• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Guérir ou mourir en mangeant

Guérir ou mourir en mangeant

Nous sommes habitués à voir figurer sur les paquets de tabac ou de cigarettes la mention « fumer tue », mais comment réagirions-nous si la loi obligeait les producteurs de fruits et de légumes utilisant OGM ou pesticides, à faire figurer la mention : manger tue ?

Ce n’est pas une provocation car il est maintenant de notoriété publique que les pesticides, et pas seulement eux, que nous ingérons chaque jour peuvent provoquer de graves dommages à notre corps, dégradant notre santé. lien

Sauf que le danger ne vient pas seulement de ces fruits et légumes traités, mais aussi de la viande, du poisson, des crustacés…

Hormones de croissances pour les bovidés, (lien) poulets à la Javel, (lien) saumons aux pesticides, (lien), poisons dans les produits transformés, (pringles) (lien) glutamate, (lien) etc. le danger est partout…

Bien sur pour l’instant, au sujet des hormones de croissance, et du chlore, le danger semble écarté…provisoirement, car si les accords TAFTA engagés au niveau européen étaient signés, nous serions de nouveau exposés. lien

Ajoutons pour la bonne bouche que nos casseroles, et autres poêles, avec leur revêtement antiadhésifs ajoutent un autre danger dès l’instant ou celui-ci a été abimé, et que les fours micro-onde sont de véritables déversoir de poisons tels que les phtalates ou le bisphénol A. lien

Pour finir sur ce chapitre, on pourrait évoquer le danger que représente l’ionisation des aliments, laquelle détruit jusqu’à 80% de la vitamine A des œufs, et 48% du béta-carotène du jus d’orange, d’où l’importance de bien lire les mentions sur les emballages des aliments qui nous sont proposés. lien

Pourtant il est possible d’y échapper en décidant de manger sain, et de limiter notre confiance en matière de produits transformés, quitte à les transformer nous même.

Faire sa confiture est devenu une banalité, mais on peut tout aussi bien faire son pâté, son pain, ses fruits confits, ses gâteaux, ses pates, ses lasagnes, ses pizzas, etc.

Certains vont plus loin en affirmant que nos aliments sont des médicaments…qu’ils appellent « médicaliments ».

Ils expliquent que si nous ingérons des produits dangereux, le message est limpide pour notre corps : il ne se sent pas respecté, et il manifeste son hostilité par « une grève de la santé ».

Ainsi un foie submergé par un excès d’alcool peut se mettre volontairement « en drapeau », un estomac se voit gratifié d’ulcères, voire de tumeurs, notre sang appauvri par trop de nitrates ne remplit plus sa mission normalement…

Ils préconisent donc d’être « à l’écoute de son corps  » et de choisir ses aliments en fonction de nos désirs, notre corps nous appelant à réagir aux éventuelles carences.

C’est ce que prône l’instinctothérapie.

On doit ce concept, né en 1964, à Guy-Claude Burger qui, atteint d’un cancer alors qu’il a 26 ans, expérimente une alimentation à base de produits crus convaincu que « l’organisme est capable d’indiquer par les sens les produits qui lui sont utiles », se fiant ainsi à notre instinct naturel. lien

Il faudrait donc se baguenauder sur un marché, et, se laissant porter par son instinct, acquérir les produits qui, en les voyant, nous donnent envie de s’en nourrir.

Mais le concept global de l’instinctothérapie va beaucoup plus loin, bannissant le lavage des légumes, mais aussi sa découpe, l’extraction de son jus. Les produits de la mer sont mangés crus, le lait et ses dérivés sont interdits, tout comme la plupart des céréales, le pain, la seule boisson autorisée étant l’eau.

Burger préconise de ne se fier qu’à son odorat pour choisir son aliment, propose de le mastiquer longuement, se limitant aux fruits à midi…

Sans aller si loin, tournons nous vers les cuisiniers, ces alchimistes de la préparation de nos aliments, tel le chef Alain Passard qui évoque avec gourmandise dans un numéro récent du journal « Le Point » : « cette cuisine qui soigne ».

Dressant la liste des aliments qui nous protègent du cancer, du diabète, d’Alzheimer, du risque cardio-vasculaire, il préconise toute une série d’aliments allant de la tomate, au chocolat, en passant par le gingembre, l’huile d’olive, l’ail, les brocolis, l’estragon, et le pamplemousse.

Aidé du professeur Richard Béliveau, le chef triplement étoilé fait donc la promotion de la nutriprévention.

Richard Béliveau, était précédemment l’auteur d’un livre passionnant : « les aliments contre le cancer  » (éditeur solar-2006). lien

Il affirme que « certains aliments contiennent des molécules qui influencent positivement le fonctionnement des cellules, dans certains cas d’une façon comparable à celles présentes dans les médicaments, mais sans les effets secondaires ».

Ce docteur en biochimie, considéré comme le spécialiste mondial de la prévention des maladies par l’alimentation déclare : « ce n’est pas un dessert 2 fois par semaine qui va vous déclencher un diabète sucré, mais les gâteaux industriels de vos petits déjeuners » et il préconise de cuisiner soi-même ses aliments en prenant le temps de les déguster, rejoint sur ce terrain par Passard qui affirme que « manger sain, ce n’est pas se priver de ce qui est bon, bien au contraire » proposant pour le journal « le Point », 12 recettes dont le leitmotiv est « n’oubliez est pas que plus beau livre de cuisine a été écrit par la nature  ». lien

Essayez donc sa salade de menthe fraiche aux amandes grillées, son saumon au thé vert et gingembre, son gaspacho à la tomate et figues fraicheslien

Quant au vin rouge, si souvent décrié, il est avant tout un « aliment santé », à condition de ne pas en abuser : il a un effet protecteur contre les maladies cardio-vasculaires, et permet de bloquer le développement des cancers de la thyroïde, des reins, du rectum, et il pourrait réduire l’incidence de la maladie d’Alzheimer.

Beliveau rappelle que le lycopène, pigment responsable de la couleur rouge des tomates, a une efficace action anticancéreuse, que ceux qui consomment régulièrement les légumes de la famille de l’ail (oignons, poireau, ciboulette…) courent moins de risques de développer un cancer, qu’il existe des légumes (brocolis, cresson, radis, roquette, navets…) qui favorisent la destruction des cellules tumorales, tandis que la betterave rouge permet de détoxifier notre organisme.

En effet, il s’agit d’abord de détoxiquer notre corps, et la mission n’est pas simple, car certains sont convaincus que ça passe par la cure d’amaigrissement.

Celles-ci, lorsqu’elles ne sont pas des pièges à gogo, médiatisées par des « scientifiques » qui sont souvent plus des charlatans que de véritables experts, ont un inconvénient majeur : en diminuant la masse corporelle, elles concentrent donc les toxines contenues dans le corps, et entrainent souvent plus de problèmes que de solutions.

Il faut donc en priorité appliquer les solutions qui permettent en douceur de débarrasser nos organismes de toutes les toxines qui s’y sont accumulées.

Le célèbre Georges Oshawa, dans son non moins célèbre « le zen macrobiotique (ou l’art du rajeunissement et de la longévité)  », a préconisé depuis longtemps de nombreuses méthodes, ne craignant pas d’écrire : « rien n’est plus facile que de guérir le cancer  », maladie qu’il considère comme la maladie la plus yin. lien

Il s’agit de rééquilibrer nos corps, souvent trop yin, avec la consommation d’aliments yang : les « yin » étant ceux qui sont « dans l’expansion » tels les tomates, le poulet, les melons, etc., et les yang » étant « concentrés » : les carottes, le lapin, la châtaigne etc.., permettant aussi un grand nettoyage de l’organisme. lien

L’une de ses thérapies est radicale : les prunes umébosis, (ou umeboshi) prunes ayant séjourné pendant au moins 3 ans dans le sel, (lien) et Oshawa, dans son livre raconte comment il a soigné un homme d’une maladie qui semblait incurable en lui faisant avaler 10 umébosis sans les mâcher, lui redonnant la santé en moins de 10 heures : elles avaient permis un « grand nettoyage de son tube digestif ».

Nettoyer son organisme des toxines qui l’ont envahi demande généralement du temps, et on ne peut que conseiller la fameuse cure de sève de bouleau qu’il faut idéalement se procurer soi-même, afin d’avoir la garantie de sa fraicheur, et de son authenticité, ce qui est relativement simple, puisqu’il suffit d’un court tuyau de plastique de 8mm de diamètre, d’une bouteille dont le bouchon aura été percé d’un trou du même diamètre d’une perceuse, d’un bouleau comme on peut le voir dans cette vidéo.

On prélève la sève au printemps, avant que l’arbre est produit ses feuilles, et on rebouche les trous après usage.

Il s’agit de boire au moins 3 litres de cette sève en 3 semaines, ce qui va permettre d’éliminer beaucoup de toxines, de drainer l’organisme, d’éliminer l’excès d’urée, de cholestérol, tout en se vermifugeant et faisant du bien à notre peau, sachant que la sève du bouleau ne coule que pendant quelques semaines... lien

En fin de compte, ils sont de plus en plus nombreux à penser que si on donne à son corps de bons aliments, non seulement on se met à l’abri de nombreuses maladies, mais on augmente sa perception, son intuition. lien

Comme dit mon vieil ami africain : « quand l’argent parle, la vérité se tait ».

L’image illustrant l’article vient de « tpalsace.wordpress.com »

Merci aux internautes pour leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Articles anciens

Prenons en de la graine !

Des racines et des arbres

Finissez vous assiettes

Main verte pour tomate rouge

Le bruit du silence

L’huile de l’arbre

La drogue ce tabou

A table avec les sauvages

Arrêtez la terre, je veux descendre

A l’oreille des feuilles

La terre folle

Au bois de mon cœur

Mourir pour un peu de chanvre

Les dessous du chou

Un article à la noix

Le jardin extraordinaire

Des piquants qui protègent

Ces plantes qui tuent les virus

L’amarante, plante espiègle

Des pommes, des poires, mais pas n’importe quoi

Aimer la Terre

Les avancées de l’immobile

A l’aide d’iode

N’écrasez pas le champignon

Jamais déçu par le chou

Sauvé par l’écorce

Les vilains secrets du terroir

OGM, globalement mauvais


Moyenne des avis sur cet article :  4.72/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

89 réactions à cet article    


  • César Castique César Castique 1er juillet 2014 09:19

    Et ne pas manger aussi !!!


    • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2014 09:42

      César

      vous donnez dans l’humour noir ?
      ceci dit, que pensez vous de ces hommes qui, semble-t-il, vivent sans manger ni boire ?
      et ce n’est pas un cas isolé...
      on cite aussi le cas de cet adolescent qui demeura sans manger ni boire pendant 40 ans...les scientifiques envoyés pour prouver une éventuelle supercherie échouèrent.
      l’article est sur ce lien

    • César Castique César Castique 1er juillet 2014 15:39

      « ceci dit, que pensez vous de ces hommes qui, semble-t-il, vivent sans manger ni boire ? »


      Rien ! Ma religion m’impose de me laisser abuser par mon scepticisme plutôt que par ma crédulité.

    • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2014 22:05

      César

      une réponse sémantique, une pirouette, mais sur le fond pas grand chose
      désolé 

    • Robert GIL ROBERT GIL 1er juillet 2014 09:38

      la santé passe par la bouffe...

      voir : VIVRE ET MANGER


      • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2014 09:43

        merci Robert Gil...

         smiley

      • mmbbb 1er juillet 2014 09:44

        il est tres tendance d etre contre les insecticides j’ai passe mon enfance a la campagne Bien que nous emmerdions pas mal la nourriture etait le point positif Si nous avions faim entre les repas nous mangions des pommes biscornues et souvent piquees par les insectes en quatre heures Si vous mettez ces pommes biscornues tachees sur un etal de supermache le consommateur n’en voudra pas parce que c’est un ecolo des villes ( dans une emission la gerante d’un supermarche ne disait pas autre chose ) Donc si je veux vendre des pommes j’emplois des pestiticides CQFD Si je veux vendre je soigne le « pakaging » nous sommes un pays ayant perdu la physiologie du gout cher a Brillat Savarin sauf dans les grands restaurants ou il est desormais dans l’air du temps d’aller chercher des saveurs de l’autre bout du monde alors que nous avons en france un reservoir extraordinaire de saveur mais peu exploite La forme l’emporte sur le fond c’est l’art du marketing 


        • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2014 10:44

          mmbbb

          rien ne vous empêche de considérer ça sous l’angle de la « tendance », perso, je le considère sous l’angle de la survie, de la santé...
          et au sujet des « fruits difformes » qui autrefois étaient jetés, depuis quelques semaines, une nouvelle « tendance » vient de naître... et çà marche !
          les grandes surfaces proposent des fruits et légumes moins chers, n’ayant pas une apparence parfaite.
          tout change !
          c’est intéressant pour nos porte monnaies, et en même temps ça évite un gaspillage considérable : il est question du tiers qui était jeté auparavant.
          ça a commencé aux usa, et maintenant ça vient de commencer en France

        • mmbbb 1er juillet 2014 11:24

          Par olivier cabane Je vous l’accorde mais on nous fait prendre des vessies pour des lanternes et comme le disait Lenine un pas avant deux pas en arriere Toutes ces nouveautes et ces grands discours sur le durable il y a peine deux generations les francais le faisaient Ils ne connaissaient pas le bio concept trop abstrait et savant necessitant quelques annees passes a l’ecole et se contentait d’un terme plus simple « naturel » L’ere du jetable, de la fantaisie sont nes avec l’avenement de mai 68 qui ne voulait pas de contraindre et souhaitaient une revolution des moeurs Cette generation que j’ai connue et que vous deviez connaitre, cette generation de l’apres guerre avait appris a ne pas gaspiller Aujourd’hui il s’agit moins d’une revolution comme on nous veux le faire croire ( le bio est un non sens absolu comme le mot ecologie employee en politique : il s’agit la encore de marketing politique ) mais d’un simple retour au bon sens Maltus si decrie n’avait quand meme pas tort Le bon sens nous fait simplement voir que la terre et les mers ne peuvent pas donner plus de ce qu’ils peuvent Je me rappelle d’un phrase d’un paysan dans sa ferme « ils vont trop vite » Pour conclure la population de demain sera urbaine la nourriture industrielle aura de beau jour d’autant plus que les pays emergeants comme la Chine prennent les memes travers afin d’assouvir la classe moyenne qui voient dans ce mode de consommation l’ultime modernite Salutations 


        • BOBW BOBW 1er juillet 2014 21:43

          Et ces « Saloperies d’agrumes » traités au diphényl, vendus en grandes surfaces qui moisissent au bout de cinq à six jours.
          Mes citrons ,fruits d’arbres dans mon jardin,non traités aux pesticides,qui sont « alimentés » avec des engrais bios aux algues,et bien ensoleillés ne moisissent jamais ! ...


        • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2014 22:07

          BOBW

          oui, merci de l’avoir relevé.
          pour les agrumes, je crois essentiel de se limiter a en consommer en saison, et surtout bio.

        • claude-michel claude-michel 1er juillet 2014 10:17

          Hélas..les lobbys de la malbouffe se contre foutent de la réalité..seul compte l’aregnt « récolteé »...et ce n’est pas fini..ce n’est que le début.. !


          • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2014 10:45

            claude-michel

            ne soyez pas pessimiste, et n’oubliez pas, en principe, c’est le client qui décide...pas le marchand.
             smiley

          • claude-michel claude-michel 1er juillet 2014 11:08

            Par olivier cabanel...Vous avez raison...mais un problème de taille se pose...ce qu’il y a dans votre porte monnaie.. ?


          • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2014 11:32

            claude michel

            je ne comprend pas ?
            puisque ces fruits ou légumes sont moins chers, et tout aussi bons.
            ça fait donc du bien à nos porte monnaies... non ?

          • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2014 11:33

            claude-michel,

            je précise au cas ou vous n’auriez pas lu le fil complet des échanges, qu’il s’agit de fruits qui n’ont pas une belle apparence, non calibrés, que j’évoquais un peu plus bas...

          • claude-michel claude-michel 1er juillet 2014 12:00

            Par olivier cabanel ...J’ai bien lu....mais nous avons en France 9 millions de pauvres qui justement regarde leur porte monnaie...même avec des fruits ou légumes cités dans votre article..Les « Restos du cœur » (comme d’autres sont là pour palier au manque d’argent d’un nombre important de pauvres.. !


          • foufouille foufouille 1er juillet 2014 12:38

            @claude
            il connaît pas ............


          • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2014 13:29

            claude michel

            il reste des solutions évoquées a plusieurs reprises, les jardins partagés, les réseaux alternatifs, et tant d’initiatives qui marchent que je suis surpris que vous ne les évoquiez pas. ...


          • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2014 13:56

            claude michel

            quelle pirouette ?

          • claude-michel claude-michel 1er juillet 2014 14:33

            Par olivier cabanel ...L’habit ne fait pas le moine a ce que je vois.. !


          • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2014 22:08

            foufouille

            si, « il » connait.
             smiley

          • lsga lsga 1er juillet 2014 10:22

            Remarquons que nous sommes exposés, sans TAFTA. 

             
            Les produits « Bio » d’origine internationales ne respectent aucune norme. 
             
            Un accord comme TAFTA permettrait une union du prolétariat Européen et Américain dans la lutte, et l’émergence de normes internationale. 
             
            Bien entendu, si vous préférez rester planquer derrière la commission européenne, et bouffer du poulet aux hormones estampillé bio... Personnellement, je préfère lutter. 
             


            • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2014 10:48

              Isga

              à l’international, je n’en suis pas sur, je pense qu’il existe des normes sévères
              en tout cas, les normes bio en Europe sont les mimes que celles décidées par Bruxelles.
              c’est sur ce lien
              et ceux qui se font prendre la main dans le sac sont sévèrement punis...

            • lsga lsga 1er juillet 2014 10:57

              vous auriez du regarde le reportage sur France 5 sur le sujet : 90% du bio européen vient de Roumanie, qui ne respecte aucune des normes.

               
              Je suis pour le Bio : dans le fond, c’est un progrès incontestable.
               
              Mais croire que l’on peut laisser le prolétariat américain sombrer dans un production toxique alors que nous européens serions protéger est absurde. 
               
              Les pollens OGM font le tour de la planète. Il faut nous battre à une échelle internationale. Voilà ce à quoi TAFTA va nous pousser. 

            • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2014 11:34

              Isga

              au sujet du bio non conforme roumain, si vous avez un lien pour étayer ?
              et n’oubliez pas, c’est toujours le client qui décide, ce qui n’empêche pas de se battre contre TAFTA...

            • mmbbb 1er juillet 2014 11:52

              vous avez raison j’ai regarde ce reportage et vous ne racontez pas des fadaises Par analogie la Roumanie comme l’Afrique est un marche a conquerir en achetant les terres arables et s’appropriant ce qui fera demain une matiere hautement speculative : l’alimentaire quoique deja le ble est cote en bourse Ce reportage montre le revers de la medaille et le cote cynique ; le BIO comme tout autre produit devient un produit hautement marchand comme l’huile de palme Les acquéreurs de ces terres sont des hommes d’affaires avant tout et derriere le cote « sentimental du label BIO » ils pensent a bon escient a se remplir les poches Ils vont balayer la culture fragile et traditionnelle de ces contrees Je ne leur reproche il applique la loi du marche et surfe sur les tendances Le BIO en est une puisqu’il s’agit d’une invention marketing et que le mot a lui seul sonne bien Le mot naturel est moins savant moins vendeur et ne s’adresse pas a une classe de cadre branche Quant au Bio venant des pays extra communautaire parlez en aux allemands avec leurs pousses de soja pollues a «  » «  »Escherichia Coli " Un cadeau du marketing puisqu’il s’agit d’une bacterie fecale Le bio a au moins le merite de tout recyler meme la merde humaine 



            • lsga lsga 1er juillet 2014 12:19

              mince c pas celui là... bref...


            • lsga lsga 1er juillet 2014 12:21

              vala :

               
              La lutte doit être internationale. On ne peut pas se planquer. Nous devons nous unir à nos camarades américains et chinois. Pour lutter contre Monsanto, les frontières sont inefficaces. 

            • lsga lsga 1er juillet 2014 12:40

              mais attention : la certification Bio reste un très grand progrès, à condition qu’elle soit faites par des multinationales capables de contrôler la chaîne de production sur l’ensemble du globe.

               
              Quand nous collectiviseront ces multinationales, là, cela deviendra vraiment intéressant. 

            • mmbbb 1er juillet 2014 12:46

              @  Par lsga    Monsanto : la puissance de l’argent le nerf de la guerre une strategie sur le long terme un groupe qui a su s’implanter dans de nombreux pays emergeants Argentine Bresil en particulier pour le soja La puissance de l’industrie americaine Nous ; la division Lorsque vous parlez d’international comme un internaute qui veut une revolution internationale c’est tout de meme risible puisqu’en France deja le monde agricole est tres divise quant au niveau europeen ce sont les lobbies qui gouvernent D’une maniere generale les personnes sont divisees les syndicats le sont alors esperer un mouvement social un emballement general je le crois pas dans l’immediat d’autant plus que les revolutionnaires d hier sont devenus de bons bourgeois Vous pouvez rever comme d’autre reve a une gouvernance mondiale 


            • lsga lsga 1er juillet 2014 13:27

              mais Monsanto n’est pas plus américain que juif, c’est une multinationale, comme il en apparaît nécessairement dans le Capitalisme. 

               
              Il ne faut pas protéger la France d’une « invasion juive/américaine », il faut collectiviser Monsanto. 

            • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2014 13:31

              Isga

              ce n’est pas parce que la télé en parle qu’il faut la croire sur parole,
              les lobby sont forts, et il faut faire soi meme son enquete pour vérifier la véracité de l’information

            • Francis JL 1er juillet 2014 13:41

              Collectiviser une multinationale,
              ça doit être aussi facile que démanteler une centrale nucléaire. 

              Pourquoi pas collectiviser Cosa Nostra tant que vous y êtes !

              Pfff !


            • lsga lsga 1er juillet 2014 13:55

              olivier : il est évident qu’il faut imposer des normes agricoles à l’échelle internationale. L’immense majorité de ce que vous mangez provient de l’étranger : c’est un fait. 

               
              JL : il est beaucoup plus facile de collectiviser des multinationales que de retourner à un capitalisme industriel national, pour la simple et bonne raison que l’Histoire avance, elle ne recule pas.

            • Francis JL 1er juillet 2014 13:57

              Citez moi un seul exemple de collectivisation de multinationale ?


            • lsga lsga 1er juillet 2014 13:59

              La collectivisation d’UNIX, la seule et unique collectivisation de toute l’histoire de l’humanité. 


            • lsga lsga 1er juillet 2014 14:01

              sinon JL, j’ai de plus en plus de mal à faire la différence : vous êtes quoi au juste ? un FdG ? un révolté du PS ? un souverainiste ? un FN ?

               
              un nationaliste keynésien américanophobe, certes, j’avais compris. Mais sinon ?

            • Francis JL 1er juillet 2014 15:07

              Ne pas confondre logiciels libre et collectivisation d’entreprise.

              Pour mon étiquette politique, si on vous demande, vous direz que vous ne savez pas.


            • lsga lsga 1er juillet 2014 15:14

              L’Open Source est la collectivisation de l’appareil de production informatique. Linux n’est pas étatisé, il n’appartient à personne.

               
              Pour votre étiquette politique : Keynésien Nationaliste américanophobe, qui hésite entre le FdG et le FN, vous va à ravir. 

            • Francis JL 1er juillet 2014 15:18

              Votre incapacité à distinguer entre FN et FDG est le symptôme de votre intégrisme libéral.

              Linux n’est pas une entreprise. Vous mélangez tout.


            • lsga lsga 1er juillet 2014 15:27

              on veut collectiviser les outils de production, pas les entreprises, c’est vous qui mélangez tout. Les outils de production aujourd’hui sont mondial, à l’échelle des multinationales, c’est pour cela qu’on ne peut pas les nationaliser. En revanche, le collectiviser sera très bien.

               
              La différence entre le FdG et le FN ? Mélenchon brouille les cartes pour racoler à l’extrême droite, en vendant de l’américanophobie aux antisémites. Son nouveau slogan : « Non à la France Juive » me fait vomir. « Prolétaire de tous les pays, unissez vous ! » : voilà ce que l’on dit quand on est de gauche. 
               
              Vu ta défense décomplexée d’un Capitalisme à visage humain, j’en déduis plutôt que tu es un déçu du PS. Tu m’as l’air un peu trop bien pensant pour aller t’acoquiner avec le racisme ouvert du FN. Bref, je pari que tu es un déçu du PS attiré par la propagande anti-sémite du FdG.
               
              L’un dans l’autre : tu es un valet du Capital. Quand la Révolution sera sur le point d’éclater, et que les oligarques Russes, Chinois, Européens, et Américains se mettront d’accord pour déclencher une Guerre, tu t’empresseras avec les crétins de patriotes de choisir un camps et d’envoyer nos enfants sur le Front. 


            • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2014 17:34

              Isga

              l’immense majorité de ce que je mange vient de l’international ? vous plaisantez !!!
              d’abord, au delà des légumes et des fruits que je ne produit pas, j’achete seulement sur les marchés aux petits producteurs locaux...
              et pour le reste idem.
              fromage, viande... que de la production locale 
              et je pense ne pas etre un cas isolé.
               smiley

            • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2014 22:09

              JL

               smiley
              bien répondu

            • lsga lsga 2 juillet 2014 15:08

              Wao : vous gagnez combien par mois pour vous permettre de manger uniquement en local et en bio ?

               
              Parce que moi, j’aime beaucoup. J’achète aussi souvent que je peux en bio et en local. Franchement : je gagne plutôt bien ma vie. Mais bon : des tomates à 6€ le Kilo, qui pourrissent au bout de 24h, je ne peux pas me le permettre tous les jours. 
               
              Dans ce que j’achète en Bio, l’immense majorité est produit hors Union Européenne. 
               
              JL : Le Front De Gauche, que j’ai soutenu en 2012, fait aujourd’hui dans l’américanophobie, de la même manière que le FN fait dans l’islamophobie. Deux partis, nationaliste, keynésiens, anti-mondialistes, racistes. 
               
              Vivement que ces États Nations crèvent, et que les nouvelles générations aient oublié qu’ils ont existé un jour. 

            • kalachnikov lermontov 2 juillet 2014 15:47

              Tu peux produire toi-même. Dans une optique de permaculture, hors terrain, ça ne te coûte quais pas un rond et quasi pas de travail.


            • foufouille foufouille 1er juillet 2014 12:55

              faire un régime non bio ne sert pas à grand chose.

              même bio, il restera l’amiante, le chrome VI, diesel et essence, pesticides et engrais dans l’air, etc
              toutes ces micro particules donnent le cancer


              • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2014 13:22

                foufouille

                ne croyez vous pas que choisir d’échapper au moins aux agents dangereux signalés serait un bon pas en avant ?

              • Surya Surya 1er juillet 2014 13:40

                Bonjour Olivier,


                Merci pour cet article très utile. Me voilà un peu inquiète au sujet de ce que j’achète si j’apprends maintenant que 90% du bio européen ne respecte pas les normes. De toute façon, je n’achète jamais de crevettes, et je suppose que le poulet bio qui atterrit dans mon panier ne provient pas de Chine (voir le lien fourni par Isga). Cela dit j’aurais aimé voir ce reportage d’Arte.
                Le problème dans les recommandations que l’on fait au sujet de la nourriture comme médicament, c’est qu’il semble que chacun est partisan de sa méthode, mais que si dans l’ensemble tout le monde s’accorde sur certains principes, comme dire, par exemple, qu’il faut éviter la viande rouge, chacun a son produit, ou sa gamme de produits, ou sa diététique à recommander. Ainsi, il y a les partisans du « mangez tout cru ». Je pense personnellement que c’est une bonne idée bien qu’il y ait des choses qu’on ne peut évidemment pas manger crues, comme les pommes de terre par exemple, et puis j’ai déjà réussi à « convertir » mon copain au bio, mais manger cru, là j’ai encore du boulot smiley D’autre part, je ne veux pas non plus tomber dans les extrêmes.
                J’ai vu récemment ce reportage qui m’a convaincue sur beaucoup de choses dites, mais j’ai des doutes sur d’autres affirmations, qui me semblent excessives, et je ne sais pas quoi penser. (Ps pour ceux qui vont le regarder, il y a certaines images très choquantes de personnes malades, qui sont évidemment là pour provoquer un choc et donc convaincre plus facilement, je préfère prévenir...), C’est d’ailleurs après avoir vu ce film que j’ai mis le problème du cru sur le tapis, ou plutôt sur la table, et la réponse a été : « avec toutes ces recommandations différentes, on finit par ne plus savoir quoi faire, on ne s’en sort plus », ce qui est vrai.
                J’apprends ici que les prunes japonaises sont bonnes pour la santé. Je ne suis pas contre en acheter, ne serait ce que par curiosité, pour savoir quel goût ça a, mais vu le prix, ce n’est pas quelque chose que je mettrai au menu quotidien. D’autres personnes préconisent la prise régulière de spiruline, comme dans le reportage mis en lien ci dessus. Pour d’autres, c’est un autre produit, le jus de citron par exemple, ou une autre méthode diététique.
                D’autre part, j’ai l’impression que manger sainement requiert une discipline de tous les instants. Un seul exemple : j’avais acheté du jus de bouleau (dans le commerce, je ne sais pas ce que ça vaut du coup) avec la ferme intention de m’y mettre, et finalement j’en ai bu une ou deux fois, parce que je ne pense pas forcément à aller chercher la bouteille dans le frigo, du genre, « ah c’est l’heure de mon jus de bouleau ». 
                Quant à l’instinctothérapie, encore une méthode que je ne connaissais pas, je suis convaincue. Il y a des moments où je me jetterais presque sur certains aliments, et il est certain que mon corps m’alerte sur des carences qu’il me faut combler. Il arrive des moments où je crève d’envie de manger du chocolat, et d’autres fois la tablette me laisse de marbre. Dommage pour moi s’il s’agit de chocolat, mais tant pis, je réponds sans protester à la sollicitation. smiley

                • lsga lsga 1er juillet 2014 14:23

                  la prise de conscience écologique des années 90 a permis de largement progresser par rapport à l’industrie pétro-agricole des années 50. La nourriture est déjà largement moins toxique aujourd’hui que dans les années 50-60-70.

                   
                  Il ne faut pas désespérer, il faut continuer à progresser. Le progrès passe par l’instauration de normes internationales. On ne les obtiendra que grâce à l’internationalisation de la lutte, pas en se repliant sur une échelle locale.

                • mmbbb 1er juillet 2014 14:42

                  @ Par Surya Si vous achete du poulet de bresse c’est du bio avant l’heure puisque deja protege par une loi de 1964 Cette race ne supporte pas la claustration puisque durant l’epidemie aviaire les eleveurs eurent de nombreuses pertes ; les poulets se battaient Les poulets de batterrie comme tous les animaux de batterie ont ete selectionnes afin de rechercher des lignes plus dociles Mais il est cher Le label rouge produit en France est un bon compromis Les controles sont serieux dans notre pays et la justice est la garante du droit En Chine vous pouvez acheter une certification bio au noir En France c’est du penal J’habite pres de Lyon Je fais les petits marches et si vous etes sensibles au gout la difference saute au palais Si on fait un effort nous pouvons encore nous nourrir correctement Mr Cabanel a raison d’ecrire ce genre d’article mais attention aux marchands du temples de la religion BIO 


                • lsga lsga 1er juillet 2014 14:44

                  les poulets de Bresse ? typique de l’industrie agro-alimentaire des années 50, qui utilisait massivement des hormones et du chlore avant que cela ne soit interdit. 


                • mmbbb 1er juillet 2014 15:06

                  @ Par lsga Arretez de dire n’importe quoi cette loi de 1964 definit un cahier des charges tres strictes et le poulet doit avoir un complement alimentaire uniquement a base de mais J’ai passe une partie de mon enfance en Bresse Le marche a Bourg en Bresse je l’ai fais plusieurs fois et si vous savez estimer une viande de volaille comme tout autre viande il y a des signes qui ne trompe pas En particulier le grain de la viande sa fermete une chose essentielle le cartilage et les tendons Si le poulet de Bresse etait eleve aux hormones vous pourriez mastiquer les os comme du chewing gum et la chair n’aurait aucune tenue Une des recettes est le poulet a la creme Il s’agit de faire revenir les quartiers a la sauteuse un bon poulet aux hormones rend de l’eau et non pas des sucs Par ailleurs je vous ferais remarque que les lois existe en France et peuvent etre tres stricte J’habite pres de Lyon Il y a quelques annees un vigneron a ete condamne ( sanction de prison en sursis ) puisqu’il avait chaptaliser son beaujolais sans autorisation De grace votre betise n’a pas d’egal et deplacez vous en Bresse Allez dire ceci a un paysan vous verrez que le paysan n’est pas pousse aux hormones et que je vous conseille de prendre votre distance si vous ne voudriez pas prendre une claque ce qui vous eviterait de sortir des conneries 


                • lsga lsga 1er juillet 2014 15:16

                  1964 oui : APRÈS l’interdiction de l’utilisation des hormones en 1963.

                   
                   
                  avant, le Poulet de Bresse, dans les années 50 : C’ÉTAIT TOXIQUE

                • foufouille foufouille 1er juillet 2014 15:30

                  « un bon poulet aux hormones rend de l’eau et non pas des sucs »

                  quand lsgaga boit de la gnôle, il ne s’en aperçoit pas.
                  il cuisine pas non plus
                   smiley


                • lsga lsga 1er juillet 2014 15:33

                  ah : ça vous emmerde d’avouer que l’agriculture des années 50 était plus toxique que celle d’aujourd’hui hein ? ça vous emmerde d’admettre que c’est grâce aux combats des écolos des années 90 que l’agriculture devient de moins en moins toxique, hein ?

                   
                  Bin c’est comme ça. Le summum de l’utilisation des engrais, pesticides, hormones, et autres cochonneries, ce sont les années 50-60-70. 
                   
                  L’agriculture biologique, saine, permettant de nourrir toute la planète, ce sera dans les années 50, les années 2050. 

                • mmbbb 1er juillet 2014 16:20

                  Par lsga    Votre propos est a moitie vrai et je n’ai jamais dit que les annees 70 etait un reve mais l’agriculture francaise etait plus contrastee qu’aujourd’hui puisque simplement comme la Chine d’aujourd hui il existait beaucoup de fermes vivrieres dont la surface permettait a peine de vivre Le remembrement fut des guerres intestines sans fin et les premiers tracteurs arriverent dans les annees 1960 pour les paysans les plus riches dans les campagnes reculees J’ai connu surtout de petites fermes ou le chimique etait tres peu employe mais plutot l’epandage de lisier qui rependait une fragrance que Coco chanel aurait pu mettre dans ses flacons J’ai mange du cochon a l’ancienne au saloir dont le gout prononce rebuterait les nouvelles generations En revanche avec la naissance de la PAC et l’adoption des techniques agricoles venus des USA effectivement les grandes fermes ont adpote la chimie a grande echelle Il fallait produire vite et l’agriculture devait etre rentable ce qu’elle devenue avec les crises alimentaires d’une part et la surproduction d’autre part A contrario j’allais faire les foins et je me levais a 5 heures du matin dure labeur mais qui me plaisait Le paysans qui faisait de l’embouche et de la laitiere ne donnait que des complement mineraux necessaire pour la croissance IL eut ete moins fatiguant de leur donner de la farine animale puisque le prix de la viande sur le marche n’etait guere plus eleve Combien la France a perdu d’agriculteurs les 3/4 Tous les agriculteurs que j’ai connu etaient tres attaches au mode de production il fallait que le travail soit bien fait et la bete bien nourrie et traitee Quant au poulet de Bresse c’est une espece rustique a croissance lente et qui ne supporte pas la batterie On donnait des hormones a des lignees dont le benefice est plus immediat Un poulet en batterie se fait en quelques semaines Le cas du poulet en batterie est particulier ce sont les allemands qui ont mis cette technique au point et deja sous le III existait ce genre d elevage C’est Himmler ce ravage de SS qui commenca sa carriere en selectionnant des souches de poulet Son dada etait la selection pas naturelle mais forcee .


                • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2014 17:49

                  Isga

                  je pense ne pas avoir les mêmes informations que vous...
                  l’agriculture saine est en augmentation exponentielle, et je crois que l’utilisation massive de pesticides et d’engrais chimiques n’est pas si ancienne que vous l’affirmez.

                • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2014 17:52

                  un article qui montre bien que tout ne vient pas d’élevage en batterie


                • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2014 22:12

                  Isga

                  je pense qu’il y a un problème : votre réaction excessive semble montrer que vous ne soyez pas en mesure d’avoir une approche cohérente avec la critique de la malbouffe.
                  vous énoncez beaucoup de contre vérités, c’est dommage, et peu constructif

                • lsga lsga 2 juillet 2014 15:00

                  la « malbouffe » et le « mauvais caca » ne m’intéressent pas. Faire des cacas de qualité n’est pas un objectif dans ma vie. 

                   
                  L’interdiction des produits chimiques toxiques : voilà ce qui est intéressant. 
                   
                  Dans les années 50,60 et 70 , l’agriculture utilisait plus de produits chimiques, et des produits chimiques plus toxiques. 
                   
                  C’est grâce au travail militant des écologistes des années 90 qu’aujourd’hui nous avons eu un vrai progrès. L’agriculture hors sol recours à beaucoup moins d’engrais (4x moins pour être précis), à des engrais biologiques (l’immense majorité des produits bio sont cultivés hors sol), et à besoin de recourir à beaucoup moins de pesticide (conséquence des serres).
                   
                  Bien entendu, l’agriculture en sol ne disparaîtra pas. Comme les écologistes l’expliquent très bien, l’avenir est à l’agriculture diversifiée et biologique. Vivement les années 50, les années 2050. 
                   
                  Quoi qu’il en soit, grâce aux luttes des écolos, l’agriculture progresse. Notre nourriture devient de moins en moins toxique, et de plus en plus saine. Il est navrant de voir de nombreux écologistes sombrer dans une pensée réactionnaire, renier les progrès qu’ils ont apportés, et faire l’apologie des années 50 comme le paradis de l’agriculture paysanne. L’agriculture paysanne, il faut remonter au 13ème siècle, avant l’ingénierie agricole des Abbés, pour la trouver. 

                • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2014 14:06

                  Surya

                  les umébosis chacun peut les faire... macérer dans la saumure trois ans, mais ceci dit, c’est seulement pour se détoxiquer...
                  le jus de bouleau, pour l’avoir prélevé ce printemps, vaut mieux le prélever soi meme, pas sur que ce qui est proposé dans le commerce soit vraiment le top
                  il faut le boire frais... juste quand il a été tiré... je pense qu’ils sont capable de le couper avec de l’eau, de le thermiser... et puis c’est tellement agréable de le boire quand il a été tiré

                  • Surya Surya 1er juillet 2014 15:17

                    Mais les Japonais les utilisent comme condiment, ou accompagnement, ou également dans le seul but de se détoxifier ? 


                    Je crois, pour rester en Asie, que la médecine chinoise a toujours considéré les aliments comme nos premiers (et peut être aussi principaux ?) médicaments. 

                    Je ne goûterai pas de sitôt au véritable jus de bouleau car on n’a pas de bouleaux dans le coin. C’est sûr que le jus vendu dans le commerce ne pourra jamais égaler le véritable jus frais. Tant pis. 

                    Et pour se détoxifier, d’autres préconisent le radis noir. Comme quoi en effet, on ne s’en sort pas. Par contre, la personne qui arrivera à me faire avaler un jus de radis noir, elle est pas encore née...

                  • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2014 17:43

                    Surya

                    il y a pas mal d’utilisations des umébosis, et pas seulement pour se détoxiquer
                    la purée peut servir d’assaisonnement...
                    une idée sur ce lien

                  • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2014 17:47

                    Surya

                    sinon, les bouleaux, il y en a un peu partout dans le monde...je serais surpris qu’il n’y en ait pas dans votre région ?

                  • Surya Surya 1er juillet 2014 18:10

                    Merci pour le lien Olivier. Je vais essayer la recette, et j’essayerai de ne pas avoir la main trop lourde sur le Gomasio parce que j’adore ça smiley


                    Je n’ai pas vu de bouleaux du côté de chez moi, mais j’ai peut être mal regardé. Je vérifierai. Mais si ça se trouve, ils se cachent : je suis sûre qu’ils ne sont pas très pressés de me voir arriver avec mon petit couteau et mon tuyau en plastique pour leur piquer leur sève.

                    Bonne soirée smiley

                  • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2014 19:43

                    Surya

                    pas de couteau ! juste une petite perceuse, et le trou ne fait que 8mm, l’arbre avant d’avoir des feuilles a tellement de sève que ce qui est prélevé, c’est peanuts.
                    j’ai rempli ma première bouteille d’un litre et demi en 24h
                     smiley

                  • Pyrathome Pyrathome 1er juillet 2014 14:52

                    Bonjour Olivier,

                    Manger sainement devient une gageure au milieu des empoisonneurs criminels :

                    ( entre autres, bien sûr...)

                    http://www.courrierinternational.com/article/1999/07/01/monsanto-une-histoire-a-facettes?page=all

                    http://resistance71.wordpress.com/2014/06/25/pseudo-science-et-nouvel-ordre-mondial-lentreprise-de-mort-et-de-destruction-totale-monsanto-petite-histoire-dun-monstre/

                    Tant que ces voyous/assassins ne seront pas mis hors d’état de nuire, jugés et sous les verrous, j’ai bien peur que cette aspiration du « mieux manger » soit très difficile...
                    Car la pollution diverse et variée ( pesticide, nucléide, chimique, carbonée...etc ) contamine quoi qu’on fasse notre alimentation, notre air et notre eau ainsi que la faune et la flore...


                    • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2014 17:45

                      bonjour Pyra

                      bien sur, c’est vrai que la production saine d’aliments n’échappe pas à toutes les pollutions, mais je pense qu’elle échappe a beaucoup d’entre elles...
                      d’ou l’intérêt d’y être attentif.

                    • ralph 1er juillet 2014 18:28

                      Merci pour votre article qui va être très utile à tous ceux qui ont l’envie de se renseigner sur les bienfaits de la bonne nourriture et sur les méfaits de la malbouffe.

                      Chacun de nous doit comprendre que la santé c’est un bien dont on doit s’occuper
                      « personnellement ».

                      On s’occupe bien personnellement de ses enfants, de son argent de sa maison mais,
                      pour la santé, on a pris l’habitude d’aller plutôt à la pharmacie...

                      Alors que on devrait tout faire pour ne pas avoir besoin de médicaments chimiques.

                      Mais heureusement que de plus en plus de gens se rendent compte de l’importance de
                      la bonne nourriture. Les magasins bio ouvrent de partout et c’est tant mieux !!


                      • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2014 19:41

                        ralph

                        je pense en effet que nous devons prendre conscience d’une évidence, on ne doit pas manger juste pour ne plus avoir faim, quitte à manger n’importe quoi...d’autant que les produits de qualité ne coûte en fin de compte pas beaucoup plus cher, d’autant qu’ils ne génèrent pas de gaspillage.
                        entre un pain bio et complet qui nourrit pendant plusieurs jours, et un pain blanc qui devient tout mou, ou sec, et que l’on jette, finalement le premier coûte moins cher que l’autre...
                         smiley
                        merci de votre commentaire

                      • xmen-classe4 xmen-classe4 1er juillet 2014 19:00

                        par politesse vous auriez pu dénoncer ce jeu de mot sur le cas lambert ( camembert) avant de vous lancer dans une diatribe sur les conséquence du mariage pour un laiderons.


                        • Ni naïf Ni Crédule dede 1er juillet 2014 19:58

                          C’est d’actualité.



                          • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2014 22:14

                            oui, j’en ai fais l’expérience : faire pousser des pommes de terre juste posées sur un lit de tonte de gazon...

                            étonnant.

                          • kalachnikov lermontov 1er juillet 2014 22:17

                            J’ai mené une vaste expérience dans le Midi sans usage d’eau, de machine, pétrole, électricité, etc. Avec juste pour outil un sécateur et une pelle à rempoter.

                            Je cherche à la reproduire mais je veux m’installer en yourte et concevoir mon séjour dans le même esprit. Difficile.


                          • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2014 22:24

                            lermontov

                            yourte, maison de paille, oui, bien sur.
                            surtout il faudrait vivre à l’écoute de son corps.

                          • kalachnikov lermontov 1er juillet 2014 22:31

                            Personnellement, je pense que les ’primitifs’ voient juste quand ils disent absorber l’esprit d’un végétal ou d’un animal en l’ingérant ; il y a quelque chose de l’ordre du subtil. La bouffe moderne en soi, dans la façon de la fabriquer, est hyper toxique. Elle rend malheureux, dépressif, éteint et de ce fait l’être tout entier devient un terreau favorable aux maladies. Quand un individu tombe malade, c’est avant tout parce que l’immunité a été bousculée.


                          • joletaxi 1er juillet 2014 20:13

                            bonsoir oh Mage, incarnation des Vatel,Apicius et autre Curnonski
                            salut les enclumes

                            saleté de machins chimiques qui nous tuent ,heureusement, les zozos verts ,eux, ils savent, comme d’hab

                            moi, j’adore ce chimiste qui explique les réactions on ne peut plus chimiques qui interviennent chaque fois que l’on cuisine.
                            car tout est chimique.
                            Et les recherches dans ce sens donnent des modes de cuisson inédits, des modes de conservation, de préparation on ne peut plus bénéfiques .
                             
                            Une chose m’étonne :
                            regardez nos animaux de compagnie, que l’on nourrissait avec des restes, des « gamelles » avec des produits souvent écartés de notre table.
                            De nos jours, les toutous et les minets bouffent des croquettes élkaborées dans des usines « chimiques »
                            Se portent-ils plus mal ?
                            pas du tout, sauf qu’ils ont tendance à être trop nourris comme nous.
                            Donc, à la limite, on pourrait se nourrir de croquettes,faudrait juste à bien peser le contenu.

                            Sinon, rien de neuf, toujours O ,(zéro) mort à Fuku,et Toto qui jubile.

                            Un article intéressant pour nos décroissants

                            http://terredecompassion.com/2013/03/22/la-mentalite-camembert-et-lesperance/

                            lire les commentaires, on se croirait sur avox(ce sont peut-être les mêmes après tout ?)


                            • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2014 22:16

                              mon pauvre jo

                              vous etes toujours a coté de la plaque, jamais capable de finir un chateau de sable, et toujours pret à dévoiler votre curieux savoir.
                              pour votre gouvernance, la question que vous posez sur la santé de nos animaux de compagnie a une réponse : un mot de 6 lettres
                              cancer
                              le ciel vous tienne en joie

                            • joletaxi 1er juillet 2014 23:11

                               et oui, même nos animaux de compagnie vivent plus longtemps,et sont de ce fait victimes plus souvent de cancers.


                            • joletaxi 1er juillet 2014 23:09

                              c’est le problème avec les chiffres, on peut leur faire dire ce que l’on veut.

                              mince,le mage redescend sur terre ?
                              he oui, mon bon Philipulus, cela est vrai pour des tas de domaines, comme les particules fines(la meilleure espérance de vie est à HongKong, bien connue pour ses vertes étendues),le climat(une étude détonante explique que les glaciers alpins ont toujours varié d’étendue,une autre montre un record de moyenne d’étendue des banquises, une autre montre le bidouillage insensé des relevés aux USA etc),la soi disant extinction des espèces( une étude vient de sortir qui démontre le scandale des manipulations sur le manchot empereur) ,la liste est longue comme un jour sans fin, ne parlons même pas des études « médicales » et cerise sur le gâteau, le million de morts de Tcherno

                              Pour une fois, je suis parfaitement d’accord avec vous.

                              Une remarque :
                              lors du scandale de l’affaire Man, un grand statisticien, Weggman s’était « étonné » de ce que toutes ces études faisant appel à des calculs statistiques n’étaient jamais soumises à une révision par de vrais statisticiens, d’autant que généralement, dans les facultés en question, il y a toujours une section consacrée à cette discipline.
                              Par exemple, qui a jamais pu voir sur quoi reposait l’assertion sans cesse matraquée, 1 km heure de moins , c’est X morts en moins ?

                              c’est le problème avec les chiffres, on peut leur faire dire ce que l’on veut.

                              Gardez bien cette sentence à l’esprit chaque fois que l’on vous vendra du catastrophisme


                              • olivier cabanel olivier cabanel 2 juillet 2014 06:33

                                jo le statitisco

                                oui, sauf que quand des études, d’origines différentes disent peu ou prou la même chose, on peut commencer a les prendre au sérieux.
                                le nombre de morts de Tchernobyl ne fait plus débat, a part quelques attardés pronucléaires qui ne veulent surtout pas les accepter.
                                sauf que voilà, les chiffres sont là, et ils sont accablants.
                                quand aux morts dus à la catastrophe de Fukushima, ils sont, bien évidemment contestés.
                                il faudra attendre encore une vingtaine d’année pour faire le bilan, mais il est déjà désastreux, même si quelques illuminés osent clamer « zéro mort ».

                              • joletaxi 2 juillet 2014 16:55

                                mais oui, mais oui

                                vous démontrez si besoin était votre biais d’analyse
                                quand une étude ,corroborée non seulement par des dizaines d’autres, montre que la longévité s’allonge(de façon préoccupante pour les caisses de pension d’ailleurs) et que l’on vit cette période en meilleure forme, ce que tout un chacun qui n’a pas des lunettes vertes, vérifie autour de soi, vous la mettez en doute, car elle va à l’encontre de vos hypothèses absconses.
                                Par contre, une seule étude, toujours la même, que vous ressortez comme le Séralinitoc, voudrait infirmer des dizaines d’études ,souvent approuvées par des organismes internationaux, et inévitablement comme cela vous conforte dans vos délires,vous lui donnez l’imprimatur de la vérité.

                                Bah, si cela vous amuse,


                              • gaijin gaijin 2 juillet 2014 17:02

                                jo
                                la durée de vie s’allonge hourrah vous avez bien récité le dogme !
                                 mais il faut tenir compte de plusieurs autres éléments :
                                le cout médical de cet allongement est de plus en plus lourd
                                la durée de vie en bonne santé diminue
                                les maladies lourdes telles que les cancer apparaissent de plus en plus tot
                                les allergies et les maladies auto immunes ( sep etc ) sont de plus en plus nombreuses
                                ................
                                en fait l’allongement de la durée de vie concerne surtout la génération des baby boomers et celle de leur parents pour les génération suivantes la facture risque d’être salée


                              • joletaxi 2 juillet 2014 17:19

                                marrant hein, impossible pour vous d’accepter des évidences.

                                j’adore votre inquiétude sur les couts
                                En Australie, ils ont décidé de bazarder toute cette farce climastrologique, et d’affecter les incroyables budgets cramés aux lubies des « penseurs » décroissants aux recherches médicales,
                                sont fous ces australiens hein ?

                                m’étonne plus que les zozos verts trouvent des idiots utiles pour répéter toujours les mêmes âneries.


                              • gaijin gaijin 2 juillet 2014 17:30

                                jo
                                la preuve par l’ australie ?
                                et dire que vous êtes ici le défenseur de la science pure et dure .........

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès