• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Ne m’appelez plus Areva

Ne m’appelez plus Areva

Notre Dame des Landes, Fessenheim... à qui le tour ?

Fermeture de la centrale nucléaire de Bugey ? Celle du Tricastin, annulation du projet d’enfouissement de déchets nucléaire Cigéo ? Abandon du TGV Lyon Turin... lien

Quel sera le grand projet inutile qui retournera demain dans le placard duquel il n’aurait jamais dû sortir ?

La fermeture de Fessenheim semble actée... même si elle aurait dû l’être dès 2012, s’il fallait croire la promesse hollandaise...

Mais quid des autres centrales, tout autant vieillissantes, et tout autant dangereuses ?

Si l’on prend l’exemple de la centrale nucléaire de Bugey, à 30 km de Lyon, tombant régulièrement en panne, elle est de plus en plus sujette à des fuites à répétitions.

La dernière en date a eu lieu le 13 décembre 2017, et n’a été communiquée que le 15 janvier 2018... pourtant la fuite est sérieuse, du tritium qui s’est manifestement évacué dans la nature, et dont une partie pourrait bien se retrouver dans la nappe phréatique. lien

Des investigations sont en cours...

Cette fuite de tritium n’est pas une nouveauté pour cette vieille centrale qui va vers ses 45 ans...ce qui ne me rajeunit pas, vu que c’est la première manifestation antinucléaire à laquelle j’ai participé...c’était en 1971.

En effet, le 1er réacteur (graphite/gaz) avait démarré en 1972. lien

Une fuite de ce genre s’était déjà produite en 2012, ce qui n’a pas empêché l’ASN (autorité de surveillance nucléaire) de prolonger le réacteur n° 5 jusqu’en 2022. lien

Pourtant c’est bien cette même ASN qui avait déclaré « certains tuyaux sont tellement rouillés que l’épaisseur de leurs parois a diminué et pourraient ne pas résister en cas de séisme ou d’inondation. Ces dégradations sont la conséquence de la corrosion qui a pu se développer en l’absence d’une maintenance préventive adaptée ».

En octobre 2017, les autorités genevoises s’inquiétaient à juste titre de la dégradation de la tuyauterie de la centrale : tuyaux rouillés, et la moitié des pompes de refroidissement qui seraient défaillantes...

C’est du moins ce que l’on pouvait lire dans l’article de Christian Lecomte, du journal « le Temps  »... le journaliste rappelant qu’il n’y a que 70 petits kilomètres entre la capitale romande et la centrale nucléaire de Bugey... lien

On se souvient qu’au Japon, les autorités américaines avaient imposé à leurs ressortissants de s’éloigner d’au moins 100 km de la centrale dévastée de Fukushima.

Déjà en février 1993, il y a donc 25 ans, le journal « Libération » publiait un article saignant sous le titre « les mauvais tuyaux des centrales nucléaires », rappelant que les canalisations constituent la seule voie de communication permanente entre l’intérieur du réacteur et le monde extérieur, et que toute rupture sur ce tronçon capital pourrait mettre en contact direct le cœur de la centrale et l’atmosphère, entraînant alors le rejet d’énormes quantités de radioactivité. lien

Et puis, si l’on prend une autre centrale, celle de Gravelines par exemple, on réalise qu’elle est passée de 50 « incidents » en 2016 (terme généralement utilisé dans le monde nucléaire), à 80 en 2017... et comme d’habitude, ça n’aurait eu aucune incidence sur la sécurité des populations, ni sur leur santé. lien

Déjà, en 2016, les experts constataient que 32 réacteurs sur 58 étaient défectueux.

Pas étonnant dès lors que les militants de « Stop Bugey  », aient envoyé une lettre ouverte, soutenue par 202 personnalités, à destination de Nicolas Hulot, et du conseil d’administration d’EDF, afin de demander la fermeture du site nucléaire de Bugey, laquelle lettre sera suivie par une pétition. lien

Mais revenons à Areva, laquelle institution vient de changer de nom, pour s’appeler Orano, et interrogeons-nous avec Nicolas Stiel, chroniqueur à « Challenges », sur les raisons de ce changement, en rappelant que le changement de nom n’évacue pas les probllèmes.

Le nom précédent était inspiré par l’abbaye cistercienne espagnole d’Arevalo, que l’ex présidente du groupe, Anne Lauvergeon avait trouvé à son gout...

Quant à Orano, il est dérivé d’Ouranos, le dieu grec, devenu Uranus sous les romains, Uranus qui donnera plus tard son nom à l’uranium.

Mais tout comme l’uranium et le nucléaire, Orano ne va pas bien, son effectif est passé de 40 000 personnes à 16 000, suite à la situation financière déplorable du groupe, lequel enchaîne les déboires, que ce soit en Finlande avec l’EPR d’Olkiluoto, retards considérables sur le chantier, crise avec le gouvernement finlandais, dépassement catastrophique du budget initial, sachant que, par contrat, le dépassement est à la charge d’Areva, et le changement de nom n’y changera rien.

Autre déboire, celui d’Hinkley-Point, en Angleterre, dépassement de budget aussi considérable que celui des finlandais, dépassement qui pourrait atteindre les 3 milliards d’euros, et retards aussi, puisque plus personne ne croit au démarrage fin 2025... lien

Ajoutons-y la catastrophe technologique de l’EPR français, à Flamanville, passant de 3 milliards envisagés, à près de 11 aujourd’hui, défauts technologiques de la cuve, accidents de chantier, (mort d’un ouvrier) sous traitance clandestine, et bien sûr retard considérable puisque cette installation devait démarrer en 2012. lien

C’est finalement Greenpeace qui, en novembre 2016, faisait le constat du fossé gigantesque qu’il existe entre le discours d’EDF et la réalité financière du groupe, et conseille, comme seule porte de sortie, de fermer tous les réacteurs, car outre le fait que pour leur démantèlement, les comptes ne sont pas bons, mais aussi que les investissements prévus pour rénover le parc nucléaire représentent 165 milliards d’euros, somme astronomique sur laquelle EDF se garde bien de communiquer. lien

Pas étonnant dès lors que le prix du kW nucléaire ne cesse de grimper, dépassé aujourd’hui en efficacité et en coût par les énergies propres. lien

En 2016, les nouvelles capacités des éoliennes et du photovoltaïque se sont élevées à 147 gigawatts contre un petit 9 GW pour le nucléaire, ce qui n’empêche pas le nouveau directeur d’Orano, Philippe Knoche de se persuader que le nucléaire ait encore un avenir. lien

Il est peut-être l’un des derniers, avec Édouard Philippe, lequel a dans le passé travaillé pour Areva, dont il était en quelque sorte le lobbyiste, et quelques autres, à le croire. lien

Pour les militants de Stop Bugey, et quelques autres, le nucléaire, c’est fini.

Pour les eurodéputés, le choix des énergies propres est fait, et le parlement européen exige un plan « énergies propres » plus ambitieux, choix qui semble partagé par le gouvernement français, à moins qu’il ne s’agisse que d’une simple opération de communication.

En effet le gouvernement dit vouloir accélérer massivement les investissements, les appels d’offre, simplifier les procédures, éviter que les recours ne bloquent systématiquement les projets de renouvelables, afin de faire de la France un leader dans ce domaine... lien

On ne demande qu’à le croire, mais la réalité est plus cruelle puisque notre pays est très en retard dans ce domaine, quasi le plus mauvais élève de la classe européenne. lien

Dans un rapport qui vient d’être remis par le ministère de la transition écologique sur l’évolution de la pollution de l’air depuis 2000, la France fait figure de cancre et occupe toujours la place du 6ème pays européen le plus pollué. lien

Quant à sa place sur le terrain des énergies propres, elle occupait en Juillet 2017 la place de 16ème sur 28 au sein de l’union européenne, loin derrière la Suède, la Finlande, la Lettonie, ou l’Autriche. lien

Ce qui est étonnant, c’est qu’à la même date, les énergies propres étaient déjà plébiscitées par 94% des français, et que 66% d’entre eux sont prêts à payer un surcout pour passer au renouvelable. lien

Ajoutons pour la bonne bouche que, d’après l’ADEME, les énergies renouvelables pourraient créer près d’un million d’emplois, faisant bondir notre PIB (produit intérieur brut).

Le consommateur aurait tout à y gagner puisqu’il débourserait 40 milliards de moins sur sa facture d’électricité (il en débourse aujourd’hui 70). lien

Pourtant tous les consommateurs ne sont pas longés à la même enseigne, car, alors que l’habitat représente près de 50% de la consommation totale de l’énergie de notre pays, le prix à payer pour être un éco-citoyen n’est pas à la portée de tous les français, d’autant que, selon l’ONPE (observatoire national de la précarité énergétique) 12 millions d’entre eux sont aujourd’hui en situation de précarité énergétique, et comme l’écrit Philippe Rioux dans les colonnes de « La Dépêche », à ces ménages en difficulté, s’ajoutent tous ces français mal informés ou perdus devant la complexité administrative, renoncent à optimiser leur logement. lien

Comme dit mon vieil ami africain : « le chien a beau avoir 4 pattes, il ne peut prendre 2 chemins à la fois ».

L’image illustrant l’article vient de http://janus157

Merci aux internautes pour leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Articles anciens

De Maïak à Fukushima

Les éoliennes sont dans le vent

L’électricité, c’est gratuit

Les énergies, c’est du propre

Après Totness, Feldheim

Totness enlève le haut.

Le caillou dans la chaussure

Un avenir radieux ou irradié

Sans transition, la chute !

L’énergie en partage

Il y a ceux qui nous pompent l’air…

Comment tourner la page du nucléaire, du pétrole et du charbon

Au pays du soleil, le vent !

De l’eau dans le gasoil

Roulez, roulez, petits plastiques

Faire le plein avec du vide

MHD, l’énergie cachée du futur

Quand les ordures se changent en or

Vive l’énergie positive

Sortir en douceur du nucléaire

Du pétrole sous les sabots

Energies propres en Suède

De la fuite dans les idées

L’imagination au pouvoir

Tel un avion sans kérosène

Rouler malin

D’autres énergies pour sortir de la crise

Au chaud sur la terre de glace

Simple comme l’eau chaude

Témoignage sur le photovoltaïque en France

Le plein de cochon à la pompe

Le nucléaire dépassé par des cochons

Déchets, de l’or dans nos poubelles


Moyenne des avis sur cet article :  3.47/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

286 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 30 janvier 10:09

    Comment vont-ils se sortir de cette merde que sont les EPR ?

    Les anglais vont pouvoir se refaire un cerise économique sur ce coup-là, à nos dépends, comme d’hab, et les chinois, financiers de l’affaire n’ont pas fini de nous faire couiner...

    Allez, finissons-en bordel !


    • olivier cabanel olivier cabanel 30 janvier 10:27

      @Clocel
      oui, c’est bien en effet ce qui nous pend au nez, mais tous ces gouvernements se suivent et se ressemblent et nous imposent une technologie désuète et dangereuse.


    • JC_Lavau JC_Lavau 30 janvier 13:06

      @olivier cabanel. Heureusement que toi l’expert en technologie, armé de tes patates électriques...


    • V_Parlier V_Parlier 30 janvier 14:49

      @olivier cabanel
      Désuète, je ne sais pas. Mais en tout cas on peut constater que, comme dans beaucoup d’autres domaines que le nucléaire, la prétention a dépassé la compétence. Il faut dire que depuis des années on nous rabâche que les « visionnaires » doivent remplacer les techniciens, alors...


    • HELIOS HELIOS 30 janvier 16:24

      @olivier cabanel

      ***** « le chien a beau avoir 4 pattes, il ne peut prendre 2 chemins à la fois » *****

      votre ami africain a des expressions tres imagées, mais en français nous avons aussi un proverbe qui a exactement le même sens.

      Je sais, que cela fait plus kitch, plus cultivé, plus actuel de se référer a d’autres cultures...

      Mon vieil ami, chasseur en son temps, l’aurait exprimé comme cela :

      ***** Il ne faut pas courir deux lièvres à la fois *****

       


    • wawa wawa 30 janvier 11:20

      Mais voilà en bonus une offrande du mage,

      mais dites moi, vous croiiez vraiment aux promesses hollandaise ? celles de macron ( fessenheim est pas encore fermée, ne criez pas victoire trop)

      a propos ouranos est le dieu du ciel : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ouranos

      comme le ciel pur que permet l’utilisation du nuke, troublé uniquement par quelque volutes de vapeur des aeroréfrigerant, tout un symbole smiley


      • Marius, César (La forge de lourmarin), Guy Friedlingstein, décès le 7 octobre 1983. Naissance de Poutine le 7 octobre,... Areva. La treizième Tribu. LES KHAZARS,....La cavaliers de la VOLGA,....

        Dossier : la bombe atomique | ARTE Info
        7 oct. 2017 - Une arme super dangereuse : on vous explique plus en détail ce qu’est la bombeatomique. ... Il y a 70 ans, pour mettre fin à la Seconde Guerre mondiale, les Américains avaient eux largué deux bombes atomiques sur le Japon, faisant plus de cent mille morts. Personne ... Dernière màj le 7 octobre 2017. je dis cela, je dis RIEN.

        • olivier cabanel olivier cabanel 30 janvier 13:07

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.
          j’apprécie beaucoup les explications que tu proposes...


        • @olivier cabanel


          Merci Olivier. Celui est est prévenu,....Au moment où je lisais « Malevil » de Robert Merle, je passais en Kayak devant le restaurant : Malevil en Dordogne. J’avais un peu les choquottes,...

        • jmdest62 jmdest62 30 janvier 12:07

          Salut Olivier
          A titre personnel et très égoïste j’aimerais que l’on s’occupe en priorité de la poubelle CIGEO.
          Nous avons déjà , en Champagne-Ardennes , le plus grand site MONDIAL de stockage à ciel ouvert de déchets nucléaires
          c’est sans doute bon pour le tourisme « industriel » mais .....
          Faudrait p’tet en rester là si on veut pas bientôt avoir des bulles de tritium dans le Champagne.
           smiley
          °
          Je me demande si les habitants du couloir rhodanien (jusqu’à Marseille) se rendent bien compte qu’un accident au Bugey les concernerait très directement par la pollution du fleuve.
          °
          Idem pour les Parisiens avec Nogent/Seine.
          @+



          • olivier cabanel olivier cabanel 30 janvier 13:12

            @jmdest62
            la question des priorités est accessoire... diviser pour régner disait l’autre... tous ces projets nuisibles sont prioritaires...pourquoi, au lieu de tenter de tirer la couverture à soi, ne pas tenter le rassemblement plutôt que la division.

            perso, même si géographiquement, je devrais lutter pour donner la priorité à la fermeture de Bugey, j’ai autant envie de dire non à Cigéo, non au Tricastin, non au Lyon Turin, et un non définitif à tous les projets de grands travaux inutiles.
             smiley

          • jmdest62 jmdest62 30 janvier 13:37

            @olivier cabanel
            « la question des priorités est accessoire »
            Calmez vous ...j’déconnais !
            j’ai écrit le 18/01 14H45 en commentaire de l’article de M. DROUET  :
            "Si on a une réelle volonté de diminuer la pollution , d’épargner les ressources en revenant à des circuits courts .........alors en toute logique , aéroports , autoroutes , TGV qui sont les outils de la stratégie en vogue depuis les années 80 du « tout , tout de suite , de n’importe où » , ne doivent plus faire partie de la panoplie des solutions d’aménagement du territoire."
            °
            et je ne suis pas encore assez gâteux pour me contredire en si peu de temps  smiley
            @+


          • https://www.astrotheme.fr/celebrites/recherche.php. Dominante astrologique de POUTINE : Pluton. Plutonium,... Hiroshima mon amour. La Douleur. Marguerite duras.



              • foufouille foufouille 30 janvier 12:44

                "En France, l’environnement rallie une grande partie de la population à sa cause puisque 66 % des Français se disent prêts à payer un surcoût de 11,7 % en moyenne pour passer aux énergies renouvelables dans leur logement."

                très loin du vrai prix qui sera multiplié par deux.


                • V_Parlier V_Parlier 30 janvier 14:57

                  @foufouille
                  Le vrai prix du nucléaire (prix du kilo/siècle de stockage par Kw.h produit) devrait quant à lui être multiplié par dix. Donc même x2 ce n’est rien. Il est d’ailleurs illusoire de croire que l’électricité va rester au prix d’aujourd’hui. C’est peut être vilain, pas social, etc... mais le prix coutant c’est le prix coutant. (Sinon il faudra considérer que la réduction est une prestation versée par l’Etat, comme les prestations sociales).


                • foufouille foufouille 30 janvier 15:29

                  @V_Parlier
                  si tu le dis c’est forcément vrai comme les réacteurs de type phénix russes qui n’existent pas.
                  de plus, les ordinateurs sont toujours des 386 sx à 20Mhz et 2Mo de mémoire ..............


                • V_Parlier V_Parlier 30 janvier 20:58

                  @foufouille
                  Je cite : « de plus, les ordinateurs sont toujours des 386 sx à 20Mhz et 2Mo de mémoire »
                  Si je suis ce raisonnement, ça veut dire que les centrales nucléaires qui ne font pas de déchets existeraient mais qu’on nous le cache parce-que c’est trop secret et qu’on veut obtenir des déchets pour réaliser un complot ultime, c’est ça ? Un peu comme la voiture qui marche à l’eau...


                • foufouille foufouille 31 janvier 10:53

                  @V_Parlier
                  les déchets sont obligatoire comme pour toute production d’ordinateur, par exemple.
                  par contre les déchets seront moins dangereux et bientôt recyclable avec les surgénérateurs russes.
                  ce serait le cas chez nous si le programme superphènix avait continuer.


                • V_Parlier V_Parlier 31 janvier 13:53

                  @foufouille
                  Je lis : « les déchets sont obligatoire comme pour toute production d’ordinateur, par exemple ».
                  -> Je parle des déchets qui nécessitent des siècles de stockage pour ne plus être dangereux (mauvaise foi caractérisée).

                  Le « surrégénérateur » ne récupère qu’une petite partie du carburant usé (aussi avancée que soit la technologie russe ou celle des autres). D’ailleurs c’est tout à fait normal puisqu’on ne peut pas faire revenir à l’état physique de départ un élément qui s’est transformé en libérant de l’énergie, tout en créant à nouveau de l’énergie (et même simplement sans en dépenser). C’est sidérant de voir tant de techno-béats ignorer les bases mêmes de la physique. L’illusion du « overunity » fait des ravages même chez ceux qui n’en ont même pas conscience. C’est plus réconfortant pour eux de faire des comparaisons bancales avec des exemples d’avancées technologiques qui n’ont en rien enfreint ces lois mais ont simplement dépassé certaines estimations essentiellement liées aux capacités de fabrication.


                • foufouille foufouille 31 janvier 14:11

                  @V_Parlier
                  tu as des tas d’autres déchets qui sont enfouis hors du nucléaire pour longtemps.
                  d’ici quelques siècles et si nous ne pouvons toujours les transformer en totalité en énergie, on pourras toujours les balancer sur mercure ou vénus, etc.

                  le but n’est pas de recréer de l’U 235 ou 238 mais d’utiliser les autres éléments radioactifs ou d’en fabriquer comme pour le thorium.

                  tu manques de bases, demande à sarcastelle de t’expliquer.


                • V_Parlier V_Parlier 31 janvier 15:24

                  @foufouille
                  Ah, encore un truc qu’on sait faire depuis des décennies mais que personne ne fait dans le monde, parce-que ce serait trop bien. Plus généralement, le fait qu’on « finisse » mieux les déchets serait certes souhaitable mais ce n’est qu’une optimisation du processus. Pas une élimination totale.


                • Alren Alren 30 janvier 12:53

                  Les éoliennes tripales géantes déçoivent : elles n’ont un rendement intéressant que si le vent dépasse une certaine vitesse et est stable, sans bourrasque et elles sont en danger si le vent est trop fort.

                  La « fenêtre » est d’autant plus étroite que l’éolienne est géante avec forcément une plus grande fragilité de structure : l’une d’elles s’est effondrée lors de la dernière tempête.

                  Sans doute faudrait-il remplacer le modèle tripale par un autre capable de supporter un vent de tempête : il existe de nombreux prototypes qui ne demandent qu’à être testés en présence des concepteurs.

                  Plus petites, ces éoliennes par centaines pourraient être utilisées à freiner le mistral et la tramontane sans incommoder la vision des riverains, à l’égal de haies.

                  Les panneaux solaires donneront peut-être un jour assez d’électricité pour alimenter en sus de l’existant (chauffage domestique) les véhicules électriques.

                  Mais pour cela il faudra trouver une alternative au cristal ultra-pur de silicium, que l’industrie est incapable de produire en quantité suffisante couvrir toutes les surfaces artificielles en hauteur : toiture ou zones désertiques.

                  Mais surtout, éolien et solaire ne peuvent être utilisés sans relève, c’est-à-dire sans turbines à gaz naturel (le moindre mal) car l’hydraulique est incapable de jouer seul ce rôle. Il faudrait évidemment acheter ce gaz aux Russes ...

                  La vraie solution est ... dans le nucléaire !

                  Seule la fission d’un atome est capable de fournir des quantités d’énergie suffisante (E = mc²).

                  La fusion de deux atomes (deutérium- tritium) produit la même énergie et serait LA solution, mais des phénomènes quantiques pourraient entrer en jeu pour rendre impossible cette réaction hors du cœur des astres comme le soleil, du moins en fournissant un positif d’énergie.

                  Énergie de fission donc mais pas l’uranium qui produit du plutonium. Il faut utiliser comme je ne cesse de le dire, avec d’autres, le thorium !

                  La France est tellement engagée dans la filière uranium et cette folie d’EPR qu’elle est mal placée pour remettre en cause son choix de 1974, choix autant dicté par le choc pétrolier que par la nécessité de fournir son arsenal nucléaire en plutonium. Et ce alors que c’est peut-être le pays le plus apte à mettre en œuvre cette filière thorium.


                  • olivier cabanel olivier cabanel 30 janvier 13:16

                    @Alren
                    le thorium est une fable, que j’ai tenté d’expliquer dans un article ancien... lien

                    la fusion nucléaire aussi...
                    perso, je ne suis pas favorable au gigantisme des installations en énergie propre, préférant privilégier la production et consommation sur place, afin d’éviter le gaspillage lié au transport de l’énergie.
                    je ne suis sur de rien, mais je sais au moins que le nucléaire est une énergie qui a fait son temps.
                    sur aussi que l’exploitation des énergies fossiles est la pire des bonnes idées.
                     smiley

                  • foufouille foufouille 30 janvier 13:55

                    @olivier cabanel
                    comme tu as des patates ou une multiprise toto-amorçé qui alimente un radiateur électrique ................


                  • sarcastelle 30 janvier 14:58

                    @olivier cabanel

                    .
                    le thorium est une fable que j’ai tenté d’expliquer dans un article ancien .... lien 
                    .
                    Article dont je conseille la lecture tant il est rempli de sornettes ; ne pas oublier les commentaires.

                  • V_Parlier V_Parlier 30 janvier 15:00

                    @Alren
                    Je cite : "turbines à gaz naturel (le moindre mal) car l’hydraulique est incapable de jouer seul ce rôle. Il faudrait évidemment acheter ce gaz aux Russes ... La vraie solution est ... dans le nucléaire !"

                    C’est l’opinion de nos dirigeants ou c’est la vôtre ? (En tout cas c’est grave de chez grave)


                  • sarcastelle 30 janvier 15:23
                    @ Alren
                    .
                    E = mc² n’est pas spécifiquement nucléaire et s’applique à toutes les formes d’énergie. 
                    La fusion du deutérium et du tritium est exploitée dans les bombes A dopées et dans les bombes H. 
                    Nous serions heureux de connaître ces obstacles quantiques à la fusion D-T. 
                    .
                    C’est lassant de répéter que le besoin de plutonium militaire n’a pas de lien avec nos 58 réacteurs civils. Seuls les centrales anciennes et modérément productrices d’électricité de Chinon et Marcoule avaient vocation à faire du plutonium militaire. Les réacteurs civils à longs espacements entre défournement des barreaux de combustible produisent un plutonium dont la teneur isotopique ne fait pas un explosif militaire convenable. Enfin, la France a dans les 400 tonnes de plutonium en stock, et en produit quelques dizaines de tonnes par an ; qu’est-ce que l’armée aurait à faire de quantités pareilles. 

                  • nono le simplet nono le simplet 30 janvier 16:55

                    @Alren
                    Mais pour cela il faudra trouver une alternative au cristal ultra-pur de silicium,


                  • nono le simplet nono le simplet 30 janvier 16:58

                    @nono le simplet

                    CELLULE CZTS (CUIVRE ZINC ETAIN SOUFRE) même lien

                  • nono le simplet nono le simplet 30 janvier 17:16

                    @sarcastelle
                    il serait temps de tirer la sornette d’alarme ...


                  • sarcastelle 30 janvier 18:23

                    @nono le simplet

                    .
                    A quel propos la sonnette ? 

                  • biquet biquet 30 janvier 19:42

                    @sarcastelle
                    Il y a aussi l’énergie mécanique : 1 Watt = 1 Newton 1 mètre en 1 seconde. La thermodynamique est la principale responsable du réchauffement climatique, l’énergie issue de la mécanique c’est l’avenir.


                  • sarcastelle 30 janvier 20:25

                    @biquet

                    .
                    Peu clair. 

                  • nono le simplet nono le simplet 31 janvier 01:40

                    @sarcastelle

                    A quel propos la sonnette ? 
                    Article dont je conseille la lecture tant il est rempli de sornettes ; ne pas oublier les commentaires.
                     smiley

                  • nono le simplet nono le simplet 31 janvier 02:13

                    @nono le simplet
                    je rajoute avoir écrit « la sornette d’alarme » ... blague de potache ( aux légumes ) ...


                  • Ruut Ruut 31 janvier 09:29

                    @sarcastelle
                    Sauf que le choix de nos centrales Nucléaires actuelles au lieu des centrales au thorium (ne permettant pas de produire des bombes nucléaires) le fut pour des raisons Militaires et non de sécurité dans la production électrique.


                  • sarcastelle 31 janvier 09:54

                    @Ruut

                    .
                    L’uranium a été employé au départ dans les réacteurs du projet Manhattan pour faire du plutonium militaire. 
                    L’uranium a été choisi au départ pour le civil parce que le militaire avait mis au point la technique, mais surtout parce qu’un réacteur à uranium et graphite était considérablement plus simple à tous égards et promettait un courant moins cher en un temps où on ne savait pas si le kWh nucléaire serait seulement compétitif un jour. 
                    En France les premiers réacteurs, de Chinon et Marcoule, étaient destinés à la production de plutonium militaire. C’est fini depuis dix ans ; on n’en fait plus.
                    Le programme civil, indépendant de le demande de plutonium militaire, destiné à la production massive, s’est évidemment fondé sur une technique existante, et non sur une qui déboucherait dans un nombre indéterminé de décennies. 





                  • JC_Lavau JC_Lavau 31 janvier 10:21

                    @biquet. Spécialiste des sornettes les plus étranges.

                    Etonnant comme Agoravox rassemble les chtarbés, un peu comme une passoire Shadock du troisième genre, qui laisse filer le bon miam-miam et garde l’eau sale.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès