment..

      Mais parce que le nucléaire civil est attaqué de toute part alors qu’il est essentiel à notre approvisionnement énergétique futur.




    • olivier cabanel olivier cabanel 25 septembre 2012 17:59

      berniolles

      j’avais parfaitement compris ce que vous vouliez expliquer.
      à mon tour de remarquer que vous faites tout pour minimiser ce qui s’est passé.
      permettez moi de vous le présenter d’une façon disons plus réaliste.
      nous sommes en présence d’un bâtiment dévasté, qui a subi un incendie, une explosion, ce qui a fragilisé bien évidemment sa structure.
      la piscine est encombrée de débris, du béton, des poutrelles d’acier, et même le dispositif roulant qui permettait de retirer les combustibles.
      on a vu qu’une partie de ceux-ci sont brisés....
      il faudrait enlever les assemblages qui sont au fond de la piscine, qu’ils soient cassés ou pas...comment faire ?
      très franchement on ne peut pas être réaliste sur la suite des évènements,
      alors que vous soyez un défenseur du nucléaire, c’est votre problème, et je crois que le lecteur l’avait deviné parfaitement depuis un certain temps.
      mais lorsque vous dites que le nucléaire est l’avenir, permettez moi de sourire.
      nous en connaissons les dangers, et fukushima est loin d’être fini.
      je suis l’un des nombreux à penser qu’il est temps d’en sortir, d’autant que nous avons aujourd’hui des énergies propres capables de le remplacer.
      le nucléaire n’est donc plus essentiel à notre approvisionnement énergétique futur, contrairement à ce que vous affirmez.
      mais merci de votre commentaire.


    • JMBerniolles 25 septembre 2012 20:03

      Oui, récupérer le combustible fondu avec les structures sous forme de corium dans les réacteurs 1 2 et 3 est un vrai défi technologique. Qui va faire progresser les techniques de démantèlement.


      Que cela vous plaise ou non (notre pays en chute libre et que l’arrêt de la recherche et des projets dans le domaine du nucléaire va contribuer à afflaiblir encore plus, va peser de moins en moins dans le monde) l’électronucléaire se développe dans le monde.

      L’Allemagne qui prétend en sortir, produit encore près de 15% de son électricité à partir de centrales nucléaires et rencontre de gros problèmes pour développer ses énergies alternatives.
      Le Japon relance ses centrales, sous réserve d’une sûreté accrue, et surtout va faire redémarrer son prototype rapide à sodium Monju. Programme d’avenir très soutenu en Russie, Inde, Chine, .. 

      Les représentants politiques de votre courant de pensée, au pouvoir en France, auquel ils s’accrochent contre vents et marées, admettent la continuation du nucléaire.. 

      L’électronucléaire progresse dans le monde et va reprendre aux US lorsque le gaz de schiste manifestera ses limites ;

      Bon, je ne compte pas vous convaincre... vous êtes trop engagé dans cette litanie d’articles qui recueillent une bonne approbation, mais qui ne laisse aucune trace même sur le cour terme.
      Le grosse menace Fukushima Daiichi commence à faire long feu..







    • olivier cabanel olivier cabanel 25 septembre 2012 21:31

      berniolles

      vous me semblez animé de « la foi du charbonnier »
      vous avez tort, le nuk, c’est terminé.
      une grande majorité de citoyens l’ont compris dans le monde.
      d’ailleurs, vous faites cas d’une « haute technologie »
      une plaisanterie.
      il n’en est rien....une cocotte minute, pour faire chauffer de l’eau, et faire tourner des turbines,
      ça commence un peu à dater...Papin... pas le footballeur !
      sauf que le carburant qui sert à chauffer l’eau pose plus de problèmes qu’il n’en résoud.
      désolé,
      la page est définitivement tournée, quoique vous en disiez.
       smiley

    • Havoc Havoc 26 septembre 2012 11:26

      J’ai des poissons à noyer. Vous êtes dispo quand ?

      Venez avec vos chiffres.


    • JMBerniolles 26 septembre 2012 13:01

      Vous avez raison monsieur Cabanel il faudra revenir au charbon, seule réserve fossile encore abondante, d’ailleurs l’Allemagne après avoir arrêté des réacteurs nucléaires brûle un charbon super polluant.


      Encore une fois vous reprenez des formules trouvées dans votre mouvance anti nucléaire sans aucun esprit critique :

      C’est Laponche, au parcours malheureusement similaire à celui de Cohn-Bendit, c’est à dire pseudo révolutionnaire en 1968 puis très rapidement valet du système, qui a donné cette caricature dans Le Monde.

      « Les réacteurs nucléaires sont utilisés à faire bouillir de l’eau (en fait à chauffer du sodium et du gaz également dans d’autres cas..) »

      En fait, il faut dire qu’ils font tourner des turbines d’alternateur pour produire de l’électricité.
      Les turbines à gaz et les chaudières à cycle combiné également.

      Donc il faut parler de rendements :
      * le rendement des REP est un peu plus de 30%
      * le rendement d’une chaudière à gaz à cycle combiné peut atteindre 80%

      Mais le rendement de Super Phénix était supérieur à 40% et avec des réacteurs de IV génération à gaz et même à sodium, on pourra dépasser nettement les 50%

      L’utilisation forcenée du gaz naturel, puis du gaz de schiste inévitable dans la foulée, va rapidement épuiser ces ressources naturelles, tandis qu’avec les cycles Plutonium et Thorium les réserves énergétiques se chiffrent à plusieurs centaines d’années.




    • olivier cabanel olivier cabanel 26 septembre 2012 14:36

      bernioles

      on en reparle sous peu.
      je pense pouvoir proposer un article sur « la transition énergétique »
      j’ai peur que ça ne vous plaise guère.
      mais quelle importance ?
       smiley

    • olivier cabanel olivier cabanel 26 septembre 2012 14:39

      havoc

      le message est pour qui ?


    • JMBerniolles 26 septembre 2012 19:52

      Pourquoi écureuil bleu (je n’ai rien contre) ? c’est une espèce mutée génétiquement à cause d’une forte radioactivité ? juste pour plaisanter, j’aime beaucoup rire aussi et j’avoue que monsieur Cabanel est par moment assez inénarrable.


      Oui je connais Rifkin, oui je connais Badandjevski qui est un peu plus sérieux et honnête que les frères Nestorenko, oui je connais Négawatts et NégaTep, oui je connais les méthodes de la CRIIRAD (Dans le domaine l’ACRO est une association plus correcte), oui je lis les écris de Laponche .. et puisque vous parlez d’amusement les déclarations de Stéphane Lhomme, le gourou déclassé, me font rire, mais en même temps m’attristent parce que des gens sincères le croient.

      Moi, je regarde les réalités, les chiffres concernant l’électronucléaire qui est un domaine que je connais dans le détail.

      Dans le monde la réalité de l’électronucléaire est la suivante :
       * Un pays est à la tête de la science et de la technologie du domaine. C’est la Russie. Grace à l’imbécilité de nos gouvernants successifs, en particulier la gauche plurielle, qui revit aujourd’hui, nous avons perdu notre place dans le domaine.
      * La Russie, l’Inde , La chine mais aussi la Pologne, la Grande Bretagne, .. nos grands amis du Qatar et de l’Arabie saoudite, ainsi que d’autres pays qui ont du pétrole s’engagent fermement dans l’électronucléaire
      * Des pays qui prétendent en sortir, ne le font pas vraiment. Cela fait plus de 10 ans que l’Allemagne doit en sortir et le Japon va relancer ses centrales, sauf impératif de sûreté, et continue sa recherche en la matière. C’est d’ailleurs la Japon qui dirige la projet ITER en France.

      Vous mettez le doigt sur une réalité qui explique pourquoi les médias sont assez unanimement anti nucléaires. Le système néo libéral n’aime pas le nucléaire. Il préfère de beaucoup le business vert.. 

      JMB



    • olivier cabanel olivier cabanel 30 septembre 2012 10:31

      calmos

      c’est marrant que des individus apparemment sains d’esprits en viennent à regretter le petit despote qui occupait l’elysée....
       smiley

    • Sierraecho79 Sierraecho79 24 septembre 2012 09:46

      Excellent article ! . Sur le mur du groupe Fukushima informations nous venons d’avoir une vidéo postée par nos amis Japonais qui montre ce qui pourrait ressembler à des poussoirs de pastilles de combustible d’un crayon d’assemblage . Si cette information est vérifiée les paniers d’assemblage de la piscine du réacteur N°3 pourraient avoir subi de gros dommages (avant la chute de la poutrelle ) 


      • olivier cabanel olivier cabanel 24 septembre 2012 09:53

        en effet, Sierraecho, il semble bien qu’il s’agisse de crayons d’assemblage, comme on le peut le voir sur ce lien.

        merci de votre aide.

      • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 24 septembre 2012 10:42

        Salut,
        Je suis peut-être un peu con mais si les crayons n’avaient pas pétés quelque part, , comment expliquer les taux décrits comme faramineux de la radio-activité ambiante ? L’eau des piscines y aurait-elle suffit ? En effet celle provenant de « l’atmosphère » des réacteurs s’est depuis belle lurette dispersée au gré des vents -ce qui n’est pas meilleure nouvelle pour les alentours-... Donc le combustible est bien forcément là, quelque part, filmé ou non. Rien de neuf. Mais rien de rassurant non-plus, évidemment.


      • olivier cabanel olivier cabanel 24 septembre 2012 11:31

        emmanuel

        bien sur, mais je me dis aussi que si les crayons ont pété, il n’y a pas eu la criticité décrite, puisque normalement, le seul fait d’etre exposés à l’air devrait les faire monter en température...
        je ne pense que nous aurons la réponse sous peu...ou dans quelques mois.

      • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 24 septembre 2012 21:18

        Bon, (au moins pour l’instant...) la caméra n’a pas fondu.


      • eau-du-robinet eau-du-robinet 24 septembre 2012 10:48

        Très bon article Olivier.

        — début de citation —
        Rappelons qu’un milligramme de ce plutonium inhalé peut suffire à induire un cancer, (lien) et que la durée de « demi-vie » de celui-ci est de 24 000 ans, ce qui signifie que les effets ce cet élément radioactif ne seront bien moins dangereux qu’au-delà de 100 000 ans.
        — fin de citation —

        Que léguons nous aux générations futur ? Un monde qui ressemble à une poubelle ?

        Dans les informations allemandes on à parle ce weekend d’autres faits graves et d« actualité qui concernent le stockage des déchets nucléaires dans une mine à sel près de Wolfenbüttel

        Le centre de stockage de Wolfenbüttel coure le risque de s’effondrer d’un moment à l’autre et d’être inonde en même temps.

         » Es bestehe dann die Gefahr, dass Radioaktivität unkontrolliert ins Grundwasser gelange. "
        Il existe alors le risque que la radioactivité arrivé dans la la nappe phréatique. 

        En cherchant sur google on peut se rendre compte qu’il ne s’agit pas d’un fait isolé ... voici un article en français datent de 2008. ... il en à aussi de 2010 ....

        Cela met en cause le stockage durable des déchets nucléaires de manière sur !  Les generations futur sont assises sur de véritables bombes à retardement.


        • eau-du-robinet eau-du-robinet 24 septembre 2012 10:50

          Voici le lien de Wolfenbüttel pour compléter mon message précedent.


        • olivier cabanel olivier cabanel 24 septembre 2012 11:32

          eau du robinet

          je partage totalement et remercie
          pour les liens aussi !
           smiley

        • joletaxi 24 septembre 2012 11:12

          bonjour les enclumes

          je ne résiste pas au plaisir de vous donner ce lien vers un petit film qui va vous intéresser, sans aucun doute.
          Comme c’est traduit en français, cette fois vous pourrez profiter de toute la saveur de ce reportage.
          J’ose espérer que cogno aura d’ici là renouvelé son répertoire d’insultes, il me semble un peu mou du genou ces derniers temps

          sinon, fort heureusement

          fuku c’est zéro mort, zéro la tête à Toto


          • olivier cabanel olivier cabanel 24 septembre 2012 11:34

            dis donc jo,

            abandonner son seau et sa pelle pour nos proposer un lien sans le mettre, c’est pas fort !
             smiley


          • joletaxi 24 septembre 2012 11:42

            tiens ouais, encore un complot...

            https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=QQSHpVnLjkQ

            je suis tellement paniqué par vos infos, et surtout tenant compte de votre expertise d’architecte,et également des analyses toujours pertinentes de Gugunarson,que je n’avais pas remarqué.
            Cela aurait été vraiment dommage de vous priver d’un petit film, dont vous ne manquerez pas de remarquer la parfaite neutralité


          • joletaxi 24 septembre 2012 12:43

            message urgent au club de l’enclume :

            gasland = vérité

            la daube sans nom proposée= une vraie merde.

            au moins les choses sont simples quand on pose certains préalables.


          • olivier cabanel olivier cabanel 24 septembre 2012 13:17

            yohann

            je me permet juste de vous rappeler que l’objet de l’article est fukushima, mais soyez rassuré, ce sera sous peu le temps d’un article sur les gaz de schiste, avec autre chose que des témoignages du genre que vous évoquez...


          • ph11 24 septembre 2012 16:09

            « fuku c’est zéro mort, zéro la tête à Toto »

            En même temps, vu que tout le monde était déjà mort à cause du tsunami, il aurait été assez difficile que cela cause plus de morts.

            PS : je ne suis pas contre le nucléaire, mais contre le modèle actuel qui comporte un risque toujours inacceptable, sans compter que le jour où on ne pourra pas s’en occuper (guerre, effondrement économique, révolution...) on risque de rigoler.

            D’autres modèles de centrales sont plus surs, comme les centrales à thorium, par exemple.


          • Ni naïf Ni Crédule dede 24 septembre 2012 16:55

            Et pourquoi pas un article sur les OGM et la façon de faire une étude sur ce domaine.

            Je sens qu’il va y avoir des surprises !

          • olivier cabanel olivier cabanel 25 septembre 2012 15:01

            ph11

            le thorium plus sur ?
            je vous invite à lire cet article et on en reparle ?
             smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès