• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Ce Gui qui met l’amour en cage...

Ce Gui qui met l’amour en cage...

Les plantes n’ont pas fini de nous surprendre, nous soigner, ou nous tuer, puisqu’il ne faut jamais oublier la règle : « c’est la dose qui crée le danger »...

Certaines plantes, comme le Gui, sont réputées toxiques, et pourtant, ce même Gui peut, d’après certains chercheurs, guérir.

« Au gui l’an neuf » sont, parait-il, les mots que prononçaient nos vieux druides, afin de stimuler la germination du blé...

En effet, cette phrase bien connue est la déformation du celte : « a ghel an heu », qui signifiait littéralement « que le blé germe »...lien

Cette légende mérite le détour...

Selon le mythe, Baldur, le fils d’Odin, était le plus aimé de tous les dieux, au point qu’ils décidèrent de le protéger de tous les dangers du monde et la mère de ce Baldur, appelée Frigg, imposa au feu, à l’eau, au métal, à la pierre, et à toute chose vivante de ne jamais blesser son fils.

Hélas, l’un des dieux, nommé Loki, n’éprouvait pas de sympathie pour ce Baldur si bien protégé, et il découvrit que dame Frigg avait négligé le Gui.

Il en confectionna donc une flèche, laquelle tua Baldur... et de ce jour, la mère éplorée décréta que le gui ne serait plus jamais utilisé comme arme, promettant d’embrasser quiconque passerait en dessous. lien

Plus tard, les tribus nordiques, décidèrent que les combattants ennemis qui se rencontreraient sous le Gui se devaient de déposer les armes, et de respecter la trêve. lien

C’est de là que viendrait la tradition de s’embrasser sous le Gui, à l’occasion des fêtes de fin d’année... à chaque baiser il faut enlever une des petites boules blanches... jusqu’à la dernière, ce geste étant un gage de santé, de bonheur, de fertilité... et de mariage dans l’année.

Mais cette plante étrange, qui parasite certains arbres, est, avec ses petites boules translucides, la plante sacrée par excellence, symbole de l’immortalité, toujours verte, restant vivante même quand l’arbre sur lequel elle s’est fixée semble mort...

Nos ancêtres druides le recueillaient avec une serpe d’or, le déposant dans un linge immaculé et prenaient toutes les précautions afin qu’il ne touche pas le sol.

Ils l’utilisaient pour ses propriétés antispasmodiques, afin de soigner les épileptiques, les hystériques, ou même de simples crampes, même si aujourd’hui son emploi thérapeutique n’est plus à l’ordre du jour, alors qu'il a été utilisé pendant des siècles pour traiter l’épilepsie, l’arthrite et l’hypertension. lien

Pourtant, depuis peu, quelques scientifiques songent à l’utiliser à nouveau, d’autant que des études, portant sur 10 000 patients, sur une période de 20 ans, ont permis la mise au point du célèbre «  Iscador », produit issu de la fermentation bactérienne du gui, employé couramment en Allemagne et en Suisse dans le traitement des cancers.

Cette utilisation de l’Iscador, aurait augmenté de 40% l’espérance de vie des personnes atteintes d’un cancer...

En effet, la feuille de gui contient de nombreuses substances qui ont un effet curatif, ainsi que des alcaloïdes ayant des propriétés anti-cancéreuses. lien

Quant aux petites baies blanches, elles contiennent un élément lequel à des propriétés immunostimulantes. lien

Il faut naturellement l’utiliser avec la plus grande prudence, car, suivant la dose, le gui peut se révéler mortel...

Quittons le Gui et ses promesses de guérison, voire de mariage, pour l’amour en cage, nom populaire qui désigne une plante originale provenant d’Amérique du Sud, le Physalis, appelé aussi Alkékenge, voire Coqueret du Pérou.

Il est notoire que nous devons déjà à l’Amérique du Sud Tomates, Pomme de Terre, Maïs, ou encore Tournesol, mais le Physalis fait aussi partie de toutes ces plantes amérindiennes que nous consommons aujourd’hui... lien

Les petits fruits rouges, prisonnier de leur cage d’amour sont comestibles, et bourrés de vitamine C, et on le consomme lorsqu’il est bien mur, bien rouge, c’est-à-dire en septembre, octobre dans nos régions. lien

La teneur en vitamine C du Physalis dépasse de loin la plupart des aliments que nous connaissons, et une seule vingtaine de baies couvrent 35% de nos besoins, et pas seulement.

Il est riche en minéraux et en oligo éléments. lien

Ajoutons qu’il contient du bêta-carotène, une anti oxydant qui permet de favoriser la croissance des os et des dents, qui maintient la peau en santé et protège contre les infections. lien

Les physalines qu’ils contiennent ont des effets anti-cancer prouvé.

Il y a plusieurs variétés de Physalis, dont le Camapu (physalis pubescens), le Jua de Capote (physalis angulata), le Physalis peruviana... et tous n’ont pas les mêmes propriétés.

Tout comme pour le Gui, les scientifiques, comme Milton Nascimento Dos Santos, chercheur au sein de l’Université fédérale du Para, s’intéressent à cette plante d’Amazonie, qui aiderait surtout à soigner les maladies neurodégénératives, Alzheimer, Parkinson. lien

Ces chercheurs ont constaté que la célèbre « cerise de terre », surtout la variété Pubescens, contient dans sa tige des substances potentiellement capables de stimuler la production de nouveaux neurones dans l’hippocampe, cette partie de notre cerveau qui joue un rôle primordial dans la mémoire, mais aussi pour nos déplacements dans l'espace. lien

Quant à la variété Camapu, elle a des propriétés médicinales reconnues : anti-inflammatoire par exemple... et permet aussi la régénération des neurones de l’hippocampe.

On sait aujourd’hui, globalement, que le Physalis a aussi des qualités apaisantes, dépuratives, diurétiques, anti oxydantes, antibactériennes, voire antitumorales.

Pour ma part, je l’utilise pour décorer un Taboulé  : ces petites baies rouges font merveille au milieu des feuilles de menthe, et des zestes de citron, et les cuisiniers n’hésitent pas à le mettre à toutes les sauces : de la verrine au foie gras, au cheesecake en cœur aux fruits frais, en passant par les sablés à la mousse de citron. lien

Alors, qu’il s’agisse du Gui, promoteur du mariage, ou du Physalis, encageant l’amour, les deux sont aussi porteurs de promesses scientifiques capables de soigner de bien tristes maladies, mais aussi de mettre de la couleur dans nos cuisines.

Comme dit mon vieil ami africain : « là où on sème, il ne fait jamais nuit ».

L’image illustrant l’article vient de https://fr.aliexpress.com

Merci aux internautes de leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Articles anciens

Ce merveilleux 6ème sens

Atchoum

L’huile de l’arbre

Un article à la noix

A table avec les sauvages

A table avec les insectes

Des racines et des arbres

Finissez vos assiettes

Main verte pour tomate rouge

La drogue ce tabou

Ces plantes qui font trembler Big-Pharma

Arrêtez la terre, je veux descendre

A l’oreille des feuilles

La terre folle

Au bois de mon cœur

Les dessous du chou

Le jardin extraordinaire

Des piquants qui protègent

Ces plantes qui tuent les virus

L’amarante, plante espiègle

Des pommes, des poires, mais pas n’importe quoi

Aimer la Terre

Les avancées de l’immobile

A l’aide d’iode

N’écrasez pas le champignon

Jamais déçu par le chou

Sauvé par l’écorce


Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

47 réactions à cet article    


  • Ben Schott 8 mars 09:21

     

    Au fait, elle devient quoi, Rika Zaraï ?
     


    • Yohan Yohan 8 mars 15:21

      @Ben Schott


      Elle a racheté Saint-Maclou. Son régime est bon pour le transit mais dangereux pour la moquette smiley 

    • aimable 8 mars 10:09

      la nature est généreuse avec l’homme ( lui qui passe son temps a la détruire ) , elle soignait l’être vivant bien avant les molécules chimiques ( qui ont certainement atteint leurs limites dans beaucoup de domaines ), dont beaucoup d’entre elles imitent la nature !


      • olivier cabanel olivier cabanel 8 mars 10:22

        @aimable
        comme vous le dites, les molécules chimiques s’ingénient à copier la nature, mais il est probable qu’avec le temps nous réaliserons qu’elles sont imparfaites...et ne sont que de pâles copies de l’original naturel... merci de votre commentaire.


      • Je ne sais toujours pas si je dois le regretter, mais dans l’appartement dans lequel j’habite pendait un lustre ancien en fer forge en forme de branche de Gui. L’objet n’étant pas adapté et un peu encombrant, je l’ai mis au x enchères dans une salle de vente. Le vendeur n’y croyait pas trop. Et pourtant, ce fut le clou de la vente. J’ai quelques regrets,...mais ses bonnes ondes sont toujours présentes dans mes lieux.


        • olivier cabanel olivier cabanel 8 mars 11:21

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.
          ça devait être un objet « art nouveau », et je ne suis pas surpris que les enchères aient monté...

           smiley
          peut être ce style là ?

        • @olivier cabanel


          Exact, le même. ou l’avez-trouvé ? Est-ce vous GUI l’avez-acheté ? A une certaine époque, habitant Vierves en Belgique, je montait dans les arbre pour le cueillir (je l’avoue, la nuit, c’était dans le champ des fermiers qui habitaient à 5 kilomètre,..). Chut,...

        • Exact, le même. ou l’avez-trouvé ? Est-ce vous GUI l’avez-acheté ? A une certaine époque, habitant Vierves en Belgique, je montais dans les arbre pour le cueillir (je l’avoue, la nuit, c’était dans le champ des fermiers qui habitaient à 5 kilomètres,..). Chut,...


          • olivier cabanel olivier cabanel 8 mars 13:06

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.
            je suis passionné par "l’art nouveau’, avec ces grands créateurs qu’étaient Gallé, Lalique, et tant d’autres, et ils mettaient beaucoup de nature dans leur création... donc j’ai tout de suite pensé qu’il pouvait s’agir d’un lustre de cette époque, ... très recherché... mais l’essentiel est que vous en ayez gardé l’essence, et le souvenir.

            ceci dit, non, ce n’est pas moi qui l’ai acheté !
             smiley

          • @olivier cabanel


            Que de points communs entre nous,...C’est le côté « poussiéreux et difficile à nettoyer qui m’a fait m’en séparer,... Je fais dans la Carte postale ancienne Art Nouveau : Mucha, Kirchner et tant d’autres. Mais avec ebay, c’est devenu un peu trop facile et le plaisir de la »trouvaille" magique s’éteint. Quoique,...

          • olivier cabanel olivier cabanel 8 mars 14:13

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.
            c’est un ami qui collectionnait les pâtes de verre qui m’a plongé dans ce monde, 

            je n’ai eu que rarement l’occasion d’en trouver un ou deux, mais quand c’est le cas, c’est un moment fort... quand on songe que certaines pièces uniques se vendent des dizaines de milliers d’euros, ça laisse rêveur... cet ami les achetait quelques francs à l’époque, vu que ça n’intéressait personne...
            n’hésite pas à m’inviter sur FB, ce sera un plaisir...

          • @olivier cabanel


            Si tu connais Nabum (je pense qu’il a un compte facebook), il peut te refiler mon adresse Email. J’évite Facebook,...Mon compagnon Olivier collectionnait aussi les verre anciens, finement ciselés et gravés. Au Vieux Marché à Bruxelles, il y a un archéologue ami qui nous les refile. Datant d’époques antédiluviennes,....Etrusque et autres. J’aime aussi les pierres précieuses en verre et montaient des colliers,...parmi d’autres passions,...

          • olivier cabanel olivier cabanel 8 mars 16:44

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.
            je connais Nabum, mais sans plus...


          • Elixir Elixir 8 mars 12:54

            Gui de mot passant était-ce son vrai nom ?...


            • zygzornifle zygzornifle 8 mars 12:57

              ce même Gui peut, d’après certains chercheurs, guérir...


              Jusqu’à présent il guérit de l’envie de vivre .....

              • olivier cabanel olivier cabanel 8 mars 14:13

                @zygzornifle
                ou le contraire... smiley


              • nono le simplet nono le simplet 8 mars 14:23

                dans les années 70 j’avais un copain maraîcher bio. à l’époque c’était peu commun ...

                il se servait de la proximité de certaines plantes avec d’autres pour qu’elles se protègent mutuellement des maladies ou des parasites ... j’ai malheureusement oublié ces techniques de culture ...
                comme pour l’énergie certains se prennent pour Dieu et veulent être plus forts que la Nature, la dominer alors qu’il suffit, dans bien de domaines, de se servir de ce qu’elle sait faire ...

                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 8 mars 14:29

                  @nono le simplet

                  Bonjour.Allez sur les sites de permaculture pour vous rappeler.


                • olivier cabanel olivier cabanel 8 mars 16:42

                  @nono le simplet
                  j’ai un ami qui répète à l’envie : « nous avons sur la terre toutes les plantes pour nous guérir »...il suffit de les connaitre...

                   smiley

                • nono le simplet nono le simplet 9 mars 08:49

                  @Aita Pea Pea
                  bonjour,

                  merci pour l’info 
                  j’aimerais bien tester aussi le BRF dans mon jardin 

                • olivier cabanel olivier cabanel 9 mars 09:13

                  @nono le simplet
                  un article pour t’éclairer sur le BRF...

                  à+

                • nono le simplet nono le simplet 9 mars 16:42

                  @olivier cabanel
                  merci à toi


                • Si vous saviez comme ce titre me touche droit au coeur. La forge de Lourmarin de « Guy » Friedlingstein. 


                  • belin 8 mars 18:44

                    @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                    Y a votre copain qui se pointe.



                    • fou666 8 mars 14:54

                      Il faut espérer une bonne maladie grave à l’auteur pour qu’il puisse se « soigner » avec ses plantes.


                      • Henry Canant Henry Canant 8 mars 15:27

                        Cabanou,

                        Personne ne le savait. Heureusement qu’une fois de plus tu fais éclater la vérité vraie et citoyenne.


                        • Taverne Taverne 8 mars 17:13

                          Un autre Gui qui mettait en cage...


                          • olivier cabanel olivier cabanel 8 mars 18:26

                            @Taverne
                            oui, un rude inquisiteur, semble-t-il !

                             smiley

                          • Ben Schott 8 mars 17:25

                             

                            Organisons une Gui Pride citoyenne !
                             


                            • Nestor 8 mars 17:52

                              Salut Olivier !

                              C’est surtout le Gui sur les chênes qui est magique car il si fait rare ... Parait qu’à l’époque des Celtes le Gui des chênes était monnayé au prix de l’or ... Puis ↓ ...

                              « La population des « chênes à Gui » serait estimée pour la France à environ une quinzaine d’individus . Le chêne opposerait une barrière chimique empêchant la pénétration du Gui dans le rameau. Il ne peut se développer que sur des chênes ayant une déficience génétique, ce qui explique sa rareté. » ... ← (Source Wikipédia) ...

                              Une quinzaine d’individus, je trouve que ça fait vraiment peu ! Ce qui voudrait aussi dire que les chênes ayant une déficience génétique sont très rares ...

                              Comme précisé c’est une source Wikipédia ... Peut-être à prendre avec des pincettes ...


                              • olivier cabanel olivier cabanel 8 mars 18:27

                                @Nestor
                                merci de cette info que je découvre !

                                 smiley

                              • aimable 8 mars 20:55

                                @Nestor
                                le gui se développe également dans les peupliers , j’en ai l’exemple sous les yeux tous les jours .


                              • Nestor 9 mars 12:30

                                Salut aimable !

                                Oui mais sur les peupliers comme d’autres espèces c’est assez fréquent (pommiers, tilleuls ou saules) ... Par contre on ne le trouve jamais sur les érables et les hêtres puis très rarement sur les chênes ...

                                (Lien)→ 1 ... (Lien)→ 2 ...

                                Olivier , il y a quelques années avec des potes nous avons fait une grosse grosse infus (des feuilles sèches) ... Une infus bien bien corsée ... Nous étions quatre nous avons tous eu l’impression que le temps ralentissait, une sensation de pouvoir analyser chaque seconde mais avec plus de temps ... Bizarre comme sensation !  smiley 


                              • supradine 8 mars 17:59

                                la photo de l’article invite à la modestie les petits humains que nous sommes , destructeurs , copieurs de la nature...) et à l’admiration devant tant de beauté. Une pure merveille cet amour en cage, un joyau, comme tant d’autres qui fleurissent nos jardins et qu’il faut prendre le temps d’observer, de protéger, qu’elles nous guérissent ou pas.


                                • olivier cabanel olivier cabanel 8 mars 18:27

                                  @supradine
                                  je partage !

                                  merci

                                • Maitre Ratatouille Ratatouille 8 mars 19:46
                                  bonjours les gens et ceux qui ne rêve pas
                                  *Graines de rêver africaines : Entada Rheedii provoque des rêves intenses et mémorables

                                  Les graines de rêve africaines sont consommées par les tribus indigènes d’Afrique depuis des siècles. Considérées comme un remède naturel de valeur, elles sont aussi utilisées dans des pratiques chamaniques pour entrer en relation avec les esprits. Les graines sont aussi censées apporter de la chance, c’est pourquoi elles sont portées comme talisman.

                                  En raison de la capacité des plantes à se répandre dans le monde entier, les graines de rêve africaines sont différemment considérées suivant les cultures, mais elles sont en général considérées comme « magiques ».

                                  L’effet principal de la chair des graines de rêve africaines est d’augmenter la conscience du consommateur pendant son sommeil et d’améliorer le souvenir des rêves. Les rêves souvent très intenses sont censés relier le consommateur au monde des esprits, où la communication avec les esprits des ancêtres est possible. La qualité du sommeil semble aussi être accrue.

                                  Les graines de rêve africaines ont aussi des effets secondaires médicinaux. Dans la médecine naturelle tribale, les graines ont été utilisées pendant des siècles. Par exemple, un onguent préparé à partir de ces graines est tenu pour réduire les inflammations et soulager les douleurs articulaires.


                                  • olivier cabanel olivier cabanel 8 mars 21:15

                                    @Ratatouille
                                    belles informations... une photo, une fiche technique, sur ces « graines de rêve » africaines sont les bienvenues...

                                    @+

                                  • Maitre Ratatouille Ratatouille 8 mars 23:03

                                    @olivier cabanel
                                    je ne retrouve pas mes archives sur 5 plantes psycho-active qui stimulent nos
                                    facultés cognitive ,mais en douceur ,je vais chercher ,j’ai foiré une plantation mais bon,je t’offre ce livre magnifique en format PDF .
                                    tu le télécharge sur le serveur (1fichier ) ou tu l’achète ; ou tu le télécharge pour voir et tu l’achète ensuite 30 euros sur amazon
                                    mais pas de bêtises pour les jeunes ,il y à des truc vachement dangereux,
                                    le format papier est superbe ,vraiment un beau livre.

                                    Les plantes des dieux - Les plantes hallucinogènes, botanique et ethnologie.
                                    http://www.free-telechargement.co/livres/32027-les-plantes-des-dieux-les-plantes-hallucinogenes-botanique-et-ethnologie-pdf.html


                                  • Maitre Ratatouille Ratatouille 8 mars 23:07

                                     info sur le livre

                                    Le livre que vous tenez entre les mains est un monument.C’est l’ouvrage fondateur d’une nouvelle discipline scientifique, l’ethnobotanique, qui étudie l’homme en fonction de son rapport aux plantes qui l’entourent. Les auteurs sont de véritables sommités scientifiques : Richard Evans Schultes, professeur de biologie et directeur du Musée botanique de l’université de Harvard, et Albert Hofmann, directeur de recherches des laboratoires Sandoz, célèbre découvreur du LSD.

                                    Auteur(s) : Hofmann, A ; Schultes, R-E
                                    Editeur(s) : Lezard
                                    Date de parution : 15/11/2000
                                    EAN13 : 9782910718244
                                    Genre : sciences de la vie et de la terre, botanique, ecologie

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès