Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Fukushima, un désastre illimité

Fukushima, un désastre illimité

Ça y est, 3 ans viennent de s’écouler, et le bilan est accablant.

Accablant d’abord parce permanent en ce qui concerne les puissants rejets radioactifs, accablant aussi car le démantèlement patauge, les cuves se remplissent d’eau polluée, les fuites via l’océan se multiplient, et parce que la radioactivité dépasse largement le cadre japonais.

Même si les médias européens ont largement mis l’étouffoir sur la situation, laissant envisager que tout est en train de se régler, et qu’il faudra seulement donner du temps au temps, certains médias ont finalement compris que nous nous dirigions vers une contamination planétaire, comme le révélait sur l’antenne de Fr3, le 26 février dernier, à 23h15, Lionel de Coninck, dans l’émission « pièces à conviction ». lien

On sait aujourd’hui, d’après un rapport réalisé par le ministère russe de la défense, que 2 explosions atomiques souterraines ont eu lieu à Fukushima le 31 décembre 2013 : la première avait une intensité de 5,1, et l’autre de 3,6 sur l’échelle de Richter. A titre de comparaison, la bombe d’Hiroshima correspondait à un séisme d’une magnitude de 6.

Dans ce même rapport, on apprend aussi que l’architecte du réacteur n°3 avait averti dès le 17 novembre 2011 qu’une explosion hydro-volcanique était inévitable en raison du combustible fondu qui s’échappait de la cuve du réacteur. lien

Seule la volonté des gouvernements désireux de ne pas « provoquer de panique » serait responsable du silence coupable des médias traditionnels à qui la consigne a été donnée de ne pas affoler les populations.

Pour toutes ces raisons, le lobby nucléaire se réuni discrètement à l’Espace Cap 15, 1-15 quai de Grenelle, à Paris, le 11 mars, (lien) afin de peaufiner la stratégie qui consiste à rassurer toujours et encore les populations menacées, ce qui explique la volonté des autorités japonaises d’encourager les populations à retourner dans les zones polluées alors que la radioactivité de celles-ci y est 4 fois supérieure à celle autorisée pour les travailleurs du nucléaire, soit 20 mSv/an. lien

Ce séminaire des lobbyistes nucléaires japonais et français a réuni des membres du comité CIPR, et des membres de NPO.

On note au programme de cette journée la « réhabilitation de l’école primaire de Tonimari », « de la radiobiologie pour servir les gens de Fukushima », ou encore « l’endroit où l’on appartient  »…outre le déjeuner prévu à 13 h, la journée sera close par un cocktail, à 18h30.

A Fukushima, les inquiétudes concernent toujours la vidange de la piscine de stockage du réacteur n°4, pour laquelle Tepco s’est donné 2 ans pour transvaser les barres combustibles de cette piscine, à une autre, au sol celle là.

Le 25 février dernier, un court circuit a provoqué l’arrêt du refroidissement de cette piscine, ce qui a provoqué la suspension du retrait des assemblages pendant 4 heures. lien

Pour l’instant, à la date du 9 mars, Tepco a réussi à sortir 462 assemblages sur les 1 533 assemblages de cette piscine, soit 19 transports effectués. lien

Il faudra ensuite sortir tous les assemblages restant dans les autres piscines, et le calendrier prévu semble difficile à respecter. lien

Une autre problématique concerne le réacteur n°3, car le corium en fusion contient du plutonium, grâce à la « générosité » de l’industrie nucléaire française.

Or ce corium est toujours introuvable, et comme la période du plutonium est de  24 000 an, il sera dangereux pendant au moins 100 000 ans.

Des niveaux de radioactivité intenses sont mesurés régulièrement dans ce secteur, empêchant toute présence humaine prolongée.

C’est l’occasion de remarquer qu’alors que le personnel « officiel » de l’entreprise nucléaire japonaise n’a pas pris plus de 5 mSv en un mois, 247 employés sous-traitants ont largement dépassé cette mesure. lien

A ce jour, ils sont plus de 32 000 à être intervenus sur le site.

Un autre souci concerne les 450 000 tonnes d’eau radioactive stockée dans 1200 énormes réservoirs (lien) sujets à des fuites à répétition, provoquant des rejets radioactifs dans l’océan, et contaminant ainsi de nombreuses espèces marines.

Lors d’un prélèvement effectué le 2 mars, on a mesuré une contamination en tritium de 950 Bq/L, et dans le puits E3 l’eau pompée dans le souterrain atteint 3 500 Bq/L de tritium. lien

Passons maintenant aux travaux de « décontamination », avec l’enlèvement d’une petite partie de la terre contaminée, stockée dans des sacs plastiques sur une aire de plusieurs hectares, laquelle terre devra être transvasée dans quelques années dans d’autres sacs, ceux-ci étant biodégradables.

D’ailleurs ce stockage est problématique car de nombreuses agglomérations s’opposent à celui-ci, et rien que dans le grand Tokyo les boues radioactives des cendres d’incinérateurs se comptent en milliers de tonnes et contiennent plus de 8000 Bq/kg en césium.

Dans la province de Chiba, il y en a 3612 tonnes, dans celle Tokyo, on en compte 982 tonnes, dans celle de Saïtama, 245 tonnes.

En totalité, pour l’instant, on dénombre 140 843 tonnes de déchets radioactifs réparties dans 12 provinces. lien

Une autre préoccupation est l’élargissement de la zone contaminée à plusieurs partie du globe, car d’une part, depuis 3 ans, la radioactivité continue de se répandre, sans qu’il soit possible de la stopper, et d’autre part, les animaux, dont surtout les poissons, parcourent parfois de grandes distances, véhiculant ainsi la pollution japonaise jusqu’aux cotes australiennes, ou américaines. lien

La dernière inquiétude, et pas le moindre, concerne la décision des pouvoirs publics japonais encourageant les populations à retourner dans les zones contaminées alors que la radioactivité de celles-ci y est 4 fois supérieure à celle autorisée pour les travailleurs du nucléaire, soit 20 mSv/an. lien

Aujourd’hui, s’il faut en croire une modélisation qu’a fait Météo-France, tout l’hémisphère nord est concerné par les rejets toxiques et invisibles de la centrale dévastée. carte

Le panache radioactif a atteint la côte ouest des Etats Unis dès le 16 mars 2011, les Antilles françaises à partir du 21 mars, le nord de la Grande Bretagne dès le 22 mars, et la France le 24 mars 2011. lien

Si à l’époque la concentration de césium était trop faible, il est probable que depuis 3 ans, celle-ci ne soit plus négligeable.

Les poissons péchés au large de la Californie en apportent la preuve. lien

Pas étonnant des lors que pendant 50 jours, en France, et pas seulement, les populations inquiètes aient décidé de commémorer les catastrophes de Tchernobyl et de Fukushima.

En Alsace, des ponts ont été occupés par 7000 citoyens responsables, bloquant pendant une heure la circulation, et réclamant l’arrêt immédiat de Fessenheim, sans attendre les promesses présidentielles actées pour 2016. lien

La même demande a été faite pour la centrale de Bugey, celle du Tricastin, et pour quelques autres toutes aussi menaçantes.

Ailleurs ce sont des conférences, des films, des débats, des manifestations, des marches et surtout des opérations « ronds points », puisqu’aux quatre coins du pays, les ronds points ont été investis avec forces banderoles et pancartes, tentant d’alerter les français du danger qui les menace, puisque notre pays est pour une fois champion… en densité de centrales nucléaires sur le territoire national, que certaines cuves de réacteurs présentent de fissures, et que les « incidents » se multiplient exponentiellement en proportion de la vétusté des centrales nucléaires. lien

La liste des manifestations prévues est sur ce lien.

Auparavant, Greenpeace avait mobilisé 240 militants dans des actions spectaculaires. lien

Au Japon, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté à Tokyo le 9 mars. lien

En France, il est pourtant question d’engager 300 milliards pour tenter de rénover les vieux réacteurs, et on ne peut que regretter que cette manne ne soit pas plutôt investie dans le développement des énergies propres.

Il y a malgré tout de bonnes nouvelles : l’industrie nucléaire mondiale est entrée dans une phase de déclin brutale et irréversible puisque la part du nucléaire dans l’électricité mondiale s’est effondrée passant de 17% à 9% aujourd’hui, et le réacteur EPR finlandais est en cours d’abandon par AREVA. lien

D’après l’ACRO, le Japon espère profiter de la catastrophe du 11 mars 2011 pour devenir le leader mondial dans le domaine du démantèlement nucléaire. lien

En effet, il reste dans le monde plus de 400 réacteurs nucléaires, souvent vétustes, aux cuves parfois fissurées, faisant quelquefois l’objet de défauts de fabrication, menacés par des secousses sismiques, par des barrages défaillants,(lien) ou tout simplement sujets à des erreurs humaines, ce qui a décidé des citoyens responsables à engager un jeune pendant toute la journée du 11 mars 2014. lien

Comme l’a écrit Genyu Sokya, moine zen, chef du temple de Fukuju-ji, écrivain et essayiste réputé, dans un recueil de nouvelles à paraitre (la Montagne de lumière) : « des victimes condamnées à vivre un désastre illimité  » (lien) et comme dit mon vieil ami africain : « une pirogue n’est jamais trop grande pour chavirer  ».

L’image illustrant l’article vient de « www.japonation.com&nbsp ;&raquo ;

Merci aux internautes pour leur aide précieuse.

Olivier Cabanel

Articles anciens

Tchernobyl, drôle d’anniversaire (12 mars 2011)

Fukushima, mon amour

Fukushima, Sarko pète les plombs

Fukushima, et maintenant ?

Fukushima, nuages noirs à l’horizon

Entre fusion et confusion

Fukushima, le monde du silence

Au pays du soleil, le Vent !

Fukushima, le syndrome Japonais

Fukushima, la fuite en avant

Fukushima, plus jamais ça

C’est foutu…shima

L’exode nucléaire

Ça fume à Fukushima

Nucléaire, la cible terroriste

Fukushima, le mensonge organisé

Faire reculer le crabe

Le Japon bientôt inhabitable ?

Le silence des salauds

On a retrouvé le corium de Fukushima

La France a peur

Fukushima, tragédie en sous sol

Fukushima, tournée mondiale

Fukushima, un silence inquiétant

Fukushima, le début de la fin

Nucléaire, explosion des prix

Penly du feu et des flammes

Les normes sont-elles normales ?

Fukushima, quand c’est fini, ça recommence

Fukushima, l’en pire Japonais

Le mensonge nucléaire de sarközy

Palmiers contre nucléaire

Promo nucléaire : pour toute centrale achetée, leucémie en prime !

Fukushima, les limites du cynisme

Ce cher nucléaire

Nucléaire, de la fission aux fissures

La fable du thorium

L’hallali nucléaire

Fukushima, la stratégie de l’oubli

Fukushima s’enfonce-t-il ?

Fukushima hors contröle

Fukushima, le pire des scénarios

Fukushima, le tonneau des Danaïdes

Fukushima, réaction en chaîne à ciel ouvert

Fukushima, le mois de tous les dangers

Fukushima, la loi du silence

Fukushima, l’illusion d’une solution

Tchernobyl, Fukushima, à qui le tour ?

Une pétition à signer concernant le fort de Vaujours

Sites à consulter

L’observatoire du nucléaire

Greenpeace

Site d’ACRO (infos au jour le jour)

Fukushima-blog


Moyenne des avis sur cet article :  4.21/5   (91 votes)




Réagissez à l'article

182 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 11 mars 2014 08:50

    Désastre illimité comme la mondialisation ......


    • olivier cabanel olivier cabanel 11 mars 2014 09:01

      zygzornifle

      oui, c’est effectivement une forme de mondialisation...
       smiley

    • jako jako 11 mars 2014 08:51

      Bonjour Olivier, oui triste anniversaire, ce matin à la radio Belge, l’envoyé spécial avait bien du mal à « modérer » l’état des lieux. Que faire de toutes ces piscines ? ils songent à nettoyer l’eau et la rejeter dans l’océan, mais la nettoyer comment ? et ils s’attendent à de fortes difficultées politiques... tu parles , bonne journée.


      • olivier cabanel olivier cabanel 11 mars 2014 09:01

        jako

        surtout que la dépollution de cette eau est plus que partielle, car ils ne peuvent pas enlever le césium...c’est les poissons qui vont être contents !
         smiley

      • jako jako 11 mars 2014 09:03

        Les poissons et surtout les consomateurs quand ils seront bien informés, j’ai déja entendu que plusieurs pays avaient refusé des stocks de poissons provenant de là bas, en Suisse par exemple, ici bien sûr tout baigne.


      • olivier cabanel olivier cabanel 11 mars 2014 11:09

        jako

        avec les poissons le problème est plus important qu’on ne le pense, 
        en effet, la règle des gros mangeant les petits, tout au début de la chaine, les petits poissons se nourrissent de plancton, de petites algues, tous ces éléments sur lesquels se fixe bien la radioactivité, et comme les gros poissons mangent les petits, ils concentrent un max de radioactivité...
        comme je ne suis pas certain que tous les poissons péchés dans le monde sont contrôlés en terme de radioactivité, je pense que nous devons être très prudents...
        quand aux poissons d’élevage... on sait de quelles scandaleuses manières ils sont nourris pour la plupart...

      • jako jako 11 mars 2014 12:17

        Curieux que les lib-héros, amis des enclumes, ne se lévent pas plus tôt, pour eux plus qu’un anniversaire c’est un jour de deuil de leurs idées ?


      • L'enfoiré L’enfoiré 12 mars 2014 19:07

        Jako,


         Comme le S&V le rappelle, c’est le 6 mars 1974, que Pierre Messemer voulant s’affranchir du pétrole lançait la plus grand développement de l’électricité sous forme de centrales nucléaires de fission. 58 réacteurs installés en France (80% de l’électricité fournie).
        Deuxième parc mondial. Premier exportateur. 
        Les défis sont :
        -prolonger
        -démanteler
        -stocker les déchets
        -prévoir l’improbable
        -préparer la relève

        je l’ai déjà dit plusieurs fois, le nucléaire de fission a été une solution de facilité. Il a fallu quatre ans, pour lancer l’exploitation.
        Le problème du Japon est encore bien plus aigu que la France. 
        Pas d’énergie alternative pour relancer la croissance voulue par Abe.
        Tout se tient malheureusement. 
        Dites-moi, ce que vous produisez comme énergie, je vous dirai qui vous êtes.
        L’émission radio, je l’ai entendu aussi.
        J’ai entendu le reportage émouvant de l’envoyé spécial Frédéric Charles

      • L'enfoiré L’enfoiré 12 mars 2014 19:28

        Un texte qui parle et qui ne vient pas de moi :


        2014, année de la renaissance de l’uranium ? (Cécile Chevré)
        Sa renaissance est régulièrement annoncée... et repoussée. Ce n’est pas celle d’un nouveau messie ou d’un quelconque prophète mais celle de l’uranium.
        Le métal est dans une bien compréhensible mauvaise passe depuis la catastrophe de Fukushima en mars 2011. L’accident dans la centrale nucléaire japonaise avait entraîné la fermeture des 50 réacteurs de l’Archipel et un effondrement de la demande en uranium — et donc des cours. Le cours d’une livre est passé de 70 $ en janvier 2011 à 55,5 $ en avril. Loin, très loin des plus hauts à plus de 130 $ la livre atteints en 2007.

        Evolution des cours de l’uranium
        Depuis 2011, c’est la lente dégringolade. Les cours sont même dernièrement passés à 35 $.
        Les minières uranium ont évidemment pâti de cette chute du cours. Parmi elles, Cameco, Denison ou PALADIN ENERGY (PDN-TSE) .
        Il ne vous a pas échappé que l’Europe était de plus en plus réticente face au nucléaire, tirée par l’Allemagne qui a annoncé sa volonté de se passer complètement de cette source d’énergie d’ici 2022. La France elle-même, grande championne du nucléaire devant l’Eternel, a annoncé sa volonté de réduire sa dépendance à l’atome. François Hollande a en effet l’intention de faire passer la part du nucléaire dans la production électrique hexagonale de 75% à 50% d’ici à 2025. Bon, si l’on en croit les récentes déclarations d’Anne Lauvergeon, cet objectif serait irréaliste mais il demeure que même la France prend ses distances avec l’énergie nucléaire.
        Si le salut de l’atome ne viendra donc pas de l’Ouest, il pourrait venir de l’Est...
        Même le Japon devrait redémarrer dès les mois qui viennent certains de ses réacteurs nucléaires — cela malgré une opinion publique très défavorable à l’atome (on les comprend) et les engagements passés du gouvernement nippon. Si celui-ci est revenu sur sa position, c’est que l’explosion du prix de l’énergie et de l’électricité dans l’Archipel pénalise de plus en plus une économie toujours vacillante. Pour compenser l’arrêt de ses centrales nucléaires, le Japon a en effet dû fortement augmenter ses importations de pétrole et de gaz, ce qui pèse lourdement sur sa balance commerciale et sur l’inflation. Contraint et forcé, le Japon va donc repasser au nucléaire.
        Autre acteur de poids dans le monde de l’atome : les pays émergents, Chine en tête (évidemment !). L’augmentation de la demande en électricité est tirée par les pays émergents depuis plusieurs années. Croissance économique et explosion de la demande énergétique vont de pair.

        Le salut viendra-t-il de la Chine ? 
        La Chine se tourne de plus en plus vers le nucléaire. Les raisons sont nombreuses et aussi bien économiques qu’écologiques. Les problèmes environnementaux font la une de l’actualité chinoise. Il faut dire que le pays dépend actuellement à 70% du charbon pour sa production électrique. Or la houille est particulièrement polluante et un véritable « smog » recouvre régulièrement les principaux centres urbains chinois, engendrant un réel problème de santé publique. Le gouvernement a décidé de prendre les choses en main et outre des mesures plus qu’anecdotiques — comme la destruction de plusieurs centaines de barbecues à Pékin — a aussi décidé de sauter à pieds joints dans le nucléaire.

      • olivier cabanel olivier cabanel 12 mars 2014 20:02

        l’enfoiré

        j’ai relevé quelques approximations dans ce reportage, comme par exemple la quantité d’eau radioactive stockée dans les citernes : le journaliste parle de 350 000 tonnes, il y en a en fait 450 000...dommage.

      • Xenozoid Xenozoid 12 mars 2014 20:11

        c’est vrais entre 350 et 450 c’est différents,en quoi cela est dommage,Olivier ?


      • olivier cabanel olivier cabanel 12 mars 2014 20:45

        xen

        disons que ça entache un peu la crédibilité du reportage...non ?

      • Xenozoid Xenozoid 12 mars 2014 21:09

        pourquoi ?, tu as été sur place ?///\\
        mais sans cela en quoi 350 est différent de 450 ?
        je suis en déconstruction,


      • L'enfoiré L’enfoiré 13 mars 2014 09:40

        Sorry, mais je n’interviens pas dans des calculs d’apothicaire.

        Ce n’est une question de quantité dont il s’agit, mais de qualité pour juger d’un raisonnement.

      • olivier cabanel olivier cabanel 13 mars 2014 17:22

        xen

        tout simplement que la journaliste a oublié au passage 100 000 tonnes d’eau...
        une paille !
         smiley

      • Xenozoid Xenozoid 13 mars 2014 17:55

        olivier ca j’avais compris ? mais pourquoi dire dommage quan on sait que rien n’est fait ?dommage quoi que ce soit 450 et pas 350, ou dommage tout le monde c’en fout ?,parceque franchement vu le niveau on est plus a 100 pres,et c’a c’est dommage vu que personne n’est la pour comptabolisé au goutte a goutte, dommage que ca continue, ouai dommage,


      • claude-michel claude-michel 11 mars 2014 09:08

        Au nom du « GASPILLAGE » faut produire toujours plus d’électricité...alors au nom de notre bêtise bouffons sans sourciller les reste de Fuku....what else.. ?


        • gaijin gaijin 11 mars 2014 09:24

          salut olivier
          pas grand chose a ajouter a ton réquisitoire
          a part ma petite vidéo annuelle
          https://www.youtube.com/watch?v=8fRuExSRaBA

          condoléances a tous smiley


          • olivier cabanel olivier cabanel 11 mars 2014 11:10

            bonjour gaijin

            merci pour la vidéo,
            on ne s’en lasse pas !
             smiley

          • julius 1ER 11 mars 2014 09:56

            @Cabanel

            tu as raison de remettre sans cesse le couvert à propos du nucléaire, c’est un problème qu’il ne faudra jamais laisser se banaliser.....
            encore hier soir sur Arte pendant le 28 minutes, un invité Jean de Kervasdoué en a remis une couche, sur le Pro-nuclearisme, avec toujours le même genre de sophisme, le nucléaire civil a moins tué que les accidents de la route ou les centrales à charbons....
            bien sûr qu’il tue moins directement, mais indirectement avec tous les cancers qu’il a pu provoquer depuis 50 ans, combien de morts ?????
            j’ai pu apprécier la pauvreté de l’argumentation en faveur du nucléaire, rien sur le fait que dans les 10/15 prochaines années la plupart des réacteurs sur le territoire vont devoir être arrêtés à cause de la durée de vie limitée des cuves des réacteurs et là pas question de changer de cuves c’est pas de l’electro-ménager..... aussi on aura ces cathédrales post-modernes devenues obsolètes pour des centaines d’années, car jusqu’à présent aucune centrale n’a été démantelé, trop coûteux et trop difficile à faire, c’est la partie qui jusqu’à présent n’a pas fait beaucoup débat et pourtant ???????
            autre argument avancé le fameux EPR qui devrait soit-disant recycler les déchets nucléaires , et régler tous les problèmes liés au nucléarisme, aucun ne fonctionne et c’est un trou sans fond des milliards sont engloutis pour des résultats quasi-nuls..
            la vérité c’est qu’il faut vraiment s’inquiéter et ne pas laisser le terrain de la propagande à des docteurs folamour .....

            • olivier cabanel olivier cabanel 11 mars 2014 11:14

              julius

              oui, c’est toujours le même argument ressassé...les dangers de la route, ou de la cigarette...sauf que ces lobbyistes oublient que ceux qui prennent le volant, ou une cigarette ont choisi de le faire...
              pour le nucléaire, on ne nous a jamais demandé notre avis.
              ensuite sur les chiffres concernant la mortalité, s’il faut en croire l’académie de NW, on atteindrait le million de morts dus à Tchernobyl...
              mais au delà du macabre décompte, il y a aussi ceux qui vont récolter un cancer, ceux qui vont naitre difformes... et puis tous ces hectares perdus pour au moins un siècle...
              merci pour ton commentaire.

            • sirocco sirocco 11 mars 2014 10:48

              « D’après l’ACRO, le Japon espère profiter de la catastrophe du 11 mars 2011 pour devenir le leader mondial dans le domaine du démantèlement nucléaire. »

              Ce serait vraiment une bonne chose.

              Pourtant, n’est-ce pas contre le projet du Premier ministre japonais de redémarrer certains réacteurs nucléaires dans le pays, que des milliers de Japonais ont manifesté le 9 mars ?


              • olivier cabanel olivier cabanel 11 mars 2014 11:16

                sirocco

                ça fait plus de deux ans que le nouveau premier ministre raconte qu’il va redémarrer les réacteurs japonais, arguant qu’il est légitime, puisqu’élu... sauf que la population japonaise est largement hostile à son projet.
                je pense que ça relève plus de la com, d’un travail de lobbyiste que d’une réelle volonté.
                enfin, on verra.

              • Electric Electric 11 mars 2014 11:57

                Salut Olivier, triste anniversaire.

                Un exemple passé sous silence des dégâts de Fukushima : maintenant, ce sont aussi les personnes qui prennent l’avion qui courent des risques. On note une augmentation des attaques cardiaques et problèmes radio-induits, sur les personnels navigants ou gros voyageurs.

                http://exopolitics.blogs.com/peaceinspace/2014/02/radchick-fukushima-triggers-unprecedented-increase-in-airline-pilot-passenger-heart-attacks-cancers-radiation-illness-s.html

                Les radio éléments de Fukushima sont dans la haute atmosphère. Ceci n’est qu’un exemple parmi d’autres des dégâts mondiaux et qui ne font que commencer.

                Autre chose : sait-on qu’un accident nucléaire majeur est en cours aux USA sur un site d’enfouissement de déchets ultimes à vie longue, dont du plutonium ?

                http://enenews.com/tv-officials-now-confirm-plutonium-andor-americium-reached-carlsbad-10th-most-populated-city-in-new-mexico-container-of-radioactive-waste-may-have-blew-up-video

                Dans la ville de Carlsbad, au Nouveau Mexique, le stockage de plutonium dans une mine de sel à grande profondeur (500m) vient de tourner au cauchemar. 17 employés ont été fortement contaminés et la pollution touche maintenant la ville, même si bien évidemment les autorités de veulent rassurantes (avec du plutonium, ouarf !).

                Que s’est-il passé ? A ce stade, 2 hypothèses : un fut s’est enflammé ou la mine de sel s’est effondrée sur les déchets. Mais vu les taux de contamination, nul ne peut plus aller voir ce qui se passe. Normalement, ce type de stockage doit être ventilé (dégagement d’hydrogène). Mais quand l’accident se produit, on ne peut ventiler sans rejets atmosphériques. Le chat se mord la queue, et comme à Fukushima, et comme pour tous les accidents, on ne peut pas faire grand chose. Catastrophe majeure à venir ?

                Ce seul exemple devrait condamner définitivement le projet d’enfouissement français à Bure, une future bombe à retardement comme le cas américain vient de le démontrer. Mais la France n’en tiendra pas compte, tout comme elle n’a pas tenu compte du fiasco américain de réacteur au sodium après l’explosion du réacteur expérimental californien de Simi Valley en 1959 :

                http://enenews.com/us-nuke-commission-essentially-lied-about-one-of-worst-nuclear-disasters-in-history-near-los-angeles-up-to-240-times-three-mile-island-13-fuel-rods-melted-with-no-containment-video

                Quant au modèle nucléaire français, c’est un fantasme qui n’a jamais existé. La filière française, c’est les PWR Westinghouse. Les deux seuls projets français, savoir Superphénix et l’EPR de Flamanville sont d’ores et déjà des fiasco technologiques et économiques. L’abandon du projet finlandais par Areva cité par Olivier marque la mort de la filière nucléaire française avant même son commencement. Et Atomic Anne (Mme Lauvergeon) d’encore plastronner sur les plateaux TV en se reposant sur son expertise, alors qu’elle devrait déjà rendre des comptes devant les tribunaux pour le fiasco de l’EPR et la livraison de MOX à Fukushima dans un réacteur non dimensionné pour accueillir ce combustible hyper dangereux. Le MOX fond à 800°C, l’uranium à 2000°C, ce qui réduit considérablement les temps de réaction en cas de pépin).

                Maintenant, il va falloir, comme le fait remarquer Mr Kan, l’ancien Premier Ministre japonais au pouvoir le 3/11, envisager ce modèle qui fait froid dans le dos : De l’électricité pour une génération, des déchets, des enmerdes, des catastrophes, des COUTS EXORBITANTS pour les 3000 suivantes.

                Quand les pro nucléaires, sans parler de la forte probabilité d’un pépin majeur dans les bouilloires françaises dans les 20 qui viennent, vont voir arriver les factures du démantèlement, on va bien rire (jaune).

                Ce modèle économique n’a jamais été rentable, ne le sera jamais, et ça va même devenir le plus grand fiasco pour la France des années 2030.

                En attendant, et puisque personne ne semble en France se préoccuper du MIX énergétique français, on peut d’ores et déjà annoncer le grand retour des centrales à charbon et au gaz pour la décennie 2020.

                Une dernière chose : en Ukraine, les gentils néo-nazis de la place Maydan ont aussi pris d’assaut la centrale nucléaire de Rovno en cramant les bâtiments administratifs et le système informatique :

                http://french.ruvr.ru/news/2014_02_20/Lopposition-ukrainienne-a-pris-d-assaut-la-centrale-nucleaire-de-Rovno-2514/

                Comme l’a démontré Greenpeace, nos centrales françaises sont des passoires en matière de sûreté. Imaginons ce qui se passerait en cas d’émeutes révolutionnaires en France avec 58 bouilloires atomiques. Après Fukushima, Merkel a pigé le danger, et charbon ou gaz, fuit le nucléaire et les éventuels chantages qu’il fait peser sur un pays.

                En France on n’a pas de pétrole, mais on a des idées. Des idées de cerveaux malades.


                • olivier cabanel olivier cabanel 11 mars 2014 15:25

                  merci électric,

                  en effet, les nouvelles ne sont pas bonnes,
                  merci de certaines infos que je n’avais pas...
                  comme tu le dis, en France, on a des idées, mais on ne les applique pas.
                  du moins au niveaux de ceux en qui nous avions placé notre confiance.
                  triste époque.
                  tant pis, faudra continuer sans eux.
                   smiley

                • Tokani Tokani 11 mars 2014 21:53

                  C’est la NATURE qui a tué à Fushima.....pas L’ ATOME...


                • olivier cabanel olivier cabanel 12 mars 2014 07:28

                  Tokani

                  personne ne conteste que le tsunami ait tué des milliers de personnes, mais l’écran de fumée que vous agitez n’empêche pas de confirmer que le désastre de la centrale nucléaire de Fukushima, du a une erreur humaine, est responsable déjà de nombreux cancers, et sera, comme à Tchernobyl, responsable dans un quart de siècle de la mort de dizaines de milliers de personnes, sans parler des milliers d’hectares perdus pour au moins un siècle, et du risque qui subsiste encore aujourd’hui.

                • Aldous Aldous 11 mars 2014 12:25

                  Grosses bougies soufflée en Finlande et aux USA pour Areva qui y est contraite d’abandonner deux chantier en cours, l’EPR finlandais et l’usine de MOX de Caroline du sud.


                  Sans vergogne le patron d’Areva nous explique qu’il compte lancer (à nos frais) un nouvel EPR compétitif...

                  Ha ? Le précédent n’était pas prevu pour etre compétitif ? Tu nous en dira tant.

                  Au moins ces usines en etaient encore au gros oeuvre. Y’a rien à décontaminer.

                  • olivier cabanel olivier cabanel 11 mars 2014 15:26

                    aldous

                    le problème avec l’epr finlandais, est qu’areva s’était engagé sur un devis fixé à 3 milliards, et qu’il était prévu que les dépassements étaient à sa charge.
                    d’ou la fuite... puisqu’il semble qu’ils en étaient à trois fois plus.
                    on en reparlera bientot.
                     smiley

                  • Aldous Aldous 11 mars 2014 17:24

                    J’ai bien peur que ce qui est à la charge d’Aréva pèse finalement sur nos poches... smiley


                  • reveil 16 mars 2014 18:41

                    Moi, ce qui m’amuse dans l’histoire de ces deux centrales EPR dont la construction a été arrêtée, c’est que le chiffre d’affaire de ces deux contrats mourus a été comptabilisé dans notre PIB vacillant.
                    En réalité le PIB de la France est en chute libre quand on sait également le marché de la drogue et de la prostitution ont été ajouté récemment.
                    En clair l’endettement de notre beau pays est bien plus colossal qu’il n’y parait.


                  • olivier cabanel olivier cabanel 16 mars 2014 18:43

                    reveil,

                    oui, c’est vrai que ça commence a faire beaucoup !
                    merci de cette réaction.

                  • Pyrathome Pyrathome 11 mars 2014 13:56

                    Salut Olivier, bien vu !

                    Oui, le sinistre anniversaire d’un désastre innommable....
                    Profitons en pour souhaiter un sale anniversaire aux trolls nucléopathes, tel Jolecorium, la mouche à merde d’areva et tous ses acolytes alcooliques qui viennent déverser des torrents de mensonges avec leur cynique propagande mortifère.....

                    Un grand merci aussi à tous ces médias « mainstream » qui nous ont tellement bien informé du développement de la situation....( mode ironique sur « on »...)
                    Pour les remercier, intensifions le boycott de ces vendus.....


                    • olivier cabanel olivier cabanel 11 mars 2014 15:28

                      pyra, je souscris à cette idée.

                      a part quelques uns, comme le Canard, Médiapart... la plupart des autres sont à la botte.
                      meme sur france culture parfois, comme j’ai pu le remarquer !
                      c’est dire l’étendue de la désinformation.
                       smiley

                    • joletaxi 11 mars 2014 14:09

                      Mon Dieu, il est à nouveau en crise, les articles se succèdent à un rythme inquiétant.
                      De l’argile...il est accoutumé je crois ?
                      les marches citoyennes, cela a un bon côté, mais avec ce soleil inespéré, c’est pas un peu dangereux quand on voit ce qu’il écrit ?

                      sinon, rien de neuf ?
                      Fuku zéro mort, zéro la tête à Toto

                      Ah si on avait ne fut-ce qu’une victime !
                      en attendant,et j’imagine que cela doit finir par vous peser, on va se raconter les millions de morts de l’académie de NY, le nuage qui s’arrête aux frontières, le coût exorbitant du nucléaire, et les centrales à crottes de bique.

                      un curieux mélange d’enclumes et de derviches tourneurs


                      • jako jako 11 mars 2014 14:14

                        Ah le voilà avec son mantra « zero morts », le temps approche ou vous aurez des comptes à rendre, et vous avez oublié « les enclumes » j’aime bien moi cette « introduction ».


                      • joletaxi 11 mars 2014 14:35

                        je suis contrit ,
                        je vous demande instamment de ne pas me frapper.

                        aussi, comme j’ai un bon fond, je vous ai trouvé des morts

                        http://www.bbc.com/news/world-asia-26483945

                        crotte de bique, mauvaise pioche, pas un mort d’irradiation, et rien de vraiment inquiétant pour les enfants qui selon vous ,« tombent comme des mouches »
                        Par contre, ne pourrait-on y voir un effet collatéral des incessantes prophéties Philipulusiennes de la secte antinuc ?

                        devant un tribunal... même en dehors d’écoutes....


                      • jako jako 11 mars 2014 14:49

                        Je ne vous frapperais pas bien sûr, il ne s’agit pas de violence, mais j’imagine qu’un jour les lobbyistes seront sur un plateau et devront s’expliquer pour les centrales, les gazs de schistes, les ogm, les medocs de merde les transports routiers etc etc il faudra surement plusieurs chaines de télé pour cela et à cette occasion je veux bien en racheter une et quelques boites de cassoulet sans oublier le champagne en cubi :)


                      • Pyrathome Pyrathome 11 mars 2014 14:57

                        je vous demande instamment de ne pas me frapper.
                        .
                        Des baffes dans la tronche, ça te ferai pourtant réfléchir....sinistre personnage !
                        http://www.fukushima-blog.com/article-fukushima-zero-morts-etc-101593077.html
                        Se permettre d’outrager des milliers de victimes, il n’y a bien que les idiots du village pour faire ça.....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès