• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Des métiers à la con !

Des métiers à la con !

Avec la raréfaction des emplois, due au développement des technologies, à la robotisation, voici venu le temps des métiers improbables, voire inutiles, que certains n’hésitent pas qualifier de « métiers de merde ».

En Allemagne, pays où le chômage a baissé drastiquement, remplacé pour une bonne part par la misère, ces « petits métiers » fleurissent, et cette dérive apparait maintenant chez nous.

Un salarié allemand sur quatre souffre du bas salaire, contre, pour l’instant, un sur dix dans notre pays...mais, « loi travail » le voulant, cette proportion devrait mettre bientôt le salarié français au niveau des salariés allemands. lien

Piégés par le système, nos concitoyens sont souvent obligés de pratiquer plusieurs métiers à la fois...ils doivent souvent faire une croix sur ce qu’ils ont appris, sur ce qu’ils savent faire, puisqu’on n’a de moins en moins besoin d’eux dans leur domaine de compétence.

Cette voie sans issue, et dégradante pour le travailleur, a énervé un historien, hollandais en l’occurrence, Rutger Bregman, lequel vient de publier « utopies réalistes  », (éditions du Seuil) ouvrage dans lequel il défend entre autres « le Revenu de Base », l’un des arguments au programme du candidat malheureux de la dernière présidentielle, Benoit Hamon.

Cette utopie dont il faut rappeler qu’elle signifie « lieu impossible du bonheur humain » reste pourtant l’obsession d’une majorité d’humains, et depuis longtemps.

 Le livre de Bregman est en train de devenir un best-seller international, et son succès est justifié, car l’auteur pose les bonnes questions, celles qui dérangent.

« Pourquoi travaille-t-on de plus en plus depuis les années 80 alors que nous sommes plus riches que jamais ? (...) pourquoi souffre-t-on toujours de la pauvreté alors que nos richesses nous permettraient d’y mettre un terme ? 

Et il ajoute surtout : « pourquoi tant de gens sont coincés dans des boulots socialement inutiles ? ».

Au programme de son livre, outre le Revenu de Base, il est question de la réduction du temps de travail, de la lutte contre la pauvreté, de la taxation des flux financiers, de la réduction des inégalités, et de l’ouverture des frontières.

Vaste programme...

Dans la foulée, un anthropologue, David Graeber a publié récemment « Bullshit Jobs » (boulots de merde, littéralement)...et son livre a suscité pas mal de bons échos.

Il remarque judicieusement qu’alors que la robotisation s’impose de plus en plus dans le monde du travail, « la technologie a été manipulée pour trouver des moyens de nous faire travailler plus  » en concluant : « c’est comme si quelqu’un inventait tout un tas d’emplois inutiles pour continuer à nous faire travailler ».

Affirmant qu’on pourrait difficilement se passer d’infirmiers, de dockers, de profs, l’auteur se demande quel est l’intérêt d’avoir des lobbyistes, des consultants, voire des directeurs généraux ?

Comme le dit un chercheur en relation presse : « mon métier consiste à intervenir auprès de la presse pour convaincre les rédactions de parler de tel ou tel objet dans leurs pages (...) très honnêtement j’ai surtout l’impression de passer la journée à jouer les faux-culs... ».

Et Graeber de conclure : « il est paradoxal que le néolibéralisme soit arrivé au même point que les régimes soviétiques de la deuxième moitié du 20ème siècle, en ce sens que de nombreuses personnes seraient employées à ne rien faire ».

Pierre Reverdy écrivait avec humour : « j’ai tellement besoin de temps pour ne rien faire, qu’il ne m’en reste plus assez pour travailler  »...et Paul Valéry lui répondait en écho : « comment faire pour ne rien faire ? Je ne sais rien de plus difficile. C’est un travail d’Hercule, un travail de tous les instants ».

Laissons le mot de la fin à Pierre Rabhi : « l’être humain a véritablement besoin de vie et de temps pour ne rien faire. Nous sommes dans une pathologie du travail, où toute personne qui ne fait rien est forcément un fainéant  ».

Il n’y a pas si longtemps, en France, au 19ème siècle, pour occuper les chômeurs, on leur faisait creuser des tranchées, tranchées qu’ils devaient reboucher ensuite...

Avec un peu d’humour, on peut imaginer que demain nous aurions des « négociants en virage...des marchands en vain... », Il y a eu par le passé tant de métiers bizarres qu’il ne faut s’étonner de rien.

L’occasion de rappeler le rêve utopique brossé par Sébastien Mercier, en 1771, lequel déplaçait au 21ème siècle le temps de la perfectibilité qui accomplirait l’espoir libérateur des lumières sans recourir pour autant à la Révolution.

Son livre s’intitulait « l’an 2440 ou rêve s’il n’en fut jamais », même s’il y aura toujours des railleurs de l’Utopie, comme Jonathan Swift, (lien) ou des Voltaire qui dans son Candide se moquait de l’Eldorado. lien

Plus près de nous, Keynes avait imaginé que les avancées technologiques de notre société nous dispenseraient de travailler plus de 15 heures par semaine d’ici la fin du 20ème siècle...alors que nous avons dans ce pays 9 millions de pauvres, et que la mode est à la « flexibilité du travail  », entendez par là la mise au pas du travailleur, le petit doigt sur la couture du pantalon.

En effet, sur l’air de « si vous n’en voulez pas, d’autres prendront la place... et attendez-vous à voir vos allocations chômage se réduire comme peau de chagrin  », le néo-libéralisme est « en marche »...

Ils sont nombreux à se rendre à l’évidence, le travail est en voie de disparition, et pour éviter d’accentuer la misère ambiante, il faudra bien un jour ou l’autre se pencher sur la question du partage de la richesse.

Car s’il existe déjà un salaire minimum, pourquoi ne pas fixer un salaire maximum, permettant ainsi de partager plus équitablement les richesses produites ?

Le gâteau de la richesse a quasi toujours la même taille, il s’agit seulement de faire des parts plus équitables.

Ce salaire maximum était au programme du candidat de la « France Insoumise », lequel l’avait fixé à 20 fois le salaire minimum, ce qui est bien généreux, (17 700 € brut mensuels) salaire maximum qui ferait inévitablement progresser le salaire minimum. lien

En donnant un pouvoir d’achat accru au citoyen lambda, celui-ci contribuerait rapidement à relancer la consommation... apportant plus de richesses aux entreprises... lesquelles pourraient redistribuer cette richesse... un cercle vertueux donc.

Ce qui n’empêche pas de contester le principe même de la croissance, laquelle a ses limites.

Il restera ensuite à régler la question de la disparition progressive du travail, soit en partageant celui-ci pour un plus grand nombre d’intéressés... soit en prenant du temps à ne rien faire, confirmant ainsi la pensée quasi prophétique de Keynes.

L’économiste Michel Santi ne dit pas autre chose : « il est indispensable de travailler moins pour travailler mieux ». lien

Il rappelle lui aussi l’avènement de la semaine de 15 h prévue par Keynes pour 2030, apportant de l’eau au moulin de John Stuart Mill qui défendait « une société qui laisserait d’avantage de place aux loisirs, afin de s’éloigner de l’évangile du travail ».

Ce philosophe et économiste anglais de la moitié du 19ème siècle, dont les idées ont encore aujourd’hui du mal à traverser La Manche, devrait être considéré de plus près, tant il avait une idée bien précise, entre autres, de la démocratie. lien

A l’époque, il faisait par exemple la promotion de l’extension du droit de vote aux femmes...

Prônant un gouvernement de « tout le peuple », à l’époque où le suffrage universel avait un peu de plomb dans l’aile, le « néo-libéral » Mill défendait un socialisme porté par l’union des classes sociales...

Il n’hésitait pas à déclarer que « le bonheur d’autrui doit l’emporter sur le bonheur personnel, affirmant que le but de l’humanité et le défi de toute société consiste à réduire l’écart entre le bonheur individuel  », confirmant que le bonheur des uns ne peut se construire sur le malheur des autres.

Sujet plus que jamais d’actualité.

Il faut ajouter qu’à l’époque, les libéraux conservateurs, le Duc d’Ayen en tête, redoutaient «  la foule, force aveugle et irresponsable  »...lien (page 31)

Transmis aux futurs manifestants insoumis et autres, déjà qualifiés de fainéants par le nouveau président.

Décidemment cette présidence ne commence pas très bien... alors que son prédécesseur avait qualifié les pauvres de son pays de « sans dents », le nouveau venu les traite de paresseux... voire bientôt d’assistés ?

Il prétend que les français sont contre le changement, alors que, s’ils sont bien d’accord pour le toilettage du code du travail, ils n’acceptent pas pour autant que le fond de cette règlementation soit pour beaucoup transformé au plus grand bénéfice des nantis... fragilisant d’autant le monde des travailleurs.

Comme dit mon vieil ami africain : « la langue qui fourche fait plus de mal que le pied qui trébuche ».

L’image illustrant l’article vient de http://percantoch.canalblog.com

Merci aux internautes pour leur aide précieuse.

Olivier Cabanel

Articles anciens

Utopie quand tu nous tiens !

T’as pas mille balles ?

1000 € pour tous…utopie ou nécessité ?

Le salaire du bonheur

Que les gros salaires lèvent le doigt

Elle est poubelle la vie ?!

Nos rêves seront vos cauchemars

Le triomphe de l’utopie

L’argent par les fenêtres

La fable du « ruissellement »

La fable du modèle allemand

Au doux pays de l’autarcie

Par quatre chemins

L’énergie en partage

L’odeur nauséabonde de l’argent

Travailler ? Moi jamais !

Mon village en utopie

L’homme jetable

Salauds de pauvres


Moyenne des avis sur cet article :  4.35/5   (48 votes)




Réagissez à l'article

253 réactions à cet article    


  • nono le simplet nono le simplet 20 septembre 2017 09:59

    un sujet que je partage à 100%, ayant moi même fait un de ces boulots de merde en 2016 en interim 

    merci, Olivier 

    • olivier cabanel olivier cabanel 20 septembre 2017 13:07

      @nono le simplet
      tu devrais donner des détails sur ce « boulot de merde », ça pourrait faire vivre le débat. non ?


    • HELIOS HELIOS 20 septembre 2017 13:09

      @nono le simplet

      etre iconoclaste ? non je ne suis pas d’accord !

      pourquoi ?
      Parce que tout simplement il y a des boulots irremplaçables.
      Qui va faire l’infirmier, qui va faire les boulots de merde, les vrais, pas ceux qui sont décrit dans l’article, mais ceux qui te brise les reins, t’empoisonne ou te crève tant qu’a 50 ans on te file, actuellement, la retraite... ???

      Parce que sur la masse que nous sommes, il y en aurait qui ne bosseront quasiment plus, tous remplacés par des robots ou partagés par tant d’entre nous qu’il serait difficile de bosser....

      On se retrouvera avec une classe de branleurs, volontaires ou non, et ceux qui bossent réellement, qui font des metiers irremplaçables et bien sur la classe des « patrons » ceux qui ordonnent et qui recoltent le fric.
      A part les patrons, je ne vois pas qui va se lever le cul pour aller bosser alors que la majorité ne fera plus rien.

      C’est la mort de la société civilisée, tout simplement.

      Ce qui ne veut pas dire qu’on ne puisse ps baisser le temps de travail... A quelques heures par jours, on pourrait parfaitement accepter cela. 4 heures... cela fait 20 heures par semaine... et l’obligation d’un salaire digne, le salaire qui permet de vivre d’un seul boulot.

    • nono le simplet nono le simplet 20 septembre 2017 13:26

      @olivier cabanel
      « tu devrais donner des détails sur ce « boulot de merde » »

      j’en cite un, un peu plus bas ...
      pour ma part, je travaillais le plus souvent en « Inserim », encore pire qu’Interim ...
      l’inserim étant des heures attribuées pour chaque « lot » de chantier accordé à chaque entreprise pour un chantier public 
      les entreprises doivent embaucher des chômeurs en difficulté (pour des raisons diverses) pour assurer ces heures ...
      comme ma difficulté était mon grand âge, que j’avais « quelques » compétences, de la répartie et peut être un peu aussi un physique « respectable », ça ne s’est pas trop mal passé pour moi ...
      bien sûr j’ai fait du balayage, du rangement, de la manutention, des tâches salissantes ... mais j’ai sympathisé avec mes différents chefs d’équipe et j’ai pu faire du boulot plus intéressant ...
      par contre, autour de moi j’en ai vu d’autres se faire traiter comme des chiens, des boys ou faire des boulots de manutention épuisants toute la journée ... 


    • gogoRat gogoRat 20 septembre 2017 14:41

      Bien avant Michel Santi,

      dès 1932, dans son ’In praise of Idleness’, Bertrand Russell militait déjà pour une réduction drastique du temps de ’travail’ ( à l’époque, il tablait déjà sur 4h par jour) !

       Cet ouvrage, très concis, dont on trouve une foultitude de traductions intégrales gratuites en français, devrait être appris par cœur dans toutes les écoles du monde !


    • Le421 Le421 20 septembre 2017 19:21

      @nono le simplet
      Personne n’a compris (demandez à Pallas, tiens !!) que ce pays est en faillite, en perdition, en décrépitude... J’en passe, on en aurait pour deux heures et on se soigne au 9m/m !!

      A peine 52 milliards de bénéfices - pas de chiffre, hein, de BENEFICES !! - au premier semestre 2017 en France pour le CAC40. Et rien que pour le CAC40, hein, pas pour l’ensemble des entreprises !!

      Alors, c’est pas le moment de distribuer du fric aux pègreleux si on veux péter les 100 milliards à la fin 2017.

      Non mais sans blagues !!  smiley


    • hervepasgrave hervepasgrave 21 septembre 2017 15:49

      @HELIOS
       Tu ne vois pas qui ferait la merde en somme,mais tu corresponds a ceux qui sont là en donneur de leçon les mains bien propres .Car si l’on inversait a juste titre les salaires et que ceux qui ramasse la merde et se tape la merde avaient les plus haut salaires ,la société serait sauve !
      Alors ! la dignité est vraiment du mauvais côté/ Inversion de l’ordre des choses devrait-être la règle.Sinon, il faudrait peut-être se la jouer discrète.
      cestpasgrave ! demande directement a la population ,peut-être que la réponse pourrait te (vous) surprendre.en fait elle, ne peux pas vous surprendre car elle ne sera jamais posée,car contre vos intérêts de survivant de la société dites civilisée « eh !eh ! la société est morte,vive la société alors ! »


    • Alren Alren 22 septembre 2017 13:36

      @HELIOS

      Ne nous exagérons par le rôle de la robotisation : elle n’a une place importante que dans certaines usines où l’on fabrique des pièces simples sous le contrôle des humains, où l’on monte ces pièces sur un support comme par exemple des cartes électroniques, ou l’on fabrique des produits alimentaires comme les biscuits et où l’on empaquette ou remplit des bouteilles.

      Cela n’est pas la vraie robotisation, pas plus que les rotatives apparues au début du XXe siècle pour imprimer les journaux n’étaient des robots.

      Un vrai robot serait par exemple une machine capable de cueillir seulement des fruits mûrs dans un arbre puis un autre en toute autonomie. On est loin de réaliser une telle machine. Il faudrait déjà la doter de l’équivalent de notre rétine, dont on sait maintenant le rôle essentiel qu’elle joue pour déterminer les alignements et les formes avant d’envoyer ses messages à l’air visuelle du cerveau qui associent ces synthèses à un sens : ceci est un visage, celui de mon fils, ceci est ma voiture, etc.

      Le monde scientifico-informatique bruisse actuellement d’une renaissance de l’intelligence artificielle qui a beaucoup déçu dans le passé. Dans le même temps de nouveaux IRM à puissant champ magnétique promette de meiux analyser les connexions dans le cerveau des souris puis des humains. D’ores et déjà on découvre que les interconnexions entre neurones sont infiniment plus nombreuses et complexes qu’on le croyait et qu’il n’y a pas d’espoir de fabriquer l’équivalent par du matériel électronique à l’horizon technique actuel.

      D’autre part, un formidable goulot d’étranglement sera toujours la programmation (des dizaines de millions de ligne de langage sans la moindre erreur) qui devra pour longtemps encore rtre conçue par des cerveaux humains que l’évolution n’a pas préparés à cette tâche.

      Ce qu’on appelle robots ne sont encore aujourd’hui que des machines automatiques perfectionnées dont le premier prototype fut le métier à tisser Jacquard avec cette invention géniale qui fut reprise au début de l’informatique : la carte perforée.

      Ce qui diminue le besoin de travail actuellement c’est la progression formidable de l’efficacité du travail humain en grande partie due à l’utilisation croissante de l’énergie extérieure.

      Prenons l’exemple de la moisson. On est passé du fauchage à la main, exténuant, et nécessitant des nuées de travailleurs saisonniers, suivi du battage au fléau, exténuant aussi, puis du vannage dans des paniers au vent, à la moissonneuse tirée par des chevaux pour couper les blés, bientôt suivie par une batteuse à vapeur. Le blé était ensuite moulu sac par sac dans des moulins à eau ou à vent de faible rendement et qui devaient être nombreux avec autant de meuniers, tout autant que les âniers qui avaient amené ces sacs.

      Aujourd’hui les minoteries transforment en farine des tonnes et des tonnes de blé par jour.

      Ce passage a divisé les besoins en main-d’œuvre par dix. L’arrivée de la moissonneuse-batteuse à moteur diesel, déversant dans un chariot tiré par un tracteur les grains prêts à être aspirés dans les silos a encore divisé par dix peut-être le besoin de main-d’œuvre.

      Et ce phénomène a été observé partout. Dans le bâtiment le remplacement de pierres taillées par des parpaings fabriqués en masse dans les annexes de cimenteries, les pelleteuses, les grues, les camions, les bétonnières ont réduit les temps de construction mais au prix d’une consommation d’énergie fossile sans commune mesure avec celle qu’a nécessité la construction du château de Versailles !

      Dans les bureaux ce rôle d’amplificateur de l’efficacité du travail humain a été joué bien sûr par l’ordinateur mais qui ne s’est pas substitué à l’humain. Le travail du comptable est devenu 100 fois plus rapide mais c’est toujours le travail du comptable.

      Du travail il y en a plus peut-être que nous pourrions en fournir pour réussir rapidement la transition écologique indispensable à la survie de la planète et donc de l’humanité qui est en train de saborder son vaisseau spatial hors duquel elle n’a aucun espoir de survie.

      Car tout autant que le remplacement de l’humanité par des robots et leur éviction des humains est un fantasme de SF, l’installation de l’humanité sur une autre planète ou dans des satellites est une utopie tant qu’on utilisera la réaction pour propulser les vaisseaux spatiaux.

      Mais de même que l’industrie pharmaceutique fait barrage pour l’étude des remèdes naturels qu’elle ne peut breveter, de même le capitalisme ne retrouve pas pour l’instant son intérêt dans l’investissement d’État pour la transition écologique tel que le propose le programme de la FI, l’Avenir en commun, plus que jamais d’actualité.


    • Dzan 24 septembre 2017 12:54

      @HELIOS
      Qui en Ehpad va « torcher » les vieux ( dont je vais être sous peu) ?
      1 aide soignante pour 61 vieux, la nuit. ( vécu dans une Ephad croix rouge)
      Quant à la robotisation.
      Quand les machines à commandes numériques (CNC) sont arrivées dans ma boîte vers 1975, tout le monde s’est extasié.
      Certains boulots pénibles allaient être pilotés par l’intelligence artificielle.
      Mais... quelques années plus tard, des yeux avaient remarqué, que sur un tour CNC, si une opération était longue, l’opérateur ( on ne disait plus ouvrier ça faisait tâche) prenait le temps de fumer, ou de « se tourner les pouces » ( normal pour un tourneur)
      On lui colla donc une autre CNC à opérations plus courtes... Cela dura un temps. Toujours les yeux et le chronomètre. Fut inventé le T.I.O. Temps d’Inoccupation de l’Opérateur.
      On lui refila une lime pour ébavurer ses pièces. Et là, plus de TIO. Fallait demander la permission pour aller aux chiottes.
      Petit rajout. Une pièce qui demandait avant les CNC 3 heures de boulot occupant 5 opérateurs, tomba en 35 minutes, mais le prix de la pièce ne varia pas. Mais dites vous, et l’amortissement du tour. ?
      En 3X8 il était amorti en 2 ans.


    • mmbbb 24 septembre 2017 12:59

      @Alren le metier à Tisser jacquard fut jete dans la SAONE par les Canuts de Lyon La soie n est plus fabriqueec en France depuis fort longtemps et cette soie lyonnaise rentre desormais dans les objets manufactures de luxe . Si l on etablit un parallèle la fabrication des objets manufacturés ont ete externalisé puisque le produit francais ne peut etre concurrentiel TV HI FI Electroménager Sapes ect En France nous sommes dans un economie de rentier immobilier et epargne Aucun des ministres sous Hollande n avait de PEA ( plan epargne action ) cela prouve que nous dirigeants n ont aucun visee sur l economie le patrimoine des francais depasse les 10 000 milliards !


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 24 septembre 2017 13:08

      @mmbbb
      Merci PAPA. Musée du tissage à Renaix.


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 24 septembre 2017 13:10

      @Mélusine7
      http://www.ontdekronse.be/fr/decouvrir/musees/overzicht. A toute ma famille paterNELLE. Dormez en PAIX


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 24 septembre 2017 13:20

      @Mélusine7
      Bon papa, tu ressemblais plus à Jerry LEWIS en stock and Roll qu’au J’ai née râle de Gaulle, mais à ta manière, tu fus un excellent père. LESAPHIR


    • Alren Alren 24 septembre 2017 19:37

      @mmbbb

      Comme toujours vous ne comprenez pas ce que l’on dit.
      J’ai pris l’exemple du métier à tisser Jacquard comme exemple passé d’une invention géniale qui a amélioré la productivité dans une activité industrielle, tout comme la faucheuse tirée par des chevaux a mis fin à la cohorte de faucheurs à faux qui récoltaient la moisson auparavant.

      Moins d’emplois mais pas baisse du niveau de vie.

      Les métiers Jacquard se sont finalement imposés et les artisans indépendants qui les ont utilisés (moins qualifiés qu’auparavant du fait de l’aide procurée par les cartes perforées préalablement par d’autres personnes) ont produit davantage de tissu de luxe pour les privilégiées et ont ainsi gagné davantage.

      Les saisonniers qui faisaient les moissons à la faux ont pu rester en ville comme ouvriers et se sont épargnés le dos.


    • taketheeffinbus 20 septembre 2017 10:24

      Plus que jamais d’actualité : http://kropot.free.fr/manifestevstrav.htm

      « Un cadavre domine la société, le cadavre du travail. Toutes les puissances du monde se sont liguées pour défendre cette domination : le pape et la Banque mondiale, Tony Blair et Jôrg Haider, les syndicats et les patrons, les écologistes d’Allemagne et les socialistes de France. Tous n’ont qu’un mot à la bouche  : travail, travail, travail !

      Qui n’a pas désappris à penser comprend sans difficulté le caractère insensé de cette attitude. Car ce n’est pas une crise passagère que connaît la société dominée par le travail : la société se heurte à sa limite absolue. Par suite de la révolution micro-informatique, la production de « richesse » s’est toujours davantage décrochée de la force de travail humaine - à une échelle que seule la science-fiction aurait pu concevoir voilà quelques décennies. Personne ne peut affirmer sérieusement que ce processus puisse encore être bloqué, voire inversé. Au XXIe siècle, la vente de la marchandise-force de travail est assurée d’avoir autant de succès qu’en a eu la vente de diligences au XXe siècle. Mais, dans cette société, celui qui ne peut pas vendre sa force de travail est « superflu » et se trouve jeté  à la décharge sociale.

      Qui ne travaille pas, ne mange pas ! Ce principe cynique est toujours valable - et aujourd’hui plus que jamais, justement parce qu’il devient désespérément obsolète. C’est absurde : alors que le travail est devenu superflu, la société n’aura jamais autant été une société de travail. C’est au moment même où le travail meurt qu’il se révèle une puissance totalitaire qui n’admet aucun autre Dieu à ses côtés, déterminant la pensée et l’action des hommes jusque dans les pores de leur vie quotidienne et dans leur esprit. On ne recule devant aucune dépense pour maintenir artificiellement en vie l’idole Travail. Le cri délirant « De l’emploi ! » justifie qu’on aille encore plus loin dans la destruction des bases naturelles devenue depuis longtemps manifeste. Les derniers obstacles à la marchandisation complète de tous les rapports sociaux peuvent être éliminés sans soulever aucune critique, dès lors que quelques misérables « postes de travail » sont en jeu. Et le mot selon lequel il vaut mieux avoir "n’importe quel travail plutôt que pas de travail du tout est devenu la profession de foi exigée de tous.

      Plus il devient clair que la société de travail est arrivée  à sa fin ultime, plus la conscience publique refoule violemment cette fin. Les méthodes de refoulement peuvent être diverses, elles ont toutes un dénominateur commun : le fait que, mondialement, le travail se révèle une fin en soi irrationnelle qui s’est elle-même rendue obsolète est transformé, avec une obstination qui rappelle celle d’un système délirant, en échec personnel ou collectif d’individus, de managers ou de « sites ». La limite objective du travail doit passer pour un problème subjectif propre aux exclus.

      Alors que certains pensent que le chômage est dû à des revendications exagérées,  à un manque de bonne volonté et de flexibilité, d’autres accusent « leurs » patrons et politiciens d’incapacité, de corruption, d’âpreté au gain, voire de haute trahison. Mais en définitive les uns et les autres sont d’accord avec Roman Herzog (1), l’ex-président allemand : il faudrait se serrer les coudes dans tout le pays, comme s’il s’agissait de remotiver une équipe de football ou une secte politique. Tous doivent « d’une manière ou d’une autre » mettre sérieusement la main à la pâte, même si de pâte il n’y en a plus depuis longtemps ; tous doivent s’y mettre « d’une manière ou d’une autre », même s’il n’y a plus rien  à faire (ou seulement des choses privées de sens). Ce que cache ce message peu ragoûtant ne laisse aucun doute : qui ne trouve pas grâce, malgré tout cela, aux yeux de l’idole Travail en est lui-même responsable et peut être tranquillement mis au rencard ou renvoyé.

      La même loi du sacrifice humain vaut à l’échelle mondiale. Le totalitarisme économique broie sous sa roue chaque pays, l’un après l’autre, ne prouvant qu’une chose, encore et toujours  : ces pays ont péché contre les « lois du marché ». Qui ne « s’adapte » pas, inconditionnellement et sans état d’âme, au cours aveugle de la concurrence totale se voit châtié par la logique de la rentabilité. Qui est prometteur aujourd’hui sera jeté demain à la casse de l’économie. Mais rien ne saurait ébranler les malades de l’économie qui nous gouvernent dans leur étrange explication du monde. Les trois quarts de la population mondiale sont déj à plus ou moins déclarés déchet social. Les « sites » s’écroulent les uns après les autres. Après les désastreux « pays en voie de développement » du Sud et après le département « Capitalisme d’État » de la société mondiale de travail à l’Est, c’est au tour des écoliers modèles de l’économie de marché en Asie du Sud-Est de disparaître dans les enfers de l’effondrement. En Europe aussi, un vent de panique sociale souffle depuis longtemps. Et pourtant, les chevaliers à la Triste Figure de la politique et du management n’en poursuivent pas moins avec acharnement leur croisade au nom de l’idole Travail.

       »


      • hervepasgrave hervepasgrave 22 septembre 2017 08:13

        @taketheeffinbus
        bonjour,
        Je suis en parti d’accord mais j’ai bien peur que cela ne s’avère être dit trop en avance ou surréaliste .Car tous ceux qui jouent avec nos vies se foutent pas mal de ce que tu dis là,pour la simple et unique raison le monde est partagée entre les communautés je dirais modernes et avancées (? il faut relativisé sur avancée) et un monde chaotique et encore archaïque et c’est là que reposes leur solution pour pallier aux problèmes.
        Il suffit de détruire la civilisation occidentale moderne et de la renvoyer au moyen âge et d’effectuer la relève en misant sur les pays qui ont été maintenu dans la misère,la guerre,l’inconfort,n’ayant aucun accès a notre monde évolué (! ?) Si tu prends ce que je dis en considération un tant soi peu.Il est facile d’imaginer ce que nous réserve l’avenir. soit nous nous auto suicidons ou nous les laissons faire et advienne que pourra !
        Ton intention était louable ,mais il ne suffit pas de regarder les têtes d’affiche ,car tu ne peux que faire le constat que tu fais là. A méditer ,réfléchir ?
        cestpasgrave ! mais urgent pour éviter une hécatombe !


      • Nestor 20 septembre 2017 12:01

        Salut Shaw,

        Surtout qu’à l’époque il s’agissait sûrement de Simazine et d’Atrazine ...

        Pas vraiment génial ! smiley ... Interdites en France et en Europe mais toujours d’actualité aux Usa ...


      • Nestor 20 septembre 2017 12:21

        Désolé Shaw mais là je ne saisis pas tout !


      • nono le simplet nono le simplet 20 septembre 2017 12:29

        @Nestor
        salut Nestor

        ouf, je ne suis pas tout seul à ne pas comprendre
        je commençais à croire que j’étais un peu con ... ce qui ne reste pas exclu smiley 

      • foufouille foufouille 20 septembre 2017 10:34

        je propose assembleur de générateur à patates et amorceur de multiprises à énergie libre.


        • L'enfoiré L’enfoiré 20 septembre 2017 10:40

          Bonjour Olivier, 

          Il y a longtemps que je suis passé par ici. Il faut varier les menus, non ? smiley 

          « Pourquoi travaille-t-on de plus en plus depuis les années 80 alors que nous sommes plus riches que jamais ? (...) pourquoi souffre-t-on toujours de la pauvreté alors que nos richesses nous permettraient d’y mettre un terme ?

          Une excellente question.
          L’évolution ne nous a pas créé pour travailler, mais pour réfléchir à comment faire plus avec moins, puisque depuis de nombreuses années on consomme plus que ce que la Terre produit.
          Comment meubler le temps est devenu la question primordiale.
          Créer toujours du nouveau, c’est ça qui sera encore payer demain. .
          J’ai bien aimé la réaction anecdotique de Shawford ci-dessus.
          Elle est parfaitement dans la ligne de ce qu’on pourrait placer dans les idées anciennes.
          Quant aux métiers des technologies nouvelles, tu ne peux imaginer le nombre de nouveaux que cela peut générer.


          • rocla+ rocla+ 20 septembre 2017 11:34

            @L’enfoiré


            On ne travaille pas de plus en plus  , dans la boulangerie , quand j’ ai commencé 
            on travaillait 10 à 11 heures par jour six jours sur sept .

            Maintenant c’ est 35 heures semaine ...

          • olivier cabanel olivier cabanel 20 septembre 2017 13:11

            @L’enfoiré
            quand on réfléchit tout simplement à l’étymologie du mot « travail » on finit par comprendre que nous cherchons tous à retrouver cet Eden dont nous avons été chassé.


          • Armelle Armelle 20 septembre 2017 16:58

            @olivier cabanel

            « Choisissez un travail que vous aimez et vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie »...

            Confucius - 500 ans av J.C...


          • rocla+ rocla+ 20 septembre 2017 17:52

            @Armelle


            C ’est exactement  cela Armelle , aimer faire ce qu’ on fait n’ est pas un travail , 
            c’ est un plaisir  .


          • L'enfoiré L’enfoiré 20 septembre 2017 18:48

            @rocla+,


             Exact. Et puis on prend des vacances quelques fois sans parfois penser à se renseigner si le boulanger voisin ne les prend pas en même temps..

          • olivier cabanel olivier cabanel 20 septembre 2017 19:04

            @Armelle
            ce que j’ai mis en pratique tout au long de ma vie....

             smiley

          • Le421 Le421 20 septembre 2017 19:23

            @rocla+
            Et les viennoiseries industrielles surgelées à coeff 5.
            C’est qui qui prends qui pour des cons ??
            Désolé Cap’Tain, j’ai plus de mouchoirs secs !!  smiley


          • rocla+ rocla+ 20 septembre 2017 19:28

            @Le421


            Vous avez parfaitement  le droit de dire ce que vous dites , le monde a évolué
            de cette façon , les petites boulangeries de quartier ont disparu .. et des industriels 
            ont développé d’ autres façons de produire . 

            Si c’ est pour insinuer quoi que ce soit à mon encontre , je peux vous expliquer 
            ma façon de travailler et de produire . 

          • sarcastelle 24 septembre 2017 10:16

            @rocla+

            .
            Vous finirez bien par me faire passer le goût du pain, vous. 

          • rocla+ rocla+ 24 septembre 2017 10:46

            @sarcastelle


            C’ est  que certains ici  finissent de me dégouter de l ’ humanité ... smiley

          • Aristide Aristide 20 septembre 2017 10:42

            Ce salaire maximum était au programme du candidat de la « France Insoumise », lequel l’avait fixé à 20 fois le salaire minimum, ce qui est bien généreux, (17 700 € brut mensuels) salaire maximum qui ferait inévitablement progresser le salaire minimum. lien


            Voilà comment on enfume l’insoumis de base. On parle ici de salaire et surtout pas de revenus, limiter les salaires maximums c’est obligatoirement travailler à la compression de tous les salaires et voilà donc comment les revenus du capital, de l’immobilier ne sont pas concernés. 






            • olivier cabanel olivier cabanel 20 septembre 2017 13:13

              @Aristide
              j’avoue ne pas comprendre ?

              le pib d’un pays est connu... son nombre d’habitants aussi.
              il suffit simplement de partager équitablement la richesse.
              rien de plus.
              et ça concerne tout le monde, revenu du capital et de l’immobilier y compris.

            • gogoRat gogoRat 20 septembre 2017 14:09

              @Aristide
              « pourquoi ne pas fixer un salaire maximum, permettant ainsi de partager plus équitablement les richesses produites » ?

               Mais pourquoi vouloir réinventer la roue ? ... et ne pas se contenter d’appliquer à la lettre le principe, validé et officialisé depuis très longtemps par tout le monde, de l’impôt progressif ? !

               Voir le graphique, présenté dans l’unique article de Gogorat, qui montre qu’avec un impôt réellement progressif (pour tous) la courbe du salaire net (brut - impôt) passerait par un maximum :
               CQFD !

              ( Noter aussi que la fameuse phrase : ’au-delà d’un certain seuil, je prends tout !’
              n’allait pas encore assez loin ; au-delà d’un autre seuil du montant des revenus déclarés, le seul respect de la progressivité de l’impôt impliquerait même de prendre plus que tout ! -voir la courbe )


            • Armelle Armelle 20 septembre 2017 17:24

              @olivier cabanel
              Cest juste le mot « EQUITABLE » qui pose problème, car « équitable » sous entend « différence » selon le respect de ce qui est dû à chacun dans la justice et l’impartialité, étant tous d’accord sur le fait qu’un individu travaillant 35 h (d’un travail pénible) aura plus qu’un autre qui lui ne travaillera que 20h d’un travail non pénible. Ce n’est donc pas en changeant de système mais en appliquant et en respectant ce terme « EQUITE » sachant qu’il n’est pas concevable que certains individus vivent confortablement sur le revenu du capital, qu’ils n’ont d’ailleurs pas forcément construit eux-même !!!
              Et je ne cite que la mesure « effort travail » car il y a d’autres paramètres à intégrer
              Sinon, il faudra utiliser le terme « EGALITE » lequel fera abstraction de toute notion d’effort récompensé (donc inconcevable) et vous retrouverez alors la même problématique, en deux mots vous tournez en rond !!!


            • olivier cabanel olivier cabanel 20 septembre 2017 17:55

              @Armelle
              non, équitable veut dire : juste, impartial

              en fixant un salaire maximum, il n’y aurait plus une telle disparité dans les salaires.
              non ?

            • alinea alinea 20 septembre 2017 21:54

              @Aristide
              sauf qu’en fait il s’agit de revenu maximum ! pour le minimum, pas d’ambiguïté il n’y a que le salaire ( on ne compte pas les pourboires ! smiley )


            • Armelle Armelle 20 septembre 2017 23:51

              @olivier cabanel
              « non, équitable veut dire : juste, impartial »

              Vous avez un sérieux problème Cabanel, vous n’allez pas très bien ou bien avez-vous chopper la sale et insupportable manie de contredire à tout va
              Au cas où vous auriez un souci de compréhension sur ce que vous lisez , je vous rappelle ce que j’ai écrit ;
              "Cest juste le mot « EQUITABLE » qui pose problème, car « équitable » sous entend « différence » selon le respect de ce qui est dû à chacun dans la justice et l’impartialité"

              La sénilité vous joue des tours manifestement ou bien allez consulter , ça urge !!!


            • Armelle Armelle 21 septembre 2017 00:04

              @olivier cabanel

              « en fixant un salaire maximum, il n’y aurait plus une telle disparité dans les salaires.
              non ? »
              Non, pas du tout !!! en tout cas, pas comme vous le préconisez, c’est une vision puéril du sujet, n’ayant aucune idée du fonctionnement d’une entreprise car bien évidemment vous parlez du salaire des patrons et dirigeants. Alors votre idée d’adolescent ne pourrait fonctionner que si l’on légifère aussi en concomitance sur la taxation des dividendes qui se situe à hauteur de 15% et non à 84 comme l’est leur salaire !!!
              Mon vieux faudrait peut être vous documenter avant d’attaquer des sujets aussi importants et complexes !!!
              Vous avez déjà dirigé une entreprise ?

            • olivier cabanel olivier cabanel 21 septembre 2017 08:24

              @Armelle
              quand on veut tuer son chien on l’accuse d’avoir la rage...

               smiley

            • Aristide Aristide 21 septembre 2017 19:01

              @olivier cabanel
              j’avoue ne pas comprendre ?


              Effectivement si vous ne savez pas faire la différence entre salaires et revenus. Une piste, tous les salaires sont des revenus, mais tous les revenus ne sont pas des salaires. Si vous limitez les salaires vous n’agissez que sur les revenus des salariés, les autres revenus immobiliers, revenus du capital, des placements, les revenus des indépendants, .... ne sont pas concernés. Simple ...

            • ZenZoe ZenZoe 20 septembre 2017 11:06

              Bonjour Olivier,
              Si vous me permettez, je pense qu’il ne fait pas mélanger les « bullshit jobs » et les boulots de merde. Les deux ont peu en commun et relèvent de thématiques différentes.

              Les bullshit jobs selon Graeber ne sont pas des boulots de merde, mais des boulots bien payés quoique inutiles à la société. Qualifiés, de nature « intellectuelle », ils consistent en études et missions vaseuses et n’apportent aucun épanouissement à leurs occupants qui s’emmerdent ferme (mais s’enrichissent). On les trouve dans les media et la communication, les cabinets de consultants etc.

              Les boulots de merde version Allemagne quant à eux sont peu qualifiés, mal payés, temps partiel quelquefois et n’offrent aucune possibilité à ceux qui les occupent de redresser la tête un jour. Ce sont des trappes à pauvreté. On les trouve dans les services, le commerce etc.

              Ma solution : procéder à un échange. Les premiers s’emmerdent, envoyons-les balayer les chiottes pour qu’ils apprennent la vie. Plaçons les seconds dans les bullshits jobs, le monde ne verrait pas du tout la différence. Et tout le monde serait content non ?


              • olivier cabanel olivier cabanel 20 septembre 2017 13:03

                @ZenZoe
                bonjour

                un peu surpris par ta réaction, car bullshit jobs et boulots de merde, c’est juste la traduction littérale de l’anglais au français...
                et la solution que tu proposes (à la fin du commentaire) me parait assez peu acceptable.
                et si la solution était : réfléchissons à la situation ?
                un monde « en progrès » qui fait disparaître des emplois... pourquoi pas ?
                alors les solutions sont limitées...
                la plus simple me paraissant être celle ci : travaillons de moins en moins, et réclamons un partage de la richesse produite.
                non ?

              • gogoRat gogoRat 20 septembre 2017 14:14

                @ZenZoe

                 Rien de nouveau !

                relire, ou revoir, ’Stupeur et tremblements’ de Amélie Nothomb ...


              • ZenZoe ZenZoe 20 septembre 2017 14:18

                @olivier cabanel
                Merde et bullshit ne sont pas synonymes et boulot de merde est une mauvaise traduction de bullshit job.
                Un bullshit job est un métier vide de sens, « con ». Graeber parle de « sens » à donner à son travail, se sentir utile.
                Un boulot de merde est plutôt compris comme un métier pénible, mal payé et peu valorisant. La problématique de Bregman est plutôt la pauvreté dont on n’arrive pas à sortir.
                Les Français font quelquefois des contresens avec l’anglais, rappelle-toi les Pink Floyd que certains appelaient les flamants roses alors que ça n’avait rien à voir.

                Concernant la solution, bah, c’était de l’humour (un peu nul, je le l’accorde).


              • olivier cabanel olivier cabanel 20 septembre 2017 21:37

                @ZenZoe
                bullshit job c’est littéralement « boulot de merde »

                je n’y peux rien... ce n’est en aucune façon une « interprétation »
                un boulot de merde, ce n’est pas obligatoirement un boulot pénible...c’est un boulot dont celui qui le pratique peut considérer comme idiot...et à mon sens, ce n’est pas fatalement un boulot dur... mais ce n’est que mon humble avis.
                quand a la pauvreté, elle disparaîtra de ce monde quand ceux qui accumulent la richesse finiront par comprendre que l’avidité ne mène à rien.
                une richesse illusoire en quelque sorte.


              • ZenZoe ZenZoe 21 septembre 2017 09:48

                @olivier cabanel
                Non Olivier, bullshit ne veut pas dire merde, et donc bullshit job ne veut pas dire littéralement boulot de merde. L’expression est d’ailleurs largement traduite par « métier à la con » sur internet. Il y a vraiment une nuance, L’absurdité et la pauvreté sont deux problèmés liés au travail, mais différents. Ils méritent deux articles.
                Pardon de faire ma tête de mule, mais j’insiste parce que je suis totalement bilingue, et j’ai souvent constaté que les interprétations hasardeuses peuvent créer des malentendus entre les peuples, ce qui est dommage.

                Ceci dit, ton article tape juste, comme la plupart de tes articles, et je suis d’accord avec toi sur le reste. Quant à l’avidité, on est d’accord, c’est la racine du mal, mais c’est une racine profonde comme celle du liseron, on ne s’en débarasse pas comme ça.
                Bonne journée à toi.


              • Pauline pas Bismutée 21 septembre 2017 15:08

                @olivier cabanel
                @ ZenZoe

                Au sujet de ... :
                Effectivement les traductions exactes sont difficiles, mais ZenZoe a raison, un « bullshit job » n’est pas un boulot de merde. Un boulot de merde c’est un « shitty job » ...

                Un « bullshit job » c’est plutôt un boulot de « planque », de « branleur », ou/et qui ne sert a rien ...(vu que l’un n’empêche pas l’autre). D’ailleurs quand quelqu’un raconte des conneries on lui dit : « Bullshit ! »

                Monter des sacs de ciment, c’est un « shitty job » ... Nettoyer les toilettes, pareil.

                Souffler les feuilles (avec le truc qui pue et réveille les cons qui doivent dormir la journée parce qu’ils bossent la nuit) c’est d’abord un « bullshit » job, et un peu aussi un « shitty » job.

                PS Les « shitty » jobs, j ai connu, par contre si vous connaissez un « bullshit job » for me ? smiley
                @ ZenZoe : même en comptant l’humour, bonne idée ! smiley


              • nono le simplet nono le simplet 21 septembre 2017 16:34

                @olivier cabanel
                pour « bullshit » je ne sais pas mais il faut se méfier des traductions littérales

                comme traduire l« expression »mon oeil« par »my eye« est incompréhensible, la traduction étant »my leg« ...
                je ne parle même pas du »jour J« traduit en »J day" smiley 

              • olivier cabanel olivier cabanel 21 septembre 2017 16:51

                @nono le simplet
                bien sur...

                je pense quand même que tout le monde a bien compris le sens de l’expression « bullshit job »
                 smiley

              • olivier cabanel olivier cabanel 21 septembre 2017 17:00

                @Pauline pas Bismutée
                si vous voulez...

                enculeur de mouche serait-il un bullshit job ?
                bullshit, c’est une connerie
                j’en déduis donc que bullshit job, c’est un métier à la con...
                de là à conclure que c’est un métier de merde, il n’y a qu’un pas à franchir, 
                non ?
                 smiley

              • Pauline pas Bismutée 21 septembre 2017 17:32

                @olivier cabanel

                Pour enculeur de mouche je dirai aussi « shitty » job (vu ..euh ..l’entrée)

                Mais pour coupeur de cheveux en quatre, on peut franchir le pas. smiley


              • nono le simplet nono le simplet 22 septembre 2017 04:56

                @olivier cabanel
                y a peut être une nuance ... au niveau de la couleur ou de l’odeur smiley


              • Taverne Taverne 20 septembre 2017 11:07

                Souvent, des fainéants de la pensée se jettent à corps perdu dans le travail abrutissant. Je ne parle pas ici de ceux qui n’ont que ce choix pour survivre mais de ces forçats volontaires, apôtres de l’activisme à tout prix et de la surenchère dans l’effort, moralisateurs qui brandissent une « valeur travail » qui n’a de raison d’être.

                Le travail imposé n’est qu’un moyen, pas une fin en soi.


                • olivier cabanel olivier cabanel 20 septembre 2017 13:14

                  @Taverne
                  pas mieux !

                  merci

                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 20 septembre 2017 11:16

                  Je vais vous faire rire Cabanel, mais à la sortie de mes études universitaire, j’ai accepté le premier emploi venu, pour mettre le pied à l’étrier (on appelait cela des Cadres Spéciaux Temporaires,..). Et mon travail consistait à étudier les perspectives d’avenir professionnel des jeunes, sortis de l’enseignement spécial, handicapés, de milieu social défavorisé et d’origine immigrée. Heureusement, j’avais le droit de lire des BD. L’emploi a duré un mois.


                  • L'enfoiré L’enfoiré 20 septembre 2017 18:56

                    @Mélusine7 bonjour,

                     Je vais vous faire rire aussi.
                     J’ai connu l’époque à la sortie d’étude universitaire (dont je n’ai pas pratiqué), j’ai travaillé gratis pour faire ma formation dans l’informatique, mais après un mois, on venait me chercher pour m’engager.
                     A la suite, ce fut identique... Ce monde-là était petit. Tout le monde se connaissait. Le bouche-à-oreille fonctionnait à merveille. 
                     Lire des BDs, oui, peut-être, mais vite, en attendant que les cartes perforées soient digérées par la machine.
                     Aujourd’hui, j’aurais plus de difficulté à donner des conseils à des jeunes puisque le numérique a pris la relève et l’informatique est devenu un outil pour exercer autre chose.. 

                  • Le421 Le421 20 septembre 2017 19:26

                    @Mélusine7
                    J’imagine une dissertation sur les filles prostituées...
                    Huit jours de commentaires.
                    Entre les « c’est parce qu’elles aiment ça !! » et les « quand on est dos au mur !! ».
                    Hein ?

                    Tout le monde a fait plus fort que son voisin.
                    Surtout les pires branleurs...


                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 20 septembre 2017 11:19

                    Ma crainte avec le Revenu Universel : augmentation exponentielle des allocations familiales. Raison pour laquelle, française, je n’aurais voté pour Hamon GPA et PMA.


                    • olivier cabanel olivier cabanel 20 septembre 2017 13:16

                      @Mélusine7
                      le RDB est une chose, GPA, et PMA en sont d’autres, sans vraiment de rapport.

                      Hamon a eu le tort de ne pas insister sur le RdB, et il a commencé à en diminuer le montant...
                      il n’aurait jamais du faire ça.

                    • Yvance77 Yvance77 20 septembre 2017 11:40

                      Bonjour,


                      Enfin quelqu’un qui a compris. Il y a désormais la certitude que sur cette planète il y aura des millions de gens qui une vie durant ne connaîtront jamais le salariat. Je ne parle pas « des filles et fils de » où de la dernière des connasses venues genre Nabilla (là il n’y a rien à faire).
                      .
                      Tout simplement car, il y a moins de travail disponible depuis que les machines remplacent les hommes. La logique voudrait que l’on réduise le nombre d’heures pas personne, où que la femme travaille pas plus de 24h00 car sa charge est lourde. Tout en conservant un salaire décent.

                      Mais non pour ces abrutis de politiques c’est travail jusqu’à 65 piges minimum et 39h00 par semaine, un non sens absolu.

                      Seul Mélenchon à ma connaissance a proposé cela, la réduction à 32h00 et je pense aller plus loin, c’est à dire que d’une logique de 3X8 il faut se diriger vers le 4X6. 
                      Mettre plus de gens au travail, c’est immédiatement plus de rentrée d’argent dans les caisses de l’état via la TVA par exemple. C’est donné au gens la possibilité de faire des travaux éreintant plus facilement ’exemple une femme de ménage en hôtellerie).

                      Je ne savais pas cet étendue des dégats en Allemagne et je me demande surtout pourquoi personne ne se révolte plus encore. C’est quand même un peuple batailleur !

                      • olivier cabanel olivier cabanel 20 septembre 2017 13:17

                        @Yvance77
                        je partage et remercie.


                      • Slipenfer 1er Ratatouille 20 septembre 2017 11:42

                        « une société qui laisserait d’avantage de place aux loisirs,

                        Un bateau de croisière pollue autant qu’un million de voitures. smiley

                        • njama njama 20 septembre 2017 12:00

                          @Ratatouille

                          et l’empreinte carbone du travailleur par rapport aux fainéants de Mr Macron ça donne quoi ?
                           smiley


                        • njama njama 20 septembre 2017 12:03

                          j’dis ça en fonction de l’hypothèse en vigueur chez les réchauffistes, que l’activité anthropique serait la principale cause du réchauffement climatique.
                          Il conviendrait donc de la diminuer fortement


                        • olivier cabanel olivier cabanel 20 septembre 2017 13:19

                          @Ratatouille
                          ^parce que pour vous, une croisière c’est un loisir ?

                          apparemment oui, mais ne croyez vous pas qu’il y a d’autre moyens d’occuper ses loisirs ?
                          mais bon, après tout, chacun son choix.

                        • L'enfoiré L’enfoiré 20 septembre 2017 19:03

                          @olivier cabanel,


                           Les « croisières s’amusent » sont devenues une des ressources très importantes du tourisme.
                           Des bateaux gigantesques dont j’en ai vu encore très récemment, sillonnent les mers.
                           Les touristes descendent encore « parfois » arrivés aux escales, mais cela devient même plutôt rare puisque tout est à bord.
                           Ce sont des milliers de jobs aussi. 
                           Tu y retrouves de vieilles connaissances du show-biz qui n’ont plus le succès actuel... 
                           Un choix comme tu dis...  

                        • njama njama 20 septembre 2017 11:57

                          Le fait de faire travailler beaucoup les gens (sur le continent américain, c’est du 48 h hebdo minimum), permet d’exercer une forme de domination sur eux, en entretenant une grande pauvreté à la marge.
                          ça permet aussi s’affranchir de la peur du vide en (s’)occupant l’esprit
                          Alors qu’en principe en raison des progrès technologiques nous devrions travailler beaucoup beaucoup moins, et de moins en moins, c’est ce que promettait l’idéologie du « Progrès » dans les années 60, 70 un horizon qui n’a cessé de s’évanouir toujours plus loin devant.
                          Il faut bien moins de temps pour construire une auto, ou fabriquer une chaussette qu’à l’ époque des trente glorieuses.
                          C’est quoi le bogue alors ?

                           Travailler une heure par jour

                          Le livret Travailler une heure par jour : essai visant à remettre les pendules à l’heure sur la question du travail, de démontrer l’absurdité de certaines soi-disant évidences, et de faire apparaître les éléments manquants -car systématiquement escamotés- du débat sur le temps de travail.

                          PDF téléchargeable dans la Page > http://www.bizimugi.eu/fr/travailler-une-heure-par-jour/


                          • olivier cabanel olivier cabanel 20 septembre 2017 13:19

                            @njama
                            bravo !


                          • gogoRat gogoRat 20 septembre 2017 14:35

                            @njama

                             Dès 1932, dans son ’In praise of Idleness’, Bertrand Russel militait déjà pour une réduction drastique du temps de ’travail’ ( à l’époque, il tablait déjà sur 4h par jour) !

                             Cet ouvrage, très concis, dont on trouve une foultitude de traductions intégrales gratuites en français, devrait être appris par cœur dans toutes les écoles du monde !


                          • njama njama 21 septembre 2017 09:28

                            @gogoRat

                            Merci je ne connaissais pas ...
                            « Éloge de l’oisiveté » en français ici :
                            http://classiques.uqac.ca/contemporains/russell_bertrand/Eloge_oisivete/Elo ge_oisivete.html


                          • lloreen 20 septembre 2017 12:34

                            La solution est le contributionisme dont certains aspects sont exposés dans cette vidéo que je vous invite à visionner.
                            http://www.dailymotion.com/video/x5gq4mo

                            Toutes les solutions sont disponibles. Il suffit de contribuer au changement.

                            Le site anglais :http://www.onesmalltown.org/


                            • olivier cabanel olivier cabanel 20 septembre 2017 13:20

                              @lloreen
                              merci.


                            • McGurk McGurk 20 septembre 2017 12:39

                              Etant littéraire (linguiste plutôt) de formation, je suis confronté à cette situation.

                              Les entreprises ne « sachant pas quoi faire de moi » (alors que je pourrais normalement accéder à tout un panel de métiers très variés et intéressants), on me propose tout et n’importe quoi en me disant « qu’il faut bien travailler ».

                              La plupart des offres qu’on m’a faites (ayant tout de même un Master) se résumaient à « chargé de clientèle », le job pourri qui ne m’intéresse pas du tout - comme si c’était la seule option évidente. On a voulu m’envoyer aux quatre coins de la planète (Prague, Athènes, Irlande, Portugal) pour exercer ce métier...Même les personnes ayant fait un BTS ont accès à des professions bien plus intéressantes et largement mieux payées.

                              Par contre, les domaines et emplois qui m’intéressent - bien plus en lien avec mon cursus et savoir - me sont littéralement refusés...Je ne comprends pas ! La plupart du temps, les offres m’intéressant sont...en stage et pas moyen de faire changer l’avis des entreprises qui embauchent en masse des étudiants littéraires...mais qui refusent catégoriquement lorsqu’on est plus étudiant de vous offrir le poste et même ce si vous êtes débutant !

                              Et cet été c’était pire, on m’a proposé des jobs tellement exotiques que c’en était ridicule (ex : collecteur d’impôts). J’ai eu aussi deux arnaques à l’emploi...j’ai déjà du mal à trouver un boulot normal, alors si je dois surfer entre les fakes...Deux ans de chômage (d’enfer plutôt) alors que je n’ai pas encore mis les pieds sur le marché du travail...A Pôle Emploi, ma conseillère a d’ailleurs a eu le même raisonnement « bin faut bien travailler pour vivre », suggérant de prendre le premier emploi qui venait.

                              Mais dès lors, à quoi sert de s’emmerder à faire un « projet professionnel » et « indiquer ses choix » sur tous ces sites débiles pour l’emploi si finalement les employeurs se foutent littéralement de mes souhaits et piochent ce qu’ils veulent parmi mes compétences ? Pourquoi condamner les gens exercer des emplois de merde alors qu’ils sont surdiplômés par rapport au job en question et qu’ils n’ont rien à foutre là ?


                              • olivier cabanel olivier cabanel 20 septembre 2017 13:20

                                @McGurk
                                merci de ce témoignage.


                              • L'enfoiré L’enfoiré 20 septembre 2017 19:06

                                @McGurk,


                                 Le billet « Réussir ses échecs » est fait pour vous...

                              • Jeff84 21 septembre 2017 03:38

                                @McGurk
                                C’est simple, il y a beaucoup trop de linguistes par rapport aux besoins. Faites comme moi, recyclez-vous. Et cette fois-ci, faites vraiment attention aux besoins des autres pour choisir. Votre petit nombril n’est pas le seul critère à prendre en compte, malgré ce que vos profs vous ont dit.


                              • McGurk McGurk 21 septembre 2017 09:23

                                @Jeff84

                                En fait j’essaie et je postule à une tonne d’emplois n’ayant rien à voir avec ma formation - certains profils pouvant convenir parfaitement même si je n’ai rien à voir avec ce domaine. Or, les métiers logiques qui pourraient m’aider à avancer me sont simplement refusés comme je le disais.

                                Les possibilités sont verrouillées par des stages afin de ne pas employer ou refouler tout candidat potentiel motivé qui voudrait se faire une place dans le domaine en question.


                              • McGurk McGurk 21 septembre 2017 09:24

                                @L’enfoiré

                                Merci, je regarde ça ce soir^^


                              • Taverne Taverne 20 septembre 2017 12:47

                                Attention ! L’abus de métiers à la con peut rendre con.

                                De plus, outre les « métiers à la con » ou « de merde » évoqués par l’auteur, il existe aussi des boulots qui ne correspondent pas vraiment à des métiers. Et parfois même, plus le boulot gagne et plus le métier se perd. C’est le cas en Allemagne où prolifèrent les petits boulots. Plus de lien avec le professionnalisme du métier. Le métier était pourtant une notion plutôt noble avant. Aujourd’hui, le salarié allemand est dispersé en multiples activités gagne-pain.


                                • pipiou 20 septembre 2017 12:49

                                  Pourquoi mettre ça sur le dos du liberalisme alors que comme le montre l’auteur lui-même les travaux inutiles existent depuis longtemps (voire depuis toujours) ?

                                  Pourquoi dire que l’on travaille de plus en plus alors que depuis des décennies le temps de travail diminue ?


                                  • olivier cabanel olivier cabanel 20 septembre 2017 13:22

                                    @pipiou
                                    vous avez certainement remarqué que les plus belles avancées dans ce domaine venait d’un homme se disant néo libéral...

                                    d’ailleurs, je ne crois pas que le RdB soit fondamentalement une idée de gauche.
                                    je crois savoir que Nixon en faisait la promotion...
                                    et il n’était pas le seul à le faire à droite.

                                  • gaijin gaijin 20 septembre 2017 13:00

                                    «  il est paradoxal que le néolibéralisme soit arrivé au même point que les régimes soviétiques de la deuxième moitié du 20ème siècle, en ce sens que de nombreuses personnes seraient employées à ne rien faire ».

                                    enfin !

                                    c’est une évidence que l’on aura mis longtemps a comprendre : capitalisme et communisme sont les deux faces de la même pièce.....
                                    il n’y qu’a observer qu’ils sombrent tous les deux dans la dictature de la bureaucratie : des gens payés non seulement a ne rien faire d’utile mais a pourrir la vie de ceux qui font quelque chose
                                    chaque geste finissant par être normalisé , chronométré, rationalisé .........etc
                                    la vraie réforme libérale sur laquelle tout le monde est ok ( a part les plumitif ) c’est la promesse de hollande : le choc de simplicité .....promesse que macron s’est bien gardé de réitérer smiley
                                    un esprit taquin s’était amusé a écrire sur un camp de » vacances " la devise unanime du monde moderne :

                                    arbeit macht frei

                                    ( le travail rend libre )


                                    • olivier cabanel olivier cabanel 20 septembre 2017 13:05

                                      @gaijin
                                      merci de l’avoir compris...

                                      finalement renvoyer dos à dos deux conception d’une société, est une erreur...parce que dans le fond, elles poursuivaient le même but... tout en se trompant sur la finalité.

                                    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 20 septembre 2017 13:16

                                      L’idée du Revenu Universel vient surtout de Bernard Maris. Ce que l’on oublie souvent de dire, c’est que pour son modèle, il s’inspirait des ruches, pas des fourmilières Lire « Les fourmis » de Weber.


                                      • olivier cabanel olivier cabanel 20 septembre 2017 13:23

                                        @Mélusine7
                                        oui, bien sur, Bernard Maris, mais il a eu des prédécesseurs notables, ce qui n’enlève rien à son mérite.


                                      • Rincevent Rincevent 20 septembre 2017 13:35

                                        @ l’auteur

                                        ’’Avec la raréfaction des emplois, due au développement des technologies, à la robotisation, voici venu le temps des métiers improbables, voire inutiles’’
                                        . Pour ma part, je l’aurais rédigé dans l’autre sens. ‘’ Avec la raréfaction des métiers, due au développement des technologies… le temps des emplois improbables, etc’’. En effet, avant, le métier, donc un savoir, était un capital qu’on négociait avec l’employeur. Celui-ci ne pouvait pas vous remplacer d’un jour à l’autre. Aujourd’hui, avec l’automatisation, on est entré dans le processus du jetable. Ceci, pour des postes peu qualifiés, bien sûr.

                                        Mais pour les autres, ils ne resteront pas éternellement à l’abri. Une révolution comme l’intelligence artificielle va bientôt faire des dégâts, jusqu’au niveau ingénieur au moins.


                                        • olivier cabanel olivier cabanel 20 septembre 2017 15:58

                                          @Rincevent
                                          oui, c’est vrai aussi...


                                        • rocla+ rocla+ 20 septembre 2017 13:52

                                          Pour Jürgen Becker, directeur de Pôle emploi à Sarreguemines, « le concept du mini-job a été imaginé pour favoriser le retour à l’emploi de la population qui en était éloigné et lui remettre le pied à l’étrier. Cette mesure visait à réduire le taux de chômage, à baisser le nombre d’inactifs et à lutter contre le travail illégal. Un système gagnant-gagnant entre bénéficiaires et employeurs ». L’effet des mini-jobs a été immédiat car aujourd’hui, ils sont 4 millions en Allemagne à n’exercer aucune autre activité salariée. « Ces contrats sont réglementés, le salarié peut en exercer plusieurs mais un seul ouvre droit à exonération. On peut cumuler un mini-job avec une activité principale », précise Jürgen Becker. L’an dernier, au sein de la Bundesagentur für Arbeit de Sarrebruck, 29 000 personnes étaient dans cette situation. Soit une augmentation de 2,4 % en un an et de… 40 % en dix ans. L’intérêt pour ces petits boulots ne faiblit pas, malgré la création du salaire minimum en 2015.

                                          « Le mini-job reste un contrat attractif car il offre un complément de salaire aux étudiants, aux femmes et aux retraités », poursuit le directeur de Pôle emploi. Autre constat, « il n’entraîne pas une régression du nombre d’emplois créés en Allemagne ». En Sarre, on dénombrait 349 000 actifs fin 2003 contre 388 000 aujourd’hui.


                                          • Le421 Le421 20 septembre 2017 19:41

                                            @rocla+
                                            Mettre le pied à l’étrier, c’est bien.
                                            Mais le problème, c’est que ce ne sont que des chevaux avec un seul étrier.
                                            Si vous voulez vous mettre en selle, vous tombez de l’autre côté aussi sec.
                                            Bonne image Cap’Tain !!
                                            Je vous laisse apprécier ma réponse.


                                          • Jeff84 21 septembre 2017 07:35

                                            @rocla+
                                            Les gauchistes ne veulent pas bosser, c’est sale. Des « métiers à la con ». Ils veulent être payés à ne rien faire.


                                            En fait, si A a 1000€ en trop, et B a besoin de ces 1000€, il n’y a que deux solutions :
                                            - la solution libérale : B rend un service à A contre ces 1000€ ;
                                            - la solution socialiste : l’Etat prend ces 1000€ par la force à A pour le donner à B.

                                            Et c’est comme cela que le socialisme est la cause directe du chômage : comme A n’a plus ces 1000€, il ne peut plus embaucher B.

                                            Pour le prouver, il suffit d’examiner ce qu’il adviendrait si l’Etat confisquait 100% de la production des individus. Personne n’aurait d’argent pour embaucher qui que ce soit, et donc le chômage serait de 100%. CQFD.

                                          • McGurk McGurk 21 septembre 2017 09:40

                                            @rocla+

                                            Même si les créateur des mini-jobs avaient les « meilleures intentions du monde » (j’en doute), ceux-ci ont été (et le sont toujours) utilisés comme une arme et non plus comme une solution pour réinsérer certaines personnes dans la société.

                                            Pour les entrepreneurs, c’est l’ « ultime contrat » car le salaire est des plus minables, le nombre d’heures maximal par semaine n’existe pas (en fait n’ « existe plus ») et les tâches accomplies sont généralement très limitées - bien qu’on puisse théoriquement demander n’importe quoi.

                                            En Allemagne, il sert souvent soit aux mères au foyer à obtenir un complément de revenu ou bien aux étudiants. Seulement, ceux-ci sont utilisés de manière durable par l’employeur et non pas de manière éphémère...la raison en est qu’un travailleur corvéable à merci est bien plus intéressant qu’un salarié correctement payé et qui a en plus des droits. Il n’y a bien sûr aucune possibilité d’évolution, ce sont des emplois-placard.

                                            N’oublions pas qu’une partie de la population, qui n’a pas ou peu fait d’études, en vit car ce pays est avant tout un pays technologique (demandant donc des connaissances avancées). Or, ils sont obligés d’avoir plusieurs de ces contrats pour avoir un revenu presque décent. J’ai vu une vidéo à ce sujet et leur quotidien est tout simplement infernal...


                                          • Spartacus Spartacus 20 septembre 2017 13:53

                                            « Le gâteau de la richesse a quasi toujours la même taille »

                                            Comment en 2017 peut on exposer une telle ignorance de l’économie..

                                            Comment en 2017, les gens croient encore à cette supercherie que la richesses serait un concept à somme nulle...
                                            C’est triste de voir qu’aujourd’hui encore, il y en a qui croient que la terre est plate et ne prennent pas la hauteur pour s’informer de comment se crée la richesse.

                                            • Taverne Taverne 20 septembre 2017 14:20

                                              @Spartacus

                                              Quand les riches se partagent le gâteau, les pauvres se disputent la cerise. C’est l’autre temps des cerises...

                                              La richesse n’est pas seulement matérielle.


                                            • njama njama 20 septembre 2017 14:42

                                              @Spartacus

                                              j’espère que l’idée de travailler moins, ne vous donne pas des boutons
                                              si c’est pour travailler mieux et vivre mieux
                                              L’exemple suédois qui ruine la Sarkozite, et la Macronite smiley

                                              La Suède passe à la journée de travail de 6 heures !
                                              Un vrai succès pour les salariés et les patrons

                                               Le but ? Rendre les salariés plus efficaces sur un temps plus court et leur permettre de mieux profiter de leur famille

                                              Maison de retraites, hôpitaux, constructeurs automobiles...ils sont de plus en plus nombreux les patrons suédois à sauter le pas et à raccourcir allégrement la journée de travail-type de leurs employés. C’est ce que rapporte le site Sciencealerte.com (« Sweden is shifting to a 6-hour work day ») qui explique que l’idée est de parvenir finalement à en faire plus en moins de temps tout en gardant de l’énergie pour vivre une vie de famille épanouie.

                                              Ainsi, l’entreprise Toyota de Göteborg -la deuxième plus grande ville du pays- qui a fait la bascule il y a plus de 13 ans a constaté un turn-over réduit dans ses équipes, un personnel plus heureux et une meilleure rentabilité !

                                              [.........]
                                              https://francais.rt.com/economie/7657-suede-passe-journee-travail-6-heures-efficace-bien-etre-employes


                                            • gaijin gaijin 20 septembre 2017 15:20

                                              @Spartacus

                                              y en a aussi qui croient qu’une croissance infinie dans un monde finit est possible smiley

                                              y’ en a d’autres ( les mêmes ) qui vénèrent un économiste d’avant la révolution industrielle ( adam smith )

                                              et y en a même .....

                                              sur la musique de :
                                              https://www.youtube.com/watch?v=0z7npqBBa4o


                                            • Le421 Le421 20 septembre 2017 19:39

                                              @Spartacus
                                              Comment en 2017 peut on exposer une telle ignorance de l’économie..

                                              Heureusement, votre magnificence va nous expliquer comment demain, un champion olympique va courir le cent mètres en 5 secondes...
                                              Surtout, ne changez pas.
                                              On manquerait d’exemples...


                                            • Jeff84 21 septembre 2017 03:50

                                              @njama
                                              Normal, leur économie est largement plus libéralisée que la nôtre (notamment les charges beaucoup plus faibles), donc les employeurs pouvent se le permettre.


                                              Dans l’enfer réglementé qu’est la France (72e, contre 19e pour la Suède), aucune chance.

                                            • Jeff84 21 septembre 2017 07:13

                                              @Spartacus
                                              Je dirais plutôt, une telle ignorance de l’histoire, et même de la logique la plus élémentaire. Comment coire que le « gâteau » soit de la même taille que lorsque nos ancètres habitaient des cavernes ? Comment ne pas savoir qu’il était encore ridiculement petit à la fin du moyen-âge ? Comment ne pas savoir que sa taille a explosé lors de la révolution industrielle ?


                                              La capacité des gauchistes à nier les faits les plus évidents me stupéfiera toujours.

                                            • rocla+ rocla+ 21 septembre 2017 07:57

                                              @Jeff84


                                              Faut un peu les excuser quand-même  , quand pendant toute son enfance 
                                              on a des parents  qui mettent  dans le biberon de huit heures «  les patrons c’ est des salauds  » dans le biberon de midi  «  manifs pour tous , qu’ on ait rien à dire ou pas  » et dans celui du soir on lui met des «  Lénine Marx et autres Zolas d’ opérette  » puis à la fin , avant de dormir un suppositoire dans le cul «  tu seras un homme de gauche mon fils  » , ben ils ont quand-même des excuses . 

                                              Dans  une vie pour certains  il faut 80 ans  pour penser par soi-même . 

                                            • olivier cabanel olivier cabanel 21 septembre 2017 08:17

                                              @Le421
                                              belle métaphore !

                                              merci
                                               smiley

                                            • Spartacus Spartacus 21 septembre 2017 12:35

                                              @Le421

                                              Heureusement, votre magnificence va nous expliquer comment demain, un champion olympique va courir le cent mètres en 5 secondes...


                                              Un scooter ou une grosse moto devait suffire.... 


                                            • Jeff84 21 septembre 2017 14:38

                                              @rocla+
                                              Non, je ne peux même pas kes excuser sur ce point, pour la bonne raison que j’ai été nourri au même biberon, et qu’il m’a fallu moins d’un an pour me rendre compte de mon erreur.


                                              En 2002, tout frais sorti de la machine à créer des chômeurs, je votais Chevènement. Madelin était juste un gars qui ne voulait pas payer ses impôts. En 2003, je passais même le concours d’inspecteur des impôts. Cela fait une très bonne histoire, d’ailleurs.

                                              Mais la même année, je me disais, « mais pourquoi est-ce que la Suisse fait beaucoup mieux que nous, avec beaucoup moins de ressources, et aucun accès maritime ? ». Au début, quand j’ai lu « libéralisme », j’ai rigolé, comme tout le monde. Ah, biais de confirmation, quand tu nous tiens... Mais quand j’ai vu que cela expliquait absolument TOUTES les différences de richesse, quel que soit le lieu ou l’époque, biais de confirmation ou pas, je rigolais beaucoup moins. Et quand j’ai compris son fondement moral, plus du tout.

                                            • Buzzcocks 20 septembre 2017 14:52

                                              Chez un assureur, j’étais responsable qualité logicielle... je relisais le code des développeurs et je disais que si ça respectait ou pas la charte graphique ou que le coding était pourri ou mal documenté. Systématiquement on me répondait que j’avais raison mais que le projet étant urgent, il fallait le livrer sans la doc et avec le coding pourri ne respectant aucune norme.
                                              Donc à la fin, je ne lisais même plus le code ou vite fait et je glandais toute la journée.

                                              M’emmerdant, j’ai ouvert un blog décrivant ma situation ubuesque. Pendant 1 an, j’étais bloggueur payé durant mon temps de travail. Personne ne voyait que je ne foutais strictement plus rien.

                                              Toutefois, un jour, je me suis un peu trop vanté avoir ce blog et j’ai été convoqué par la DRH me disant que j’avais raison, que le contenu était effarant mais vrai. Mais que comme j’écornais l’image de leur boite de merde, j’étais viré.

                                              Mais à part ça, les assurances privées, c’est super bien gérées, n’est ce pas Spartacus ???


                                              • Jeff84 21 septembre 2017 04:28

                                                @Buzzcocks
                                                Jamais dit ça. Juste que nous avons l’option de ne pas souscrire d’assurance chez des crétins. Par contre, aucun choix de refuser ou de choisir un concurrent si c’est un « service public ».


                                              • olivier cabanel olivier cabanel 21 septembre 2017 08:16

                                                @Buzzcocks
                                                merci de ce témoignage

                                                j’ai vécu quelque chose d’assez proche, dénonçant un projet immobilier stupide : une tour de X étages, en, plein milieu d’un petit village près de genève...
                                                le promoteur de ce projet était le maire du village... il avait une entreprise de béton préfabriqué, et il était évidemment le fournisseur...
                                                le scandale a éclaté, et ça a mal fini pour lui...

                                              • Dudule 20 septembre 2017 15:09

                                                Vouloir augmenter la durée du travail, et imposer de partir à la retraite plus tard est au delà du débile. Le pire, c’est que les gens qui tiennent ce discours le font avec une arrogance associée à un complexe de supériorité de plus en plus insupportable.

                                                Les entreprises tournent en sous capacité faute de demande, les gains de productivité ont explosé et continuent d’exploser, et on augmente la durée du travail... Pour produire plus... Pour quoi faire ? Parce qu’il n’y a pas assez de milliardaires en France et qu’il en faudrait plus, d’après notre président ? Dans un monde aux ressources limités, il faut plus de milliardaires... N’importe quoi.

                                                Tout ça est d’un c.n, mais d’un c.n, à se taper la tête contre les murs... On est dirigé par des fous furieux.

                                                Ah, oui, c’est à cause du libre échange et de la concurrence, parce que les autres sont moins chers. Parce que le libre échange et la concurrence, c’est bien, parait-il. Ceux qui le contestent sont des passéistes ignorants, parait-il. Pire, d’odieux rouges-bruns. Beurk !

                                                On se demande comment on faisait pour se passer du libre échange quand on avait le plein emploi et que le niveau de vie des gens modestes ne cessaient d’augmenter, il n’y a pas si longtemps...

                                                Mais il est vrai que dans le même temps le niveau de vie des riches stagnaient. Les pauvres gens... Ça doit être pour ça, puisque comme chacun sait, les riches créent les richesses qui ruissellent ensuite sur les pauvres... Enfin, il parait... On a toujours pas vu la couleur des richesses accumulés par ces gentils riches. Ça doit être parce qu’on est pas assez patient, sûrement. En plus de 30 ans de libéralisme, ça pas encore eu le temps de percoler, ça doit être ça. Faut juste attendre encore quelques siècles.


                                                • Rmanal 20 septembre 2017 15:36

                                                  @Dudule
                                                  Le pire c’est que si vous regardez les causes de la crise de 1929, vous retrouvez cette surproduction comme l’un des déclencheurs. On tourne toujours en rond.
                                                  Mais tant que l’objectif humain sera le court terme et la microéconomie uniquement, on n’apprendra jamais de nos erreurs.


                                                • olivier cabanel olivier cabanel 20 septembre 2017 16:26

                                                  @Dudule
                                                  pas mieux !

                                                  merci

                                                • Le421 Le421 20 septembre 2017 19:36

                                                  @Dudule
                                                  100% exact et irréfutable.
                                                  Personne des « grands philosophes » d’Agoravox ne pourra - ni ne se risquera à - vous contredire.
                                                  La croissance infinie dans un monde fini tient de la débilité crasse.




                                                    • Le421 Le421 20 septembre 2017 19:33

                                                      J’avais trouvé une explication « biblique », moi, l’agnostique breveté !!
                                                      Adam et Eve (reprenez-moi si je me trompe !!) ont été chassé du jardin d’Eden où ils pouvaient ne rien branler à perpète, parce que ces imbéciles ont eu l’idée de baiser !!
                                                      Enorme, quoi !!
                                                      En vivant à poil en plus... Mort de rire, en toutes lettres.
                                                      Donc, ils ont été condamné à bosser pour gagner de quoi manger.
                                                      Or, ces enfoirés d’êtres humains sont devenus assez malins pour se défausser de cette charge travail.
                                                      Et là, franchement, ça merde grave !!
                                                      Aller contre le châtiment de Dieu !!
                                                      Inadmissible.
                                                      D’autant plus que les grands de ce monde, aucun ne néglige la case « religion ». Aucun.
                                                      Donc, si vous suivez mon raisonnement...

                                                      Ah ouais, vous ne l’aviez pas vu comme ça.
                                                      Ben oui.
                                                      Les 35H, ça va à l’encontre des préceptes de l’Eglise.
                                                      Sauf pour les friqués, œuf corse !!


                                                      • olivier cabanel olivier cabanel 20 septembre 2017 19:53

                                                        @Le421
                                                        c’est une explication plausible...mais il y en a d’autres.

                                                         smiley

                                                      • Le421 Le421 20 septembre 2017 19:44

                                                        Tous ces champions de la « nouvelle économie » ne nous expliquent pas comment on négocie avec le banquier.
                                                        Des gros charlots, quoi !!
                                                        Boulot de merde, vie de merde...

                                                        Et les planqués de tout bord sont là à cracher dans la soupe.
                                                        Salauds de pauvres !!


                                                        • rocla+ rocla+ 20 septembre 2017 20:00

                                                          Tiens  ça parle de métiers à la con , 

                                                           
                                                          Ce soir Michel Bras  à la suite de plusieurs  chez étoilés  , a demandé à Michelin de ne 
                                                          plus apparaitre dans leur guide .

                                                          Je pense qu’ il n’ y a pas un seul cuisinier de l’ envergure de ce Michel  Bras sur ce site .

                                                          Beaucoup de parleurs , peu de faiseurs donc ... 


                                                          Eh bien ce type en a juste marre de cette pression à la con , qui fait qu’ un pro de 55 
                                                          balais  a  tous les jours l’ impression d’ être à l’ école en attendant une bonne note .

                                                          J’ irai prochainement manger chez lui  du c^té de Laguiole pour lui prouver ma sympathie .

                                                          • olivier cabanel olivier cabanel 20 septembre 2017 21:45

                                                            @rocla+
                                                            ça va te coûter un Bras !

                                                            oups... je sors...
                                                             smiley

                                                          • olivier cabanel olivier cabanel 21 septembre 2017 08:13

                                                            @Shawford
                                                             smiley


                                                          • alinea alinea 20 septembre 2017 22:02

                                                            Je ne voudrais pas casser vos rêves, mais du boulot, il y en a :
                                                            il faudra d’abord me nettoyer tout ça, me recycler tout ça, m’instruire et m’éduquer tout ça, me redonner vie à tout ce qui a été tué et puis après travailler tranquillement, avec amour.
                                                            Je ne me souviens pas avoir eu des loisirs et mes dernières vacances datent de mai 88, mais je n’ai pas souvenir d’avoir jamais travaillé !


                                                            • Armelle Armelle 21 septembre 2017 00:59

                                                              @alinea, bonsoir,
                                                               Alors sans doute aurez-vous, comme moi, dans l’inconscient, suivi les bon conseils cités par Confucius il y a 2500 ans ?

                                                              « Choisissez un travail que vous aimez et vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie »...

                                                              Je pense sincèrement que tant que le monde s’évertuera à « chercher un boulot » au détriment de construire un projet sur ses envies et ses souhaits, quitte à créer son boulot par lui-même, et bien nous nous enfonceront inexorablement vers les abysses

                                                              82% des gens, selon un sondage font un travail « alimentaire », j’en conclus que seulement 18% des gens qui travaillent sont biens dans leur tête !!! ça fait peur !!! et ça explique aussi cette déferlante de sujets excédés et remontés à bloc comme on peut le ressentir ici !!! Et ce phénomène induirait sans doute moins d’animosité dans cette gueguerre « il gagne trop, moi pas assez »

                                                              Nous ne naissons décidément pas dans cette vie qui, par une loi universelle et inconditionnelle octroierait à chacun, un travail avec un bon salaire, il faut cesser de vivre éternellement dans les rêvasseries d’enfant et que chacun repose les bases de ce qui est susceptible de lui construire une vie harmonieuse, et en minimiser les contraintes

                                                              Il n’y a pas que l’argent dans la vie, et j’ai remarqué que ceux qui ne cessent de se plaindre ne sont justement pas les plus à plaindre !!! Et c’est encore plus exécrable quand ces mêmes individus prétendent penser et agir pour les autres. Moi je vois que de la jalousie.

                                                              J’en ai rien à faire des riches, tant mieux si la plupart deviennent cons, et je suis devenue indifférente à ces gens depuis que je me suis réalisée dans ce que j’aime faire et qui me fait vivre, sans la pression d’une hiérarchie ténardiesque, car moi aussi j’ai donné, mais j’ai préféré me donner les moyens d’en sortir plutôt que d’attendre que ça me tombe dans le bec. E je ne prends jamais de vacances, ou alors qqes jours par ci, par là. Je n’en ressens pas le besoin car j’aime mon activité.

                                                              Ras le bol à la fin d’entendre éternellement les plaintes sans qu’aucun effort ne soit réalisé, d’autant qu’on le sait maintenant, ce n’est pas faute d’ignorance, chacun sait que ce n’est pas la politique qui réglera le problème. C’est tout un chacun

                                                              « ...Si tu veux voir le monde changer, commence par changer toi même » et que chacun pose sa pierre et fasse sa part. C’est ça la vie en société !!! Le colibris a été choisi pour illustrer cet adage... et il a un cerveau comme un petit pois !!! L’auteur a sans doute voulu insinuer bien plus que ce que l’histoire présente en 1ère lecture !!!

                                                              Sue ce bonne soirée


                                                            • olivier cabanel olivier cabanel 21 septembre 2017 08:11

                                                              @alinea
                                                              bah, pas sur que la tache soit si insurmontable.

                                                              des révolutions, il y en eu, pacifiques, ou pas, alors qu’elles semblaient si improbables.
                                                              qui aurait imaginé un jour que le grand charles, quitte le pays discrètement, ne sachant pas trop ce qui allait se passer.. ?

                                                            • Armelle Armelle 21 septembre 2017 09:44

                                                              @olivier cabanel
                                                              « qui aurait imaginé un jour que le grand Charles, quitte le pays discrètement, ne sachant pas trop ce qui allait se passer.. »
                                                              En revanche il savait ce qu’il devait faire, à savoir se rallier à la cause de churchill refusant lui, l’éventualité d’un armistice et d’une soumission au 3ème reich, comme l’on fait nos bons français collabos pétainistes sous dominance socialiste d’ailleurs !!!


                                                            • alinea alinea 21 septembre 2017 11:48

                                                              @Armelle
                                                              D’abord on est, puis on fait avec, puis on s’instruit pour se rassurer, se dire qu’on est dans le droit chemin... mais selon qui l’on est, on ne lit pas les mêmes choses !
                                                              Aujourd’hui ils sont nombreux à s’autoriser à être resquilleurs, approximatifs, incompétents, mais à se faire payer quand même... ! il semble que cette pseudo philosophie de la vie en a arrangé plus d’un.


                                                            • Armelle Armelle 21 septembre 2017 00:17

                                                              @olivier cabanel
                                                              « non, équitable veut dire : juste, impartial »

                                                              Vous avez un sérieux problème Monsieur CABANEL, pourquoi me reprenez-vous dans la contradiction alors que c’est justement ce que j’écris et dont je vous rappelle la formulation ;
                                                              "Cest juste le mot « EQUITABLE » qui pose problème, car « équitable » sous entend « différence » selon le respect de ce qui est dû à chacun dans la justice et l’impartialité"

                                                              C’est d’ailleurs la définition des différents dictionnaires Français, peut être n’avez-vous que la version communiste ?

                                                              Ce que vous semblez insinuer s’appelle ; L’EGALITÉ, et si à votre âge vous n’avez encore pas saisi la nuance, vous avez alors raté qqe chose

                                                              Ce n’est pas le tout d’écrire des articles sur de grands et importants sujets mais faut-il encore comprendre ce qu’on écrit !!!

                                                              Vous étiez donc contre le compte pénibilité si je comprends bien ce que vous nous dites ?

                                                              Pardonnez-moi mais votre arrogance est insupportable et vous manquez juste un peu de cohérence


                                                              • Jeff84 21 septembre 2017 04:10

                                                                @Armelle
                                                                Il est complètement borné, et incapable de considérer la moindre critique, même sur un tel concept, tellement simple qu’il suffit d’ouvrir un dictionnaire.


                                                                Vous perdez votre temps.

                                                              • Armelle Armelle 21 septembre 2017 09:00

                                                                @Jeff84

                                                                Mais non justement, j’aime assez échanger avec certains comme Mr CABANEL qui, encore une fois ici, dit tout et son contraire. C’est amusant car en général quand on ne comprend pas tout, on fini par tout mélanger et dire de grosses conneries !!!
                                                                C’est exceptionnel le Monsieur prétend que la solution est dans le partage équitable des richesses et dans un même temps, nous écrit qu’un salaire de 1500 euros est « quasi pareil » qu’un salaire de 2200 euros !!!
                                                                Allez comprendre ce qui se passe dans tête ?


                                                              • hervepasgrave hervepasgrave 21 septembre 2017 11:00

                                                                @Armelle
                                                                Bonjour, ce matin a la lecture de ton commentaire ,j’ai hésité a répondre. Maintenant le hasard décidément en décide autrement. Et puis pour le (te) retrouver ,j’avais oublié pour commencer, ton pseudo ?!
                                                                Mais plus sérieusement,quoi de mieux que de donner des exemples de la vie courante .C’est déjà humoristique ,certainement plus parlant et n’a pas a souffrir de fabrication de personnes qui vivent dans un autre monde ! lequel ?
                                                                Je suis a l’instant de retour d’un commerce qui va du tabac,resto et pompes de carburant.
                                                                L’histoire est la suivante :
                                                                Le patron du commerce demandait pourquoi il ne se servait pas de carburant ,car il bloquait la circulation au chauffeur du poids lourd en question.
                                                                Le chauffeur lui dit qu’il attendait que l’autre chauffeur de l’autre poids lourd de la même société ait fini son plein.Car il ne savait pas combien était crédité sa carte de paiement. A la rigueur s’il pouvait passer la carte dans l’appareil ,il le saurait. réponse négative du taulier .Le chauffeur prétextant que s’il faisait 400 ou 500 litres et que la limite était dépassée,il devrait payer de sa poche ! Quelques personnes qui buvaient là leur café lançant « quand même cela doit déjà faire une petite somme »
                                                                J’ai pris la parole en disant qu’ils ne s’apercevait pas que ces chauffeurs n’étaient pas de vulgaires ouvriers et que c’était au regard de leur salaires « une pacotille » rire général.Et oui ! 4/500 litres de gaz-oil qu’est-ce 4/600 € .
                                                                Voila comment les commentateurs devraient prendre la chose.Au propre jeu de ces maitres autoproclamés.
                                                                Si je retombe sur un te tes commentaires ,je me ferais une joie de l’illustrer si l’occasion se présente.
                                                                cestpasgrave !


                                                              • olivier cabanel olivier cabanel 21 septembre 2017 13:15

                                                                @Armelle
                                                                Pfff...

                                                                 smiley

                                                              • rocla+ rocla+ 21 septembre 2017 08:01

                                                                Equitable  en langage  de gauche veut dire file moi ton oseille et casse toi . 


                                                                • olivier cabanel olivier cabanel 21 septembre 2017 08:06

                                                                  @rocla+
                                                                  Pfff...


                                                                • Armelle Armelle 21 septembre 2017 09:26

                                                                  @rocla+

                                                                  ...Le socialisme des uns s’arrête là où prend fin l’argent des autres !!!
                                                                  On peut finir par en rire tant cette hypocrisie est profonde !!! l’altruisme et le souci du partage et du mieux vivre pour son voisin ne se lit pas dans l’idéologie socialiste, ils se mesurent tous les jours à travers ce que l’on fait réellement pour les autres. Alors que fait notre ami Mr Cabanel tous les jours, à part « penser » socialiste et tous les 5 ans, poser son PQ rose dans la boîte ?
                                                                  Finalement au fil des articles successifs on constate que ces gens sont bien plus obnubilés par les « enfoirés de riches » qui s’en mettent plein les poches, que par le SDF(dont Mr Cbanel est le riche d’ailleurs) qui mange rarement à sa faim et dort dehors. ...le nivellement par le haut en se foutant totalement de ce qui peut bien se passer en bas, là, sur le trottoir
                                                                  Tenez d’ailleurs, 5 ans de socialisme avec Hollandouille et ses bras cassés et toujours une moyenne de 500 morts par an de faim et de froid dans nos rues !!! Effectivement, pas de doute, le socialisme est d’une efficacité re-dou-ta-ble !!! 
                                                                  La boboïtude me sort par les yeux
                                                                   


                                                                • gaijin gaijin 21 septembre 2017 09:58

                                                                  @Armelle
                                                                  « sont bien plus obnubilés par les « enfoirés de riches » qui s’en mettent plein les poches, que par le SDF »

                                                                  c’est peut être que comme ces dernières années le prouvent plus il y a de riches plus il y a de pauvres ................
                                                                  traiter les pauvres de fainéants ne semblant pas les aider a devenir riches ( toujours cette brioche ) d’ailleurs les riches aiment les pauvres ( ce qui est prouvé par le fait qu’on en importe )
                                                                  ce sont les gens de gauches qui n’aiment pas les pauvres !
                                                                  souvenez vous de coluche : « on n’a plus le droit d’avoir faim ni d’avoir froid »
                                                                  salaud !
                                                                  laissons donc aux pauvres les derniers droits qui leur restent


                                                                • Armelle Armelle 21 septembre 2017 10:00

                                                                  ...à l’image de mon client parisien, qui est un méchant socialiste, milite à fond, ne cesse de critiquer les riches et avec 7500 euros de revenus (avec sa femme) et qui ne trouve en revanche pas du tout injuste de ne payer que 480 euros de loyer pour un F3 dans Paris, tout ça parce qu’il bénéficie d’un logement social depuis 30 ans et se garde bien de laisser sa place malgré son évolution de salaire et comme les bailleurs ne peuvent les virer...
                                                                  C’est ça le socialiste !!! c’est prétexter la « vraie » misère des uns pour jalouser la richesse des autres en espérant que celle-ci soit redistribuée !!!


                                                                • Jeff84 21 septembre 2017 14:54

                                                                  @Armelle
                                                                  Ah ça, le socialiste n’oublie jamais de prendre une grosse louchée d « équité » pour lui-même.


                                                                  Tiens, vous ne seriez pas comptable, à connaître les revenus de vos clients ?

                                                                • rocla+ rocla+ 21 septembre 2017 10:08

                                                                  Vrai Armelle , 


                                                                  Et surtout  ,  ce que beaucoup ne savent pas , c’ est que un «  métier à la con » 
                                                                  que j’ ai pratiqué d’ une certaine manière en étant ouvrier boulanger dans une grande 
                                                                  boite suisse   , puisque je découpais pendant des heures des morceaux de pâte , à la main
                                                                  des 300 gr  puis des 500 gr etc .. , m’ a amené plus tard à me mettre à mon compte et de bien gagner ma vie . 

                                                                  Cette opération a depuis été mécanisée  , comme d’ autres ; dans les années 60 on pratiquait 
                                                                  encore le rouleau à pâtisserie , un travail d’ athlète et maintenant il y a des laminoirs partout .

                                                                  Par certains aspects tous les métiers ont une part de métier à la con ...

                                                                  Ce dont il faut surtout se départir , c’ est la part de connerie cervicale se trouvant dans la tête de l’ occiput . 

                                                                  • Armelle Armelle 21 septembre 2017 10:40

                                                                    @rocla+
                                                                    « Par certains aspects tous les métiers ont une part de métier à la con ... »

                                                                    Oui mais certains plus que d’autres quand même !!!
                                                                    Tenez ; Contrôleur fiscal, huissier... Quelle horreur, comment font-ils ???
                                                                    Vous vous rendez compte ces pov gars !!! devoir faire le « collabo » ou mettre les gens dehors, piquer leurs meubles...Quelle horreur. C’est quand même un plus sale boulot que d’arracher des chenillettes dans le champs d’asperges ou passer l’aspirateur dans le bureau du méchant patron, non ?


                                                                  • rocla+ rocla+ 21 septembre 2017 11:27

                                                                    @Armelle


                                                                    Oui  , se lever matin  en étant Inspecteur du fisc ...combien de petits artisans se font lever par des comptables nuisibles et prévaricateurs  , j’ en connais des dizaines s’ étant fait avoir par des escrocs faisant avec pignon sur rue  et qui dévalisent leur client en établissant des séries de faux documents , clients qui se retrouve ensuite entre les mains du fisc de l’ urssaf ou du RSI qui réclament  toutes les sommes à l’ assujetti qui n’ en peut mais ...

                                                                    Oui  ces métiers de vautours comme contrôleurs fiscaux indélicats huissiers corrompus et organismes sans âme  sont la honte d’ un système  de merde laissant sciemment filer des milliards d’ impôt  de sociétés multinationales en traquant  un petit travailleur indépendant
                                                                    qui mouille sa chemise . 

                                                                    Ne pas oublier de citer les charognes judiciaires s’ occupant de vendre  les boites faisant faillite et qui s’ en mettent plein les fouilles ...

                                                                  • Armelle Armelle 21 septembre 2017 11:45

                                                                    @rocla+
                                                                    Ha oui vous voulez parler de ces fameux « liquidateurs » , c’est amusant d’ailleurs comme terme car finalement on ne sait vraiment s’il s’adresse à l’entreprise ou au patron lui même !!!
                                                                    J’en ai connu un qui a fini en tôle, il « oubliait » sciemment certains actifs sur l’inventaire, et les refilait à son pote commerçant de matériels en tout genre, qui les revendait et se partageaient le magot !!! tout ça dans le dos de l’entrepreneur anéanti. Il a prit 4 ans !!! et sans doute au chômedu encore aujourd’hui...
                                                                    ...Les pires races d’enfoirés que la terre puisse porter...


                                                                  • Jeff84 21 septembre 2017 15:07

                                                                    @Armelle
                                                                    Et dire que j’ai passé le concours pour être inspecteur des impôts, et même que j’ai postulé pour être inspecteur de l’URSSAF. Rien que d’y penser maintenant, j’en ai des frissons...


                                                                  • Armelle Armelle 22 septembre 2017 00:15

                                                                    @Jeff84
                                                                    Ouf !!!!! C’était moins une !!!


                                                                  • Surya Surya 21 septembre 2017 10:30

                                                                    Bonjour Olivier,


                                                                    Autrefois, il y avait des ouvreuses dans les cinémas. Ca existait encore quand j’étais gamine. 

                                                                    Le bon côté de la chose, c’est que c’est agréable d’être accueillis, et puis ça participait à l’ambiance si spéciale des cinémas d’autrefois, qui n’existe quasiment plus aujourd’hui.

                                                                    Le côté négatif de la chose, c’est qu’on ne pouvait pas choisir où s’assoir. 

                                                                    Et le côté inutile, c’est que d’une part elle contrôlait votre billet, or si on passe par la porte officielle, c’est forcément qu’on a un billet, (sinon on entre dans la salle une fois l’obscurité établie, et par la porte de sortie, voir « L’argent de Poche » de François Truffaut) et surtout que son rôle se bornait à descendre quelques marches et tendre la main pour vous indiquer un rang. C’est tout. Puis elle tendait de nouveau la main, mais cette fois dans votre direction. Et c’était une obligation incontournable de donner de l’argent pour cela. Je n’ai jamais compris ce truc. 

                                                                    Pour ce qui est du revenu universel, le problème que je n’arrive pas à résoudre à ce niveau, c’est : comment cela va-t-il être financé ? Et en plus sur le long terme ? 

                                                                    Imaginons une augmentation des impôts supportée par ceux qui complèteront ce revenu universel par un travail, cela va vite engendrer du ressentiment envers ceux qui se contenteront de ce revenu universel, parce que ce revenu sera suffisant pour leurs besoins personnels (exemple : ils vivent à la campagne, font pousser leurs légumes, ont des poules, etc...) qui ne pourront qu’être modestes, mais on arrive à vivre sans frustrations pour peu qu’on ne soit pas accro à la consommation et au shopping. Il y aura toujours des gens, à côté de ça, qui seront contraints de compléter le revenu universel par un travail quelconque, et je crains que ça ne fasse (sur le long terme) que diviser un peu plus la société.

                                                                    Et comment financer autrement que par l’impôt un revenu universel ? TOUT n’est-il pas financé par des impôts ? (Sur les sociétés, les revenus, la TVA, etc etc...)

                                                                    Sans parler de ces entreprises qui génèrent des milliards puis ensuite s’arrangent pour ne pas payer d’impôts,(ça c’est encore un autre problème et il faut en effet rectifier ce genre d’abus), l’expérience a montré que les entreprises qui ont des capitaux, et donc la possibilité de se développer, ne s’installent pas dans les pays qui ont un fort taux d’impôt sur les sociétés, parce que cela freine leur développement et donc, forcément, l’embauche. Une entreprise qui ne se développe pas, elle n’embauche pas, puisqu’elle n’a aucun emploi à créer. Donc faire supporter le financement du revenu universel par les sociétés, elles vont juste faire leur bagages et partir s’installer ailleurs. C’est déplorable mais je suis prête à parier que c’est exactement ce qui se passerait. 

                                                                    Donc comment financer cette utopie qu’est le revenu universel ? Les utopies sont belles, mais elle résistent rarement à la réalité.

                                                                    • Armelle Armelle 21 septembre 2017 11:05

                                                                      @Surya
                                                                      « Sans parler de ces entreprises qui génèrent des milliards puis ensuite s’arrangent pour ne pas payer d’impôts »

                                                                      Votre conclusion concernant le R.U est pleine de lucidité, en revanche je souhaitais vous proposer une autre formulation du propos ci-dessus ;

                                                                      « Sans parler des services de l’état qui, dans une oisiveté profonde, sont incapables de lever l’impôt et les charges sociales des grosses entreprises », en revanche ils parviennent avec une facilité déconcertante à « chopper » le pauvre citoyen qui à eu le malheur d’oublier un petit 500 euros de revenu sur sa déclaration !
                                                                      Alors de deux choses l’une ;
                                                                      La même lucidité nous indiquera qu’il n’y a QUE deux raisons possibles ;
                                                                      -Soit les services fiscaux sont totalement incompétents
                                                                      -Soit le copinage entre nos politico-technocrates d’opérette et les grands patrons est au beau fixe !!! et insinuerait qqe part que ces premiers n’ont finalement AUCUN pouvoir !!!
                                                                      « ...Votez Mesdames, Messieurs !!! choisissez votre avenir !!! » nous dit-on ! bah voyons

                                                                      Non il n’y a pas d’entreprises qui fraudent, il n’ y a QU’un état défaillant et incompétent qui, au nez du citoyen se permet de camoufler sa médiocrité en fabriquant un ennemi en le qualifiant de fraudeur...tout ça afin de bien « diviser » et rallier à sa cause un peuple désabusé et outré !!!


                                                                    • Surya Surya 21 septembre 2017 11:47

                                                                      @Armelle

                                                                      « « Sans parler des services de l’état qui, dans une oisiveté profonde, sont incapables de lever l’impôt et les charges sociales des grosses entreprises », en revanche ils parviennent avec une facilité déconcertante à « chopper » le pauvre citoyen qui à eu le malheur d’oublier un petit 500 euros de revenu sur sa déclaration ! »


                                                                      Alors là je suis tout à fait d’accord ! C’est toujours sur les petits qu’on s’acharne. Aussi parce qu’on sait très bien qu’ils n’ont pas les moyens de se payer des avocats, alors qu’une grosse entreprise, elle aura des tas d’avocats à sa disposition.

                                                                      Pour ce qui est des grosses entreprises, je ne crois pas que ce qu’elles font est illégal, je crois que c’est parfaitement légal, mais c’est immoral. Maintenant, leur rôle, c’est de faire du fric, pas d’être des philanthropes. C’est la loi qu’il faut changer, de telle sorte que ce qu’elles font légalement aujourd’hui devienne illégal demain. 


                                                                      Il y a un truc que je viens de découvrir : désolée de dévier un peu la conversation, mais en parlant des petits sur qui on tape, cela m’a fait penser à la chanson-sketche de Coluche « Misère Misère », et écoutez bien ce qu’il dit à la minute 20 (1 mn et 20 secondes) « Attendez que la gauche passe... » avec Mireille Mathieu qui avait milité pour Sarkozy...
                                                                      Et tout le monde y va de son petit commentaire en dessous, c’est un visionnaire, un génie etc. J’y crois pas un seul instant à ce truc du « il était visionnaire ». 

                                                                      En fait, ça m’a juste rappelé une conf de Joel de Rosnay en 2008 à la Villette, à laquelle j’avais assisté (c’est d’ailleurs là que j’ai appris l’existence d’Agoravox.) J’ai retrouvé l’extrait, écoutez à partir de la minute 58, je me demande si ce n’est pas de cela dont il s’agit, en fait de « Coluche visionnaire ».

                                                                      Il me semble que Joel de Rosnay développait ensuite cette problématique de la manipulation, il disait je sais plus quoi, qu’on peut mettre votre image dans une manif en vous faisant dire des trucs qui vont à l’encontre de vos convictions, afin de vous décrédibiliser, et je me souviens que ça m’avait vachement marqué ce truc. 

                                                                      Ca doit être dans la conférence suivante, issue de la même série de confs à la Cité. Je vais continuer à écouter la fin de la vidéo pendant que je fais autre chose, puis écouterai la conf suivante si j’ai pas trouvé. 



                                                                    • Surya Surya 21 septembre 2017 11:51

                                                                      Conf de Joel de Rosnay, écoutez plutôt à partir de la minute 58.30, désolée.


                                                                    • Armelle Armelle 21 septembre 2017 12:49

                                                                      @Surya
                                                                      Mais bien sûr c’est la loi qu’il faut changer !!!
                                                                      Mais que fait alors notre législateur si vénéré par le peuple ? dont le crédit qu’il lui porte est illimité, jusqu’à accepter ses escroqueries dont on a vu l’ampleur il n’y a pas si longtemps !!!
                                                                      Mais comment a t-on pu être hypnotisé à ce point ? jusqu’à en faire une véritable religion ?
                                                                      On sait qu’une entreprise qui ne se fait payer termine ne liquidation, et l’on mettra en évidence l’incompétence du patron !!! L’état c’est la même chose...
                                                                      OK pour la vidéo


                                                                    • Surya Surya 21 septembre 2017 13:03

                                                                      Pour compléter ce que j’ai dit sur la vidéo de Coluche et les confs de 2008 de Joel de Rosnay :



                                                                      Ecoutez à partir de 1 heure, 1 minute et 20 secondes.

                                                                    • olivier cabanel olivier cabanel 21 septembre 2017 13:10

                                                                      @Surya
                                                                      le revenu universel est facilement gérable

                                                                      je l’ai déjà expliqué dans quelques articles que tu trouveras dans la liste à la fin de celui çi
                                                                      mais si tu ne trouves pas, je t’envoie le lien
                                                                      merci en tout cas de ton intervention
                                                                      amicalement



                                                                    • Surya Surya 21 septembre 2017 13:19

                                                                      @olivier cabanel


                                                                      Je vais aller lire ça. Merci Olivier et passe une très bonne journée. 

                                                                    • Armelle Armelle 21 septembre 2017 13:22

                                                                      @Surya
                                                                      Hé oui !!!
                                                                      Nos politiques pourront alors bientôt faire parler leurs concurrents dans le langage qu’ils souhaite, par exemple faire apparaître notre Merluche en conférence et lui faire dire que le libéralisme est l’avenir de l’humanité !!! ou bien manipuler des vidéos de débats permettant de prouver « ben vous voyez je le disait déjà en 2018 !!! »
                                                                      Enfin voilà tout un monde prometteur en terme de nouveaux métiers et petits jobs en tout genre...


                                                                    • olivier cabanel olivier cabanel 21 septembre 2017 17:06

                                                                      @Surya
                                                                      merci !

                                                                       smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès