• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Philippe VERGNES

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 27/04/2012
  • Modérateur depuis le 17/12/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 48 1507 4713
1 mois 1 19 30
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 95 88 7
1 mois 1 1 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Philippe VERGNES 5 octobre 10:25

    @ poussière,


    Pas de quoi...

    Concernant le sens de « mettre en avant des gens sans talents qui distillent une violence destructrice », comme vous le dîtes si bien, je n’en trouve aucun si ce n’est justement celui de faire le buzz et de gonfler son audimat, vu que les retombées financières sont directement corrélées à cet indicateur. C’est l’ex-pdg de TF1 Patrick Le Lay qui dans une interview publié dans un livre, Les dirigeants face au changement, avait très bien exprimé cela : « Ce que nous vendons à Coca-cola, c’est du temps de cerveau humain disponible ».

    Il s’agit bien d’une guerre effectivement. Sur tous les sujets que vous évoquez, elle est perceptible au travers des disqualifications paradoxales que vous évoquez. Encore faut-il en avoir conscience. Et s’il y a guerre, il y a intentionnalité...

    Le lien que vous me communiquez m’évoque le fait que nous possédons un cerveau bayésien (si le sujet vous intéresse, voir aussi Stanilas Dehaene et ses cours vidéos au Collège de France). Vu le temps moyen que nous passons devant la télé (3h30) et le contenu des émissions (ONPC, Secret Story, Cyril Hanouna, Les Anges de la télé-réalité, etc., etc., etc.), cela ne peut que modifier notre perception de la réalité. C’est clair !

    « Il suffit de contrôler les leader pour contrôler les masses. » Tout est dit. C’est exactement ce à quoi nous devons l’élection de Macron.


  • Philippe VERGNES 5 octobre 09:21

    @ Bonjour BB1951,


    A qui s’adressait votre question (fort judicieuse au demeurant) ?


  • Philippe VERGNES 5 octobre 09:14

    @ Ratatouille,


    Je ne connaissais pas Ken Wilber. J’ai traité du sujet qui l’a préoccupé tout au long de sa carrière dans un précédent article (déjà communiqué en lien) : « Se comprendre ou s’entretuer : question de logique ? ». Dans cet article, j’avais hésité de présenter les quatre principaux courants psychologiques selon l’organisation qu’il en fait dans son tableau qui est celui d’une analyse AFOM, dont je me sert beaucoup (avec quelques autres outils qui font parti de ma formation initiale). Je prendrais le temps de l’étudier attentivement tant le « décloisonnement » des sciences est devenu important de nos jours (et ce dans tous les domaines).



  • Philippe VERGNES 5 octobre 08:48

    @ Fifi Brind_acier,


    En version papier ou numérique, il est également présent sur Bookélis, une petite entreprise d’autoédition qui se situe à Arles, pas trop loin de chez moi, Méditerranée (Mare Nostrum) : Une mer assassinée - Le crime parfait. Malgré sa faible diffusion, je précise que je ne connais pas personnellement les personnes qui l’ont commenté.



  • Philippe VERGNES 4 octobre 20:43

    @ Fifi Brind_acier,


    Sur la question des politiques, je le pense effectivement et il est certes plus utile d’informer les citoyens, bien que selon moi l’un ne va pas sans l’autre. Disons qu’il convient d’essayer d’engager une dialectique entre élus et électeurs. C’est en ce sens que je ne rechigne pas à informer les politiques même si leur réaction est courue d’avance. C’est aussi une question stratégique, lorsque je les rencontre en réunion, ils ne peuvent pas se déresponsabiliser en prétextant comme ils le font toujours : « on ne savait pas ».
    Sur le fait que la machine soit enclenchée, je me réjouis effectivement que ces derniers temps le problème émerge sérieusement dans l’espace public, mais cela fait déjà pour moi 25 ans que je tire la sonnette d’alarme en prédisant ce qui allait arriver. Il y a l’usure de la tâche à titre personnel, même si désormais de plus en plus de monde ouvre les yeux.

    J’ai récemment assisté à une conférence du Pr Joyeux qui m’a été présenté par des personnes qui connaissaient mon livre. J’ai pu m’entretenir avec lui et il m’a totalement approuvé lorsque je lui ai dit que la problématique des perturbateurs endocriniens était pour moi le plus grand scandale sanitaire du siècle. Un scandale que beaucoup de personnes étouffent.

    Je ne vous parle même pas des censures dont mon livre à fait l’objet de la part de certains médias qui en ont reçu la copie. Les informations qu’il dévoile dérange fortement. Cela va au delà de ce qui est raisonnablement audible.

    J’ai écrit quelques articles sur le sujet, à la lecture des commentaires et du nombre de vues, on ne peut pas dire que ce soit un sujet de préoccupation majeure pour la population. Une enquête avant les élections présidentielles faisant même passer cette problématique en dernière roue de charrette des sujets que les français désiraient voir traiter lors des débats politiques. Il reste encore beaucoup de chemin à faire pour inverser la tendance qui consiste à détruire notre santé, notre environnement, etc. Le problème, c’est que pour certaines zones géographiques, il sera bientôt trop tard. Ce n’est plus qu’une question de temps désormais. Alors je suis loin de me réjouir de la prise de conscience actuelle, même si elle est bien réelle, elle est encore trop faible... et il faudrait qu’elle s’accélère ne serait-ce que pour répondre aux objectifs, bien trop faible, des politiques actuelles. C’est-à-dire que même en visant le minimum, nous sommes déjà sûr et certains de ne pas pouvoir l’atteindre, comme pour les politiques de l’eau engagées depuis le début des années 2000. Mais il y a tant à dire sur la « tartuferie » de nos politiques...
Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès