Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Une France mal à droite

Une France mal à droite

Si on se penche sur l’histoire de notre pays, alors que la population française est majoritairement à gauche, paradoxalement, la plupart des partis politiques se trouvent dans le camp opposé…et même si sous des sigles et des bannières trompeuses, chaque parti se dit vouloir représenter « le peuple »…une seule préoccupation les habite : prendre le pouvoir.

Avant tout, il faudrait remonter un peu dans le temps, aux glorieuses heures de 1789, ou plus exactement un peu après, car chacun sait que la première « révolution française », ne fut qu’une manipulation orchestrée par la classe bourgeoise, afin de destituer le roi, en armant la population…puis une fois chose faite, proposant aux insurgés vainqueurs de leur racheter les armes qu’ils avaient généreusement distribuées.

Mais, quelques temps après, probablement après avoir compris de quelle manière ils avaient étés manipulés, le peuple français repartait à l’assaut…

Il fallut alors que la classe bourgeoise s’allie avec les monarchistes, et quelques armées étrangères pour reprendre le pouvoir.

Henri Guillemin, le célèbre historien, l’a expliqué, preuves à l’appui, à plusieurs reprises dans des vidéos devenues cultes, grâce à l’INA (institut national de l’audiovisuel). lien

Depuis, force est de reconnaitre que la bourgeoisie a définitivement remplacé la monarchie, d’autant qu’elle avait profité de la révolution pour s’emparer des richesses du clergé, et des aristocrates. lien

Il y a bien eu le sursaut de La Commune, révolte vraiment populaire, noyée dans le sang par un certain Thiers, et une classe bourgeoise et aristocratique qui est allé chercher les armées étrangères pour mater la révolte un triste 28 mai 1871. lien

Finalement il faut bien constater qu’alors que la population française est restée majoritairement à gauche, les principaux partis qui composent notre pays sont positionnés à droite.

Pour s’en convaincre, il faut se remettre en mémoire le fameux référendum du 21 octobre 1945 dans lequel un très grand nombre de français s’exprima démontrant qu’il était majoritairement « de gauche ». lien

Mais il faut pointer aussi la réalité d’une démocratie bien chancelante dans notre pays, puisque pour obtenir un référendum, les conditions sont si draconiennes que pour le faire aboutir, c’est quasiment mission impossible.

D’ailleurs en France le référendum d’initiative populaire, c'est-à-dire un référendum organisé à l’initiative d’une fraction du corps électoral n’est pas prévu par la constitution.

Dans d’autres pays, La Suisse, l’Italie, la Californie… le référendum d’initiative populaire donne aux électeurs un droit de véto sur certains textes que le Parlement vient d’adopter. lien

En Suisse, il suffit de 50 000 électeurs pour lancer la procédure, (au niveau fédéral, il en faut 100 000) et en Italie, 500 000.

L’illusion démocratique est donc en place en France, et au-delà des scrutins qui ne sont pas proportionnels, donc injustes, il faut bien savoir que le vote blanc, même s’il sera comptabilisé pour les prochaines européennes, ne rentre pas en compte dans le résultat final, alors qu’en toute logique, si les bulletins blancs étaient plus nombreux que tous les autres bulletins, cela devrait invalider les voix de tous les autres candidats.

Résultat, l’abstention galopante, et de plus en plus importante, des électeurs qui ne veulent plus jouer à un jeu où les dès sont pipés dés le début.

Le vainqueur d’une élection sera celui qui aura eu le plus de soutiens financiers, quitte à se faire financer discrètement, voire illégalement, et qui aura réussi à faire avaler tout cru les promesses largement prodiguées.

La dernière élection en est la preuve flagrante.

En effet, tous les partis majoritaires, UMP, PS, et FN sont, sans contestation possible situés à droite de l’échiquier politique…même si au PS, une frange manifestement minoritaire continue de se positionner à gauche…le FN ayant l’originalité d’être quasi monarchiste, le pouvoir se transmettant quasi par parenté.

D’autres partis, moins importants en termes de militants, Modem, UDI, penchent aussi à droite et même chez les verts, quid de Placé ? lien

Pour s’en convaincre, il faut voir la réalité sur le terrain lorsqu’ils arrivent au pouvoir.

On a vu avec quelle rapidité le PS de François Hollande a viré de bord, reniant ses promesses, et se mettant sciemment du coté du monde de la finance et des grands patrons, à tel point qu’on imagine sans peine un Manuel Valls qui serait demain 1er ministre d’un Sarközi, dont la proximité est évidente sur cette photo. lien

Jacques Godfrain avait écrit…c’était en 1993… « Les socialistes aiment tellement les pauvres qu’ils en fabriquent »…ce qui lui avait valu le prix de l’humour politique. lien

Et quid de l’argent que perçoivent, lorsqu’ils ont quitté le pouvoir, les anciens présidents de la République ?

Si l’on prend le cas de François Hollande, il recevra dès la fin de son mandat 15 114 € par mois puisqu’il aura cumulé 235 € de retraite de maire, 3473 € après son passage à la Cour des comptes, 6208 € de retraite de député, 5184 € de retraite de président de la République, 545 € pour ses activités d’enseignement, et quelques euros supplémentaires pour ses activités d’avocat, soit un total annuel de 181 368 €. lien

Pour ne pas faire de jaloux, les présidents précédents reçoivent beaucoup plus..

Giscard arrive en tête avec 2,5 millions annuels, suivi par Sarközi avec 2,2 millions, Chirac fermant la marche avec « seulement » 1,5 millions, mais il faut ajouter à ces chiffres les 6000 € mensuels comme ex-président, et les 12 000 € pour ceux qui, comme Giscard, siège au Conseil Constitutionnel. lien

La place est donc bonne à prendre…lien

Au-delà de ces salaires et autres avantages discutables,(voiture de fonction, garde du corps..) qui, pour éviter la tentation du « carriérisme politique », devraient être des avantages purement symboliques, on pourrait aussi s’interroger sur le nom que les différents partis se donnent.

Selon des sources se disant bien informées, l’UMP deviendrait bientôt « les républicains », ce qui range tous les autres partis dans le camp des « non républicains », et ce qui pourrait énerver quelques sarközistes, comme Nadine Morano qui affirmait, il y a peu, que le Front National n’était pas antirépublicain. lien

Le PS deviendra-t-il demain « les démocrates » et Le FN se changera-t-il en « les marinistes » ?...

Mais quel que soit le nom des partis, ce sont bien les mêmes qui sont au pouvoir, et depuis des lustres, et qui eux, ne sont pas près de changer.

N’est-il pas troublant de constater que le programme du RPR de 1990 était quasi identique à celui du FN d’aujourd’hui ?

« Fermeture des frontières, suspension de l’immigration, réserver certaines prestations sociales aux nationaux, incompatibilité entre l’Islam et nos lois » tel était en effet le programme du parti qui allait devenir quelques temps après l’UMP. lien

N’est-il pas étonnant de constater que la chasse aux pauvres est ouverte, tant à l’UMP, qu’au PS, ou au FN.

Ce dernier suspecte des pauvres d’avoir indument perçu le RSA, ou d’autres avantages sociaux, évoquant une future chasse à la fraude sociale quand ils seront au pouvoir. lien

L’UMP en fait de même, proposant de plus une mesure qui obligerait les bénéficiaires du RSA d’offrir des heures de travail. lien lien

Quant au PS, il envisage de baisser encore un peu plus les salaires, sous la houlette de Macron, qui juge que les français sont trop payés. lien

Comme on le voit, les frontières sont de plus en plus poreuses entre tous ces partis majoritaires.

D’ailleurs même l’UDI (alliance des démocrates et indépendants) chère a Jean-Louis Borloo, qui se veut pourtant centriste, se rapproche de l’extrême droite : lors des récentes départementales Corinne Païocchi, présidente de l’UDI dans le Vaucluse, a quitté son parti, pour rejoindre le FN, en déclarant : « rien en Vaucluse ne peut se faire sans le rassemblement Bleu Marine ».lien

Alors comment ne pas s’étonner du désengagement des électeurs, qui, en s’abstenant, sont devenus le premier parti de France.

Ne serait-il pas temps de changer la donne, de donner réellement la parole au peuple, ne faisant de l’élu qu’un outil pour appliquer le programme voulu par le plus grand nombre, au lieu de permettre à l’élu une fois en place de n’en faire qu’à sa tête ?

Comme l’écrivait Jean Keim, sur ce site, la France n’est pas une démocratie. lien

N’est-il pas grand temps de faire éclore une nouvelle république, réellement sociale, égalitaire, et démocrate, avec au menu l’inéligibilité pour un élu condamné par la justice ? (pétition) ce qui devrait faire du nettoyage vu que UMP, PS et FN ont accumulé les condamnations, le pompon revenant au FN. lien

Ajoutons une prise en compte des votes blancs, capable de recaler tous les candidats si les « blancs » étaient majoritaires, et notre pays pourrait commencer à ressembler à une démocratie. lien

Mais comme dit mon vieil ami africain : « il est plus facile de tromper les gens que de les convaincre qu’ils ont été trompés  »

L’image illustrant l’article vient de quizz.biz/quiz

Merci aux internautes pour leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Articles anciens

Des sans-culottes aux sans-dents

Gouverner, c’est pleuvoir

le bras d’honneur hollandais

UMP, naufrage annoncé

Qui peut sauver l’UMP ?

Quand c’est fini, Sarkomence

La chasse aux « bige millions »

La jolie vie des parle menteurs

Hollande, terre de mirage

Hollande, le futur louis XVI

Le désamour citoyen

Dassault, expert en vol de voix ?

L’odeur nauséabonde de l’argent

La victoire des délinquants

Des sous et des déçus

De Woerth à Cahuzac

On a marché sur la thune

La France avance avec une canne

L’un promet, l’autre agit

La droite en rêvait, Hollande l’a fait

Le changement, ce n’est pas tout de suite

Le poisson d’avril hollandais

En marche pour une 6ème

Un président tétanisé

La taxe carbonisée

La retraite au flamby

Qui Hollande trompe-t-il vraiment

Hollande, un pays au plus bas

Des sous et des déçus

La sauce hollandaise ne prend pas

L’improbable révolte des sans

Qu’est-ce qui cloche ?

Monsieur « Plan Plan »

Je n’aime pas les riches

Faire sauter la banque


Moyenne des avis sur cet article :  2.68/5   (62 votes)




Réagissez à l'article

140 réactions à cet article    


  • fred.foyn Le p’tit Charles 14 avril 2015 08:58

    +++

    (la population française est restée majoritairement à gauche)..Pas si sur..avec l’économie de marché qui est la notre (celle du profit du bas de l’échelle au plus haut) il est difficile de croire à cette gauche irréelle malgré des partis politiques se prétendant d’elle.. ?
    Je pense plutôt à un positionnement des politiciens pour se placer avec une étiquette qui puisse leur donner l’illusion d’une lutte qui pour ma part vu les résultats actuels n’est qu’un coup d’épée dans l’eau..
    Les rares acquis obtenus s’envolent les uns après les autres ce qui prouve (il me semble) que le système n’est en rien politique mais économique.

    • olivier cabanel olivier cabanel 14 avril 2015 09:07

      @Le p’tit Charles
      oui, c’’est possible aussi...mais ne croyez vous pas à cette réalité d’une France frondeuse, à l’opposée d’une France conservatrice...d’une France citoyenne qui n’en peut plus des règles pseudo démocratiques qui lui sont imposées ?

      ce qui n’empêche pas un réalisme économique...sauf qu’il est largement inégalitaire, ne serait-ce que par rapport aux écarts de salaires.

    • fred.foyn Le p’tit Charles 14 avril 2015 09:23

      @olivier cabanel..La France frondeuse pour l’instant est minoritaire et ne peut pas faire grand chose..(elle à toujours existé) Quand je vois 5 millions de gens qui descendent dans la rue pour Charlie..là je me dis que ça ne va plus (même si la manifestation organisée par le gouvernement pouvait paraître légitime..)..Il existe un décalage (pour le peuple) entre la réalité et les sirènes des politiciens..Inégalité des salaires oui bien sur et tant d’autres choses importantes...qui ne rassembleront jamais 5 millions de personnes...Ou est l’erreur.. ?


    • olivier cabanel olivier cabanel 14 avril 2015 09:27

      @Le p’tit Charles
      que le gouvernement ait tenté de récupérer « l’effet charlie » est évident...mais je crois que sans le gouvernement, les 5 millions auraient tout de même été dans la rue, au nom des libertés.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 15 avril 2015 02:42

      @olivier cabanel


      Bonjour Olivier

      J’ai une vision bien hérétique du clivage Gauche-Droit et je crois,hélas, que c’est la bonne et qu« elle explique tout. Dans tous les partis, la valetaile et les troupiers sont ou se disent ce qu’on leur de dire dire qu’ils sont : démocrates, republicains, etc, ce qui est le comportement correctemnet soumis de ceux qui se veulent égaux les uns aux autres : ils sont une »Gauche«  de fait

      Au dessus de cette plèbe, dans tous les partis, de Gauche comme de Droite, il y a une petite minorité qui gère les quidams et domine, qui retire des avantages et finit par diner au Cercle, avec les autres élites... Elles se conduit comme une Droite.... Il faut se rendre à l »évidence que la Droite est TOUJOURS au pouvoir, car quiconque a le pouvoir, quelle que soit l’étiquette don il se réclame, pense et se conduit vite comme une créature de Droite.. Cela est bäti dans la démocratie représentative...et rien ne le changera sauf une démocratie directe... dont on ne surprendra pas qu’elle ne soit pas si populaire auprès des élites des partis.

      Normal, donc, que les structures soient de Droite alors que les effectifs sont de Gauche. La sseule source d’étonnemnet est que ce décalage soit affiché avec une telle impudence.

      Pierre JC




    • olivier cabanel olivier cabanel 15 avril 2015 07:52

      @Pierre JC Allard
      bonjour Pierre

      je partage totalement, et remercie.
      très bonne journée

    • arcadius arcadius 14 avril 2015 09:23

      bonjour

      « chaque parti qui se dit vouloir représenter « le peuple »…une seule préoccupation les habite : prendre le pouvoir. »....

      un éclair de lucidité..... ?

      comme quoi il ne faut désespérer de rien

      ni de personne ... smiley
      bonne journée


      • Alex Alex 14 avril 2015 09:35

        Bonjour Olivier

        Un peu déçu par cet article bien moins amusant que le précédent (difficile à surpasser), mais qui a le mérite de me donner une idée « verte ».
        Si j’ai bien compris, le courant passerait entre PS et UMP : il suffirait donc de planter une électrode dans le fondement de l’UMP et une autre dans celui du PS pour obtenir une pile. En outre, l’alternance entre ces deux partis permettrait d’obtenir du courant alternatif sans le « transfo » proposé précédemment.
        Qu’en pensez-vous ?


        • olivier cabanel olivier cabanel 14 avril 2015 10:01

          @Alex
          disons pour être plus pragmatique que les trois partis principaux pourraient sans difficulté s’auto-remplacer, tant leurs valeurs sont convergentes... comme j’ai tenté de le prouver.

          d’ailleurs récemment, une mesure a été votée par tous les députés, fn y compris, pour allonger la durée de leurs versements de retraite, en cas de défaite électorale.
          ils sont quasi tous dans le même moule.
          même si j’ai conscience de pousser le bouchon assez loin.
           smiley

        • Alex Alex 14 avril 2015 10:04

          @olivier cabanel

          « les trois partis principaux pourraient s’auto-remplacer »

          Super ! On pourra même produire du triphasé !


        • Calva76 Calva76 14 avril 2015 13:59

          @Alex
          Alex enfin quoi, soyez sérieux : des pommes de terre triphasées ! smiley
          Relisez donc l’article de référence bon sang : elles sont MONOphasées. smiley
          Soyez à ce que l’on vous dit sacrebleu... smiley


        • Gasty Gasty 15 avril 2015 07:13

          @Calva76

           ???? Vous vouliez dire MOMOphasées ?


        • Calva76 Calva76 15 avril 2015 07:54

          @Gasty
          Aie oups houla, vous avez raison.
          Je vais immédiatement faire acte de contrition en relisant intégralement tous les articles concernant les patates qui tuent de par le monde. smiley
          J’en ferais un recensement exhaustif des espèces les plus à craindre. smiley

          Le principal est que notre lapin de labo ait survécu.
          Il semble être connecté actuellement sur un extenseur de gymnastique correspondant probablement à une radio FM à 432 MégaHertz (ou milliHertz) mais on s’en fout puisque la rigueur scientifique n’a aucune importance en sorcellerie.

          Ce n’est pas comme un musicien qui détectera immédiatement un VRAI LA naturel à 432 Hz au lieu du funeste LA normalisé (parait-il par les nazis) à 440 Hz pouaaaah, caca, beurk. smiley


        • César Castique César Castique 14 avril 2015 10:08

          « Si on se penche sur l’histoire de notre pays, alors que la population française est majoritairement à gauche... »


          Devrait être majoritairement à gauche, si on se réfère aux clichés, idées reçues, préjugés, caricatures et poncifs, véhiculés par la mouvance « progressiste »* à laquelle appartient Cabanel. 

          Depuis qu’existe l’élection du président de la République au suffrage universel, la gauche, toutes tendances, sectes et groupuscules confondus, n’a jamais atteint la barre des 50 % au premier tour.

          En 2012, face au Funès du Danube, au bilan pourtant calamiteux, elle n’a totalisé que 43.75 %, la gauche-majoritaire-dans-le pays.

          • lsga lsga 14 avril 2015 12:07

            on est d’accord pour une fois.
            La France est un pays PROFONDÉMENT ET MAJORITAIREMENT réactionnaire. 

            D’ailleurs, même la gauche française est réactionnaire... donc bon...
             
            Par contre, c’est un pays qui a une petite minorité Révolutionnaire parmi les plus efficace au monde. 

          • soi même 14 avril 2015 13:07

            @lsga, suivez agsi et vous avez la preuve si tous les Français étaient comme lui, il aurait raison .... !


          • Alex Alex 14 avril 2015 13:42

            @lsga

            D’après votre « raisonnement », la réaction s’opposant à l’action, il suffirait de remplacer les réactionnaires par des actionnaires.
            Karlito risque se retourner dans sa tombe !


          • lsga lsga 14 avril 2015 13:48

            Alex, la nullité intellectuel et politique.

             
             
            Ce qui s’oppose à la Réaction, c’est le progressisme révolutionnaire. 

          • lsga lsga 14 avril 2015 13:54

            pour compléter : les gens comme Calbaner croit que le pays est de gauche car nous avons le système social le plus fort d’Europe.

             
            Or, ce système social n’est pas le fruit des luttes sociales, il n’a pas été instauré par la gauche, il est le fruit du Pétainisme. 
             
            la gauche ayant renoncé au Marxisme à partir des années 50 va s’approprier l’État Providence pétainiste et chercher à faire croire qu’il est le fruit du Front Populaire et du SFIO. C’est bien entendu totalement faux.
             
            La France est réactionnaire, fascitoïde, et son modèle social en est une preuve supplémentaire.

          • soi même 14 avril 2015 14:05

            @lsga (La France est réactionnaire, fascitoïde, ) Extra Terrestre comme raisonnement, à se demandez si les petits gris ne te visitent pendant ton sommeil ?


          • lsga lsga 14 avril 2015 14:08

            @soi même
            Pétain, De Gaulle, Papon (sous VGE), Mitterrand : tous proviennent de l’Extrême Droite. 

             
            La Vème République, c’est le pétainisme dilué dans un soupçon de démocratie. 

          • soi même 14 avril 2015 14:18

            @lsga, et ton amour politique n’a t’ il pas couché avec Staline ?
            Va faire ta morale aux survivants du Goulags, je suis sur qu’ils seront à la hauteur de recevoir ton discourt de bourgeois défroqué ! 


          • lsga lsga 14 avril 2015 14:27

            @soi même
            quelle morale ? De quoi tu parles ? 


          • soi même 14 avril 2015 14:33

            Retardatus Congénital !


          • lsga lsga 14 avril 2015 14:33

            désolé, mais je n’ai pas fait de morale, à aucun moment donné. La morale : c’est vraiment pas ma came. 


          • Iren-Nao 14 avril 2015 14:55

            @lsga
            La France est réactionnaire, fascitoïde, et son modèle social en est une preuve supplémentaire.

            Si seulement c’était vrai...

            Mais hélas Isga ne dit que des conneries.

            Iren-Nao


          • lermontov lermontov 14 avril 2015 15:53

            @ lsga

            Belle acrobatie.

            Donc, dans un post, tu dis que l’extrême droite ne travaille pour le prolétariat ; et dans l’autre tu dis que tous les progrès sociaux (qui rendent la condition du prolétaire moins pénibles) viennent de l’extrême droite.

            Et hier, tu disais que Hitler n’était pas national-socialiste mais trucmuche-impérialiste. Or, tu dis là que l’extrême droite est socialiste. Or, tu dis aussi que l’extrême droite, c’est nazi. (à ce propos, aux us, il y a liberté d’expression, y compris meinkampfienne ; les usa sont -ils nazis ? Je dis ça parce que si on édite des livres nazis, c’est qu’on est donc nazi. D’aileurs Gf édite en poche le Manifeste coco ; Gf appartient à HAchette qui appartient à Pinault ; donc Pinault est communiste et marxiste !)

            Difficile de suivre tes jongleries, tovaritch. Le mieux étant au fond étant de suivre tes intentions : ’que cette salope de France crève’, ’que le tafta durcisse encore plus la condition du prolétaire’. Voilà la raison de tous tes mensonges. Dès que tu opines du gland (ce chapeau, mon Dieu !), c’est cette belle intention si charitable qui se trouve derrière.


          • lsga lsga 14 avril 2015 16:06

            progrès sociaux ? le progrès ne peut pas être social ou économique. il ne peut-être que politique, démocratique. Or, les acquis sociaux correspondent à un recul politique et démocratique. Ils sont donc une régression, en aucun cas un progrès. C’est systématique, depuis Napoléon. Ceux qui accordent des « acquis sociaux » le font pour justifier le recul démocratique qu’ils imposent. 

             
            Et Nazi, pour ton information, ça veut dire National Socialisme. C’est par exemple très proche du Stalinisme, qui est le « socialisme dans un seul pays »

          • lermontov lermontov 14 avril 2015 16:15

            @ lsga

            Tu fatigues, révolutionaire de carnaval.

            Pour parler d’acquis, ne faut-il pas qu’il y ait mouvement ? Si ce mouvement amène un surcroît, ne peut donc parler de progrès ?

            Donc, si je te suis, les acquis sociaux ne proviennent pas d’un mouvement, ils sont sans cause, etc. Ou bien veux-tu dévoiler le fond de ta pensée taftaïenne : les acquis sociaux sont une plaie à éradiquer ?


          • lermontov lermontov 14 avril 2015 16:20

            @ lsga

            « Par contre, c’est un pays qui a une petite minorité Révolutionnaire parmi les plus efficace au monde ».

            Arrête de te palucher, surtout à la troisième personne.


          • Ben Schott 14 avril 2015 16:37

            @lsga

            " Or, les acquis sociaux correspondent à un recul politique et démocratique. Ils sont donc une régression, en aucun cas un progrès. "

            Rien que pour oser écrire de telles âneries, je vous enverrais bien faire un stage de quelques années à gratter dans le fond d’une mine quinze heures par jour, six jours sur sept, pour trois cents euros par mois.
            En réalité, vous êtes un monomaniaque complètement déconnecté du réel.


          • lsga lsga 14 avril 2015 16:46

            Les « acquis » sociaux ne sont pas des acquis, ils n’ont pas été gagnés pavés battants par les forces de gauche. Les « acquis sociaux », l’État Providence, a une Histoire. Cette Histoire c’est : Colbert => Napoléon => Bismarck => Keynes / Beveridge => Pétain

             
            Ils sont systématiquement instaurés par les pouvoirs réactionnaires, avec un objectif strictement contre-révolutionnaire. 
             
            Leur contenu économique est toujours le même de Bismarck à Pétain : assurance maladie, chômage, retraite, allocation familiale, logements sociaux. C’est la panoplie économique du parfait petit fasciste.  
             
            La Révolution Française, est un très bon exemple. La Révolution Française n’a pas consisté à demander plus de politique sociale néo-colbertiste à la monarchie. Elle a consisté à renverser la monarchie, à instaurer la République. Napoléon, qui va détruire les avancés démocratiques de la Révolution, va tenter de calmer les vieux révolutionnaires en leur accordant une pension. 
             
            La prochaine révolution ne demandera pas que la bourgeoisie concède une politique sociale néo-keynésienne. Elle consistera à renverser la bourgeoisie, à faire progresser la démocratie en soumettant le contrôle de l’appareil de production à l’ensemble de la population mondiale. 
             
            ça fait bizzare d’entendre une vraie rhétorique de gauche ? Cela fait 70 ans en France que plus personne ne tient se discours.

          • Ben Schott 14 avril 2015 17:02

            @lsga

            " La prochaine révolution ne demandera pas que la bourgeoisie concède une politique sociale néo-keynésienne. Elle consistera à renverser la bourgeoisie, à faire progresser la démocratie en soumettant le contrôle de l’appareil de production à l’ensemble de la population mondiale. « 

            Allez dire ça au mineur de fond (pas en France, il n’y en a plus). Expliquez-lui que de vouloir bosser un peu moins durement et avoir un peu plus les moyens de nourrir sa famille, c’est  »fasciste«  !

             » Les « acquis » sociaux ne sont pas des acquis, ils n’ont pas été gagnés pavés battants par les forces de gauche. « 

            Demandez aux descendants de ceux qui sont morts pour avoir osé demander que leurs enfants ne descendent pas dans la mine en dessous de treize ans, et qui n’ont eu comme seule réponse que la troupe. Les acquis l’ont toujours été de haute lutte. Heureusement que les prolétaires n’ont pas attendu »le Grand soir" pour tenter de vivre un peu plus dignement...

            Ça tourne en boucle dans votre boîte crânienne...


          • oncle archibald 14 avril 2015 17:04

            @lsga : « Par contre, c’est un pays qui a une petite minorité Révolutionnaire parmi les plus efficace au monde. »


            Sûr ! Il n’y a qu’à aller aux abords de Notre dame des Landes ou du barrage de Sievens ou encore, plus récemment et sans doute parce qu’il commence à faire beau sur les plages, dans l’ile d’Oléron … 

            Ils sont beaux et efficaces pour faire chier les populations nos révolutionnaires rastas, empétardés et sentant mauvais. Bon d’accord, il y a beaucoup de produits d’importation, mais ils ne sont pas cons : c’est en France qu’ils viennent foutre leur merde. Juste pour faire plaisir à Isga.


          • lsga lsga 14 avril 2015 17:09

            Ben Schott : tu connais un truc qui s’appelle l’Histoire ? 

            alors je te laisse chercher l’Histoire de l’État Providence
            Extrême droite : du début à la fin.
             
            La version anglaise est encore plus explicite, sur la trahison de la gauche européenne à l’après guerre, qui va faire sienne cette saloperie fasciste contre laquelle elle s’était battu.
             
            Je te met la traduction ici dans 2 minutes. 



          • lsga lsga 14 avril 2015 17:13
             
            L’historien Robert Paxton observe que sur le continent européen les dispositions de l’État-providence ont été initialement adoptées par les monarchistes à la fin du XIXe siècle et par les fascistes dans les XXe afin de détourner les travailleurs des syndicats et du socialisme, les gauchistes et les radicaux y étaient opposés. Il rappelle que l’Etat providence allemand a été mis en place dans les années 1880 par le chancelier Bismarck, qui venait de fermer 45 journaux et adopté des lois interdisant le Parti socialiste allemand et d’autres réunions par des syndicalistes et des socialistes.
             
            Une version similaire a été mis en place par comte Eduard von Taaffe dans l’Empire austro-hongrois quelques années plus tard. 
             
            « Tous les dictatures européennes du XXe siècle modernes du droit, tant fascistes et autoritaires, étaient les États-providence », écrit-il. « Ils ont tous fourni des soins médicaux, les retraites, le logement abordable et le transport de masse comme une question de cours, afin de maintenir la productivité, l’unité nationale et la paix sociale."
             
            Les marxistes européens étaient opposés aux mesures de protection sociales ponctuelles, car susceptibles de diluer le militantisme ouvrier sans rien changer fondamentale à la répartition des richesses et du pouvoir. 
             
            Ce ne est qu’après la Seconde Guerre mondiale, quand ils ont abandonné le marxisme (en 1959 en Allemagne de l’Ouest, par exemple), que les partis socialistes d’Europe continentale et les syndicats ont finalement pleinement acceptées l’État-providence comme leur but ultime.

          • Ben Schott 14 avril 2015 17:23

            @lsga

            « tu connais un truc qui s’appelle l’Histoire ? »

            Bien sûr que non.

            Je vous mets vos contradictions sous le nez et vous me renvoyez vos définitions ! Je vous parle du concret et vous me parlez de théorie ! Bon, je crois qu’il est définitivement inutile de continuer d’échanger.


          • lsga lsga 14 avril 2015 17:31

            @Ben Schott
            définition ? Non, l’HISTOIRE.
            Et l’Histoire des « acquis sociaux », de l’État Providence, c’est l’Histoire du Fascisme et de l’Extrême Droite. 

             
            mais bon, si tu refuses de prendre en compte la réalité historique pour vivre dans tes fantasmes, je ne peux rien faire pour toi. 

          • soi même 14 avril 2015 18:42

            @lsga, ta morale de la lutte de classe.


          • La Dame du Lac La Dame du Lac 14 avril 2015 19:25

            @Isga,

            Le problème c’est ta source parce que Robert Paxton...C’est l’historien officiel du système et il ya eu assez de polémiques à son sujet et sur sa servitude aux zélites de ce monde. Paxton est remis en cause par beaucoup d’historiens. Ainsi que par Zemmour (que tu dois certainement détester puisque tu déteste tout ce que le peuple de France aime) .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès