Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Fukushima, la loi du silence

Fukushima, la loi du silence

Depuis le déchargement de 22 des 1533 barres d’assemblage contenues dans la « piscine » du bâtiment n°4, le 22 novembre dernier, une autre extraction a été effectuée le 10 décembre, mais depuis on est sans nouvelles pour la suite.

Il faut tout de même rappeler que les premières barres enlevées étaient parmi celles qui posaient le moins de problème, puisqu’il s’agit d’assemblages neufs, beaucoup moins dangereux que les autres, ceux qui sont usagés, d’autant qu’il y a dans cette piscine des assemblages abimés, des morceaux d’acier et autres débris de béton. photo

Le 10 décembre, une nouvelle extraction a donc été réalisée avec succès, portant à 66 le nombre d’assemblages neufs retirés, mais il faudra bien passer un jour ou l’autre à l’extraction des assemblages usagés. lien

A ce rythme, à condition que tout se passe bien, il faudra quasi 2 ans pour que la problématique piscine soit totalement vidée (vidéo) et la promesse de finir ce déchargement total pour la fin 2014 pourra donc difficilement être tenu. lien

On s’interroge logiquement sur le silence de l’exploitant, puisque depuis la réussite des premières extractions, pour quelles obscures raisons ce déchargement ne se continue-t-il pas à la même cadence ?

L’explication risque de se faire attendre car le 13 décembre, le gouvernement japonais a promulgué le 1er décembre 2013 une loi sur le secret.

Le principe est simple : de lourdes peines sont prévues pour ceux qui divulgueraient ou même possèderaient des informations que le gouvernement aurait classées secret.

Comme le confirment des élus membres du parti au pouvoir : « Il s’agit de museler la presse, d’enfermer les lanceurs d’alertes et d’assurer que la catastrophe nucléaire de Fukushima cesse d’être une source d’embarras avant les jeux olympiques », ce qui explique que Masako Mori, ministre de la justice ait déclaré que « les informations relatives au nucléaire seront probablement classées secret  ». lien

En Australie, et ailleurs, la presse évoque même une loi fasciste. lien

Alors ceux qui ont fui la catastrophe ont pris les devant en créant le « réseau Yosomonet ». lien

Ils ont en commun la méfiance des informations officielles, et ont créé ce réseau pour traduire les messages de la société civile japonaise, et en particulier celle qui milite contre le nucléaire.

C’est pour tous ces militants une « façon de remonter la pente moralement et de rester ensemble  ». lien

Après avoir fait croire aux populations sinistrées qu’elles pourraient un jour prochain rentrer dans leurs maisons, les autorités japonaises finissent par admettre que la décision est remise à plus tard, beaucoup plus tard…ce qui n’empêche qu’aujourd’hui, ils sont encore des milliers a vivre dans une zone fortement radioactive, sans pour beaucoup avoir pris conscience du danger qui les menace. lien

Du coté de la sous-traitance, ça ne s’arrange pas, et un des ouvriers embauché sur le site, vient de porter plainte auprès des prudhommes.

Après avoir été fortement irradié, alors qu’on l’avait convaincu que son travail serait sans danger, il a été licencié pour avoir refusé de continuer à travailler en milieu dangereux.

Ce qui a décidé un internaute, sous l’avatar Kna, à créer un site de soutien à ces travailleurs.

Il nous appelle à adresser des messages de soutien aux 4000 liquidateurs de Fukushima, présents le jour comme la nuit pour tenter de stabiliser la centrale accidentée. (Ils sont déjà plus de 30 000 à œuvrer à tour de rôle), et il y en a au moins pour 40 ans pour finir le démantèlement. lien

Tetsuya Hayashi, qui a travaillé sur le site, témoigne dans une vidéo : « ils n’arrêtent pas de nous dire : tout va bien, plutôt que de vous parler du danger, ils tentent de vous persuader que c’est sans risque »…et comme le confirme Hiroyuki Watanaba, un élu d’Ywaki qui les soutient, « leurs salaires sont loin d’être à la mesure des risques encourus. Les ouvriers n’ont pas de prime de risque et touchent l’équivalent de moins de 100 € par jour. Les moins bien payés n’ont droit qu’à 50 à 60 €  ». lien

Hayashi ajoute : « ce qui m’a frappé c’est la jeunesse de mes collègues : des gars de 18/19 ans, pas vraiment qualifiés pour ce genre de travail ».

Sur place, la contamination a encore battu des records, et le 10 décembre, celle de l’eau souterraine du puits 1-6 a atteint les 1 400 000 Bq/L en bêta total, (lien) quand à celle du puits E1, elle a atteint en tritium les 450 000 Bq/L. lien

Il y a hélas pire : selon Hirohisa Kuwabara, un des directeurs adjoints de la centrale, le 7 décembre un nouveau point chaud a été mesuré avec un débit de dose de 25 Sieverts/h près d’un tuyau reliant le bâtiment réacteur à la cheminée de rejet des réacteurs 1 et 2 : cette dose est létale en 20 minutes. lien

Comme il y a donc des zones trop radioactives autour des réacteurs, les exploitants du site ont décidé de faire mesurer dès 2015 les niveaux de radiation par des drones, afin de remplacer l’hélicoptère spécial chargé actuellement de cette délicate mission. lien

L’AIEA s’est rendu récemment sur le site, et suggère de goudronner toute la surface de celui-ci pour tenter d’empêcher la pollution radioactive de rejoindre la nappe phréatique, ce qui est assez illusoire, vu les fuites régulièrement constatées sur les kilomètres de tuyaux qui s’amoncellent sur le site, et l'AIEA validerait, sous certaines conditions, le déversement de l’eau polluée directement dans l’océan. lien

Le 16 décembre, des journalistes ont été invités à visiter la centrale, une visite balisée, avec interdiction de photographier, pour d’obscures raisons.

Au programme 3 zones à traverser, la verte (radioactivité inférieure à 20 mSv/an), jaune (50 mSv/an), puis rouge (au-delà des 50 mSv/an).

Ils ont constaté, en visitant cet immense territoire de plus de 3 km², l’impossibilité d’empêcher les fuites, l’accumulation des citernes et des tuyaux, et ont découvert l’ampleur de la tache. lien

Ceux qui travaillent à la décontamination à l'extérieur du site sont autorisés à rejeter les eaux polluées par la radioactivité directement dans les rivières voisines, et ne balayent qu’autour des balises mesurant les rayonnements, remplissant des sacs plastique des près de 30 millions de m3 de terre contaminée en attente d’une solution. lien

Conclusion d’un des visiteurs : « démonstration est faite à Fukushima que ça ne marche pas, 2 ans après les grands serments  ». lien

Takashi Hirose, journaliste et ancien ingénieur, a écrit une lettre à tous les jeunes athlètes qui rêvent de venir à Tokyo en 2020.

Sur le thème « jusqu’ici tout va bien », il évoque la pollution du plus grand océan du Monde, qui grâce à la dilution, reste pour l’instant en dessous des normes de sécurité, il signale aussi ce jardin public d’une zone résidentielle de Tokyo, à 230 km de Fukushima, dans lequel on a mesuré un niveau de radioactivité de 92,335 Bq/m², et parle de ces japonais qui évitent de manger des légumes craignant la contamination. Sa lettre complète est sur ce lien.

Pour conjurer le danger, le gouvernement japonais applique la « méthode Coué », et a annoncé l’ouverture d’un centre d’entrainement olympique à 15 petits km de la centrale dévastée…alors qu’à 8000 km de là, on découvre chez les bébés nés en Californie des problèmes thyroïdiens.

C’est en tout cas ce que révèle le professeur Chris Busby, secrétaire scientifique du comité européen sur les risque de rayonnement, et chercheur à l’institut Julius Kuehn, (lien) qui dénonçant le concept des « faibles doses », a publié une étude sur les effets des petites quantités de retombées radioactives de Fukushima sur la santé des bébés californiens, montrant un excès significatif d’hypothyroïdie causée par la contamination radioactive provenant du Japon. lien

Les mesures effectuées par le laboratoire norvégien de l’air ont démontré que plus de 250 PBq d’iode 131 ont été rejetés par la centrale nucléaire japonaise. lien

Rappelons que Tchernobyl a contaminé plus de 200 000 km² en Europe, et que là aussi, outre les 12 milliards de milliards de Bq relâchés en 10 jours, (césium 134, césium 137) il y avait aussi de l’iode 131 (1760 PBq). lien (page 7)

Or on sait aujourd’hui que la catastrophe de Fukushima à beaucoup plus d’ampleur que celle de Tchernobyl, d’autant que depuis 33 mois Fukushima continue de cracher sa radioactivité.

Lorsque l’on compare les 257 tonnes de corium en fusion à Fukushima, avec les 50 à 80 tonnes de Tchernobyl, il n’y a pas photo, et si on ajoute que la piscine du n°4 fait courir au Japon, et pas seulement, un risque encore plus grand, on comprend l’importance de la catastrophe. lien

Pendant ce temps, notre nouveau président, qui avait promis de réduire la part du nucléaire en France, joue les VRP nucléaire au Brésil (lien), alors qu’à la lecture d’un article qui vient de paraitre dans « Charlie Hebdo », on a la confirmation que l’implication militaire au Mali, et au Niger, n’est pas tout a fait innocente, et a une relation directe avec l’activité nucléaire française menée par Areva. lien

Il faut écouter attentivement ce document pour réaliser le sens de l’implication de la France. 

Combien faudra-t-il de catastrophes nucléaires pour qu’en haut lieu, on se décide enfin à tourner définitivement la page nucléaire ?

Comme dit mon vieil ami africain : « l’esprit est comme un parachute, il ne sert que lorsqu’il est ouvert  ».

L’image illustrant l’article vient de « michelduchaine.com »

Merci aux internautes pour leur aide efficace

Olivier Cabanel

L’observatoire du nucléaire est menacé, pour le soutenir, ici

Sites à visiter :

Fukushima au jour le jour sur ce lien

Le blog de Fukushima

Fukushima Diary

Scoop It

Next-up organisation

Blog de Jean Pierre Petit

Site de la CRIIRAD

Site de l’ACRO

ENENEWS

Articles anciens

Tchernobyl, drôle d’anniversaire (12 mars 2011)

Fukushima, mon amour

Fukushima, Sarko pète les plombs

Fukushima, et maintenant ?

Fukushima, nuages noirs à l’horizon

Entre fusion et confusion

Fukushima, le monde du silence

Au pays du soleil, le Vent !

Fukushima, le syndrome Japonais

Fukushima, la fuite en avant

Fukushima, plus jamais ça

C’est foutu…shima

L’exode nucléaire

Ça fume à Fukushima

Nucléaire, la cible terroriste

Fukushima, le mensonge organisé

Faire reculer le crabe

Le Japon bientôt inhabitable ?

Le silence des salauds

On a retrouvé le corium de Fukushima

La France a peur

Fukushima, tragédie en sous sol

Fukushima, tournée mondiale

Fukushima, un silence inquiétant

Fukushima, le début de la fin

Nucléaire, explosion des prix

Penly du feu et des flammes

Les normes sont-elles normales ?

Fukushima, quand c’est fini, ça recommence

Fukushima, l’en pire Japonais

Le mensonge nucléaire de sarközy

Palmiers contre nucléaire

Promo nucléaire : pour toute centrale achetée, leucémie en prime !

Fukushima, les limites du cynisme

Ce cher nucléaire

Nucléaire, de la fission aux fissures

La fable du thorium

L’hallali nucléaire

Fukushima, la stratégie de l’oubli

Fukushima s’enfonce-t-il ?

Fukushima hors contröle

Fukushima, le pire des scénarios

Fukushima, le tonneau des Danaïdes

Fukushima, réaction en chaîne à ciel ouvert


Moyenne des avis sur cet article :  4.18/5   (68 votes)




Réagissez à l'article

124 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 19 décembre 2013 08:46

    Il n’y a rien à dire...Nos experts français (les meilleurs du monde) vous le diront...Le nucléaire est sur est pas dangereux... !


    • olivier cabanel olivier cabanel 19 décembre 2013 09:06

      claude-michel

      bien évidemment !
       smiley

    • gaijin gaijin 19 décembre 2013 10:11

      youpi 2 articles sur le nuc le même jour
      saint chronicité serait t’ il passé par là smiley ?
      en plus ça va obliger les trolls du areva’s boys band a bosser jusqu’à noel .....bienfait !

      trève de plaisanterie ....
      " L’explication risque de se faire attendre car le 13 décembre, le gouvernement japonais a promulgué le 1er décembre 2013 une loi sur le secret.

      Le principe est simple : de lourdes peines sont prévues pour ceux qui divulgueraient ou même possèderaient des informations que le gouvernement aurait classées secret. "

      rien que ça devrait suffire a démonter l’ampleur du problème ....non ?


      • olivier cabanel olivier cabanel 19 décembre 2013 10:42

        gaijin

        s’ils en viennent à faire des lois pour punir ceux qui tentent de savoir, c’est qu’il y a vraisemblablement du lourd à cacher...
        on finira par savoir, mais surement un peu trop tard...
         smiley

      • Patrick Samba Patrick Samba 19 décembre 2013 17:52

        Bonjour,

        gaijin, la plus ou moins sainte-chronicité n’est pas pour grand-chose dans la présence concomitante de deux articles sur le nucléaire, car l’improbabilité de leur présence n’est pas exceptionnelle, mais en revanche elle se situe plus sur le fait que les deux titres contiennent le mot « silence » ( « La loi du silence » et « Le bruit du silence » ) alors que les 2 articles n’abordent pas le même sujet.

        Et encore... car dans le nucléaire le secret et le silence sont loin d’être improbables...

        Mais néanmoins effectivement ça se discute...  smiley

        (en tout cas merci pour le coup de pub sur l’article le plus lu de la journée smiley Et Olivier se voit confirmé en locomotive d’AV ! )


      • bourrico6 19 décembre 2013 10:22

        Combien de mort ?

         smiley

        J’attends de voir un EPR nous sauter à la gueule, y a pas une quantité monstrueuse de sodium liquide la dedans ?
        Les gens ont un idée de ce que fait une minuscule paillette de sodium métallique au contact de l’air ?


        • gaijin gaijin 19 décembre 2013 10:30

          « ce que fait une minuscule paillette de sodium métallique au contact de l’air ? »
          pas de problème on va faire une commission d’étude pour pondre une loi qui interdira au sodium de faire ce qu’il veut .....
          ( et au besoin on veillera a supprimer toute mention de ce phénomène dans les manuels scolaires afin de ne pas alarmer inutilement la population ) 


        • olivier cabanel olivier cabanel 19 décembre 2013 10:45

          bourricot

          pour les morts, difficile d’estimer
          on sait déjà que tepco n’arrive pas à justifier la disparition d’un certain nombre de travailleurs...
          quand aux autres, ceux qui ont été irradiés, ce sont hélas des morts en sursis...
          le décompte macabre ce sera dans vingt ans.
          quand à l’epr, il semble qu’il ait de nouveaux ennuis...
          une question de sécurité semble-t-il 
           smiley

        • bourrico6 19 décembre 2013 11:10

          Si y a pas de morts, c’est qu’il n’y a pas de problème !  smiley


        • bourrico6 19 décembre 2013 11:10

          Je sais, je fais pas aussi bien que le vrai. smiley


        • olivier cabanel olivier cabanel 19 décembre 2013 11:54
          bien évidemment les promoteurs du nucléaire font des efforts désespérés pour masquer la réalité, et suivant les sources, le nombre des morts dus à la catastrophe de Tchernobyl passe de quelques uns... a quelques centaines de milliers.
          l’AIEA évoque 30 morts, ajoutant que 5% des liquidateurs sont décédés suite à la catastrophe
          dans le rapport que cette agence a produit, elle estime que les morts supplémentaires dus à des cancers serait de l’ordre de 4000...lien
          c’est aussi ce qu’écrivent dans leur blog les promoteurs du nucléaire. lien
          un rapport réalisé par Greenpeace concluait que 200 000 décés dus à la catastrophe auraient déjà été constatés ces 15 dernières années en Russie, Bielorussie et Ukraine.
          en 2011 plusieurs chaines de télévision affirmèrent que les 2/3 des liquidateurs étaient morts : pour info, ils étaient 600 000... donc 400 000 des liquidateurs seraient morts, lien
          si on ajoute les morts, touchés par la radioactivité qui, rappelons le, à fait le tour de la planète, on ne peut que confirmer les travaux réalisés par l’académie de sciences de new york qui évaluait a près d’un million le nombre de morts causés par Tchernobyl, et le bilan est loin d’être définitif. lien

        • pissefroid pissefroid 19 décembre 2013 14:36

          Pour bourrico6 à 10:22,

          à ma connaissance il n’y a pas de sodium liquide dans l’epr.


        • bourrico6 19 décembre 2013 15:38

          à ma connaissance il n’y a pas de sodium liquide dans l’epr.

          Je viens de regarder vite fait sur gogol, il semblerait bien que si, c’est pour le refroidissement.

          Dans le genre actif chimiquement, ce genre de saleté est pas mal du tout.

          D’après Wiki, Super Phoenix est arrêté en 1987 suite à une fuite de 20 tonnes de sodium liquide.... une paille.


        • pissefroid pissefroid 19 décembre 2013 15:55

          pour bourrico6 à 15:38,

          l’epr est un réacteur à eau sous pression.

          voir :
          http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9acteur_pressuris%C3%A9_europ%C3%A9en


        • bourrico6 19 décembre 2013 16:30

          Ah ben oui.


        • anomail 19 décembre 2013 16:55

          bourrico6, j’ai ce qu’il vous faut :

          ASTRID
          http://fr.wikipedia.org/wiki/ASTRID_%28r%C3%A9acteur%29

          C’est dans les tuyaux (jusqu’à ce qu’ils ne se mettent à fuir smiley )


        • baptiste 3 janvier 2014 16:24

          Et non, il faut vous informer...Il n’y a pas de sodium dans l’EPR ! Vous confondez avec Superphénix , arreté depuis 15 ans !

          D’autre part, je vous rappelle aussi que Fukushima et Tchernobyl n’ont strictement rien à voir avec les centrales Françaises qui sont des centrales à eau pressurisée !
          Ors, à ce jour, il n’y a JAMAIS eu d’accident avec des rejets radioactifs dans une centrale pressurisée, qui est le type le plus répandu dans le monde !
          Le coeur a fondu aussi à TMI ( centrale pressurisée)...mais il n’y a pas eu de rejet radioactif, grâce à l’enceinte de confinement ! Et dans l’EPR, cette enceinte est encore plus robuste...
          Rassurant pour nos centrales..

        • s4m0 19 décembre 2013 10:48

          Je suis un peu déçu. Le sujet de départ (la gestion de la communication par les autorités nippones et par TEPCO) mériterait un réel développement d’autant que le récent classement de la liberté de la presse était un bon point de départ (Cela fait deux ans que le Japon est pointé du doigt sur ce sujet). Au final, vous vous contentez d’une succession de points qui ressemble davantage à une revue de presse des articles/études anti nucléaires récemment publiés.

          Le résultat est très fouillis et ça part dans tous les sens : Vous partez du retrait du combustible à Fukushima pour en arriver à l’intervention française au Mali en passant par Tchernobyl et même par le Brésil (au moins on voit du pays).

          Sur la forme, vous noyé le lecteur sous pas moins de 40 chiffres (bien mis en valeur par la mise en page) ! Dont certains me semblent discutables (j’ai bien l’impression que le journaliste dont vous avez recopiées les limites d’exposition pour les zones se soit trompé) et d’autres n’ont aucun sens, à part faire du « sensationnalisme » anti nucléaire (ça fait le buzz auprès du grand public de parler de milliards de milliards de becquerels, alors qu’au final 99% des gens ne savent absolument pas à quoi cela correspond).

          Bref, à part afficher votre opposition à l’industrie nucléaire, ce billet est dépourvu de structure et/ou d’argumentaire qui auraient pu lui donner un sens.


          • olivier cabanel olivier cabanel 19 décembre 2013 10:54

            s4mo

            c’est votre avis,
            il semble que les autres lecteurs ne le partage pas, et pour le coup, votre commentaire me semble bien partisan,
            ce que j’’ai évité de faire.
            je donne des faits, vérifiables
            les chiffres que j’ai donné pour les différentes zones sont bien exacts,
            il vous suffit d’aller chercher sur le net, toutes les sources, d’origines différentes, donnent bien les mêmes chiffres.
            du coup, il est évident que votre manoeuvre est uniquement destinée à décredibiliser l’ensemble de l’article,
            peine perdue
             smiley

          • s4m0 19 décembre 2013 13:09

            Je ne dis pas que ce que vous dites est faux ! (en dehors des limites pour les zones sur lesquelles j’ai un doute, mais cela relève vraiment du détail).

            Je dis juste qu’il aurait été, selon moi, plus pertinent de se contenter de traiter uniquement le sujet de la communication des autorités nippones et de TEPCO (surtout qu’il y a matière) plutôt que de lister tout un tas de petits sujets, qui n’ont pas forcément de lien, sans les approfondir.


          • olivier cabanel olivier cabanel 19 décembre 2013 13:13

            s4

            vous devriez vous relire.
             smiley

          • olivier cabanel olivier cabanel 19 décembre 2013 10:48

            @ tous

            les soldats américains ayant participé aux actions sur la centrale nucléaire souffriraient de cancers. lien

            • medialter medialter 19 décembre 2013 10:49

              Fukushima devrait illustrer aux yeux du monde l’immense pouvoir dictatorial du lobby nucléaire, sa capacité de dire « je vous emmerde » en dépit de la catastrophe d’ordre planétaire qu’il engendre. Et je ne parle même pas des guerres de ressources qu’il engendre, et dont il est la cause secrète, comme par exemple celle du Mali.

              Mais le peuple s’en fout, tant qu’il n’est pas touché, il continue ses petites affaires, il prépare Noël. Qui dans votre entourage a le souci du nucléaire dans ses premières priorités ?

              Il en va de même pour les lobbies agro-alimentaires et pharmaceutiques, qui ont une potentialité de nuisance mortelle, au moins équivalente, en phase d’être concrétisée. Même le monopole culturelle, qui descend jusqu’à l’éducation nationale, possède un pouvoir de crétinisation des esprits totalement destructeur.

              Je salue vos efforts, Mr Cabanel, à lancer vos bouteilles à la mer. Mais elles ne toucheront que quelques centaines de personnes ; certes c’est mieux que rien, mais la nature humaine est ainsi faite qu’elle ne privilégie que son confort immédiat, y compris quand celui-ci s’établit au prix d’une facture qui détruira la génération suivante. Triste monde de voir une masse servile qui creuse la tombe de ses propres gamins.


              • olivier cabanel olivier cabanel 19 décembre 2013 10:55

                merci médialter,

                c’est sympa.
                je partage votre avis sur la question, bien évidemment.

              • Chaz Chaz 19 décembre 2013 14:42

                C’est bel et bien le problème, les gens s’en foutent. A la limite ils se plaignent dans le vent.

                Malheureusement le boycott de l’énergie nucléaire est difficile (impossible ?), mais celui des lobby agro alimentaire et pharmaceutique est facile a coté de ce monstre, et a la portée de tous.

                Alors pourquoi ça ne change pas ? Par indifférence, et petit confort du présent comme tu dis.

                Je pense qu’avant de sortir du nucléaire, il faudrait sortir de la léthargie générale. Si je ne me trompe pas, l’europe et notamment la france sont les plus gros consommateur d’antidépresseur. (Cela n’explique peut être pas l’endormissement général, mais contribue surement a son entretient)

                "Combien faudra-t-il de catastrophes nucléaires pour qu’en haut lieu, on se décide enfin à tourner définitivement la page nucléaire ?"

                Peut-être celle qui détruira ces personnes en haut lieu, et nous par la même occasion.

                Au passage, merci pour l’article.


              • bourrico6 19 décembre 2013 15:43

                Fukushima devrait illustrer aux yeux du monde l’immense pouvoir dictatorial du lobby nucléaire

                Certes, mais bon, aujourd’hui, y a pas à tortiller du fion, vu les consommations, c’est nucléaire ou fossile, le reste, c’est à la marge.
                Dans les deux cas c’est pourri, et en plus, la consommation mondiale augmente d’année en année.


              • Ronfladonf Ronfladonf 19 décembre 2013 16:05

                C’est bien ça le drame.
                Même si on a conscience du problème... on fait quoi ?

                Des pétitions ? Vous croyez vraiment qu’un gvt qui ment autant que celui du japon en a qqch à carrer des pétitions ?

                Ils commencent à adopter la méthode chinoise en ce qui concerne le controle de l’information et ça, c’est pas bon signe...

                Donc... on peut faire quoi à notre niveau ? à part réduire notre consommation de courant, et notre dépendant à EDF/Areva ?


              • olivier cabanel olivier cabanel 19 décembre 2013 16:36

                bourrico

                erreur sur toute la ligne.
                il y a bien sur, comme je l’ai prouvé, (avec beaucoup d’autres), le moyen de fournir toute l’énergie nécessaire sans passer par les énergies fossiles, (dont le nucléaire)
                je vous invite à aller faire un tour sur mes articles
                l’un de ceux çi est sur ce lien
                et les autres sont proposés en fin de l’article en question.
                bonne lecture.
                 smiley

              • olivier cabanel olivier cabanel 19 décembre 2013 16:46

                ronfladon

                réduire la consommation n’est pas la formulation idéale (à mon humble avis)
                il faudrait mieux dire : la rendre plus performante.
                par exemple, une meilleure isolation thermique des habitations permet, sans se priver pour autant, de consommer moins, sans pour autant avoir froid.
                ajoutons que si on consomme sur place l’énergie produite, il en faut encore moins, puisque une bonne partie de l’énergie produite dans les centrales (nucléaire, gaz, pétrole etc) est perdu à la production, ou pendant le transport.

              • Croa Croa 19 décembre 2013 19:05

                Je ne suis pas d’accord ! smiley

                Réduire la consommation est la solution : la seule qui vaille ! Il faut pour cela réduire autoritairement la production, donc oser les coupures. Il y aura forcément à terme adaptation donc moins de coupures car les sources d’économies sont multiples et de l’ordre des 3/4 sans réelles privations car l’essentiel de la consommation est composée de gaspillages objectifs !


              • mimi45140 19 décembre 2013 21:23

                @ chaz


                Je ne pense pas que les gens s’en foutent , ils sont mal informés par nos média , je vais vous raconter une petite histoire ( réelle ) .
                 Au début du mois de décembre 2012, mon assureur que je connais depuis longtemps me téléphone , au cours de l’entretien je lui dit b......... on se connais bien, dit moi ,« j’ai des nouveaux produits a te vendre » . A la fin de la conversation, je prend rendez vous avec lui pour la mi décembre . Le jour J, je me rend à son agence et lui dit , j’ai analysé mon besoin assurantiel , tu m’a toujours dit ,qu’il fallait assurer au mieux le produit qui en cas de problème serais le plus dur à remplacer ,et sur ce point je suis d’ accord avec toi, par conséquent as tu la possibilité d’assurer ma maison ( le plus gros de mon patrimoine ) contre les risques nucléaires ,bien sur la réponse fut négative . Au sortir de mon assureur je me rendit chez un copain d’enfance ,ont était juste avant les fêtes, il ria de mon passage chez mon assureur et ma demande farfelue , les fêtes passèrent . A la mi janvier par hasard je rencontre mon ami et la bizarement ma demande n’était plus farfelue , pourquoi ? . Parce que la réalité était venue frapper à sa porte pendant les fêtes et la réalité c’est une copine que nous n’ avions pas vu depuis longtemps, car elle habite un pays lointain que l’on appelle le Japon ,et avoir devant soit une copine d’enfance qui t’explique qu’elle et son mari savent qu’il vont mourir précocement et que leur préoccupation du moment c’est d envoyer leurs deux filles en France, car ils savent que les aliments qu’ils consomment au Japon sont radioactifs ,sa choque. Depuis ce jour, mon copain ne voit plus de la même façon ma demande auprès de mon assureur . Je me suis aussi aperçu que pour beaucoup de personnes accident nucléaire veut dire mort instantané, lorsque je leur dis non, vous pouvez aussi survivre,survivre avec une épée de Damocles cancéreuse au dessus de la tête, téléphonez à ma copine ,elle vas vous l’expliquer ,vous voulez son téléphone ?, la tout deviens plus concret .
                En France le nucléaire est tellement partout que personne ne s’ en soucis , quarante ans que les centrales sont la, pourquoi ? poseraient t’elles des problèmes . Non les gens ne s’en foutent pas, ils en ont moins consciences que quarante ans plus tôt .

              • bourrico6 20 décembre 2013 08:48

                erreur sur toute la ligne.

                Vous pouvez dire ce que vous voulez, la capacité énergétique du pétrole est irremplaçable. (W/l)
                La consommation énergétique augmente rapidement, toute la planète veux sa bagnole, et quand l’Inde et la Chine s’en mêlent, ça part en sucette.

                Je n’irai pas plus loin, les ordres de grandeurs parlent d’eux même.


              • Hermes Hermes 20 décembre 2013 10:44

                Merci Olivier de tenir le flambeau de la veille allumé. La situation sanitaire se dégrade en effet fortement au Japon.

                Le premier commentaire est très pertinent : le nucléaire est incompatible avec la démocratie, et on en a la preuve sous nos yeux au Japon. Que penser du programme de rétablissement de la démocratie d’un Asselineau qui intègre le nucléaire jusqu’à l’abberration de la dissuasion nucléaire ? Navrant.

                La lettre aux sportifs que vous citez est à diffuser le plus largement possible, car il est clair que tout sera fait en France, pays du nucléaire, pour que nos athlètes aillent se faire irradier (pour rappel la technologie des barres enrichies au plutonium utilisées au Japon, c’est made in France). Voici le lien vers le pdf plus facile à imprimer et à diffuser.

                Par contre, nul n’est prophète en son pays, et il y a fort à parier que les nouvelles générations se réveilleront quand on s’y attendra le moins.

                Bonne journée.


              • olivier cabanel olivier cabanel 20 décembre 2013 10:48

                merci Hermes, c’est sympa

                et surtout merci d’avoir donné le lien pour lire, imprimer, et diffuser cette fameuse lettre.
                @+

              • olivier cabanel olivier cabanel 20 décembre 2013 18:07

                croa

                pourtant il faut combattre cette propagande entendue si souvent qui voudrait que, pour s’en sortir avec les énergies renouvelables, il faudrait se serrer la ceinture... !!!
                je l’ai prouvé dans plusieurs articles : nous avons suffisamment d’énergie disponible, à un prix raisonnable, sans passer ni par le pétrole, ni par le charbon, ni évidemment par le nucléaire. lien
                ce n’est pas une raison pour autant d’accepter le gaspillage...
                consommer sur place l’énergie produite chaque fois que c’est possible permettrait de diminuer nos besoins des 2/3...
                rendre plus performante l’efficacité thermique des habitations permettrait aussi de diminuer nos besoins d’un quart...
                et puis bien sur, arreter le gaspillage provoqué par le chauffage électrique, provoqué aussi par ces batiments éclairés jour et nuit sans raison...
                il faut donc cesser d’affirmer qu’il nous faudrait nous priver d’énergie.
                il faut seulement mieux la gérer.

              • Bertrand Cassoret 6 janvier 2014 14:19

                "il y a bien sur, comme je l’ai prouvé, (avec beaucoup d’autres), le moyen de fournir toute l’énergie nécessaire sans passer par les énergies fossiles, (dont le nucléaire)« 

                Alors pourquoi tous les scénarios de sortie du nucléaire et de »transition énergétique" ( negawatt, virage énergie, global chance, troisième révolution indust, negawatt) , très optimistes sur les énergies renouvelables et les problèmes de stockage, préconisent-ils une réduction d’au moins 50% de la consommation d’énergie ?


              • olivier cabanel olivier cabanel 19 décembre 2013 11:00

                @ tous

                on va peut etre vivre en France un épisode cocasse.
                Villepin avait donné 10 ans a edf pour construire l’epr de flamanville.
                il avait compté large, alors que l’entreprise énergétique pensait boucler la construction en 4 ans...
                la date couperet est le 11 avril 2017.
                or avec les retards accumulés, il est possible que le constructeur n’arrivera pas a démarrer la centrale avant la date fatale.
                du coup, ça annulerait le décret de création de l’epr, et il faudrait reprendre la procédure au début...débat public etc
                 smiley

                • asterix asterix 19 décembre 2013 18:36

                  Réjouissons-nous : pour une fois la lenteur administrative sert à quelque chose !.


                • 1984 19 décembre 2013 20:48

                  Débat public ??? Vous vous croyez en démocratie Cabanel ! Grave erreur !

                  Un gouverneMENT qui se prétend zocialiste tout en faisant le jeu de la grande industrie, des camps de concentration de renvoyables par charter dont on ne parle plus depuis que c’est le bon flic qui est au pouvoir, des lois de surveillances généralisées et des guerres à l’étranger à pertes de vue et des accords commerciaux avec la Palestine juive (pardon Israel)...
                  Manque plus que la moustache !
                  Berlin 1933 !

                  Ouais les allemands de cette époque étaient des salauds, on nous l’a bien appris...Et nous ?


                • olivier cabanel olivier cabanel 20 décembre 2013 10:51

                  1984

                  dans un article précédent, j’ai dit tout le mal qu’on pouvait penser d’un débat public,
                  on sait comment ils sont organisés.
                  ça permet de faire tomber la pression, calmer les citoyens persuadés qu’ils sont écoutés, et une fois le débat terminé, le gouvernement fait de toute façons ce qu’il veut...
                  avec le projet Lyon Turin, j’en sait quelque chose.
                  avis négatif de la cour des comptes
                  avis négatif de la commission mobilité 21 (rapport duron demandé par l’état)
                  et décision favorable du gouvernement...
                  triste réalité.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès