• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Krokodilo

Krokodilo


Médecin généraliste, je m’intéresse à tous les sujets sur lesquels je n’ai aucune compétence, ce qui me laisse un large champ d’intervention. A l’époque où j’enquêtais sur les OVNI, j’ai percé le grand secret de la zone 51 : les extra-terrestres sont effectivement venus sur Terre, mais ils ont trouvé l’anglais trop difficile et sont repartis. Depuis, je m’intéresse à la question des langues, de la communication internationale et de l’espéranto.


Tableau de bord

  • Premier article le 06/12/2006
  • Modérateur depuis le 09/01/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 186 4378 13197
1 mois 0 3 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 264 204 60
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Krokodilo Krokodilo 7 décembre 13:08

    C’est un peu naïf de résumer la progression de l’anglais ou d’autres langues au poids du passé et à l’effet des réseaux. Il y a aussi des décisions politiques dont on pouvait voir dès le début qu’elles avaient pur but de favoriser l’anglais comme langue de l’UE : l’imposer à l’école primaire (en appelant hypocritement la réforme « initiation AUX langues »), et de plus en plus tôt - spécialisation aberrante à un âge de découverte), ou encore le programme Erasmus dont la quasi-totalité des financements sont allés aux programmes anglophones, avec un habillage du genre apprendre quelques mots de la langue d’accueil... L’absence de soutien aux revues scientifiques francophones, la progression de l’anglais dans les universités ( devenu obligatoire en médecine depuis quelques années). De même que l’absence de réflexion, de débat et d’expérimentation sur la barrière des langues dans l’UE et dans le monde en général, qui aurait permis de favoriser l’espéranto que vous citez au début. L’américanisme ambiant de nos élites et le snobisme des journalistes, de la mode et des médias, tout ça s’est conjugué pour que l’anglais soit la lingua franca de l’UE, alors que c’est une langue totalement irrationnelle sur le plan phonétique, donc un des pires choix comme langue-pont - de même que le serait le français mais pour des raisons grammaticales.



  • Krokodilo Krokodilo 14 novembre 17:54

    Feraient mieux de s’occuper des fautes de dissuasion massive, comme les participes passés (à réformer d’urgence) ou l’abus de majuscules. Les documents officiels des administrations, y compris les mairies ou les lycées, sont truffés de majuscules superflues mais politiquement correctes :
    « Zut, il en faut une ou pas ? J’ai peur de le/la/les vexer si je n’en mets pas. Allez, zou ! j’en colle deux ou trois à la Réunion des Parents d’Elèves du Comité Théodule des Pensions. »



  • Krokodilo Krokodilo 14 novembre 17:36

    Excellent ! j’ose à peine l’écrire, car écrire n’est-il pas déjà une domination sur celui qui n’écrit pas ? Le lettré ne fait-il pas honte à l’illettré par sa seule existence ? Comme vous l’anticipez, demain nous dicterons nos mots à un ordi équipé de logiciel de correction, gommant ainsi l’écrasement de celui qui articule sur celui qui bafouille ! En attendant l’électrode dans le cerveau, en direct de la pensée profonde (!) à l’écriture. mais sera-ce encore du français ? A peine de l’anglais d’aéroport.



  • Krokodilo Krokodilo 20 septembre 12:49

    @Olivier Je plussoie pour l’accord du participe passé, particulièrement celui des verbes pronominaux, probablement la faute la plus fréquente y compris chez ceux qui vivent de leur plume, les écrivains comme les écrivants et les gens de la radio, mais la place respective des langues dans l’UE et dans le monde est un problème exclusivement géopolitique. Preuve en est que l’anglais est devenu officieusement la langue de l’UE alors qu’elle est une des pires pour la correspondance phonèmes-orthographe - en clair impossible de déduire l’écriture d’un son si l’on ne connaît pas déjà le mot. Une langue aussi difficile que le français, donc, à l’inverse du cliché qu’une certaine propagande continue de répandre.



  • Krokodilo Krokodilo 1er septembre 18:10

    Cet article concerne le mode de pensée et la compréhension entre individus parlant la même langue mais, à l’échelle mondiale, nous sommes avant tout isolés par la barrière des langues, le mur de Babel, bien avant tout autre considération.

Voir tous ses commentaires (20 par page)



365 derniers jours

Articles les plus lus de cet auteur

  1. Valérian




Palmarès