• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

nightflight

nightflight

Un citoyen ordinaire.
Bon sang que le monde va mal !
Avec la responsabilité civile qui est la mienne, si j’avais eu l’audace d’être un des auteurs du système financier mondial actuel, j’aurais été assigné en justice par mes donneurs d’ordre, et j’aurais fini ruiné et en taule.
Comment peut-on concevoir une organisation aussi instable que notre économique ? Existe-il des normes, des modèles aboutis qui ont été testés avant d’être mis en exploitation, mais bon Dieu où sont les concepteurs de ce merdier ?

Tableau de bord

  • Premier article le 06/04/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 292 92
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires



  • nightflight nightflight 17 octobre 2010 15:52

    Précision : Crédit subprime —> Titrisation —> Ecoulement sur les marchés



  • nightflight nightflight 17 octobre 2010 15:47

    @François ASSELINEAU,

    Complément à mes précédent commentaires :

    J’ai lu votre conférence ici lien

    Vous êtes, et de loin, celui qui apporte l’explication la plus lumineuse à l’explicitation des phénomènes économiques contemporains, et à leur instrumentalisation au profit des intérêts américains.

    Lorsque vous parlez du passé des commissaires européens, ou pense instantanément à la stratégie de l’ambassade Américaine, qui repère intercepte les jeunes dont l’avenir semble le plus prometteur, leur payant éventuellement des études dans les meilleures universités. On constate que cette démarche des états unis est menée depuis longtemps, n’est pas une particularité Française, mais concerne un grand nombre de pays et elle aboutit immanquablement à des opérations de noyautage.

    Concernant votre conférence, j’ai une remarque à vous faire : Je pense qu’il serait utile et très pédagogie de détailler juste un petit peu l’aspect qui concerne la partie parlant de l’endettement des états unis et de sa propension à « Ecouler » sa monnaie en achetant des biens dans des pays étrangers.

    Pour faire simple :

    L’endettement de l’état, des consommateurs et des entreprises alimente les fonds bancaires via le levier des réserves fractionnaires. Les banques investissent ensuite les fonds de la création monétaire par le crédit à l’étranger, convertissant ainsi leur devise en actifs réels.

    Même phénomène avec les fonds de pensions ou d’autres organismes financiers qui procèdent de la même façon.

    On peut également constater que le phénomène des subprimes était du même acabit, et aurait pu continuer à fonctionner longtemps, si les taux directeurs de la FED n’avaient pas été relevés d’une manière indécente, provoquant l’avalanche de forclusions que l’on connaît.

    Ceci permettrait d’expliciter l’expression qui revient souvent « Endettement record des Etats Unis » dont on mesure en général très mal l’implication dans nos économies.

    Merci beaucoup, et vive De Gaulle !



  • nightflight nightflight 15 octobre 2010 10:22

    Je trouve que tous, vous n’êtes pas sérieux.

    Vous trouvez des explications là où elles ne sont que des conséquences et vous voyez les choses toujours au travers du même filtre culturel.

    Notre pays jusque dans les années 70 vivait bien, jusqu’à ce qu’un gouvernement décide que l’état serait catastrophiquement financé par les marchés. Ceci est un cas de haute trahison.

    L’Europe s’est ensuite construite sur ce modèle, et les calamités que nous visons aujourd’hui sont simplement la conséquence d’un commerce libre avec des pays où le cout de la vie donc de la main d’œuvre (Et pas l’inverse) sont bas, et nous voyons donc nos industries souffrir d’une concurrence intenable.

    Où est la vraie solution ?

    Elle serait simplement de dire que l’intégralité de la monnaie est l’image des biens réels existants.

    Lorsqu’un bien est créé, on doit créer la monnaie qui le matérialise. Lorsqu’il arrive en fin de vie, cette monnaie doit être détruite.

    De plus, les monnaies devraient être arrimées les unes aux autres sur la base des actifs réels détenus par des pays.

    Mettre en place un tel mécanisme n’est pas si compliqué : La valeur ajoutée matérialisée par la déclaration de TVA des entreprises, ainsi que le patrimoine principal des citoyens (Maison, Voiture, valeurs ...) devrait être comptabilisés et donner naissance à la monnaie correspondante. L’inverse lorsque les actifs se déprécient.

    Au lieu de tout cela, on assiste à une création monétaire découplée de la réalité, qui crée de la monnaie indépendamment de l’apparition de richesse réelles.

    Donc suit ce qui doit suivre : Une inflation par un mécanisme identique à celui qui faisait que les états furent jugés non vertueux par le passé.

    Viennent ensuite les acteurs du marché, qui on capté tout l’héritage des nations, et qui spéculent sur les devises, bouleversant les cours suivant des critères de tendance indécents au regard de ceux qui investissent et produisent des richesses réelles (Biens ou services).

    Cette situation est complètement imbécile, mais la manière d’en sortir n’est pas forcément de se fragiliser en s’isolant de l’Europe, car il ne faut pas oublier que sortir de l’Europe c’est quitter l’Euro, et que de toute façon, notre nouvelle devise serait toujours exposée aux marchés et susceptible de subir des attaques, et que donc en cas de baisse par rapport au dollar, nous courrerions toujours, par exemple, le risque de voir le coût de nos approvisionnements en matières premières flamber et de subir les conséquences qui en découlent.

    En ce qui concerne les différences des coûts de production entre les pays, il n’est pas compliqué de réfléchir au concept d’une taxation des échanges qui soit reversée aux pays qui en ont le plus besoin.

    Comment ce fait-il que des générations de politiques et d’économistes brillants et diplômés se soient succédés sans voir ces réalités premières en face :

    1. Si il n’y a pas d’arrimage des monnaies et que la création monétaire ne s’effectue pas sur la base de critères macro économiques objectifs (L’actif des nations) alors la stabilité n’existe pas.

    2. Il faut réguler les disparités économiques entres les pays et mettre en place des systèmes qui assurent la convergence des niveaux de richesse des pays, les différences existantes produisant les différentiels énormes des coûts de production que l’on connaît. Cette démarche doit être pensée et instaurée, car les règles de fonctionnement du marché n’assureront certainement pas une convergence des niveaux de richesse sans douleur et catastrophes.

    3. Le système économique doit être au service des gouvernements et de l’ensemble des citoyens et absolument pas l’inverse.



  • nightflight nightflight 15 octobre 2010 09:35

    Stéphanie,

    Ton commentaire est un peu sybillin.

    Pourrais tu en dire plus ?



  • nightflight nightflight 14 octobre 2010 20:59

    @L’auteur,

    On a du mal à remettre en cause votre point de vue, tant votre cursus est éblouissant.

    Cependant, il existe une autre version des faits que malheureusement peu de gens voient aujourd’hui.

    Il faudrait redonner aux états la maîtrise de leur monnaie, qu’il s’agisse de l’euro ou de toute autre devise, arrimer sur des critères objectifs les monnaies les unes aux autres, et sortir de ce système imbécile où les états se financent auprès des marchés.

    Il n’est tout de même pas difficile à comprendre que toute la richesse de nos pays passe par la création monétaire, et que celle-ci est aujourd’hui détenue par les banques.

    Banques qui d’ailleurs non contentes du rôle qui leur avait été assigné, se goinfrent de manière indécente, en ajoutant aux bénéfices énormes de la création monétaire par le crédit, toutes sortes de péages, afin de rentabiliser leurs agences et de maximiser leurs profits.

Voir tous ses commentaires (20 par page)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Tribune Libre Economie G 20

Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité