• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Méritons-nous un tel mépris ?

Méritons-nous un tel mépris ?

« Des gens qui ne sont rien », c’est ainsi que Macron 1er a qualifié une partie des français.

Cet homme qui, avant d’être élu, vantait la démocratie réelle, à l’horizontale, pratique manifestement l’inverse de ce qu’il défendait, et ses détracteurs lui prêtent maintenant une volonté monarchique.

C’est lors de l’inauguration jeudi 29 juin 2017 de la station F, projet lancé par Xavier Niel, installé sur 34 000 m² dans l’ancienne Halle Freyssinet à Paris sur le nouveau président a eu une phrase plutôt malheureuse : « ne pensez pas une seconde que si, demain, vous réussissez vos investissements ou votre start-up, la chose est faite. Non, parce que vous aurez appris dans une gare, et une gare, c’est un lieu où l’on croise des gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien, parce que c’est un lieu où l’on passe, parce que c’est un lieu qu’on partage  ».

Son prédécesseur, s’il faut en croire son ex-compagne, avait, pour sa part, évoqué avec mépris les « sans-dents ».

Bienvenue donc dans le monde de Macron aux « gens qui ne sont rien ». lien

En son temps, un certain Séguéla affirmait qu’il fallait posséder une montre de luxe pour démontrer sa propre réussite.

Le flou entretenu pendant toute la campagne, concernant les véritables intentions du candidat devenu président permet aujourd’hui de se poser des questions sur sa vision de la démocratie.

Comme l’écrit dans son édito, Thomas Legrand, sur l’antenne de France Inter, nous sommes passés en quelques jours de l’Emmanuel horizontal, au Macron vertical. lien

En effet, il n’y a plus guère de doutes quant à la manière dont veut gouverner le nouveau président… il décide.

Le premier ministre exécute, et les parlementaires de LREM, le doigt sur la couture du pantalon obéissent.

Pourtant il n’y a pas si longtemps, il s’était affiché en rempart pour « protéger la république et la démocratie… mon combat est aussi devenu un combat pour que vous puissiez librement et démocratiquement exprimer vos désaccords ». lien

Philippe D. Vincent, un polytechnicien, chercheur en intelligence artificielle et accessoirement blogueur à Médiapart, enfonce le clou dans un billet d’avril dernier, se posant la question : « avec Macron, est-ce la fin de la démocratie ? ».

Il remarque que les méthodes de lancement d’EM présentent un défaut originel majeur susceptible de mettre en danger la démocratie, et de conduire à l’instauration d’un pouvoir personnel fascisant au nom de la sauvegarde du pays.

Il propose comme base de réflexion cet aphorisme : « toute passion qui ne serait pas domestiquée par la raison serait la porte ouverte à tous les fascismes, et toute raison qui ne se nourrirait pas de passion ne serait qu’une terre aride incapable de porter de fruits ».

Or remarque-t-il, dans un 1er temps, Macron a joué sur la séduction, l’émotion, l’affectivité, afin de lever des troupes d’afficionados prêts à le suivre quasi « par amour »…

Il n’a pas généré d’adhésion en proposant un programme, mais il a joué de la passion, ce qu’ont fait en leur temps de tristes personnages, tel le Duce, ou Juan Perón, ce qui ne laisse augurer rien de très encourageant.

Le blogueur questionne : « Avez-vous remarqué comme son sourire enjôleur se métamorphose en un regard dur qui fait frémir quand on lui tient tête, comme Léa Salamé lors du débat sur France 2 du 6 avril » questionne Philippe D. Vincent, affirmant « cet homme ne supporte pas la contradiction ». vidéo (curseur à 1h18’)

Pour le blogueur, cette volonté de créer un mouvement ou toutes les sensibilités seraient représentées par des gens de bonne foi afin de « sauver le pays », est une mauvaise idée, car elle conduit à un affaiblissement du débat démocratique.

« L’idée de Macron contient en germe l’instauration d’un régime de parti unique » assure P.D. Vincent. lien

Au sujet des promesses, il est convaincu : « il ne peut tenir les promesses démagogiques qu’il a fait autant à gauche qu’à droite  ».

L’avenir nous en dira plus, mais, dans le domaine de la santé, quid de sa volonté de vendre les médicaments à l’unité ?...de faire baisser le prix des médicaments ?...de faire baisser le tarif des mutuelles ?...quid de sa volonté de lancer une évaluation de la qualité et de la pertinence des soins ?...prudent, il fixe l’objectif des lunettes et prothèses auditives et dentaires prises en charge à 100% avant la fin de son mandat…quid de sa promesse de faire évoluer la rémunération des médecins de ville ?...il affirme qu’il maintiendra l’aide médicale d’état concernant les étrangers…qu’il consacrera 5 milliards dans un plan d’investissement à la santé, et lancera une révolution de la prévention. lien

Ces promesses seront-elles tenues au moment où l’heure est plutôt aux restrictions, vu l’état du pays et le discours du 4 juillet de son 1er ministre ne fait rien pour nous rassurer.

Philippe Kerlouan, du blog BVoltaire, va encore plus loin, remarquant qu’Emmanuel Macron va gouverner avec seulement 24,1% de français qui lui ont apporté leurs suffrage.

Il affirme : « si la démocratie pouvait parler, elle dirait : j’étais déjà en mauvais état, mais Macron m’a tué.

En ne reconnaissant pas qu’il est minoritaire, en n’en tirant pas les conséquences, en ne réagissant pas aux injonctions préventives de la Commission de Bruxelles, en ne cherchant pas à rendre plus juste le fonctionnement de la démocratie, celle-ci lui donnerait cet avertissement : à force de mépris, tu risques un jour prochain, de subir la révolte du peuple ». lien

Ce qui vient de se passer lors de l’attribution des différents postes de pouvoir lui donne raison, et les déclarations du monarque présidentiel lors du congrès de Versailles ne sont pas plus rassurantes.

L’introduction d’une dose de proportionnelle n’est pas une mauvaise proposition, ainsi que la diminution du nombre de députés, de sénateurs, sont de bonnes nouvelles, mais il manque des précisions sur cette proportionnelle, même s’il se donne le délai d’un an pour concrétiser le tout.

Au-delà de ces déclarations, son long, trop long discours, l’a fait passer du stade « Roi Soleil » au « Roi Sommeil », comme l’ont écrit des internautes facétieux. lien

Devenu spécialiste du flou artistique, champion de la contradiction, avec son arme fatale « en même temps », qui lui permet de déclarer une chose et son contraire dans la seconde qui suit, ce qu’a constaté Alba Ventura, chez RTL.

Elle fait en quelques minutes le constat de beaucoup de ces contradictions.

« vous vouliez supprimer l’ISF et en même temps, vous voulez le garder en version rénovée…vous vouliez supprimer les 35 heures, et en même temps, vous vous êtes dit qu’il valait mieux rechercher des accords d’entreprise…vous disiez vouloir préparer une réforme de la fonction publique et vous attaquer au statut des fonctionnaires, et en même temps, vous avez seulement décidé de le moderniser…sur Notre Dame Des Landes, vous avez évoqué le référendum, qu’il fallait le respecter, et en même temps, vous avez proposé un médiateur…sur la colonisation, vous avez parlé de crime contre l’humanité, et en même temps, vous avez dit qu’il s’agissait plutôt de crime contre l’humain, admettant des aspects positifs dans la colonisation…vous avez jugé que les anti-mariage gay avaient été humiliés, et en même temps vous avez dit que l’humiliation était aussi du côté des homosexuels…sur la peopolisation, vous avez déclaré que vous aviez fait une erreur de vous exposer avec votre épouse, et en même temps, vous avez continué à vous prêter au jeu…bref, sous vos airs polis, vous avez dit une chose et son contraire »…vidéo

La rédaction de « l’Express » s’est penchée à son tour sur le nouveau président, assurant qu’il se prendrait pour le « grand Charles ».

N’avait-t-il pas déclaré lors de son passage à Lyon, lors du meeting de Gerland, « De Gaulle, c’est moi…la République, c’est moi ! » lien

Macron entendrait donc aussi emprunter les chemins suivis par son glorieux prédécesseur, Charles De Gaulle, en l’occurrence.

Il devrait se souvenir que ce dernier, porté à ses débuts par un enthousiasme populaire légitimé pour son action lors de la seconde guerre mondiale, à connu quelques déboires par la suite, des français lui reprochant entre autres, de se comporter en monarque.

Il avait en son temps fait appel au référendum, assurant qu’il en tirerait les conséquences s’il était désavoué, ce qu’il a fait en démissionnant.

Macron reprend la même logique.

Prendra-t-il ce risque un jour ?

L’histoire nous le dira.

Comme dit mon vieil ami africain : « quand on marche en se regardant trop souvent le nombril, on peut se faire mal  ».

L’image illustrant l’article vient de dentalespace.com

Merci aux internautes pour leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Articles anciens

Un Macron très sucré

Un hold-up électoral

La proie aime les barrières

Le mélange des genres

Le peuple ou les élites

Ils font leur nid dans le ni/ni

Les premiers sont les derniers

Sortir de ces années pestilentielles

Êtes-vous manipulés ?

Ficron, Maillon ou Mélenchon ?

Lever le mystère Macron

Et alors !?

La mère rouge et le père pépère

De macronneries en fillonneries

S’engager dans la Marine ?

La manif des casseroles

Pénélope, du travail au blanc ?

Méritons-nous ces hommes politiques  ?

Quand Hamon avale Valls

Je suis le mal aimé

Du smic au smax

Et le gagnant est Nibor Sed Siob

Les bouffons politologues

Choisir entre la peste ou le choléra

Fillon, un plat qui se mange froid

Primaires à droite, votez tous !

Ces dindes qui votent pour Noël

Une France mal à droite

La politique de l’illusion

La grande lessive, à qui le tour


Moyenne des avis sur cet article :  4.28/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

102 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 5 juillet 10:33

    « quid de sa volonté de faire baisser le tarif des mutuelles ? »


    ça, Monsieur Ferrand est contre !
    sinon, comment voulez-vous qu’il paye ses loyers à sa femme ?
    encore une fausse bonne idée

    • olivier cabanel olivier cabanel 5 juillet 11:02

      @Jeussey de Sourcesûre
      bien vu !

       smiley

    • Bernard Dugué Bernard Dugué 5 juillet 11:10

      @Jeussey de Sourcesûre

      Le problème des mutuelles, c’est que ce sont des institutions parasites qu’il faudrait supprimer et qui sont impossibles à supprimer car les Frères M. en sont la plupart les dirigeants


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 5 juillet 11:22

      @Bernard Dugué

      Vous vouliez sans doute dire les Frères S :


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 5 juillet 16:52

      @olivier cabanel

      Bonjour Olivier

      Je ne méprise pas les joueurs d’orgue de Barbarie... sauf quand ils croient malins de bousiller les tempos... personne n’est tenu à l’impossible. C’est de ne pas faire tout ce qu’on peut qui est méprisable. Le déni est méprisable quand on refuse de voir l’évidence et que d’autres en pâtissent.

      L’évidence, aujourd’hui, est que Macron est le visage d’une force qui veut un changement de paradigme et a fait avec succès ce qu’il faut pour qu’il s’accomplisse. UNE des conséquences est la fin de la démocratie comme nous l’avons connue, qui était un leurre grossier et ne convainquait plus personne. 

      On va proposer mieux, mais en attendant on a compris que Quidam Lambda ne peut pas DÉCIDER de ce qu’il faut faire pour assurer le fonctionnement efficace de l’État et on va cesser de faire semblant que c’est lui qui donne son âme à la musique quand il tourne la manivelle.

      On a habilement proposé cette année aux Français de ne plus trop se mêler de politique ni de gouvernance et de laisser ça à ceux qui s’y connaissent.... ls ont dit OUI. ! Oui en votant Macron... et oui en s’abstenant, car qui ne dit rien consent. Ils ont eu raison, car la corruption universalisée et la primauté au dilatoire étaient à tuer cette nation. Macron sera AUTORITAIRE... et c’est bien que qu’on attend de lui.


      Pierre JC

    • olivier cabanel olivier cabanel 5 juillet 17:28

      @Pierre JC Allard
      je comprend bien ta position, mais je crois que pour le coup, la formule « qui ne dit mot consent » , n’est plus valable dans ce cas

      nous avions le choix entre la peste et le choléra, et perso en votant blanc, je ne consentais ni à l’une, ni à l’un... je n’ai donc rien consenti.
      notre démocratie ne fonctionne pas bien, surtout quand l’on constate que finalement, le président de la république a été élu avec moins de 20% des inscrits... et sa légitimité pose question.
      avec le temps, il est probable que le peuple le lui fera comprendre s’il prend de mauvaises décisions.
      merci de ton commentaire

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 5 juillet 19:07

      @Pierre JC Allard



      Pour remplacer le lien ci–dessus qui est imopérant



    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 6 juillet 16:48

      @olivier cabanel

      On verra que j’ai raison, touchant cet accord tacite des Français, si tous ces changements MAJEURS que va introduire Macron le sont presque sans coups férir.  Le Code du Travail, pour commencer, qui est la voie royale vers l’Uberisation que je prédis depuis des décennies..., mais ensuite la désintegration complete du mouvement syndical qui, dans sa forme actuelle, est devenu un anachronisme

      Pierre JC

    • olivier cabanel olivier cabanel 7 juillet 08:04

      @Pierre JC Allard
      je vous trouve très optimiste...moi qui suis un optimiste assuré...

      je pense qu’au fur et à mesure des jours qui passeront, les belles promesses seront reportées aux calendes...
      ça a d’ailleurs déjà commencé... plus question de s’en prendre à l’exil fiscal...plus question des cadeaux aux plus nécessiteux...
      par contre, les entreprises les plus importantes se frottent les mains.
      le voilà le vrai macron.
      hélas !!!
      il y a un vrai parallèle a faire avec la situation que décrivait Orwell dans son « 1984 »

    • Clocel Clocel 5 juillet 10:49
      « Méritons-nous un tel mépris ? »

      Définitivement... OUI


      • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 5 juillet 10:57

        @Clocel
        de la part de nos propres enfants, oui, pour notre lâcheté mais pas de la part de ce trouduc narcissique


      • olivier cabanel olivier cabanel 5 juillet 11:03

        @Clocel
        bien sur, ceux qui ont voté pour lui méritent un peu ce mépris...mais ne sont-ils pas seulement de grands naïfs...trompés par les manipulations du joueur de flute qu’est macron ?


      • soi même 6 juillet 01:56

        Visiblement le pigiste du Gratin Dauphinois c’est fait une spécialité de dézinguer les présidents élues, encore un article sans intérêt . On se marre même plus Tartarin de Tarascon.

         smiley


      • Cristalle Cristalle 9 juillet 11:25

        @olivier cabanel

        C’est vous que je trouve bien naïf sur le coup.... Fallait pas être très malin pour le voir venir le mec


      • cevennevive cevennevive 5 juillet 11:10

        Bonjour Olivier,


        Peut-être est-ce un mépris partagé ?

        Je méprise un peu (un peu seulement, je ne suis pas méchante) le jeune président qui se comporte comme un adolescent, qui sait tout, qui connaît tout et qui regarde de haut les adultes, les vieux, les travailleurs et ses congénères. Les lacunes de son éducations ne le troublent nullement (la Guyane serait entourée d’eau de mer ?)

        Regarde certains ados de 15 ou 16 ans : ils savent tout sur tout et se moquent très facilement de nos conseils, de nos suggestions et de nos interrogations en disant « il faut vivre avec son temps »...

        Les hommes de 39 ans que je connais et que je côtoies ne se comportent pas ainsi. Aussi, je pense que son éducation a un peu laissé à désirer.

        Bien à toi.




        • troletbuse troletbuse 5 juillet 11:50

          @cevennevive
          Son éducation, il l’a prise du coté Face  smiley


        • olivier cabanel olivier cabanel 5 juillet 13:03

          @cevennevive
          oui, ça doit être ça en partie.

          je présume qu’avec le temps qui passe, les français finalement la trouvent un peu saumatre.
           smiley

        • troletbuse troletbuse 5 juillet 15:22

          @troletbuse
          Les Jesuites sont champion dans ce domaine et Macronimbus y était.


        • baldis30 5 juillet 21:51

          @cevennevive
          bonsoir ,

          « se comporte comme un adolescent »

           pourquoi le terme « adolescent » alors que tout prouve qu’il n’est pas sorti de l’enfance ... ?

          Un adolescent n’est plus ni Tarzan ( modèle 1945), ni Zorro ( modèle 1955) . Peut-être Benoit Brisefer ....


        • gogoRat gogoRat 5 juillet 11:19

           Grave erreur, à dénoncer bien avant les turpitudes (secondaires) imposées par une minorité :
          Emmanuel Macron va gouverner avec seulement 24,1% de français qui lui ont apporté leurs suffrage.’Emmanuel Macron va gouverner avec seulement 24,1% de français qui lui ont apporté leurs suffrage.’

           Que 24% d’électeurs potentiels ait apporté leurs suffrage ne prouve pas qu’ils aient voulu ou qu’ils veuillent tous ’gouverner avec’.

           Quand dénoncera-t-on le contre-sens et la faute des scrutins à plus d’un tour (dans leur sac) ?
          En effet, la vertu escomptée des techniques de scrutin a été énoncée par Condorcet, par son fameux théorème du jury : en gros, plus on a de votants, plus grande est la chance d’obtenir par leur vote La bonne réponse. Sauf que cette vertu du vote ne peut être escomptée qu’en observant scrupuleusement le prérequis implicite suivant : la probabilité personnelle (>0.5 sur 1) de bien voter individuellement ne doit pas être polluée par des spéculations partant d’une connaissance des intentions de vote des autres !
           Or qu’est-ce donc qu’un vote à plus d’un tour, si ce n’est que le contre-sens total qui organise par lui-même une telle spéculation !

           en fait ,
           Résultats officiels du 1e tour des législatives 2017 :
          ’La République en marche’ :
           6 390 797 soit : 6 390 797 / 47 571 350 = 13,43 % des inscrits
           (sans même tenir compte des non-inscrits ! ...)


          • olivier cabanel olivier cabanel 5 juillet 13:04

            @gogoRat
            tout à fait exact.


          • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 5 juillet 20:48

            @ Gogorat

            13,4 % des inscrits, mais 7 % en réalité de suffrages exprimés. Il faut compter en tenant comptes de abstentionnistes qui eux sont foule.

            Ce n’est pas moi qui le dit, mais Michel Onfray. Et je pense que de ce côté-là, il a tout à fait raison.

            Le scrutin uninominal à deux tour est une hérésie démocratique. Depuis, il faut bien avouer que nous n’arrivons pas à nous débarrasser d’une classe politique parasite droite-centre-fausse gauche qui prospère tel un ténia dans le tissu social. Et cela fait cinquante ans que cela dure.


          • Clocel Clocel 5 juillet 11:20

            Macron n’est que la manifestation de notre Karma...

            Les français aiment « l’aventure », qu’ils assument !

            Lorsqu’on pousse la porte du donjon du club BDSM, on ne vient pas pleurer après parce qu’on a le cul lacéré.

            Maintenant, que seulement 20% de ceux qui n’ont pas voté pour le clown descendent dans la rue et bloque la belle mécanique, et l’aventure Macron s’arrête.

            A vous de voir.


            • BA 5 juillet 11:34

              A propos de l’Europe allemande :

              Yanis Varoufakis était le ministre des Finances grec. Dans un livre, il raconte les coulisses de l’Europe allemande.

              La phrase terrible qui résume tout est prononcée par le ministre des Finances français, Michel Sapin, qui explique à Yanis Varoufakis :

              « Yanis, vous devez comprendre une chose. La France n’est plus ce qu’elle était. »

              https://www.lesechos.fr/monde/europe/030420449881-quand-varoufakis-devoile-les-coulisses-de-leurope-2099055.php#xtor=CS1-33


              • baldis30 5 juillet 21:57

                @BA
                bonsoir,

                et lorsqu’on dit cela en petits cercles on passe pour un germanophobe attardé ....

                La seule claque que les allemands ont reçu est venue du référendum en Alsace... c’était une première manœuvre vers l’anschluss .... mais merkel n’a pas renoncé avec l’aide de gens aussi peu recommandables que juncker... ( vu le peu de considération que j’ai pour ces deux personnes elles resteront en minuscules )


              • bob14 bob14 5 juillet 11:35

                Méritons-nous un tel mépris ?.....Oh que oui !


                • sophie 5 juillet 12:41

                  @bob14
                  pas de problème claude michel, tu es en amrik....


                • Emma Joritaire 5 juillet 11:36

                  Il y en a encore pas mal qui n’ont pas compris que Macron est la créature d’Attali, en tant que représentant, en France, de l’oligarchie financière mondialiste.

                  Ils le prennent donc pour le président français de la République française.

                  Ils sont obligés dans un sens.

                  Ils peinent à admettre, maintenant qu’ils ont le nez planté dans l’objet de leur vote du 7 mai, que ça pue.


                  • olivier cabanel olivier cabanel 5 juillet 13:06

                    @Emma Joritaire
                    pourtant, nombreux sont ceux qui l’ont remarqué... (j’en fais partie)... il est le rejeton d’attali et de deux ou trois autres, peu recommandables aussi.


                  • Emma Joritaire 5 juillet 23:15

                    @olivier cabanel

                    « pourtant, nombreux sont ceux qui l’ont remarqué... (j’en fais partie)... »

                    Si tel était le cas, il fallait dénoncer la duplicité de ses propos avant la présidentielle, pas les énumérer aujourd’hui.


                  • lloreen 7 juillet 19:35

                    @Emma Joritaire
                    « Ils le prennent donc pour le président français de la République française. »
                    C’est exactement ce qu’il est.
                    Reste à savoir aussi que tous les états/républiques sont des corporations privées, enregistrées en tant que telles auprès de la SEC américaine (security & exchange commission), dirigée et contrôlée par la City de Londres (Rothschild).
                    La preuve en lien.

                    UPIK® Record - L LRegistered company nameREPUBLIQUE FRANCAISE PRESIDENCE
                    Non-registered name or business unit
                    LD-U-N-S© Number542472212 LRegistered addressPARIS 8 LPost code75008 LCityPARIS
                    CountryFrance WCountry code241 WPost office box number55 RUE DU FAUBOURG SAINT HONORE WPost office box townPARIS CEDEX 08 LTelephone number142928100
                    Fax number

                    Name primary executive
                    WActivity (SIC)9199

                  • gaijin gaijin 5 juillet 11:42

                    et ben oui
                    c’est toute la question de l’imposture de l’existence d’une élite élue de droit divin pour diriger la plèbe a moins qu’il ne s’agisse d’une destinée manifeste ............
                    https://fr.wikipedia.org/wiki/Destin%C3%A9e_manifeste
                    mais bien sur cette élite au cerveau peuplé de bergers et de moutons n’est en rien une élite , juste une bande sociopathes pervers.
                    il ne semble toujours pas que les mougeons soient prêt a s’en rendre compte alors n’hésitez pas a investir : les actions de la vaseline sont en hausse .........
                    http://1.bp.blogspot.com/-07hX9hvmqOU/VShDfi1DL8I/AAAAAAAAj8o/c20yz5Qoh1M/s1600/103289773.png


                    • gaijin gaijin 5 juillet 12:25

                      @gaijin
                      ps : guillemant à 50’
                      http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/les-dialogues-avec-l-ange-avec-73870
                      « plus on monte moins on a affaire a de l’intelligence »


                    • Karol Karol 5 juillet 11:44

                      Macron, un pur produit du libéralisme économique où une élite « éclairée » , « ceux qui entreprennent et réussissent », suffira à la bonne marche du monde ; quant aux 80% d’inutiles ?....On se posait déjà la question en haut lieu en 1995 :

                      "En septembre 1995, - sous l’égide de la fondation Gorbatchev - « cinq cents hommes politiques, leaders économiques et scientifiques de premier plan [1] », constituant à leurs propres yeux l’élite du monde, durent se réunir à l’Hôtel Fairmont de San Francisco pour confronter leurs vues sur le destin de la nouvelle civilisation.( ...) l’assemblée commença par reconnaître - comme une évidence qui ne mérite pas d’être discutée - que « dans le siècle à venir, deux-dixièmes de la population active suffiraient à maintenir l’activité de l’économie mondiale ». Sur des bases aussi franches, le principal problème politique que le système capitaliste allait devoir affronter au cours des prochaines décennies put donc être formulé dans toute sa rigueur : comment serait-il possible, pour l’élite mondiale, de maintenir la gouvernabilité des quatre-vingts pour cent d’humanité surnuméraire, dont l’inutilité a été programmée par la logique libérale !

                      La solution qui, au terme du débat, s’imposa, comme la plus raisonnable, fut celle proposée par Zbigniew Brzezinski, conseiller de Jimmy Carter, sous le nom de tittytainment. Par ce mot-valise  il s’agissait tout simplement de définir un « cocktail de divertissement abrutissant et d’alimentation suffisante permettant de maintenir de bonne humeur la population frustrée de la planète.  »

                      L’enseignement de l’ignorance et ses conditions modernes par Jean-Claude Michéa (ed. Climats).

                      C’est pourquoi aujourd’hui une gare « c’est un lieu où l’on croise des gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien » .


                      • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 5 juillet 21:11

                        @Karol

                        Cela va beaucoup plus loin que le divertissement et l’abrutissement des « masses », cela va jusqu’à envisager l’élimination d’une partie de l’humanité.

                        Car contrairement à ce que l’on pourrait croire, le Capitalisme travesti en supra-capitalisme, ne peut s’accommoder d’une population mondiale supérieure à 2 milliards d’habitants, et encore le nombre est trop élevé. Pour le capitalisme, cela compromet leur aliénation liée au monde des affaires, du business à l’échelle non plus mondiale, mais cosmique. Ces « gens-là » sont devenus de véritables déments qui mettent en grand danger la planète elle-même et toutes les populations qui l’habitent.

                        Ces « gens-là » font les mariolles parce qu’ils n’ont plus en face l’opposition radicale et organisée qu’était le Marxisme, et l’Union Soviétique en particulier, qui tenait la dragée assez haute à l’Empire pour le faire suffoquer. L’Union Soviétique s’étant elle-même enfermée dans une sorte de cacochymie gouvernementale a signé sa fin.

                        Tant que les équilibres géo-politques Est/Ouest étaient assurés, les Brezinsky et les Carter, que vous citez dans votre commentaire n’avaient que peu d’écho car ils savaient que leur projet n’était pas viable avec l’arsenal qu’ils avaient en face, à l’Est. Mais hélas, tout s’est enrayé avec la chute du Mur de Berlin, et plus tard le 11 septembre 2001 a fait le reste pour amorcer des temps nouveaux, une nouvelle ère vouée au chaos présent, et futur. Seul, Poutine leur tient tête, pour l’instant... et son arsenal !

                        Cela est valable aussi dans la France de 2017, si les ultra-libéraux font tant les mariolles et se comportent comme des chancres, c’est qu’en face ils n’ont guère plus que des partis mollassons qui se prétendent de l’opposition, quoique je préfère leur laisser la bénéfice du doute. Le Parti communiste étant moribond ou plutôt mort de suffocation, par manque de courage, de dirigeants et de projet digne de ce nom, les néo-capitalistes ont donc une voie royale devant eux.


                      • baldis30 5 juillet 22:02

                        @Nicole Cheverney
                        bonsoir,

                        « cela va jusqu’à envisager l’élimination d’une partie de l’humanité. »

                        Ils ne font que reprendre une chose inventée par le nazisme, succédant aux différents génocides le précédant ( dont Arménie, dont Italie du Nord , ....), mais avec organisation industrielle.


                      • olivier cabanel olivier cabanel 7 juillet 08:11

                        @Karol
                        c’est là la grosse erreur de macron 1er

                        il n’existe pas dans les gares des gens qui ne sont rien...
                        chaque citoyen a sa richesse, qu’il n’exploite pas tout le temps, mais ça ne change rien.
                        par contre, je suis sur d’une chose, macron n’est rien, appelons le macreux et n’en parlons plus.
                         smiley

                      • troletbuse troletbuse 5 juillet 11:45

                        Mon patrimoine réel étant plus élevé que le faux patrimoine déclaré de Macronimbus, je considère que je suis quelqu’un qui a réussi tandis que lui n’est qu’un faux rien.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès