• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Fanny

Ingénieur retraité

Tableau de bord

  • Premier article le 14/04/2015
  • Modérateur depuis le 28/04/2017
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 10 943 568
1 mois 0 28 0
5 jours 0 3 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 195 178 17
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Fanny 24 octobre 12:55

    @Fergus

    «  sur des bases de respect des volontés populaires aux plans social et économique »

     

    Position ultra-minoritaire en Europe.

     

    Donc aucun sens réel en politique, hors une posture visible avantageuse et soutien de fait dissimulé à l’UE de Maastricht. C’est l’ambiguïté de la position LFI (Mélenchon) sur l’UE. Comme les Français ne veulent pas quitter l’UE, ça se défend au plan électoral.

    Sur l’islam, Mélenchon s’est cru aussi malin que vis à vis de l’UE en jouant l’opportunisme électoral. Mais pour ce coup là, il s’est planté car les Français ne le suivent pas (à court terme du moins, sur le long terme ça se discute). Il a coulé LFI.




  • Fanny 21 octobre 20:42

    @tonimarus45
    J’avais bien compris, mais j’ai saisi votre couplet sur la gauche et les partis pour balancer le mien. Je m’adresse à Dieu, pas à @tonimarus45, mais peut-être fait-il partie de vos proches. Quant à Fergus, il émane de ce contributeur d’élite une odeur de mystère qui en énerve qqes uns. Pas moi, j’apprécie son côté Bourgeois Gentilhomme.



  • Fanny 21 octobre 14:17

    @tonimarus45
    « Et pour terminer , pour votre gouverne, bien que je sois de gauche ,je dis bien de gauche, je n’adhere a aucun parti »

    Comme 9 Français su 10, pas très original.

    Moi non plus, notez bien, mais je m’en explique.

    La gauche n’existe plus, pas davantage que la droite. Le peuple, lui, n’a (n’aurait ?) jamais existé.

    Que reste-t-il ?

    Une élite fascinée par la technologie, par le startupisme numérique et biologique générateur de milliards, par le progressisme qui va « vaincre la mort » (plus besoin de Jésus), par l’argent. Une élite hors sol qui ne partage plus grand-chose avec « la masse » dont elle se fiche pas mal, tant qu’elle ne bronche pas. La promotion ou le laisser faire de minorités violentes suffit à calmer la masse qui perçoit un climat tendu, quasi pré-insurrectionnel. La surveillance généralisée et la manipulation biologique à venir viendront renforcer ce contrôle de la masse. Seul le réchauffement climatique fait douter cette élite, mais son arrogance suicidaire lui commande de ne pas ralentir, au risque de voir « la masse » contester son pouvoir de classe.

    Autrefois, l’élite et la masse se retrouvaient à l’église et sur les champs de bataille. Elles partageaient au moins la notion de la mort. C’est fini, tout ça.

    Derrière et sous cette élite s’agglomère la masse sidérée, vaincue, dépourvue de projet politique ou spirituel (l’élite n’en a pas non plus, hors celui de perdurer comme élite), se sachant condamnée à n’être qu’une masse de manœuvre et une variable d’ajustement pour l’élite, mais ne pouvant l’admettre. Curieusement, c’est quand on célèbre l’humanisme et les droits de l’homme comme jamais que les liens qui unissaient les hommes pour faire société se dissolvent, promouvant l’individu, sorte d’abstraction hors société. La masse est d’extrême droite, d’extrême gauche ou d’ailleurs, peu importe : elle ne sait plus qui elle est et où elle habite. Ceux qui ont encore une religion vivante se préservent comme ils peuvent en hurlant leur foi et méprisant les mécréants. Tous aux abris, dans l’attente d’un événement « biblique », car ça ne peut pas durer comme ça, on n’insulte pas l’Esprit indéfiniment -) 



  • Fanny 20 octobre 20:37

    Excellents arguments en faveur de Trump.

    Je crois néanmoins que l’autre va gagner, avec deux arguments :

     l’Occident est en recul, en décadence prétendent certains avec de bons arguments. Les électeurs se rendent compte que les présidents n’y peuvent rien, de quelque parti qu’ils proviennent, que le processus est inexorable et sont tentés par le dégagisme, par dépit, par constat d’impuissance. C’est le cas en France, et pourrait le devenir aux USA. Donc alternance à chaque élection.

     le Big System globaliste n’est pas mort, loin s’en faut. Il dispose d’une Vice Présidente qui ferait l’affaire après Obama : lui noir, elle femme + noire. Le jackpot ! L’oligarchie occidentale serait aux anges, la française en particulier. Ne pas sous-estimer le pouvoir du Big System globaliste (pouvoir profond+finances+médias), il a de beaux restes. 



  • Fanny 20 octobre 13:55

    Ne pas attacher trop d’importance à l’épisode Mélenchon/perquisition dans le naufrage LFI.

    C’est le très beau score de Mélenchon en 2017 qui est l’exception, rendue possible par l’effondrement socialiste.

    Mélenchon, on ne sait pas bien qui c’est. Admirateur effréné de Mitterrand, qui fut un (génial) homme de droite déguisé en socialiste, jusqu’en 1983, pour s’emparer du pouvoir. Mélenchon soutien de l’Europe de Maastricht à sa maturité d’homme politique. Cherchant à refaire le coup de Mitterrand aux communistes en les embarquant dans sa charrette pour les tuer. Mais sans avoir le génie de Mitterrand, qui plus est sur des communistes en réanimation prolongée. Flirtant avec le racisme/communautarisme, pour complaire aux « nouveaux français », en crachant sa détestation surjouée du souchien. Jouant de son talent d’orateur style 3ème République, et de sa réputation (surfaite, mimétisme mitterrandien ?) d’homme très cultivé. Mélenchon soutien de Cuba/Chavez mais toujours et à la fois très ambigu rapport à l’UE maastrichienne.

    Mélenchon pas clair, une image trouble. Pas génial comme son maître Mitterrand. Maintenant trop vieux, de toute façon.

    Surveillons Quatennens, qui me paraît un cran au-dessus de Mélenchon, plus moderne, plus solide, plus clair, plus en phase avec les temps très durs (moins littéraires) qui nous attendent.

    Enfin, en switchant sur le mode beauf-réac-misogyne-anti promotion LGBT-anti progressiste … (que je suis devenu après une vie à gauche : « la vieillesse est un naufrage ! ») la question qui tue : le mec à Chikirou peut-il être président de la République ? Il y a des limites à tout, quand même -)

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité