• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Marais

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 135 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Marais 11 juin 2014 22:23

    @ Fergus :


    Je me fais peut-être passer pour plus sot que je ne suis car cette affaire est d’un niveau de sottise assez élevé et que je m’adapte au niveau.

    Maintenant vous dites « Ce n’est en revanche évidemment pas le cas de « fournée » qui, en l’occurrence, fait référence aux fours crématoires et à une manière radicale de se débarrasser des Juifs. »

    Voici les définition que le dictionnaire Larousse en ligne propose du terme ’fournée’ :
    1) Ensemble de pièces, d’objets mis ensemble à cuire ou à traiter dans un four.
    2) Quantité de pains que l’on fait cuire à la fois dans un four : Le boulanger fait plusieurs fournées.
    3) Familier. Ensemble de personnes appelées aux mêmes fonctions, aux mêmes dignités : Une fournée de sénateurs.
    4)Ensemble de gens à qui l’on fait subir un même sort ou qui participent à un même mouvement : Une fournée de touristes.

    Et voici les définitions du four selon le même dictionnaire :
    1) Appareil dans lequel on chauffe une matière en vue de lui faire subir des transformations physiques ou chimiques.
    2) Partie d’une cuisinière, ou enceinte indépendante, qui sert à la cuisson des aliments.
    3) Familier. Insuccès, échec, en particulier en parlant d’une œuvre théâtrale, littéraire.

    La définition de crématoire :
    - Relatif à la crémation.

    Et enfin la définition de crémation :
    - Incinération, destruction des cadavres par le feu.

    Que peut-on en conclure ?
    La définition 1) du terme ’fournée’ concerne les pièces d’un four. Or, un four sert essentiellement à cuire des aliments et a peu à voir avec les fours crématoires. La définition 1) n’est pas antisémite.
    La définition 2) concerne la cuisson des pains. Or, le pain n’est pas une personne, il ne concerne donc pas les fours crématoires cette définition n’est aucunement en lien avec l’antisémitisme.
    La définition 3) concerne un certain nombre de personnes unis par la même fonction. Il faudrait d’autres termes pour lier fournée et antisémitisme ou chambres à gaz.
    La définition 4) concerne un certain nombre de personnes qui participent à un même événement. Là encore, il faudrait d’autres termes pour lier fournée et antisémitisme ou chambres à gaz.



    Vous réussissez à passer de « fournée » à « four crématoire » par un procédé qui m’échappe. Ou alors, si la fournée est liée aux fours crématoires et à la Solution finale, alors un proverbe estonien qui dit « Si la fournée de pain est manquée, c’est une semaine perdue ; si la moisson est mauvaise, c’est une année de perdue ; si le mariage est funeste, c’est une vie de perdue » est lié à la Shoah.
    Je repose ma question : Donc si je dis que Bernard Henri-Lévy est un crétin, est-ce que le terme « crétin » est antisémite ? Puisque ce terme s’applique à un juif.



    Pour les deux affaires :
    Dans « le détail de l’histoire », JMLP affirmait que la Seconde guerre mondiale avait été terrible. Et c’est vrai, notamment dans ses conséquences : 62 millions de personnes tuées ; perte de puissance et d’influence de la France, du Royaume-Uni, de l’Allemagne ; sujétion du monde aux Etats-Unis d’Amérique ; sujétion de l’Europe aux Etat-Unis ; perte de repères dans l’Occident.
    Certains sont outrés qu’on affirme que la mort de 6 millions de juifs n’est qu’un détail de l’histoire, malgré la barbarie à laquelle ils furent confrontés.

    Voici ce que je répondrai : d’une part les étatsuniens sont d’une barbarie égale voire supérieure au régime nazi, pourtant on les assimile au champions du camp du Bien. D’autres régimes, alliés à ces mêmes Américains, soutiennent le terrorisme islamiste par exemple.
    Pourtant, je n’ai pas entendu nos biens-pensants s’indigner de cela, ou alors pas trop fort. Si 6 millions de juifs ont souffert à l’époque, ce sont la majorité des peuples de la Terre qui souffrent aujourd’hui, pourtant on n’en souffle mot. La souffrance juive n’est pas supérieure à celle des autres, ou alors ce serait faire preuve de judéolâtrie.
    Voilà pour la cruauté de leur mort.


    D’autre part, le nombre de juifs morts dans cette guerre est peu élevé comparé au nombre de morts total. Sauf si la mort d’un juif vaut plus que la mort d’un chrétien, par exemple, et il faudrait le dire, je ne vois pas pourquoi je devrai me manger le foie pour des faits passés il y a 70 ans alors que 100.000 chrétiens sont tués chaque année.
    Voilà le chiffre.


    Je suis triste que 76.000 Français juifs aient été déportés, mais ils n’ont pas été tués par la France et se concentrer sur cela et pas sur les millions de Français sacrifiés pour faire advenir la République est indécent.
    Si parler de « détail de l’histoire » concernant la déportation n’est donc pas antisémite, ce n’est pas considérer que « les juifs de France sont à l’avant-garde de la République », tout simplement.



    Pour l’affaire « durafour crématoire ». En 1998, le socialiste Michel Durafour appela, entre autres, à « exterminer le Front National » et à « Nous devons nous allier, aux élections municipales, y compris avec le Parti communiste, car le PC, lui, perd des forces tandis que l’extrême droite ne cesse d’en gagner. »
    JMLP utilisa à la suite de cela le calembour « Durafour crématoire ». Ce n’est pas très fin, mais pas une catastrophe.
    Comme JMLP n’est pas judéolâtre et n’est pas obsédé par la question juive, il n’a pas vu le mal, il a fait juste preuve d’humour gaulois.


    En fait, j’en viens à penser que ceux qui sacralisent la Shoah font monter l’antisémitisme, comme les antiracistes font monter le racisme.


  • Marais 11 juin 2014 18:58

    Bonjour Fergus,


    Vous dites « Interrogez des milliers de personnes sur le mot qu’ils choisiraient pour évoquer la volonté de se débarrasser d’un artiste juif (et accessoirement de quelques autres artistes opposants au FN), et pas un n’aura l’idée d’utiliser le mot « fournée », évidemment connoté car s’appliquant à un Juif. Dans l’écrasante majorité des cas, c’est le mot « charter » qui viendrait à l’esprit, ou des mots de signification équivalente. »

    Si je vous suis bien, ce mot est antisémite s’il s’applique à un juif mais personne n’a pensé à ce terme comme un terme antisémite jusqu’à présent. Donc si je dis que Bernard Henri-Lévy est un crétin, est-ce que le terme « crétin » est antisémite ? Puisque ce terme s’applique à un juif.
    En même temps, Jean-Marie Le Pen a ciblé des non-juifs, donc le terme employé n’était pas antisémite.
    Donc, ce n’est pas le terme qui est antisémite mais la personne qui l’emploie qui est antisémite et qui rend ce terme antisémite même s’il cible également des non-juifs.

    Supposons que Jean-Marie Le Pen soit bien antisémite. Retrouvez-moi un passage, un acte, qui démontrent qu’il est antisémite avant ce passage. Etant donné le nombre de mensonges que déploient les merdias, pourquoi croirais-je une telle allégation venant de leur part ?

    Autrement, cela signifie que des manipulateurs continuent à monter en épingle des choses insignifiantes pour détourner l’attention afin de continuer leurs combines.
    Sinon, c’est de la diffamation envers Jean-Marie Le Pen, et ce ne serait pas la première fois.

    Pour vous reprendre, je dirai que votre tentative de défendre nos chers journalistes est méritoire mais n’est pas crédible. Peut-être que Jean-Marie Le Pen pense que Patrick Bruel est un minable pour s’attaquer à lui de la façon il l’a fait, qui ressemble en ce point à celle de Yannick Noah. J’aimerais également savoir si le terme « minable » est antisémite s’il s’applique à un juif.

    PS : peut-être que Jean-Marie Le Pen n’est pas obsédé par la judéité des personnalités et qu’il ignorait que Patrick Bruel est juif, invalidant ainsi l’accusation d’antisémitisme. Si vous pouvez me prouver que JMLP savait que Patrick Bruel était juif, par un extrait de texte ou de vidéo notamment, cette accusation tendancieuse pourra être maintenue. Dans le cas contraire, il faudra appliquer la présomption d’innocence.
    PS2 : vous dites que le terme « fournée » est antisémite, or il a également ciblé des non-juifs. Comment peut-on déclarer que c’est antisémite ?


  • Marais 11 juin 2014 16:24

    « mais ce n’est qu’après une relance de la communicante complice Marie d’Herbais citant elle-même le nom de Bruel, juif séfarade, que Le Pen réagit à ce nom en parlant de « fournée ».... cette femme adhère totalement aux thèses les plus nauséabondes du FN des origines, et ce n’est pas un hasard si elle est l’épouse du sulfureux Frédéric Chatillon, ancien responsable du GUD connu pour quelques relations douteuses avec des fachos notoires. Marie d’Herbais, Frédéric Chatillon : deux très proches amis de Marine Le Pen dont on voudrait nous faire croire qu’elle a rompu avec les idées du parti. »


    Complotiste ! smiley smiley smiley

    Plus sérieusement, l’antisémitisme de Mr Le Pen n’est pas avéré. Cela donne une très bonne excuse pour voter encore pour ceux qui nous mis dans la panade.
    Soyez honnête : vous avez un intérêt personnel à voir la situation se dégrader ainsi.


  • Marais 11 juin 2014 16:11

    « Le patriarche du Front National a récidivé dans une vidéo originellement postée sur le site du parti où, évoquant Patrick Bruel, qui avait déclaré qu’il ne se produirait pas dans les villes qui ont élu un maire FN, il disait « on fera une fournée une prochaine fois ». Devant l’horreur de tels propos »


    Oyez oyez, bonnes gens, après l’épisode « la quenelle est un salut nazi inversé », voici l’épisode « le terme ’fournée’ est un mot antisémite ». smiley smiley smiley.

    Plus sérieusement, comment peut-on penser que le terme « fournée » est antisémite quand il s’adresserait à une seule personne (Patrick Bruel) et qu’il n’a jamais été utilisé en ce sens ?
    En attendant, les ratonnades des juifs en France ne sont pas sévèrement condamnées (l’agression des Sarcelles n’a pas entraîné beaucoup de réactions médiatiques, il y avait au musée juif Bruxelles d’autres victimes que des juifs)
    et Bernard Henri-Lévy a affirmé que Svoboda (mouvement antisémite) était moins fasciste que le FN.

    Concernant l’épisode « Monseigneur Ebola » : l’affaire a été montée par des menteurs, des pervers et des salopards. Il n’y a pas d’enregistrement, ce qu’ils affirment n’a donc pas à être cru d’office, après tous les bobards qu’ils nous ont fait avaler.


  • Marais 30 mai 2014 00:00
    A la main tendue de MLP à DLR et son président Dupont-Aignan, Pinsolle et ses alter ego répondent par un crachat au visage des authentiques patriotes,

    Je pense que MLP a fait une erreur en proposant cette alliance à DLR avec le raisonnement suivant :
    Les modérés (la classe moyenne) ont un mouvement pavlovien face à l’extrémisme politique, ici le FN. Pour rallier ces modérés au patriotisme, il faut donc se distancer du FN.
    Accepter l’alliance du FN tuerait DLR et l’UPR, car leur électorat potentiel n’est pas le même : le FN ce sont les patriotes purs et durs. MLP a donc fait une erreur de 
    DLR et l’UPR ce sont les déçus de l’européisme, de l’antiracisme, du libéralisme donc du programme UMPS... ils viennent au patriotisme par dépit.


    quand tous-ceux là validaient Maastricht la gueule enfarinée, et profitaient des prébendes et des ors de la Raie Publique.

    Il me semble que NDA n’était pas élu en 1992 et qu’il fut plus tard sur la ligne Séguin/Pasqua au RPR puis qu’il appela à voter « Non » au traité constitutionnel de 2005. Lui faire un tel procès serait donc injuste car ligne europhile du centre-droit n’avait pas encore triomphé. Ce serait faire un faux procès que de l’attaquer sur ce plan.


    Et vous voudriez vous entendre avec ces gens-là ?

    Je ne parle pas d’entente entre ces partis politiques, ainsi ils ont un électorat fondamentalement différent. Je parlerais plutôt d’entente métapolitique : une entente entre tous les patriotes au-delà des partis. Peu importe s’il n’y pas un grand parti patriote tant que le patriotisme gagne sur le terrain.
    Ce ne serait donc pas un parti politique mais un mouvement patriote, où des partis comme le FN ou DLR pourraient cohabiter avec des associations comme Egalité et Réconciliation, avec des membres du système comme Eric Zemmour, avec des mouvements gaullistes, bonapartistes...


    Pinsolle se fait violemment renvoyer dans les cordes par une très forte majorité de ses soutiens, qui ne comprennent justement pas ce que vous rappelez à juste titre, qu’en ces temps d’urgentissime sursaut patriotique

    Le camp national est encore minoritaire, et la plupart d’entre nous ne réfléchissent pas en terme de politique électorale. Je pense que Pinsolle a pour rôle de rassurer les électeurs qui ont peur du FN mais qui sont devenus patriotes.
Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité