• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

calach

calach


 "Le jour où le crime se pare des dépouilles de l’innocence, par un curieux renversement qui est propre à notre temps, c’est l’innocence qui est sommée de fournir ses justifications." Albert Camus

Tableau de bord

  • Premier article le 08/06/2007
  • Modérateur depuis le 14/11/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 23 131 310
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 120 87 33
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • calach calach 19 septembre 2007 20:42

    Le dernier reportage fait à la télévision parlait de 10 bracelets electroniques en service sur l’ensemble du territoire !!! Il reste donc du chemin à parcourir dans ce domaine... La semi-liberté est appliquée uniquement pour ceux qui sont en fin de peine et qui ont trouvé un travail à l’extérieur. Or, il est plutôt difficile de trouver un travail pour quelqu’un qui est enfermé et sans relation extérieure vu les difficultés rencontrées par les chômeurs « normaux » cad libres, non incarcérés et sans le poids d’une condamnation...



  • calach calach 19 septembre 2007 18:42

    Article interessant. Pourriez vous développer ou indiquer une source d’information pour connaître un peu mieux les aides qui sont fournies aux entreprises adaptées lorsqu’elles emploient une personne handicapée ? Merci.



  • calach calach 19 septembre 2007 16:00

    Mako est, de plus en plus, dans le juste en rappelant à chaque occasion les méfaits de la démagogie politique qui a conduit au diktat « L’enfant dit toujours vrai ». Le seul moyen de faire comprendre à l’opinion publique le risque encouru par la dictature de l’émotion, c’est de rappeler sans cesse les témoignages des innocents victimes de cette dictature. Royal a joué un grand rôle avec sa circulaire dans l’installation de cette dictature. Elle doit donc être dénoncée chaque fois que cela est possible. Lire l’autopsie d’un exemple particulier de fiasco judiciaire engendré par cette dictature pour comprendre l’absurde du diktat « l’enfant ne peut pas mentir » : http://fiascojudiciaire.canalblog.com/



  • calach calach 19 septembre 2007 15:44

    @ Falkland. Vous semblez ignorer qu’un tiers environ des prisonniers sont des détenus provisoires, soit environ 20 000 et que demain vous pouvez faire partie de ces 20 000 car il ne suffit pas d’être innocent et honnête pour éviter le placement en détention. Je souhaite que votre bonne conscience soit confrontée à cet accident de la vie. Votre réflexion prendra alors un peu plus de profondeur... Lire pour l’exemple : http://fiascojudiciaire.canalblog.com/



  • calach calach 19 septembre 2007 15:34

    http://blogdesinnocents.canalblog.com/ Article très intéressant qui a le mérite de rappeler que la prison n’est pas la solution à l’insécurité mais un accélérateur d’insécurité lorsque les gouvernants ne mettent pas les moyens suffisants pour qu’elle joue son vrai rôle et lorsque les magistrats l’utilisent comme moyen de chantage sur les prévenus. Je rappelle que le prétendu pays des droits de l’homme est champion européen de la détention provisoire : environ un tiers des détenus le sont en détention provisoire soit à peu près 20 000 en permanence. Sur ces 20 000 détenus provisoires, environ 5 % sont reconnus innocents par non-lieu ou acquittement soit à peu près 1000 par an au minimum. La diminution de la détention provisoire serait le premier moyen de lutte contre la surpopulation, ne coûterait rien et pourrait permettre à l’administration pénitentiaire d’avoir un autre rôle que celui qui lui est attribué actuellement. Par ailleurs, il faut savoir qu’en 2003, 583 années de prison ont été indemnisées pour détention provisoire abusive. Cela ne peut qu’augmenter dans l’avenir avec la politique archisécuritaire... Il est vrai qu’en indemnisant un mois de détention à moins de 1000 euros en moyenne, la justice peut continuer à incarcérer à volonté et arbitrairement pour rassurer les bonnes consciences... jusqu’au jour où les bonnes consciences sont elles mêmes plongées dans le cauchemar. Rappelons nous le cri d’alain Marécaux (acquitté d’Outreau) à sa sortie de cour d’assise : « Demain, tout cela peut vous arriver aussi... »

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité