• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Romantique et mystérieux : le Temple de Lanleff

Romantique et mystérieux : le Temple de Lanleff

Nombreux sont les visiteurs des Côtes d’Armor qui, entre Plérin et Paimpol, viennent admirer les superbes et contrastés paysages de la Côte du Goëlo, d’où partaient naguère les pêcheurs d’Islande pour de longues et rudes campagnes sur les bancs de morues. Parmi ces touristes, bien peu connaissent l’étonnant Temple de Lanleff. Il n’est pourtant situé qu’à une dizaine de kilomètres des spectaculaires falaises de Plouha et de la célèbre plage Bonaparte*... 

Curieux lieu de culte que ce Temple de Lanleff. Principalement construit en grès, exception faite de quelques parements en granit et en spilite (une roche volcanique), ce monument de style roman est constitué de deux cercles concentriques comme on n’en voit nulle part ailleurs en France si l’on excepte quatre autres églises** dont les rotondes présentent des analogies avec le monument du Goëlo. Le premier cercle du Temple de Lanleff comporte 12 piliers carrés, chacun flanqué de 4 colonnes engagées, et 12 arcades en plein cintre. Le second cercle – un mur d’enceinte percé de fenêtres en forme de meurtrières –, comporterait 16 piliers s’il n’avait été amputé au fil du temps d’environ un tiers de sa circonférence, à la suite notamment d’un effondrement consécutif à des fouilles entreprises en 1856. Entre ces deux cercles court un déambulatoire partiellement couvert qui dessert deux absidioles en cul-de-four encore présentes sur les trois qui existaient autrefois comme en témoignent les documents anciens.

JPEG

Aucune voûte ne couronne le Temple de Lanleff. Sans doute n’a-t-il jamais été surmonté d’une coupole en pierre si l’on en juge par l’absence des contreforts qu’aurait nécessité le poids d’une telle voûte. Le plus probable est que le Temple – en réalité une ancienne église dédiée à Sainte-Marie – ait été coiffé d’une charpente en bois couverte de tuiles ou d’ardoises. Autrement dit par des matériaux qui ont très probablement disparu à l’occasion d’un incendie. Et cela il y a fort longtemps : au cœur du Temple était autrefois planté un grand if dont les branches et le feuillage assuraient une forme de couverture à l’édifice, ce qui ne manquait pas de lui conférer un charme romantique dont témoignent les gravures de l’époque. Le plus étonnant est que cet if se soit développé après la construction – à la fin du 15e siècle – d’une chapelle attenante au Temple, réduit par cet ajout à l’état de vestibule. Vieux de trois-cents ans, l’if a disparu au même moment que la chapelle, lui abattu par les haches, elle détruite par les pioches en 1855 pour redonner au lieu son aspect d’origine, le culte ayant été transféré dans une nouvelle église, l’actuelle Notre-Dame.

De quand date cet édifice que l’on a longtemps cru d’origine païenne et qui a tant fait travailler les imaginations de nos aïeux lors des siècles passés ? On a parlé de temple gaulois, de temple romain, de lieu de culte solaire, de baptistère carolingien, et même de temple saxon. On a également évoqué des origines celtiques et une vocation druidique. Et l’on a évidemment attribué la construction de ce monument aux…Templiers, d’où son appellation de « temple ». En réalité, rien de tout cela ne résiste à l’étude architecturale et à la plongée dans les documents historiques de cette « trêve » de la paroisse de Lanloup. Le Temple de Lanleff n’est autre qu’un lieu de culte chrétien dont le style roman archaïque atteste qu’il est très ancien, ce que confirment les dessins et les sculptures rudimentaires*** qui ornent les chapiteaux des colonnes. Et de fait, cet édifice, déjà mentionné dans une charte notariale de 1148, a très probablement été bâti au cours du 11e siècle sur le modèle du Saint-Sépulcre de Jérusalem dont la structure en rotonde a essaimé en de nombreux lieux de la chrétienté. 

JPEG 

Le mystère du Temple de Lanleff étant levé, le merveilleux n’est pas absent du site pour autant. Comme chacun sait, la Bretagne est une terre de légendes. Or, l’une de ces légendes est attachée à la fontaine attenante à ce lieu de culte insolite. Impossible de quitter le village de Lanleff sans découvrir cette édifiante histoire dont l’héroïne est tantôt une miséreuse, tantôt une sorcière, selon les versions qui sont portées par les eaux du Leff ou l’inspiration du conteur :

Il y a bien longtemps, une femme indigente et laide vivait dans la vallée du Leff. Elle était si misérable qu’elle était vêtue de haillons et ne mangeait qu’une fois par jour une bolée de bouillie de fèves. Elle était si vilaine que l’on se détournait d’elle comme si sa laideur pouvait atteindre ceux qui la regardaient. Or, cette femme avait un enfant en bas âge, une bouche qu’elle ne parvenait pas à nourrir et qui lui pesait. Laide au physique, cette femme l’était également dans sa tête. Dieu étant resté sourd à ses prières, elle fit appel au Diable pour qu’il lui vienne en aide. Satan saisit l’opportunité : instruit de la cupidité de cette mère, il lui proposa d’échanger son enfant contre 12 pièces d’or. Le marché conclu, le Diable emporta l’enfant après avoir déposé les pièces d’or sur les dalles de granit de la fontaine de Lanleff. Avec avidité, la femme se précipita sur les pièces pour les saisir. Mal lui en prit, celles-ci sortaient tout droit des terribles feux de l’Enfer, et la mère indigne se brûla gravement les doigts tandis que résonnait sur les murs du Temple l’écho du rire démoniaque de Satan. Presqu’aussitôt, les pièces s’incrustèrent dans le granit de la fontaine et disparurent à la vue des humains.

On raconte toutefois, dans le pays de Lanleff, que les pièces sont toujours là et qu’il suffit de mouiller la pierre pour les voir réapparaître, étincelantes et tentatrices. Mais gare à celui qui tenterait de les saisir…

Bonaparte n’a jamais rien eu à voir avec cette plage de la commune de Lanloup. Avant d’être ainsi rebaptisée par la Résistance bretonne, cette plage se nommait l’Anse Cochat. Grâce à l’action du réseau Shelburn, c’est de ce lieu que 135 aviateurs alliés et 7 agents de renseignement ont pu être exfiltrés vers l’Angleterre.

** Église Sainte-Croix de Quimperlé (Finistère), église Saint-Étienne de Neuvy-Saint-Sépulchre (Indre), église Saint-Bonnet de Saint-Bonnet-la-Rivière (Corrèze), église de l’Assomption de Rieux-Minervois (Aude).

*** L’un des chapiteaux sculptés représente un homme nu aux mains démesurées qui ne comportent que 4 doigts. Les experts pensent qu’il s’agit d’Adam.

Autres articles consacrés à la Bretagne ou en rapport avec elle :

Il y a 120 ans naissait l’« Abri du marin » (juin 2020)

Juin 1940 : Ar Zenith, premier bateau civil de la France Libre (juin 2020)

L’étonnant capharnaüm de l’écrivain Henri Pollès (février 2020)

La palmeraie… bretonne (novembre 2019)

Quand une prison devient un lieu de culture (mai 2019)

Dol-de-Bretagne : l’étonnant puits double de la cathédrale (septembre 2018)

Bretagne : 50 bougies pour le GR® 34 (septembre 2018)

Voyage au cœur de la musique celtique (septembre 2018)

Dinan à l’heure de la Fête des Remparts (juillet 2018)

Moi, Hélène Jegado, cuisinière et tueuse en série (octobre 2017)

Baie de Lannion : la « timidité » de M. Hulot (septembre 2017)

Angélique Duchemin, sergent « Liberté » (janvier 2017)

Les « enclos paroissiaux » du Léon : des joyaux méconnus (novembre 2016)

Marion du Faouët : héroïne ou bandit en jupon ? (septembre 2016)

1386 : un « jugement de Dieu » emblématique (juillet 2016)

Surprenant : les maisons en « men zao » (juillet 2016)

Un duel légendaire : Du Guesclin contre Cantorbery (juillet 2015)

Rennes : le temps des nymphéas (juillet 2015)

Balades en Bretagne : Bréhat, l’« île aux fleurs » (juillet 2015)

Un affrontement mémorable : le Combat des Trente (juin 2015)

Balades en Bretagne : au pays du granit rose (juin 2015)

Les « pierres droites » de Monténeuf (mai 2015)

Balades en Bretagne : Arzon, entre océan et « petite mer » (octobre 2014)

Avez-vous connu le « zizi de Pépé » ? (juillet 2014)

Balades en Bretagne : circuit Camaret – Pen Hir (juillet 2014)

Balades en Bretagne : tour du Cap d’Erquy (juin 2014)

Une héroïne au pays des naufrages (janvier 2012)

Superbe et sauvage : l’île d’Ouessant (juin 2012)

Véronique Autret vs Carla Bruni (décembre 2011)

Keremma : un rêve de phalanstère (août 2009)

Hommage à Warhol : le Pop’ Art rural (mars 2009)


Moyenne des avis sur cet article :  3.94/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Désintox Désintox 16 juillet 08:31

    Intéressant.


    • Fergus Fergus 16 juillet 09:03

      Bonjour, Désintox

      Merci !


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 16 juillet 09:52

      Merci pour cette découverte.

      Je n’avais jamais entendu parler de ce vestige intriguant à plus d’un titre.

      Pourquoi une telle amnésie dans la population alors que les archives le transfert du culte dans un autre édifice ne parait pas si ancien ?

      Les péripéties évoquées dans l’article concernant les fouilles menées au 19ème siècle confirment que, souvent, les archéologues de cette époque ne cherchaient que ce qu’ils avaient envie de trouver pour consolider l’idéologie dominante. Les méfaits de Napoléon III en la matière sont spectaculaires. L’histoire n’a jamais été autant falsifiée que sous son pouvoir (comme président, puis comme tyran), pour « fabriquer le consentement » d’une population hétérogène et en faire une « nation » en créant des mythes fondateurs et en n’hésitant pas à jouer avec la chronologie et à mélanger des époques.

      Donc, plus que l’amnésie, c’est l’instrumentalisation de l’histoire par les pouvoirs en place qui est en cause. 

      Stonehenge et les statures de l’île de Pâques en sont d’autres exemples, mais l’ancienneté du premier site et l’isolement du second peuvent expliquer certains errements récupérateurs puis qu’aucune mémoire collective ne gardait de traces de ces vestiges. Dans la cas de ce « temple » (église en fait), c’est plus étonnant.


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 16 juillet 09:56

        @Séraphin Lampion

        Excuses : une partie du troisième paragraphe a malencontreusement disparu suite à une manœuvre maladroite de ma part. Merci de lire :

        « Pourquoi une telle amnésie dans la population alors que les archives ecclésiastiques existaient déjà avant sa construction et que le transfert du culte dans un autre édifice ne parait pas si ancien ?  »


      • Fergus Fergus 16 juillet 11:17

        Bonjour, Séraphin Lampion

        Merci pour votre commentaire. 

        Il ne semble pas qu’il y ait eu de document ecclésiastique antérieur à la charte de 1148 qui officialisait le transfert de propriété du « Temple »  autrement dit de l’église Sainte-Marie de Lanleff*  aux moines de l’abbaye Saint-Magloire de Léhon (commune de Dinan), située à 100 km de là. 

        Pour ce qui est du poids des idéologies et des idées préconçues, c’est à un festival qu’a donné lieu, dans la première partie du 19e siècle, l’attribution de la paternité de cet édifice, ce qui montre que les intellectuels de l’époque n’ont pas beaucoup oeuvré à résoudre le problème posé mais effectivement cherché « ce qu’ils avaient envie de trouver » sans toutefois se rallier à une quelconque « idéologie dominante » qui n’avait pas encore cours dans les milieux éduqués bretons.

        La remise en état « d’origine » du site en 1856, à la demande du préfet de l’époque a fait suite à une visite, quelques années plus tôt, de Prosper Mérimée qui a inscrit le monument dans un inventaire des édifices remarquables, prélude au classement « monument historique » qui a été officialisé en 1889.

        * Alors dénommé Lanlem, de l’ancien nom de la rivière Lem devenue Leff, le préfixe « Lan » faisant allusion à un site monastique ou à un ermitage.


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 16 juillet 14:03

        @Fergus

        Que pensez-vous des hypothèses contenues dans ce livre datant de 1954 ?


      • Fergus Fergus 16 juillet 15:57

        @ Séraphin Lampion

        Un ouvrage intéressant.
        Concernant le Temple de Lanleff, le fait est que sa construction a été attribuée à tort aux Templiers : jamais un inventaire des biens de l’Ordre n’en a fait mention.


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 16 juillet 22:08

        @Séraphin Lampion

        Pour l’île de Pâques, aux îles Marquises on a retrouvé une carrière où l’on extrayait des Tikis ...Hiva Oa.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité