• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Philippe VERGNES

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 27/04/2012
  • Modérateur depuis le 17/12/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 54 2233 5667
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 183 175 8
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Philippe VERGNES 22 avril 09:45

    @ arthes,


    Bah merci...

    Oui, le constat est le même : « ... pour anéantir l’humain et le faire tomber, il faut s’attaquer à l’âme, la détruire, car ce n’est pas l’âme qui est façonnable, c’est l’ego... »

    Il m’est d’avis que l’âme ne peut être détruite, mais ce qui est par contre réalisable (et selon moi réalisé par toute la politique du NOM), c’est rompre les liens entre l’âme et ce que vous nommez « égo »... et ça, c’est du domaine de la perversion narcissique . Je ne cesse de le répéter : « La perversion narcissique constitue sans aucun doute le plus grand danger qui soit dans les familles, les groupes, les institutions et les sociétés. Rompre les liens, c’est attaquer l’amour objectal et c’est attaquer l’intelligence même : la peste n’a pas fait pis. » (Paul-Claude Racamier, 1992b)

    C’est la rupture de ce lien que l’on nomme « déshumanisation », car c’est par ce lien là que nous pouvons poursuivre notre processus d’humanisation. Et ce lien bien mince aujourd’hui qui subit des « assauts » depuis des siècles n’a jamais été aussi près d’être « rompu ». « Mais partout où le péril croit, croit aussi ce qui sauve » et je ne suis pas du tout certain de l’issu de cette « lutte ».

    « Alors qui veut cela, pourquoi, et quels seront les conséquences ? »

    Les conséquences sont simples à résumer : le but est de parvenir à créer une humanité d’esclave tel « l’homme nouveau » du transhumanisme. Mais esclave de qui, là est la bonne question, car une fois cette prise de conscience effectuée, plein d’autres questions se posent effectivement : quels intérêts cela sert-il ? Et les intérêts de qui ?

    Pour commencer à comprendre, il faut s’attaquer à un autre sujet (approche pluridisciplinaire) et s’intéresser aux premières civilisations ; là d’où les grands mythes de notre culture ont commencé à émerger, c’est-à-dire Sumer. Et on n’’est pas au bout de notre étonnement lorsqu’on entreprend de telles investigations. La toute première étant que la Bible (l’Ancien Testament) a été « pompée » sur les mythes sumériens et babylonien. Etc.



  • Philippe VERGNES 20 avril 14:54

    @ Gollum,


    « Jolie »s explications dont je profite également même si elles ne me sont pas personnellement destinées.

    A noter une simple remarque sur les trois poisons du bouddhisme (qui sont nommés différemment selon les auteurs ou les approches), pour moi ces trois poisons sont la CIA pour Colère, Ignorance et Avidité auxquels s’opposent les trois joyaux qui sont l’ACP (ou CAP) pour Apprendre, Comprendre et Partager.

    J’aime bien cette vision des choses même si je ne la connais que trop superficiellement.


  • Philippe VERGNES 20 avril 10:28
    @ arthes,

    Ben voilà... EXACTEMENT !

    Je n’aurais pas dis mieux. Nous sommes bien sur une forme de traumatisme « bien particulier et vicieux » que très peu de personnes sont à même d’identifier correctement pour tout ce qu’il implique sur notre psyché. C’est ce que l’on nomme le traumatisme complexe tel que je l’ai présenté dans un de mes articles : « Perversion narcissique et traumatisme complexe : l’approche biologisante » et son étude, sa compréhension, ses modes de propagation, etc. sont, à l’heure actuelle, le mieux étudié par la théorie de la perversion narcissique.

    Si vous comprenez cela, vous comprendrez dès lors mon intérêt pour cette théorie, bien que mon approche soit pluridisciplinaire, mais jusqu’à présent, je n’ai encore rien trouvé de mieux qui puisse la remplacer. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir essayé... et de persévérer.


  • Philippe VERGNES 18 avril 14:29

    @ Ludongbin,


    Je suis « estomaqué » par votre témoignage et vos sources de réflexion. Comme je le disais tantôt à Gollum, je suis toujours heureusement surpris de découvrir que l’on peut parvenir aux mêmes conclusions en empruntant des chemins forts différents. Si l’on ne comprend pas que cela fait sens, c’est qu’il y a un problème quelque part tout de même.

    Bon... pour ce qui est de me lire, je n’ai jamais eu la prétention de gagner à être connu. Si je livre tant de références dans mes articles, c’est pour que chacun puisse faire également sa part de travail et de recherches, effort indispensable pour sortir de la « moïse », car les choses ne viennent pas toutes seules. Lorsque les gens me contactent en me demandant quoi faire, la première chose que je leur réponds, c’est : « d’abord réfléchir » (le premier pas pour se sortir de ce genre de situation consiste à contrer les effets du décervelage et il n’y a aucun autre remède que de remettre en bon état de marche son cerveau et si la personne n’est pas prête à faire cet effort-là, lui venir en aide est peine perdue).

    Mon travail est bien plus centré sur la synthèse que sur l’analyse compte tenu du fait qu’il ne manque pas des analyses, ce n’est pas ce qu’il manque. Par contre, pour ce qui est des synthèses, nous pointons aux abonnés absents et je ne fais que suivre et appliquer les recommandations d’Henri Laborit et d’Edgar Morin à ce sujet (inspirées par A. Korzybski, j’ai toujours dit que ces trois-là étaient mon principal fil rouge) :

    « Nous avons assisté en effet à la construction d’une tour de Babel dans laquelle grouillait une population de plus en plus nombreuse de spécialistes qui n’arrivaient plus à échanger une seule information, car leurs langages étaient tous différents. […] Ce sont les concepts et les langages du plus grand nombre possible de disciplines, et non les techniques, qu’il est nécessaire d’acquérir pour ce qu’il est convenu d’appeler l’interdisciplinarité ; nous avons de plus en plus besoin de polyconceptualistes monotechniciens. » (Henri Laborit)

    « Les sciences humaines n’ont pas conscience des caractères physiques et biologiques des phénomènes humains. Les sciences naturelles n’ont pas conscience de leur inscription dans une culture, une société, une histoire. Les sciences n’ont pas conscience de leur rôle dans la société. Les sciences n’ont pas conscience des principes occultes qui commandent leurs élucidations. Les sciences n’ont pas conscience qu’il leur manque une conscience. Mais de partout naît le besoin d’une science avec conscience. Il est temps de prendre conscience de la complexité de toute réalité – physique, biologique, humaine, sociale, politique – et de la réalité de la complexité. Il est temps de prendre conscience qu’une science privée de réflexion et qu’une philosophie purement spéculative sont insuffisantes. Conscience sans science et science sans conscience sont mutilées et mutilantes. » (Edgar Morin, quatrième de couverture du livre Science avec conscience).

    D’où le problème du lien (entre les pensées et les personnes) et donc de sa rupture. Or, la rupture de ces types de liens est justement le but premier de la perversion narcissique par tout un tas de techniques de manipulation (et l’inventivité de l’homme à ce sujet est inépuisable) : « La perversion narcissique constitue sans aucun doute le plus grand danger qui soit dans les familles, les groupes, les institutions et les sociétés. Rompre les liens, c’est attaquer l’amour objectal et c’est attaquer l’intelligence même : la peste n’a pas fait pis. » (Paul-Claude Racamier, 1992b)


  • Philippe VERGNES 18 avril 09:44

    @ Ludongbin,


    Elle est bien bonne celle-là, je la garde ! smiley

    (Bon... le problème, c’est que j’y mets aussi la tête... car sans ça, je vois pas comment on pourrait faire pour dénouer les sacs de nœuds de cette problématique. Finalement, si ce n’est l’activité pratiqué, je n’ai guère changé, mais en y mettant les pieds aussi, j’ai moins mal à la tête... parce qu’à force, bonjour les cicatrices. LOL !) smiley
Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès