Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Roulez petits bolides

Roulez petits bolides

Cette phrase lancée par le patron d’un stand de forains qui fait tourner sur une piste improbable des quads et autres petits bolides, nous rappelle combien le pétrole est indispensable à notre vie de tous les jours, et à quel point nous sommes en sommes dépendants.

Ce pétrole pèse non seulement lourdement sur la balance des ménages, mais aussi sur celle du pays, puisqu’il est importé.

C’est pour cette raison que les chercheurs s’ingénient à nous proposer des moteurs de moins en moins gourmands.

On est loin des « belles américaines » qui dans les années 50, consommaient allègrement leurs 30 litres aux 100 km, (lien) et aujourd’hui, il existe des moteurs qui se contentent d’un peu plus de 3 litres aux 100 km, comme par exemple la « Kia Rio », voiture coréenne, qui ne consomme que 3,2 l/100 km. lien

Ce qui devrait faire baisser considérablement notre dépendance au pétrole, et permettre une amélioration du budget des ménages.

On connait le système Pantone, du nom de son inventeur, Paul Pantone, qui a le double avantage d’économiser pas mal de carburant par la vaporisation d’eau dans le carburateur des moteurs diesels (vapo-cracking), et de diminuer les émissions de particules polluantes. lien

Il y a pourtant beaucoup mieux à faire.

Il faut tenir compte du fait que le carburant utilisé pour le transport n’entre en compte que pour 40% sur la totalité du pétrole nécessaire au pays.

En effet le pétrole est aussi utilisé pour le bitume, pour fabriquer des engrais, pour produire de l’électricité, pour le chauffage, pour fabriquer des solvants, des cosmétiques, des textiles, des détergents, des médicaments, du caoutchouc, des adhésifs, et bien sur des emballages, (lien) ces fameux sacs plastiques en partie responsable de la mort de tortues, et autres espèces marines. lien

Pour une consommation totale en France en 2012 de 154 MTep (millions tonnes équivalent pétrole), le pétrole compte pour 42%, soit près de 65 millions de tonnes de pétrole, ce qui pour le seul poste transport correspond à 26 millions de tonnes de pétrole. lien

Or, il est possible aujourd’hui de remplacer la totalité de ce pétrole, soit en fabriquant du « pétrole artificiel », soit en fabriquant du méthane.

En effet, il est possible de fabriquer du pétrole en utilisant, par exemple, des algues.

C’est ce que permet le projet Kerosalg qui prévoit de fabriquer du carburant à partir de micro-algues en Ile de France, dans l’agglomération de Cergy-Pontoise ce qui devrait à terme permettre la production de 100 kg d’huile de micro-algues par jour. lien

Dans cette vidéo, une démonstration de cette technologie, que maitrisent en tout premier lieux les espagnols.

En effet, c’est la société BSF (Bio Fuel System) qui la première à permis de convertir du CO² en pétrole artificiel, en utilisant des algues, après 5 années de recherche en coopération avec les universités d’Alicante et de Valence. lien

A terme, l’usine espagnole produira 230 000 barils de pétrole par an, soit  0,037 MTep puisqu’un baril correspond à  159 litres de pétrole.

Il suffirait donc de 700 installations de ce type dans notre pays pour fabriquer tout le pétrole nécessaire au transport.

Outre que la fabrication de ce bio-pétrole permettrait d’enrayer notre dépendance en la matière, il a aussi l’avantage d’être dépourvu de soufre, de métaux lourds, et d’être en quelque sorte un pétrole propre. lien

Mais il existe d’autres solutions pour fabriquer du pétrole artificiel, en recyclant les plastiques usagés par exemple.

On sait aujourd’hui fabriquer quasi un litre de pétrole avec 1 kg de plastique. vidéo

(La traduction du texte anglais est sur ce lien)

Or bon an, mal an, nous produisons en France 1,500 millions de tonnes de déchets de plastiques, ce qui pourrait se transformer en autant de pétrole. lien

C’est l’occasion d’évoquer la société française Biométhode qui va construire au Etats-Unis une usine pilote dédiée à la fabrication de carburant à partir de biomasse non alimentaire, grâce à un procédé qui utilise des enzymes développés par l’entreprise : l’usine, pour l’instant pilote, devait rentrer en service début 2014, et pourra être convertie ultérieurement en site de production commerciale. lien

Et quid de Lauri Venoy, cette homme d’affaire norvégien qui récupère la graisse issue de liposuccion d’un hôpital de Miami pour en faire du carburant, ce qui n’est pas anodin, car les 11 500 litres de graisse humaine récoltée hebdomadairement permettent de produire 10 000 litres de biodiesel. lien

Ce ne sont pas les seules solutions alternatives pour faire rouler nos voitures, et personne n’ignore la quantité potentielle de méthane fabriqué qui existe dans notre pays, ce qui représenterait théoriquement 54 MTep/an, et permettrait de faire tourner la totalité du parc automobile français, poids lourds compris. lien

Ce méthane pourrait être fabriqué grâce aux 868 millions de tonnes de déchets que nous produisons annuellement, aux stations d’épuration, aux 38 millions de porcs dont on sait que les déjections d’un seul correspondent à 1,2 m3 de lisier, soit l’équivalent de 400 millions de m3 de méthane annuels.

Ajoutons-y les 2143 laiteries françaises, dont le petit lait pourrait produire chaque année 125 millions de m3 de méthane, sur le modèle de ce que font les moines de l’Abbaye du Tamier, (lien) et les 4 millions de tonnes de fumier produites par les 500 000 chevaux du pays correspondant à 400 millions de m3 de biogaz. lien

On ne peut non plus passer sous silence le méthane qui pourrait être fabriqué à partir des déchets végétaux, ou produit par nos égouts, nos fosses septiques, (il y en a plus de 5 millions dans notre pays) (lien) : ce méthane utilisé comme carburant en Norvège (lien), en Suède et ailleurs, a l’avantage supplémentaire de ne faire quasi pas de pollution. lien

Ce n’est pas une nouveauté, en Asie, il y a longtemps que les ménages font cuire leurs aliments en produisant du biogaz obtenu à partir des déjections animales, comme on peut le constater sur cette photo.

Pour ceux qui seraient tentés de fabriquer une petite unité de biogaz pour l’éclairage et la cuisine, il y a ce lien.

Sur la question du prix, le méthane « carburant » couterait  60 cts à la pompe, bien loin des tarifs exorbitants que nous payons aujourd’hui pour l’essence ou le fuel. lien

Mais il y a mieux…

Ce sont des chercheurs de l’université Stanford, en Californie qui ont mis au point une « pile microbienne » produisant de l’énergie grâce à la digestion des déchets organiques provenant des égouts.

Il s’agit de permettre aux micro-organismes de s’agglutiner autour d’une électrode négative en carbone, permettant la libération des électrons qui seront captés par l’électrode positive, procédé simple et efficace qui permet non seulement de produire de l’énergie, mais aussi de dépolluer l’eau.

Le rendement est significatif puisque il est de l’ordre de 30%, soit légèrement supérieur à celui des meilleurs panneaux photovoltaïques. lien

Pour terminer ce tour d’horizon, impossible de ne pas évoquer la voiture électrique, qui pour être propre, et donc acceptable, devrait être électro-solaire, puisque notre électricité nationale dépend largement du nucléaire, (et en moindre mesure du pétrole et du charbon).

Il faudrait aussi que les batteries de ces voitures soient rechargeables rapidement, le moins polluantes possible, ce que permettent les batteries au lithium, voire celles à l’oxyde de manganèse, ou l’oxyde de nickel, sauf que les réserves mondiales de lithium sont relativement limitées (30 000 tonnes en 2008). lien

La dernière née des voitures solaires a été réalisée à Cambridge en aout 2013, (lien) et le 8 avril Volkswagen présentait sa dernière née électrique « e-load ». lien

De son coté le sud-coréen Hyundai, annonçait le 7 avril 2014, avoir déjà vendu 75 « ix35 », cette voiture à hydrogène dont l’autonomie atteint plus de 500 km, et qui ne relâche que de la vapeur d’eau. lien

La Tata Mini Cat à air comprimé de Guy Nègre, est annoncée en Inde pour 2014. lien

Quand au moteur à eau, qui, en 1998, a couté probablement la vie de Stanley Meyer, son inventeur (lien) ou à la Pierce Arrow propulsée en 1931 grâce à l’énergie libre, chère à Nikola Tesla, (lien) ils ne sont toujours pas à l’ordre du jour.

Mais en France, les promesses rendent les enfants joyeux, même si elles n’aboutissent pas, et celle de la transition énergétique piétine depuis 2 ans, alors que, pour permettre le rafistolage des vieilles centrales nucléaires, soit un minimum de 55 milliards d’euros, les français, déjà fauchés, vont une fois de plus être mis à contribution, et vont voir leur facture d’électricité faire un nouveau bond en avant, jusqu’à 40 euros par foyer, pour 28,7 millions de foyers, et pour les petits professionnels. lien

Problème, cette nouvelle taxe ne rapportera qu’un seul milliard d’euros, il faudra s’attendre à remettre la main au portemonnaie pour trouver les 54 milliards restant…au lieu d'engager enfin cette « transition énergétique ».

Comme dit mon vieil ami africain : « au lieu d’apprendre aux enfants le passé simple, les enseignants feraient mieux de leur apprendre le futur compliqué  ». 

L’image illustrant l’article vient de www.forum-auto.com&nbsp ;&raquo ;

Merci aux internautes de leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Articles anciens

Energie, passer du sale au propre

L’énergie en partage

Nucléaire, au pays du mensonge

Il y a ceux qui nous pompent l’air…

Comment tourner la page du nucléaire, du pétrole et du charbon

Au pays du soleil, le vent !

De l’eau dans le gasoil

Roulez, roulez, petits plastiques

Faire le plein avec du vide

MHD, l’énergie cachée du futur

Quand les ordures se changent en or

Vive l’énergie positive

Sortir en douceur du nucléaire

Du pétrole sous les sabots

Energies propres en Suède

De la fuite dans les idées

Histoire d’un coup de foudre

L’imagination au pouvoir

Tel un avion sans kérosène

Rouler malin

D’autres énergies pour sortir de la crise

Au chaud sur la terre de glace

L’homo automobilus

Simple comme l’eau chaude

Témoignage sur le photovoltaïque en France

Le plein de cochon à la pompe

Le nucléaire dépassé par des cochons

Qui a tué Stan Meyer

Déchets, de l’or dans nos poubelles

En France on n’a pas de pétrole, et pas d’idées non plus


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

115 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 15 avril 2014 09:36

    Bon article qui montre les diverses possibilités autres que le pétrole...seulement le lobby du pétrole (en accord avec les politiciens) font obstacles a ses nouveaux composants ne voulant en aucun cas perdre le monopole de la pollution... !


    • olivier cabanel olivier cabanel 15 avril 2014 09:49

      claude michel

      merci...
      en effet, ce sont une fois de plus les lobbys, et des politiques peu courageux, qui sont les empêcheurs d’avancer dans le bon sens.
      a quand des politiques qui prouveront par leurs actes qu’ils sont capables de réalisme ?

    • Kookaburra Kookaburra 15 avril 2014 09:51

      Bonjour Olivier. Article d’autant plus intéressant pour moi que je suis en train de réfléchir pour remplacer ma vielle bagnole de 15 ans. Je préfère le diesel, aujourd’hui plus propre que l’essence ! Plus propre pour l’environ. Le problème de particules ne concerne que nos poumons, et principalement dans les villes. Donc si on roule peu ou pas en ville il n’y a rien à reprocher au diesel qui consomme moins et produit moins de CO2 qui est un problème plus grave qui les particules. Quand au biocarburant, tant qu’il est produit à partir des céréales, ce n’est pas une solution puisque celles-ci manquent aux populations dans les pays pauvres.


      • olivier cabanel olivier cabanel 15 avril 2014 10:02

        Kookaburra

        si vous avez lu attentivement l’article, vous aurez constaté que les biocarburants évoqués dans celui ci sont « non alimentaires », ce qui exclu bien sur les biocarburants produits à partir de céréales, qui sont effectivement un vrai problème.
        pour votre « vieille bagnole » vous devriez tenter le moteur pantone, d’autant que les plans sont fournis dans l’article, et que ça ne semble pas très compliqué à mettre en place.
        tenez moi au courant.

      • Kookaburra Kookaburra 15 avril 2014 10:28

        Merci, je vrai relire votre article. Entretemps je viens de découvrir que Ford est en train de produire un C-Max avec panneau solaire comme toit, qui produit assez d’énergie pour pouvoir se dispenser de brancher le véhicule sur le secteur.
         http://www.welt.de/motor/article123493424/Dieser-Ford-C-Max-hat-ein-Solardach.html


      • olivier cabanel olivier cabanel 15 avril 2014 10:53

        Kooabura

        oui, et on va progresser encore plus dans pas longtemps, puisque maintenant, en utilisant un autre procédé photovoltaïque qui s’inspire du système chlorophyllien, on commence a fabriquer des panneaux photovoltaïques souples, qui peuvent être transparents, ou s’intégrer à une carrosserie par exemple...

      • Croa Croa 15 avril 2014 21:44

        « qui est un problème plus grave qui les particules. »

        Sauf que dans le pétrole il n’y a pas que du fuel mais aussi de l’essence... Le plus grave problème c’est qu’il faut des couillons à qui la vendre ! smiley


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 15 avril 2014 11:09

        L’avenir n’est pas aux batteries mais aux super condensateurs :
        http://www.supercondensateur.com/a-propos.


        • olivier cabanel olivier cabanel 15 avril 2014 11:21

          aita

          oui, j’avais exploré cette piste dans l’article, et je l’ai abandonné vu les inconvénients décrits dans plusieurs liens..
          mais votre lien est beaucoup plus attractif, merci.

        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 15 avril 2014 11:21

          Et aux supraconducteurs à haute température (encore beaucoup de recherches pour atteindre un fonctionnement à température ambiante...)
          http://fr.wikipedia.org/wiki/Supraconducteur_%C3%A0_haute_temp%C3%A9rature.


        • olivier cabanel olivier cabanel 15 avril 2014 13:08

          merci aita

          le sujet méritera un article à lui tout seul, car dans le fond, l’intermittence de nombreuses énergies propres nécessite une solution de stockage pour les rendre encore plus attractives.
          meme si de nombreuses énergies propres (méthane, hydraulique, géothermique...) ne pose pas ce problème.

        • Croa Croa 15 avril 2014 14:12

          Ça dépend des usages : Comme tampons c’est sûr que les super-condensateurs remplaceront les batteries. Les automobiles de demain ne seront probablement ni 100% électriques (comprendre à batteries ) ni hybrides (système bâtard avec moteur thermique plus moteur électrique) mais semi-électriques (diesel-électrique ou turbo-électrique ) l’énergie électrique étant fourni par un groupe moteur genre APU sans transmission mécanique aux roues la propulsion étant 100% électrique et intégrée directement aux 4 roues et de type synchrone inversé (bruchless.) Dans ces automobiles du futur les moteurs-roues renverrons pendant les décélérations de l’énergie qui sera effectivement stockée dans des super-condensateurs.


        • mimi45140 15 avril 2014 21:28

          @ croa 

          Il suffit de réinventer la Porsche (ferdinand) d’avant 1900 qui possédait quatres roues motrices avec un moteur électrique dans chaque roue plus un petit moteur thermique
          fournissant de l’énergie aux batteries , cette dernière a été réaliser pour améliorer les performances de sa première voiture qui était simplement électrique avec un moteur
          dans chaque roue avant.

        • Croa Croa 16 avril 2014 08:35

          Tout a fait mimi, les vielles idées abandonnées peuvent souvent à la faveur des évolutions technologiques être redevenues les plus performantes.


        • juluch juluch 15 avril 2014 11:38

          Bonjour Olivier Cabanel. 

           smiley
          le plastique viens du pétrole, pour le fabriquer il faut le transporter.....il risque de revenir cher ce baril.  :-

          les algues seraient un compromis intéressant vu son rendement....mais pour satisfaire le marché hexagonale il en faudrait des quantités astronomiques.

          Ou les cultiver ?

          En France ou à l’Etranger ?

          Le coût serai aussi assez élevé non ?

          Sinon vous avez effectivement les bi carburant essence électrique, mais cher à l’achat.

          malgré tout, pour toutes ces combines intéressantes, il faut transporter les matières premières avec du pétrole.

          C’est le serpent qui se mord la queue.

          Tout notre monde est fait plus ou prou avec le carburant fossile et ses dérivés.

          La transition sera douloureuse.

          Et puis comme dit plus haut, le lobby du pétrole est plus puissant que les Etats.

          Merci pour votre article.



          • olivier cabanel olivier cabanel 15 avril 2014 13:05

            bonjour Juluch

            oui, bien sur, mais si vous avez bien lu l’article, le plastique, dans ce projet alternatif, n’entre que pour une modeste partie.
            ceci dit, s’il y avait (c’est déjà le cas pour plusieurs régions) une vrai sélection de ces plastiques, les récolter (!) et les rassembler pour en faire du carburant ne doit pas etre si complexe.
            ce serait en tout cas plus efficace de les incinérer comme c’est le cas un peu partout, 
            non ?
            en tout cas, le jour ou un gouvernement sera plus indépendant des lobbys, je vous inviterais à trinquer avec tous ceux qui le souhaitent.
            sauf que j’ai l’impression que c’est pas demain la veille.
             smiley

          • olivier cabanel olivier cabanel 15 avril 2014 13:13

            juluch

            au sujet de la culture des algues dont vous soulevez la question, lisez bien l’article, elles sont cultivées sur place... donc il n’existe pas de problème de transport.
            ceci dit, je songe aux algues bretonnes qui posent tant de problèmes...
            une installation de ce type serait bénéfique pour tous.
            il suffirait de l’installer en bord d’océan.

          • juluch juluch 15 avril 2014 13:31

            Oui, mais cela suffirait il pour le besoin national ?


            Non. 

            J’en doute fort, de serait plutôt un complément du fossile.

            Concernant le recyclage, il y a beaucoup de progrès depuis quelques années.

            Votre serviteur fait son tri ménager sur Marseille.
             smiley
            ceci étant, j’ignore totalement se que deviennent le contenu des bacs jaunes.....



          • bibou1324 bibou1324 15 avril 2014 12:01

            « aujourd’hui, il existe des moteurs qui se contentent d’un peu plus de 3 litres aux 100 km, comme par exemple la « Kia Rio », voiture coréenne, qui ne consomme que 3,2 l/100 km. »


            Je dirais même plus : la Renault 4L, dans les années 70, consommait ... entre 3 et 4L aux 100. 

            • olivier cabanel olivier cabanel 15 avril 2014 13:10

              bibou

              j’ajoute à cette info que la 2CV citroen permettait aussi de jolis records.
              une compétition avait meme été lancée pour voir qui, avec le meme véhicule (2cv citroen) irait le plus loin avec la meme quantité de carburant.
               smiley
              des records ont été atteints...
              si un lecteur a des infos la dessus, je suis preneur.

            • juluch juluch 15 avril 2014 13:39

              Une clio 1,2 energy essence de 92 avait une conso ridiculement basse.


              Un plein par mois en faisant essentiellement de la ville.....

              Une bonne auto....

              petit lien sur la deux pattes....

            • olivier cabanel olivier cabanel 15 avril 2014 13:44

              merci Juluch

              j’aimais beaucoup la dedeuch
              la mienne a fini sa vie en servant dans un film avec au volant deux grands du cinéma français... 
              une jolie fin. faut dire que le bas de caisse commençait à lâcher !
              je la regrette encore aujourd’hui.

            • juluch juluch 15 avril 2014 13:55

              Une auto qui se négocie très chère de nos jours.... la rançon du succès comme pour la trac’ ou la DS...pour rester chez Citroen.

               smiley

              C’était sur quel film ??

            • olivier cabanel olivier cabanel 15 avril 2014 14:00

              Juluch

              ma mémoire me fait défaut, mais je retrouverais le titre du film, 
              en tout cas, l’un des deux artistes était Dalban, le comparse habituel de Gabin
              et l’autre s’appelait Fernand Ledoux...ça a été son dernier film !
              un film produit par FR3, tourné dans la région dauphinoise.

            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 15 avril 2014 14:01

              En matière de bagnoles ,tout ce qui a suivi n’est que ...
              http://www.williamianson.com/cars-for-sale/cardetails.php?id=43.
              Il y a 10 jours lors d’une expo j’en ai revu une que je connais depuis longtemps .
              Le proprio l’a héritée de son père instit qui l’a achetée à la fin de la guerre au prix de ....la féraille ... smiley (ainsi qu’une autre d’un modèle moins recherché...).


            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 15 avril 2014 14:10

              Juluch ,pour toi (en diesel indenor ) Simple ,robuste ,une voiture d’homme !
              http://voiture-occasion.vivastreet.com/annonces-voiture-occasion/q/jeep-willys-diesel?gclid=CJCX6P254r0CFUoJwwodoKgA6A.
              Mon pater a failli en ramener une en Polynésie ,car marre des 4/4 modernes qui ne tiennent pas le coup ...


            • Croa Croa 15 avril 2014 14:31

              « Je dirais même plus : la Renault 4L, dans les années 70, consommait ... entre 3 et 4L aux 100.  »

              C’est FAUX et de l’ordre du double de ça !
              J’ai eu une 4L alors que j’étais jeune. Ceci dit il a été possible de descendre sous les 4 litres mais plutôt à la fin des années 80 ( AX diesel.) Dans les années 50 certaines voitures faisaient dans les 5 litres (Premières Dyna Panhard.) 

              Sur le fond de l’idée tu as tout de même raison : Les progrès en terme de sobriété sont lents, faibles et très en dessous du potentiel de progrès. smiley


            • olivier cabanel olivier cabanel 15 avril 2014 14:54

              je crois que le titre était « jules et juju »...c’était un télé film... 

              bon, on est loin de jules et jim... mais quand meme Fernand Ledoux, et Dalban.... on se souvient de ses tontons flingueurs...lien
               smiley

            • juluch juluch 15 avril 2014 17:30

              Je crois que c’est bien ça.....

               smiley

              @Aiti

              A vérifier soigneusement que se soit pas une Hotchkiss....la jeep licence française. 

              Beaucoup tente de vendre une « fausse » Jeep d’époque. 

            • jymb 15 avril 2014 13:22

              Merci pour cet article trés documenté. J’ajoute mon petit souvenir peso, ma Renault 5 GTL qui consommait entre 4 et 5 l tout au plus, et ne demandait qu’un entretien à coût infime : 20 F de vis platinées, 3 ou 4 F l’ampoule changée en 5 minutes, une vidange à moins de 100 F ...une malle digne d’un break sitôt la banquette repliée....Un record de ratio utilité/dépense/ longévité
              Au bout de 20 ans de service, elle a terminé en tracteur à planeurs dans un aéroclub...
              Je suis stupide de m’en être séparé en cédant aux sirènes de vitres électriques ou de clim. C’était une voiture à « faire » une vie en surveillant simplement l’absence de corrosion.

              Plein de beaux projets donc, mais de l’autre côté, un état qui ne cherche qu’à pomper de l’argent ( cf la lamentable histoire des huiles alimentaires récupérées, qui ont été taxées à coup de TIPP ) et restreindre la mobilité tout en transformant la France en vaste prison à ciel ouvert téléfliquée. L’écologie, au lieu d’être joyeuse et innovante n’est qu’un prétexte à cultiver l’autophobie haîneuse. Je commencerais à y croire lorsque le projet à 10 ans sera d’aller d’un point à un autre, sans toucher au volant, sans émission polluante, et à 150 km/h sécurisés. (non je ne suis pas fou, cela est parfaitement faisable, d’autres pays le feront tout en boostant l’emploi et l’économie) 
              Chez nous la bêtise et le militantisme obtus règnent en maître. 


              • joletaxi 15 avril 2014 13:52

                bonjour oh Mage pompiste

                salut les enclumes.

                des milliers d’ingénieurs de par le monde ,depuis des décennies, optimisent partout les process, et de fait, on constate une nette augmentation du rendement final dans l’industrie, le transport.
                mais encore une fois, comme pour le nucléaire, le renouvelable,tous les domaines en fait, il est dommage de constater qu’une fois encore, on ignore superbement les trouvailles géniales du Mage.
                Pourtant c’est simple, il le démontre chaque fois

                C’est très curieux que dans le domaine de l’énergie, on aie délégué des pouvoirs aux crétins verts, avec des résultats désastreux comme on pouvait s’y attendre

                http://www.contrepoints.org/2014/04/15/162950-le-zele-ecolo-et-les-renouvelables-intermittents
                http://www.amisdelaterre.org/Mais-methanisation-et-electricite.html

                et c’est loin d’être fini, on va en déguster, avec la transitude de la folle du Poitou, une grande spécialiste pour claquer du fric dans des imbécilités ruineuses.

                Une chance, c’est que cette vermine s’est répandue partout, on se sent moins seul


                • olivier cabanel olivier cabanel 15 avril 2014 13:56

                  mon pauvre Jo...

                  vous vous considérez donc au rang de « vermine » ?
                  ou alors c’est une faute de frappe ?
                  en effet, si j’analyse votre dernière phrase : « Une chance, c’est que cette vermine s’est répandue partout, on se sent moins seul »
                  on ne peut en tirer que cette conclusion.
                   smiley


                • joletaxi 15 avril 2014 14:40

                  c’est une façon de l’analyser, moi je dirais plutôt que l’on aurait tendance à croire que cette gabegie verte nous est propre, mais comme la vermine verte s’est répandue ailleurs, ils font les mêmes idioties que nous, et de fait on se sent moins seul,là où on aurait pu craindre que nous soyons les seuls.

                  pour les bagnoles, on peut être nostalgique, mais incontestablement, l’électronique a été un grand pas en avant.
                  Et en général, la fiabilité est là.
                  Autre chose, que l’on ne voit pas, c’est l’énorme progrès dans le domaine des machines outils ,qui permettent d’usiner les pièces à des niveaux de précision, et de constance ,sans pareil, ce qui améliore la longévité des moteurs, et des organes mécaniques en général.
                  Egalement, les traitements des tôles de carrosseries,les pneumatiques, les freins.je confort, les performances,
                  L’avenir, c’est évidemment la voiture électrique, mais les tentatives actuelles sont prématurées,il faudra attendre le saut de technologie sur les accus.

                  Bref, la voiture reste et restera notre moyen de déplacement le plus profitable, pas étonnant que dès qu’un pays sort de la pauvreté, la parc auto explose.


                • oncle archibald 15 avril 2014 15:34

                  « pour les bagnoles, on peut être nostalgique »

                  Mon père qui aimait rouler vite avait été contraint pendant la guerre d’user d’une « celtaquatre » Renault pour raisons de faible consommation. Juste après guerre il s’était défoulé en achetant une 15CV Citroën, qui outre de très bonnes accélérations tenait très bien la route. Il n’y avait que trois vitesses et la seconde montait à 110/120, c’était très excitant en montagne. 

                  Je ne sais pas combien consommait cette voiture mais pris de remords, mon père avait ensuite acheté une Simca « aronde » pour « économiser » du carburant. Les arondes « économes » avalaient environ 10 à 12 litres aux cents kilomètres !

                  J’ai moi même eu le grand plaisir de conduire une Renault 8 Gordini, qui plus est préparée pour les courses de cote en 1296 cm3 contre 1250 d’origine. Sur route et « sans tirer dessus » elle avalait 18 à 20 litres. Trente litres et plus lorsqu’on s’en servait vraiment pour ce qu’elle pouvait faire. Il y avait deux réservoirs d’essence, un devant et un derrière, avec un inverseur au plancher … mais on arrivait quand même à tomber en rade en disant : non c’est pas possible, elle n’a pas déjà avalé tout ça ! En fait il était judicieux de se précipiter pour faire le plein dès que l’on était passé sur le réservoir avant … 

                  Nostalgie, nostalgie ….

                • Garance 15 avril 2014 14:25

                  Cabanel

                  Que n’avez- vous cité la Pédibus Jambus ?

                  Première née dans la catégorie des routières : le nom de son inventeur s’est perdu dans la nuit des temps

                  Consommation ? : 1 gourde d’eau à la demande du moteur

                  La Pédibus Jambus la voiture d ’après-demain


                  • olivier cabanel olivier cabanel 15 avril 2014 14:58

                    Garance

                    ah ! la pédibus jambus... bien sur.
                    consommation réduite, enfin... c’est quand meme de l’énergie.
                    gratuite jusqu’au moment ou il faut payer.
                    j’évoque ceux qui, après un dur marathon y ont laissé leur peau. lien

                  • Pyrathome Pyrathome 15 avril 2014 14:34

                    Salut Olivier,

                    Bonne synthèse !
                    L’avenir est à la bioplastique !
                    Les bactéries le fabrique pour nous gratuitement..
                    http://www.futura-sciences.com/magazines/environnement/infos/actu/d/developpement-durable-plastique-petrole-bacteries-montrent-voie-17549/

                    Les condensateurs haute densité sont une voie, mais il y a peut-être encore mieux, comme tirer partie directement du potentiel électrique du vide sidéral.....( celui qui nous entoure et dans lequel on baigne, comme par exemple celui de jo le marteau smiley....à contrario de Nicolas Tesla...) smiley


                    • olivier cabanel olivier cabanel 15 avril 2014 15:00

                      Pyra

                      mais jo a déjà des problèmes avec le sable... alors vouloir l’initier au vide sidéral c’est osé... bien qu’enfin de compte, il pourrait sans le savoir avoir quelques compétences en matière de vide sidéral.
                       smiley

                    • Croa Croa 15 avril 2014 14:44

                      À propos du système pantone j’avais publié un explicatif sur ce système.

                      Le lien que l’auteur propose est bien aussi commercialement (il propose de bons kits  smiley )....
                      mais est particulièrement nul en ce qui concerne les explications smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès