Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Nucléaire, l’énergie du désespoir

Nucléaire, l’énergie du désespoir

Plus de 2 ans se sont écoulés depuis la catastrophe nucléaire de Fukushima, et bien que l’on sache que les terres contaminées le sont pour longtemps, le gouvernement japonais vient d’autoriser le retour des habitants dans leurs habitations polluées.

Quand l’on sait que le césium 137 relâché a une période (ou demi-vie) de 30 ans, ce qui signifie qu’il ne perd que la moitié de sa virulence au bout de 30 ans, (lien) cette décision gouvernementale parait peu responsable, condamnant à terme les habitants du secteur interdit à d’évidents graves problèmes de santé.

On se souvient que, quelques jours après la catastrophe, près de 100 000 japonais avaient fui la zone irradiée, laquelle avait été déclarée interdite dans un rayon de 20 km autour du site.

Mais, dans la zone se situant entre les 20 et 30 km, 140 000 japonais étaient confinés, alors que la pollution nucléaire, mesurée par la CRIIRAD, dépassait souvent les normes autorisées, ce qui a suscité à l’époque la colère de Bella Belbéoch, qui le 21 mars 2011 évoquait le scandale de cette population abandonnée à son sort. lien

En effet, la pollution ne se déplace pas de façon régulière : portée par les vents, elle s’était étalée jusqu’à 60 km, et c’est pour cette raison que 300 000 japonais vivant dans cette zone avaient réclamé leur évacuation, constatant que le taux de radioactivité du sol avait atteint parfois les 46 000 Bq/kilo, ce qui n’a pas ému les autorités, même si une centaine de foyers de la ville de Date furent finalement étés évacués. lien

Or récemment, les autorités japonaises ont discrètement décidé que les habitants pouvaient retourner dans la zone interdite…à leurs risques et périls.

La terminologie des lieux a été changée, et la zone interdite devient « zone de retour indéterminée  » zone dans laquelle des allers retour sont, depuis le 28 mai 2013, autorisés sur des durées courtes et contrôlées.

Quant à la « zone évacuée », elle devient une « zone de préparation à l’annulation de la directive d’évacuation », avec finalement, un « retour à la normale » d’ici 2 ans.

Sauf que, quelle que soit la terminologie utilisée, le danger reste le même.

Dès que le taux de radioactivité, se situant actuellement entre 20 et 50 milli sieverts/an, se stabilisera à moins de 20 milli sieverts/an, les anciens évacués pourront retourner vivre dans leurs habitations.

De plus, depuis l’évacuation, des délinquants se sont introduits dans les propriétés, pillant tout ce qu’ils pouvaient, allant jusqu’à vider les réservoirs d’essence, ou embarquer les télévisions…déplaçant ainsi sans peut-être le savoir, beaucoup de radioactivité dans des zones encore préservées.

Depuis 2 ans, la nature a repris ses droits, et les plantes, les animaux, ont envahi les maisons.

Rats et souris y prolifèrent et des sangliers s’y promènent.

Les eaux sont contaminées…et les saumons dans les rivières ont le ventre à l’air.

Interviewée dans « Rue89 », une japonaise, madame Kowata, déclare : « là ou j’habite, la radioactivité s’est fortement accrue en 2 ans, le taux est passé de 100 à 200 micro sieverts par heure, pour atteindre 300 micro sieverts en mars dernier  ».

Elle ajoute : « on nous dit qu’on pourra rentrer, mais même dans 50 ans, personne ne le pourra. C’est bien pire qu’à Tchernobyl ! Et si on nous laissait là, sans jamais nous apporter de solution ? Comment allons-nous finir ? Notre vie, désormais, c’est de creuser notre tombe ». lien

Dans ces conditions, comment peut-on imaginer une seule seconde le retour des populations ?

C’est pourtant bien ce qui a été décidé.

Arte a proposé, il y a peu un documentaire de moins de 30 minutes, traitant justement des terres contaminées, des solutions possibles pour y remédier, et on peut le découvrir sur ce lien.

Ce film réalisé par Marie Monique Robin, Roland Théron et Françoise Boulègue raconte la vie de ces paysans qui ont décidé de rester dans la ferme de leurs ancêtres, et de tenter de « nettoyer le sol » de la radioactivité.

L’un d’entre eux, Seiju Sugeno, a fait appel aux services d’un scientifique, le professeur Masanori Nonaka, et les résultats sont encourageants.

L’une des méthodes est l’utilisation de la zéolite, une roche qui absorbe les particules radioactives, sauf qu’ensuite, il faudra gérer ces zéolites, qui ont accumulé d’énormes doses de césium. lien

Une autre solution passe par l’utilisation du colza : en le plantant dans une zone contaminée, on peut absorber une partie de la pollution, mais ce n’est pas totalement suffisant.

Mais une partie de la solution passe peut-être par la culture de semences biologiques, puisqu’il a été constaté que le riz bio fixe 2 fois moins de particules radioactives que le riz conventionnel.

Ils ont ainsi découvert que les sols nourris avec de la matière organique fixaient mieux le césium, et que ce dernier était moins présent dans les plantes cultivées.

D’autres agriculteurs, à 15 km de la centrale dévastée, ont décidé de planter du riz, après, disent-ils avoir décontaminé les rizières, assurant que, grâce à l’engrais contenant du potassium qu’ils utilisent, pour empêcher le césium radioactif de contaminer les plants de riz, le danger serait écarté, ou du moins moindre, ajoutant que le riz récolté sera bien sur contrôlé avant d’être vendu. lien

Pourtant, il reste une cruelle réalité, car dans la zone contaminée, pour toucher des compensations, les agriculteurs sont obligés de continuer à cultiver, et lorsque les légumes produits dépassent la norme, ils doivent les stocker en attente de solution.

Du coté de la centrale dévastée, on n’en finit pas d’accumuler l’eau contaminée, à part celle qui a été déversée plus ou moins légalement dans l’océan, il y a à ce jour 940 énormes réservoirs, ce qui représente plus de 290 000 tonnes d’eau radioactive, sans compter les 94 500 tonnes qui restent à l’intérieur des sous sols des bâtiments des réacteurs, et des autres installation.

Le site étant à court d’espace de stockage, Tepco est à la recherche de solutions pour la suite des évènements, puisque tant que les piscines de stockage n’ont pas été vidées des dangereux chargements d’assemblages nucléaires, il faut continuer inlassablement le refroidissement, afin d’éviter une catastrophe qui serait encore plus grave que celle du 11 mars 2011.

De plus, le système de décontamination manque à l’évidence d’efficacité, puisque si certaines substances radioactives sont en partie décontaminées, il reste toujours le tritium.

Sa valeur mesurée est du niveau de 1 à 5 millions de becquerels par litre, alors que la limite légale ne permet pas de dépasser les 60 000 Bq.

Tepco n’aurait que la solution de rejeter cette eau contaminée dans l’Océan, afin de la diluer, mais assure ne le faire éventuellement qu’avec l’accord des pêcheurs locaux.

En outre, l’entreprise nucléaire a creusé 12 puits de décharges afin d’empêcher les eaux souterraines polluées de s’infiltrer dans les sous-sols, sauf que les puits ne peuvent pomper que 100 des 400 tonnes qui s’infiltrent dans les bâtiments chaque jour.

C’est ce que l’on apprend grâce à l’enquête minutieuse menée par next-up organisation. lien

En attendant, la facture commence à être salée, et d’après le quotidien Nikkei, elle atteindrait déjà 30 milliards d’euros, ce qui devrait faire réfléchir ceux qui affirment que le nucléaire est une énergie bon marché.

De plus l’entreprise nucléaire doit faire face à d’énormes demandes d’indemnisation, puisque à ce jour, ce sont 160 000 personnes qui ont fui leur domicile par crainte des radiations, et sans aide de l’état, ce serait la faillite pour Tepco. lien

Du coté français, Delphine Batho annonce de nouvelles règles qui obligeraient bientôt l’exploitant nucléaire à revoir à la hausse le plafond de responsabilité civile nucléaire en cas d’accident, passant de 91,5 à 700 millions d’euros, mais si l’on en juge par la situation japonaise, ça resterait de toute façon largement insuffisant, (lien) surtout si l’on tient compte des dernières estimations données par l’IRSN (institut de radio protection et de sûreté nucléaire) évaluant jusqu’à 430 milliards le coût d’un accident nucléaire majeur. lien

En attendant, l’ONU, par la plume d’Anand Grover, rapporteur spécial du Haut-commissariat aux droits de l’homme des Nations Unies vient de rendre un rapport accablant sur la situation japonaise, constatant que la quantité de césium relâchées est de 168 fois celle d’Hiroshima, ajoutant que l’on ne peut plus contester que l’exposition durable aux faibles doses radioactives accompagne le développement des cancers, remarquant l’absence de distribution de plaquettes d’iode, remettant en question la protection sanitaire des travailleurs de Fukushima, déplorant que l’accès aux examens médicaux ne soit pas systématique,(les sous traitants, qui sont la majorité du personnel, n’y ont pas accès), critiquant l’implication de la population pour des opérations de décontamination, alors qu’elles ne sont pas équipées pour le faire.et finalement il demande que le seuil acceptable soit ramené à 1mSv/an, au lieu des 20 mSv actuels. lien

Comme dit mon vieil ami africain : « avec une seule fève, on ne peut pas préparer la soupe ».

L’image illustrant l’article vient de : « lyonroyal.over-blog.com »

Merci aux internautes de leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Une pétition à signer pour défendre les énergies propres.

Films à voir : « fukushima, chronique d’un désastre  » ARTE

Terre Souillées, documentaire de Marie Dominique Robin

Beaucoup de vidéos sur le site de Scoop It.

A lire : « Fukushima, récit d’un désastre » de Michaël Ferrier

A découvrir : ce reportage dans la zone interdite, ainsi que ces vidéos décrivant chronologiquement la catastrophe.

Sites à visiter :

Le blog de Fukushima

Fukushima Diary

Scoop It

L’observatoire du nucléaire

Next-up organisation

Blog de Jean Pierre Petit

Site de la CRIIRAD

Site de l’ACRO

ENENEWS

Articles anciens

Tchernobyl, drôle d’anniversaire (12 mars 2011)

Fukushima, mon amour

Fukushima, Sarko pète les plombs

Fukushima, et maintenant ?

Fukushima, nuages noirs à l’horizon

Entre fusion et confusion

Fukushima, le monde du silence

Au pays du soleil, le Vent !

Fukushima, le syndrome Japonais

Fukushima, la fuite en avant

Fukushima, plus jamais ça

C’est foutu…shima

L’exode nucléaire

Ça fume à Fukushima

Nucléaire, la cible terroriste

Fukushima, le mensonge organisé

Faire reculer le crabe

Le Japon bientôt inhabitable ?

Le silence des salauds

On a retrouvé le corium de Fukushima

La France a peur

Fukushima, tragédie en sous sol

Fukushima, tournée mondiale

Fukushima, un silence inquiétant

Fukushima, le début de la fin

Nucléaire, explosion des prix

Penly du feu et des flammes

Les normes sont-elles normales ?

Fukushima, quand c’est fini, ça recommence

Fukushima, l’en pire Japonais

Le mensonge nucléaire de sarközy

Palmiers contre nucléaire

Promo nucléaire : pour toute centrale achetée, leucémie en prime !

Fukushima, les limites du cynisme

Ce cher nucléaire

Nucléaire, de la fission aux fissures

La fable du thorium

L’hallali nucléaire

Fukushima, la stratégie de l’oubli

Fukushima s’enfonce-t-il ?

La vie ne tient qu’à un rat

Les shadoks de Fukushima


Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (55 votes)




Réagissez à l'article

145 réactions à cet article    


  • spark spark 4 juin 2013 07:56

    « Mais une partie de la solution passe peut-être par la culture de semences biologiques, puisqu’il a été constaté que le riz bio fixe 2 fois moins de particules radioactives que le riz conventionnel. »


    Cela ne serait pas plutôt deux fois plus ? sinon je vois pas l’interet.

    • olivier cabanel olivier cabanel 4 juin 2013 08:19

      spark

      non, je confirme.
      d’ailleurs si vous ouvrez le lien, vous en aurez la confirmation.
      en fait, si j’ai bien compris, le cesium se fixerait sur l’engrais naturel, et passerait donc moins dans la plante.


    • spark spark 4 juin 2013 08:24

      Donc votre phrase ne veut rien dire. Le riz bio ne serait pas « une partie de la solution » puisqu’il fixe deux fois moins de particule. Il faudrait qu’il fixe deux fois plus de particule pour que cela soit une solution de remédiation. C’est un non-sens dans votre phrase !

      Cordialement.

    • Bilou32 Bilou32 4 juin 2013 08:56

      Le riz n’est pas une solution de décontamination du sol en effet, contrairement au colza.
      C’est une solution pour pouvoir produire un produit consommable sur des sols pas trop contaminés. Si on lit attentivement, pas de confusion possible.
      En tout cas cette histoire va coûter très cher, financièrement, mais surtout humainement.


    • anomail 4 juin 2013 10:44

      Qui a moinssé spark alors qu’il critique plutôt constructivement ?


    • olivier cabanel olivier cabanel 4 juin 2013 12:57

      spark

      soit j’ai mal expliqué, ou vous ne voulez pas comprendre ?
      d’après les experts, le riz bio concentrerait moins la radioactivité.
      l’explication proposée est par rapport à l’engrais.
      lorsqu’il est naturel, il absorbe la radioactivité plus que les engrais chimiques.
      mais ce n’est qu’une explication...
      le résultat est là, que vous le vouliez ou non.
      cdt

    • lionel 4 juin 2013 13:12

      Un sol vivant est un métabolisme qui dégrade, agrade, composé de fungus, de bactéries,de microflore, microfaune... Ce métabolisme modifie, transforme, produit des gaz etc... Il est donc probable que les particules radioactive, d’une certaine façon , ne soit pas intégrée aussi rapidement dans les tissus des plantes cultivées. On peut aussi ajouter que l’ajout de zéolite soit un atout. Un sol mort, minérale, ne peut produire qu’avec l’ajout d’engrais solubles directement assimilable par les plantes. Dans un tel sol, point d’alchimie, de transmutation, de transformation...


    • olivier cabanel olivier cabanel 4 juin 2013 13:28

      lionel

      merci de cette explication.
      elle est largement plausible, et elle valide les déclarations des scientifiques que j’ai évoqué dans l’article.

    • olivier cabanel olivier cabanel 4 juin 2013 13:31

      bilou

      surtout si l’on ajoute aux dhiffres évoqués, les sommes collossales demandées par les plaignants japonais !

    • lulupipistrelle 4 juin 2013 19:26
      lorsqu’il est naturel, il absorbe la radioactivité plus que les engrais chimiques.
      .

      Ne vous lancez pas dans des explications , si vous ne savez pas de quoi vous parlez... 

      Soit le riz ne mobilise pas les atomes radio-actifs parce que ceux-ci n’entrent pas dans sa composition chimique, et il n’est donc pas radioactif lui-même, soit il les mobilise et il est radio-actif... 
      La radio-activité est un rayonnement (pour faire court) émis par des atomes ... ce rayonnement peut être absorbé par des écrans , en plomb par exemple, comme la lumière l’est par des rideaux... mais en aucun cas un grain de riz ne va absorber de la radio-activité. 

      Le césium 137 est ce qu’on appelle un substitut du potassium, ce qui signifie que cet atome par son architecture externe ressemble à l’atome de potassium et peut le remplacer dans des les plantes qui normalement contiennent du potassium , qu’elles prennent dans le sol (on dit qu’elles mobilisent le potassium)... Alors si le riz ne contient normalement pas de potassium (j’en sais rien), il est logique de penser qu’on ne trouvera pas de césium 137 dans du riz... mais on en trouvera dans les tomates, les fruits rouges , bref tout ce qui habituellement contient du potassium.

      Un autre danger c’est le Strontium 90... qui lui est un substitut de l’atome de calcium, parce qu’il lui ressemble... On en trouvera dans tous les végétaux qui sont riches en calcium et par conséquence dans le lait, etc.. S’il n’ y a pas de calcium dans le riz, aucune possibilité de retrouver du strontium dans le riz. 

      Maintenant on a le catalogue de tous les éléments radio-actifs in situ ? parce qu’il y a des tas d’autres atomes qui peuvent se retrouver dans la chaîne alimentaire, même si ces deux-là sont les plus fréquemment incriminés. 

    • olivier cabanel olivier cabanel 4 juin 2013 20:49

      lulupistrelle

      vous avez raison,
      j’aurais du simplement m’en tenir à ce qui était dit dans l’article, sur la base des explications scientifiques qui ont été données...au lieu d’extrapoler.
      et merci de votre explication.
       smiley

    • hrdrck 4 juin 2013 23:05

      @cogno5 : L’intérêt d’utiliser des plantes (ou la zéolite apparemment ici) est de rassembler la pollution. Traiter une pollution diffuse sur plusieurs hectares et en profondeur dans le sol est plus dur que de la rassembler dans des végétaux qui l’accumulent fortement, du moins c’est ainsi dans les dépollutions plus classiques. Pour la radioactivité j’en sais rien, mais pour les autres pollutions le plus efficace est d’utiliser à la fois les plantes pour accumuler et les micro-organismes pour transformer.


    • Kim-Kat 5 juin 2013 00:15

      @lulupipistrelle

      Le cesium 137 est effectivement potassium-like, c’est-à-dire qu’il prend la place du potassium dans les organismes, comme l’iode 131 prend la place de l’iode stable (127), sois assuré que quelqu’un qui suit de près les événements de Fukushima depuis le début, comme Olivier, ne l’ignore certainement pas.

       

      Sans préjuger de l’efficacité de la méthode évoquée, et comme tu posais la question, le riz contient effectivement du potassium (3% pour le riz complet).

      L’idée de le charger en potassium (stable, donc) par le biais d’engrais pour empêcher le cesium de se fixer n’est donc pas totalement farfelue. Pourquoi pas une idée à creuser, pour que les gens condamnés à vivre sur place puissent se nourrir.

      (mais sans doute pas une bonne idée de ’décontamination des sols’, comme cela a déjà été évoqué en d’autres lieux avec le tournesol, car que faire des plantes contaminées ensuite …)

      (et je ne crois pas que l’idée était de s’en servir d’écran, comme le ferait un mur de plomb face aux rayons gamma ou une feuille d’alu face aux rayons bêta - ou alors j’ai mal lu ?)

       

      (PS : Les vaches en contiennent sûrement aussi pas mal, du potassium, puisque -pour mémoire- peu de temps après les événements, du bœuf au cesium a été volontairement servi aux enfants dans les cantines scolaires de la Préfecture de Fukushima, pour « soutenir les éleveurs » … Je sais, c’est hors-sujet, c’est juste pour mémoire, un rappel amer, en ces temps d’oubli …)


    • lulupipistrelle 6 juin 2013 16:31

      Oui j’ai lu en vitesse... pardon mille fois. En fait c’est la phrase citée, qui m’a sauté aux yeux..

      Moi aussi j’aimerais bien qu’on trouve une solution... charger le sol en potassium pour barrer la route au césium 137, c’est comme faire prendre des comprimés d’iode... oui, ça devrait marcher , si l’engrais reste en place et n’est pas délavé.. 

    • Kim-Kat 9 juin 2013 03:05

      @ LuluPipistrelle, moi aussi j’ai dû relire plusieurs fois : involontairement, je reliais à la phrase précédente (’’les sols nourris avec de la matière organique fixaient mieux le cesium’’) en cherchant la cohérence, alors qu’il s’agissait de deux éléments distincts   smiley




    • Ruut Ruut 4 juin 2013 09:03

      L’expérimentation humaine as donc commencée..

      Triste époque.

      • olivier cabanel olivier cabanel 4 juin 2013 12:58

        Ruut

        oui, je crois que c’est ça le plus monstrueux !
        merci de ton commentaire.

      • Aldous Aldous 4 juin 2013 20:34

        J’imagine aussi que le changement de statut minimise la charche du dedomagement par l’état et Tepco pour les propriétés perdues.


        en gros, si vous rentrez chez vous, y’a pas de raison de vous indemniser.

        Si vous ne rentrez pas chez vous, faudra prouver que c’est pas un caprice, donc l’habitant doit expertiser sa baraque. A ses frais, donc seulement s’il n’est pas ruiné.

        Si votre baraque est ok mais que le quartier est trop contaminé, c’est pas le problème de l’état.

        Bref, le Japon est en faillite et ne veux pas indemniser les victimes.



      • Aldous Aldous 4 juin 2013 20:35

        la charge du ....


      • olivier cabanel olivier cabanel 4 juin 2013 20:54

        Aldous

        ça me parait tenir debout...
        il y a là comme une sorte de calcul cynique de la part de l’exploitant nucléaire, et du gouvernement japonais...
        mais pas sur qu’enfin de compte, tepco s’en sorte, d’autant qu’il croule sous les procès que lui font justement ceux qui subissent les conséquences de la catastrophe. lien
        alors entre les proces, les dédommagements, les tentatives de gérer une situation quasi ingérable, même avec l’aide du gouvernement, ça semble très compliqué. 

      • Gollum Gollum 4 juin 2013 09:33

        mode jo le désaxé on


        Salut les enclumes ! Bonjour Oh grand gourou cosmoplanétaire new-age aux liens inter-pas-nets complètement foireux...

        Alors toujours pas de morts à Fuku-yokoshima ? :- ;

        Oui je comprends c’est désagréable de constater que le nucléaire est on ne peut plus sûr, performant, économique et est la gloire du génie de l’homme à la conquête de son auto-divinisation.. Oh grand gourou de la secte des Verts change de foi et reviens sur tes péchés, il te sera pardonné..

        mode jo le désintoxiqué off


        A Olivier : désolé je sais pas ce qui m’a pris.. moi si sage d’habitude.. -p

        • lionel 4 juin 2013 10:20

          Joe le Taxi ! SORT DE CE CORPS !! Laisse Gollum tranquille !


          Merci Olivier Cabanel et bonne journée à toutes et à tous.

        • anomail 4 juin 2013 10:42

          Excellent !

          J’avais l’intention de faire quelque chose du genre mais vous m’avez coupé l’herbe sous le pied Gollum.


        • gaijin gaijin 4 juin 2013 10:52

          un peu de patience les gars !
          jo va arriver .....
          sans se presser .....
          le grand jo....
          le beau jo........
          avec sa cape et sa tête a toto

          https://www.youtube.com/watch?v=-Uh0Bgk-E24

          totOoo.........
          renard rusé de mauvaise foi
          son nom il le signe au clavier
          d’un O qui veut dire toto
          totOoo.........
          farceur il l’est a chaque fois
          totOoo.........
          totOoo.........
          https://www.youtube.com/watch?v=u7XlW6Txm-E


        • olivier cabanel olivier cabanel 4 juin 2013 13:00

          Gollum

          c’est vrai que jo le taxé est si prévisible que l’on peut imaginer d’avance ce qu’il écrirait.
          mais il doit être en train de faire des chateaux de sable, vu que le soleil est de retour.
           smiley

        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 4 juin 2013 10:10

          Slu O,

          « condamnant à terme les habitants du secteur interdit à d’évidents graves problèmes de santé.  » c’est une aubaine de plus pour le lobby nucléaire et ses puissantes tentacules dans le domaine médical, voire http://www.agoravox.tv/actualites/sante/article/cyclotron-arronax-25491... regarde qui signe en premier, le même corrompu que pour ndll...et dans ce domaine médical, pas de limite au profit sur les morts vivants, comme d’ailleurs sur les morts tout court, quitte à les pousser dans l’au delà et même les exploiter en pièces détachées... http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/magouilles-dans-les-morgues-et-136702.

          petite pensée pour le lobby gay : si tu n’as qu’une fève, carre toit la au train...


          • olivier cabanel olivier cabanel 4 juin 2013 13:00

            Lisa

            pas mieux.
             smiley

          • gaijin gaijin 4 juin 2013 10:39

            ça répond au moins la question :
            « que faire en cas de catastrophe nucléaire ? »
            et la réponse est : rien !!!
            si la population est le problème il suffit de la laisser sur place et le problème finit par disparaître ( variante du célèbre : « pas d’homme, pas de problème » )

            c’est pas beau un monde rationnel ou on peut librement considérer que la vie humaine n’est qu’une question de coût ???


            • anomail 4 juin 2013 10:53

              Et bien c’est à dire que des humains on en manque pas.
              On peut faire des expériences, on est plus à quelques millions près.

              (irony inside, of course)


            • gaijin gaijin 4 juin 2013 11:10

              anomail
              oui vous avez raison mais assez curieusement c’est d’humanité dont on manque .......


            • olivier cabanel olivier cabanel 4 juin 2013 13:04

              gaijin

              ce qui, en fin de compte, signifierait que l’homme n’a rien à foutre de l’homme.
              il accepte sa propre disparition, au simple fait qu’il reconnait une erreur qu’il ne peut réparer, et qu’il n’a d’autre solution à terme que de disparaitre.
               smiley


            • olivier cabanel olivier cabanel 4 juin 2013 13:08

              anomail

              oui, on peut le voir comme ça...si on aime l’humour noir.
               smiley
              (bien sur, humour noir n’a rien a voir avec celui que pratiquent nos amis africains !!!...au cas ou quelques uns feraient une erreur d’appréciation...)

            • gaijin gaijin 4 juin 2013 14:18

              olivier
              « en fin de compte, signifierait que l’homme n’a rien à foutre de l’homme.  »

              ben oui hélas c’est la morale de l’histoire des temps contemporains : après moi le déluge.
              c’est l’ère du jetable, et du remplaçable
              mais ce n’est pas l’ Homme c’est une certaine catégorie d’hommes qui ne sont pas dérangés par la mort « des autres » parce que quand la leur va arriver ça sera une autre histoire :
              comment moi ? mais je suis pourtant : directeur, ingénieur, président ......ce n’est pas normal !
              malheureusement ce sont ceux là qui sont motivés pour devenir dirigeants : ceux qui étant incapables de se relier au reste de l’humanité veulent la dominer a leur profit
              ça porte un nom : ça s’ appelle des psychopathes

              quand aux autres a force de laisser faire ils finissent insensiblement par être contaminés aussi .....
              il est plus confortable de suivre ......plus simple d’accepter les arguments comptables .....


            • colza 4 juin 2013 15:02

              Bonjour Olivier Cabanel,

              On finit même par se demander si ce n’est pas l’homme lui-même qui est une erreur...

            • olivier cabanel olivier cabanel 4 juin 2013 16:05

              colza

              nous sommes nombreux à nous poser cette question.
               smiley

            • olivier cabanel olivier cabanel 4 juin 2013 21:02

              gaijin

              je partage totalement.
              merci.

            • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 4 juin 2013 11:58

              L’accident de Fukushima démontre une fois de plus qu’il est urgent de remplacer les centrales à uranium par des centrales au thorium qui ont le gros avantage de ne pas exploser - même quand TOUT va mal , en raison des lois de la nature - , d’être moins polluantes et durables car il existe des réserves pour 4 miliards d’années si on le recycle correctement, ce qui nous permettrait en plus de ne plus être dépendants des carburants fossiles et de la pollution qu’ils entraînent.

              Il est donc regrettable que l’Europe ne se bouge pas plus dans le domaine parce qu’il est parfaitement envisageable de construire une centrale expérimentale au thorium au niveau européen et de voir comment l’optimaliser avant de passer à la production en série à partir d’une centrale de type Oak Ridge qui a déjà fonctionné avant que des militaires bornés la fassent arrêter sous prétexte qu’ils ne pouvaient pas en faire une arme alors que l’autosuffisance énergétique est un atout majeur dans ce monde divisé.

              Non seulement on le peut mais on le doit ne fut ce que pour les générations futures.


              • Pyrathome Pyrathome 4 juin 2013 21:17

                car il existe des réserves pour 4 miliards d’années...

                Ah ah ah !!! monsieur voit si loin ?


              • olivier cabanel olivier cabanel 4 juin 2013 13:06

                Alois

                comme je l’ai expliqué, preuves à l’appui, il n’y a pas d’avenir acceptable dans le thorium.
                mais peut être ne connaissez vous pas cet article ?
                dans ce cas, je me ferais un plaisir de le remettre en lien.

                • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 4 juin 2013 14:01

                  Science et vie dit le contraire de votre article sur le thorium et les responsables scientifiques sont d’accord avec ce que dit le sciences et vie.

                  Mais je suis d’accord avec vous sur un point : le thorium il faut pas le bouffer ou en faire des bijoux à porter sur soi.

                  Par contre, dans une centrale ad hoc le thorium résout tous nos problème énergétiques bien mieux que le photovoltaique et autres gadgets soit disant écologiques.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès