Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La fin du chômage, un mirage ?

La fin du chômage, un mirage ?

Même si à la tête de l’Etat, on fait profil bas, jouant l’humilité, s’armant de prudence, faisant semblant de ne pas se réjouir de l’annonce récente de la baisse du chômage, il serait bon de tenter de comprendre les raisons de cette baisse providentielle.

S’il faut en croire le professeur Jean-Marc Daniel, s’exprimant sur l’antenne de France Culture le 28 octobre 2015, cette baisse, providentielle à l’approche des régionales, ne serait pas due aux actions du gouvernement, mais surtout aux taux d’intérêts qui n’ont jamais été aussi bas, au faible prix de l’énergie, et à la baisse de l’euro face au dollar, le rendant du coup plus compétitif.

Elle serait donc conjoncturelle. lien

Ces trois facteurs auraient, d’après le professeur, permis une relance des entreprises, provoquant une logique embauche. lien 

Et puis sur le fond, cette baisse reste en trompe l’œil, car d’abord elle ne concerne que la catégorie A, et que sur une année, cette catégorie continue à sa hausse (3%). lien

Et pourtant, Manuel Valls, toutes voiles dehors, affirme que c’est « la politique menée par le gouvernement  » qui est à l’origine de la baisse relative que nous connaissons, alors que Rachida El Azzoud, s’exprimant dans les colonnes de Médiapart, dit exactement le contraire. lien

Ce qui explique peut-être le refus d’Hollande d’afficher un triomphalisme mal venu, surtout après toutes les annonces qu’il avait fait auparavant.

Personne n’a oublié sa « vision » de l’inversion des courbes, aberration mathématique, (lien) et les annonces suivantes, lesquelles se sont révélées improductives.

Si la disparition de 23 800 personnes des listes de chômeurs, ce qui représente une baisse de 0,7% par rapport au mois d’aout, soit la baisse la plus importante depuis 8 ans, s’il faut en croire Frédéric Says, sur l’antenne de France Culture le 27 octobre dernier, est du pain bénit pour le gouvernement, il faut donc la relativiser. lien

D’autant que globalement les autres pays européens ont des résultats bien plus encourageants.

L’Espagne, par exemple, connait depuis 5 ans une baisse drastique du chômage, le nombre de « sans emplois » ayant baissé de 75 000 en Juillet, atteignant son chiffre le plus bas depuis septembre 2010. lien

En Allemagne, le taux de chômage était de 4,5% en août dernier, alors que nous étions à 10,8… mais chacun sait que ce succès est du en parti au fait que nos voisins germaniques sont parfois obligés d’accepter des salaires bien plus bas que les nôtres, parfois en dessous de 7 € l’heure. lien

En Italie, cette baisse du nombre de chômeurs s’est produite dès le mois de juin, et dans la zone euro, le taux de chômage a diminué de 0,4% en une année. lien

On peut être surpris de l’incompréhension des gouvernements qui se sont succédés concernant les raisons qui provoquent le chômage.

Il y a quelques temps, sur l’antenne de RMC, avec Jean-Jacques Bourdin, un certain Christophe poussait un coup de gueule libératoire qu’il n’est pas inutile de réécouter. lien

Pour les libéraux, le chômage n’est pas une mauvaise nouvelle, car il met la pression sur le travailleur, permettant aux patrons de les rendre corvéables à merci, vu la rareté de l’offre, ce qui permet de peser sur les salaires, et d’augmenter du coup les bénéfices de l’entreprise.

C’est bien ce qu’ont compris les keynésiens qui jugent qu’il s’agit d’abord d’une crise économique, et que ce n’est qu’en augmentant les salaires que l’on pourra relancer la consommation, et donc créer de l’emploi.

Or le gouvernement, en augmentant drastiquement les impôts, et taxes, des l’entrée au pouvoir de François Hollande, à baissé le pouvoir d’achat des consommateurs, et donc limité ou freiné la production des entreprises.

Au-delà de ces explications, il faut ajouter que la mécanisation permet aux patrons de se passer d’une main d’œuvre, et si l’on en croit les marxistes, la tendance du capitalisme est de remplacer la main d’œuvre par le capital pour augmenter le profit. lien

Considérant avec raison que certains travaux étaient aliénants, l’homme a toujours cherché à s’en exonérer, sans pour autant avoir l’intention de se priver de revenus, même si les soyeux lyonnais détraquaient les métiers jacquard à grand coup de sabots, afin de garder leur emploi, d’où le mot sabotage.

La logique voudrait donc que pour supprimer la notion même du chômage, tout en conservant machines et autres robots, il faudrait en arriver un jour ou l’autre au « revenu universel », appelé aussi « revenu du base », lequel assurerait à tous les citoyens les moyens de consommer.

Les machines ne sont pas salariées, ne tombent pas malades, même si elles ne sont pas à l’abri d’une panne, et continuer de salarier ceux qui ont été privé d’emploi à cause (ou grâce) aux machines, ne diminuera pas le profit des entreprises, mais en permettra d’assurer un pouvoir d’achat aux chômeurs, et donc d’assurer la pérennité de l’entreprise…

Il ne s’agirait donc plus de faire baisser le chômage, mais de l’éradiquer définitivement.

En effet, dès l’instant où chaque français, dès sa majorité se verrait verser un « revenu universel  », qu’il travaille, ou pas, la notion de chômage disparaitrait complètement.

Utopie affirment certains, clamant que cette mesure serait impossible à financer.

Pourtant des experts se sont penchés sur la question, et ont prouvé le contraire.

Il faut bien poser au départ comme donnée que ce versement viendrait en remplacement de toutes les autres aides sociales.

Ajoutons, s’il faut en croire l’économiste Baptiste Mylondo, membre du mouvement défendant cette mesure, s’exprimant dans les colonnes du "Monde Diplomatique", que le financement du revenu de base n’est pas si complexe, et serait même un faux problème.

Il explique : « si l’on se fie à son PIB (produit intérieur brut), la France est aujourd’hui le 5ème pays le plus riche du monde.

En 2010, le revenu disponible (après versement des prestations sociales et prélèvement des impôts directs) s’élevait à 1276 € par mois et par personne, adultes et enfants confondus. C’est nettement plus que le seuil de pauvreté actuel, fixé en France à 60% du revenu médian, soit 960 € par adulte. Qui peut le plus pouvant le moins, la France a donc sans nul doute les moyens d’assurer à tous ses résidents un revenu au moins égal au seuil de pauvreté ». lien

Cette mesure de justice sociale est d’ailleurs défendue par de nombreux décideurs, quels que soient leurs camps politiques.

S’il est vrai que c’est plutôt à gauche que cette mesure est défendue avec le plus de vigueur, on trouve aussi à droite, même à l’extrême droite des élus qui s’en sont emparés.

Dans un sondage canadien d’octobre 2013, 46% de la population y serait favorable, alors que 42% y sont opposés.

En France, ils sont 45% à y être favorables. lien

Les écologistes, le parti pour la décroissance, les partis de gauche, et bien d’autres formations politiques de gauche défendent donc cette mesure, mais à droite aussi.

De Villepin avait intégré à son programme des présidentielles de 2012 l’idée d’un « revenu citoyen », Madelin soulignait que le sujet devait être débattu et expérimenté…

Même à l’extrême droite, Bruno Lemaire, l’un des conseiller de Marine Le Pen, milite pour un « revenu minimum de dignité »… lien

Bien sur certains sont plus ou moins généreux : Christine Boutin évoque 400 €… (lien) alors que De Villepin songe à 850 €… (lien) mais la plupart des défenseurs de cette mesure se basent sur 1000 €.

Au parti socialiste, le maire du 4ème arrondissement de Paris, a pris ouvertement et clairement position pour l’instauration d’un « revenu social garanti ». lien

Par contre, François Hollande ne l’a pas évoqué lors de son discours au Bourget, mais qu’importe, lorsque l’on songe au nombre de promesses qui n’ont pas été tenues. lien

Et comme chacun sait, la baisse du chômage était l’une des promesses du candidat socialiste…il a aussi promis récemment de baisser les impôts…sous condition, dans un 1er temps, d’une amplification de la croissance, or celle-ci est dans un état peu encourageant. lien

Les mauvaises langues pourraient bien rétorquer que cette baisse des prélèvements ressemble furieusement à une mesure électoraliste, à l’approche de la présidentielle…

Rien de surprenant dès lors que le fondateur de nouvelle donne se décide à porter plainte contre l’Elysée l’accusant d’inaction contre le chômage. lien

Comme dit mon vieil ami africain : « donne une datte au pauvre pour en goûter la vrai saveur  ».

L’image illustrant l’article vient de urtikan.net

Merci aux internautes pour leur aide précieuse.

Olivier Cabanel

Articles anciens

t’as pas mille balles ?

1000 € pour tous…utopie ou nécessité ?

le salaire du bonheur

que les gros salaires lèvent le doigt

elle est poubelle la vie ?!

nos rêves seront vos cauchemars

Totnes enlève le haut

Le triomphe de l’utopie

l’homme est-il une espèce domestique

le Monde avant l’ère

l’argent par les fenêtres

la fable du « ruissellement »

La fable du modèle allemand

Au doux pays de l’autarcie

Par quatre chemins

L’énergie en partage

L’odeur nauséabonde de l’argent

Travailler ? moi jamais !

Mon village en utopie

L’homme jetable

Salauds de pauvres

A découvrir :

Le site « revenu de base  »

Un court dessin animé sur le RDB ici

Un petit documentaire sur ce lien

Le film  : le revenu de base, une impulsion culturelle

La conférence de Frédéric Bosqué à Genève mars 2013

Un revenu universel est-il raisonnablement finançable ?

Revenu de base

Un dessin animé très pédagogique sur ce lien

le revenu de base, une solution pour les retraites

Les mensonges de l’aide sociale sur ce lien

A lire : le revenu d’existence, attac

L’enjeu du salaire, Bernard Friot, éditions la dispute.

Revenu de citoyenneté, droit au travail, intégration sociale, revue du mauss n°7, 1996

Fin du travail et revenu universel, Michel Husson, n°176, juillet 2005

L’allocation universelle, Yannick Vanderborght et Philippe Van Parijs, la découverte 2005


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

84 réactions à cet article    


  • Bernard Pinon Bernard Pinon 29 octobre 2015 10:33

    Olivier, vous oubliez dans votre analyse une cause importante du chômage : le libre-échange, qui entraîne des délocalisations d’emplois vers les pays les moins-disant, comme l’avait montré le prix « nobel » d’économie Maurice Allais. 


    • olivier cabanel olivier cabanel 29 octobre 2015 12:58

      @Bernard Pinon
      oui, c’est vrai... 

      on se demande ce qu’attend l’Europe pour imposer un smic équivalent pour tous les pays qui la composent ?
      ça réglerait pas mal de choses
      merci de votre commentaire

    • bourrico 7 30 octobre 2015 08:37

      @olivier cabanel

      on se demande ce qu’attend l’Europe pour imposer un smic équivalent pour tous les pays qui la composent ?ça réglerait pas mal de choses


      Ben voyons, t’as même pas réfléchit une seule seconde à l’énormité de la connerie que tu viens de sortir, le yakofokon dans toute sa splendeur.
      Soit t’es très très bête, soit tu te paies la tronche de Bernard, c’est l’un ou l’autre.

      Je te laisse réfléchir sur le pourquoi cette idée est l’exemple type d’un simplicisme de crétin.

    • olivier cabanel olivier cabanel 30 octobre 2015 08:44

      @bourrico 7
      Hi Han !


    • olivier cabanel olivier cabanel 30 octobre 2015 13:02

      @bourrico 7
      j’ajoute que venant d’un bourrico, l’insulte (qui ne devrait pas avoir cours sur ce site) est en quelque sorte un compliment.

      se faire traiter de crétin par un âne, c’est cadeau.
       smiley

    • gaijin gaijin 29 octobre 2015 10:48

      salut olivier
      " Pour les libéraux, le chômage n’est pas une mauvaise nouvelle, car il met la pression sur le travailleur, permettant aux patrons de les rendre corvéables à merci, vu la rareté de l’offre, ce qui permet de peser sur les salaires, et d’augmenter du coup les bénéfices de l’entreprise. "

      ce que prouve l’augmentation vertigineuse des revenus des 1 %  : guerres , crises etc ......
      a qui profite le crime ?

      mais en outre ( comme disent les caravaniers ) le chomage permet de de maintenir les individus dans la peur ce qui leur évite de penser a autre chose
      ayez peur !
      telle est la principale injonction de tout berger que cette peur soit celle du chomage, des immigrés des sectes , du complot judéo maçonnique .......de l’enfer ......
      l’ important c’est de maintenir le troupeau occupé par la peur .....pendant ce temps les dirigeants ont la paix pour faire avancer leurs projets d’asservissement définitif de l’humanité


      • olivier cabanel olivier cabanel 29 octobre 2015 12:59

        @gaijin
        pas mieux !

        merci.
         smiley

      • fred.foyn Le p’tit Charles 29 octobre 2015 10:58

        Notre société à changé..c’est le tour de la machine qui remplace l’homme..Alors (pour moi..) c’est la fin des haricots pour les travailleurs..Mentir au peuple en disant le contraire..c’est une habitude chez les politiciens.. !


        • bourrico 7 29 octobre 2015 11:25

          @Le p’tit Charles


          Tout à fait, sauf pour une chose.
          C’est son métier au politicien de mentir, ça comme ça depuis l’antiquité.

          La soucis ne vient pas d’eux, mais des ceux qui se laissent berner et les portent au pouvoir.

        • Enabomber Enabomber 29 octobre 2015 11:16

          Pour l’Espagne, le chômage a baissé après avoir atteint des records historiques. S’il faut pour pouvoir se réjouir d’une baisse tutoyer les sommets...


          • bourrico 7 29 octobre 2015 11:26

            @Enabomber

            Je pense qu’il sont déjà heureux quand c’est la hausse qui baisse, à savoir la pente de la courbe qui diminue.

            Dans ma phrase, j’ai « baisse » et « diminue », c’est tout ce qui compte.

          • Enabomber Enabomber 29 octobre 2015 14:33

            @bourrico 7
            Ça me rappelle que déjà du temps de Ballamou on se félicitait de la baisse de la hausse du chômage.


          • bourrico 7 30 octobre 2015 08:39

            @Enabomber

            Je crois qu’il en sont toujours la, ils ne jouent plus sur les courbes, mais sur les dérivées, on ne peut qu’admirer. smiley

          • oncle archibald 29 octobre 2015 12:30

            Le chômage ne peut pas baisser dans un contexte de mécanisation et robotisation de très nombreuses taches, plus la délocalisation dans les pays du tiers monde de toute fabrication qui nécessite encore une main d’oeuvre abondante.


            Prétendre ignorer les causes et faire baisser juste au bon moment non pas le chômage mais les chiffres statistiques du chômage, largement manipulés depuis des décennies par les gouvernements successifs c’est jouer à l’autruche qui enfouit sa tête dans le sable pour ne pas voir le danger. Que la baisse soit conjoncturelle ou le fruit d’une manipulation de chiffres ou les deux ne change rien au constat : il n’y a plus du boulot pour tout le monde.

            Mettre sa tête dans le sable ça n’est en rien ce que l’on attend d’un gouvernement qui a la mission de gérer le présent mais surtout de préparer l’avenir. Force est de constater que les gouvernements qui se sont succédé depuis plusieurs décennies ne nous exposent pas les remèdes qu’ils envisagent pour que nous, nos enfants et nos petits enfants puissions vivre dignement avec une diminution importante et durable des offres d’emploi. Leur seule préoccupation semble être de s’accrocher à leurs prérogatives et de réfléchir à la meilleure façon soit d’e rester aux manettes soit d’y revenir. 

            Ceci explique le succès probable de Madame Le Pen qui n’a pas encore eu l’occasion de montrer qu’elle ne ferait pas mieux, et même selon toute probabilité qu’elle ferait pire. La politique de ce début de XXI eme siècle manque cruellement d’un « sauveur », synonyme d’un gestionnaire honnête et pragmatique.

            • olivier cabanel olivier cabanel 29 octobre 2015 13:08

              @oncle archibald
              c’est ce que j’ai essayé d’expliquer...sauf qu’avec le « revenu de base », on enterre le chômage, et pour longtemps.

              reste à savoir si du coté des patrons, on est capable de réaliser que c’est une solution « gagnant-gagnant », ou si on continue de plonger la tête dans le sable.
               smiley

            • oncle archibald 29 octobre 2015 14:36

              @olivier : sauf aussi que le travail est « indispensable » à l’homme pour sa dignité, pour qu’il ne se sente pas « à charge » du reste de la société. Moi je crois comme vous que c’est tout le système qui est à revoir, mais je crois aussi que « l’assistanat » ou « la débrouille » ne sont pas la bonne solution.


            • soi même 29 octobre 2015 16:25

              Et bien Olivier, est vous sur que vous le voulez  ?
              ( sauf qu’avec le « revenu de base », on enterre le chômage, et pour longtemps. ) Bon je veux bien, expliquez moi d’où viendrait son financement, quand l’on observe d’un coté la dégradation du marché du plein emploi et de l’autre l’abyssale dette publique et de l’autre une application féodalisme de l’économie et de la fiscalité en France  ?

              Il serait important de vraiment être au clair sur le sujet, car sans partage du travail et un changement du paradigme économique où le salaire n’est plus annexé à une activité professionnel , il est évident que le revenu de base est un écran de fumé démagogique.

              Bon comme programme pour alléché le chaland, et inapplicable en réalité dans les faits car l’appliquer signifierait que l’on tourne le dos à la logique néolibéralisme et cela l’UE ne serait pas d’accord du fait même que nous avons plus droit au chapitre sur notre budget national qui doit être soumis à l’aval de Bruxelles.


            • o.man 29 octobre 2015 17:10

              @soi même
              Le revenu de base existe déjà pour les actionnaires sous le non de dividendes , pour eux la question de savoir comment on finance ce RU sans mettre en péril les entreprises , les salariés et l’outil de production ne se pose jamais .

              Et pourtant , l’argent qu’on donne aux actionnaires c’est pour une grande partie de l’argent qui ira dormir dans les coffres d’un paradis fiscal et non de l’argent pour l’économie réelle .

              On retire de l’argent de la circulation pour le donner à une minorité de gens qui ne le consommeront certainement pas de leur vivant et encore moins après .


            • olivier cabanel olivier cabanel 29 octobre 2015 17:22

              @oncle archibald
              tous les travaux ne sont pas indispensables... d’ailleurs, l’origine du mot signifie souffrance, voire torture...les autres travaux sont bien sur louables, bénéfiques pour l’homme...

              ce sont ceux que l’on fait avec plaisir...et non pas contraints et forcés pour « gagner » sa vie..., 
              d’ou l’intérêt des machines, des robots...
              il ne s’agit donc pas de « assistanat »...mais d’une simple mesure citoyenne et sociale.
              et la dignité que vous évoquez sera restituée à l’humain s’il perçoit cette juste mesure qu’est le « revenu de base ».

            • soi même 29 octobre 2015 17:42

              @o.man, je voie que vous allez fort dans le raisonnement, admettons que vous avez raison dans votre argumentation, dites moi , la réticence à que cela soit établie,, elle est d’ordre du Doit de la propriété où d’ordre économique ?

               


            • oncle archibald 29 octobre 2015 17:47

              @olivier cabanel : je ne vous suis pas du tout. Le travail même pénible est revendiqué comme une bonne chose par ceux qui le font parce que tout simplement il leur permet d’être fiers de ce qu’ils ont fait et de ce qu’ils peuvent faire avec l’argent que eux ont gagné. C’est une fierté de pouvoir faire vivre sa famille par son travail. Les plus mal lotis, les mineurs de charbon du Nord, ont fait des gréves quand ils estimaient que les machines, les haveuses, qui à leur place allaient faire tomber le charbon dans la galerie risquaient de les priver de travail. Le travail que l’on fait avec plaisir c’est celui qui vous permet de vivre. Vous ne vous seriez pas amusé à aller dire à un mineur que son travail était dégradant ! Il me semble qu’un clodo qui en faisant la manche assis à la sortie de la gare gagnerait la même chose qu’un mec qui va travailler ne sera pas aussi heureux. Votre « revenu minimum » obtenu sans rien branler ça n’est pas de l’assistanat ?? C’est quoi alors ?


            • soi même 29 octobre 2015 17:47

              @olivier cabanel,votre idéologie du bien être vous pousses à être dans la Fata Morgana, votre réflexion devient de plus en plus hors sol.


            • olivier cabanel olivier cabanel 29 octobre 2015 18:51

              @oncle archibald
              allons ! vous savez bien qu’il y a des taches dont on voudrait se priver, puisque depuis que l’humain existe, il a toujours cherché des mécanismes, des machines, pour alléger cette charge...

              par contre, il y a des taches que nous ne voulons pas confier à des machines...aucun de nos grands peintres n’auraient pu voir se réaliser leurs tableaux...sauf à les copier.
              il ne s’agit pas non plus d’assistanat, il s’agit seulement d’une meilleure répartition de la richesse, mais aussi de faire disparaître d’un seul coup le mot chômage.
              croyez vous vraiment qu’un mineur trouve du plaisir à respirer de la poudre de charbon, trouve du plaisir a mettre sa vie en danger avec les coups de grisous ?
              s’il est vrai que les soyeux lyonnais ont tenté d’enrayer le progres proposé par Jacquard, en donnant, comme je l’expliquais des coups de sabots aux machines, il n’en reste pas moins que la mécanisation a finit par s’imposer, même si quelques artisans fabriquent des tapis d’une valeur bien plus importante que celle que les machines peuvent nous fabriquer, mais ce travail de tisserand, c’est un plaisir... et pas une souffrance, pas une torture.

            • oncle archibald 29 octobre 2015 19:58

              @olivier cabanel : le mineur pas plus que le dessinateur en bureau d’études ou l’étancheur qui trimbale du goudron bouillant dans des seaux en châtaigner, en bref tous ceux qui font des taches subalternes et repetitives, ne viennent pas bosser pour le plaisir de bosser mais pour celui d’être des hommes responsables d’eux même et de leur famille. Ils viennent chercher de quoi boucler leur budget. C’est leur fierté de ne pas être des parasites, et si le boulot leur déplait vraiment ils en cherchent un autre tout en gardant celui là qui leur est indispensable. Visiblement vous voulez nous persuader que ces notions d’honneur et de devoir vous échappent totalement. Un début d’Alzeimer peut être ....


            • olivier cabanel olivier cabanel 29 octobre 2015 20:40

              @oncle archibald
              vous prenez la situation par le petit bout de la lorgnette.

              aujourd’hui, certains gagnent 400 fois le smic ! à quoi bon ???
              le revenu de base est une manière de redonner un sens au mot partage, au mot solidarité, au mot fraternité, et au mot égalité...je crois me souvenir que certains de ces mots sont ceux de notre république...
              on est bien loin de la notion de parasite que vous évoquez.

            • COVADONGA722 COVADONGA722 29 octobre 2015 20:54

              @olivier cabanel
              allons ! vous savez bien qu’il y a des taches dont on voudrait se priver,




              yep ça pue le travail manuel oh bien sur vous excluez de ça les nobles du manuel hein les pâtissiers les ébénistes ect.. bref les artistes , mais nous les pue la sueur c’est incompréhensible hein comment peuvent ils s’accomplirent dans ce bruit cette odeur
              des brutes sans âmes pas vrais ! Nous avons fait tourner les machines des 30glorieuses pendant que des générations d’étudiants sont allés faire des « sciences humaines » pensant bien pour nous et à notre place .Pensez !des prolos ! puis nos gentils soixantes huitards sont devenus des libertariens libéraux et ont regardés passivement l’industrie foutre le camps.pfff qui a besoins de ce toutim nous produirons du beau du conceptuel .
              Alors nous sommes allés mourir doucettement dans des ateliers plus loin plus petits , essayant a 50 ans de se vendre a des boutonneux ayant fait HEC ou ressources humaines .Pendant ce temps trahis par la droite gaulliste l’état passant sous contrôle du capital nous avons vus la gauche nous abandonner en rase campagne .Bordel§§ j’ arrette dans 5 mois monsieur Cabanel presque 40 ans derrière les lignes de machines outils !ce travail si vil ! ces tache dont les vôtres ont dégoutté nos enfants dés le collège," fais tes devoir ou tu finiras ouvrier !
              vous dites il y a fatigue et torture dans le mot travail , mais dans ouvrier il y a ouvrage ! nous avons fait l’ouvrage monsieur le monde s’écroule, mon monde à moi est mort mais le votre nous suit dans le trou monsieur .
              40 ans derrière les imprimantes les fardeleuses les cartonneuses , ça puais , c’était sale et bruyant ce travail ne nous a pas sublimé ni transcendés 
              mais monsieur nous étions !

              .asinus ne varietur


            • philouie 29 octobre 2015 21:02

              @COVADONGA722
              salut covadonga !
              allez, je plusse ton message !


            • Robert Lavigue Robert Lavigue 29 octobre 2015 21:13

              @COVADONGA722

              Merci Camarade !


            • Robert Lavigue Robert Lavigue 29 octobre 2015 21:48

              mais ce travail de tisserand, c’est un plaisir... et pas une souffrance, pas une torture.

              Cet artiste de variété confond l’atelier macramé d’une MJC avec le travail quotidien sur une machine  !


            • olivier cabanel olivier cabanel 29 octobre 2015 21:58

              @Robert Lavigue
              comment faites vous pour être toujours à coté du débat ?

               smiley

            • olivier cabanel olivier cabanel 29 octobre 2015 22:00

              @COVADONGA722
              je fais mon pain, et j’en éprouve un plaisir renouvelé...

              votre salve démagogique n’amuse que les naïfs...
              vous n’êtes rien, juste un bouffon, et encore, c’est beaucoup.
               smiley

            • Henry Canant Henry Canant 29 octobre 2015 22:18

              @olivier cabanel
              Le mage de gauche bien pensant déverse le contenu de son intestin pour couvrir le cri de l’ouvrier en colère criant la vérité..

              Vous vous révélez dans toute la splendeur de ce que l’humanité a engendré de plus infect. 

              Je pense n’avoir rien lu de plus honteux sur Agoravox.

            • oncle archibald 29 octobre 2015 22:32

              @COVADONGA722 : bravo,on ne saurait mieux dire. Le monde vu par Cabanel : des petits toutous bien sages qui attendent leurs croquettes. D’ailleurs ça en prend le chemin, déjà les politiques profitent de leurs passages au pouvoir pour « embaucher » des amis fidèles et s’attacher leur vote. Imagine, malheureux, s’ils reviennent, ils egale ces salauds, les autres, ils vont te virer ..... Des « comme ça » il y en a pléthore dans les mairies, les conseils généraux, départementaux, les Sivom les Sictoms et autres sociétés d’économies mixtes créés tout expres ... Cabanes veut faire de nous des insectes rampants justes bons à lécher la main qui les nourrit.


            • olivier cabanel olivier cabanel 29 octobre 2015 22:41

              @Henry Canant
               smiley


            • COVADONGA722 COVADONGA722 30 octobre 2015 06:59

              @olivier cabanel
               yep avant de retourner a ses chaines le bouffon vous offre ceci .




              Vous confondez toujours le frère et l’adversaire
              La forme vous suffit pour condamner le fond
              En regardant bouger la surface de la mer
              Vous croyez la connaître jusqu’en son tréfonds

              En voyant votre propre reflet dans la glace
              Vous vous imaginez que vous avez vu Dieu
              En croyant pourchasser votre ennemi de classe
              Vous courrez après vous comme un chien mord sa queue

              Vous êtes les alliés de ceux qui vous détruisent
              Tissez votre linceul soyez vos fossoyeurs
              Nul n’a le monopole des luttes entreprises
              Si elles meurent ici elles renaissent ailleurs


              Gilles Servat


            • olivier cabanel olivier cabanel 30 octobre 2015 07:43

              @COVADONGA722
              poésie pour poésie, voici la mienne, en toute modestie

              Le malin qui dirige

              Et qui tient les cordons

              De la bourse boursouflée

              Du cancer du pognon

              a trouvé le moyen

              D’être toujours vainqueur

              Pour s’imposer de droit

              A inventé la peur

              C’est elle qui nous tient

              Comme des chiens serviles

              Zombies traumatisés

              Dans les rues d’une ville

              Un feu rouge par la

              Un passage à piéton

              La hauteur des immeubles

              Le fragile des maisons

              Derrière chaque persienne

              Vit un flic qui s’ignore

              Il regarde ceux qui viennent

              Et voit celui qui sort

              Son œil est un espion

              Sa main une matraque

              Et ses oreilles en long

              Dans chaque coin nous traque

              Et dans chaque bureau le pale fonctionnaire

              Tremble d’un mot de trop

              D’une faute de grammaire

              La moindre opération lui devient un supplice

              Car au-dessus de lui, y a le chef des sévices

              Et ainsi tous les jours, la peur nous tient en laisse

              Fait régner sa terreur jusqu’aux lieux de messe

              Car elle est le garant du roi qui nous domine

              La peur est avec nous de l’usine à la mine

              Des lors tranquillement la peur est dans la tête

              La peur d’être mal compris, de rater une fête

              Et la peur de mourir pousse à assassiner

              Comme celle de souffrir empêchera d’aimer

              La tête s’atrophie, et la pensée s’altère

              Et les yeux rabougris ont perdu leur lumière

              Les sourires lumineux deviennent des grimaces

              Et les poignées de main étranglent des limaces

              Car pour masquer sa peur, à défaut de visière

              On a mis à l’humain de très grandes œillères

              On oppose au hasard chaque coïncidence

              Et la peur du bizarre, s’endort dans la prudence


            • bourrico 7 30 octobre 2015 08:41

              comment faites vous pour être toujours à coté du débat ?


              Quel débat ?
              Tes non sens et tes réflexions d’écolier, t’as beau les prendre pour des prouesses intellectuelles, ce ne sont que des âneries, au sens propre.

            • olivier cabanel olivier cabanel 30 octobre 2015 12:57

              @bourrico 7
              venant d’un bourricot, cette ânerie prend tout son poids.

               smiley

            • olivier cabanel olivier cabanel 30 octobre 2015 12:59

              @COVADONGA722
              ceci dit, ayant connu Servat, je ne suis pas sur que vous soyez digne de le revendiquer.

               smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès