• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > En marche arrière toute !

En marche arrière toute !

C’est entendu, Macron est Président... mais il doit remporter les législatives, s’il veut pouvoir mettre son programme en marche...

Bref il a bien compris que rien n‘était encore tout à fait gagné, d’autant qu’ils sont nombreux les électeurs à affirmer l’avoir choisi par défaut.

En effet, le scénario auquel il risque de ne pas échapper, c’est que chaque parti, tentant de sauver les meubles, présente un maximum de candidats, et en obtiennent suffisamment pour empêcher le gouvernement de gouverner.

Le FN a pris une claque, mais, il va tenter le tout pour le tout, et rentrer par la fenêtre puisqu’on la chassé par la porte, et fort de ses 11 millions d’électeurs pourrait espérer un nombre important de députés, malgré la déception des frontistes, qui espéraient mieux, même s’ils s’y attendaient depuis la prestation affligeante de leur présidente Marine, prenant l’eau de toute part, lors du dernier débat.

Le départ de la benjamine Marion Maréchal ne fait rien pour arranger la situation.

Idem pour LR qui voudra prendre sa revanche après l’humiliation que la candidature Fillon lui a fait subir, même si là aussi, la soupe semble bonne dans le camp de REM, et qu’ils sont nombreux à le rallier.

Un sénateur de LR, Alain Milon, fait une analyse lucide de la situation, « les français ont élu leur président parmi les seuls possibles. Personnellement je ne peux voter que pour des idées, et pas contre un candidat. Je ne peux pas être responsable d’une décision, qui, dans 5 ans, mettrait la France dans un état pire qu’aujourd’hui. J’estime qu’il ne faut, au contraire, jamais renoncer à ses idées. Il nous reste à mener la campagne des législatives et à les gagner. Ca risque de ne pas être évident, mais rien n’est impossible. Et si le Président obtient une majorité, il n’est pas sûr qu’elle continue dans le temps  ».

Quant aux insoumis, ils entendent présenter des candidats dans chacune des 577 circonscriptions, et avec leur score du 1er tour, ils pourraient aussi espérer un bon nombre de députés, ne serait-ce qu’au nom du renouvellement politique, sur l’air du dégagisme.

Comme l’écrit Ilan Caro, pour France Télévision dans son hypothèse 4, celle d’une France ingouvernable : « la marge de manœuvre du futur gouvernement se trouverait extrêmement réduite, car il serait incapable de faire adopter ses textes (...) l’article 49/3 de la constitution, dont Michel Rocard avait fait usage à 24 reprises entre 1988 et 1991, ne peut plus être utilisé à une telle fréquence.

Depuis la révision constitutionnelle de 2008, il est limité aux budgets de l’Etat, à la sécurité sociale, et à un texte supplémentaire par session parlementaire.

Il serait très difficile pour Emmanuel Macron de tenir 5 années dans ces conditions.

Le chef de l’état disposerait toujours de la possibilité de dissoudre l’assemblée nationale et de renvoyer les électeurs aux urnes, sans aucune certitude sur le résultat  ». lien

Pour l’instant, le pari des insoumis est sur le point d’être tenu comme on peut le constater sur ce lien.

Coté PS, c’est la débandade qui continue, Valls a été l’un des premiers à faire allégeance au nouveau roi, mais hélas, il est au régime des camouflets : d’un coté, le PS envisage son exclusion, et coté REM, la réponse est non... il ne répond pas aux critères, mais par courtoisie, il n’aura pas de candidat contre lui.

Il y a déjà quelques surprises, puisque la tueuse de taureaux, ex-championne des corridas, une certaine Marie Sara a été investie par l’équipe de Macron, ce qui pourrait enerver encore un peu plus Manuel Valls. lien

La liste des sélectionnés de REM est ici.

En tout cas, ils sont nombreux, ces députés PS à vouloir se présenter sous la bannière de REM.

Les premiers à quitter le navire l’avaient fait en mars, (lien) et malgré les menaces du patron, le phénomène s’est amplifié depuis la victoire de Macron.

La stratégie du PS reste très floue, entre le désir de ne pas se couper avec REM, et celle de la rupture sur le plan des idées, affirmant se trouver dans une « opposition constructive », et surtout de ne pas donner l’impression d’avoir mis le genou à terre : il s’agit pour l’instant d’empêcher le navire de couler, et si finalement peu de députés étaient élus, ça commencerait à sentir un peu le sapin. Lien

À Marseille, c’est Menucci qui tremble, se voyant proposé un duel risqué avec Mélenchon, lequel est arrivé en tête lors des présidentielles, et qui ne semble pas inquiété par les 5,30% obtenu par le parti de Menucci à Marseille, score bien étriqué face au 24,82 % obtenus par le leader de la France Insoumise. lien

Pourtant, pour les FI, le danger viendra surtout du FN, qui était arrivé en 2ème position dans la cité phocéenne, les LR pouvant jouer les troubles fêtes.

Entre les communistes et FI, c’est le clash de fin : malgré leur rétropédalage concernant leurs exigences en termes d’investitures, 50/50 entre eux et les Insoumis, (lien) ce qui n’était pas être du goût de ces derniers, lesquels n’ont manifestement pas oublié qu’en novembre dernier, les cadres du parti communiste avaient refusé en bloc de soutenir Mélenchon. lien

N’oublions pas le centre...

Le Modem du béarnais pourrait bien être le dindon de la farce, car malgré l’accord conclu avec Macron, il semble bien qu’il ait été quelque peu occulté, ce qui le préoccupe.

N’était-il donc qu’une Bayrou de secours ? lien

Quand au nouveau président, il est à la manœuvre et semble avoir déjà trouvé la marche arrière.

Comme l’écrit Marc Rees dans « next inpact », « il n’est jamais simple ou glorieux, lorsqu’on décide de se mettre en marche, de rebrousser chemin, et de remplacer ses chaussures de randonnées par des pantoufles feutrées ».

Il évoquait une opération de rétropédalage, concernant la possibilité de chiffrement des messages, avec l’intention d’obliger les entreprises à révéler leurs codes, avec comme argument qu’il s’agissait de combattre le terrorisme.

Cette initiative ayant été largement moquée sur les réseaux sociaux, l’intéressé a donc fait machine arrière toute. lien

D’autres rétropédalages pourraient bien se produire, notamment concernant la volonté du nouveau Prez de gouverner par ordonnance.

Idem pour la réforme de l’assurance chômage, et celle des retraites voulues par Macron...

Ce serait une véritable marche arrière par rapport aux acquis sociaux durement obtenus au cours des années.

Les économistes atterrés l’ont constaté : « la marche d’Emmanuel Macron est une marche en arrière, dans le monde glacé des atomes désocialisés avides de réussite individuelle. En poursuivant leurs intérêts égoïstes, ces individus égoïstes sont seuls responsables de leurs succès et de leurs échecs- et nombreux sont ceux, qui pauvres, qui ouvriers, qui malades, qui jeunes, qui devront rester au bord du chemin ». lien

À gauche, on ne dit pas autre chose, faisant remarquer que faire supporter tous les risques aux assurés, avec la mise en place d’une retraite par points, ferait éclater la solidarité qui jusqu’à présent est la pierre angulaire du système actuel.

La formule macronienne : « pour chaque euro cotisé, le même droit à pension pour tous », a la couleur du bon sens, mais n’en a pas vraiment le goût, tout comme le sarkozien « travailler plus pour gagner plus », dont on sait ce qu’il en a été. lien

S’il confirmait cette volonté de réforme des retraites, il est probable qu’il jetterait autant, sinon plus, de personnes dans la rue que Juppé, lorsqu’il voulait déjà les réformer, et l’intéressé avait du remettre dans le placard son projet néfaste. lien

Chez les opposants, on est en train de se dire que le populisme de gauche ne constitue pas une alternative au populisme de droite. lien

L’irruption de cet ovni politique que constitue Emmanuel Macron, imaginé par Jouyet et Attali, a provoqué un grand « chamboule tout » dans le pays, menaçant à terme la disparition des partis traditionnels, et de l’onde de choc provoquée ne sort finalement gagnant que celui des Insoumis, continuité des « nuits debout », recomposant en quelque sorte l’échiquier politique, avec d’un coté une nouvelle droite qui avance masquée, et une gauche plus authentique, ce qui est confirmé par la récente déclaration de Jean-Luc Mélenchon, affirmant que son but n’était pas d’affaiblir le PS mais de le remplacer. lien

En tout cas ce quinquennat promet d’être plein de surprises, surtout depuis la publication récente de Wikileaks concernant le nouveau président, qui nous propose d’étranges découvertes, à prendre soit avec des pincettes, soit avec une pince à linge sur le nez. lien

Quand on découvre la stratégie des grandes banques, et de quelle façon elles se sont impliquées, d’abord pour mettre au pas Hollande, et puis comment elles ont manœuvré pour permettre à Macron d’accéder finalement au pouvoir, les révélations de Wikileaks ne devraient pas être une surprise. vidéo

Comme dit mon vieil ami africain : « le singe qui monte au cocotier doit avoir le derrière propre ».

L’image illustrant l’article vient de gauchedecombat.net

Merci aux internautes pour leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Articles anciens

Le peuple ou les élites

Ils font leur nid dans le ni/ni

Les premiers sont les derniers

Sortir de ces années pestilentielles

Êtes-vous manipulés ?

Ficron, Maillon ou Mélenchon ?

Lever le mystère Macron

Et alors !?

La mère rouge et le père pépère

De macronneries en fillonneries

S’engager dans la Marine ?

La manif des casseroles

Pénélope, du travail au blanc ?

Méritons-nous ces hommes politiques  ?

Quand Hamon avale Valls

Je suis le mal aimé

Du smic au smax

Et le gagnant est Nibor Sed Siob

Les bouffons politologues

Choisir entre la peste ou le choléra

Fillon, un plat qui se mange froid

Primaires à droite, votez tous !

Ces dindes qui votent pour Noël

Une France mal à droite

La politique de l’illusion

La grande lessive, à qui le tour

Hollande, la fin d’un règne


Moyenne des avis sur cet article :  3.76/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

79 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 12 mai 11:18

    Ah ben non, hein !


    Si qu’il avance pis qu’il recule, comment veut-il que l’on l’....... ?

    • Bernard Dugué Bernard Dugué 12 mai 11:26

      @Jeussey de Sourcesûre

      Une remarque pour Olivier. Un nombre important de députés pour le FN ? Ben, c’est en fait qu’avec le scrutin, le FN peut dans la meilleure des configurations électorales espérer 10 élus, plus probablement 5 et peut-être même un ou deux. Bon WE


    • olivier cabanel olivier cabanel 12 mai 11:40

      @Jeussey de Sourcesûre
      je pensais bien que quelqu’un allait la faire, celle là... et c’est tombé sur vous !

       smiley

    • olivier cabanel olivier cabanel 12 mai 13:32

      @Bernard Dugué
      puissiez vous avoir raison !

      merci de votre commentaire

    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 12 mai 14:14

      @olivier cabanel

      la perche était tellement belle ...

    • epicure 12 mai 20:34

      @Bernard Dugué

      Pourtant les projections sont plus pessimistes, il est question de 30-40 députés possibles, surtout s’il y a des triangulaires ou des quadrangulaires. La participation va beaucoup jouer sur le résultat final du FN, il lui sera plus facile d’avoir des sièges avec une forte abstention.

      D’un autre côté, il se passe des choses au FN, qui pourraient avoir un impact sur les votes suivant comment cela se déroule.


    • Fergus Fergus 13 mai 07:49

      Bonjour, Bernard Dugué

      Vous avez raison concernant le FN dont je pensais qu’il pourrait avoir de 20 à 40 élus. Or, dans les rangs du parti, on en vient à espérer dépasser les 15 élus pour obtenir un groupe parlementaire.

      Mêmes difficultés pour la France Insoumise, pénalisée par la droitisation de l’électorat et par les contingences locales qui ne faciliteront pas les reports de voix en sa faveur. Personnellement, j’ai pronostiqué en début de semaine de 12 à 25 députés pour la FI.


    • Laulau Laulau 13 mai 10:32

      @Fergus
      Toujours aussi optimiste, Fergus ? Comme je vous l’avais prédit un accord PC/insoumis s’est fait dans les bouches du Rhône, d’ailleurs contrairement à ce que dit P. Laurent, ça n’est pas un cadeau du PC mais un échange de bons procédés, par exemple il n’y aura pas de candidat insoumis à Martigues ni contre Coppola à Marseille. Actuellement, le principal obstacle ça n’est pas le FN mais le PS. Comme prévu, suivant les situations locales, il s’allie soit à gauche soit à droite. La position ambigüe de ce parti est quasiment étouffée par les media qui semblent trouver normal cette situation. Même ici, j’ai essayé de publier un article là dessus, sans succès.


    • Fergus Fergus 13 mai 17:55

      Bonjour, Laulau

      Si, je suis optimiste !

      Certes pas pour ce qui concerne les sièges tant le challenge d’un grand nombre d’élus me semble inatteignable, mais en nombre de voix. Et c’est important car outre que cela débouchera sur de nouveaux progrès lors des élections intermédiaires, nettement plus favorables, un score national élevé achèverait de disqualifier un mode de scrutin que j’ai à différentes reprises qualifié d’« inique ».


    • troletbuse troletbuse 13 mai 22:34

      @Fergus
      qualifié d’« inique »Ta mère *-))


    • Etbendidon 12 mai 11:26

      VIVE MACRON VIVE LE PHARAON
      Quand on a veauté Macron il est défendu de se plaindre
      ^^

      Comme dit mon vieux pote illuminati  : s’ils ne sont pas contents, qu’ils aillent pleurnicher dans les jupes de Brigitte, elle leur donnera un macaron* de la chocolaterie TROGNEUX de AMIENS
      * spécialité de la chocolaterie
       smiley


      • Dom66 Dom66 13 mai 10:35

        @Etbendidon
        VIVE MACRON VIVE LE PHARAON
        Quand on a veauté Macron il est défendu de se plaindre !!!!!

        D’accord avec vous la dessus et à 100 % je vous plusss (et je ne suis pas le seul à 1ere vue


      • troletbuse troletbuse 13 mai 23:17

        @Etbendidon
        Bjr
        Tu as fait une faute, c’est le PHAR EON
        Regarde la rubrique SEXE du lien  smiley
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_de_Beaumont,_chevalier_d%27%C3%89on


      • Plutôt Macron que le communisme ! Laissons-lui au moins le temps de constituer un gouvernement.


        • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 12 mai 11:33

          @France Républicaine et Souverainiste

          Pierre Laurent avait appelé à voter Macron...
          Où était le danger ?

        • JL JL 12 mai 11:40

          @Jeussey de Sourcesûre, France Républicaine et Souverainiste
           

           ’’Pierre Laurent avait appelé à voter Macron...’’
           
           Pierre Laurent avait appelé à voter Macron...Pierre Laurent s’est discrédité sur ce coup là.

        • olivier cabanel olivier cabanel 12 mai 11:42

          @France Républicaine et Souverainiste
          si vous avez lu attentivement l’article, surtout la fin (l’interview du banquier), vous auriez compris que quelque soit le gouvernement qu’il nommera, il ira à l’échec, avec tout le peuple de France contre lui...à part une minorité...celle des nantis


        • Armelle Armelle 12 mai 17:41

          @olivier cabanel

          Bonjour Monsieur Cabanel,
          « quelque soit le gouvernement qu’il nommera, il ira à l’échec, avec tout le peuple de France contre lui »

          On se console comme on peut n’est ce pas ? la pilule est dure à avaler à ce que je vois !!!

          Ce qui est rassurant c’est que les sondages seront toujours plus fiables que vos prédictions hasardeuses... Mais si cela peut vous faire plaisir, tant mieux pour vous !
          Sinon, si vous vous ennuyez, vous pouvez solliciter Cambadélis, l’idiot du village, pour l’assister dans sa campagne (que Macron emportera BIEN EVIDEMMENT), il vous fera une place sur sa « palette » bois !!! C’est pathétique. Pour lui le PS n’est pas au fond, il a saisi la pelle !!! Quelle tristesse !!! ça fait même de la peine,
          http://www.huffingtonpost.fr/2017/05/12/jean-christophe-cambadelis-en-campagne-sur-sa-palette-vaut-le-de_a_22083323/


        • olivier cabanel olivier cabanel 13 mai 06:39

          @Armelle
          quelle pilule ?

          chacun sait qu’une présidentielle se fait en trois tours, et c’est surtout le dernier qui compte.
          chacun sait aussi que l’élection de macron ne lui donne pas pour autant une légitimité, d’autant que les électeurs ont surtout voté par défaut...et puis il y a eu les blancs, les nuls, et les abstentions, et ça fait beaucoup de monde.
          rendez vous donc au mois de juin
           smiley

        • Fergus Fergus 13 mai 07:58

          Bonjour, olivier cabanel

          Je ne suis pas sûr que Macron aille à l’échec, au sens libéral du mot. Et cela d’autant plus qu’il disposera à coup sûr d’une majorité, probablement absolue du fait des difficultés de LR et de la déconfiture annoncée du PS.

          Contrairement à ce que tu dis, il n’y a pas que les nantis qui le soutiennent, loin de là.

          A cet égard, j’ai l’impression de revenir au mois de janvier lorsque je relayais la montée d’un intérêt pour Macron dans la population de ma région (étayée par la floraison des comités de soutien locaux), ce qui me valait des commentaires acides d’intervenants dans le déni.

          Ne commettons pas la même erreur : ce n’est pas en sous-estimant un adversaire qu’on se donne les meilleurs moyens de le combattre !


        • Laulau Laulau 13 mai 10:37

          @Fergus
          Il ne s’agit pas de sous-estimer Macron mais de le cibler comme notre adversaire et arrêter de se laisser enfumer par le PS. Cambadelis vient de nous refaire un speech sur le danger FN aux législative .... pitoyable !


        • Claire29 Claire29 13 mai 11:43

          @Armelle
           les sondages seront toujours plus fiables


          Il faut savoir que Macron a dans son entourage très proche Sébastien Auzières fils de Brigitte Macron,vice président de la société Kantar Health,société à capitaux qataris qui a racheté l’institut de sondage SOFRES !

          Maintenant que cette info est connue,il peut être intéressant et instructif de vérifier si certains sondages en particulier ceux de la SOFRES avantagent les candidats de REM et cherchent ainsi à manipuler l’opinion !

        • Fergus Fergus 13 mai 17:58

          Bonjour, Claire29

          Manque de chance, ce n’est pas la Sofrès qui a réalisé le meilleur pronostic de 1er tour, mais Ipsos. Et les 5 ou 6 grosses boîtes de sondages ont été de toutes façons très proches les unes des autres, malgré des intérêts contradictoires de leurs commanditaires !


        • Claire29 Claire29 15 mai 10:39

          @Fergus
          Toutes mes excuses si ce que j’ai écrit est stupide mais je suis loin d’être la seule et ça ne m’empêchera pas d’être vigilante sur les sondages et les commentaires concernant les candidats de REM aux législatives,ce qu’on a vécu pendant la campagne présidentielle a de fortes chances de se reproduire pendant celle des législatives,les médias sont tombés dans la micronmania et le culte de la personnalité et ça va durer ! 


        • Durand Durand 12 mai 11:47



          Pour info :


                 Déclaration de Marion Maréchal Le Pen en Russie à la fin de l’année dernière 





          • cathy cathy 12 mai 12:36

            @Durand
            Bonjour

            Oui si la France avait pu sortir de l’UE, alors l’Union Européenne aurait implosée. Nous sommes le plus gros contributeur avec l’Allemagne, elle n’aurait pas pu amortir le choc. 

            M. Mélenchon pour récompense pour sa lutte contre le FN aura Marseille. 

          • olivier cabanel olivier cabanel 12 mai 13:06

            @Durand
            je ne sais pas ce qu’elle prend comme dope, mais c’est de la bonne !

            écoutez ce qu’elle dit.
            TOUT LE MONDE....TOUS LES PARTIS POLITIQUES... etc
            à se demander dans quel monde la maréchale marion vit ?
            j’aurais rêvé qu’elle ait un débat lors du second tour... 
            bref elle a bien fait de prendre quelques vacances.
             smiley

          • olivier cabanel olivier cabanel 12 mai 13:06

            @cathy
            il pourrait avoir bien plus que Marseille !


          • cathy cathy 12 mai 13:50

            @olivier cabanel
            J’en suis persuadée.


          • Ouallonsnous ? 12 mai 21:36

            @cathy

            Il aurait eu bien plus si il ne s’était pas « dégonflé » et avais porté plainte pour les manipulations des votes du 1er tour, il aura eu la peau de ceux qui l’ont empêché d’arriver au second tour, et il serait peut être à l’Elysée actuellement !

            Seulement, il semble qu’il n’y ait pas que Marine qui ne veut pas gouverner !


          • Dom66 Dom66 13 mai 10:39

            @olivier cabanel

            Marion est plus forte que MLP, et avec elle marcon n’aurais sans doute pas gagné


          • BA 12 mai 13:08

            Le vrai visage de Macron :

            Comment Macron m’a séduit, puis trahi.

            EN 2010, LE JOURNAL LE MONDE EST AU BORD DE LA FAILLITE ET EMMANUEL MACRON PROPOSE SON AIDE « BÉNÉVOLE » AUX JOURNALISTES. MAIS LE BANQUIER D’AFFAIRES ROULAIT EN FAIT POUR UN DES GROUPES QUI VOULAIT RACHETER LE JOURNAL…

            Je suis Adrien de Tricornot, je suis journaliste au Monde. En 2010, le groupe Le Monde avait de grosses difficultés financières et j’étais vice-président de la Société des Rédacteurs du Monde.
            Nous les journalistes, au travers de la Société des Rédacteurs du Monde, étions les principaux actionnaires du groupe *. Nous savions que nous allions devoir faire appel à de nouveaux investisseurs, et voir nos parts diminuer. Nous allions perdre le contrôle actionnarial du journal. Il fallait nous entourer de spécialistes : avocats, banquiers d’affaires.

            C’est à ce moment là qu’Emmanuel Macron, jeune banquier chez Rothschild, fait savoir à une journaliste, qu’il est prêt à nous aider « pro bono ».

            Emmanuel Macron se présente à nous comme un banquier d’affaires qui fait de l’argent, mais n’y trouve pas du sens, membre de la Fondation Jean Jaurès, voulant défendre la liberté de la presse, ancien assistant de Paul Ricoeur… Et donc prêt à nous aider bénévolement.

            Et Emmanuel, puisque c’est comme ça qu’on l’appelait à l’époque, devient vite un conseiller important pour nous. On allait le voir le soir chez Rothschild, quand tous ses collègues étaient sortis ou dans des cafés pour se tenir au courant discrètement. On le trouvait formidable, super brillant…

            Le 2 septembre 2010 après-midi, on se retrouve une nouvelle fois dans le bureau d’Emmanuel Macron. On lui rend compte de l’état de nos négociations. On s’apprête à conclure avec l’offre Bergé-Niel-Pigasse, qui n’était pas la direction vers laquelle il nous avait conseillé d’aller. Mais l’entretien reste très cordial.

            Le 3 septembre au matin, nous avions une réunion avec les conseillers de Pierre Bergé [un des futurs repreneurs du Monde], 10 avenue George V. La coïncidence, c’est qu’à la même adresse, il y a les bureaux… d’Alain Minc. Or Minc, ancien président du Conseil de Surveillance du Monde, conseille à l’époque le groupe Prisa qui est un des autres candidats au rachat de notre journal.

            Après notre rendez-vous, nous discutons quelques minutes entre nous avec Gilles Van Kote, président de la Société des rédacteurs du Monde, notre avocat et sa collaboratrice, en bas de l’immeuble. Je vois la porte de l’immeuble s’ouvrir. Un petit groupe sort autour d’Alain Minc, pour aller déjeuner ; le dernier à sortir est Emmanuel Macron. Je croise son regard, il me semble qu’il me voit également  ; il échange quelques mots avec Minc tout en restant sur le pas de la porte, puis Macron disparaît derrière la porte cochère et ne sort pas.

            Là je dis à mes collègues : «  vous n’allez pas me croire, mais avec Minc, il y avait Macron ». Mes amis me disent que je suis peut-être un peu fatigué, mais que ça n’est pas possible.

            Je décide d’aller voir si Macron est toujours derrière la porte. Je ne vois personne dans l’entrée, personne derrière la porte, personne dans la cour.
            Je reviens sans l’avoir trouvé. Mais avant que nous nous séparions, je décide de faire une autre tentative, et je demande aux autres de m’attendre.
            Je monte à l’étage et je sonne au bureau de Minc, mais tout le monde est parti manger. Et je me dis, tiens, si j’allais monter voir aux autres étages.
            J’avais une sorte de pressentiment. J’avais vu que Macron se cachait, or quelqu’un qui se cache doit continuer à se cacher.

            Je monte les marches. Mon téléphone sonne en appel masqué. Je n’ai pas su qui c’était, j’ai raccroché.

            Et puis j’arrive au dernier étage de l’immeuble. Je vois que la porte de l’ascenseur est bloquée – et effectivement quand j’avais essayé de prendre l’ascenseur, il n’était pas dispo. Et tout au bout de l’étage, sur le palier, il y avait Emmanuel Macron qui s’était bien « replié » au moment où il m’avait vu !

            Il avait bloqué la porte de l’ascenseur, et je ne sais pas si c’est lui qui m’avait appelé en masqué pour savoir si c’était moi qui montait les marches. On s’appelait beaucoup à l’époque, mais pas en appel caché ! Ceci dit, c’est peut-être juste un hasard.
            Surtout, étrangement, quand j’arrive sur le palier du dernier étage, Macron regarde ses pieds et a son portable à l’oreille et fait comme s’il ne me voyait pas. Et précisément au moment où j’arrive sur le seuil du dernier étage, j’entends « Oui allô c’est Emmanuel… » : Il se met à démarrer une conversation au téléphone. Pile au moment où j’arrive. Je ne sais pas s’il y avait vraiment quelqu’un à l’autre bout du téléphone…
            Et moi je vois ce type juste devant moi, qui fait comme si je n’étais pas là. Je suis totalement sidéré. Je pourrais être en colère de la trahison, car on voit bien qu’il a essayé de nous cacher quelque chose, mais je suis assez content de l’avoir trouvé !

            Je me rapproche à quelques centimètres de lui, mais toujours rien… il continue à « parler » au téléphone.

            Je lui tends la main et lui dis : «  Bonjour Emmanuel. Tu ne nous dis plus bonjour ? Mes autres collègues t’attendent en bas ».

            J’ai senti à ce moment l’angoisse en lui. Il avait du mal à respirer. Son cœur battait à 200 à l’heure.
            Je lui demande ce qu’il fait là. Il me répond :
            «  – J’attends des clients »
            « – Tu attends des clients, comme ça, sur le pas de la porte ? Pourquoi tu ne rentres pas ? »
            «  – Bah, parce qu’en fait on nous prête des locaux ici, mais j’ai pas encore la clé… »
            « – En tout cas mes collègues t’attendent en bas, ça serait bien que tu descendes leur dire bonjour »
            « – Non je ne peux pas, j’attends des clients…  »
            Finalement, je lui force la main pour qu’il descende dire bonjour à mes collègues. Macron retrouve petit à petit son aplomb, pendant qu’on redescend au rez-de-chaussée.

            Je repasse la porte d’entrée de l’immeuble, cette fois avec Macron. Là, mes amis, goguenards, s’attendaient à me voir revenir bredouille. Ils passent de l’état goguenard à celui de la sidération. Parce qu’effectivement Macron était bien là !

            Macron discute quelques instants avec notre petit groupe. Parmi mes collègues, notre avocat d’affaires, qui est assez rompu aux négociations d’affaires, sait que dans ce domaine tout est permis, mais était sidéré.

            Et Gilles Van Kote [à l’époque président de la société des rédacteurs du Monde, puis directeur du journal de 2014 à 2015], qui était aussi présent ce jour-là, m’avait dit un jour : 
            « On a été trahis par tellement de gens que si même Emmanuel nous trahit, c’est à désespérer de l’humanité. »
            Quelques minutes plus tard après être parti, Gilles Van Kote m’envoie ce texto :
            « Tant pis pour l’humanité.  »

            https://www.streetpress.com/sujet/1486723160-macron-le-monde


            • olivier cabanel olivier cabanel 12 mai 13:33

              @BA
              merci de cette info, qui ne me surprend pas, 

              j’espère que les lecteurs en comprendront toute la portée.

            • Durand Durand 12 mai 14:20

              @BA


              Merci, c’est excellent !



            • novo12 12 mai 18:19

              @olivier cabanel
              L’histoire est présentée sur la vidéo de trouble fait :


            • olivier cabanel olivier cabanel 12 mai 19:40

              @novo12
              merci

              je l’ai déjà diffusée dans un article récent, 
              mais ça mérite de la revoir

            • gaijin gaijin 12 mai 14:06

              « en marche arrière »
              c’est pas grave vu que la terre est ronde on arrive toujours au bon endroit .....en fait on pourrait même dire que plus on s’éloigne de l’objectif plus on s’en rapproche

              ou bien .....


              • sarcastelle sarcastelle 12 mai 14:31

                Résumé de l’article : Macron tout caca. C’est plus vite lu comme ça, non ? 

                On ne sait pas si monsieur Cabanel a voté Mélenchon (plus révolutionnaire) ou Hamon (plus antinucléaire) ou Poutou (plus rigolo) ou Arthaud (plus sinistre) ; mais enfin il est déçu, alors tout caca. 
                .
                la stratégie du PS reste très floue
                .
                Le moins qu’on puisse dire ! Jusqu’au premier tour le PS soutient le revenu universel et la sortie du nucléaire, forcément, puisqu’il soutient son extrémiste interne Hamon. Puis le PS a changé d’avis depuis quinze jours, ne soutenant plus ni le RU ni la sortie du nucléaire (la SdN ? smiley ). Que voilà un parti pas du tout déboussolé, et qui sait merveilleusement où il va. 


                • olivier cabanel olivier cabanel 12 mai 19:41

                  @sarcastelle
                  bah, mon opinion importe peu

                  ne croyez vous pas que c’est à chacun de se faire la sienne ?
                  c’est le seul but de cet article.
                   smiley

                • Alcyon 12 mai 16:51

                  Ce serait cool de vérifier ce que raconte ta vidéo. Car faire une analyse en ajoutant une vidéo pleine de fakes....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès